Archives de Catégorie: Divers

Richard Stallman en visite chez « le Grand Satan »

StallmanLes temps ont changé… Richard Stallman, la figure statutaire du logiciel libre, celui qui traitait à de nombreuses reprises de Microsoft de « Grand Satan » (allez faire un tour sur le site de la Free Software Foundation pour vous faire une idée de ses propos…) invité chez Microsoft Research. Bon, soit le bonhomme à perdu de sa superbe, soit Microsoft a réellement changé ? Sans doute un peu des deux !

Microsoft aime le logiciel libre et pas que Linux. C’est un des changements majeur de l’entreprise depuis le départ de Steve Ballmer et l’arrivée de Satya Nadella. Mais au delà des déclarations les faits sont là : SQL Sous Linux, la publication Den open source de nombreuses composantes de l’offre Microsoft (dont du code sensible de .net), c’est aujourd’hui une réalité…

Néanmoins, lorsque l’on a passé pas mal d’années chez Microsoft, et qu’on a eu l’opportunité comme moi, de représenter Microsoft lors de débats avec Richard Stallman, on a du mal à imaginer le gars dans l’antre du diable (selon lui) ! L’homme est bien qu’un peu (beaucoup ?) intégriste (du logiciel libre j’entends), et disons parfois (souvent) un peu rigide sur ses convictions, il est néanmoins sympathique et un poil idéaliste (ce qui contribue aussi à son coté sympathique). Après s’être pas mal invectivé lors d’une conférence où nous étions tous les deux sur scène, les échanges en off furent nettement plus courtois et intéressants, preuve que tout est aussi spectacle…

Mais cette visite était bien réelle, Mark Russinovich, le CTO de Microsoft Azure, a tweeté le 5 septembre: « Richard Stallman a également visité le campus hier et a donné une conférence à Microsoft Research. ». Dommage que le discours de ce dernier n’ai pas été enregistré (sans doute des problèmes de copyright :)).

Maintenant si vous vous demandez si cela indique que la haine de Stallman pour Microsoft a diminué au fil des ans, sa page d’accueil personnelle montre clairement que ce n’est visiblement pas le cas. Lire en particulier sa liste de « raisons de ne pas utiliser Microsoft » .

En bonus, un petit article (de 2005) sur son admiration (ou pas) pour Bill Gates (en français) : « Bill Gates et autres communistes« …

Un premier prototype de radar quantique

Shabir BarzanjehEn attendant des progrès encore plus tangibles côté informatique quantique, c’est un prototype de radar qui vient d’être réalisé par une équipe de quatre chercheurs dirigée par Shabir Barzanjeh à l’Institut des sciences et de la technologie d’Autriche. Dans un article, le MIT Technology Review indique que le groupe a utilisé des micro-ondes intriquées pour créer le premier radar quantique au monde.

L’appareil utilise des photos pour détecter des objets dans son environnement et surtout n’émet que des traces de rayonnement électromagnétique ce qui camoufle sa signature dans le bruit de fond, le rendant extrêmement difficile à détecter et cette caractéristique intéresse, on s’en doute, particulièrement les militaires. Le dispositif fonctionne sur le principe de l’enchevêtrement quantique, qui pour rappel fait que deux particules quantiques « enchevêtrées », quelle que soit leur séparation, présentent une corrélation instantanée entre certaines propriétés physiques.

Radar QuantiqueLes chercheurs ont produit des paires de photons hyperfréquences enchevêtrés (photons de basse énergie) à l’aide d’un dispositif supraconducteur appelé convertisseur paramétrique de Josephson. Ils ont dirigé le premier photon – le photon de signal – vers l’objet à détecter et à écouter pour le refléter. Un deuxième photon – le photon libre – interfère alors avec la réflexion du photon de signal, révélant ainsi la distance parcourue par le photon d’origine et donc la localisation de l’objet incident. Cela a permis de détecter des objets dans un mètre à l’intérieur d’une petite pièce ne contenant que quelques photons, ce qui est impossible pour les radars classiques car ils ont besoin de puissants émetteurs de radiations électromagnétiques. Outre leurs faibles émissions, les radars quantiques présentent également l’avantage supplémentaire de pouvoir se dissimuler dans le rayonnement de fond hyperfréquence d’une petite pièce et, par conséquent, de rester indétectables pour les autres appareils à la recherche de radars.

On imagine également des utilisations de radars quantiques dans des applications biomédicales en raison de la nature non invasive de l’appareil.

Un brevet Amazon pour une application pratique de Réalité Augmentée

Un brevet déposé par Amazon traitant de la réalité augmentée fait surface. Le géant du commerce en ligne propose d’équiper les livreurs d’un casque pour alerter l’agent de distribution sur les meilleurs moments pour effectuer une livraison, sur les meilleurs itinéraires et même pour les meilleurs endroits pour le stationnement, tandis qu’il conduit sa camionnette de livraison…

Amazon ARLes serveurs d’Amazon garderaient en mémoire la position des agents et de leur destination, et établiraient une correspondance entre ces itinéraires et une base de données compilée à partir des livraisons précédentes. Les agents pourraient (vocalement via Alexa ?) proposer des conseils à ajouter à la base de données pour la prochaine diffusion. Ainsi au fur et à mesure que les agents se promènent, les conseils de livraison et les notes s’afficheraient sur leur casque. Il serait même possible pour le destinataire de signaler une zone ou laisser le colis, zone qui apparaitrait ainsi dans le casque du livreur…

Skype officiellement opérateur téléphonique aux Pays-Bas et cela a des conséquences…

