Archives de Catégorie: Cloud

Microsoft propose aux entreprises une offre complète de service de gestion de poste de travail

Capture d'écran 2018-09-18 08.40.58Le 17 septembre 2018 Microsoft vient d’annoncer un nouveau service : Microsoft Managed Desktop (MMD), qui vise à fournir aux entreprises un service complet de gestion de postes de travail Windows 10, de la fourniture d’appareils pré configurés, mises à jour et administration, moyennant une souscription mensuelle par utilisateur. Les postes de travail fournis intégreront Microsoft 365, la suite comprenant Windows 10 Entreprise,  Office 365 et Enterprise Mobility & Security. Dans un premier temps, seuls des ordinateurs Surface seront proposés, mais la liste de fournisseurs devrait rapidement s’allonger pour intégrer du matériel HP, Dell …

Le service va d’abord être mis en place aux US et en Grande Bretagne. Il sera étendu dans la première moitié de 2019 au Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Puis vers d’autres pays (liste non précisée pour le moment) pendant la seconde moitié de 2019.

MMD marque un nouveau pas dans la transformation de Microsoft, qui se positionne ainsi clairement sur le marché du service autour de ses technologies, et pas seulement dans un but de les promouvoir auprès d’early adopters ou de grands clients qui demandaient un engagement de Microsoft sur leurs projets (ce que porte les services Microsoft, le Consulting en particulier, depuis plus de 20 ans). Avec MMD, Microsoft devient un acteur opérationnel, rôle qui jusqu’à présent était réservé aux partenaires. Dans son communiqué, Bill Karagounis, General Manager for Microsoft, s’attache néanmoins à mentionner les partenaires, Dell, HP, DXC, HCL, Computacenter, et Accenture/Avanade pour aider à développer sa nouvelle offre.

Après Azure, Office 365, Microsoft continue donc à développer son évolution vers les services, et pousse ici ses offres stratégiques Windows 10 et Microsoft 365.

Un sondage sur le Cloud Hybride (avec une belle infographie)

CloudMicrosoft a réalisé en janvier un sondage avec Kantar TNS en janvier 2018 sur l’état du Cloud Hybride et a publié le 28 août une synthèse des résultats sur le blog IT Pro Azure.

Bien sûr des esprits mal intentionnés pourraient voir dans cette démarche une volonté de la part de Microsoft de mettre en avant ses solutions concernant l’évolution stratégique des systèmes d’information vers le Cloud. Mais il semble que ce ne soit pas vraiment le cas et que le but soit de simplement interroger les entreprises sur leur perception et leur adoption du concept de Cloud Hybride.

Concept qui est tout de même, comme nous l’avons largement évoqué ces dernières années lors de différents Briefing Calipia, l’arme de destruction massive de Microsoft pour lutter contre Amazon et Google sur le marché du Cloud Public et contre VMware sur le marché du Cloud Privé (de la virtualisation en fait).

Cela dit les conclusions de ce sondage sont tout de même intéressantes. Il a été mené auprès de 1 700 professionnels de l’informatique (IT), développeurs, et décisionnaires aux Etats-Unis, en Angleterre en Inde et en Allemagne pour connaître leur perception du Cloud hybride et leur volonté de l’adopter.

Hybrid cloud by the numbersLes éléments collectés permettent de tracer quelques grandes lignes (illustrée par une infographie et détaillées dans un webinar), que l’on peut résumer comme suit :

  • Le concept est populaire, avec un total de 67% des personnes interrogées utilisant ou envisageant de déployer un cloud hybride. Un grand nombre de ces utilisateurs de clouds hybrides ont fait la démarche d’adoption récemment, avec 54% au cours des deux dernières années.
  • Le coût, une expérience informatique cohérente et la capacité à évoluer rapidement ont tous été cités comme des raisons importantes pour passer au cloud hybride.
  • Les avantages perçus du cloud hybride varient selon les zones géographiques. Par exemple, l’augmentation de la sécurité est le principal avantage cité au Royaume-Uni et en Allemagne, tandis que le principal avantage avancé aux États-Unis est une meilleure évolutivité des ressources informatiques.
  • Le stockage des données est vu comme un cas d’usage important pour 71% des sondés, suivi par la sauvegarde et la restauration après désastre à 69%.

Après Apple, Amazon dépasse à son tour les 1 000 milliards de dollars de capitalisation boursière

surpriseLe mardi 4 septembre l’action d’Amazon a atteint 2 057 dollars permettant à cette entreprise qui pour rappel est le second A des GAFA, de dépasser brièvement la barre symbolique des 1 000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Et ce environ un mois après Apple, le premier A des GAFA.

Si j’étais taquin, ce qui n’est évidemment pas le cas, je ferais remarquer que le G (Google  Alphabet) n’est pas loin du but avec son record à 897 milliards, et que le F (Facebook) avant une belle correction fin juillet affichait une très honorable capitalisation de 623 milliards de dollars.

Mais revenons à Amazon, dont le titre a plus que doublé de valeur en un an, avec une progression de 74% depuis début 2018. Souvenez-vous qu’à sa création en 1994 Amazon n’était qu’un libraire en ligne, et est maintenant le plus gros site d’e-commerce au monde, avec 575 000 salariés et des diversifications réussies sur le marché du cloud computing avec Amazon Web Services et sur celui des objets connectés avec son assistant vocal Alexa et ses enceintes Echo.

Et comme le souligne le site Statistica, une action Amazon achetée 18 dollars en 1997, date de son introduction en bourse, équivaut actuellement à 24 471 dollars (du fait de l’évolution de son cours et de trois opérations de division en 1998 et 1999). Le rendement est donc, excusez du peu, de 135 867 %.

Statistica Amazon.PNG

Donc de fait, Jeff Bezos, fondateur et dirigeant d’Amazon est devenu l’homme le plus riche du monde avec une fortune, basée sur les 16% du capital qu’il détient, estimée à plus de 166 milliards de dollars, ce qui est légèrement supérieur au PIB de l’Algérie qui compte plus de 41 millions d’habitants…