Archives de Catégorie: OS

Windows To Go : c’est fini !

C’est dans l’indifférence générale que Microsoft met fin à Windows To Go. Cette excellente idée imaginée par Microsoft il y a 8 ans (avec Windows 8), pourtant assez visionnaire sur les usages entreprise (peut-être même un peu trop) n’a visiblement pas convaincu…

Capture d’écran 2019-06-26 à 08.06.22

Pour rappel, Windows To Go permettait aux organisations de configurer des images de Windows gérées par l’IT sur des clés USB. Ces clés (bootables) pouvait ensuite être utilisées par des utilisateurs sur leur propres poste de travail et disposant ainsi d’une machine de l’entreprise. Celà fonctionnait sur tout type de poste disposant d’un processeur Intel (donc y compris un Mac ou une machine Linux).

Le dernier système d’exploitation client Windows prenant en charge le produit Windows To Go sera Windows 10 version 1903 (la «mise à jour de mai 2019»). Windows To Go est considéré comme « obsolète » pour cette version de Windows 10, ce qui signifie que Microsoft a mis un terme à ses efforts de développement.

Microsoft donne quelques explications sur cet abandon : « WTG ne prend pas en charge les mises à jour de fonctionnalités. Par conséquent, cela ne vous permet pas de rester à jour. De plus, WTG nécessite un type spécifique de lecteur USB que de nombreux OEM ne prennent plus en charge. ».

Dans les faits Microsoft n’a rien fait pour mettre à jour son système pour les nouvelles spécification USB, ce qui aurait été tout à fait possible. La véritable raison est donc le manque de succès du dispositif… Il faut dire que Microsoft l’avait limité aux éditions Entreprise et Éducation de Windows 10 (avec Software Assurance donc). De quoi en limiter l’usage dès le début ! Dommage car le succès aurait peut-être été au rendez-vous lorsque l’on voit la tendance actuelle de limiter l’immobilisation des postes pour certains utilisateurs ou prestataires…

Microsoft Edge (canal Canary) peut ouvrir des sites web dans Internet Explorer.

edge chromiumAfin de se démarquer des autres navigateurs basés sur le moteur Chromium, Microsoft avait annoncé (nous en parlions lors du dernier Briefing Calipia) la mise en oeuvre du mode IE. Le fonctionnement sera relativement simple : si vous avez un site web qui nécessite Internet Explorer et ne disposant pas de code adapté à Chromium, il ouvrira ce site dans un onglet spécifique réservé aux site IE. Il existe désormais un indicateur que vous pouvez activer dans Edge (dans sa dernière build Canary 77.0.200.0 et supérieur) pour activer l’intégration Internet Explorer.

Pour ce faire, il suffit de taper dans la barre « edge://flags » et cherchez « Enable IE Integration », dans la longue liste des paramètres, puis positionner l’indicateur sur « Activate ». Sans surprise ceci n’est pas disponible sur toutes les plateformes (Mac, ARM) car bien entendu cela utilise le composant IE qui doit être installé sur le système.

Capture d’écran 2019-06-26 à 07.44.09

Cela aura pour effet d’ajouter une option « Afficher cette page à l’aide d’Internet Explorer » à la section « Autres outils » du menu. Pour le moment, il lance uniquement Internet Explorer avec la page que vous essayez d’ouvrir, au lieu de l’inclure dans un onglet . Il semble tenter de l’ouvrir dans Edge, en affichant un message indiquant que votre version d’IE ne prend pas encore en charge le mode IE et qu’elle doit être mise à jour, mais celà devrait changer dans les semaines à venir.

 

Fin des tablettes Google Pixel sous Chrome OS

Capture d’écran 2019-06-24 à 13.03.23Google lançait en octobre dernier les Pixel Slate, Tablettes avec clavier optionnel, à la mode de l’iPad Pro ou de la Surface Pro. Cette tablette était sous Chrome OS, ce qui a l’époque n’indiquait rien de bon concernant Android sur les Tablettes…

On apprenait en début d’année que le constructeur lancerait également plusieurs formats de nouvelles tablettes Pixel. Il n’en sera rien finalement. Selon de nouvelles informations, la société a cessé de travailler sur ces modèles non annoncées et concentrera plutôt ses efforts sur les ordinateurs portables.

