Archives de Catégorie: OS

Teams en natif sur Windows ARM

On y croyait plus : Teams est disponible en natif sous Windows ARM ! Dans le cadre du lancement de sa nouvelle génération de Surface Pro X en début de mois, Microsoft avait discrètement annoncé qu’elle apporterait une version native ARM64 de Microsoft Teams. Annonce très discrète pour éviter les questions qui fâchent du style : « Et Office c’est pour quand ? » …

Une application native 64 bits de Teams pour les appareils ARM améliore considérablement les performances de l’offre puisqu’elle ne fonctionne plus sur une couche d’émulation x86. Mais on peut s’étonner pourquoi cela n’a pas été fait avant sachant que Teams est basé sur le framework Electron (donc pour faire simple le moteur du navigateur Web) lui même fonctionnant nativement sous ARM

Cette annonce ne résout pas le problème pour Microsoft Office, qui n’est toujours pas proposé en natif sur la plateforme ARM de Microsoft … Et les choses annoncées pour Teams ne présage pas une accélération du portage pour Office : car ce dernier n’est pas lui basé sur Electron.

Cette situation est d’autant plus étonnante pour Office que la plateforme est annoncée en natif sur les nouvelle machines ARM d’Apple (dont le lancement pourrait-etre prévu pour mi-novembre). Microsoft développe aussi depuis des années des version ARM d’Office pour iPad et tablettes Android (même si le spectre fonctionnel est très différent dans ce cas).

Cela pose de véritables questions sur les évolutions des OS dans la stratégie Microsoft face à Apple avec son Mac ARM qui pointe le bout de son nez, les Chromebooks de Google sous Chrome OS et leurs évolutions sur Fushia OS… Autan de question dont nous débattrons lors du prochain Briefing Calipia avec une session consacré à l’évolution des systèmes d’exploitation.

Le Codec AV1 sera supporté en natif dans Windows 10

Ce Codec ne vous dit peut-être pas grand chose, un petit rappel… En 2015, de nombreuses entreprises, dont Microsoft, Google, Netflix, Amzon, Cisco, Intel et Mozilla, ont uni leurs forces pour former l' »Alliance for Open Media » (AOM) dans le but de créer des formats et des technologies de médias ouvertes. En 2018, le consortium a lancé le format de codage vidéo AV1, que Netflix a également commencé à utiliser dans son application mobile Android au début de l’année 2020.

Microsoft a annoncé qu’avec la prochaine génération de matériel , il commencera également à prendre en charge le format AV1 sur les machines Windows 10. Une bonne nouvelle pour garantir une meilleures lisibilité des compatibilité avec les différents composants (processeurs, cartes vidéo) et applications. Une fois intégré dans l’OS on peut imaginer que les choses seront plus simple à gérer.

Le codec AV1 offre une compression 50 % plus performante que le H.264 et 20 % plus performante que le célèbre VP9. Pour rappel le VP9 avait été développé par Google en 2012, sans redevance associée à son usage (et maintenant intégré en standard à Chrome, Firefox et Opera : intégré à la balise vidéo d’HTML5). Microsoft précise également dans sa communication que puisque l’AV1 est accéléré via le matériel plutôt que d’être dépendant du logiciel, il réduit également l’utilisation de la batterie sur les appareils mobiles. Ce qui est toujours appréciable dans la course à l’autonomie des ultra-portables.

Si le sujet vous intéresse et que vous désirez en savoir plus sur AV1 rendez-vous sur cette page.

L’émulation X64 bientôt disponible pour les PC sous Windows ARM

Nous vous en parlions, c’est maintenant officiel, Microsoft travaille sur l’émulation d’applications 64 bits pour son Windows sous ARM telle que la version embarquée dans la Surface Pro X (machine qui vient d’ailleurs d’être mise à jour). Aujourd’hui les PC sous Windows ARM pourront exécuter des applications ARM natives 32 bits ou 64 bits, et des applications Intel (x86) émulées seulement en 32 bits. C’est d’ailleurs ce type de versions que l’éditeur exécuter pour sa propre suite bureautique Office ! (Alors qu’il a prévu de faire fonctionner des applications natives ARM sur la plateforme Mac sous ARM… allez comprendre). Bientôt, il devrait ainsi être possible de faire fonctionner des applications Intel (x64) émulées en 64 bits. Les performances des applications émulées en 32 bits sont très loin d’être aussi bonnes que celles des applications natives, en puissance mais aussi en autonomie de la machine il en sera de même logiquement pour les application en en 64 bits.

