Archives d’Auteur : Patrick Barriere

Meta en passe de mettre fin à Diem ?

source : diem.com

Deux ans et demi après avoir annoncé sa volonté de lancer sa cryptomonnaie, Libra devenue ensuite Diem, Meta (ex Facebook) serait donc sur le point d’annoncer la fin des opérations.

Lors de l’annonce qui avait pris tout le monde par surprise en juin 2019, Mark Zuckerberg s’était affirmé de manière très offensive sur le sujet, comme à l’accoutumée, quitte à faire des pas en arrière en cas de problème. Mais l’accueil réservé à son annonce avait été glacial, notamment des diverses autorités politiques et financières du monde entier, forçant plusieurs grands partenaires entrainés par Zuckerberg dans le deal à faire marche arrière (PayPal, Mastercard, eBay, Vodafone), puis à donner une nouvelle forme à son initiative, moins « propriétaire », en confiant son destin à une association, Diem, et en adossant sa cryptomonnaie au dollar pour rassurer les autorités.

Mais ceci n’a pas suffi. Selon un rumeur relayée par Bloomberg, le coup final aurait récemment été porté par la Reserve Fédérale américaine qui aurait mis la pression sur Silvergate, le partenaire bancaire choisi en 2021 par Diem pour lancer son cryptoactif. Diem serait donc en train de liquider ses actifs et mettre fin à l’aventure de Facebook sur le terrain de la monnaie (en tout cas pour le moment). Mais Mark Zuckerberg s’est trouvé un autre cheval de bataille avec le metaverse, changeant le nom de l’entreprise et alignant des investissements massifs sur ce nouveau pari. S’il réussit celui-ci il y a fort à parier qu’un Diem-like pourrait réapparaitre, poussé par la nécessité d’une cryptomonnaie capable de régler les échanges dans ces mondes virtuels….

La guerre est déclarée par Google contre iMessage d’Apple

Dans un récent message posté sur le compte office Android sur Twitter, Google accuse iMessage d’Apple de bénéficier du harcèlement. Ce message fait écho à un article paru dans le Wall Street Journal qui expliquait que la solution de messages texte d’Apple crée chez les ados, d’une part une forme d’enfermement dans un monde clos (la solution iMessage ne fonctionne que dans l’écosystème d’Apple) et d’autre part provoque une forme de ségrégation, entre les ados disposant de matériels Apple et qui voient leurs messages s’inscrire en bleu dans l’appli, versus tous les autres (utilisateurs d’Android donc) qui voient leurs messages s’afficher en vert. Selon l’article du WSJ « parmi les consommateurs américains, 40 % utilisent des iPhones, mais parmi les personnes âgées de 18 à 24 ans, plus de 70 % sont des utilisateurs d’iPhone« . D’où ces accusations du WSJ concernant les conséquences de l’usage d’iMessage dans ces populations d’ados, chez qui le texto vert susciterait des moqueries (ou pires).

Et Google de poursuivre, le coeur sur la main, en expliquant que « les textos devraient nous rassembler, et la solution existe. Réglons ce problème tous ensemble ». La solution pour Google est bien entendu RCS (Rich Communication Services), un protocole de messagerie plus riche que les SMS, publié en 2017 et défini par le consortium GSMA (donc essentiellement les opérateurs). Depuis 2018, Google s’est engagé à fond derrière ce protocole.

Que Google relaie des accusations aussi graves, n’est pas vraiment une surprise. L’entreprise de Mountain View se trouve en effet depuis des années face à une situation concurrentielle difficile dans le domaine hautement stratégique des solutions de textos / chat. D’un côté, Meta et ses solutions phares (Messenger et surtout WhatsApp), et de l’autre Apple et iMessage (sans parler des Signal, Télégramme, Slack, TikTok etc …). Face à ces deux mastodontes et concurrents mortels, Google a erré de solutions en solutions (pensez à Google Talk, Buzz, Google +, Hangout, Chat) , sans jamais réussir à s’imposer avec un service de qualité suffisante, et surtout sans jamais garder une ligne stratégique déterminée.

Accuser Apple de bénéficier du harcèlement qui serait provoqué par la position très large d’Apple chez les jeunes, pour pousser à l’usage d’un standard, déjà ancien, qui n’apporte rien de plus que toutes les solutions modernes/web actuelles, né chez et promu par les telcos, qui rêvent du passé glorieux des SMS et de la manne financière que ceux-ci représentaient (pour eux !), c’est très limite. Surtout quand on s’appelle Google, avec les moyens financiers et les talents dont dispose l’entreprise, on pourrait s’attendre à une réaction pour faire le ménage dans ses différentes approches messenging, développer une vraie stratégie et une vraie offre qui puisse aller concurrencer les Apple et autres Meta à la régulière.

