Archives d’Auteur : Patrick Barriere

SAP et Microsoft développent leur partenariat

Les relations proches entre Microsoft et le leader allemand de l’ERP ne datent pas d’hier, et malgré l’entrée de Microsoft sur le marché des ERP/CRM avec la famille Dynamics, ces relations ne se sont pas distendues.
Derniers exemples en date, l’annonce faite le 22 janvier 2021 qui renforce les collaborations déjà engagées autour de l’utilisation d’Azure (annoncée en 2019) par l’entreprise de Walldorf pour booster les migrations des solutions SAP on premise vers les services cloud SAP S/4Hana, hébergés sur Azure. Mais au-delà des actions concernant ces migrations, il faut noter que Microsoft et SAP ont également indiqué qu’ils allaient collaborer sur l’intégration des solutions SAP avec Microsoft Teams, mentionnant entre autres « SAP S/4HANA, les offres SAP SuccessFactors, et SAP Customer Experience ». Sans détailler plus avant ces intégrations, SAP et Microsoft indiquent que leurs disponibilités se situeraient en mi 2021.

Par ailleurs, Julia White, ancienne Corporate Vice President pour Microsoft Azure, après 20 ans à Redmond vient de rejoindre SAP en tant que Chief Marketing and Solutions Officer. Nul doute que sa très bonne connaissance de Microsoft en général et d’Azur en particulier constituera un atout supplémentaire dans ce changement.

Elon Musk : un nouvelle carrière de Philanthrope ?

Après être devenu l’homme le plus riche du monde le 7 janvier dernier délogeant , avec 185 milliards de dollars, Jeff Bezos, E.Musk vient d’annoncer par un tweet hier (çà me rappelle quelqu’un !) qu’il donnait 100 millions de dollars pour la meilleure technologie de capture du carbone.

Jusqu’à présent, E.Musk ne s’est pas comporté en philanthrope, en tout cas pas à l’échelle de ses concurrents pour le titre d’homme le plus riche, J.Bezos ou B.Gates. Est-ce son nouveau statut qui l’a incité à mettre 100 millions dans la balance ? En tout cas, cette récompense pourrait constituer une motivation supplémentaire pour tous ceux qui sont à la recherche d’une solution, qu’on pourrait presque qualifier de miracle, tant les enjeux de capture du CO2 pèsent sur notre futur. Comme Musk l’indique dans son tweet, les modalités plus détaillées de cette annonce auront lieu la semaine prochaine.

Google dégonfle Loon !

source : loon.com

Alphabet annonce la fin de l’aventure pour Loon, sa filiale destinée à envoyer des ballons dans la stratosphère pour apporter de l’Internet à des zones sans couverture terrestre. Le projet Loon, créé il y a 9 ans, avait pris la forme d’une entreprise au sein d’ALphabet, la maison mère de Google, il y a bientôt 3 ans. Alastair Westgarth le CEO de Loon a rendu publique la nouvelle via la blog de l’entreprise, reconnaissant l’impossibilité de financer de manière durable l’activité :

Nous parlons beaucoup de connecter le prochain milliard d’utilisateurs, mais la réalité est que Loon s’est attaqué au problème le plus difficile de tous en matière de connectivité – le dernier milliard d’utilisateurs : Les communautés situées dans des zones trop difficiles ou trop éloignées pour être atteintes, ou les zones où la fourniture de services avec les technologies existantes est tout simplement trop coûteuse pour les gens ordinaires. Bien que nous ayons trouvé un certain nombre de partenaires volontaires en cours de route, nous n’avons pas trouvé le moyen de faire baisser les coûts suffisamment pour construire une entreprise durable à long terme.

Alastair Westgarth, CEO Loon

Il est paradoxal de voir qu’à l’heure ou l’espace s’encombre de concurrents pour positionner des micro satellites fournisseur d’Internet, l’initiative Loon, plus modeste, à base de ballons atmosphériques mette la clé sous la porte.

