Archive | Analyse RSS feed for this section

[Lettre Calipia] Les assistants vocaux à la conquête des entreprises ?

(article issu de La Lettre Calipia, abonnement gratuit sur demande : calipia.com/lalettre)

La reconnaissance vocale n’est pas une idée neuve. Elle ambitionne depuis des décennies de remplacer le clavier. Il y a plus de 20 ans, la société Lernout & Hauspie, proposait déjà des solutions innovantes et chargées d’espoir pour reconnaitre efficacement la voix humaine et proposer de se substituer au clavier pour écrire un texte. De nombreux fournisseurs se sont alors tournés vers cette société pour intégrer leur solution dans différents systèmes. Microsoft et Apple ont intégré depuis plus de 10 ans des fonctionnalités de reconnaissance vocale à leurs produits. Sans que jamais la voix ne parvienne à̀ s’imposer…

Pourquoi aujourd’hui cette tendance devient-elle plus crédible ? Pour quelles applications ?

Intelligence artificielle et Cloud

Qu’est-ce qui a changé en matière de reconnaissance vocale pour que les systèmes proposés soit maintenant plus performants et plus crédibles ?

La précision des systèmes proposés serait passé de 60% à plus de 90 % en moins de dix 10 ans ! De plus, pas besoin de passer des heures à adapter la reconnaissance vocale à votre voix comme c’était encore le cas en 2009 avec le système intégré à Windows 7. Plus besoin non plus de disposer d’un micro spécifiquement calibré, les outils sont aujourd’hui à la fois plus performants mais aussi capable d’éliminer une bonne partie des bruits parasites.

En octobre 2016 le système proposé par Microsoft avait surpassé pour la première fois en précision (en anglais) une sténo dactylo !

cortana

Deux choses ont changé :

  • Le développement de l’intelligence artificielle et donc la possibilité offerte d’être beaucoup plus précis sur les mots compris en ayant une indication du contexte de la phrase plutôt que de devoir choisir dans l’ensemble du dictionnaire. L’intelligence artificielle permet de plus facilement ignorer les erreurs de dictions des humains et les imprécisions de langages présents dans chaque conversation.
  • L’utilisation du Cloud et donc d’une puissance de calcul bien supérieure à un traitement local.

Continue reading

Yammer, première victime collatérale de Microsoft Teams ?

Teams, semble reprendre l’essentiel des fonctionnalités de Slack, avec en plus une intégration visiblement assez réussie avec le reste des composants d’Office 365 (en particulier l’annuaire bien sur mais aussi l’agenda et skype). Ceci constitue indéniablement un plus par rapport au produit de la startup californienne.

capture-decran-2016-11-03-a-08-59-11

Mais si l’on se souvient que lors du rachat par Microsoft de Yammer, ce chouchou des Startups américaines avait été abandonné au profit d’un nouvel arrivant « Slack », ne risque-t-il pas d’arriver la même chose dans l’offre Microsoft à Yammer qui risque fort de se faire cannibalisé par « Teams » ? Très intéressant en tout cas à observer… Nous reviendrons sur tout celà dans moins d’un mois lors du prochain Briefing Calipia qui commence le 30 novembre à Aix.

En Europe Microsoft Azure fait jeu égal avec Amazon AWS

Alors qu’au niveau mondial les parts de marchés sont très nettement en faveur d’Amazon face à Microsoft (proche du double pour de nombreux organismes tels qu’IDC ou Gartner, en Europe les choses sont différentes pour Forester où le géant de Redmond fait jeu égal avec un concurrent de Seattle.


Plusieurs raisons  celà : 

  • un marché plus morcellé en Europe,
  • un démarrage de l’IaaS plus tardif, ce qui laissait du temps à Microosft pour combler son retard (il a fallut attendre 2012 pour voir arriver l’offre IaaS sur Azure, solution au départ faite pour du PaaS),
  • Un Amazon qui a met un peu de temps  se structurer en Europe avec un modèle de vente et d’engagement partenaires encore balbutiant.

À suivre avec l’arrivée prochaine et sans doute massive du géant Google dans la course….

Magnifique machine Microsoft !

Comment ne pas tomber amoureux de la nouvelle machine de Microsoft ? Je veux bien sùr parler de la Surface Studio. Microsoft propose avec cette machine non seulement un beau PC de bureau très design (sans doute très inspiré par les superbes iMac d’Apple) mais aussi une tablette géante de 28 pouces grâce à l’ingénieux système d’inclinaison de l’écran. Nous avons donc une nouvelle catégorie d’appareil : le convertible de bureau.

A qui s’adresse cette machine ?

