Archives de Catégorie: OS

Les applications Windows bientôt sur les Chromebooks

chromeImg02@2xAu début de l’été, Google évoquait, sans en dire plus, la probable arrivée de la solution de virtualisation Parallels sur Chrome OS. Parallels est, pour rappel un des leaders de la la virtualisation Windows sur la plateforme Mac (marché qu’elle se dispute avec VMWare et son produit Fusion). Aujourd’hui, Parallels a officialisé cette annonce en expliquant que l’on pourra faire fonctionner une machine virtuelle Windows complète sur  Chrome OS, sans avoir besoin de connexion Internet (donc on parle bien de virtualisation locale et pas de services de terminaux déguisés.

Nick Dobrovolsiky, Senior Vice President of Engineering and Customer Support de Parallels précisait dans l’annonce que :

« Parallels Desktop for Chromebook Enterprise permettra aux administrateurs IT de fournir facilement aux Chromebooks des machines virtuelles Windows et les applications Windows complètes nécessaires aux employés« , et que « Les administrateurs pourront facilement gérer les déploiements d’images Windows d’entreprise automatisés et familiers qu’ils préparent, provisionnent et fournissent automatiquement à leurs employés. Les administrateurs peuvent installer des applications, les gérer à distance et aider les utilisateurs avec leurs outils habituels, tout comme ils le font avec les PC Windows physiques« .

Sans surprise, cette offre est limitée à Chrome OS Enterprise. Le marché visé est donc bien celui de l’entreprise, ce qui confirme bien l’importance de ce marché pour Google (et la grosse pierre dans le jardin de Microsoft…). A terme il se pourrait bien que cette solution soit mise en standard sur la plateforme de Google (un peu comme Hyper-V dans les OS Windows 10). Reste à voir les performances et les limitations. Si la quasi totalité des Chromebooks sont sur plateforme Intel (plateforme qui ne devrait pas poser de problème pour la virtualisation), ces machines disposent souvent de processeurs assez limité en puissance (et donc en consommation énergétique, ce qui fait la force des Chromebooks…) et dans ce cas la virtualisation sera logiquement assez peu performante. On imagine que ceci sera plutôt réservé à des machines à base de Core I5 à minima avec pas mal de mémoire pour avoir une utilisation « normale » des applications Windows…

On devrait être rapidement fixé sur les performances et la compatibilité de ceci, puisque Parallels for Chromebook Enterprise devrait arriver cet automne.

Windows Virtual Desktop est maintenant intégré au portail Azure et prend en charge la redirection audio/vidéo (via WebRTC) pour Teams

windows virtual desktopDeux nouvelles très interessantes en ce qui concerne les accès distants et Windows Virtual Desktop en particulier cette semaine.

Pour rappel, le service Windows Virtual Desktop (WVD), qui permet d’accéder à distance aux ordinateurs de bureau et aux applications depuis les datacenters Azure, a été commercialisé par Microsoft en septembre dernier,nous vous en parlions ici même, mais comportait quelques trous dans la raquette : comme par exemple la gestion passant obligatoirement par le Shell, mais aussi l’absence de prise en charge du flux Audio/Vidéo en direct (obligatoire pour l’utilisation de technologies de visioconférence par exemple. Ces deux lacunes sont maintenant comblées, après une phase beta.

1 – Intégration du portail Azure

En avril, Microsoft avait publié une preview de l’intégration du bureau virtuel de Windows avec Azure Resource Manager (ARM), où les « objets » WVD deviennent gérables. Compte tenu de cette intégration, si un fournisseur de ressources ARM WVD est enregistré auprès du portail Azure, il devient alors logiquement possible d’utiliser le portail pour gérer ce service .

WVDLe portail peut être utilisé pour créer des pools d’hôtes WVD, ainsi que pour « déployer et gérer » des applications et des bureaux virtuels. On peut toujours utiliser les techniques classiques de déploiement et de gestion de WVD (telles que PowerShell), mais les avantages à utiliser l’interface graphique est de permettre des connexions plus simples à d’autres services Azure, comme par exemple parti du service de contrôle d’accès basé sur les rôles d’Azure pour segmenter les responsabilités des administrateurs des WVD. Il devient aussi possible d’utiliser le portail Azure pour publier des ressources WVD dans les groupes Azure Active Directory. Enfin, on dispose également de l’accès aux données d’Azure Log Analytics lorsqu’ils supervisent le service WVD.

