Archives de Catégorie: Divers

Facebook aurait tenté de recruter Scott Guthrie…en vain

Scott GuthrieSuites aux fuites des documents internes de Facebook de la semaine dernière (divulguées par NBC et qui comprenait plusieurs milliers de documents…), la journaliste du magazine Mashable, Karissa Bell a repéré des échanges entre dirigeants de Facebook qui montrait comment le géant des médias sociaux avait tenté de recruter Scott Guthrie en 2014 en lui faisant des propositions très alléchantes financièrement.

Scott Guthrie est en effet un personnage clé chez Microsoft, il était en 2014 le bras droit d’un certain Satya Nadella, qui deviendra plus tard le CEO de l’entreprise… M. Guthrie a rejoint Microsoft en 1997 et est devenu un des hommes clés au sein de la Division des développeurs de Microsoft, où il a poussé l’entreprise à élargir ses horizons et à intégrer davantage d’outils et de technologies libres au-delà de ses propres plateformes.

Mais en février 2014, Scott Guthrie a finalement remplacé Satya Nadella à la tête de la division Cloud and Enterprise lorsque ce dernier est devenu le CEO. Une promotion qui mettait à mal les ambitions d’embauche de Facebook… C’était sans doute une très bonne décision qu’il reste chez Microsoft avec la progression de sa division, progression saluée il y a peu de temps par le gain du contrat avec le Pentagone

 

[Humeur] Huawei n’est-il pas un allié objectif de Donald Trump ?

C’est sans doute ce que l’on pourrait se dire suite à la présentation de leur nouvelle tablette : la MatePad Pro qui a indéniablement le look de l’iPad Pro.

matepad pro

Après le Matebook qui ressemblait au Macbook, le constructeur chinois continue sans vergogne à copier le constructeur américain Apple. Et finalement cela apporte de l’eau au moulin de Donald Trump dans son combat contre le pillage de propriété intellectuelle de la Chine. Difficile même pour ses opposants les plus farouches de le contredire là dessus.

La prochaine campagne américaine risque bien de se jouer aussi sur le terrain technologique. Trump mettra en avant sa protection des entreprises technologiques américaines (même si tous les leaders de ces entreprises se sont largement opposés à ce président) alors qu’en face Elisabeth Warren proposera de démanteler les GAFA. Même si cette dernière est sans doute une des rares politiques à avoir bien compris les enjeux et les dangers des GAFA, son positionnement risque d’être assez mal compris de l’électorat américains face au discours simpliste du locataire actuel de la Maison Blanche…

Une interface vraiment tactile…

peau virtuelleAujourd’hui, beaucoup d’entre nous utilisent une coque de protection pour leur smartphone. Ces coques ont souvent un toucher agréable, on parle parfois de peau de pêches…
Une équipe de chercheurs du Bristol Interaction Group en Grande Bretagne a voulu aller plus loin, avec la création d’une coque conçue pour ressembler à une peau mais… humaine. De quoi faire à mon avis plutôt des cauchemars… Imaginez toucher votre smartphone comme si vous touchiez une main, pas sûr que ceci soit si agréable comme sensation !

Je ne suis pas sur que cette invention soit si interessante que cela, mais elle ne manque pas d’originalité, et pour ceux qui ne peuvent se séparer de leur smartphone, qui est leur deuxième peau, cette fois ils pourront prendre ceci au premier degré ! Mais en plus, il ne s’agit pas uniquement ici de remplacer une coque de smartphone, mais bien que cette coque puisse réagir comme une matière vivante à certaines sollicitations !

Baptisée Skin-On Interfaces, cette technologie a été mise au point par un groupe de chercheurs de Bristol, dont Marc Teyssier, le responsable (un français ancien élève de Telecom Paris et de la Sorbonne) a décrit en détail le processus de création et l’utilité de produit à la BBC. Les interfaces sont donc tactiles et pourraient permettre de nouvelles façons d’interagir avec les appareils, selon lui. Non seulement elles sont sensibles au toucher, mais elles peuvent aussi détecter les niveaux de pression et les gestes tels que l’étirement de la peau ou le pincement de la peau. Cela pourrait être utilisé comme un moyen d’exprimer des émotions, comme chatouiller la peau pour créer une expression de rire ou la pincer pour générer une expression de colère… On imagine aisément que les seuls smartphones ne sont pas concernés, pourquoi ne pas enduire de cette peau les volants des voitures et passer ainsi nos nerfs dans les embouteillages !