JR Raphael, de Computerworld, s’est entretenu avec un porte-parole de Google, qui a confirmé l’abandon des tablettes sous Chrome OS. La nouvelle a d’abord été partagée avec les employés lors d’une réunion de l’entreprise tenue mercredi dernier, en recasant les personnes impliquées dans les projets de tablettes. Selon Raphael, beaucoup ont déjà commencé à travailler pour l’équipe ordinateurs portables.

Deux ans se sont écoulés depuis l’annonce du Pixelbook de la firme et de nombreuses rumeurs ont couru sur un successeur approprié. Avec cette annonce, nous verrons peut-être enfin un nouvel ordinateur portable Pixel cette année ?

Google change une API utilisée par de nombreuses extensions à Chrome

Capture d’écran 2019-06-14 à 15.16.20Google a récemment décidé de changer le fonctionnement de l’API Web Request dans Chrome. Quel est le problème me diriez-vous ?

Il se trouve que cette API est utilisée par de nombreuses extensions et les modifications pourraient affecter la capacité des bloqueurs de publicité à fonctionner correctement… Et voilà une polémique de lancée, car il est vrai que l’on soupçonne souvent Google de vouloir contrarier ces bloqueurs de publicités qui logiquement attaquent un peu le gagne pain de la firme de Mountain View…

Alors sur son blog sur la sécurité Google explique pourquoi il estime que les modifications sont nécessaires à la protection des utilisateurs ce qui devrait selon lui apaiser les craintes relatives à la possibilité de neutraliser les bloqueurs de publicité dans Chrome. La société explique que la croissance explosive de la popularité des extensions a obligé l’équipe de Chrome à prendre des mesures drastiques pour réduire les abus de la part d’acteurs néfastes. Google prend également plus de temps pour revoir les extensions présenté dans le magasin application de Chrome, ce qui d’après la société aurait déjà entraîné une baisse de 89% du nombre d’installations d’extensions malveillantes depuis 2018. Mais pour aller encore plus loin, Google remplacera l’API Web Request par l’API Declarative Net Request, qui permet aux éditeurs d’extension d’avoir un contrôle précis des informations dont ils ont besoin dans le navigateur, sans recevoir d’informations sensibles ou non pertinentes pour leur fonctionnement. Donc en gros : cela n’a rien de machiavélique de la part de Google c’est uniquement pour le bien des utilisateurs et surtout pour leur sécurité !

Seulement voilà difficile d’expliquer dans ces conditions pourquoi la société maintien cette API dans la version Entreprise de Chrome (destinée il va de soit aux entreprises déployant la solution)…

La plupart des autres navigateurs basés sur Chromium comme Opera et Vivaldi ont déclaré qu’ils continueraient à prendre en charge l’ancienne API pour les extensions, malgré les modifications de Google. Aucune information coté Edge Chromium en revanche.

Microsoft livre sa « vision » d’un OS « moderne »… Sans blague !

Capture d’écran 2019-06-02 à 09.06.10Se tenait la semaine dernière le Computex à Taipei. Nous avons pu découvrir à cette occasion de nombreux PC dont certains très novateurs. Microsoft a profité de l’évènement pour livrer sa « vision » d’un OS moderne dans un article de blog.

Autant le dire tout de suite, cette vision n’est pas différentes de ce qu’imagine les principaux concepteur d’OS, dont certains mettent déjà en pratique ceci dans leurs réalisations. Jugez plutôt les éléments proposés par Microsoft :

  • « Pour les nouveaux appareils modernes, nous aurions besoin d’un système d’exploitation moderne »… Tiens donc mais alors Windows 10 et ses évolutions au fil des mois c’est quoi ?
  • « Un système d’exploitation moderne doit offrir de mises à jour transparentes. Ces mises à jour doivent être effectuées de manière invisible en arrière-plan, sans interruption. »… Là encore c’est un peu le message des débuts de Windows 10 (celà a changé ensuite). C’est en tout cas le mode de fonctionnement de Chrome OS actuellement.
  • « Un système d’exploitation moderne doit être sécurisé par défaut. Cela signifie que le système d’exploitation et les autres composants, tels que les applications, sont séparés. »Le Security by default est un leitmotiv de Microsoft depuis plus de 15 ans, un aveu d’échec ?
  • « Le système doit être toujours connecté, y compris avec des transitions transparentes du Wi-Fi au cellulaire »… Un peu comme iOS ou Android, non ?
  • « Le système devra-être multi-sens donc disposer de diverses méthodes de saisie, telles que le stylet, la voix, le toucher et le regard »…. Nous n’avions pas « Le regard » et encore c’est déjà présent dans les extensions AR/VR des systèmes, pour le reste rien de bien neuf non plus !

