Archives de Catégorie: Actualité

Microsoft Cloud PC as a Service bientôt lancé ?

Selon des sources de Mary Jo Foley, le service de virtualisation de PC dans Azure pourrait être lancé dès le mois de juin 2021. Ce nouveau service « Cloud PC » offrirait une instance Windows et des applications dans Azure, accessible depuis un client léger. Contrairement à ce qui peut déjà être fait aujourd’hui (Windows Virtual Desktop) facturé à la consommation de services Azure, Cloud PC serait proposé à un prix fixe, par utilisateur.

Attention toutefois, la rumeur du lancement d’un tel service existe depuis plusieurs années déjà, sans concrétisation.

Microsoft Edge : un nouveau mode « Performance »

Microsoft Edge continu de progresser à marche forcée pour donner les moyens à l’entreprise de combler son retard sur le navigateur de Google. Ce terrain du navigateur Internet était pour l’entreprise de Seattle un domaine où elle avait notoirement sous investi en se reposant durant des années sur les lauriers d’Internet Explorer et ses parts de marchés insolentes. Google Chrome est passé par là et s’est taillé la part du lion. Après une tentative infructueuse de redéveloppement du navigateur à partir de zéro, Microsoft a du s’allier avec l’entreprise de Mountain View pour développer un nouveau navigateur à partir du même moteur que son rival, tout en se démarquant sur l’intégration au SI (en particulier sur l’annuaire : Active Directory pour Microsoft).

Aujourd’hui le nouvel Edge regroupe pratiquement toutes les fonctionnalités importantes disponibles sur le marché. Microsoft travaille actuellement sur une nouvelle fonctionnalité appelée « mode performance », conçue spécifiquement pour les performances, notamment lorsque vous jouez ou utilisez d’autres apps.

En 2020, Microsoft avait introduit les onglets dormants pour réduire la quantité de RAM et de CPU utilisée par le navigateur. Cette fonctionnalité ne suffit pas à améliorer les performances globales du système, car certains facteurs affectent l’utilisation de la RAM et du CPU d’Edge en particulier sous Windows 10. Microsoft Edge ajoute désormais une nouvelle option « Mode performance » dans les paramètres système du navigateur. Lorsqu’elle est activée, Edge tentera d’optimiser la vitesse globale de navigation Web, la réactivité et de réduire l’utilisation du CPU, de la RAM et de la batterie sans affecter l’expérience globale.

Par défaut, les onglets dormants sont configurés pour se mettre en veille après deux heures d’inactivité. Lorsque le mode performance est activé, Edge élimine les onglets après seulement cinq minutes d’inactivité et vous pouvez toujours réveiller un onglet dormant en cliquant simplement dessus.

Microsoft Edge détectera également l’activité des ressources lourdes en arrière-plan (comme l’audio ou la vidéo) et empêchera ces onglets de se mettre en veille. Pour rappel, le mode veille d’Edge est basé sur une technologie centrale de Chromium qui empêche les activités et les scripts en arrière-plan afin de minimiser l’utilisation des ressources tout en sauvegardant les données de navigation. Cela devrait réduire l’utilisation de la mémoire, du processeur et de la batterie dans la plupart des cas.

La fonctionnalité est actuellement disponible dans Microsoft Edge Canary 91 pour certains utilisateurs et devrait faire son chemin dans la version stable plus tard cette année.

Nous reviendrons sur ces évolutions et les potentiels gains d’Edge pour l’entreprise lors du prochain Briefing Calipia les 9,10, 14 et 15 juin prochain : toutes les information sur le site calipia.com/briefing

D’autres articles sur Edge sur le Blog Calipia :

Les composants du navigateur Microsoft Edge arrivent discretement dans Microsoft 365…

Que vous ayez choisi de standardiser sur le navigateur Chrome de Google, sur Firefox, Opera, Brave ou autre, et que vous disposez d’un abonnement Microsoft 365 Apps, vous aurez dans quelques temps des composantes du navigateur Edge tout de même installé sur vos postes ! On apprend que commence à fournir des fonctionnalités nouvelles ou