Cette histoire d’émulation d’application Intel en 64 bits révèle en creux, les difficultés qu’à Microsoft pour convaincre les développeurs d’adopter sa plateforme (un peu comme celle qu’il avait eu avec Windows Phone). C’est d’autant plus évident qu’il ne le fait visiblement pas pour ces propres applications comme nous le disions avec Office…

Sous Windows ARM, une application ARM64 native sera beaucoup plus rapide, surtout avec les processeurs Snapdragon 8cx Gen 2 de Qualcomm ou SQ2 de Microsoft qu’une application éculée, il est bien dommage à mon avis que les efforts ne soient pas mis pour porter à minima les applications de productivité de l’éditeur, histoire de montrer la voie ! Comment convaincre des développeurs tiers de porter leur applications alors que cette tâche n’est pas faites pour ses propres applications…

Selon Microsoft, l’émulation x64 sera disponible en novembre pour les Insiders, les autres ne l’auront pas avant l’année prochaine. Cette fonctionnalité sera disponible depuis le Snapdragon 835, même si elle ne brillera encore moins par ses performances sur ces processeurs.

Nous reviendrons sur ces éléments et la stratégie nouvel OS de Microsoft lors du prochain Briefing Calipia (vous pouvez consulter l’agenda ici)

Une fonction dans Windows 10 pour augmenter l’usage de Skype ?

Dans la dernière version de Windows 10 (Insider Preview Build 20221) publiée cette semaine, Microsoft a introduit une nouvelle fonction de création à la volée de vidéoconférence sous Windows 10. Cette nouvelle fonctionnalité – Meet Now – se présente sous la forme d’une icône dans la barre des tâches . Elle permet de démarrer rapidement une réunion ou de rejoindre une réunion programmée à laquelle vous avez été invité. Cette intégration est assurée par la version grand public de Skype. Objectif pour Microsoft, redonner de l’attrait à son produit an perte de vitesse face à Messenger / Zoom et… Teams dans une certaine mesure. La communication de l’éditeur tout azimut sur Teams éclipsant largement Skype grand public, alors même que ce dernier annonce l’arrêt à terme de Skype Entreprise. Autant dire que la communication de l’éditeur est tout sauf limpide vis à vis de Skype aux oreilles de nombreux clients…

Cette fonction « Meet Now » n’est pas nouvelle en soi. Elle est arrivée sur Skype au début de l’année pour améliorer l’expérience de visioconférence, mais n’était accessible que dans le programme Skype. Aujourd’hui Microsoft offre un accès direct beaucoup plus simple.

L’idée de cette fonction est de permettre aux utilisateurs de Windows 10 de se connecter avec n’importe qui et de créer facilement un espace de collaboration en deux clics seulement. C’est gratuit, et aucune inscription ou téléchargement n’est nécessaire. Les participants peuvent ensuite facilement rejoindre les réunions, qu’ils aient un compte Skype ou non, et cela depuis n’importe quel appareil – mobile ou poste de travail traditionnel.

Pour lancer un appel vidéo, il suffit de cliquer sur l’icône « Meet Now » dans la barre d’état système, puis de cliquer/taper sur « Create a meeting » (Créer une réunion dans la version française). Meet Now ouvrira alors une fenêtre du navigateur pour lancer la réunion. Vous pouvez modifier le nom de la réunion et partager le lien de la réunion avec d’autres personnes. Une fois que vous êtes prêt, allumez votre micro et/ou votre caméra selon vos préférences, et cliquez/appuyez sur le bouton Start Meeting, et c’est tout 🙂

Si quelqu’un vous a envoyé un lien de réunion, il vous suffit de cliquer sur l’icône « Meet Now », puis de cliquer sur « Join a meeting ». Il suffit de coller le lien communiqué dans la fenêtre du navigateur , de cliquer sur « Participer » et c’est parti. Attention : seuls Microsoft Edge et Google Chrome sont officiellement pris en charge à l’heure actuelle.

