Archives de Catégorie: IA

Nvidia lance Deep Learning Super Sampling 2.0 pour améliorer le rendu graphique

NvidiaNvidia a lancé cette semaine sa technologie  Deep Learning Super Sampling (DLSS) 2.0. Cette technologie est basée sur un réseau neuronal artificiel qui utilise les TensorCores RTX de Nvidia pour augmenter les fréquences d’images et générer des images nettes qui approchent ou dépassent selon le constructeur le rendu natif.

Le DLSS 2.0 a été formé sur des dizaines de milliers d’images haute résolution dans un superordinateur à des fréquences d’images très basses. Avec les poids d’entraînement pour le réseau neuronal, DLSS 2.0 prend ensuite des images à plus faible résolution comme entrée et construit des images à haute résolution. Une fois cette opération réalisée Nvidia distribuece modèle d’apprentissage profond formé aux PC basés sur RTX via les pilotes NVIDIA et les mises à jour en continue.

Nividia indique que DLSS 2.0 :

« utilise les TensorCores de Turing fournissant jusqu’à 110 téraflops de puissance de calcul dédiée et fonctionne deux fois plus vite que son prédécesseur. Pour améliorer encore les performances, DLSS 2.0 utilise des techniques de rétroaction temporelle pour ne rendre qu’un quart à la moitié des pixels tout en offrant une qualité d’image comparable aux résolutions natives« .

De plus, contrairement à l’itération précédente, qui exigeait que le réseau neuronal soit entraîné pour chaque nouveau jeu, DLSS 2.0 s’entraîne en utilisant un contenu non spécifique au jeu. Cela génère un réseau généralisé qui fonctionne sur plusieurs jeux et conduit finalement à une intégration plus rapide des jeux et à un plus grand nombre de jeux DLSS.

Il dispose de trois modes de qualité d’image pour la résolution de rendu interne d’un jeu : Qualité, Équilibré et Performance. Parmi ces trois modes, le mode Performance permet d’augmenter la résolution jusqu’à 4X (c’est-à-dire 1080p vers du 4K).

Si vous êtes intéressé par le développement avec ces technologies, vous trouverez de plus amples informations ici.

Autre point (mais non lié aux jeux cette fois :)) : notre prochaine mission d’étude aux USA se déroulera du 4 au 10 octobre prochain (Seattle et San-Francisco) et le thème sera « IA et environnement de travail« . Si vous êtes intéressés contactez-nous par mail (mail direct ou sur contact (at) calipia.com )

Amazon vend sa technologie de commerce sans caisse « Amazon Go » à d’autres commerçants

Amazon GoNous vous avions parlé de cette technologie et de sa mise en oeuvre dans ses boutiques. Amazon a dévoilé la semaine dernière une nouvelle ligne de produit : « Just Walk Out« , qui est en fait sa technologie sans caisse qu’elle se propose de vendre à d’autres détaillants. Ceci n’est pas sans rappeler ses premiers services Cloud « Merchand.com » qu’elle vendait à d’autres sociétés qui souhaitaient réaliser leur magasin en ligne au début des années 2000, technologie basée sur sa propre expérience avec Amazon.com.

Amazon a développé à l’origine cette technologie dans ses magasins Amazon Go, qui pour rappel permet aux clients de payer leurs achats en sortant tout simplement. Ces derniers ayant été « observés » durant leur visite dans le magasin par un IA.
Amazon propose un service clé en main et indique que :

L’installation peut prendre quelques semaines seulement, et peut être effectuée dans les magasins existants. Amazon offre une assistance 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

L’entreprise aurait a déjà signé « plusieurs accords » avec des détaillants, selon Reuters.
Sans surprise, et compte tenue de l’impact possible sur l’emploi dans ces magasins, « The United Food and Commercial Workers International Union » organisation syndicale des travailleurs  de l’alimentation et du commerce a critiqué l’annonce d’Amazon. Elle voit dans :

« Cette technologie dite sans caisse n’est rien d’autre qu’un cheval de Troie qui permettra à Amazon de contrôler et de monopoliser les détaillants concurrents et donnera à Jeff Bezos un accès direct aux données de leurs clients« ,

L’organisation en appelle aux régulateurs pour empêcher l’entreprise d’agir.