  • capture-decran-2016-10-28-a-08-47-25Avec son nouvel outil de pointage/action le Surface Dial, son stylet, son inclinaison pour dévoiler le mode tablette, on pense bien entendu aux graphistes. C’est ainsi que les principaux sites de test américains compare cette machine à des tablettes actives Wacom (celles disposant d’un écran haute def), mais aussi à des écran interactif regardez par exemple la Cintiq 27 pouces : mais à 2600 € l’écran tactile auquel il faut rajouter le PC ou le Mac, avouez que la Surface Studio est beaucoup plus interessante !
  • Mais pourquoi pas également à tout possesseur d’iMac ? Qu’il soit en entreprise ou dans le grand public ? C’est sans doute bien cette large cible que souhaite adresser Microsoft. Paradoxalement pour le N°1 du logiciel, si la machine à  à mon avis de très bons atouts coté matériel pour l’emporter face à Apple sur ce segment, les choses risques d’être plus compliquées coté logiciel : les éditeurs suivront-ils (en particuliers pour le traitement des photos, vidéos) ? La nouvelle application Paint de Windows 10 suffira-t-elle a faire basculer le marché avec l’introduction de la 3D ? Les logiciels de base de Windows 10 sont encore bien pauvres (pour ne pas dire plus) face à Photo, iMovie, GarageBand d’Apple…

Microsoft dispose de quelques mois (avant l’arrivée de la Creative Update de Windows 10) pour proposer des logiciels adaptés, et transformer sa (très belle) machine et sa créativité retrouvée en succès commercial…

[Lettre Calipia] Les outils de communication « grand public » régneront ils demain sans partage dans l’entreprise ?

(Article issu de La Lettre Calipia N°135. Abonnement gratuit sur demande : calipia.com/lettre.php)

Et si, d’ici quelques années, seuls les outils de communication et de collaboration « Grand Public » restaient présents dans les entreprises ?

Si cette question peut paraître saugrenue, voire iconoclaste pour certains, examinons tout de même cela de plus près.

Traditionnellement, des outils et pas seulement informatiques, présents dans l’entreprise sont devenus petit à petit des « commodités ». Ainsi en quelques dizaines d’années certaines machines-outils dédiées ont été remplacées par des équivalents standardisées. Il en va bien sûr de même pour les différentes applications informatique Internes. L’application de paye par exemple, autrefois purement interne est maintenant standardisée, hébergée et partagée. Depuis quelques années, certaines entreprises ne gèrent-elles pas les achats interne comme des sites marchands, où seul le mode de paiement final du panier change : au lieu d’une carte bancaire on utilise le code d’imputation sur le service…

Durant ces dernières années, le BYOD (et donc l’achat de composantes standards et « grand public » comme équipement de travail) a accentué le phénomène. Comme jadis le stylo et le cahier personnel du cadre en mission, ce dernier choisi aujourd’hui son poste de travail dans un large catalogue « grand public ».

Et si demain cette tendance de fond touchait les outils de communication et de collaboration que nous considérons là encore de plus en plus comme des commodités ? Et si toutes les messageries, les intranets, les outils de communication instantanée, les Réseaux Sociaux d’Entreprise, la téléphonie n’étaient plus gérés dans l’entreprise, avec des outils spécifiques aux entreprises mais simplement utilisés ou « consommés » depuis des plateforme grand public ?

Continue reading

Skype s’enrichirait de fonctions pour contrer Slack

En mars dernier, le bruit courait que Microsoft tentait de racheter la pépite californienne Slack pour 8 milliards de $. Le service qui compte plus de 2 millions d’utilisateurs dont 700 000 payants est un des services collaboratif les plus populaire du moment.

L’histoire dit que c’est Bill Gates qui s’y est opposé, préférant que Microsoft enrichisse Skype de nouvelles fonctions pour contrer Slack.

Visiblement, s’il on en croit MSPowerUser.com, c’est la piste que Microsoft poursuivrait en travaillant sur de nouvelles fonctions : Skype Teams reprenant les fonctions phares de Slack : Channel, conversations, recherche, voire le système d’extensions….

capture-decran-2016-09-11-a-08-50-32Les utilisateurs de Yammer seront sans doute un peu troublés : entre les fonctions de « Groupes » des évolutions d’Outlook dans Office 365 et les évolutions prévues dans Skype, que restera-il à l’outil de réseau social d’entreprise ?

Nous partons dans moins d’un mois maintenant, accompagnés de 12 clients, aux US sur le thème des outils de collaboration et de communication. Nous nous rendons, aux sièges sociaux de Microsoft, Slack, Facebook, Cisco, Dropbox, Apple, Plantronics… de quoi avoir on l’espère une vue plus claire sur ces éléments.

Cloud : pas de nuage pour Amazon et Microsoft !

azurevsawsNous l’avons vu lors de la publication des résultats des deux sociétés : le Cloud public destié aux entreprises se porte à merveille chez les deux principaux acteurs du marché.

