Archives de Catégorie: Matériel

De nouvelles fonctions de réalité virtuelle chez Facebook ?

Il y a deux jours Mark Zuckerberg et Andrew Bosworth (le responsable de la réalité virtuelle de Facebook), ont publié des photos d’eux équipés avec des prototypes de casque de réalité virtuelle (ou augmentée ?), histoire on s’en doute d’engoncer le clou sur le concept de Metavers si cher à Facebook mais aussi peut-être pour masquer les annonces d’HTC d’hier soir (qui présentait un casque beaucoup plus léger – moins de 200 gr – mais aux capacités plus limités que le Quest 2 de Facebook pour un prix 70% plus cher… ).

Nous reviendrons sur ces annonces, le concept de Metavers (qui, selon la société, est un monde virtuel qui pourrait être tout simplement la prochaine version d’Internet…), mais aussi la solution d’entreprise Workplace Horizon de Facebook réellement bluffante, lors du prochain Briefing Calipia en décembre, avec des démonstrations de ces outils.

Le casque que porte Zuckerberg ressemble aux casques Oculus de la société. Toutefois, il le qualifie de « résolution rétina », reprenant les thermes marketing d’Apple pour désigner les écrans dont la densité de pixels est si élevée qu’il est impossible de distinguer les points individuels à une distance normale. Le casque que porte Andrew Bosworth ressemble en fait plus aux dessins et descriptions du casque de réalité virtuelle dont on parle chez Apple… Histoire aussi de jeter une pierre dans le jardin de la firme de Cupertino ?

Microsoft Surface : que faut-il attendre des annonces de la semaine prochaine ?

Vous le savez sans doute, Microsoft annoncera la semaine prochaine, le 22 septembre les nouveautés autour de Surface. Sachant que l’éditeur prévoit 15 jours plus tard le 5 octobre le lancement de Windows 11. Que faut-il en attendre ?

Alors oui, Microsoft abordera la semaine prochaine Windows 11, mais le coeur de la présentation devrait bien être axé sur les nouveautés autour de sa gamme hardware Surface. Voici une synthèse de ce qui devrait être annoncé :

Surface Pro 8

Il ne devrait pas y avoir de gros changements de conception sur la Surface Pro 8, Microsoft a déjà clairement indiqué aux entreprises qu’elle maintiendra la connectivité du port Surface et la conception globale du matériel pour qu’il reste compatible avec les docks et les accessoires existant. Néanmoins l’écran devrait être plus grand (légèrement) en bénéficiant de bordures plus fines (à la manière de ce que propose déjà Lenovo dans un facteur de forme équivalent). Nous retrouverons là encore sans surprise les dernières puces Intel de 11e génération.

Il y aura sans doute aussi quelques nouveautés comme l’abandon des ports USB-A et surtout la prise en charge de Thunderbolt qui au format USB-C permet des vitesse de transfert 3 fois supérieures à l’USB 3.2. C’est une nouveautés interessante si elle se confirme qui n’était présente auparavant que sur très peu de PC, en revanche sur la totalité des Mac depuis pas mal d’années. On devrait aussi voir la prise en charge des disques SSD amovibles, tout comme la Surface Pro X et le Surface Laptop 4. Un vrai bon point.

Surface Book 4

Pour le coup il devrait enfin il y avoir du nouveau sur cette gamme qui n’a quasiment pas bougé depuis son lancement. On devrait assister à l’abandon de l’écran détachable en faveur d’un écran qui se tire vers l’avant pour se convertir entre les facteurs de forme de tablette et d’ordinateur portable, un peu comme le HP Elite Folio si l’on en croit les dernières rumeurs. Ces même rumeurs parlent du support du mode Dynamic Refresh Rate de Windows 11 qui permet d’afficher l’écran en fréquences variables pour économiser la batterie (à l’instar des iPad, des Samsung S21 ou encore des iPhone Pro 13 annoncés cette semaine). On parle donc d’une fréquence de rafraichissement pouvant là aussi atteindre 120 Hz, de quoi faire du très haut de gamme pour les joueurs par exemple (ne doutons pas que le prix sera sans doute aussi… haut de gamme :)). Côté processeurs la aussi sans surprise, nous aurons les puces de 11e génération d’Intel.

