Archives d’Auteur : Stephane Sabbague

Le masque Razer Zephyr lancé et vendu en quelques minutes…

Nous vous en parlions sur le Blog, Razer avait présenté en janvier dernier un prototype de masque actif type FFP2 au CES 2021 En ligne, ils l’ont finalement sorti la semaine dernière et c’est vendu en quelques minutes ! La demande massive a également provoqué une panne de la boutique en ligne de Razer, empêchant de nombreuses personnes d’ajouter le masque à leur panier et finaliser leur achat.

Razer promet de nouvelles disponibilités :

« Restez à l’écoute et merci de votre patience. Inscrivez-vous pour être informé de l’arrivée du prochain lot. »

Le Razer Zephyr a donc été annoncé pour la première fois en tant que concept lors du CES 2021, où il était désigné sous le nom de Project Hazel. Le masque a été rebaptisé Razer Zephyr en août de cette année, tandis que des tests publics limités ont commencé à peu près.

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’avec ce look très futuriste le porteur du masque ne passera pas inaperçu ! Plutôt que d’essayer de masquer les composants comme les ventilateurs, le constructeur en ajoute en mettant des led colorées un peu partout ! Je ne doute pas que les gamers fidèles à la marque vont apprécier, pour les autres c’est moins sûr !

Le modèle propose des filtres FFP2 (N95 en US) remplaçables et un espace transparent pour voir les lèvres de la personnes qui sont de plus éclairées par une led…

Une petite vidéo de l’ensemble :

Après le « Vegas Loop », Elon Musk poursuit le développement des ses tunnels à Las Vegas

Vous le savez si vous suivez le blog, la « Boring Company » (une société d’Elon Musk) exploite déjà un tunnel avec des Teslas sous le Las Vegas Convention Center le projet « Teslas in Tunnels », qui a été inauguré au début de l’année et qui comprend deux tunnels de 1,3 km chacun. Fort du succès, (que nous allons tester en janvier prochain lors du prochain CES 🙂), la startup de Musk a proposé une expansion à l’échelle de la ville en décembre 2020 que les responsables du comté de Clark ont approuvé avant hier soir.

Ce nouveau projet permettra aux passagers d’effectuer des trajets en Teslas entre les hôtels-casinos du Strip, le nouveau stade de football de la ville, le Las Vegas Convention Center et l’aéroport international McCarran pour ton total de près de 50 Km de tunnels et 51 stations. Le comté de Clark affirme que jusqu’à 57 000 passagers pourront y circuler par heure et qu’aucun argent des contribuables ne sera dépensé pour sa construction. La Boring Company a déclaré qu’elle paierait la facture de la construction des principaux tunnels, mais qu’elle prévoyait de demander aux hôtels-casinos ou à d’autres entreprises souhaitant une station de payer ces coûts de construction. Chacun de ces arrêts doit néanmoins passer par son propre processus d’autorisation.

Image Conté de Clack

Une extension au-delà de la boucle du Convention Center ne semblait pas probable au départ, car le Las Vegas Monorail avait des droits exclusifs pour assurer le transport le long de la principale ligne de stations de la ville. Ligne limitée et dans la pratique ne disposant pas assez de stations. Mais la société qui exploitait le monorail a fait faillite en 2020 suite à la pandémie et de la réduction des activités dans la ville. La Las Vegas Convention and Visitors Authority a racheté le monorail et a ensuite cassé l’accord de non-concurrence qui empêchait The Boring Company de poursuivre un projet plus important. Donc les feux sont maintenant au vert pour Elon Musk.

Les légendaires embrouillages dans Las Vegas seront-ils demain de l’histoire ancienne ? Amusant de voir ce qu’explique Elon Musk pour vanter les mérites de ses tunnels :

« Pour résoudre le problème du trafic , les routes doivent passer en 3D, ce qui signifie qu’il faut soit des voitures volantes, soit des tunnels. Contrairement aux voitures volantes, les tunnels résistent aux intempéries, ne sont pas visibles et ne vous tombent pas sur la tête. »

Il vient visiblement de découvrir les mérites du métro… Petit joueur, nous qui rêvions d’un projet Muskien du type 5ème élément 🙂

The Boring Company a déjà donné des estimations de prix pour le système Vegas Loop qui se situent quelque part entre celles de la plupart des transports en commun et le coût d’un taxi ou d’un Uber. Elle prévoit qu’un trajet de huit kilomètres entre l’aéroport et le Centre des congrès prendra environ cinq minutes et coûtera 10 dollars, et qu’un trajet de 3,8 kilomètres entre le Centre des congrès et le stade de football prendra quatre minutes et coûtera 6 dollars.