Microsoft s’intéresse à son tour aux véhicules autonomes

source : Microsoft

Google a, depuis longtemps, démontré son intérêt pour les voitures autonomes, Apple fait régulièrement des retours sur le devant de la scène des rumeurs concernant ses projets sur le même sujet, Amazon s’intéresse également au sujet, en particulier sur les véhicules de livraison pour le dernier kilomètre. Microsoft était resté sur la réserve jusqu’à présent, préférant se positionner comme fournisseur de briques technologiques mais ne s’affirmant pas comme un possible compétiteur direct. Mais les choses changent, puisque Redmond vient d’annoncer une coopération à double sens avec General Motors :

  • Microsoft rejoint GM, Honda et quelques autres investisseurs pour injecter 2 milliards de dollars dans Cruise, la filiale de GM spécialisée sur les véhicules autonomes (la part de Microsoft sur ces 2 milliards n’a pas été dévoilée).
  • GM choisit Azure en tant que partenaire préféré pour les solutions de cloud public. Cette collaboration autour d’Azure, même non exclusive, poursuit un rapprochement entre les 2 acteurs opérés à partir de 2018, avec l’annonce du choix par GM de Teams (auparavant GM utilisait les outils de Google).

Cruise a été acquis par GM en 2016 et porte aujourd’hui l’ensemble des projets de développement de véhicules autonomes pour la marque. Grâce à cet investissement de 2 milliards, la valorisation de Cruise est estimée à 30 milliards.

Un point sur SharePoint on line

Microsoft est revenu en décembre dernier sur l’adoption de SharePoint Online, indiquant que plus de 200 millions d’utilisateurs se connectent de façon mensuelle sur la plateforme (Monthly Active Users), marquant la reconnaissance du marché pour ce service, et mettant en avant sa position de Leader dans le Quadrant Magique de Gartner sur les Plateformes de Services de Contenus (pour la quatrième année de suite). Ces 200 millions de MAU représentent un doublement par rapport aux chiffres évoqués un an plus tôt selon Jeff Teper (Microsoft Corportate Vice President pour Teams, SharePoint et OneDrive – joli périmètre :))

Microsoft a également rappelé le rôle central de SharePoint dans de nombreux scénarios d’usages et services proposés dans Office 365 :

  • comme plateforme pour partager des documents et ouvrir des capacités de co édition (Word, Excel et PowerPoint)
  • comme nouveau repository pour les fichiers vidéos gérés par Microsoft Stream, et des enregistrements de réunions Teams
  • comme support des nouvelles listes Microsoft, et la disponibilité de cette dernière dans Teams
  • comme support de conversations Yammer
  • le lancement de SharePoint Syntex (appartenant au Projet Cortex) pour automatiser la catégorisation de contenus et développer des solutions de recherche s’appuyant sur le Graphe Microsoft.

Selon Jared Spataro (Microsoft Vice President pour Teams), auteur du message récapitulatif des avancées de SharePoint Online, ces évolutions sont directement liées aux investissements réalisés sur la nouvelle plateforme :

Au cours des dernières années, nous avons investi dans une nouvelle architecture de stockage, de plateforme et d’expérience SharePoint, déployée dans plus de 60 centres de données régionaux prenant en charge des millions de requêtes par seconde et des exabytes de données. Cette nouvelle plateforme nous permet de vous fournir des innovations plus rapidement et vous verrez que nous mettrons sur le marché de nombreuses nouvelles expériences SharePoint en matière de collaboration, de médias, de protection, de renseignements, de solutions personnalisées, et plus encore en 2021.

Jared Spataro, Microsoft Corporate Vice President pour Microsoft 365

Facebook : 2 pas en avant, 1 pas en arrière

Fidèle à une approche qui, il faut le reconnaitre, lui a plutôt bien réussi (et à Facebook), Mark Zuckerberg vient de reculer sur la question épineuse du transfert de données personnelles des utilisateurs WhatsApp vers Facebook. Selon « Zuck » il vaut mieux tenter quelque chose sans demander l’autorisation préalable, même (ou surtout ?) en sachant que ceci va soulever des fortes oppositions, quitte à revenir en arrière si et seulement si la levée de boucliers est trop vive. Et tenter de se racheter derrière un flot d’excuses….

