Archives de Catégorie: IoT

Amazon Sidewalk : le réseau wifi de proximité attendu pour la fin de l’année aux USA avec ses premières applications

Amazon avait annoncé sa technologie Wifi SideWalk, permettant à la manière de ce que propose les opérateurs internet chez nous de partager sa connexion Wifi avec ses voisins. Cette technologie devrait arrivée d’ici la fin de l’année. Mais au delà d’un partage classique de bande passante, la société s’oriente sur une sorte de canal pour les objets connectés, en proposant ainsi un réseau de proximité. Cette initiative devrait ainsi permettre de créer des réseaux sécurisés qui tireront parti du spectre sans fil à faible bande passante et à 900 MHz pour fournir une connectivité aux petits dispositifs d’Internet des objets (IoT), tels que les lumières intelligentes, les stations météorologiques, colliers GPS pour animaux, etc… une alternative à des protocoles spécialisés comme LoRa, avec beaucoup beaucoup moins de distance possible mais une bande passante beaucoup beaucoup plus élevée.

Première à répondre présent, sans doute face à l’arrivée imminente d’Apple dans ce domaine, l’entreprise de technologie de suivi Tile proposera un appareil equi fonctionnent avec le réseau sans fil Amazon Sidewalk avec pour objectif d’aider les gens à retrouver des objets perdus sur une plus grande distance (actuellement il se base uniquement sur du Bluetooth. Ce sera le premier appareil tiers à fonctionner avec Sidewalk.

Amazon a également déclaré que plusieurs de ses propres matériels Echo pourront servir de passerelle, permettant ainsi aux clients d’accéder au réseau lorsqu’ils choisissent de partager « une petite partie » de leur bande passante Internet dans le cadre du pool de bande passante partagée mis en oeuvre par le protocole de Sidewalk.

« Pour les clients qui choisissent de partager leur bande passante avec leurs voisins, nous garantissons que les propriétaires d’autres appareils ne peuvent pas voir les données envoyées depuis vos appareils« , … encore heureux, mais cela va mieux en le disant…

Dans un nouveau livre blanc décrivant les protocoles de confidentialité et de sécurité de Sidewalk, l’entreprise donne plus de détails sur le partage de réseau :

« La bande passante maximale d’un pont au serveur est de 80Kbps, ce qui représente environ 1/40ème de la bande passante utilisée pour diffuser une vidéo haute définition typique. Aujourd’hui, le total des données mensuelles utilisées par les appareils compatibles avec Sidewalk, par client, est plafonné à 500 Mo, ce qui équivaut à la diffusion en continu d’environ 10 minutes de vidéo haute définition« .

Cette nouvelle arrive avant juste avant un événement virtuel prévu après demain (jeudi) où Amazon devrait dévoiler une nouvelle gamme d’appareils Echo et Alexa.

Le patron d’Amazon, Jeff Bezos avait déclaré que le support des appareils tiers serait la clé du succès (ou pas) de Sidewalk. En attendant, l’entreprise développe également ses propres appareils. La filiale Ring d’Amazon prévoit un dispositif appelé Ring Fetch qui s’attache au collier d’un chien et permet au propriétaire de savoir si l’animal s’éloigne au-delà d’un périmètre spécifié de la maison.

Amazon Alexa installé d’office dans votre nouvel appartement…

Amazon lance cette semaine un nouveau service aux USA pour les gestionnaires immobiliers appelé « Alexa for Residential » qui a pour objectif de faciliter le déploiement et la gestion des appareils et des expériences à commande vocale dans les immeubles d’habitation. Une offre d’assistant vocal Alexa en standard donc dans les appartements et les communs de l’immeuble pour gérer toute la domotique de ce dernier : volets roulants, lumières, conciergerie,…etc.

Amazon précise que les résidents n’ont pas besoin d’avoir un compte Amazon, d’acheter des appareils ou de configurer quoi que ce soit dans un appartement. Ceux qui ont un compte peuvent néanmoins le lier pour accéder à des fonctions plus étendues comme écouter leur musique et appeler leurs amis et leur famille. Aux États Unis, des « intégrateurs de maisons intelligentes » comme les sociétés IOTAS, STRATIS et Sentinent Property Services seront les premiers à utiliser le service. IOTAS est une start-up basée à Portland qui a levé 8,5 millions de dollars l’année dernière.

