Archives d’Auteur : Patrick Barriere

Rachat de Mobileiron et Pulse secure par Ivanti

Si des ces 3 entreprises (MobileIron, Pulse Secure et Ivanti), les 2 premières sont certainement plus connues en entreprise, c’est bien la 3ème qui vient d’annoncer le rachat des 2 autres ! Ivanti débourse 872 millions de dollars pour acquérir MobileIron, quant au montant pour Pulse Secure il n’est pas divulgué.

Si le nom d’Ivanti est moins connu, la société n’est pour autant pas arrivée de nulle part. Elle a été créé il y a 3 ans, de la fusion entre LANDESK et Heat Software, et avec ce double rachat la société va renforcer son portefeuilles de services autour de la gestion et de la sécurisation des appareils mobiles (UEM : Unified Endpoint Management). MobileIron restait la seule solution MDM encore indépendante, face à des concurrents tels que VMWare AirWatch, Microsoft Intune ou IBM MaaS360.

Le modèle GPT-3 accessible en exclusivité via Azure

GPT-3 est la dernière version d’un modèle de langage développé par la société OpenAI, qui possède grâce au Deep Learning, la capacité de générer du texte qu’il est quasiment impossible de distinguer d’un texte produit par un auteur humain. Ainsi OpenAI avait démontré en février 2019 comment à partir d’une courte phrase fournie en entrée (« In a shocking finding, scientist discovered a herd of unicorns living in a remote, previously unexplored valley, in the Andes Mountains. Even more surprising to the researchers was the fact that the unicorns spoke perfect English« ), GPT-2 avait généré un texte de 300 mots. Sur son site, OpenAI présente quelques exemples de traitement GPT-2, tous plus bluffants les uns que les autres.

En juillet 2019, Microsoft avait noué un partenariat étroit avec OpenAI, portant en particulier sur l’intégration des technologies OpenAI dans Azure et le choix par cette dernière d’Azure comme plateforme de choix, en particulier pour les phases d’apprentissage du modèle GPT. Les 2 acteurs ont profité de la conférence Ignite pour annoncer un pallier supplémentaire dans cette collaboration. Ainsi GPT-3, la dernière itération de la techno phare d’OpenAI, sera accessible via son API en exclusivité prochainement depuis Azure. Le changement d’échelle en terme de puissance de la dernière version GPT va permettre de répondre à des cas d’usages encore plus sophistiquées, avec par exemple la possibilité d’utiliser le même modèle mais entrainer sur des pixels, pour obtenir par exemple une solution qui génère des compléments et des échantillons d’images cohérents. Mais par ailleurs, cette montée en puissance va amener encore plus d’eau au moulin de ceux qui redoutent de voir se multiplier les fake news et fakes images de toutes sortes ….

Nouvelles versions en vue pour les serveurs et clients Office

Lors de la première journée de sa conférence développeur Ignite, Microsoft a annoncé que de nouvelles versions d’ Exchange Server,  Skype Entreprise Server, SharePoint Server, Project Server et les applications Office on premise, seront disponibles dans le courant du second semestre 2021. Logiciels on premise certes, mais « petite différence », les produits serveurs ne seront pas accessibles via le classique modèle de licence CAL. + Serveur, mais via des souscriptions. Selon les éléments fournis dans l’annonce Microsoft, « la souscription donne accès au support, aux mises à jour des produits, aux correctifs de sécurité et de fuseau horaire ». Pas d’indication plus précise concernant les options d’usages hybrides (on premise / cloud), qui pourraient assortir aussi ce modèle de souscription, comme pour Windows Server et SQL Server. 

Les applications Office avec des licences perpétuelles seront quant à elles dispos pour Windows et Mac OS.

Pour tous les détails (dates, pricing, fonctionnalités) il faudra encore attendre un peu.