Dernier exemple en date de cette stratégie du fait accompli, la volonté de forcer les utilisateurs WhatsApp a étendre le partage de leurs données vers Facebook. Devant initialement entrer en vigueur le 8 février 2021, cette modification des termes et conditions d’utilisation de WhatsApp a fait l’objet de notifications auprès des utilisateurs depuis plusieurs semaines. Tout utilisateur refusant cette mise à jour se voyait menacer de suspension ou suppression de son compte WhatsApp. Si l’Europe (merci au RGPD) restait en marge de cette modification, les réactions n’en ont pas moins été vives par ici… WhatsApp s’est donc fendu d’une communication sur son fil Twitter pour indiquer que la mesure contestée était mise en pause jusqu’en mai prochain. Un post a également été posté sur le blog de WhatsApp, qui explique que de nombreuses »informations erronées ont circulé, ce qui a créé de l’inquiétude. Nous souhaitons aider chacun a comprendre nos principes et nos faits ». Bref, ce qui est en question pour WhatsApp/Facebook ce n’est pas leur volonté d’aspirer encore plus de données personnelles, éventuellement par la contrainte, mais bien que nous autres pauvres utilisateurs n’avons pas compris les intentions (louables) de l’entreprise. En tout cas, la manoeuvre de Facebook pour passer en force a échoué, temporairement, et le mauvais buzz créé ne vas aider Facebook pour cette entame de nouvelle année, dont l’actualité risque de résonner fort avec l’ouverture du prochain procès intenté par le DOJ et 48 d’états à l’encontre de l’entreprise de Menlo Park alléguant qu’elle « maintient illégalement son monopole sur les réseaux sociaux personnels par un comportement anticoncurrentiel qui dure depuis des années ». Pas sûr que sur ce coup, les excuses de Zuck suffiront ….

La réponse de Microsoft à chrome OS se précise : windows 10X (mais pas que …)

source : Thurrott.com

Mary-Jo Foley a repéré sur le web une publication mentionnant une release quasi finale de Windows 10X. Nous nous sommes faits l’écho des nombreuses questions relatives à ce nouvel OS (ici ou ), mais selon MJ Foley, Windows 10X devrait faire son arrivée courant 2021, pour équiper de nouveaux appareils, mono écran (oublié les 2 écrans) et ne serait pas disponible pour des PC existants.

Toujours selon elle, ces nouveaux équipements dotés de ce nouvel OS pourraient être des points d’entrée pour une future offre Azure de PC as a service, l’ensemble constituant ainsi potentiellement une réponse aux Chromebooks/Chrome OS/et les services GCP. Mais en l’occurrence si une telle réponse voyait le jour, ce serait bien plus l’offre de service cloud que l’OS lui-même qui serait importante. Le Microsoft de Nadella l’a bien compris avec ses priorités stratégiques que recouvrent Azure et Microsoft 365, avec Windows uniquement sur le strapontin …. La lutte contre la stratégie de Google passe par là.

Concernant les Chromebooks, Intel a annoncé récemment que 9,4 millions de Chromebooks (sur plateforme Intel) ont été vendus sur le troisième trimestre 2020, soit une progression annuelle de 122%. Selon Paul Thurrot, autre expert es-Microsoft, sur ce même 3ème trimestre 2020, il se serait écoulé 73,1 millions de PC (+8,43% d’un an sur l’autre), et 6,2 millions de Mac. Donc les 9,2 millions de Chromebooks sont loin d’être anecdotiques sur le marché global. Le marché de l’éducation, particulièrement aux USA mais pas que, est le premier terrain de jeu pour les Chromebooks, mais ces appareils entrent aussi aujourd’hui dans le périmètre des entreprises, en particulier pour celles qui se laissent tenter par les solutions cloud de Google.