Envie de tester ceci en janvier : venez avec nous, il nous reste 2 places 🙂

le chiffrement de bout en bout dans les appels Microsoft Teams est désormais disponible en beta publique.

En juin dernier, nous avons appris que Microsoft avait commencé à tester la prise en charge du chiffrement de bout en bout (E2EE) dans Teams nous vous en parlions sur le Blog. Bien que les données de chat soient chiffrée au repos et en transit, les réunions n’étaient pas chiffrée de bout en bout. Aujourd’hui, Microsoft a annoncé qu’une beta publique de l’E2EE dans les appels Teams est maintenant disponible pour les entreprises.

Attention néanmoins dans cette version la fonction de chiffrement n’est pris en charge que dans les appels Teams individuels non les réunions programmées, elle n’est pas disponible pour les appels de groupe. Les deux participants à l’appel devront activer E2EE sur leurs appareils respectifs pour que ce processus ait lieu.

Si E2EE est activé, de nombreuses fonctions seront alors logiquement dévalidées comme :

  • l’enregistrement,
  • les sous-titres
  • transcription en direct,
  • le transfert d’appel,
  • la fusion d’appels,
  • la possibilité d’ajouter des participants à l’appel…

Si un appel est chiffré de bout en bout, une icône de verrouillage apparaîtra dans la fenêtre Teams. Un code de sécurité à 20 chiffres sera également affiché et les deux parties pourront vérifier que le même code leur est proposé. Une fois l’E2EE activé pour un appel, aucune autre partie, y compris Microsoft, n’aura accès au contenu . En outre, les préférences pour E2EE seront reportées sur tous les appareils, à condition que vous ayez installé la dernière version du client de bureau sur Windows et Mac, ou que vous utilisiez la dernière version de l’application Android ou iOS.

En fonction des réactions, Microsoft indique qu’il étudiera la possibilité de déployer E2EE pour les appels de groupe à une date ultérieure (aucune information aujourd’hui).

Si vous souhaitez mettre en oeuvre cette fonction, vous pouvez consulter l’article en lien pour obtenir des détails sur la méthodologie E2EE et savoir comment l’activer (pour toute l’entreprise).

Nous reviendrons sur ces nouveautés et bien d’autres à propos de Teams lors du prochain Briefing Calipia, tous les détails ici.

CES 2022 : L’organisation de passage à Paris

Comme tous les ans, en octobre se déroule à Paris le CES Unveiled où l’équipe d’organisation vient parler de l’évènement mondial de Janvier à Las Vegas, dévoiler les grandes tendances qui seront exposées en janvier 2022 et répondre aux questions des journalistes / analyses présents. C’était cet après midi et nous y étions.

image Calipia

L’ouverture de cette session a été faite par Gary Shapiro, le patron de l’organisation et le Secrétaire d’Etat au numérique Cédric O qui a profité de l’occasion pour mettre en avant le bond de la France en matière de Startups et Licornes depuis 4 ans ( x 6 ). En évoquant bien sûr le positionnement de la France et l’Europe sur certains sujets phares de ce prochain CES à savoir :

  • La 5G dans le contexte de l’IoT et les Smart Cities, en parlant sans tabou du retrard pris par l’Europe et dans une certaine mesure aussi par les USA face à la Chine qui déploie en 1 semaine autant de point d’accès que les autres en 3 mois…
  • La Blockchain, avec un positionnement très interessante de la France en particulier avec un zoom sur Arianee (dont le fondateur intervenait ensuite) : la Blockchain autour du monde du luxe mais pas seulement.
  • l’Intelligence Artificielle, où beaucoup de choses reste à faire lorsque les plus grands spécialistes sont souvent français, mais s’exilent aux USA chez les GAFA 😦
  • L’informatique Quantique : la technologie qui peut tout changer et rebattre les cartes technologiques
  • Les Space Techs : et le positionnement de l’Europe face à des acteurs tels que Space X

Pour ce qui est de ce dernier sujet, un espace complet sera réservé à ces technologies en janvier. avec également un autre nouvel espace autour de la Food Tech.

