Archives de Catégorie: OS

Microsoft présente en vidéo le nouveau menu démarrer de Windows 10

En début de semaine dernière Microsoft avait annoncé que Windows 10 fonctionne désormais sur plus d’un milliard de PC actifs par mois. L’entreprise avait pour objectif d’atteindre ce chiffre en trois ans, mais a dû revoir cet objectif un an après la sortie du système d’exploitation.

Dans une nouvelle vidéo célébrant cette étape, la société a montré quelques nouvelles modifications de l’interface utilisateur arrivant dans le menu de démarrage. La vidéo commence par passer en revue les différentes versions du système d’exploitation, de Windows 1.0 à Windows 10, après quoi on voit les nouvelles icônes de l’application remplacer les anciennes icônes carrées dans la liste des applications du menu de démarrage.La vidéo montre ensuite une nouvelle disposition du menu de démarrage avec des carreaux qui ont une couleur de fond plus unifiée dans les modes sombre et clair, par opposition à la conception actuelle des carreaux où la couleur de l’application domine la couleur de fond. On devine également les possibilités de personnalisation liées aux profils des utilisateurs.

Microsoft caresse sans doute l’objectif de faire de se menu démarrer le « portail personnel » de l’utilisateur. Tout au moins la vision de ce portail personnel qu’avait les entreprises il y a plus de 10 ans maintenant, limité au applications autorisées et des actualités personnelles contextualisées. Très complémentaire avec les possibilités et limitation des outils de collaboration massives type Slack ou Teams actuellement.

En plus du menu de démarrage, la vidéo donne également un aperçu du nouvel explorateur de fichiers unifié, des menus contextuels mis à jour.

Microsoft repousse la fin de support de certaines éditions de Windows 10 version 1709

Capture d’écran 2020-03-23 à 12.15.54Microsoft vient d’annoncer que la date de fin de support de Windows 10 1709 (sortie en octobre 2017) était reportée au 13 octobre 2020, au lieu du 14 avril 2020, soit 6 mois de plus pour recevoir les patches de sécurité.

Si cette décision ne mentionne pas le COVID 19, le message évoque le contexte actuel et indique que ce report vise à ne pas surcharger les équipes IT de façon inutile en ce moment difficile.

 

La Free Software Foundation demande la publication du code de Windows 7

FSF Windows 7La Free Software Foundation (FSF) a lancé une pétition pour demander la publication par Microsoft du code source de Windows 7.  Pour rappel, Windows 7 est arrivé en fin support le 14 janvier dernier, ce qui signifie que Microsoft ne distribue plus de correctifs , bien qu’un programme payant de mises à jour de sécurité étendues soit disponible (et très cher). Le système d’exploitation est considéré comme un logiciel « non supporté » par Microsoft, et donc potentiellement il est le la bouche même de l’éditeur « peu sûr de l’utiliser« , puisque Microsoft ne diffuse plus de correctifs de vulnérabilités, même si elles sont publiquement connues.

Fort de ce constat, la FSF demande à Microsoft de transformer Windows 7 en logiciel libre pour que « les utilisateurs aient la liberté d’exécuter, de copier, de distribuer, d’étudier, de modifier et d’améliorer le logiciel« . Alors que dans le même texte la FSF rappelle les griefs qu’elle à envers le produit de Microsoft : « Windows 7 est l’aboutissement de 10 années d’empoisonnement de l’éducation, d’atteinte à la vie privée et de menace à la sécurité des utilisateurs« . Je pense que ces éminents spécialistes devraient s’intéresser un peu à Android pour s’apercevoir que finalement Microsoft est un petit joueur en la matière 🙂

La fondation qui visait à obtenir 7.777 signatures à sa pétition (tout un symbole) est déjà largement au dessus de ses ambitions (à plus du double au moment ou nous écrivons ces lignes).

Il existe déjà un précédent pour la publication de certains utilitaires Windows en tant que logiciels libres, mais pas sur que cela soit suffisant pour que Microsoft adhère à cette idée. Microsoft a néanmoins publié MS-DOS il y a cinq ans sous forme de code téléchargeable, mais son utilisation est toujours liée à un accord de licence d’utilisation non commerciale. Ce genre de restriction ne satisferait pas la fondation.