Microsoft Edge gagne du terrain face à Google Chrome

La stratégie de Microsoft avec le nouveau navigateur Edge basé sur Chromium semble être gagnante. Alors que, comme Patrick le disait lundi, le site Netmarketshare tire sa révérence pour ce qui est des analyses des parts de marché des navigateurs, il publiait sa dernière analyse : en octobre 2020, Microsoft Edge a désormais une part

5 ans après son acquisition (via celle d’EMC), Dell se sépare de VMware

Un peu plus de 5 ans après avoir annoncé son intention d’acquérir EMC, Dell vient d’officialiser la cession de VMware, la pépite embarquée dans EMC, VMware rachetant les 81% de l’entreprise que possédait Dell. Si le portefeuille produits propre à EMC avait trouvé sa place dans le cadre de Dell, il n’en était pas de même pour VMware, dont l’offre autour de la visualisation et la stratégie cloud s’adressait par nature à tous les constructeurs de serveurs. La cession n’est donc pas une surprise de ce point de vue. D’autre part, la capitalisation boursière de VMware (qui était toujours coté indépendamment) était au-dessus de celle de Dell, avec un CA presque dix fois moindre. Enfin l’endettement important de Dell, notamment du fait de l’acquisition d’EMC, a poussé Michael Dell a accepté le principe de cette séparation, qui devrait être effective à la fin de cette année et permettre à Dell de soulager un peu ses finances.

SI vous voulez en savoir plus sur l’actualité de VMware rejoignez-nous pour une session en ligne du prochain Briefing Calipia.

Voici quelques articles du Blog Calipia concernant l’actualité de VMware, en particulier avec le départ du CEO, Patrick Gelsinger, pour Intel en janvier 2021.

Pat Gelsinger, CEO de VMWare devient patron d’Intel

En plein CES 2021, Intel vient d’annoncer le départ de son CEO, Bob Swan, à partir du 15 février et son remplacement par Patrick Gelsinger l’actuel patron de VMware. Ce dernier n’est pas un inconnu pour l’entreprise de Santa Clara, chez qui il a passé 30 ans jusqu’en 2009 avant de rejoindre VMWare en 2012.

Une nouvelle génération de la solution Azure VMware en beta

En aout dernier en collaboration avec Dell Microsoft avait lancé ses VMware Solutions, permettant aux utilisateurs d’exécuter des VM natives VMware sur Azure sur huit régions. Microsoft vient d’annoncé la beta de sa solution VMware Azure de nouvelle génération, qui promet une extension et une migration des VM locales vers le cloud, à la fois rapides

Microsoft et VMware avancent ensemble sur Azure

Après plusieurs années de difficile collaboration concernant le support des solutions VMware dans Azure, il semble que les 2 acteurs (sans oublier Dell la maison mère de VMware) soient enfin parvenus à se mettre sur la même ligne. C’est en tout cas l’esprit du message posté par Scott Guthrie (Executive Vice President, Cloud and Enterprise

GAFA et Antitrust – Première étape : la Chambre des Représentants approuve le rapport préliminaire

Par 24 voix contre 17, la commission judiciaire de la Chambre des représentants (USA) a officiellement approuvé un rapport portant sur les préoccupations antitrust liées aux grandes entreprises technologiques : Google, Apple, Facebook et Amazon. Microsoft semble passer entre les mailles du filet…

Comme le rapporte Reuters, le bureau du représentant David Cicilline (Démocrate) a confirmé l’approbation dans une déclaration :

«  Ce rapport de plus de 400 pages deviendra le rapport officiel de la commission et le plan directeur d’une législation visant à maîtriser le pouvoir de marché des grandes entreprises technologiques « .

et de poursuivre :

 » Amazon, Apple, Google et Facebook détiennent chacun un pouvoir monopolistique sur des secteurs importants de notre économie. Ce moment de monopole doit prendre fin. Maintenant que la commission judiciaire a officiellement adopté nos conclusions, j’ai hâte d’élaborer une législation qui réponde aux préoccupations importantes que nous avons soulevées. « 