Mais ce qui est le plus surprenant dans ces déclarations est que la société n’a jamais dit qu’elle parlait de Windows 10. Ce qui semble confirmer que Microsoft travaille bien sur son « Core OS » en repartant sur une quasi feuille blanche. Nous vous en parlions ici même il y a quelques temps.

Le Briefing Calipia commence aujourd’hui à Aix. Nous serons demain à Lyon. Venez nous rejoindre à partir de la semaine prochaine à Paris (le 13), il reste encore quelques places pour (Paris, Nantes, Lille et Strasbourg). Toutes les informations ici : calipia.com/briefing.

 

Chromebooks : le projet « Campfire » visiblement abandonné

HP ChromebookAlors que les Chromebooks gagnent de plus en plus de parts de marchés y compris en entreprise (nous y reviendrons dans le détail lors du prochain Briefing Calipia qui commence dans 3 semaines : raison de plus pour ne plus tarder à vous y inscrire 🙂 ), Google semble abandonner son projet d’exécution de Windows 10 sur ces machines.

Nous vous parlions de ce projet en aout dernier. Selon les rapports, la fonctionnalité dont le nom de code était « Campfire » aurait été nommée « Alt OS » et nécessiterait jusqu’à 40 Go de stockage pour permettre le double démarrage. C’est donc beaucoup, mais ce n’est sans doute pas la raison de l’abandon possible : dans les derniers builds de Chrome OS et à propos des Chromebooks il est clairement indiqué maintenant par Google que l’installation de Windows 10 est fortement déconseillée.

Une pratique logique pour Google qui ne l’est pas rappelons le pour Apple qui met en oeuvre les technologies « Boot Camp » avec tous les drivers pour pouvoir installer Windows 10 sur un Mac…

Google aux ordres de Donald Trump : plus de licence Android pour Huawei

On apprend cette nuit que le géant de la recherche et surtout fournisseur d’Android, prendrait en quelque sorte part à la guerre que mène le gouvernement américain au constructeur chinois Huawei. Mais a-t-il le choix ?

Capture d’écran 2019-05-20 à 07.39.18.pngLa semaine dernière, Donald Trump, a déclaré l’urgence nationale empêchant les pays étrangers d’importer de futures importations en provenance des États-Unis sans l’approbation du gouvernement fédéral. Huawei a été ajouté à la « Liste des entités » du ministère américain du Commerce, qui interdisait essentiellement à la société chinoise d’acheter des composants et des matériaux à des sociétés américaines sans l’approbation du gouvernement américain. Selon Reuters, Google aurait « suspendu avec Huawei des transactions nécessitant le transfert de produits matériels et logiciels, à l’exception de ceux couverts par des licences open source ».

Google abandonnerai donc la prise en charge de tous les futurs smartphones Huawei hors de Chine, mais surtout les services tels que Google Play Store et Gmail. De plus, Huawei ne recevra plus les mises à jour Android à compter de maintenant. Une arme atomique, aura un impact majeur sur Huawei. Même si l’entreprise dispose, bien sûr toujours accès au code Open Source d’Android, le blocage du Google Play risque d’être très problématique pour vendre des téléphones dans le monde entier. Les concepteurs d’alternatives à Android connaissent cette menaces dès lors que le fournisseur devient un peu trop puissant…

En mars, un représentant de la société avait révélé que Huawei avait un système de backup au cas où les choses se dérouleraient mal avec les USA. La société a conçu ses propres systèmes d’exploitation, à utiliser uniquement dans des situations d’urgence,  telles que l’impossibilité d’obtenir une licence pour Android ou Windows… Mais ceci posera tout de même le problème d’accès aux services de Google.

La situation de Google obéissant à l’administration américaine, peut-être assez amusante lorsque l’on sait que les reproches fait à Huawei sont justement que cette société serait aux ordres de son gouvernement…

 

« Entrées précédentes