TikTok : confirmation du choix de l’acquéreur

Nous en parlions la semaine dernière, Oracle semblait pressenti en tant que partenaire technologique pour la reprise des activités de TikTok aux USA, c’est maintenant officiel. Oracle et Walmart ont été retenus par Tik Tok, le premier comme partenaire technologique et le second comme partenaire commercial. Même si le montage proposé semble loin de ce que voulait D.Trump (une vente complète des activités de TikTok aux US), ce dernier a donné sa bénédiction au deal, laissant une semaine de plus pour finaliser les détails.

Selon les informations disponibles Oracle et Walmart vont prendre dans un premier temps une part de 20% du capital d’une nouvelle entité TikTok Global dont ByteDance conserverait 80%. De plus selon l’entreprise chinoise, l’accord annoncé n’intègre pas les algorithmes de TikTok.

Mais à l’ère de la diplomatie-business de Trump, le diable se cache dans les détails. Ainsi le président américain avait indiqué son exigence de voir un montant significatif de l’opération tomber dans les caisses du fisc américain (certainement pour récompenser le super commercial @RealDonaldTrump :)).

Un autre acteur chinois, WeChat, est dans le collimateur de D.Trump. Mais il s’est offert un petit répit grâce à une cours californienne qui a annoncé dimanche 20 septembre bloquer la décision d’interdiction de l’application aux USA. Suite aux prochains épisodes….

TikTok : Oracle retenu comme partenaire technologique

Exit Microsoft donc ! C’est de Redmond qu’est venue l’information selon laquelle ByteDance refusait de vendre ses assets américains à Microsoft. Dans le même temps, le Wall Street Journal indique qu’Oracle est choisi comme partenaire technologique, sans évoquer le rachat strict. Pas de confirmation d’Oracle ou ByteDance sur l’identité du repreneur. La société chinoise a par ailleurs indiqué hier via un canal de presse chinois que l’algorithme de TikTok ne ferait pas partie de la vente.

La reprise du business US de TikTok s’inscrivant dans un contexte politique trumpien très marqué, la sortie de Microsoft n’est peut être pas un mal pour l’entreprise. Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, qualifiait même ce rachat de « calice empoisonné ».

Le locataire de la Maison Blanche ne sera certainement pas fâché de voir qu’un de ses bons amis et soutien officiel, Larry Ellison, prend la tête de la course à la reprise de l’entreprise chinoise. Le patron d’Oracle a à plusieurs occasions exprimé le plus grand bien de Trump, en particulier dans la lutte contre le Covid. Il est également un donateur important pour la campagne de son ami. Ainsi en février dernier, Ellison a organisé une collecte de fonds pour la campagne de Trump où les supporters pouvaient payer 100 000 dollars pour une sortie de golf et une séance photo avec le président… Entre milliardaires amateurs de golf, de bateaux et autres résidences de luxe, aussi éloignés l’un que l’autre de la notion de bien commun, il faut bien se soutenir.

Panique dans la silicon valley : les cours de bourse s’effondrent !

Le début du mois de septembre 2020 n’est pas bon pour la Bourse américaine, en particulier pour le Nasdaq qui vient d’essuyer en quelques jours une perte de 10%, un « signal inquiétant » pour reprendre l’expression du journal Le Monde dans un article publié ce jour.

J’ai voulu mesurer le niveau d’inquiétude réel qui doit habiter nos amis des Gafam, auxquels j’ai ajouté Zoom et Tesla, le premier car il a beaucoup gagné en visibilité depuis le début du COVID et le second parce qu’avec ses ordinateurs sur roues, il se situe aux avants postes de tendances porteuses (mobilité, IA, Cloud …). Et j’ai été relever les valeurs de leurs actions entre mars 2020 et aujourd’hui. Et les résultats sont clairs, les GAFAM doivent avoir très peur 🙂

Source : Yahoo Finance, compilée par nos soins

Même en tenant compte de la chute des 3 derniers jours, les progressions des cours des actions de tous sont spectaculaires en moins de 6 mois !! Progression de 50% pour Microsoft et Alphabet, quasi doublement d’Apple, Amazon et Facebook. Quant à Zoom et Tesla , c’est l’explosion.