Windows Server 2008 : des ressources supplémentaires

Windows Server 2008Vous le savez Windows Server 2008 n’est plus supporté depuis le 14 janvier dernier, il équipe néanmoins de l’aveu même de Microsoft la majorité des serveurs Windows Server…

Microsoft vient de publier des ressources supplémentaires pour vous aider dans la migration du système, voire pour revenir sur les options qui s’offrent à vous. Les ressources proposée sont centralisées sur cette page . Elle comprend un lien vers une session Microsoft Ignite de novembre sur la fin de support de Windows Server 2008 par Ned Pyle, un des responsable de l’équipe Windows Server. Il propose différentes étapes dont la réalisation d’un inventaire, les modes de planification et options de migration : mise à niveau ou déplacement vers de nouveaux serveurs. Divers outils Microsoft sont présentés dans cette présentation.

L’exposé d’Ignite fait aussi référence à la possibilité d’utiliser les mises à jour de sécurité étendues (payante et assez onéreuses, c’est le moins que l’on puisse dire) ou de passer à un serveur Windows hébergé en utilisant les machines virtuelles Azure.

En plus de l’exposé Ignite, on retrouve des conseils sur la manière de gérer la fin de support de Windows Server 2008 dans une série de courtes vidéos cela couvrent les sujets suivants :

Enfin il est bon de rappeler que les serveurs Windows suivent une formule de mise à jour « n-2 » de deux générations. Donc en gros, dans le cas de Windows Server 2008, cette politique « n-2 » signifie qu’il est possible de mettre à niveau de Windows Server 2008 vers Windows Server 2012, mais pas au delà. Donc pour passer à la version actuelle, à savoir Windows Server 2019, une étape de mise à niveau intermédiaire (Windows Server 2012 donc) est nécessaire.

 

[Pratique] Installer des Extensions Google Chrome dans Edge

Vous le savez, il est possible assez facilement d’ajouter des extensions au nouveau navigateur Edge de Microsoft. Pour ce faire il faut se rendre dans le menu à droite sur « … » puis sélectionner Extensions :

Edge1

En cliquant sur le store Microsoft vous pouvez installer des extensions prévues pour Edge. Mais le nombre de ces extensions spécifiques est globalement assez réduit, il faut sans doute laisser un peu de temps aux développeurs pour les publier sur le store Microsoft. Ceci dit il est tout a fait possible et très simple d’installer des extensions faites pour Google Chrome.

Pour ce faire cliquer en bas sur « Autoriser les extensions provenant d’autres magasins ».

Edge2

Après une boite de confirmation :

Edge3

Vous avez la possibilité de vous rendre sur le magasin d’extensions de Google.

Lire la suite

La bataille des navigateurs peut reprendre…

navigateursGoogle avait largement gagné la bataille, Chrome et son moteur de rendu HTML (basé sur Webkit, le projet Open Source initié par Apple) ont envahit les différents navigateurs, au point de contraindre le W3C d’abandonner son standard de juré pour le standard de fait qu’est devenu le produit de Google.

En son temps Microsoft avait gagné la guerre du navigateur avec Internet Explorer au prix d’une accusation d’abus de position dominante (en intégrant à l’époque gratuitement Internet Explorer à Windows) qui fut dévastatrice pour la société, obligée de mettre le frein sur de nombreuses innovations. Récemment Bill Gates évoquait ce point pour expliquer pourquoi l’entreprise a raté la vague de la mobilité et des périphériques mobiles en particulier.

Et puis Internet explorer n’a pas évolué, pire il a pris de l’embonpoint, un peu comme ce mâle autrefois svelte qui reste maintenant sur le canapé une bière à la main, télécommande et cacahouètes accessibles…

maleEt le concurrent est arrivé. Google Chrome à d’abord conquis les développeurs (avec des extensions bien pensés) puis les particuliers, les mobiles et enfin les entreprises.