Ces rumeurs si elles se confirment apporterons plus de cohérence à la gamme Surface avec la Book clairement tout en haut face à Surface Laptop et Surface Pro.

Surface Pro X

Pas de changements majeurs dans le design, nous nous attendons à une mise à niveau de la puce (pour un Qualcomm Série 888 Desktop rebrandé Microsoft ?) et peut-être même un écran à plus haute fréquence de rafraîchissement. La difficulté sur ce modèle restant toujours son catalogue logiciel aussi pauvre et une émulation x86 (même en 64 Bits) peu performante vs ce que propose Apple sur ses processeurs M1 via Rosetta 2.

Surface Go 3

Ce matériel Surface plus petit conservera son design, mais devrait être livré avec le processeur Core i3 d’Intel, offrant de meilleures performances que les modèles existants à processeur Pentium Gold. Espérons aussi de Microsoft soit mon radin sur la mémoire avec un minimum de 8G au lieu des 4Go qui rendent actuellement la machine d’entrée de gamme franchement poussive (qui plus est avec un ssd au format emmc…

Surface Duo 2

Microsoft semble également prêt à présenter son prochain téléphone Surface. Le successeur du Surface Duo a déjà fait l’objet d’une fuite en ligne, nous vous en parlions sur le blog. Allez faire un tour sur le lien pour toutes les infos.

Reste plus qu’à attendre la semaine prochaine pour une confirmation de tout cela 🙂

ÉVÈNEMENT Microsoft le 22 septembre

Microsoft a annoncé officiellement un évènement presse le 22 septembre. Au programme Windows 11 bien sûr dont la date de lancement sera le 5 octobre mais aussi les nouveautés hardware avec Surface. Si l’on attend une mise à jour des processeurs à minima. La nouveauté la plus importante pourrait être une nouvelle version de Surface Duo, le smartphone Android double écran de l’éditeur.

Nous avions dit tout le bien (ou pas) que nous pensions de la version 1 et pourquoi se serait selon nous un flop commercial… La version 2 si l’on en croit les rumeur devrait corriger le tir avec au menu de nouveaux capteurs photos (dont un téléobjectif et un grand angle), mais aussi la 5G et surtout la dernière version du processeur phare de Qualcomm le 888. La précédente version s’appuyait sur un processeur moyen gamme (le 855 et 6 Go de RAM) ce qui était assez surprenant à ce niveau tarifaire (lancement à 1400 €), pas étonnant que le prix soit descendu au US à la moitié quelques mois après… Sans toutefois suffire pour connaitre le succès.

Cette fois c’est donc un 888 avec visiblement 8 Go de RAM, on imagine sous Android 12. Les premières fuites de performance donne d’excellents résultats : le test Geekbench, montre que le Surface Duo 2 obtient un score de 1 091 pour un seul cœur et de 3 517 pour plusieurs cœurs. Pour référence, le Samsung Galaxy S21+ 5G a des scores de 972 et 3052. Bon c’est vrai qu’il sortirait au mieux 9 mois après le Samsung…

Est-ce que cela suffira à faire de cette machine un succès, là encore tout dépend aussi de son positionnement tarifaire… Réponse dans quelques jours.

Qualcomm annonce son Snapdragon 7c Gen 2 destiné à Windows ARM et aux Chromebooks

Qualcomm annonce enfin son 7C Genération 2, destiné aux PC Windows et Chromebooks « toujours connectés », la nouvelle puce apporterait des performances améliorées, même si Qualcomm se garde bien de les définir précisément. D’autres parlent de performances comparables à un i5 d’Intel. Ce n’est donc pas de ce côté qu’il faudra trouver de l’originalité mais plutôt :

  • Des capacités pouvant améliorer le traitement des images et du son
  • Une connectivité 4G intégrée
  • Une intégration d’IA
  • De nouvelles fonction de sécurité (sans plus de précision…)
  • Une autonomie accrue (la société annonce un facteur deux par rapport à Intel)

L’entreprise Californienne précise que cette puce est destinée aux ordinateurs d’entrée de gamme (secteur de l’éducation, usages réduits en entreprise) en gros là où le prix est essentiel. Donc engrosser des PC pouvant être proposé sous les 500 $.