SkypeLe service grand public Skype permettant d’appeler des numéros fixes et mobiles avec un ordinateur ou un smartphone via IP est maintenant officiellement considéré comme un service de télécommunication couvert par la législation sur les télécommunications aux Pays-Bas. Cette décision fait suite à une affaire début juin où un tribunal européen avait statué sur un problème entre Skype et le régulateur belge des télécommunications, l’IBPT. La décision en défaveur de Microsoft avait débuté en 2016, lorsque l’IBPT avait infligé une amende de 220 000 euros à Skype Communications. Microsoft avait déclaré à l’époque que les conversations avec Skype passaient exclusivement par des fournisseurs de services de télécommunication classique et d’Internet et qu’il n’était pas un opérateur à proprement parlé, mais les juges n’avait pas été de cet avis…

Aux Pays-Bas, les fournisseurs de télécommunications sont tenus de s’inscrire auprès de l’ACM (Autorité néerlandaise pour les consommateurs) s’ils proposent un service permettant d’appeler des numéros fixes et mobiles en utilisant la voix sur IP (VOIP). Mais cette déclaration a des conséquences pour les services de police et justice ainsi que pour les services d’urgences : le service est tenu de signaler les piratages de données, mais surtout de se rendre interceptable par les unités de police et de justice et de s’assurer que le numéro d’urgence 112 est toujours disponible.

Est-ce que cette déclaration sera suivi par les autres opérateurs de services de ce type, voire étendue à des services ne permettant pas d’appels vers des postes mobiles via le réseau téléphonique (mais via l’application) ? Dans ce cas, il risque d’y avoir des embouteillages dans les demandes de déclaration…

Pourquoi Microsoft n’est-il pas dans le viseur du gouvernement américain ?

DOJIl y a 20 ans maintenant, de nombreux états américains et le gouvernement fédéral (Démocrate à l’époque) lançaient contre MS vs DOJMicrosoft le procès Antitrust pour des pratiques anti-concurrentielles, en 2000 un juge fédéral ordonnait un découpage de la société en deux morceaux : une société gérant les technologies serveur et une autre les applications poste de travail. Microsoft avait fait appel de la décision qui fut quelques années plus tard remise en cause en appel.

Aujourd’hui le gouvernement américain, s’attaque aux géants du net pour également des pratiques qui fausseraient la concurrence. Mais il est interessant de voir que sont ciblés les GAFA et pas les GAFAM (le M de Microsoft). Google, Apple, Facebook et Amazon donc. C’est d’un coté une excellente nouvelle pour Microsoft, mais cela traduit aussi le fait que le géant n’est plus incontournable ! 

Bob HerboldDans une interview à FOX Business, l’ancien vice-président et directeur financier de Microsoft, Bob Herbold (en activité chez l’éditeur, comme les employés de Calipia, dans les années 90 et début 2000), répondant à la question « Pourquoi le gouvernement ne s’intéresse pas au cas Microsoft ? » a déclaré que l’entreprise à un type d’activité nettement différent de celui d’Amazon, Google, Apple et Facebook. C’est aujourd’hui avant tout une « société d’infrastructure… qui n’est plus dominante sur chacun de ses secteurs« .

L’éditeur est présent, très présent même (en particulier sur l’OS du poste de travail, les applications bureautiques) mais des alternatives très crédibles existent, ou le marché qui se décale vers plus de mobilité font que les parts d’usages des produits Microsoft sont globalement en baisse. Prenons par exemple le cas d’un « col blanc » du début des années 2000 : sur 8 heures passées avec des technologies, il utilisait des technologies Microsoft à quasiment 95% : entre Windows, Office, les technologies serveur Windows Server, Exchange,… Aujourd’hui, il utilise encore plus la technologie, mais avec la mobilité, les objets connectés, la part d’usage des technologies Microsoft a bien baissé. Microsoft fait beaucoup plus de revenu qu’à l’époque mais le « gâteau » global a grossi beaucoup plus vite encore !

Microsoft publie ses résultats financiers FY19

Capture d’écran 2019-07-19 à 11.42.20.png

Microsoft vient de publier ses résultats pour le 4ème trimestre (avril à juin 2019) et ceux de son année fiscale complète (du 01/07/2018 au 30/06/2019).

Ces résultats sont fournis selon la typologie des 3 segments business de l’entreprise (cf tableau ci dessus). La croissance de 2019/2018 s’affiche à 14%, et le net s’établit quant à lui à 39,24 milliards de dollars (versus 16,57 un an avant). Une belle année donc, avec une bonne performance du segment Intelligent Cloud avec 21% de croissance. Le segment More Personal Computing progresse de 8% ce qui reste là aussi une performance, marquant une belle résistance de Windows, peut-être liée à la fin de support de Windows 7.

2019 s’inscrit donc pour Microsoft dans la dynamique des années précédentes :

Capture d’écran 2019-07-19 à 13.43.44.png

Il faudra attendre un peu pour avoir le détail des chiffres qui composent ce bilan annuel, en particulier les croissances annuelles d’Azure, Office 365. Par contre dans son communiqué , Microsoft a donné quelques éléments concernant son quatrième trimestre 2019, indiquant en particulier :

  • une croissance de 68% d’Azure (en dehors des variations de change monétaires)
  • une croissance de 31% sur le chiffre d’affaire Office 365 Commercial (venant des entreprises), avec un accroissement du nombre de souscriptions, mais aussi un mix produit avec plus de E3 ou E5.

 

« Entrées précédentes