Archives d’Auteur : Stephane Sabbague

Un iPhone X à moitié prix ?

Capture d_écran 2018-08-09 à 17.51.27Le géant chinois Xiaomi lance en France son smartphone haut de gamme.

Vous trouvez que cela ressemble à un iPhone X ? Et bien c’est voulu. C’est sans se cacher que la firme chinoise copie Apple jusque dans sa communication, ses visuels, ses boutiques, etc.

La seule chose qu’il ne copie pas c’est le prix : la moitié des prix Apple.

Contrairement à ce qu’il s’est passé avec Samsung, la firme Californienne n’engage pas de procès contre Xiaomi même si les plagiats sont avérés.

Pourquoi ? Plusieurs explications possible : déjà Xiaomi est un géant Chinois (c’est lui le « X » des BATX, les GAFA chinois) et se mettre mal avec la Chine est sans doute compliqué dans le contexte politique actuel. De plus la dépendance d’Apple pour la fabrication et pour la commercialisation de ses produits est importante.

Mais finalement à qui Xiaomi fait le plus de concurrence ? Aux fabricants de téléphones sous Android :  Samsung et Huawei en tête (c’est flagrant en analysant les évolutions de parts de marchés) et cela ne déplait sans doute pas à Apple…

Mais revenons en à ce téléphone, le Mi-8, ses caractéristiques sont alléchantes, jugez plutôt :

  • Un écran AMOLED de 6,2 pouces (1 080 x 2 248, 402ppi),
  • Un processeur très récent : le Snapdragon 845,
  • 6 Go de RAM,
  • 2 appareils photos à l’arrière de 12 Mp et un à l’avant de de 20 Mp
  • La reconnaissance faciale pour l’authentification (pas tout de suite disponible en France)
  • Un capteur d’empreintes à l’arrière

Et tout ceci pour un prix de 500 € en version. 64 Go de ou 550 € en version 128 Go. La machine sera disponible dès le 20 aout.

Google favorisait-il son nagvigateur Chrome pour l’accès à Youtube ?

youtubeC’est en tout cas le constat que fait Chris Peterson de la fondation Mozilla : Youtube se chargerai 5 fois plus vite sur Chrome que sur les autres navigateur dont  Firefox.

En fait difficile de dire si ceci est intentionnel de la part de Google ou non, mais l’explication est assez troublante.  En effet le nouveau design de Youtube repose en partie sur une API obsolète (l’API Shadow DOM V0) qui n’est plus utilisé sur les navigateurs modernes sauf sur… Chrome 🙂

Les soupçons sont fatalement, assez fort sur Google qui est déjà en prise avec de tels choses sur Android.

Il est néanmoins possible (pour combien de temps encore, on ne le sait pas) de revenir à l’ancienne version de Youtube en forçant son affichage et donc en utilisant les APIs supportées par tous :

  • Pour Edge et Safari : il faut installer l’extension « Tampermonkey » sur les Windows Store et le Site officiel des extensions de Safari.
  • Pour Firefox : il faut installer l’extension « Youtube Classic » sur le site de l’éditeur.

Aucune information à ce jour pour savoir si Google souhaite remédier au problème…

Intel repousse la production de ses puces en 10 nm

Dans la course à la finesse de gravure, Intel ne fait décidément pas la course en tête. Le fondeur annonce que la production en masse des puces en 10 nanomètres n’interviendra pas avant le second trimestre 2019.

Les enjeux de la finesse de gravure sont bien sûr la réduction de l’empreinte énergétique et la rapidité.

Actuellement la société livre très majoritairement des puces en 14 nm (mise à part quelques références en faibles quantités de puces Cannon Lake en 10nm) seulement là ou la concurrence propose du 10 nm (de nombreux fondeur sur les architectures ARM) mais aussi AMD qui annonce lui la disponibilité dès l’année prochaine des gravures en 7nm !

Mais Intel accuse aussi et surtout un retard important sur son propre calendrier. Elle a repoussée à deux reprises déjà la mise à disposition de ce niveau de finesse.

Roadmap Intel

La concurrence en 2019 avec AMD risque d’être assez importante, AMD disposant actuellement de bons atouts face à Intel en particulier sur la puissance de son circuit graphique intégré, une mémoire cache supérieure (à configuration équivalente) et surtout une empreinte énergétique plus faible.

Tout dépendra pour AMD de sa capacité à intégrer ses processeurs sur les machines des grands constructeurs…

[Test] On a essayé l’Amazon Echo Spot

Capture d_écran 2018-08-06 à 17.25.38Pour faire suite à la session sur les assistants numériques et leurs opportunités d’’usages en entreprise que nous avions exposé lors du dernier Briefing Calipia en juin dernier, voici un petit retour d’expérience « à chaud » sur le périphérique Amazon Echo Spot.
Pour rappel Amazon Echo Spot est la version avec écran (rond) de l’assistant vocal Echo. Sorti en France fin juillet, il dispose de toutes les fonctions des autres périphériques Echo avec en plus la possibilité d’afficher les résultats des requêtes vocales, la météo, des vidéos et de la visiophonie (type FaceTime, Hangout ou Skype).
Au premier abord l’appareil ressemble à un radio réveil, l’écran de veille étant une horloge, la ressemblance est d’autant plus frappante 🙂
Ce périphérique et vendu 129 € (moitié prix lors du lancement).
Cet appareil est avant tout un sur-ensemble de l’Echo Dot, nous allons voir ici que les éléments différentiateurs, sachant que tout ce que fait un Echo Dot, l’Echo Spot le fait (avec un son meilleur au passage…).