Alors si cette fonction est bien présente dans les futures versions de Windows 10, reste à savoir si elle pourrait être « branchée » sur d’autres outils de visio, et bien sûr pourquoi pas Teams ! Nous tacherons d’obtenir l’information et nous aurons l’occasion d’en reparler lors du prochain Briefing Calipia en décembre avec un point complet sur Teams et ses évolutions.

Nouvelle fonction de capture Web dans Edge

Vous faites peut-être parti des utilisateurs de la version alpha d’Edge dite « Canary » ? Dans ce cas, vous avez peut-être remarqué la nouvelle fonction de « capture Web » ? Comme son nom l’indique, cette fonction permet aux utilisateurs de faire une capture d’écran d’une page web sur le navigateur et de copier l’image dans un presse-papiers ou de l’enregistrer. Elle imite en partie la fonctionnalité qui était présente dans l’ancien Edge et qui permettait aux utilisateurs de capturer et d’annoter sur le web.

L’outil se trouve dans le menu Paramètres en haut à droite et peut également être fixé à la barre d’outils. En sélectionnant l’icône, l’écran passe automatiquement en mode capture, où l’utilisateur peut facilement faire glisser l’outil pour choisir exactement ce qu’il veut capturer. L’outil est également accessible par le raccourci clavier Ctrl+Maj+S.

Microsoft indique qu’il travaille à l’ajout de nouvelles fonctionnalités telles que la possibilité d’ajouter des annotations sur les captures d’écran, de mettre en évidence des sections, de capturer la page web entière, et même d’annoter tout en faisant défiler les captures d’écran. A la manière de ce que l’on peut déjà faire avec l’outil capture en standard sous Windows. Pour l’instant, cependant, les deux seules options disponibles sur l’outil de sélection sont les commandes « Copier » et « Aperçu ». L’écran de prévisualisation offre en outre des options pour enregistrer, partager ou copier l’image.

Cette petite nouveauté s’intégrèrent dans le portage progressif que réalise Microsoft des fonctionnalité de l’ancien Edge vers la version Chromium.

Microsoft pret à abandonner le noyau Windows pour celui de Linux ? Pas si sur…

Dans un article de blog qui fait actuellement débat sur le net, le ténor du logiciel libre Eric Raymond pense que Microsoft serait sur le point d’abandonner le noyau de Windows pour utiliser celui de Linux !

Quels sont les faits qu’Eric Raymond met en avant pour arriver à une telle conclusion ? Selon lui,

« Microsoft est enfin prêt à renoncer à cette vieille relique qu’il appelle Windows, car elle ne génère même plus assez de revenus pour jouer un second rôle dans l’entreprise. Maintenant qu’Azure gagne beaucoup plus d’argent que Windows, l’entreprise est prête à remplacer Windows par Linux, qui fera tourner une couche d’émulation afin de maintenir la compatibilité avec les anciennes applications« .

Autant dire qu’Eric Raymond a tout faux dans son analyse, et qu’il prend sans doute ses désirs pour des réalités… Malgré une croissance clairement stagnante (mais néanmoins un poil supérieur à la croissance du marché du PC), les revenus de Windows sont toujours parmi les plus rentables de Microsoft. Alors certes, ce ne sont plus les années fastes pour l’entreprise, où Windows était même avant Office la vache à lait de l’entreprise, attirant en interne les meilleurs talents, et oui Azure devrait dépasser la rentabilité de Windows un jour, mais ce n’est pas pour aujourd’hui. Alors oui, Windows est de moins en moins une priorité pour l’éditeur, nous avons souvent eu l’occasion de le dire, en particulier depuis l’arrivée à la tête de l’entreprise de Satya Nadela, mais Microsoft poursuit ses développement et la refonte de son noyau, mais de là à le remplacer par le noyau de Linux, qui rappelons le n’est pas (et de loin) le plus moderne des noyaux Unix, il y a de la marge !