2 – Prise en charge de la redirection audio/vidéo

L’usage de Teams dans WVD posait de nombreux problèmes de latence, rendant le service difficilement exploitable. Initialement Microsoft avait présenté un service : A/V Redirect for Microsoft Teams original qui contourne les processus de codage et de décodage associés à l’envoi d’audio et de vidéo vers les machines virtuelles utilisées avec le service WVD mais la qualité était loin d’être au rendez-vous. Ce que propose maintenant Microsoft avec le nouveau mode A/V Redirect for Microsoft Teams est plus classique sur ce type d’infrastructure : il effectue des communications directes de client à client en utilisant la norme de communication en temps réel sur le Web, « WebRTC ». Pour rappel WebRTC est une technologie open source utilisée pour les communications audio et vidéo en continu sur la plupart des technologies concurrentes. Une bonne chose pour la qualité offerte.

Teams RemoteMicrosoft a également parlé lors de cette annonce d’une fonction d’optimisation des autres médias utilisé dans Teams reposant sur un mécanisme là encore d’accès plus direct, cette fonction serait introduite en beta prochainement. Mais nous n’avons pas plus d’information sur le mécanisme utilisé actuellement.

Une mise à jour pour Windows 10 Team

Surface HubMicrosoft publie une mise à jour pour ses Surface Hub de la société. La mise à jour s’appelle « 2020 Update »,  Microsoft ne précise pas le numéro de version. La dernière version proposée était la 1703. Cela fait donc un moment que ces choses n’ont pas été mises à jour avec de nouvelles fonctionnalités.

Il ne semble pas avoir beaucoup de nouveautés visibles mis à part la prise en charge le nouveau navigateur Edge (Chromium). Mais en trouve améliorations dans l’enroulement Azure AD , avec une nouvelle prise en charge du Single Sign-On, de l’accès conditionnel et des administrateurs non globaux. En fait, une grande partie des nouvelles fonctionnalités sont liées à la connexion à l’appareil. Vous pouvez désormais utiliser Microsoft Authenticator pour vous connecter, mais aussi une clé de sécurité FIDO2 🙂

Une autre nouveauté est que vous pouvez utiliser deux stylos  côte à côte sur le Surface Hub 2S, Microsoft annonce également permettre le passage d’un dispositif Surface Hub à un dispositif Teams Rooms lors d’un appel.

La mise à jour 2020 de Windows 10 Team est disponible pour le Surface Hub 55 pouces et le Surface Hub 2S 50 pouces, en beta et la version finale sera disponible également pour la Surface Hub 84 pouces.

Windows 10X pas avant le printemps 2021 ?

Capture d’écran 2020-07-20 à 18.32.31.pngNous en parlions en avril dernier, Windows 10X devrait d’abord voir le jour sur des appareils mono ecran.  Selon un nouveau billet de Mary Jo Foley, les sources de cette dernière mentionnent maintenant le printemps 2021 pour une première release de Windows 10X, sur des appareils à un seul écran, plutôt destinés aux ‘ »firstline workers » les utilisateurs en entreprise qui sont face aux clients (commerciaux, support, SAV…). Selon MJ Foley, il faudra attendre le printemps 2022 pour voir Windows 10X embarqué sur les premiers appareils à double-écrans.

Le support des applis win32 à l’intérieur de containers ne seraient pas non plus supporté pour la première release, il faudrait là aussi attendre 2022 au plus tôt.  Si les récentes déclarations d’Apple concernant son choix d’architecture ARM n’ont certainement de relations directes avec ces éléments, il reste que Microsoft est vraisemblablement en train de revoir toutes ses priorités de développement autour de Windows, histoire de ne pas se retrouver dépourvue…. Par ailleurs, toujours selon MJ Foley, Microsoft resterait engagée dans une réflexion concernant une offre de type PC as a service, avec une solution nommée Cloud PC (un pied de nez à Sun et son Network PC :)). Aucun écho de Microsoft à ce propos, mais quand on connait la tenacité de l’entreprise sur certains sujets, on peut croire à cette rumeur.

Pour accélérer la mise au point de la Surface Duo, Microsoft rachète la startup finlandaise Movial.

Surface DuoMovial est une société finlandaise de services de conception et d’ingénierie logicielle spécialisée dans les appareils mobiles et embarqués. Selon le site Windows Central, la société fournissait des services tiers à Microsoft pour le développement du système d’exploitation Android pour son smartphone Surface Duo. On apprenait au passage la semaine dernière que le smartphone Android serait alimenté par un Snapdragon 855 SoC couplé à 6 Go de RAM et à 64 Go ou 256 Go de stockage interne.