Apple continue de faire son marché dans les startups spécialisées en photo

La photographie est devenue, depuis plusieurs années, l’un des principaux éléments différenciateurs des smartphones. Avec une course engagée aux fonctionnalités innovantes. Selon des informations dévoilées par Bloomberg il y a quelques jours, Apple aurait récemment fait l’acquisition d’une startup britannique, « Spectral Edge », spécialisée dans l’IA et la photographie.

Alors que Google utilisait largement l’IA pour améliorer les photos de ses Pixels 3 et 4, Apple préférait (avec de très bons résultats néanmoins) insister sur la pose longue et la correction de bouger pour proposer des photos assez réussies en mode sombre. L’entreprise californienne continue néanmoins de faire des emplettes dans le domaine de l’IA pour ses prochaines machines.

L’entreprise britannique Spectral Edge, Fondée en 2011, a développé une technologie basée sur la capture d’une photo infrarouge – qui est ensuite fusionnée avec une photo « classique » grâce a du machine learning avec pour objectif d’améliorer la restitution des détails et des couleurs des photos. Une fonction que nous verrons peut-être apparaître sur un prochain iPhone…

l’IA et la Blockchain au service de la compression des images

jpegls-homeLe consortium gérant la compression des JPEG vient de lancer une étude pour une évolution du standard de compression avec deux objectifs :

  1. Utiliser l’Intelligence Artificielle pour optimiser la compression et donc notamment  augmenter l’efficacité de cette compression en reconnaissant les parties interessantes de l’image et affecter aux autres des taux de compressions différents.
  2. Utilisation de la Blockchain pour la validation des images et le cas échant vérifier leur exactitude.

Toutes les informations sur ces évolutions assez prometteuses sont discutées sur le site de l’organisation.

Les assistants Alexa « Echo Show » pourront scanner les codes barres. De quoi acheter plus facilement sur… Amazon

13619574Si vous utilisez votre assistant Alexa Echo Show pour gérer votre liste d’achat, bonne nouvelle : il vient de devenir plus facile d’ajouter des articles ayant besoin d’être réapprovisionnés. Amazon a annoncé qu’Alexa sur les Echo Show 5 et Echo Show 8 – pourra scanner les codes barres des articles d’épicerie courants pour ajouter les produits à votre liste de courses. Cette fonction sera disponible dans un premier temps aux USA.

Cette fonction fait suite également au déploiement de « Show and Tell », qui aide les clients aveugles et malvoyants avec un Echo Show à identifier les produits courants du garde-manger (comme les conserves ou les boîtes de conserve) qui peuvent être difficiles à distinguer au toucher. Pour commencer à utiliser le lecteur de codes-barres, il suffira de dire : « Alexa, scanne ça sur ma liste de courses« . Si Alexa ne peut pas reconnaître le code-barres ou si l’article n’a pas de code-barres, une commande vocale du type « Alexa, ajoute des petits pois à ma liste » continuera bien sur à fonctionner, ouf (!).

La motivation d’Amazon est assez évidente. Selon un récent rapport d’étude de marché d’OC&C Strategy, les achats par la voix atteindront la somme astronomique de plus de 40 milliards de dollars en 2022, contre 2 milliards en 2018 aux États-Unis et au Royaume-Uni. RBC Capital Markets prévoit qu’Amazon à elle seule générera 10 à 11 milliards de dollars de ventes à partir des appareils Alexa.