Cela ouvre donc officiellement la voie à un projet de loi qui sera discuté. Si ce rapport n’est pas tendre (et logiquement compte tenue de sa genèse avec Facebook et Google en particulier), il n’est pas tendre non plus avec Apple : il affirme que :  » la société a profité de la façon dont les applications sont distribuées sur les appareils iOS pour réduire la concurrence avec ses services « . Argument qui revient souvent sur la position du constructeur avec son AppStore. Ce dernier a toujours cependant adopté la même ligne de défense, basée sur le fait qu’il n’est jamais le « dominant » sur un secteur de marché (cf parts de marché des iPhones, Mac, Services Apple) :

 » Notre entreprise n’a pas de part de marché dominante dans aucune des catégories dans lesquelles nous faisons des affaires. Depuis ses débuts il y a 12 ans avec seulement 500 applications, nous avons construit l’App Store pour qu’il soit un endroit sûr et fiable où les utilisateurs peuvent découvrir et télécharger des applications et un moyen de soutien pour les développeurs de créer et de vendre des applications dans le monde entier… L’App Store a permis de nouveaux marchés, de nouveaux services et de nouveaux produits qui étaient inimaginables il y a une douzaine d’années, et les développeurs ont été les principaux bénéficiaires de cet écosystème… Nous travaillons sans relâche pour fournir les meilleurs produits à nos clients, avec la sécurité et la confidentialité au cœur de ceux-ci, et nous continuerons à le faire « .

Mais l’ambiguïté repose sur sa domination une fois que l’utilisateur est entré dans son écosystème : une prison dorée ?

Nous vous rappelions dans ces différents posts comment le gouvernement Biden s’entoure de personnes favorables à un bar de fer avec les GAFA :

USA : Les démocrates s’attaquent aux GAFAM en tentant de déjouer les pressions

Les démocrates pourraient présenter 10 projets de loi antitrust distincts ou plus, plutôt qu’un seul projet global, selon le président de la commission antitrust de la commission judiciaire de la Chambre des représentants. Cette segmentation aurait un objectif : rendre plus difficile les actions de Lobbying des GAFAM contre le projet de loi… En 2019,

GAFAM : Nomination d’un conseiller très hostile aupres de Biden

Pas vraiment une bonne nouvelle pour les GAFAM : Le président Biden vient de nommer comme « assistant spécial pour la technologie et la politique de concurrence » : Tim Wu, professeur de droit à l’université de Columbia connu pour son hostilité au GAFAM et ses prises de positions sur « les géants technologiques qui ont trop de

De nouveaux correctifs de sécurité pour Exchange Server, suite à un nouveau rapport de la NSA

Microsoft vient une nouvelle fois de publier une série de mises à jour de sécurité pour Exchange Server afin de s’attaquer aux vulnérabilités d’exécution de code à distance (RCE) encore récemment découvertes la l’agence de sécurité américaine (la fameuse NSA).

Souvenez-vous, le mois dernier Exchange Server avait fait la une de l’actualité de la cybersécurité lorsqu’il a été découvert qu’il était attaqué par des groupes parrainés par l’État, disons un état plutôt à l’Est.. Microsoft n’avait pas tardé à publier des mises à jour pour les versions d’Exchange encore supportées et d’autres plus vieilles et non supportées. Un bon point pour l’éditeur qui reste très vigilant sur ces menaces, qui c’est vrai ternissent aussi l’image du produit. Grâce à ses efforts, des centaines de milliers d’instances de serveurs Exchange sur site ont été protégées contre ces vulnérabilités qui ne concernaient pour rappel que les versions sur site (Exchange Online n’a pas été affecté par cet incident).

De nouvelles mises à jour sont donc disponibles depuis cette nuit, mais cette fois-ci, uniquement pour Exchange Server 2013 CU23, Exchange Server 2016 CU19 et CU20, et Exchange Server 2019 CU8 et CU9. Si vous n’êtes pas sur l’une des mises à jour cumulatives (CU), Microsoft vous recommande d’abord de passer à un environnement pris en charge, puis d’appliquer les mises à jour de sécurité. Ces mises à jour de sécurité d’avril 2021 corrigent les vulnérabilités RCE qui ont été signalées en privé à l’entreprise par la National Security Agency (NSA). Bien que l’enquête de Microsoft indique que l’exploit ne serait pas encore utilisé, elle exhorte tout de même les clients à les appliquer le plus rapidement possible.