Selon Liron Torres, le responsable de Smart Properties pour Amazon Alexa :

« Alexa for Residential va au-delà de la maison intelligente – il permet également aux propriétés de fournir des expériences vocales personnalisées à leurs résidents, y compris des informations sur les commodités et les services personnalisés ».

Les appareils peuvent être réinitialisés aux paramètres par défaut lorsque les résidents déménagent et être utilisés dans les logements vacants pour répondre à certaines questions ou aux fonctions de démonstration disponibles dans l’appartement.

Selon Amazon, les gestionnaires immobiliers n’ont pas accès aux données des clients, et les enregistrements vocaux sont automatiquement supprimés chaque jour. Si un client relie son compte personnel Amazon, il aura le contrôle total de ses paramètres de confidentialité comme si l’appareil lui appartenait, les préférences éventuelles étant automatiquement appliquées.

L’intégration de fonction domotique clé en main dans les appartements et résidences neufs est loin d’être nouvelle, déjà depuis plus de 4 ans la société Nexity expérimentait cela avec quelques acteurs comme Legrand par exemple. Mais l’intégration d’un assistant vocal est une première à ma connaissance.

La startup française Withings lève 60 millions de dollars pour développer des services de santé connectés pour le marché des entreprises

WithingsVous connaissez Withings, cette startup spécialisé sur les objets connectés souvent liés à la santé. La société a lancé des produits allant d’une balance connectée à des bracelets de fitness, en passant par des montres intelligentes et un tensiomètre. Ses produits peuvent mesurer des éléments tels que la rigidité artérielle pour détecter d’éventuels problèmes cardiaques et le sommeil pour aider les patients qui souffrent d’apnée du sommeil. Parmi les nouveaux produits que nous avions découverts au CES en janvier dernier, on trouve une nouvelle montre intelligente pour le sport, un moniteur de fréquence cardiaque et une version du tracker pour l’enregistrement des électrocardiogrammes appelée Move ECG (fonctionnalité que l’on retrouve sur l’Apple Watch depuis 2 ans avec la version 4).

Elle avec été rachetée par Nokia au prix fort en 2016 pour être revendu à un de ses fondateurs beaucoup moins cher 2 ans plus tard… Aujourd’hui elle poursuit sa forte croissance avec une nouvelle levée de fonds. Le rachat par Nokia avait été un sérieux handicap pour le jeune pousse de Boulogne Billancourt, les lourdeurs administratives de ce grand groupe (fait de l’intégration rappelons le, d’entreprises en difficultés : Nortel, Alcatel, Lucent…)  n’étant pas compatible avec l’agilité nécessaire du marché de l’IoT.

Withings a levé 60 millions de dollars de capital-risque à mesure que l’entreprise élargit son champ d’action pour inclure des clients entreprise. Le fait de cibler davantage de clients professionnels lui offre l’occasion de tirer parti du travail qu’elle a accompli en fabriquant des appareils destinés aux consommateurs ainsi que les données génèrées (ce qui peut-être une source d’inquiétude pour ces mêmes consommateurs).

Pour Mathieu Letombe le PDG de Withings :

« Ce qui fait notre force aujourd’hui sur le marché B2B est tout le travail que nous avons fait du côté B2C, comme le travail sur la durée de vie des batteries, la conception et la connectivité ». « Ce sera vraiment important pour nous lorsque nous développerons des appareils, car les besoins des deux marchés se chevauchent ».

Ce financement sera utilisé, en partie, pour développer MED PRO, la nouvelle division B2B de l’entreprise, crée l’année dernière. Withings compte actuellement 250 employés. L’entreprise prévoit d’en embaucher 100 de plus au total, dont certains pour ses ventes et son marketing aux États-Unis ainsi que pour son groupe d’ingénierie à Boulogne-Billancourt (92).