Pour ce qui est des principaux thèmes technologiques à suivre et qui seront largement représentées au CES ont trouvera donc :

  • La 5G sous l’angle de l’expansion des réseaux, IoT et Industrie 4.0, les Smart Cities, avec en conférence d’ouverture le CEO de T Mobile
  • L’Intelligence artificielle en particulier autour des NLP (Natural Language Processing), Le RPA (Robotic Process Automation), la vision par ordinateur et bien sûr les avancées en matière de Machine Learning (à la fois logicielle et matériels)
  • Le monde du transport : Voitures électriques bien sûr avec un espace réservé sur le salon, la conférence d’ouverture avec la patronne de General Motors qui devrait annoncer une inflexion majeure dans ce domaine et de nouvelles technologies. Les solutions de mobilité et mobilité urbaine en particulier. Les solutions de logistique (drones, etc)
  • Les « Space Tech » avec les applications commerciales, les nouveaux modes de communication
  • Un nouvel espace dédié « Sustainable Technology« , abordant les alternatives énergétiques, la Food Tech, les Smart Cities et la domotique
  • Un nouvel espace dédié à la santé « Digital Health » ou sera abordé les objets connectés de santé et de sport mais aussi des solutions pour aborder la santé mentale et les difficultés psychologique liées à la pandémie. Et bien sur toutes les innovations matérielles autour du domaine (réalité Virtuelle et augmentée), appareil de vision et d’échographie portable, etc…

Petit message pour les amateurs de sensations fortes (?) le tunnel d’Elon Musk sera bien en service lors de ce CES avec des Tesla autonomes pour transporter les personnes entre plusieurs parties du salon (il a ouvert en aout dernier au public). Autant dire que nous serons plusieurs à tester ceci 🙂

Nous serons sur place avec un certain nombre de clients en janvier pour vous raconter cela sur le blog en direct 🙂

Apps Android sous Windows 11 : cela approche…

Le mois dernier, le sous-système Windows pour Android (WSA) est apparu sur le Microsoft Store, indiquant que le travail de développement pour amener les applications Android sur Windows 11 est en cours, même si la fonctionnalité doit encore être lancée officiellement. Nous vous en parlions ici même. Des fuites sur de premières applications disponibles sont apparues sur la toile ce week end.

Pour rappel, afin d’apporter le support des applications Android, Microsoft a collaboré avec Amazon et les applications seront livrées via l’Amazon Appstore en utilisant la technologie Bridge d’Intel. Selon Intel, cette technologie est un « post-compilateur d’exécution qui permet aux applications de s’exécuter nativement sur des appareils basés sur x86 », y compris sous Windows. Donc rien à voir à priori avec les technologies habituelles de virtualisation qui permettent de faire cela avec Windows, MacOS ou Linux. Reste à voir, et c’est là que les choses se compliquent, l’intégration réelle : le format de l’application, le support du tactile, le support du clavier, le support du matériel au sens large… Mais surtout quels sont les usages même si les choses sont bien intégrés (ce dont nous pouvons logiquement douter compte tenu du support déjà assez inégal des applications Android entre smartphones et tablettes pourtant sur Android ! ). L’expérience des Chromebooks et de ce support est aussi assez frustrante, pour ne pas dire plus… Même Apple qui supporte (en univers plus fermé) les application iOS sur les Mac M1 ne parvient pas à mon avis de définir et de rendre opportun ces usages.

De nouvelles fonctions de réalité virtuelle chez Facebook ?

Il y a deux jours Mark Zuckerberg et Andrew Bosworth (le responsable de la réalité virtuelle de Facebook), ont publié des photos d’eux équipés avec des prototypes de casque de réalité virtuelle (ou augmentée ?), histoire on s’en doute d’engoncer le clou sur le concept de Metavers si cher à Facebook mais aussi peut-être pour masquer les annonces d’HTC d’hier soir (qui présentait un casque beaucoup plus léger – moins de 200 gr – mais aux capacités plus limités que le Quest 2 de Facebook pour un prix 70% plus cher… ).

Nous reviendrons sur ces annonces, le concept de Metavers (qui, selon la société, est un monde virtuel qui pourrait être tout simplement la prochaine version d’Internet…), mais aussi la solution d’entreprise Workplace Horizon de Facebook réellement bluffante, lors du prochain Briefing Calipia en décembre, avec des démonstrations de ces outils.