Les interfaces Skin-On peuvent être utilisées dans une multitude de produits, mais le chercheur prend comme exemple les étuis de téléphone, ce qui permettrait une interaction téléphonique par l’arrière et les côtés de l’appareil. Il peut également être utilisé en remplacement d’un trackpad sur un ordinateur portable, ou remplacer les bracelets de montres connectées pour permettre des méthodes de saisie supplémentaires. Ils ont décliné actuellement leurs prototypes en deux modèles : un modèle simple avec une couleur neutre, ou un modèle ultra-réaliste. Le français justifie ainsi sa création : « Lorsque nous interagissons avec les autres« , dit-il, « nous utilisons la peau comme interface. Cependant, les objets de comme le smartphone – ont toujours une interface froide qui ne permet pas une interaction et une saisie naturelles. » Avec ce projet, il veut rendre disponible « l‘interface humaine parfaite qu’est la peau pour les appareils existants.« .

Sachez que la technologie utilisée pour créer les interfaces Skin-On est open-source et le contrôleur utilisé pour la saisie tactile peut également être obtenu auprès de Marc Teyssier pour ceux intéressés à développer des méthodes d’interactions basées sur cette technologie. Ainsi tout indiustriel peut s’emparer du projet et le réaliser à sa sauce librement !

Une petite vidéo pour mieux imaginer les choses :

 

Microsoft publie ses résultats du 1er trimestre 2020 (juillet à septembre 2019)

Le 23 octobre dernier, Microsoft a publié ses résultats Q1 2020., et ils sont plutôt bons, CA : 33.1 milliards de dollars (+14%) et un résultat net de 10.7 b$ (+21%).

Voici en quelques chiffres, les perspectives sur les 3 segments de business de Microsoft :

  • Productivity and Business Processes : CA de $11.1 billion (+13%).
    • Office 365 : +25% (clients entreprise)
    • Office 365 Grand Public : 35,6 millions d’abonnés
    • Dynamics 365 : +14%
    • LinkedIn : +26%
  • Intelligent Cloud : CA de $10.8 billion (+27%), soit une croissance double de celle de la moyenne du CA.
    • Azure a cru de 59% sur la période. Si la croissance ralentit quelque peu (76% il y a un an, et 68% sur le dernier trimestre 2019 – avril à juin 2019), elle reste malgré tout compétitive vis à vis de celle du principal concurrent (AWS) qui a annoncé un CA de 8,9 b$ au 3eme trimestre 2019 (+35%).
    • Si Azure tire la croissance sur ce segment, la fin de support Windows Server 2008 (à venir en janvier 2020) et la fin de support de SQL Server 2008 (juillet 2019) ont contribué à maintenir l’activité des produits serveurs sur ce trimestre.
  • More Personal Computing : CA de $11.1 billion (+4%)
    • Windows en OEM : +9%.
    • Windows : licences en volume et services cloud associés : +26%. Intéressant car c’est dans cette catégorie que se situe les services Windows Enterprise E3 et E5 que l’on retrouve dans Microsoft 365, la star des références chez Microsoft (avec Teams bien entendu :)). Donc ce chiffre de 26%, comparé aux 4% du segment ou au 9% de Windows en OEM, pourrait indiquer les progrès en cours sur Microsoft 365, dont il est de plus en plus évident que Microsoft pousse cette solution bundlée auprès de ses clients entreprises.

Tesla obtient le feu vert des autorités chinoises pour produire ses véhicules en Chine

Capture d’écran 2019-10-21 à 08.27.48.png

Le constructeur de Fremont vient d’obtenir un précieux sésame lui permettant de produire ses voitures électriques en Chine. Il ne s’agit bien sûr pas d’une surprise, Tesla étant en train de construire une usine à Shangai, la première en dehors des USA, pour un modique investissement de 2 milliards de dollars. La Tesla Model 3 devrait être le premier véhicule produit dans cette nouvelle usine, et ce dès la fin de l’année. La capacité de l’usine devrait, selon Tesla, atteindre 150 000 Model 3 par an, mais plus globalement tous modèles confondus, Tesla espère sortir plus de 500 000 unités par an.

