Archives d’Auteur : Patrick Barriere

Google lance .dev un nouveau domaine de premier niveau sur Internet

Google va donc lancer un nouveau domaine disponible sur internet, destiné aux développeurs, qui portera donc l’extension .dev

Si vous voulez en savoir plus sur les règles qui régissent les noms de domaines sur internet vous pouvez lire cet article de Wikipedia.

Cette nouvelle extension est formellement un « domaine de premier niveau » (ou Top Level Domain – TLD). Dans cette catégorie on trouve les extensions nationales (.fr par ex), génériques (.com par ex). La nouvelle extension entre dans la seconde catégorie et sera ouverte à tout ce qui touche au développement. Pour illustrer les usages de ce nouveau domaine, Google annonce aussi quelques sites web associés, comme accessibility.dev ou GitHub.dev. L’extension .dev sera accessible au travers des registrars le 28 février, et imposera l’usage de https.

OpenAI : les possibilités et les implications de la génération de textes par l’IA

Capture d’écran 2019-02-19 à 10.23.06.png

La société OpenAI, créée par Elon Musk en 2015 pour travailler sur le concept d’une IA « sûre », sous contrôle et au bénéfice des humains, a publié la semaine dernière sur son blog un article qui présente leur état d’avancement concernant un modèle pour prédire du texte à partir de texte existant. A noter qu’Elon Musk a quitté le board d’OpenAI il y a tout juste un an afin de limiter les risques de conflit d’intérêt, l’IA constituant un enjeu majeur pour les véhicules autonomes, dont Tesla est la figure de proue aujourd’hui.

Concrètement, OpenAI travaille sur un modèle, GPT-2, et l’entraine pour pouvoir prédire le mot suivant à partir des mots précédents dans un texte. Les possibilités d’un tel modèle sont, par exemple de générer un texte cohérent, ou de répondre à des questions, à partir d’une phrase qui lui est fourni, en se basant sur un dataset de 8 millions de pages Web. La force de GPT-2 est de travailler à partir d’informations qui ne sont pas spécifiques à un domaine, en tirant partie de techniques d’apprentissage non supervisé avec de gros volumes de données non étiquetées.

Dans son billet de blog, OpenAI donne des exemples de traitement (voir ici le premier exemple, c’est une histoire de licornes qui parlent anglais :)), et c’est vraiment bluffant. En partant d’un texte de 2 phrases d’une quarantaine de mots, GPT-2 est capable de produire une histoire de près de 400 mots, précise et cohérente.

Fidèle à sa mission (« Discovering and enacting the path to safe artificial general intelligence« ), OpenAI explique aussi dans ce billet que compte tenu des risques d’exploitation « maligne » d’un tel système, pour produire des fake news, ils ont décidé de ne pas publier l’intégralité de leur modèle, mais uniquement un sous ensemble de GPT-2, sans le dataset. le code d’entrainement ou les paramètres du modèle.

 

LinkedIn lance LinkedIn Live, un service de diffusion de vidéos en direct

Capture d’écran 2019-02-13 à 11.00.12.png
LinkedIn, filiale de Microsoft, vient d’annoncer par la voix (et sur sa page LinkedIn) de Pete Davies, Director Product Manager chez LinkedIn, son intention de lancer un nouveau service de diffusion en direct de videos, sobrement dénommé LinkedIn Live. Pour le moment en bêta aux USA ce service est ouvert sur invitation uniquement, et permettra la diffusion d’évènements en direct.

Grâce à l’introduction en 2017 de son service de diffusion de vidéos, LinkedIn Video, (service arrivé en France que depuis début 2018), LinkedIn  a pu constaté l’effet booster sur son CA de ce nouveau service. LinkedIn Live va permettre d’aller plus loin encore pour développer ses activités.

Les autres acteurs des réseaux sociaux (Facebook, Youtube, twitter) ont ouverts depuis pas mal de temps des services de diffusion de vidéo en direct. LinkedIn se met donc à niveau avec cette annonce. Même si LinkedIn est loin en termes de nombre d’utilisateurs des 2  concurrents de tête (pour mémoire : LinkedIn 600 millions, Facebook 2,4 milliards, Youtube 1 milliard), plusieurs éléments la différencient de ces concurrents :

  • son caractère professionnel et son business model mixant souscriptions gratuites ou payantes, et services (payants) aux entreprises,
  • une croissance en 2018 de 30% de son CA, à 5,5 milliards de dollars
  • les synergies avec le reste de Microsoft (voir les liens avec la plateforme Dynamics)

Concernant Microsoft, il faut aussi noter que LinkedIn Live sera hébergé sur Microsoft Azure et bénéficiera des services Azure Media Services. LinkedIn a bénéficié depuis son rachat par Microsoft (fin 2016 pour 27 milliards de dollars) d’une grande latitude, qui a certainement contribué à son développement continu depuis. L’utilisation de la plateforme cloud de Microsoft ne doit certainement pas être interprétée comme une reprise en main.