Il est important de noter que ces dernières étant cumulatifs, les clients qui appliquent les mises à jour d’avril seront également protégés contre les vulnérabilités signalées en mars. Pas de correctifs cette fois pour Exchange Server 2010, car il n’est pas affecté par les dernières vulnérabilités. Vous pouvez en savoir plus sur les mises à jour en vous rendant sur ce lien de Microsoft.

Nous reviendrons sur l’ensemble de l’actualité concernant Exchange lors du prochain Briefing Calipia les 9,10,14 et 15 juin prochain.

Microsoft sur le point d’acquerir Nuance Communications pour 16 milliards de $ [MAJ : C’est FAIT POUR 20 Milliards !]

Nuance Communications est un spécialiste de la reconnaissance vocale et la synthèse depuis plus de 20 ans. Pas vraiment une Startup mais bel et bien un incontournable du secteur. Le système de reconnaissance vocale de Nuance, appelé Dragon, est au cœur de ses offres d’intelligence artificielle destinées à divers secteurs, notamment les soins de santé, les services juridiques, les forces de l’ordre, l’éducation et les services financiers.

Les géants du secteur font largement appel à ses services : Apple pour Siri en est un exemple, mais aussi Microsoft qui s’est associé à Nuance Communications en 2019 pour développer des systèmes de détection ambiante et d’IA conversationnelle qui permettraient d’automatiser les tâches administratives liées aux soins de santé et la documentation clinique, pendant que les médecins concentrent toute leur attention sur les soins aux patients.

Bloomberg rapporte que Microsoft pourrait annoncer un accord avec Nuance dès cette semaine. Les discussions ne sont pas encore définitives entre les deux sociétés et Nuance pourrait être valorisée à environ 56 dollars par action si les négociations actuelles se poursuivent. Cela signifie que l’accord pourrait valoir 16 milliards de dollars, note Bloomberg.

[MAJ à 14h : C’est fait pour 20 Milliards de $]

La discussion que Microsoft aurait engagée avec Nuance est un pas de plus dans les investissements massif en IA que réalise la société de Redmond. Si ce rachat se confirme, il s’agira de la deuxième plus grande acquisition de l’entreprise à ce jour, juste après l’achat de LinkedIn pour 24 milliards de dollars en 2016.

Microsoft test le refroidissement de serveurs par immersion dans un liquide à 2 phases

source : Microsoft

L’impact environnemental du numérique est aujourd’hui un sujet de plus en plus présent dans le débat (et ce n’est sûrement que le début !). Ainsi tous les opérateurs des grandes plateformes du cloud public se sont lancés sur diverses pistes notamment pour réduire les couts énergétiques et les émissions de gaz à effet de serre concernant leurs datacenters. En termes d’alimentation, ceci donne lieu à de nombreux investissements en énergie verte (ferme solaire, champs éoliens ..) mais aussi à des tests pour optimiser les impacts liés au refroidissement des serveurs. Dans ce domaine, nous avons évoqué plusieurs fois les tests réalisés par Microsoft, avec le projet Natik, en immergeant des serveurs au sein de containers au fond de l’océan atlantique, près des côtes écossaises.

Le 6 avril 2021, Microsoft vient de communiquer sur un autre test de solution pour diminuer les impacts liés au refroidissement des serveurs de ses datacenters. Mené dans son Datacenter Azure de Quincy (état de Washington), Microsoft test le refroidissement par immersion dans un liquide à 2 phases. Le principe est simple, les serveurs sont directement immergés dans un liquide (il ne s’agit pas d’eau) qui se transforme en vapeur au-delà de 50° Celsius. Au contact des serveurs qui chauffent, le liquide est donc vaporisé et cette vapeur remonte naturellement vers une condenseur où elle se retransforme en phase liquide. Cette circulation est passive et donc plus économe en énergie que le refroidissement par air ou par liquide en phase unique. Autre avantage mis en avant par Microsoft, c’est que les serveurs immergés dans ce liquide ne sont plus exposés à l’air et à l’humidité, donc les risques de corrosion et donc de pannes sont limités. Microsoft indique que que l’expérience Natik, qui repose sur des serveurs installés dans des containers remplis d’azote sec, ont permis de mesurer une diminution par 8 du nombre de pannes pour les serveurs immergés par rapport à ceux sur terre.