Le casque que porte Zuckerberg ressemble aux casques Oculus de la société. Toutefois, il le qualifie de « résolution rétina », reprenant les thermes marketing d’Apple pour désigner les écrans dont la densité de pixels est si élevée qu’il est impossible de distinguer les points individuels à une distance normale. Le casque que porte Andrew Bosworth ressemble en fait plus aux dessins et descriptions du casque de réalité virtuelle dont on parle chez Apple… Histoire aussi de jeter une pierre dans le jardin de la firme de Cupertino ?

Google Workplace : le plein de nouvelles fonctions de sécurité

Cloud Next 21

Se déroule en ce moment la conférence annuelle « Cloud Next » de Google à destination des entreprises et des développeurs. L’éditeur avait annoncé la couleur : l’évènement sera axé sur la sécurité. Et c’est le cas.

Après l’introduction en version bêta du chiffrement pour Drive, Docs, Sheets et Slides en juin dernier, ce dernier arrive donc maintenant dans Google Meet. Les entreprises pourront ainsi contrôler les clés de chiffrement afin que les données soient indéchiffrables par Google et surtout répondre aux exigences de souveraineté des données et de conformité sur certains secteurs. Une excellente nouvelle donc. Il est donc possible aujourd’hui de gérer directement les clés de chiffrement en interne grâce à la version bêta des API publiques du service d’accès aux clés. Plus besoin de partenaire pour cela à terme donc. Pour rappel Google avait annoncé des partenariats pour réaliser ces tâches avec Flowcrypt, Futurex, Thales ou encore Virtru, cela ne sera bientôt plus nécessaire. De quoi rendre ces fonctions plus accessibles à la fois pratiquement mais aussi on l’imagine économiquement.

Parmi les autres (bonnes) nouvelles concernant la sécurité on retrouve :

  • Google Docs qui avertira désormais les utilisateurs de l’ouverture de fichiers suspects/dangereux. À l’instar des protections de Gmail contre les logiciels malveillants, le phishing et les ransomwares, Sheets et Slides devraient également bénéficier de cette fonctionnalité à l’avenir.
  • La disponibilité d’une version bêta de la prévention des pertes de données (DLP) pour l’ensemble des conversation pour « permettre une conversation spontanée entre les individus et les équipes, tout en empêchant que les informations sensibles et confidentielles sortent de l’entreprise ». De même, les étiquettes Google Drive sont désormais disponibles de manière générale pour classer les fichiers en fonction de leur niveau de sensibilité.

En dehors de la sécurité, l’équipe de développement de Workspace a annoncé une nouvelle intégration avec Jira pour Google Chat et Spaces.

Google à profité de cette session pour revendiquer que 4,8 milliards d’applications ont été installées « dans » Workspace, et d’annoncer plus de 3 milliards d’utilisateurs de sa suite « en général ». On regrette néanmoins que ce dernier ne donne pas plus de précision sur les usages associés et le nombre moyens d’utilisateurs mensuel de Google Meet par exemple, histoire de comparer avec les chiffres de Microsoft Teams ou Salesforce Slack. Histoire aussi de mesurer les usages réels en entreprise au delà des milliards d’utilisateurs grand public de gMail 🙂

Nous reviendrons sur ces fonctions et la comparaison avec l’offre Microsoft Office 365 et Teams en particulier lors d’une session dédiée au prochain Briefing Calipia : rejoignez-nous !

Windows 11 disponible en beta pour Windows 365 et Azure Virtual Desktop

Microsoft vient d’annoncer la disponibilité (en beta) de Windows 11 dans Windows 365 et Azure Virtual Desktop. Attention : La prise en charge de l’aperçu de Windows 11 ne concerne que Windows 365 Enterprise. Le support de Windows 11 pour Windows 365 Business sera bientôt disponible.

Pourquoi en beta ? Visiblement les équipes Azure ont du retard pour la prise en charge de la seconde génération de machines virtuelles supportant la sécurité imposée par Windows 11. En effet les VM doivent supporter « Trusted Launch », et ce dernier est toujours en beta. Donc pas de support officiel de Windows 11 en pratique.

Trusted Launch est essentiellement le nom donné par Microsoft à diverses protections de sécurité, telles que Secure Boot, le module Trusted Platform virtuel et la sécurité basée sur la virtualisation, pour les machines virtuelles Azure Génération 2. Ces protections contre les logiciels malveillants dits bootkit et rootkit sont analogues aux mesures de sécurité disponibles dans les PC Windows 11 et les PC Windows 10 Secured-core.

Si vous désirez tester ceci, vous pouvez installer une image préconfigurée obtenue à partir du portail Microsoft Endpoint Manager Admin Center ou la personnaliser, à condition qu’il s’agisse d’une image Gen 2. Il est également possible d’effectuer une mise à niveau vers Windows 11 avec ce service.