Les réticences des clients, français en particulier, sur la sécurité, la non localisation des données en France etc. semble être de plus en plus un combat d’arrière garde ou prétexte pour ne pas bouger. N’est-ce pas La Poste, dont les équipes informatiques étaient il n’y a pas si longtemps assez hostiles pour na pas dire plus au Cloud public, qui a construit sa très belle offre Digiposte de sécurité et coffre fort électronique sur Amazon WS 🙂 

En juillet 2016 l’offre Amazon flirte avec un CA annuel de 10 Milliards de $ (9,943 exactement au 30 juin 2016) un chiffre en croissance de 52 % !

Microsoft de son coté annonce une croissance de 102 %, sans toutefois donner des chiffres plus précis sur le CA dégagé par Azure (ce dernier est englobé dans la division « Intelligent Cloud » comportant également les produit d’infrastructure de la firme). On peut toutefois donner une approximation de ce dernier s’il on prend comme postula que la croissance de cette division est largement faite par Azure, au mieux, Windows Server, System Center etc font une croissance d’un digit. Sur une année le CA trimestriel de la division en question est passé de 6,3 Milliards de $ à 6,7 fin juin, avec la croissance d’Azure x 2 en gros et en prenant comme postula un CA stable des autres produits, celà nous donne 2 équations à 2 inconnues, on devrait s’en sortir :). Nos calculs nous amèneraient donc à un résultat trimetriel de 800 millions de $ pour Azure soit compte tenu de la progression annuelle un CA annuel estimé de 2,6 Milliards de $ à comparer donc aux 10 Md$ d’Amazon. Si Microsoft maintient ce surplus de croissance face à son rival, il devrait donc faire jeu égal avec ce dernier d’ici 10 ans.

Magic Quadrant pour les solutions de synchronisation de fichiers en entreprise (EFSS)

Gartner vient de publier son Magic Quadrant pour les solutions de synchronisation et de partage de fichiers pour les entreprises ( Enterprise File Synchronization and Sharing ). (Merci François pour l’info :))

Magic quadrant EFSSSans surprise, les offres Box et Dropbox sont bien placées, Microsoft avec OneDrive progresse mais toujours au coté de Google en position de challengers. A noté que l’offre de Citrix ShareFile est bien positionnée de part son bon rapport performance / prix, elle impliquerait néanmoins l’usage de XenMobile pour son administration.

Pour rappel Box s’appuie sur le Cloud d’Amazon ou d’IBM en fonction des régions là où Dropbox utilise Amazon et son propre Cloud.

Comme nous le soulignons lors du dernier Briefing Calipia, le Gartner note que la principale valeur de OneDrive reside dans son intégration à l’offre Office 365.

Pourquoi dépenser 26,2 milliards de dollars ?

C’est le plus gros rachat de l’histoire de Microsoft. trois fois le montant de l’acquisition de Skype ou encore celle de Nokia Mobility…
Mais pourquoi donc acheter Linkedin ? Et à un prix aussi élevé (+50% par rapport à son dernier cours de bourse)…

La réponse est sans doute dans la pertinence de Linkedin sur le terrain des données, veritable pépite des résaux sociaux.

Capture d’écran 2016-06-14 à 11.21.53

Mais de plus ces données sont largement complémentaires de celles dont dispose déjà Microsoft. En d’autres mots les « Graphs » ou schémas sont complémentaires ainsi que le présente Microsoft dans sa communication :

Capture-d’écran-2016-06-14-à-12.01.06.png

Ces données viendrons donc completer les informations dans des produits tels que Dynamics CRM par exemple (et on voit bien ici la valeur concurrentielle vav d’un SalesForce par exemple).
Ces données viendront également en complément de ce que peut proposer Bing vs Google afin d’augmenter la pertinence de ce dernier face à l’omniprésence du géant de Mountain View. Et bien sur Linkedin est une pièce maitresse dans le combat de Microsoft face à Facebook et de son offre Facebook at Work face à un Yammer par exemple…

A priori, pas d’intégration à court terme des deux sociétés dans la même organisation (ils disent tous celà au début :)) A voir si la synergie sera suffisante demain pour rentabiliser cet important achat.

Vous pouvez accèder à la présentation du deal ici.

Cyanogen : l’alternative à Windows Phone (et Android) qui séduit Microsoft

Alors que les parts de marché de Windows Phone fondent comme neige au soleil (divisées par deux en un an) et que l’avenir des Lumia devient de plus en plus sombre après les problèmes de qualité touchant les 950, Microsoft continue ses investissements dans Cyanogen.

CyanogenTimelineLes premiers « MOD » intégrant Skype et Cortana sont disponibles dans la version 13.1 de l’OS. L’éditeur qui avait investi dans ce système, crédibilise encore un peu plus cette alternative « libre » d’Android (comprendre « sans Google »). Une manière aussi de jeter une pierre dans le jardin de la firme de Mountain View 🙂

Cette position est loin d’être idiote, elle rappelle en d’autres temps l’investissement que Google avait fait dans les navigateurs  : d’abord Firefox, puis avec sa propre création Chrome pour contrer avec un vrai succès Internet Explorer…

Alors à quand une version MS Android ? Avec du coup un store bien garni 🙂