Avec le lancement de MED PRO. la société cible donc les opportunités avec les entreprises, les assureurs, les institutions de recherche et les plateformes médicales. L’objectif est de trouver des moyens d’utiliser plus largement les appareils et les données que Withings a créés. Ainsi la division MED PRO met les données de Withings à la disposition des chercheurs universitaires et pharmaceutiques pour permettre des études cliniques et universitaires. Par exemple, le ScanWatch de Withings va être utilisé dans un projet de recherche au département de cardiologie du centre médical de l’université de Munich pour surveiller les patients COVID-19. Le ScanWatch peut mesurer à la fois la fréquence cardiaque et les niveaux d’oxygène dans le sang.

Gilde Healthcare, Idinvest Partners et Bpifrance ont co-dirigé le tour de table. Parmi les autres investisseurs qui ont participé, on peut citer BNP Paribas Développement, ODDO BHF Private Equity et Adelie Capital.

Microsoft achète CyberX, spécialiste de la sécurité de l’IoT

Capture d’écran 2020-06-22 à 16.12.11Microsoft a confirmé le 22 juin dernier l’acquisition de la startup israélienne CyberX, spécialisée dans le domaine des solutions de sécurité pour l’IoT.

Les ralentissements d’activité liés à la crise du Covid 19 n’ont pas énormément affectés les grands leaders de l’économie du digital, et leur ont au contraire donné un peu plus l’opportunité pour aller envisager quelques acquisitions pour renforcer leurs portefeuilles de solutions. Ainsi CyberX devrait venir élargir les capacités d’Azure IoT Security, le panel de services Microsoft disponibles. Ainsi en particulier, les solutions de CyberX pourront faciliter la prise en compte d’existants IoT par les solution Azure, sujet d’autant plus important (et difficile) à traiter que cet existant est souvent constitué de briques hétérogènes, parfois anciennes.

Cette acquisition s’inscrit dans la stratégie annoncée par Microsoft en avril 2018 d’investir 5 milliards de dollars dans le domaine de l’IoT.,sur les 4 prochaines années.  Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais certaines sources évoquent une somme proche de 165 millions de dollars.

 

Du nouveau dans la famille Windows 10 IoT

Microsoft a profité de sa conférence Build pour annoncer quelques évolutions de sa famille Windows 10 IoT. Pour rappel, cette composante essentielle de l’offre Microsoft pour l’Internet des Objets se décline actuellement en 3 éditions :

  • Windows 10 IoT Enterprise, qui apporte les fonctionnalités de Windows 10 édition Entreprise aux applications embarquées permettant de prendre en charge les applications Windows classiques, les applications universelles, tout en mettant en œuvre les éléments de gestion et de sécurité de Windows 10.
  • Windows 10 IoT Mobile Enterprise est quant à lui aligné sur les fonctionnalités de Windows Mobile Enterprise 10 et se consacre logiquement à des appareils nécessitant une forte mobilité. Nous retrouvons également sur cette version des fonctions évoluées telles que la gestion de profils d’utilisateurs multiples et d’authentifications évoluées. Fonctions très utiles dans le cadre de mise en œuvre de terminaux de vente par exemple.
  • Windows 10 ioT Core est optimisé pour les dispositifs de petites tailles à très faible consommation. Il permet d’exécuter des applications universelles. Il n’y a pas de redevance associée à ce système. Ce système est en concurrence avec Azure Sphere, MCU basé sur un noyau Linux. Système que nous décrivons dans cette application.

Microsoft a donc annoncé lors de la conférence Build la semaine dernière :

  • la convergence prochaine de Windows 10 IoT Core et Windows 10 IoT Enterprise
  • des réductions de taille des noyaux (jusqu’à 40%)
  • le support des mises à jour sans fil (Over the Air)
  • la possibilité d’exécuter des charges de travail Linux sur Windows grâce à la prise en charge des conteneurs Linux avec Azure IoT Edge sur Windows (le nouveau navigateur Chromium Edge, dans une déclinaison pour Windows 10 IoT.