Google veut plus de régulation en matière d’IA…

google-cloud-logoLe PDG de Google, Sundar Pichai, a appelé à la régulation de l’intelligence artificielle (IA) dans un article du Financial Times. Le PDG de Google explique dans cet article comment la technologie lui était bénéfique et a terminé en expliquant que, pour que les gens soient aussi enthousiastes que lui à l’égard de cette technologie, l’IA doit être « développée de manière responsable, d’une manière qui profite à tous« .

Dans l’article, il nous a aussi rappelé l’impact négatif qu’elle a eu sous la forme de technologies telles que les deepfakes. Afin de lutter contre l’utilisation abusive de cette technologie, il milite pour que celle-ci doit être réglementée et ne peut être laissée aux forces du marché pour décider de son utilisation. Il explique logiquement que pour que la réglementation fonctionne, il faut un alignement international et un accord sur les « valeurs fondamentales« . Il est toujours aussi amusant de voir ces grands groupes (Apple, Microsoft ou maintenant Google) qui sont officiellement pour plus de réglementation pour les protéger de leur démons en quelques sorte…

M. Pichai a déclaré que nous ne devons pas partir de zéro car des règles telles que le règlement général sur la protection des données de l’UE (GDPR) peuvent offrir une « base solide ». Il a ajouté que les cadres existants, comme le GDPR, offrent un bon point de départ pour certaines utilisations de l’IA comme les dispositifs médicaux, mais qu’ils devraient être étendus à des domaines tels que les véhicules autonomes par exemple. Une position qui frise tout de même largement avec de l’hypocrisie lorsque l’ont voit les moyens mise en place par ces acteurs pour contourner la GDPR en évitant que les données d’autres citoyens qu’européens ne soit hébergées en Europe…

Bien que le désir de Pichai de réglementer puisse sembler bien intentionné, il faut également être prudent lorsqu’il dit qu’une « réglementation sensée doit également adopter une approche proportionnée, en équilibrant les préjudices potentiels, en particulier dans les zones à haut risque, avec les opportunités sociales« . Il serait largement possible d’interpréter cette phrase ambiguë en « laisser nous faire de notre coté mais méfiance chez les autres…« 

Amazon veut breveter une technologie qui permettrait d’identifier les acheteurs par leurs mains

mainsNous vous parlions ici même des magasins Amazon Go et des technologies de reconnaissance (principalement faciales) utilisées dans ce cadre.

Actuellement, pour pénétrer dans un des magasins Amazon Go il faut scanner un code 2D généré par l’application AmazonGO de votre Smartphone elle même connectée à votre compte Amazon. À l’avenir, Amazon pourrait se contenter de scanner les mains des visiteurs pour les reconnaitre et se passer du code 2D. C’est en tout cas une des options que suggère le brevet déposé par Amazon auprès de l’Office américain des brevets et des marques « un système de balayage sans contact qui permettrait d’identifier les personnes non pas par leur visage mais par des caractéristiques associées à la paume de leurs mains, notamment les rides et les veines« . Ceci donne une idée sur les réflexions d’Amazon pour ses magasins physiques. Et les enjeux sont important pour la société. Amazon a ouvert 24 sites Amazon Go aux États-Unis depuis la création du premier au rez-de-chaussée du siège d’Amazon à Seattle il y a près de deux ans (nous avons eu l’occasion aussi de passer par là en octobre dernier), mais l’entreprise ne compte pas s’arrêter là et envisage une multiplication de ces derniers aux USA en bientôt en Europe.

Cette technologie n’est pas si nouvelle que cela. Le New York Post avait rapporté en septembre qu’Amazon testait une technologie qui permettrait aux clients de Whole Foods (magasins principalement bio qui sont la propriété depuis 3 ans d’Amazon) de scanner leur main pour payer à la caisse plutôt que de glisser une carte.

Mais une nouvelle méthode potentielle d’identification des personnes à l’aide de la biométrie soulèvera probablement aussi des questions pour une entreprise qui fait déjà face à un examen plus minutieux des problèmes de protection de la vie privée liés à son assistant vocal (Alexa)…

« Entrées précédentes