Le Pentagon confirme son choix Microsoft pour le contrat JEDI

source : Wikimedia Commons

Bientôt un an que le Pentagon a annoncé avoir concédé l’ensemble du méga contrat cloud JEDI à Microsoft, et c’est officiel depuis vendredi 4 septembre (2020), c’est bien Microsoft qui a gagné ! C’est en tout cas ce qu’a ré affirmé le Ministère de la Défense américain, après plusieurs mois d’examen attentif par l’organisation des conditions d’attribution initiale à Microsoft, examen motivé par une action en justice entamée par Amazon qui conteste ce choix. Cette période a été mise à profit par le Pentagon pour demander aux 2 prétendants de préciser des éléments de leurs réponses, voire même de les complèter.

Cette communication vient clore un épisode de la contestation d’AWS (l’entité d’Amazon directement concernée par cette affaire) mais ne va certainement pas en régler le fond. L’entreprise a d’ailleurs publié un communiqué dans ce sens intitulé « Pourquoi nous continuerons à protester contre cette attribution de contrat politiquement corrompue« , indiquant également que sa dernière proposition était inférieure de plusieurs dizaines de millions de dollars à celle de Microsoft (pour un deal qui pèse globalement 10 milliards de dollars). La justice américaine va donc reprendre l’examen du dossier d’AWS sur le fond, et la tension n’est pas prête de retomber.

L’informatique quantique au secours de la lutte contre le réchauffement climatique ?

Capture d’écran 2020-08-27 à 14.43.20

source Microsoft Research

Je ne sais pas pour vous, mais pour ce qui me concerne, les cours de chimie sont déjà loin (très loin), et lorsque j’ai à plusieurs reprises entendu mentionner le processus de capture du dioxyde de carbone comme un cas d’usage de l’informatique quantique, je n’ai jamais compris quel était le rapport….

Microsoft Research propose sur son blog un article qui aide à mieux comprendre la chose 🙂 . L’auteur, Matthias Troyer, « Distinguished Scientist », y explique comment l’informatique quantique peut contribuer à la recherche d’un catalyseur du CO2.

Selon le Journal de la Société Chimique de France : « le terme de « catalyseur » a intégré le langage commun, où il désigne un individu, un événement ou une action déterminante, orientant les énergies vers un but qui n’aurait pas pu être atteint en son absence. Cette acception capture assez bien l’intuition scientifique de base : dès la fin du XVIIIe siècle, on connaît des situations où une faible quantité de substance « étrangère » à la réaction chimique lui permet pourtant de se faire mieux, plus rapidement, dans des conditions où autrement elle resterait « bloquée ». Aujourd’hui, on apprend aux étudiants que le catalyseur agit sans modifier la thermodynamique de réaction : il en accélère par contre la cinétique en offrant un chemin réactionnel privilégié, caractérisé par une énergie d’activation plus faible. »

Concernant la catalyse du CO2, il s’agit donc d’une opération qui en présence du catalyseur, va permettre d’opérer/accélérer une interaction entre CO2 et un autre composé chimique (ici l’hydrogène), transformant ainsi le CO2 en sous-produits chimiques (Methanol et H2O dans le cadre du projet décrit par Microsoft Research). La catalyse en général, du CO2 en particulier, n’est pas une idée nouvelle, par contre la possibilité de trouver de nouveaux catalyseurs, plus efficaces, utilisables en grand volume, à des couts raisonnables et qui puissent être utilisés partout, constituerait une avancée intéressante pour tenter de faire baisser le niveau de CO2 émis sur terre. Mais toute recherche pour identifier des catalyseurs (donc des composés chimiques) avec ces caractéristiques, nécessite de tester des milliers de combinaisons moléculaires, et imposerait de disposer pour ces simulations des capacités de calcul que les ordinateurs actuels n’offrent pas, même les plus puissants… Et voilà où l’informatique quantique peut apporter des gains en termes de performance exponentiels !