Et non, ce n’est pas parce que Microsoft a intégré dans Windows un sous système Linux (en particulier pour reprendre la main sur le marché des développeurs), ainsi qu’un terminal Linux (Unix plutôt), pour les mêmes raisons, qu’il va remplacer Windows à mon avis…

Autre point sur lequel se base l’analyse d’Eric Raymond : le fait qu‘il y aurait maintenant plus de machines Linux hébergées sur Azure que de machines Windows… Analyse là aussi un peu courte ; il y a aussi beaucoup plus de machine MySQL que de machines SQL Server, ceci n’implique pas pour autant que Microsoft va abandonner le second au profit du premier…

Enfin dernier point de l’analyse d’Eric Raymond : les investissements dans le navigateur Edge sous Linux aussi. Là aussi c’est un peu léger : Edge est aussi disponible sous MacOS, Android, iOS…

Microsoft, continue d’investir dans Windows et prévoit des évolutions, nous aurons l’occasion de détailler ceci lors du prochain Briefing Calipia, qui revient en décembre dans une formule 100% en ligne, tous les détails, l’agenda et les modalités d’inscriptions sont disponibles ici : http://calipia.com/briefing

Des nouveautés intéressantes pour Windows Virtual Desktop

Windows Virtual Desktop est un des produits ou plutôt service phare de Microsoft Azure. C’est pour rappel un service complet de virtualisation du bureau et des applications fonctionnant dans le cloud, permettant de disposer d’un poste de travail complet (et sécurisé) à distance. Sans surprise avec le télétravail qui devient la règle dans de nombreuses entreprises actuellement, ce service connait un succès grandissant.

Microsoft n’a cessé cette année et cet été en particulier d’améliorer son service en simplifiant par exemple les outils de gestions et de déploiement, en améliorant la sécurité, en donnant la possibilité, nous vous en parlions, d’intégrer plus facilement des réunions Teams par exemple (article de fin juillet).

Lors de la conférence Ignite 2020, Microsoft a annoncé l’arrivée de nouvelles fonctionnalités intéressantes :

  • La prise en charge de Microsoft Endpoint Manager pour Windows 10 multisession : ceci permettra aux administrateurs informatiques de gérer et de sécuriser les bureaux virtuels de la même manière que les appareils physiques.
  • Une nouvelle intégration plus poussée avec Azure Monitor, qui permet de fournir en un lieu unique toutes les informations de surveillance pertinentes pour identifier et résoudre rapidement les problèmes. Très interessant pour surveiller et dépanner facilement tout en déployant des bureaux virtuels à grande échelle.
  • La possibilité d’ajouter des applications directement à partir du portail Azure, ce qui permet de rendre disponible plus rapidement encore les applications sur les postes virtuels.

Microsoft a fait savoir que ces nouvelles fonctionnalités seront disponibles d’ici la fin de l’année, sans plus de précision.

Edge en navigateur par défaut sur iPhone et iPad…c’est (bientôt) possible

Vous pouvez désormais changer votre navigateur par défaut dans iOS 14 (pour rappel la version finale devrait arriver dans les jours/semaines ? qui viennent), mais cette fonctionnalité était exclusive à Google Chrome. En fait, elle commence à se généraliser, Microsoft ayant mis à jour son navigateur Edge pour qu’il prenne en charge cette fonctionnalité.

Une fois que vous avez changé de navigateur par défaut, tous les liens doivent s’ouvrir, qu’ils proviennent de votre application de messagerie électronique par défaut, (qui au passage peut également être modifiée dans iOS 14, Apple ne nous avait pas habitué à tant d’ouverture 🙂) ou d’une autre application.

Pour l’instant, seuls Google Chrome et Microsoft Edge prennent en charge cette nouvelle fonctionnalité dans iOS 14. Les navigateurs comme Firefox, Opera ,etc. n’ont pas été mis à jour pour la prendre en charge, pas plus que les applications de messagerie électronique comme Outlook et Gmail. Il est également probable que lorsque iOS 14 et iPadOS 14 seront mis à la disposition du grand public, dans quelques semaines/jours ? il y aura de nombreuses mises à jour d’applications pour prendre en charge toutes leurs nouvelles fonctionnalités.