Intégration des offres IoT de Cisco et Microsoft

Les 2 acteurs ont annoncé l’intégration de leurs offres respectives dans le domaine de l’IoT. Ainsi l’offre Edge Intelligence de Cisco, annoncée en janvier dernier, pourra se connecter au service Azure IoT Hub de Microsoft. Cisco Edge Intelligence est utilisée pour extraire et transformer les données afin de les utiliser avec différents services basés sur le cloud. Cisco pré-intégre sa solution à diverses plateformes IoT pour faciliter le partage des données.

Le service Microsoft Azure IoT Hub, lancé il y a quatre ans, est quant à lui utilisé pour la messagerie entre les applications et les dispositifs IoT. Il prend en charge les multiples protocoles utilisés par les dispositifs IoT.

Le service de provisioning d’Azure Iot Hub offre un provisioning zero touch pour les appareils IoT. Il valide les appareils, les enregistre auprès d’un hub IoT et ajoute un cryptage AES 256 bits pour les données au repos.

Les passerelles IoT de Cisco sont maintenant pré-intégrées pour fonctionner avec les solutions Azure basées sur le cloud, selon Vikas Butaney, vice-président de la gestion des produits IoT de Cisco, cité dans le communiqué commun.

Cette annonce s’insère dans les stratégies fortes développées par les 2 acteurs dans ce monde IoT. Leurs positions respectives, bien que concurrentes sur certains aspects (les devices IoT), laissent un champ de collaboration autour du cloud, essentiel pour Microsoft avec Azure, alors que Cisco s’arrête à cette limite. Nous avons pu mesurer à plusieurs reprises les ambitions de Microsoft dans ce domaine très porteur (voir exemple ici). Au travers de cette intégration, Microsoft compte bien voir s’accroitre la consommation de ses différents services Azure, tels que Microsoft Analytics et autre Machine Learning, afin de développer la valeur ajoutée des données collectées/générées par toutes les architectures IoT.

Azure Sphere est disponible

Pour rappel, Azure Sphere se compose de microcontrôleurs certifiés par Microsoft – des ordinateurs monopuces avec des processeurs, du stockage, de la mémoire et un  système d’exploitation basé sur Linux et le service de sécurité dans le Cloud Azure Sphere. Le service de sécurité fournit des informations sur l’authentification, la réponse aux menaces et les défaillances des appareils et des applications. Cet équipement annoncé il y a plus de 18 mois est dédié aux équipements de l’IoT. Nous avions eu l’occasion de voire cela en action lors de notre mission d’étude chez Microsoft en octobre 2018 dont le thème était l’IoT.

Depuis hier donc, le système donc est officiellement disponible.

MediaTek MT3620

La première puce Sphère était la MediaTek MT3620, qui comprenait un sous-système de sécurité embarqué que Microsoft a baptisé « Pluton ». Microsoft avait annoncé l’année dernière qu’il travaillerait aussi avec NXP sur une autre puce certifiée, la i.MX 8, qui sera adaptée à l’intelligence artificielle, aux graphiques et à des expériences d’interface utilisateur plus riches. Mais l’entreprise ne s’arrête pas à ces fondeur, Microsoft travaille également avec Qualcomm pour une version adaptée aux réseaux cellulaire 5G.

#CES2020 Un composant Bluetooth 5 ultra faible consommation

atmosic-technologies-749017Un nouveau composant BT 5.0 vient de remporter un prestigieux Best Of Innovation Award dans la catégorie des technologies embarquées. Le Atmosic M3 est  SoC Bluetooth 5 sans batterie qui permet aux périphériques IoT de se connecter tout en consommant une puissance ultra faible. Il consomme si peu d’énergie qu’il peut donner aux appareils une autonomie de batterie à vie voir éliminer le besoin de batterie lorsqu’il est couplée à une source de chaleur par exemple… Impresionnant.

best-of-innovationLa technologie Lowest Power Radio d’Atmosic permet au M3 de réaliser des améliorations de puissance en délivrant une puissance 5 à 10 fois inférieure à celle des autres SoC, tout en respectant les normes et les performances Bluetooth. Avec le réveil à la demande, la radio du M3 dispose de deux ensembles d' » oreilles  » : l’un fournit le niveau le plus bas de  » conscience radio « , en écoutant dans un état légèrement  » conscient  » pour percevoir les transmissions entrantes ; l’autre ensemble est un sommeil profond, se réveillant uniquement lorsqu’il est alerté des transmissions de signaux entrants. La gestion de la collecte d’énergie permet à M3 de collecter de l’énergie de plusieurs sources : radiofréquence, photovoltaïque, thermique et mouvement.