Ajout de fonctions Teams et Viva pour les Frontline workers

source : Microsoft

Les travailleurs de première ligne représentent une large partie de la population active et sont présents dans tous les secteurs (santé, service, industrie, commerce …). Microsoft leur consacre une nouvelle édition de ses rapports Work Trend Index. Dans ce nouveau rapport publié le 12 janvier 2022 et intitulé « La technologie peut aider à débloquer un nouvel avenir pour les travailleurs de première ligne« , Microsoft présente les résultats d’une enquête réalisée sur près de 10 000 personnes, dans 8 industries et sur les 5 continents, afin d’illustrer comment cette population de collaborateurs, pas forcément la plus dotée habituellement en solutions numériques, peut bénéficier des transformations numériques engagées.

En appui des enseignements issus de l’enquête réalisée, Microsoft présente sur le blog Microsoft 365, 3 domaines spécifiques sur lesquels ses solutions Teams et Viva, adaptées au frontline workers vont évoluer :

  • Équiper les travailleurs de technologies permettant de réduire le stress et les frictions du système.
  • Donner la priorité à la formation et la moderniser
  • Construire une culture d’entreprise qui inclut le personnel de première ligne

Parmi les nouveautés annoncées, Microsoft annonce entre autres l’introduction :

  • d’une appli Talkie-Walkie pour Teams sur les terminaux Zebra (terminaux durcis pour les usages frontline),
  • d’un connecteur Reflexis Shifts pour Teams, pour intégrer Teams avec l’appli Reflexis Workforce Scheduler (gestion de planning),
  • ou d’une fonctionnalité pour Viva Learning, afin de gérer les assignations de formation en relation avec un LMS (Learning Management System) d’entreprise, tels que SAP SuccessFactors, CornerStone OnDemand ou Sabra Cloud.

Microsoft leader des ventes informatiques aux entreprises

Selon une étude publiée par le cabinet américain Synergy Research, Microsoft arrive en tête du classement avec un chiffre d’affaire estimé à 120 milliards de dollars réalisé dans le monde de l’entreprise (pour mémoire, le CA total de Microsoft sur sa dernière année fiscale close au 30/06/2021 s’élève à 168 milliards). Microsoft distance très largement les 2 suivants, IBM, Amazon, tous 2 en dessous de la barre des 70 milliards d dollars. Pour effectuer ce classement Synergy Research comptabilise les ventes dans les domaines suivants : services cloud d’infrastructure, collaboration, logiciels d’entreprise et SaaS, infrastructure de datacenter, infrastructure de fournisseur de services et services informatiques d’entreprise. Toujours selon Synergy research, les domaines affichant les plus fortes croissances sont les services cloud d’infrastructure, le SaaS, la collaboration hébergée et dans le cloud et l’infrastructure des datacenters des fournisseurs de services.

Si l’on regarde la croissance du CA, c’est Amazon qui arrive en tête (+36%), suivi de Salesforce (+25%), puis Microsoft (+24%). Tous les autres acteurs ne parviennent pas à des croissances à 2 chiffres, Huawei affichant une baisse de 9%.

#CES 2022 – La start-up arlésienne SkinCast à Las Vegas

skincasts.fr

L’entreprise Skincasts, basée à Arles, est présente au CES, en compagnie de 14 autres start-ups que la Région Sud accompagne à Las Vegas.

Skincasts fabrique des attelles en impression 3D à base d’un polymère biodégradable obtenu à partir d’amidon de maïs,. Ces orthèses sont légères, aérées et réglables, de grands avantages selon l’entreprise, puisque ceci permet d’éliminer la transpiration, les mauvaises odeurs, les démangeaisons provoquées généralement par les attelles classiques, thermoformées. De plus ces orthèses, ouvertes sont réglables dans le temps, et elles résistent à l’eau, permettant une rééducation à base de balnéothérapie par exemple.

L’entreprise espère nouer des contacts avec des industriels lors de ce salon, pour développer sa solution.

TEAMS : GA de l’encryption de bout en bout (appels 1/1)

source : Microsoft

Microsoft vient d’annoncer la disponibilité générale de l’encryption de bout en bout pour les conversations 1/1 avec Teams. La fonctionnalité est désactivée par défaut sur les tenants et doit d’abord être activée au niveau de l’organisation par les administrateurs, chaque utilisateur choisissant ensuite individuellement de l’utiliser ou pas via les paramètres de l’appli Teams. La mise en oeuvre doit être activée par les 2 personnes concernées dans l’appel et l’encryption concerne uniquement la vidéo et l’audio.

Si l’encryption est utilisée dans un appel, certaines fonctionnalités ne sont pas utilisables dont :

  • l’enregistrement
  • sous-titres et transcriptions
  • transfert d’appels
  • ajout d’autres personnes à l’appel (limitation pour le moment aux appels 1/1)

Du nouveau dans l’offre de sécurité de Microsoft

Microsoft Security, qui regroupe l’ensemble de l’offre (vaste) de sécurité de Microsoft, vient de connaitre un petit lifting ces derniers jours, à l’occasion d’inuite (nous en parlions ici).