Dans le billet de blog de Microsoft Research, M.Troyer évoque le travail effectué pour développer un algorithme de simulation et d’analyse d’un processus de catalyse avec du Ruthenium en tant que catalyseur. Les recherches en termes d’informatique quantique progressent aujourd’hui de façon très significative, et ainsi M.Troyer indique que par rapport à des travaux proches qu’il a réalisé il y a 3 ans, l’algorithme développé aujourd’hui est 10 000 fois plus rapide, et nécessite 10 fois moins de ressources de calcul. Pour autant, énormément de choses restent à faire dans le domaine des ordinateurs quantiques pour disposer d’outils de simulation réellement opérationnels :

En fonction des hypothèses faites sur les futurs ordinateurs quantiques, nous estimons qu’il peut falloir entre un peu plus d’une journée et plusieurs années pour effectuer ces calculs (M.Troyer)

Pour en savoir plus, voir ici sur le blog de Microsoft Research.

Où sont les licornes, décacornes ….?

Pour tous ceux qui s’intéressent à la faune, en tout cas celle de la famille des licornes (pour rappel, les start-ups dont l’évaluation dépasse le milliard de dollars), la cabinet d’analyse CB Insights a effectué un travail (de fourmi 🙂 ) pour compliler une liste de toutes les licornes. Selon CB Insight le monde compte aujourd’hui 488 licornes réparties sur tous les continents, avec sans grande surprise les USA et la Chine qui se taillent la part du lion en termes de nombre de licornes présentes sur leur sol.

De même en termes de valorisation, 9 des 10 premiers sont américains et chinois, avec sur les 2 premières marches du podium 2 chinois (ByteDance valorisée 140 milliards de dollars !!) et Didi Chuxing (domaine de l’automobile et des transports, valorisée 56 milliards). L’américain SpaceX occupe la troisième place sur le podium avec une valorisation estimée à 46 milliards de dollars.

Enfin, toujours sur la base des chiffres compilés par CB Insights, les domaines d’activités de ces licornes sont assez largement répartis :

Si vous voulez « jouer » avec la liste des start-ups compilés par CB Insight, vous pouvez la télécharger ici :

CB-Insights_Global-Unicorn-Club_2019

Première preview publique de Microsoft Defender Application Guard for Office

Microsoft vient d’annoncer la première preview publique de Defender Application Guard for Office, une capacité qui va permettre lors de l’ouverture de documents Office provenant de sources non sûres, d’utiliser de manière automatique (sans demander à l’utilisateur qui vient de double-cliquer sur une pièce jointe reçu par mail d’un correspondant extérieur à son entreprise) un « bac à sable » dédié à cette opération. Quand cette capacité est activée, un splash screen spécifique s’affiche à l’ouverture qui mentionne l’utilisation d’Application Guard. De même l’icône Word dans la barre des tâches est équipée d’un pictogramme de bouclier. L’utilisateur peut alors lire, modifier, enregistrer le document.

Application Guard for Office est un mode restreint qui isole les documents non fiables de l’accès aux ressources d’entreprise, à l’intranet, à l’identité de l’utilisateur et aux fichiers arbitraires présents sur l’ordinateur. Par conséquent, si un utilisateur tente d’accéder à une fonctionnalité qui dépend d’un tel accès, par exemple, l’insertion d’une image d’un fichier local sur le disque, il échouera. Pour permettre à un document non fiable d’accéder à des ressources fiables, les utilisateurs doivent supprimer la protection Application Guard du document. (source : https://docs.microsoft.com/en-us/microsoft-365/security/office-365-security/install-app-guard?view=o365-worldwide)

Si cette fonctionnalité vous semble intéressante, préparez vous à casser votre tirelire. En effet, Defender Application Guard for Office ne sera disponible qu’au travers des abonnements Microsoft 365 E5.

« Entrées précédentes