La réponse de Microsoft à cette poussée est nécessaire, voire même urgente, et Redmond devra s’appuyer sur différents leviers pour s’assurer que Google reste confiné au maximum. Windows 10X en est un, mais ce n’est pas le seul.

#CES2021 Une solution pour identifier rapidement les signes d’AVC

Selon l’INSERM, ce sont plus de 140 000 nouveaux AVC qui ont lieu en France chaque année, et qui mènent à près de 30 000 décès. L’AVC (Accident Vasculaire Cérébral) est la première cause de handicap physique acquis de l’adulte et plus le temps d’identification de l’AVC d’un patient est long plus le risque de décès ou d’handicap est élevé.
La société coréenne Pulxion a présenté hier au CES 2021, PulStroke , un nouveau dispositif de dépistage rapide de la sténose de l’artère carotide, un indicateur précoce de l’AVC. Actuellement l’identification de cette sténose passe par l’utilisation d’un équipement Doppler, en milieu hospitalier, avec des professionnels de santé pour mettre en oeuvre le système et interpréter les résultats. Ce qui est donc limité en termes d’accès mais aussi de temps.

PulStroke est, selon Pulxion, un outil d’évaluation non invasif, non radioactif, simple à utiliser. Avec PulStroke, les résultats du dépistage sont accessibles aux utilisateurs via l’appareil lui-même ou les smartphones des utilisateurs dans un délai de 5 minutes. L’appareil enregistre d’abord un clip de 20 secondes de la peau du cou de l’utilisateur sous une lumière LED. Ensuite, l’algorithme (et son IA) analyse dans le cloud les données et fournit les résultats du dépistage aux utilisateurs. La précision de PulStroke est supérieure à 90 % de celle de la méthode d’échographie Doppler.

source : Pulxion

La solution opérationnelle n’est néanmoins pas attendue avant mi 2022 en Corée, après validation des autorités sanitaires.

#CES2021 Une sonnette connectée qui prend la température des visiteurs !

En cette période de COVID, la société Plott propose Ettie, une sonnette connectée qui, en plus des capacités classiques de sonnette (vidéo HD, audio 2 sens et une application mobile qui permet à l’utilisateur d’être alerté sur son smartphone à chaque fois que quelqu’un sonne et de pouvoir voir et parler), offre 2 fonctions beaucoup moins courantes et dans l’air du temps.

Tout d’abord elle dispose d’un capteur de température qui permet de prendre la température du visiteur qui se présente, ensuite elle garde le compte des personnes présentes dans les lieux. Si la première fonctionnalité peut tout à fait trouver sa place dans les domiciles privés, la seconde est plus clairement destinée aux commerces et petites entreprises, en leur permettant d’avoir de manière instantané le compte exact des personnes présentes à l’intérieur des locaux, et en les alertant via l’application si la capacité limite est atteinte.

Cet appareil devrait être commercialisé dans la seconde moitié de 2021 pour un tarif US aux alentours de 300 dollars.

#CES2021 La Première cuisine robotisée

L’entreprise anglaise Moley Robotics a présenté au CES2021 la première cuisine entièrement robotisée. Attention il ne s’agit de la version 7 du fameux Thermomix ou du dernier Cuisine Compagnon de Moulinex …. La cuisine Moley est comme vous pouvez le constater sur la vidéo, une installation totalement automatisée qui pourrait concernée les particuliers (fortunés) comme les professionnels (mais qui n’auraient alors plus forcément besoin de l’être, professionnel…).

Selon le communiqué de presse publié par l’entreprise, cette cuisine de nouvelle génération est le fruit de 6 années de recherche et développement par une équipe de 100 ingénieurs, designers et 3 chefs cuisiniers. Les bras robotisés sont quant à eux produits par l’entreprise allemande Schunk. Pour ses futures clients, Moley offrira 30 recettes exclusives élaborées par ses chefs et tirant parti de l’installation, parmi une liste digitale de plus de 5000 plats. De même Moley met à disposition un logiciel pour que les clients puissent enregistrer leurs propres recettes à exécuter par le robot.

« Entrées précédentes