L’expérience utilisateur de Windows 11 utilisant Azure Virtual Desktop est censée être identique à celle d’un PC local. Mais pour bénéficier de certains effets graphiques de Windows 11, tels que les coins arrondis, il faudra sélectionner le support GPU adéquat dans les images utilisées selon l’éditeur sans que ce dernier ne précise que GPU exact à sélectionner…

Au vu de ces restrictions il est sans doute urgent d’attendre plus d’informations, l’annonce des équipes Azure à sans doute été un peu précipité (on imagine les pressions internes…). Nous reviendrons en tous cas sur ces annonces, le mode de fonctionnement de Windows 365 et ses limitations lors du prochain Briefing Calipia en décembre.

le sous-système Linux de Windows 11 migre dans le Windows Store

Microsoft n’a pas mis à jour son sous-système Linux. Il s’agit plutôt de la même version du WSL (Windows Subsystem for Linux) que de nombreux développeurs connaissent déjà, mais Microsoft a simplement changé l’endroit où il est installé et mis à jour.

Sous Windows 10, le WSL devait être installé comme un composant optionnel de Windows. Maintenant il sera dissocié des mises à jour de Windows, tout comme Paint, Notepad et certaines autres applications de base, déjà présente dans le Store.

Pour utiliser WSL dans le Microsoft Store sous Windows 11, vous devez exécuter Windows 11, version 22000 ou supérieure, et activer le composant optionnel Virtual Machine Platform. Microsoft affirme que vous obtiendrez désormais les fonctionnalités WSL plus rapidement, sans avoir à vous soucier de changer de version de Windows ou à passer par le processus de téléchargement des versions préliminaires de Windows Insider.

Cette mise à jour comprend également de toutes petites nouveautés comme un nouveau processus facilitant le montage des fichiers VHD, une nouvelle fonction d’aide pour l’indicateur de progression, et la mise à jour du noyau Linux en 5.10.60.1. Tous les détails sur ces fonctions sont accessibles ici.

Identités décentralisées : Microsoft persiste et avance

Depuis 2018, Microsoft travaille sur le concept de création d’identités numériques décentralisées souvent appelées auto souveraines dont les utilisateurs restent maîtres. Cette technologie utilisant la blockchain comme mécanisme. L’idée est d’offrir à chacun une « identité propre » numérique qui stocke toutes les informations les concernant de manière privée et sécurisée, et de donner également aux propriétaires un contrôle total sur l’utilisation de leurs données. Nous avions eu l’occasion d’expliquer dans le détail ce mécanisme et ses premières application lors du dernier Briefing Calipia en juin. Nous y reviendrons lors de la sessions sur la sécurité en décembre prochain.

Les cinq principes de ce système sont :

  • Sûr, fiable et digne de confiance
  • Protection de la vie privée et contrôle par l’utilisateur
  • Inclusif, équitable et facile à utiliser
  • Administrable
  • Respect de l’environnement

Microsoft avait annoncé en avril 2021 une première beta de Microsoft Azure Active Directory Verifiable Credentials, qui établissait certaines normes sur la manière dont un système d’identité décentralisé devrait se présenter. Nous vous en parlions sur le blog. Aujourd’hui, l’entreprise va plus loin et a annoncé qu’elle donnait le coup d’envoi de la prochaine phase pour mettre en oeuvre cette fois un système d’identité numérique décentralisé à part entière. Pour ce faire, Microsoft qu’elle établira des partenariats avec la communauté des identités décentralisées afin de convenir d’un ensemble de normes soutenues par toutes les parties. Elle développera ensuite et publiera un première version d’un service d’identité numérique décentralisé qui s’appuie sur les normes convenues avec la communauté.

A la manière de ce qui se passe avec les cryptomonnaies le système de sécurité autonome ne doit pas être une porte ouvertes aux activités illégales, Microsoft compte bien mettre un en oeuvre un mécanisme pour éviter cela. Comment ? Mystère, l’éditeur s’est engagé simplement à ce que le système n’encourage pas les activités illégales et respecte toutes les lois applicables. De plus il sera construit sur des normes et des technologies non propriétaires en Open Source afin qu’il soit accessible à tous. Microsoft prévoit de partager plus de détails sur ses travaux dans ce domaine dans les semaines et les mois à venir.

« Entrées précédentes