Les différents navigateurs ont opté petit à petit pour le moteur de Google Chrome.

evolution des navigateurs

Et Microsoft lui aussi a abandonné son moteur propriétaire pour passer sur Chromium. Et bonne nouvelle, le nouvel Edge est maintenant disponible pour Windows et Mac depuis la semaine dernière. Ses ambitions sont énormes : reconquérir le monde de l’entreprise en particulier. Et il dispose à vrai dire de très bons atouts. Dont le premier est d’être 100% compatible avec Chrome de Google… sans être Google, et donc sans potentiellement pister ses utilisateurs. L’intégration avec Azure AD pour la connexion des utilisateurs et d’autres avantages tels que par exemple « les collections » (ces possibilités de lire des articles que l’on a sélectionnés à la manière de Pocket).

Avec la disponibilité du produit, vient le temps des tests officiels et là aussi, bonnes nouvelles pour Microsoft : le navigateur est rapide, plus rapide que ses concurrents en moyenne. VentureBeat a réalisé des tests (qui mettent en oeuvre le moteur de rendu mais aussi les capacité de traitement CSS et JavaScript), ils sont assez clair :

  • Test Sunspider : Edge 1er (Google 2ème, Firefox loin derrière)
  • Test Octane : Google 1er (Edge 2ème, Firefox 3ème)
  • Test JetStream : Edge 1er (Google 2ème, Firefox 3ème)
  • Test MotionMark : Edge 1er (Google 2ème, Firefox 3ème)
  • Test Speedometer : Edge 1er (Google 2ème, Firefox 3ème)
  • Test Basemark : Edge 1er (Google 2ème, Firefox 3ème)
  • Test WebXPRT : Firefox 1er (Edge 2ème et Google 3ème)

Reste à convaincre les entreprises de faire le pas. les outils d’administration offerts seront sans doute un plus, mais face à la communauté importante (et fidèle) des développeurs utilisant Google Chrome, les choses ne seront pas si simple.

Celui qui a court terme risque bien d’en faire les frais, c’est Firefox, qui vit sous perfusion financière de Google (pour mettre son moteur de recherche par défaut sur le navigateur). La fondation vient en effet la semaine dernière d’annoncer la suppression de 70 postes dans son organisation… pas simple non plus de rester indépendant…

 

Microsoft prévoit de supprimer progressivement le Store Windows 10 Entreprise et Education…

store entrepriseLe Microsoft Store (initialement connu sous le nom de Windows Store), est l’app store en ligne de Microsoft  intégré à Windows 10. En 2015, Microsoft a commencé à tester quelques déclinaisons : Le Microsoft Store Entreprise et le Microsoft Store Education. Le Store Entreprise et le Store Education ont été conçus pour les administrateurs qui souhaitaient mettre des applications à la disposition de leurs utilisateurs en dehors du canal normal du Windows Store dans Windows 10. Ils permettent aux administrateurs de mettre les applications Store à la disposition de leurs utilisateurs pour l’acquisition et la distribution de volumes, et fournissent un moyen de distribution personnalisé par secteur d’activité uniquement au sein d’une organisation particulière tout comme le fait les principaux fournisseurs de MDM.

Alors que Microsoft peine à essayer de convaincre les développeurs de créer des applications Universelles pour Windows (UWP) qui seraient mises à jour et distribuables uniquement via le Microsoft Store. Les développeurs ne jugent pas nécessaire de porter leurs applications Win32 existantes en UWP et préfère consacrer leurs ressources au développement d’applications pour iOS et Android (comme d’ailleurs le fait Microsoft lui même : il n’existe toujours pas d’application Office UWP dignes de ce nom, ce qui pose d’ailleurs des problèmes pour leur stratégie de Windows sur processeur ARM…).

D’après la bien informée Mary Joe Folley, il semble bien que l’équipe en charge des Stores Windows ait décidé que le Store Entreprise et le Store Education seront définitivement dépréciés d’ici la fin de l’exercice financier actuel, c’est-à-dire le 30 juin 2020…

« Entrées précédentes