source : Microsoft

Autre élément intéressant mis en avant par Microsoft, grâce au refroidissement par immersion dans un liquide à 2 phases, il est possible d’overclocker les processeurs qui fournissent ainsi plus de puissance, sans surchauffe grâce à l’efficacité du processus.

Jeff Bezos : « Amazon est favorable à une hausse du taux d’imposition des sociétés » (si, si…)

Image dans Infobox.
Photo Wikipedia

Il y en a qu’en même qui ne manque pas d’humour… Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, en fait sans doute parti. Il vient de déclarer qu’Amazon soutient l’appel de l’administration Biden en faveur d’une augmentation du taux d’imposition des sociétés afin de contribuer au financement des infrastructures nationales en ruine…

« Nous reconnaissons que cet investissement nécessitera des concessions de la part de toutes les parties, tant sur les détails de ce qui est inclus que sur la manière dont il sera payé (nous sommes favorables à une augmentation du taux d’imposition des sociétés)« , a-t-il écrit sur le site de la société

Amusant tout de même lorsque l’on connait l’énergie dépensée dans l’optimisation fiscale par la même société (et les autres géants technologiques). A moins que cela ne soit simplement une grande preuve d’humour, ce n’est pas à exclure à mon avis.

La nouvelle intervient une semaine après que le président Joe Biden a mentionné deux fois le nom de l’entreprise dans un discours vantant un plan de renouvellement des infrastructures américaines de 100 milliards de dollars, il précisant que les entreprises américaines telles qu’Amazon « utilisent diverses échappatoires pour ne pas payer un seul centime d’impôt fédéral sur le revenu« . Le président Biden précisant :

« Un pompier, un enseignant qui paie 22% – Amazon et 90 autres grandes entreprises qui ne paient aucun impôt fédéral ? Je dois mettre fin à cela ».

Amazon reste également sous la surveillance du public et du gouvernement sur plusieurs fronts, notamment l’évasion fiscale des entreprises, les questions antitrust et les conditions de travail de ses employés les moins bien payés…

Intéressant : première version d’une solution d’identités décentralisées chez Microsoft

Cette première version de ION (en Open Source ) est basée sur le protocole de réseau « Sidetree DID » mis en avant par la DIF (Decentralized Identity Foundation). Si vous n’êtes pas familier avec cette initiative, voilà quelques explications sur le principe de fonctionnement de cette solution de gestion des identités décentralisées :

ION utilise la technologie de la blockchain pour isoler les informations d’identification. L’idée est qu’un utilisateur crée une identité et qu’aucune autre partie n’a le contrôle de cette entrée dans la blockchain. Il reste donc être de ses données personnelles sans altération possible. Alors on imagine sans peine qu’un tel système pourrait améliorer la protection de la vie privée. Il pourrait également éviter les déboires en cas de failles de sécurité chez un fournisseur ayant exploité votre identité numérique. Le principe détaillé de cette technologie très prometteuse est accessible sur le site de la DIF. Aujourd’hui le support par Microsoft (en plus des autres partenaires du projet) apporte de la crédibilité à cette solution très interessante. Nous aurons sans doute l’occasion d’y revenir lors du prochain Briefing Calipia en juin.

ION est un réseau ouvert , sans autorisation, basé sur le protocole Sidetree, qui ne nécessite pas de jetons spéciaux, de validateurs de confiance ou de mécanismes de consensus supplémentaires : seul un mécanismes de constitution de la Blockchain utilisée (similaire à celle du Bitcoin) est nécessaire à son fonctionnement. Il s’agit de l’un des composants visant à redonner le contrôle des justificatifs d’identité aux personnes ou aux organisations qui ont établi ces identités.