Côté cosmétique tout d’abord (pour un lifting çà s’impose :)) Microsoft a profité d’Ignite pour annoncer quelques changements de noms de certaines offres, supprimant le préfixe Azure au profit de Microsoft :

source Microsoft

La « marque » Microsoft s’impose donc pour les services de sécurité, et la ligne « Defender » se décline pour le cloud, l’IoT, les endpoints, les serveurs, les apps cloud, le storage …

Toujours dans le cadre d’Ignite Microsoft a annoncé l’introduction d’un nouveau Microsoft Defender for Endpoint Plan 1. Le précédent service connu comme Defender for Endpoint est désormais nommé Defender for Endpoint Plan 2. Dit autrement :

  • Microsoft Defender for Endpoint Plan 1 : nouveau service
  • Microsoft Defender for Endpoint Plan 2 : ancien service, renommé.

Microsoft vient d’annoncer la disponibilité générale du nouveau service Defender for Endpoint Plan 1, sous forme de souscription individuelle. Plus tard en 2022, le plan 1 sera intégré aux plans Microsoft 365 E3/A3.

Avec Windows 10 21H2, Microsoft passe aux mises à jour annuelles

Source : Microsoft

Depuis le 16 novembre, Windows 10 21H2, la mise à jour fonctionnelle de novembre 2021, est disponible largement. Disponible en pré version depuis début septembre 2021, cette nouvelle release fonctionnelle inaugure le nouveau cadencement de sortie choisi par Microsoft pour Windows : 1 fois par an (au lieu des 2 mises à jour par an jusqu’alors). Ce rythme annuel est également celui choisi pour Windows 11. La dénomination de ce nouveau mode de mise à jour pour Windows est maintenant « General Availability Channel« , qui remplace le « Semi-Annual Channel »

Les éditions entreprise et éducation de Windows 10 21H2 bénéficieront d’une période de support de 30 mois.

En même temps, Microsoft a également annoncé la disponibilité d’une nouvelle version de Windows 10 pour les configurations en entreprise nécessitant des versions stables sur de longues périodes (environnement médical ou industriel par exemple) : Windows 10 Enterprise LTSC 2021, qui offre un support sur 5 ans.

Microsoft et Kyndryl nouent un partenariat

Kyndryl, la spin off des services IBM de management d’infrastructure IT (indépendante complètement depuis la semaine dernière) vient d’annoncer la signature de son premier partenariat Premium avec Microsoft. La séparation d’IBM en 2 entreprises indépendantes a été présentée il y a un peu plus d’un an, la première conservant le nom et portant les offres de technologie, cloud et IA, la seconde (connue au départ sous le nom de code NewCo) portant les offres de services. Cette dernière a vu son activité et son CA diminuer de façon régulière au fil des années (en 2020, son CA était de 19,35 milliards de dollars), et elle emploie 90 000 personnes au niveau mondial. Elle se trouve en compétition avec les géants du secteur, comme Accenture, l’indien TATA ou DXC Technology (résultat de la fusion de Computer Sciences et des services Entreprises de HPE).

Cette indépendance devrait permettre à la nouvelle entreprise (en tout cas c’est l’objectif) d’élargir son périmètre d’activité. D’autres partenariats verront aussi le jour, celui avec Microsoft étant le premier. Reste pour Kyndryl à orchestrer cette nouvelle vie et conduire cette transformation. Si l’on en croit les dernières tendances du cours de l’action de l’entreprise, passée de 40 dollars le 22 octobre à moins de 21 dollars le 12 novembre, les acteurs du marché ne sont pas convaincus d’avance …

Disponibilité générale de SharePoint Server Subscription Edition

Microsoft l‘avait annoncé lors d’Ignite 2020 (Septembre), les nouvelles versions on premise des serveurs Office (Exchange, SharePoint, Skype Ent et Project) seraient disponibles dans la seconde moitié de 2021, mais dans un modèle de souscription uniquement. Après avoir présenté la preview de SharePoint en septembre dernier (en même temps que la disponibilité générale d’Office LTSC), Microsoft vient donc d’annoncer la disponibilité générale de SharePoint Server Subscription Edition.

Il ne s’agit donc pas formellement d’une version SharePoint Server 2022, puisque cette édition sera mise à jour en continue. Cette évolution s’inscrit dans le cadre plus général de la transformation des modèles de commercialisation des solutions Microsoft (taguée « Modern Commerce ») et les souscriptions serveurs permettant à des clients d’installer des logiciels serveurs sur leur hardware a démarré avec Windows Server puis SQL Server (dans un cadre toutefois différent pour ces 2 produits, intégrant ainsi les options d’usages hybrides – on premise et Azure – non mentionnées pour SharePoint Server Subscription Edition). Les produits de la famille Office suivent donc ce chemin, avec uniquement SharePoint disponible pour le moment.

La mise à jour vers SharePoint Server Subscription Edition est possible depuis SharePoint Server 2019 et SharePoint Server 2016 (sans migration préalable vers la version 2019).

« Entrées précédentes