Cette acquisition permet à Microsoft de renforcer son équipe interne responsable du  système d’exploitation Android du Surface Duo. Movial travaillerait déjà avec Microsoft sur une version prototype de ce smartphone.

Movial avait des bureaux aux États-Unis, en Roumanie et à Taïwan. Le bureau de l’entreprise à Iasi, en Roumanie, sera le quatrième centre de recherche et développement de Microsoft dans le pays (où se trouve également une partie des équipes de support technique de l’éditeur qui adresse les clients français, lequel ayant été délocalisé il y a une dizaine d’année). Microsoft intègrera également 60 employés de Movial dans sa division « Devices ».

 

Des informations sur le nouveau menu Start de Windows 10

Microsoft vient de présenter un nouveau menu de démarrage pour Windows 10 à destination des betas testeurs. Il met moins l’accent sur les « Tuilles dynamiques ».

Microsoft indique que :

 « Nous rafraîchissons le menu Démarrer avec un design plus rationnel qui supprime les plaques de couleur unie derrière les logos dans la liste des applications et applique un arrière-plan uniforme et partiellement transparent aux tuiles »

Windows 10Le changement n’est pas si important, mais l’objectif, avec le nouveau design Fluid, est de rendre le  menu Démarrer un peu moins chaotique et éviter que de nombreux carreaux partagent une couleur bleue similaire, rendant ainsi le choix de l’application à lancer plus difficile.

En plus d’un menu de démarrage mis à jour, la dernière version de Windows 10 inclut quelques changements importants dans Alt-Tab.

« Tous les onglets ouverts dans Microsoft Edge commenceront à apparaître dans Alt-Tab, et pas seulement l’onglet actif dans chaque fenêtre du navigateur », explique Microsoft.

Un élément important pour pousser un peu plus l’usage du nouveau navigateur. Mais aussi une interface plus cohérente avec ce que propose les Chromebooks de Google.

 

Mise à jour vers le nouvel Edge Chromium sur certains PC entreprise et éducation

Capture d’écran 2020-03-23 à 12.53.18A partir du 30 juillet prochain, Microsoft va mettre à jour automatiquement les anciens navigateurs Edge des PC Windows 10, vers le nouvel Edge Chromium, pour les PC en entreprise et éducation dont la mise à jour est assurée par Windows Update. Toutes les organisations utilisant Windows Update for Business (WUfB) ou Windows Server Update Services (WSUS) ne sont pas concernées par cette mise à jour automatique.

Pour celles qui dans ce contexte, ne souhaiteraient ou ne pourraient pas installer cette mise à jour, Microsoft recommande d’utiliser le Blocker Toolkit mis à disposition pour bloquer ces mises à jour.

Attention, une fois installé avec Windows Update, il n’est plus possible de désinstaller Chromium Edge ….

 

Passage d’Intel à ARM : Apple peut-elle réussir là où Microsoft a échoué ?

Image002Nous sommes nombreux à savoir suivi avec intérêt la keynote d’ouverture de la conférence développeur d’Apple Lundi soir. Beaucoup d’annonces sur iOS14, iPadOS, MacOS, mais l’essentiel était sans doute le passage programmé d’Intel à ARM (sur une puce Apple maison : Apple Silicon). Les rumeurs avaient vu juste, après un passage de Motorola 68000 puis au PowerPC d’IBM et quelques années plus tard à Intel, la pomme entame du prochain virage avec le passage à ses puces maisons, sous architecture ARM.

Mais une question se pose : Apple peut-elle réussir là où Microsoft a échoué il y a 10 ans avec Windows ARM et où il est sans doute encore en train d’échouer, comme nous l’avions anticipé pour ces deux évènements avec Windows RT et aujourd’hui avec la Surface Pro X et le développement de son système avec Qualcomm (voir l’état des ventes de ces matériels pour s’en convaincre) ?