Cette solution permettra d’être intégrée dans de nombreux objets connectés du quotidien en commençant pas les périphériques de santé.

#CES2020 SEED Cane : une canne intelligente

honoreeVoici une belle innovation récompensée par un Innovation Award à destination des aveugles. La société Seed Las et l’université Hanyang (université privée située en Corée du Sud) viennent de présenter la solution SEED Cane, qui est une canne intelligente pour les personnes aveugles.

Les fonctions de la canne intelligente autonome sont les suivantes :

  • Pendant la marche, la canne intelligente détecte les obstacles proches grâce à des capteurs infrarouges et alerte son utilisateur par des vibrations et des sons.
  • Elle analyse la distance parcourue à pied par l’utilisateur et envoie l’information au smartphone de l’utilisateur.
  • Elle possède également le module de communication GPS pour guider l’utilisateur en utilisant sa position actuelle et le système de navigation.
  • Les lumières LED sur la canne peuvent faire savoir aux autres personnes autour de l’utilisateur qu’il y a une personne aveugle à proximité et aussi prévenir les accidents de sécurité inattendus.
  • Connecté, ces notifications de risque sont transmises à l’utilisateur et à ses tuteurs par le biais de l’application mobile, et peuvent être signalées immédiatement si l’utilisateur se trouve au mauvais endroit ou s’il est porté disparu.
  • Enfin, le module peut également être utilisé pour envoyer des alertes de danger à des personnes non spécifiées à proximité de la personne aveugle en cas de situations dangereuses.

hanyang-university-731006

#CES2020 Une intégration, en attendant le convergence des systèmes domotique…

1VialetLa convergence des systèmes et protocoles de la domotique, en particulier autour des alliances Zigbee et de la mise en open source du Homekit d’Apple, le marché s’organise autour des services. La société canadienne 1Valet propose au CES des évolutions de son application de contrôle des bâtiments.

Créée en 2016, l’application permettait  aux résidents d’un immeuble de commander divers produits et services commerciaux à l’aide d’une tablette intégrée dans son  logement.  Mais pas uniquement les services d’interphone, de contrôle de la climatisation, etc. De véritables services de conciergerie sont proposé : de la résidente qui souhaite avoir une nouvelle coupe de cheveux à domicile au locataire qui souhaite faire changer ses pneus ou réparer son pare-brise sans avoir à se déplacer, en passant par  un traiteur pour préparer le dîner.

Mais aujourd’hui l’application va plus loin en proposant de contrôler toutes les composantes du batiment. « Les poignées de porte, les caméras, les climatiseurs, les ascenseurs, les chaudières, toutes les composantes peuvent devenir intelligentes suivant son concepteur en ajoutant un protocole de transfert au dessus des objets pour les connecter. 1Valet est ainsi devenu une plateforme sorte SDL multi-protocole pour la domotique : pas idiot. Ce sont des choses que l’on pouvait déjà faire en « bidouillant des services (souvent open source) avec des plateforme domotique ouverts type Jetdom par exemple mais cette fois ci c’est beaucoup plus intégré et en apparence tout au moins plus simple (à voir dans la réalité). Le concepteur, Mr Poulin explique que « Ce qu’on voulait développer, c’était un logiciel qui peut connecter l’être humain avec la bâtisse. Faire en sorte que le bâtiment devient une extension de l’être humain comme le téléphone est devenu une extension de l’être humain »… tout un programme et le rêve en tout cas de la domotique et des smart buildings.

« Entrées précédentes