Côté Entreprises spécifiquement, Lenovo devrait selon Qualcomm lancer de nouveaux appareils équipés de cette puce abordable « plus tard cette année ». Ce n’est peut-être pas trop surprenant car Lenovo vient de participer à une table ronde avec Qualcomm sur l’avenir du PC, ce qui en fait un partenaire clé dans l’adoption de l’ARM.

Rappelez-vous que le Snapdragon 7c original avait été annoncé en décembre 2019, mais n’a pas été commercialisé avant l’été 2020. Le premier appareil, équipé du Snapdragon 7c Gen 2, est attendu cette fois cet été selon Qualcomm sans indication du constructeur.

Outre le nouveau Snapdragon 7c Gen 2, Qualcomm a également annoncé un nouveau kit de développement Snapdragon pour Windows et une application Zoom optimisée pour ARM pour les appels vidéo, tous deux prévus pour cet été.

On regrette que cette annonce ne soit pas mise en perspective des processeurs d’Apple qui surclassent ce segment, une feuille de route de la riposte de Qualcomm serait interessante (comme l’entreprise le fait habituellement, sur le segment des smartphones). Nous reviendrons sur ce nouveau terrain de jeux que son les processeurs pour les PC de demain et la formidable ouverture offerte après les déboires d’Intel, lors du prochain Briefing Calipia, Il reste des places, rejoignez-nous, si ce n’est déjà fait !

Nouveaux matériels Microsoft : Surface Laptop 4 et… casques et Webcam avec des commandes Teams pour les entreprises

Microsoft a comme prévu annoncé les nouveaux modèles de Surface Laptop hier, présenté comme le « portable le plus puissant » de la société.

L’appareil conserve une grande partie du look et du design traditionnel du Surface Laptop, avec des performances et une autonomie améliorées. Les utilisateurs ont la possibilité de choisir entre un processeur AMD ou Intel. Il existe un modèle de 13,5 pouces et un modèle de 15 pouces. La version AMD sera proposée à partir de 1129 euros et le modèle Intel à partir de 1449 euros. Le Surface Laptop 4 est disponible en précommande dès aujourd’hui en France, pour une livraison à partir du 27 avril.

La surprise de l’annonce Microsoft venait de différents modèles de casques et d’une Webcam présentés comme adaptés à Teams.

surfaceheadphones02
Le bouton Teams sur le casque Microsoft

Tout d’abord une nouvelle version pour le Surface Headphone : Le Surface Headphones 2+ Business. Cette dernière version des écouteurs supra-auriculaires de Microsoft comporte des commandes sur l’oreille pour Microsoft Teams. Son prix de vente est de 279 €. Microsoft propose également deux nouveaux casques – un casque Modern Wireless Headset (pas encore de prix) et un casque Modern USB Headset (prix US de 49,99 $) – avec des boutons similaires pour Microsoft Teams, ainsi qu’un nouveau haut-parleur USB-C à (prix US aussi 99,99 $). Enfin, il y a aussi la nouvelle webcam « Modern » Full HD avec un bouton Teams (prix US à 69,99 $). De quoi jeter quelques pierres dans les jardin de Jabra, Plantronics, Logitech et autres « partenaires » avec des produits ciblés sur les entreprises…

Une petite galerie photo des différents appareils :

Pour surfer sur la tendance actuelle : Microsoft présente ses nouveaux produits comme « construits pour permettre des environnements de travail hybrides inclusifs« , en gros adaptés au télétravail, tiens donc quelle surprise 🙂

Nous reviendrons sur ces annonces et le mode de fonctionnement de ces appareils lors du prochain Briefing Calipia les 9, 10, 14 et 15 juin prochain. Tous les renseignements sur le site Calipia.com/briefing

Microsoft test le refroidissement de serveurs par immersion dans un liquide à 2 phases

source : Microsoft

L’impact environnemental du numérique est aujourd’hui un sujet de plus en plus présent dans le débat (et ce n’est sûrement que le début !). Ainsi tous les opérateurs des grandes plateformes du cloud public se sont lancés sur diverses pistes notamment pour réduire les couts énergétiques et les émissions de gaz à effet de serre concernant leurs datacenters. En termes d’alimentation, ceci donne lieu à de nombreux investissements en énergie verte (ferme solaire, champs éoliens ..) mais aussi à des tests pour optimiser les impacts liés au refroidissement des serveurs. Dans ce domaine, nous avons évoqué plusieurs fois les tests réalisés par Microsoft, avec le projet Natik, en immergeant des serveurs au sein de containers au fond de l’océan atlantique, près des côtes écossaises.