La configuration

Autant le dire tout de suite la configuration de la bête est enfantine, pas besoin de l’application Alexa sur son mobile (comme c’est le cas pour les autres périphériques Echo) tout se fait via l’écran (tactile au passage). Cette configuration est d’ailleurs minimale, car il suffit en gros de choisir un wifi et donner les identifiants de son compte Amazon pour que cela soit opérationnel. Un bon point donc. En moins de 5 minutes, l’appareil fonctionne (reboot et mises à jours appliquées).
Au bout de ces 5 minutes, la machine propose alternativement une horloge, les conditions météo (réglées depuis l’application sur le smartphone, pas de localisation sur la machine) et des suggestions de questions à poser à « Alexa ».

Les skills

Pas de surprise en revanche pour l’installation de skills, l’application sera nécessaire, il n’y a pas la possibilité de balayer le store depuis l’écran de l’Echo Spot pour les installer, c’est dommage. On regrette aussi. Que peu de skills tirent vraiment parti de l’écran en dehors de ceux proposé nativement par Amazon et quelques uns comme celui de France Info par exemple qui diffuse la vidéo du dernier journal ou encore certains site comme Marmiton qui affiche la recette (bien plus pratique pour revenir en arrière que la seule interface vocale).

Lire la suite

Microsoft intégrerait une VM « jetable » à Windows 10 pour tester sans risque des exécutables.

Bleeping Computer relayé par Mary Jo Foley, à découvert dans le « feedback hub » des Insiders de Windows 10 une nouvelle fonctionnalité très intéressante que Microsoft préparerait : « InPrivate Desktop« .

img_0023Cette fonctionnalité permettrait aux administrateurs d’exécuter des exécutables non fiables dans un sandbox sécurisé sans crainte d’apporter des modifications au système d’exploitation ou aux fichiers du système. En gros le principe est simple : il s’agit d’une VM intégrée qui est recyclée lorsque vous fermez l’application… Donc ce que faisait pas mal de monde déjà pour tester des applications au sens large.

Selon les ces mêmes informations, cette fonctionnalité est destinée à Windows 10 Enterprise et requiert au moins 4 Go de RAM en plus de la consommation habituelle du système , 5 Go d’espace disque disponible, 2 cœurs de processeur et bien sur la virtualisation de processeur activée dans le BIOS. Aucune information en revanche sur l’obligation d’installer Hyper-V sur la machine, mais cela semblerai logique.

Navigateurs en entreprise : Google en passe de gagner son pari

Cela fait des années maintenant que la plupart des entreprises se demandent par quoi elles vont bien remplacer Internet Explorer. Sans surprise compte tenu de ses parts de marchés dans le grand public, Google Chrome est un excellent candidat.

padie
Le navigateur de Google détient entre 40 et 60% des parts de marché toutes plateformes confondues selon les différents instituts (source Wikipédia). Très loin donc devant Internet Explorer et Edge situés de 4,7 à 8,5 % à eux deux.
Seulement voilà, le géant californien n’a pas forcément bonne presse en matière de vie privée. L’effort que font les entreprises pour anonymiser les navigations de leurs utilisateurs risque d’en partir. C’est pourquoi à minima elles sont nombreuses à bloquer l’authentification possible de leurs utilisateurs sur les plateformes de Google. Ces derniers perdent donc des fonctionnalités (comme bien sûr la synchronisation des favoris) mais gagnent ainsi (un peu) en confidentialité.
Mais le grand responsable de ce succès de Google est avant tout… Microsoft. L’entreprise de Redmond a laisser doucement disparaitre son navigateur, tout d’abord en s’endormant sur ses lauriers quand ce dernier trônait à 90% de parts de marchés, pour oublier de le rendre plus performant et surtout moins omnipotent et enfin l’abandonner au profit d’une solution n’existant dans un premier temps que sur un nouvel OS : Windows 10. Stratégie ô combien risquée lorsque très majoritairement les entreprises sont encore sous Windows 7.
L’absence de l’éditeur sur les périphériques mobiles (ou son arrivé trop tardive avec Edge pour iOS et Android) a achevé ses ambitions.  C’est maintenant un Chrome (qui au passage gagne lui aussi en embonpoint) qui se voit prendre la place d’Internet Explorer sans que visiblement beaucoup de considèrent réellement le successeur désigné de Microsoft : Edge.
Cette étape gagnante pour Google est elle annonciatrice d’autres victoires ? On pense en particulier aux Chromebooks demain et aux services SaaS de la firme… A suivre

[Rumeur] Samsung présentera son téléphone pliable au prochain CES

samsunggalaxyxLes fuites semblent bien orcherstrées, Samsung a besoin de clamer haut et fort qu’il continue d’innover. C’est le sens de cette annonce du coréen si longtemps en avance (le prochain CES se déroulera à partir du 6 janvier 2019 pour la presse et les analystes (et nous y seront comme tous les ans)).
Le constructeur Coréen éternel rival d’Apple doit communiquer sur ce terrain pour exister face au californien mais aussi et surtout (c’est plus nouveau) face aux constructeurs chinois Huawei et Xiaomi qui le supplante maintenant régulièrement en matière d’innovations et même de vente.
Le téléphone présenté par Samsung sera plus proche du prototype et le constructeur ne s’attend sans doute pas à des ventes massives. Le Galaxy X, si c’est bien comme cela qu’il s’appellera devrait se vendre à près de 2000 $ !
« Entrées précédentes