Pour l’instant, elle est réservée aux utilisateurs de la version bêta (via TestFlight donc).

Windows 10 Pro et Entreprise disponible sur la Surface Hub 2S

La Surface Hub 2S fonctionne actuellement dans une version spéciale de Windows 10 : la version Windows 10 Team. version qui devrait recevoir une évolution dans les semaines qui viennent. Aujourd’hui Microsoft annonce que les versions traditionnelles de Windows 10 Pro et Entreprise peuvent maintenant fonctionner sur la Surface Hub 2S.

la décision d’apporter Windows 10 Pro et Enterprise a été prise pour pouvoir d’une part exécuter la suite complète des applications Windows sur le Hub 2S, y compris les applications Win32 et x64 en plus de celles du Microsoft Store (qui était l’actuelle limitation dans la version spécifique de Windows 10 utilisée), mais aussi pour pouvoir utiliser des appareils externes d’authentification par exemple, fonction qui était assez demandée.Les utilisateurs de Surface Hub 2S sous Windows 10 Pro ou Enterprise pourront également bientôt se connecter à l’appareil en utilisant le lecteur d’empreintes digitales de l’écran – ou des accessoires tiers Windows Hello. Il sera aussi possible de créer des « configurations en mode kiosque ».

Le post de Microsoft détaille également les étapes à suivre pour installer Windows 10 sur le système. L’appareil doit être mis à jour à la version 694.2938.768.0 de l’UEFI et doit être inscrit dans le mode de gestion Surface Enterprise (SEMM) pour déverrouiller les paramètres d’usine de l’appareil qui permettent l’installation de systèmes d’exploitation autres que Windows 10 Team. Microsoft a également mis à disposition des pilotes spécifiques pour le Hub 2S fonctionnant sous Windows 10 Pro ou Enterprise.

Pendant ce temps on attend toujours la fameuse version 2X qui devait sortir cette année, elle aurait été repoussé en raison de retards avec Windows 10X. L’annonce d’aujourd’hui est peut-être aussi là pour faire patienter également quelques clients qui souhaitaient mettre en oeuvre des fonctionnalités prévues dans la 2X, la 2S devenant ainsi plus personnalisable.

Windows 95 a 25 ans

C’était il y a 25 jour pour jour, Microsoft lançait en fanfare Windows 95. Un lancement planétaire qui faisait la une des journaux du monde entier, et pour une par pas uniquement les magazines informatique. Nous avions eu droit en France au journal de 20 h… Bien avant l’iPhone dont les lancements font chaque année les gros titres. Un peu de nostalgie, mais quel employé de l’époque ne se souvient pas de ce moment ? La société se révélait au grand public. Le moment était très festif en interne également, aussi bien en France qu’aux USA.

Plus de lancements maintenant des systèmes d’exploitation chez Microsoft. Windows est devenu un service et son évolution est en continue. Windows 95 a probablement été la version la plus importante et la plus notable du géant de Redmond, il a jeté les bases de certains éléments fondamentaux du système d’exploitation, tels que la barre des tâches du menu Démarrer et la corbeille qui sont toujours présents, bien que sous une forme beaucoup plus moderne. Elle a également marqué l’abandon progressif de MS-DOS, qui a été fusionné avec Windows en une seule offre, ce qui en fait un système d’exploitation plus intégré.

Pour célébrer l’évolution du système d’exploitation au cours des 25 années écoulées depuis Windows 95, Microsoft a créé une vidéo qui passe en revue les différents éléments du système d’exploitation et les changements qui sont intervenus, comme l’évolution du menu Démarrer, les icônes, etc. En plus de la vidéo, la société a également annoncé qu’elle organisera une série de deux parties de son webcast Insider qui mettra en scène deux ingénieurs qui ont travaillé sur Windows 95 et qui travaillent toujours pour la société :

« Entrées précédentes