Le 6 avril 2021, Microsoft vient de communiquer sur un autre test de solution pour diminuer les impacts liés au refroidissement des serveurs de ses datacenters. Mené dans son Datacenter Azure de Quincy (état de Washington), Microsoft test le refroidissement par immersion dans un liquide à 2 phases. Le principe est simple, les serveurs sont directement immergés dans un liquide (il ne s’agit pas d’eau) qui se transforme en vapeur au-delà de 50° Celsius. Au contact des serveurs qui chauffent, le liquide est donc vaporisé et cette vapeur remonte naturellement vers une condenseur où elle se retransforme en phase liquide. Cette circulation est passive et donc plus économe en énergie que le refroidissement par air ou par liquide en phase unique. Autre avantage mis en avant par Microsoft, c’est que les serveurs immergés dans ce liquide ne sont plus exposés à l’air et à l’humidité, donc les risques de corrosion et donc de pannes sont limités. Microsoft indique que que l’expérience Natik, qui repose sur des serveurs installés dans des containers remplis d’azote sec, ont permis de mesurer une diminution par 8 du nombre de pannes pour les serveurs immergés par rapport à ceux sur terre.

source : Microsoft

Autre élément intéressant mis en avant par Microsoft, grâce au refroidissement par immersion dans un liquide à 2 phases, il est possible d’overclocker les processeurs qui fournissent ainsi plus de puissance, sans surchauffe grâce à l’efficacité du processus.

Hololens passe du proto à la production dans l’armée américaine

Microsoft est engagé depuis plusieurs années dans une collaboration avec l’armée américaine concernant Hololens sa solution de réalité mixte, vedette récente de la dernière conférence IGNITE.

Selon une information publiée par Microsoft, il semblerait que les choses avancent très bien, et que l’US Army serait prête à passer en production avec son programme Integrated Visual Augmentation System (IVAS) basée sur Hololens.

source : blogs.microsoft.com

Si le contrat annoncé en 2018 était estimé à 480 millions de dollars, il ne couvrait que les 2 années de proto. Le passage en production, avec une cible de 120 000 Hololens déployés, le développement de la solution elle même, la fourniture des services cloud associés, le support et la maintenance sur une période de 10 ans, représenterait un tout autre niveau d’engagement, estimé à plus de 20 milliards de dollars sur la période (dont une moitié en option). Bref un beau succès pour cette technologie très prometteuse comme constaté lors d’Ignite en début mars 2021 avec l’introduction de la nouvelle plateforme Microsoft Mesh.

Enquête de l’administration Biden sur la pénurie de semi-conducteurs

La pénurie de semi-conducteurs est l’une des raisons pour lesquelles les consoles de jeux vidéo , telles que la PlayStation 5 et la Xbox Series X|S, ont été si difficiles à trouver ces trois derniers mois. Mais également des composants nécessaires à l’industrie américaine dans son ensemble.

La pénurie a plusieurs causes C’est clairement un des effets secondaires de la pandémie de COVID-19 avec l’augmentation mondiale de la demande mondiale d’électronique grand public, d’abord en raison d’équipements nécessaires pour le télétravail : nouveaux PC, Ecrans, Webcam, Clavier, etc mais aussi une des conséquences des ralentissements dues aux différentes quarantaines. Mais cela met en lumière aussi la dépendance des USA (et du monde entier) envers des pays comme Taiwan et la Corée du Sud par exemple pour les processeurs…