Microsoft encourage le déploiement de nœuds ION par les parties, car « plus il y a de nœuds en fonctionnement, plus le réseau est solide ». Pour sa part, Microsoft a « déployé un nœud ION dans son infrastructure de production Azure et collabore avec d’autres entreprises et organisations pour faire de même ». Il est également possible d’exécuter une version de ION pour les conteneurs Docker ou de l’installer nativement sur les machines. Microsoft travaille également à l’élaboration d’un tableau de bord pour aider les opérateurs à surveiller les nœuds ION, mais on ignore quand cette fonction de surveillance apparaîtra.

La solution ION était encore au stade de la bêta en juin dernier et avait été présenté en avant-première encore un an plus tôt.

Des fonctions cloud et tunneling dans Microsoft Endpoint Manager 2103

Des nouveautés interessantes et assez attendues sont offertes dans EndPoint Manager en version 2103 disponible ce mois. Il sera ainsi possible de déployer des machines Windows 10 en utilisant le mode de déploiement « Windows 10 in Cloud Config ». C’est pour rappel selon Microsoft « un moyen d’effectuer des déploiements de Windows 10 en utilisant ses paramètres recommandés simplifiés », mais surtout accessible depuis tous les lieux, chose importante aujourd’hui !

Mas attention cette configuration ne convient pas à toutes les entreprises, et pas en particulier les plus grandes qui disposent de beaucoup de personalisation du système. Cette fonction est conçu pour les organisations qui fournissent le même ensemble d’applications à tous les utilisateurs finaux, sans ajouter de personnalisations et sans avoir de dépendances sur site. Autre points : les machines doivent être reliés à un domaine Azure Active Directory et la gestion des appareils doit se faire fait par le biais de Microsoft Intune (la solution de gestion des appareils mobiles incluse dans les abonnements à Microsoft Endpoint Manager). Donc en résumé, une fonction interessante pour de petites organisation qui on choisi d’appuyer largement leur gestion de machines et utilisateurs dans Cloud avec les services de Microsoft… De plus, nous avons alors besoin d’abonnements à Microsoft Intune, Azure Active Directory Premium P1, Microsoft Teams, OneDrive for Business et au moins l’édition Pro de Windows 10 pour mettre en oeuvre ces fonctions. Amusant de voir dans la liste de Microsoft l’usage de Teams !

Autre nouveauté interessante, l’usage de Microsoft Tunnel (en beta). Pour rappel, Microsoft Tunnel avait été présenté pour la première fois en tant que beta publique lors de la conférence Ignite de Microsoft en septembre. Il est utilisé pour connecter des appareils mobiles aux ressources réseau d’une entreprise. Il prend en charge les réseaux privés virtuels, le tunnelage fractionné et l’utilisation du service de conformité d’accès conditionnel de Microsoft. La version de service 2103 de Microsoft Endpoint Manager fournit désormais de nouvelles « mesures de performance et de santé » pour les utilisateurs de Microsoft Tunnel via le « Heath Check Tab ». Il affiche « les quatre principaux contrôles de santé – CPU, mémoire, latence et votre certificat TLS « , explique le communiqué. Microsoft indique que l’on peut dès maintenant utiliser ces fonctions (assez stables) alors que le service lui même est encore en beta.

Des avancées aussi côté intégration des machines Apple dans l’entreprise. Ainsi pour les machines fonctionnant avec le processeur Maison d’Apple (le M1) Microsoft Endpoint Manager déploiera les applications Microsoft 365 en tant que versions dites « universelles », terme utilisé par Apple pour désigner les logiciels fonctionnant sur processeur et sur les processeurs Intel. Microsoft a également étendu le nombre d’appareils iOS ou macOS par jeton d’inscription. L’ancienne limite était de 60 000 appareils maximum par jeton. Elle est désormais de 200 000 appareils maximum par jeton. De quoi faciliter le déploiement d’Apple dans de très grandes organisations…

« Entrées précédentes