 

Amazon achète Eero (routeur mesh)

Capture d’écran 2019-02-13 à 10.23.45.pngAmazon a annoncé hier son intention d’acquérir la société californienne Eero qui propose des solutions de routeurs Mesh pour le grand public. L’intérêt d’Amazon pour les équipements à domicile (voir ses investissements autour d’Alexa, les enceintes connectés Echo, la sonnette connecté Ring, ou la caméra connectée Blink) n’est pas un mystère. Dans ce contexte, le rapprochement avec une solution de routeur Mesh fait sens pour permettre une connexion améliorée de tous ces appareils, même si pour le moment l’objectif poursuivi par Amazon n’a pas été rendu public (continuer à laissé Eero vivre sa vie, intégrer la techno Eero dans les enceintes Echo …). Il y a un an au CES de Las Vegas, Amazon avait annoncé des partenariats d’intégration d’Alexa avec les routeurs Huawei ou Netgear. Avec l’annonce du rachat d’Eero le géant de Seattle montre qu’il souhaite aussi maitriser cet élément et pas dépendre d’autres.

IBM Watson available anywhere !

Capture d’écran 2019-02-13 à 09.56.13.pngIBM vient d’annoncer lors de la conférence Think 2019 que les services de Watson ne seront dorénavant plus liés exclusivement au cloud d’IBM. Dans un mouvement d’ouverture, les clients pourront installer les services Watson (en commençant d’abord par le Watson Assistant pour développer des interfaces conversationnelles, et Watson OpenScale pour gérer le cycle de vie des projets IA au sein des entreprises) dans un cloud privé, un cloud public (non IBM) ou un cloud hybride.

 

Au travers de cette annonce, dont le motif officiel est de rapprocher l’IA des données de l’entreprise, IBM reconnait la nécessité de s’ouvrir aux plateformes de ses concurrents, en particulier Microsoft et AWS. Dans le monde des services cloud aux entreprises, ces 2 acteurs restent en tête de la course, AWS encore largement devant, Microsoft second à une bonne longueur. Les suivants (Google et IBM) n’ont toujours pas trouvé le moyen de revenir sur ce duo de tête, voire même leur retard se creusent encore un plus (voir le départ de Diane Green de Google par exemple).

Pour IBM, l’informatique quantique (en vedette lors du dernier CES) et  l’Intelligence Artificielle constituent aujourd’hui quasiment les seuls domaines technologiques ou « la Compagnie » est encore présente. Pour le reste de son business IBM s’est transformé au cours des 20 dernières années en société de services. L’ouverture de Watson,  sa plateforme IA, sera peut être une voie pour lui permettre de maintenir cette présence. Ou pas !

HUP : des changements en vue

Capture d’écran 2019-02-11 à 10.49.20.pngLe programme HUP (Home Usage Program) de Microsoft existe depuis de très nombreuses années. Ce bénéfice de la Software Assurance de licences Office permet aux collaborateurs d’organisations (ayant souscrits à la SA de leurs licences Office) de pouvoir installer pour leurs usages personnels une copie d’Office à leur domicile, à cout faible (moins de 20€). Cette possibilité était pour le moment limitée à des souscriptions Office 365 Pro Plus ou des versions on premise Office 2019.

Selon les termes de l’édition de février 2019 des Microsoft Product Terms, des changements sont intervenus sur HUP (voir le paragraphe Microsoft HUP en page 87 de la version française des Product Terms). Sous condition d’éligibilité (toujours SA Office) les utilisateurs pourront choisir d’installer des logiciels ou de souscrire à un service en ligne Office 365. Ainsi avec le nouveau HUP, si l’entreprise participe au programme SAM (Software Assurance Membership) pour le groupe de produits Applications, alors ses collaborateurs optant pour les services en ligne au sein de HUP, auront le choix entre un abonnement Office 365 Edition Familiale ou Office 365 Personnel, en bénéficiant d’un discount sur le tarif standard de souscription de ces services (-30%). Point important concernant cette option HUP services en ligne, les abonnements souscrits par des collaborateurs pourront être renouvelés au tarif HUP, même si le collaborateur n’appartient plus à la société ou si la société n’est plus en couverture SA. Pour l’option HUP logiciel par contre, le bénéfice reste lié au maintien en SA et au statut de salarié de l’entreprise.

Amazon (aussi) investit dans la conduite autonome

Capture d’écran 2019-02-08 à 09.58.07.pngLa start-up américaine Aurora a indiqué dans un communiqué hier qu’Amazon faisait partie de son dernier round d’investisseurs (Aurora vient de lever 530 millions de dollars).
Moins connue du grand public que Tesla ou Google/Waymo, Aurora est cependant un candidat challenger sérieux dans la course engagée pour produire une solution de conduite autonome « industrielle ». Les 3 fondateurs ont auparavant travaillé à des niveaux de responsabilité importants chez Tesla, Google, Uber, ou l’université de Carnegie Mellon très réputée dans le domaine de la robotique.  Aurora a signé dans les derniers mois plusieurs accords de collaboration avec des constructeurs automobiles « classiques » comme VW, Hyundai, Toyota mais aussi le chinois Byton qui travaille depuis maintenant plus d’un an sur une voiture électrique et autonome., annoncée au CES 2018.

Amazon s’intéresse depuis quelques temps déjà aux solutions de robots électriques et autonomes capables d’assurer des livraisons ou d’effectuer des tâches au sein de ses entrepôts, mais avec Aurora Amazon élargit son champs d’intérêt vers des véhicules qui pourront utiliser le réseau routier classique, camions ou voitures.  De plus Aurora est un acteur encore aujourd’hui indépendant disposant d’une expertise reconnue dans le domaine. Une bonne pioche donc pour la société de Jeff Bezos :).

« Entrées précédentes