la Semiconductor Industry Association (SIA) a envoyé une lettre ouverte au président Biden, notant que la part des États-Unis dans la fabrication mondiale de semi-conducteurs n’a cessé de diminuer au cours des 30 dernières années, passant de 37 % à 12 %, avec des investissements américains en R&D relativement stables. Cette lettre, était cosignée par les PDG d’AMD, NVIDIA, Intel, Qualcomm et 17 autres sociétés technologiques américaines, elle demandait au président à s’attaquer à ce problème en autorisant des incitations fédérales pour la fabrication, la recherche et le développement de semi-conducteurs au niveau national. Ces mêmes sociétés louaient encore il y a quelques années les bénéfices de cette délocalisation de la production justifiant cette dernière car l’ingénierie restait bien sur le sol américain…

L’administration Biden à publié en fin de semaine dernière un décret sur les chaînes d’approvisionnement américaines qui ordonne aux ministères du commerce, de l’énergie, de la défense et de la santé de procéder à un examen de 100 jours des risques liés aux chaînes d’approvisionnement, et au secrétaire de chaque ministère de présenter des recommandations politiques qui permettront de faire face à ces risques.

Microsoft : Lorsqu’une particule vous manque tout est dépeuplé

C’est un peu le constat que fait Microsoft actuellement autour de sa stratégie d’Informatique Quantique… Mais revenons sur les bases. Vous le savez, les ordinateurs quantiques sont construits à partir de dispositifs appelés qubits qui encodent des 1 et des 0 de données mais peuvent également utiliser un état quantique appelé superposition pour effectuer des calculs mathématiques impossibles pour les bits dans un ordinateur conventionnel. Le principal défi de la commercialisation de cette idée est que les états quantiques sont délicats et facilement annulés par le bruit thermique (il faut être proche du Zéro absolu) ou électromagnétique (donc bien protège le matériel…), ce qui rend les qubits sujets aux erreurs.

Dans ce contexte, Microsoft a misé ses investissements sur une particule particulière dite de Majorana permettant de faire un bon en avant car plus stable et beaucoup plus facile à manipuler. Problème, après avoir annoncée en 2018 son observation dans la prestigieuse revue « Nature », l’entreprise revient aujourd’hui sur ses déclarations…

Google, IBM et Intel ont tous présenté des prototypes de processeurs quantiques d’environ 50 qubits, et des banques, des chimistes, des entreprises pharmaceutiques et même des organisations liées à des états testent cette technologie. Mais des milliers de qubits seront probablement nécessaires pour obtenir quelques chose, et encore si ces derniers travaillent sur une période plus longue que quelques millisecondes. En plus, compte tenue de l’instabilité, une grande partie de la puissance d’un ordinateur quantique devra probablement être consacrée à la correction de ses propres erreurs.

image Microsoft

Microsoft avait adopté une approche différente, affirmant que les qubits basés sur les particules dites de Majorana seront plus évolutifs, ce qui lui permettra de faire un bond en avant. Mais après plus d’une décennie de travail, il n’a pas un seul qubit ! Mais revenons un peu sur ces fameuses particules…

Résultat de recherche d'images pour "fermion de majorana"

Les fermions de Majorana portent le nom du physicien italien Ettore Majorana, qui a émis l’hypothèse en 1937 que les particules devraient exister avec l’étrange propriété d’être leurs propres antiparticules. Peu de temps après, il le physicien a disparu en mer avec ces calculs. Il faudra attendre 70 ans pour que, Kouwenhoven chercheur aux Pays Bas prennent contact avec Craig Mundie le patron de la R&D de Microsoft qui réfléchissait à l’Informatique Quantique et lui dit qu’is avait trouvé un moyen de résoudre un problème qui freinait les ordinateurs quantiques : la friabilité des qubits. Ces qubits dits topologiques seraient construits autour de particules inhabituelles, dont les particules de Majorana sont un exemple. Dans la foulée, Microsoft a alors créé une nouvelle équipe de physiciens et de mathématiciens pour étoffer la théorie et la pratique de l’informatique quantique dite topologique, avec la création à Santa Barbara, d’un labo spécialisé baptisé « Station Q ».