Autre point notable concernant la nouvelle usine de Shanghai, il s’agira de la V2 des lignes de production Model 3, et les gains attendus de cette nouvelle génération de l’outil de production devraient, en termes de coûts de production par véhicule, atteindre plus de 50% par rapport aux lignes actuellement en fonctionnement aux US (Fremont et la Gigafactory de Sparks dans le Nevada).

Bref, compte tenu de l’appétit du marché chinois pour les véhicules électriques, une année 2020 qui se présente sous les meilleures auspices pour Tesla en Chine.

Le fondateur de Byton aurait démissionné à cause de l’ingérence du gouvernement chinois… sans blague ?

Nous vous parlions il y a peu de Byton et de la sortie prochaine (enfin on l’espère) de sa voiture électrique. Mauvais joueur, Carsten Breitfeld, fondateur et ancien PDG de la start-up Byton, a déclaré avoir quitté la société cette année parce que le gouvernement chinois exerçait une influence excessive après l’investissement dans sa société du premier constructeur automobile du pays, First Auto Works (FAW). Sans blague ?

« Si le gouvernement chinois entre dans votre société, il exerce, dans une certaine mesure, une influence ou un contrôle, c’est ce qu’il a fait et nous ont poussé dans une direction qui n’était pas conforme à ce que je pensais que nous devrions faire. »

bytonA quoi s’attendait Monsieur Breitfeld ? Sans doute à des roses sans les épines ? Les choses auraient elles pu être différentes ? L’accord avec FAW donnait la crédibilité qu’il recherchait pour Byton et un accès plus simple aux fournisseurs, mais en contre partie de ces avantages il y avait sans doute un peu d’ingérence…Chine ou pas, et comme dans toutes les alliances.

Amusant que ce monsieur découvre cela maintenant alors qu’il baigne dans cet environnement depuis pas mal de temps. Monsieur Breitfeld a fondé Byton en 2017 après une longue carrière chez BMW, où il était responsable du programme « i » du constructeur (dont la fameuse i3). Byton a son siège en Chine et des bureaux à Munich et dans la Silicon Valley.

Ces propos prennent tout leur sens lorsque l’on apprend que M. Breitfeld, récemment devenu le nouveau PDG de la startup en difficulté, Faraday Future (qui n’a jamais rien sorti après de multiples promesses…), a fait ces commentaires lors d’un événement organisé fin septembre au siège de Faraday Future à Los Angeles…

 

Pourquoi Microsoft prévoit de racheter 40 Milliards de $ de ses actions ?

Satya BerlinLe conseil d’administration de Microsoft à autorisé l’entreprise la semaine dernière de racheter pour un montant de 40 milliards de dollars ses propres actions. Ce plan est l’un des plus importants de l’histoire de la société. Concrètement cela consiste à retirer des millions d’actions du marché à un moment où son cours augmente rapidement, ce qui pourrait même accélérer le mouvement.

Alors, ce n’est pas la première fois que Microsoft réserve des fonds importants pour racheter des actions  sur le marché. Microsoft l’a fait à deux reprises (pour 40 milliards de dollars), d’abord en 2013, puis à nouveau en 2016. Mais si ce n’est pas pour soutenir le cours comme c’est souvent le cas, quelles en sont les raisons ?

Les entreprises rachètent des actions pour diverses raisons. Les rachats d’actions tendent à augmenter le bénéfice par action en réduisant le nombre d’actions disponibles. Première raison : la société pourrait vouloir consolider les pouvoirs de vote. Cela pourrait être aussi un moyen de rendre de l’argent aux investisseurs. Ou finalement, Microsoft pourrait penser que le cours de ses actions, pourtant croissant, reste néanmoins encore sous-évalué par rapport à ses concurrents. Ceci dans un contexte où les actions de l’éditeur ont grimpé de 35% depuis le début de l’année, faisant passer sa capitalisation boursière à plus de 1000 milliards de dollars, en tête de toutes les société technologiques.

action MicrosoftCette pratique est néanmoins largement critiquée en cette période pré électorale aux USA. Ses détracteurs estiment que les entreprises accordent ainsi la priorité à l’enrichissement des actionnaires plutôt qu’à l’augmentation des salaires des travailleurs ou à l’investissement dans l’entreprise elle même. Ainsi le candidat démocrate et sénateur, Bernie Sanders, avait présenté un projet de loi l’année dernière interdisant aux entreprises qui paient moins de 15 $ l’heure de racheter leurs actions…

« Entrées précédentes