Les éléments qui entraineraient Apple sur le même chemin que Microsoft :

  • La dépendance aux « petites » applications natives qui ne seront pas portées sur la nouvelle puce : tous les développeurs ne porteront pas leur applications sur la nouvelle puce, soit pas manque de ressources, soit parce que leur application n’évolue plus alors même qu’elle reste utilisée. Dans ce cas, comment imaginer le financement d’une nouvelle application et le portage associé ? On le sait dans le cas d’un changement d’architecture (et parfois simplement de version), le diable se cache souvent dans les détails : des petites applications « bloquées » sur ancienne version mais très utilisées, des drivers qui manquent pour du « vieux » matériel, etc.
  • Une couche d’émulation peu performante. C’est un grand classique promis par les constructeurs / éditeurs : « les applications que vous ne pourrez pas trouver en natif fonctionneront en émulation sur le nouveau processeur ». On connait cela chez Microsoft avec Windows ARM, et même chez de nombreux constructeurs de machine Unix à l’époque qui promettaient une émulation de Windows sans faille… On connait la suite ! La réalité est donc souvent tout autre : la couche d’émulation ou de virtualisation consomme des ressources qui à minima ralentisse l’application quand celle ci daigne fonctionner. Les ressources consommées baissent aussi considérablement l’autonomie de la machine, comme c’est le cas par exemple des applications Win32 sur les machines Surface Pro X de Microsoft par exemple…
  • Des performances qui ne seraient finalement pas au rendez-vous pour des problèmes hardware où de conception des puces ou de leur écosystème hardware associé.

 

Mais Apple dispose aussi d’atouts importants face aux écueils qu’a rencontré Microsoft :

  • Les processeurs de l’entreprise ne sont pas nouveaux et elle en maitrise les éléments depuis longtemps pour les avoir elle même conçus. En effet on parle ici des processeurs qu’elle a conçue pour ses iPhones et iPads, elle en maitrise le fonctionnement et en connait les limites. Ce n’est pas le cas de Microsoft qui reposait à chaque fois sur des compétences majoritairement externes. Et sans avoir les liaisons (parfois dangereuses) qu’elle entretenait avec Intel.

Lire la suite

D-Wave s’associe à NEC au Japon

D-WaveD-Wave, qui est un des pionniers de la commercialisation des ordinateurs quantiques, s’est associé au fabricant japonais d’électronique NEC pour « repousser les limites des technologies et services hybrides quantiques/classiques » au Japon. Dans le cadre de ce nouveau partenariat, NEC a réalisé un investissement de 10 millions de dollars dans L’entreprise canadienne. Pour rappel D-Wave (entreprise canadienne fondée en 1999) avait annoncée dès 2007 avoir mis au point un ordinateur quantique de 28 Qubits. Elle fait figure de pionnier sur le secteur, même si depuis. les ordinateurs d’IBM ou encore de Google l’ont surpassé.

Les deux entreprises combineront la puissance de calcul des systèmes de NEC avec les l’informatique quantique . L’objectif final est de développer des applications hybrides commercialisables et commerciales tout en promouvant l’informatique quantique. Trois domaines seront plus particulièrement visés : les technologies et services hybrides, les applications quantiques hybrides et les activités de marketing et de vente.

Les deux sociétés appliqueront la collection de plus de 200 applications de D-Wave à six marchés identifiés par NEC, tels que la finance, la fabrication et la distribution et exploreront également la possibilité de permettre l’utilisation des superordinateurs de NEC sur le service de nuage quantique Leap de D-Wave.

Ce n’est pas la première fois que le Japon investi dans le domaine de l’informatique quantique. L’année dernière, en décembre, l’état japonais avait annoncé le déploiement des ordinateurs quantiques d’IBM Q dans le pays.

Les Chromebooks exécuteront bientôt les applications Windows

Parallels Chrome OSC’est le sens d’un accord de développement passé entre l’excellent éditeur de solutions de virtualisation présent sur Mac : Parallels, la référence avec bien sur la solution de VMWare : Fusion.

Parallels propose des services logiciels de virtualisation tels que « Parallels Desktop » qui permet d’exécuter Windows 10 sur MacOS. L’article du blog de l’entreprise ne divulgue pas beaucoup d’informations sur la manière dont elle prévoit de permettre aux utilisateurs de Chrome Enterprise d’exécuter des applications Windows, y compris Microsoft Office, sur Chromebooks. Toutefois, Google indique au site AndroidPolice que cette fonctionnalité serait une « variation de Parallels Desktop intégrée nativement dans Chrome OS », mais permettant cette fois le fonctionnement hors connexion (on imagine donc une solution de virtualisation locale).

L’enjeux est important pour Google afin de capter encore un peu plus la clientèle entreprise dont la dépendance à Windows est encore énorme. restera à voir les performance de cet ensemble, sachant que les processeurs des Chromebooks ne sont pas en général les plus rapide…

« Entrées précédentes