Microsoft ont collaboré et financé des physiciens expérimentaux de premier plan à la recherche des particules nécessaires pour construire cette nouvelle forme de qubit. En 2012 Kouwenhoven rapporte avoir observé des « signatures » de particules de Majorana à l’intérieur de nanofils, l’information fait grand bruit dans la communauté et l’on parlait alors de lui comme un futur prix Nobel pour avoir prouvé l’existence de ces particules réputées insaisissables.

En 2016, Microsoft a commencé à parler de ces investissements dans ces particules et le battage médiatique autour pour encourager les informaticiens à developper autour de sa plateforme (ce qui est la raison principale des différentes communications de tous, sur les progrès de l’informatique quantique). Dans le même temps Kouwenhoven et un autre physicien de premier plan, Charles Marcus, de l’université de Copenhague, ont été engagés par l’entreprise à temps plein, comme chasseurs de Majorana. Le plan consistait à détecter d’abord les particules, puis à inventer des dispositifs plus complexes qui pourraient les contrôler et fonctionner comme des qubits. Todd Holmdahl, qui dirigeait auparavant le matériel pour la console Xbox, a alors pris la tête du projet d’informatique quantique topologique. Résultat,en 2018 dans la prestigieuse revue « Nature » l’équipe annonce la découverte de cette fameuse particule. La directrice du développement commercial de l’informatique quantique chez MS , Julie Love, a alors déclaré à la BBC que Microsoft disposerait d’un ordinateur quantique commercial « dans les cinq ans ». 

Coup de théâtre, Kouwenhoven et ses 21 co-auteurs viennent de publier un nouvel article contenant plus de données issues de leurs expériences. Il conclut qu’ils n’ont finalement pas trouvé la fameuse particule. Une note jointe des auteurs indique que l’article original, publié dans la prestigieuse revue, serait rétracté, citant des « erreurs techniques ».  La tuile…

Alors que Microsoft cherchait à obtenir les fameuses particules Majoranas, les concurrents travaillant sur des technologies de qubit établies ont fait état de progrès constants. Microsoft poursui néanmoins son pari quantique, annonçant qu’il offrirait l’accès au matériel quantique d’autres entreprises via Azure. Le Wall Street Journal a rapporté que Holmdahl a quitté le projet face à cet échec et depuis son départ, Microsoft s’est montré plus discret sur le rythme de progression prévu en matière de matériel quantique.

Mais tout n’est pas fini pour cette particule, Das Sarma, un physicien théoricien de l’université du Maryland qui a collaboré avec des chercheurs de Microsoft, pense que la technologie finira par fonctionner. « L’informatique quantique basée sur ces Majoranas pourrait se trouver à un stade comparable à celui de 1926, lorsque le premier brevet pour un transistor a été déposé. Il a fallu attendre 30 ans, en 1947 pour que les chercheurs créent le premier transistor fonctionnel puis les versions en silicium miniaturisables qui ont permis l’industrie informatique de connaitre l’essor que l’on sait aujourd’hui !« 

30 ans c’est tout de même assez long si Microsoft veut demain se faire une place au soleil (quantique par nature)…

Le Smartphone Microsoft Surface Duo arrive en france la semaine prochaine… Gros succès en perspective (je plaisante)

Microsoft vient d’annoncer la disponibilité de son smartphone Android à double écrans Surface Duo pour le 18 février sur le marché français mais aussi en Allemagne en UK. Nous avions déjà eu l’occasion de dire ici toutes les interrogations que nous avions sur ce modèle vendu très cher pour ses capacités. Nos conclusions étaient à l’époque (avant sa disponibilité) que son succès serait… très limité. Et effectivement à 1400 $ la bête la diffusion est resté confidentielle…

Face à ce constat Microsoft a décidé de procéder à une baisse drastique des prix sur le store, histoire de tenter d’écouler les stocks : env -35% ce qui nous donne un prix de 999 $ maintenant, sans que cela ne déchaine les foules non plus 🙂

Alors à quel prix à votre avis sera-t-il proposé jeudi prochain sur le store Français : 1549 € ! Préparez vous, cela va partir comme des petits pains … chez les collectionneurs : cela rejoindra sans aucun doute le musée à côté de la Surface RT 🙂

« Entrées précédentes