Archives de Catégorie: Productivité

Face à Teams, Slack et Zoom renforce l’intégration de leurs produits

2019-04_FRO_Everitt_ZoomPartnership_HeroC’est à l’occasion de la conférence « Slack’s Frontiers » que le PDG de Slack, Stewart Butterfield, et celui de Zoom, Eric S. Yuan, ont annoncé de nouvelles fonctionnalités ayant pour but de renforcer l’intégration entre leurs solutions.

En ligne de mire (même si celé n’était pas dit directement), Microsoft avec Teams et un message de fond : pourquoi ne pas prendre les meilleurs de chacune de leur catégorie bien intégrés ensembles, sous entendu, Teams fait les deux nativement mais moyennement… à voir.

Parmi les éléments présentés on retrouve des choses qui fonctionne déjà et des choses qui arriverons dans les prochains mois. Dans ce qui est déjà en place, on retrouve l’intégration au calendrier (Office 365 ou Google Calendar), la possibilité de planifier une réunion Zoom depuis Slack directement, ou encore  lancer une réunion zoom adhoc depuis Slack, en tapant / zoomer. Mais les sociétés annoncent que bientôt, vous pourrez non seulement commencer ou rejoindre une réunion, mais vous verrez également les détails de la réunion et le nom de l’appelant avant de la rejoindre, le tout sans quitter  Slack, ce qui est effectivement assez pratique.

Mais il sera également possible (activable par l’administrateur Slack) de faire que par défaut toute communication vocale passe par Zoom à la place de Slack : ceci en modifiant le paramètre par défaut de l’icône du téléphone de votre espace de travail, chaque fois que vous cliquerez sur le téléphone dans Slack, vous entamez alors une conversation dans Zoom.

Une nouvelle fonction « Zoom Phone » permettra également à un utilisateur Slack de rentrer en contact téléphonique avec des utilisateurs de Slack sur smartphone et ceci aussi via des connexions cellulaires (il suffirad’afficher le profil Slack de la personne que vous souhaitez appeler et de cliquer sur le numéro de téléphone indiqué).

Le combat est bien lancé (pour ceux qui en doutaient encore) entre Slack et son écosystème et Microsoft et le « Tout intégré » Teams… Ce sont les usages qui déterminerons dans aucun doute le gagnant. Les applications tout-en-un ne sont plus aujourd’hui, avec l’essor de la mobilité, un gage de succès obligatoire. Les utilisateurs préfèrent souvent des plus petites applications plus ciblées aux applications multifonctions.

Nous aurons l’occasion de voir ceci dans le détail lors de notre prochaine mission d’étude aux US au mois d’octobre avec des meetings sur la stratégie de ces acteurs dans leurs Headquarters respectifs (Seattle, San-Francisco et San José). Il nous reste encore quelques places pour les personnes intéressées, contactez moi par mail pour plus d’informations.

Nouvelles fonctions de sécurité dans Slack

slack securitySlack a annoncé plusieurs nouvelles fonctionnalités de sécurité et de conformité offrant aux administrateurs un contrôle supplémentaire sur la manière dont les utilisateurs accèdent aux données de leur entreprise et surtout les partagent.

Les administrateurs peuvent désormais exiger une couche d’authentification supplémentaire pour les utilisateurs d’applications mobiles, qui utilise l’identifiant de visage (FaceId coté Apple), un autre identifiant biométrique que gère le smartphone ou des codes temporaires générés au niveau de l’application. De plus, en cas de perte ou de vol d’un périphérique, la session de l’utilisateur affecté peut être effacée à distance via de nouveaux outils de gestion de session. Dans une future mise à jour, les administrateurs pourront également définir le nombre d’appareils auxquels un employé peut être connecté simultanément, obliger les utilisateurs à toujours utiliser la dernière version de l’application, ainsi que détecter et bloquer les appareils jailbreakés.

La société a également annoncé de nouveaux outils de mise en liste blanche de domaines qui empêchent les employés d’accéder à des espaces de travail non approuvés afin d’assurer que les informations sensibles ne soient pas transmises à des espaces de travail non gérés.

Autre nouveauté : des options permettent désormais de limiter le téléchargement de fichiers sur les appareils mobiles et de désactiver la possibilité de copier des messages. La société travaille également sur des fonctionnalités similaires pour les PC et Mac, en limitant les téléchargements aux seules adresses IP approuvées. Et enfin forcer l’ouverture de tous les liens dans des navigateurs spécifiques.

Slack espère que toutes ces nouvelles fonctionnalités de sécurité aidera l’entreprise à mieux rivaliser avec Microsoft qui intègre bons nombres de ces fonctions mais au travers de l’offre Office 365 et des plans E3 et E5, voire Microsoft 365 pour avoir l’ensemble des fonctions (ce qui financièrement n’est pas le même prix !)

Microsoft enrichi Teams pour le monde éducatif

Microsoft vient de rendre public de nombreuses nouveautés pour Teams plutôt orientées pour le mode de l’éducation et le plus particulièrement les enseignants.

L’onglet Assignations sert désormais de liste de tâches à effectuer, présentant le travail restant à réviser ou à noter pour les enseignants, ainsi que les dates d’échéance à respecter pour les étudiants. Les enseignants peuvent maintenant voir comment les devoirs apparaissent pour les élèves et les noter en un clic.

1_ListViewMicrosoft annonce également une intégration plus étroite avec des outils populaires dans le monde de l’éducation que sont le célèbre service de contrôle de plagiat Turnitin et Immersive Reader dont l’intégration avec OneNote fait référence. En outre, les applications éducatives telles que Kahoot, application de quiz très utilisé dans l’éducation (concurrente d’un des usages de Klaxoon) ou encore Flipgrid issu de la start-up américaine Vidku, racheté en juin par Microsoft, qui présente son service Flipgrid comme l’alliance d’Instagram et de Snapchat pour les salles de classe) et bien d’autres peuvent désormais partager du contenu directement avec Teams.

Mais cette liste de nouveautés n’est pas exhaustive, de nombreuses autres fonctionnalités ont également été ajoutées comme :

  • La possibilité donnée aux enseignants de voir ce que voient les étudiants
  • D’attribuer le contenu d’applications éducatives  à l’aide du bouton Partager avec Teams.
  • De passer en revue le travail des étudiants plus rapidement
  • D’obtenir un classement immédiat
  • De détecter le plagiat en une étape avec Turnitin
  • De créer plus simplement des carnets de notes
  • Etc.

Tous le détails de ces améliorations est ici. Pour rappel Teams est inclus à Office 365 for Education, qui est gratuit pour les établissements éducatifs.

HUP (Microsoft Home Usage Program) : Office 365 ou rien

Office 365Au plein coeur de l’été Microsoft change les règles pour son programme HUP (Home Usage Program). Le programme qui permettait aux employés d’acheter à bas coûts Office Pro dès lors que l’entreprise avait signé avec Microsoft un Accord Entreprise ou disposait de plus de 2000 licences Office 365 E3 ou E5. Ainsi il était possible d’acquérir Office 2019 (en mode perpétuel) par exemple pour une quinzaine d’euros.

Maintenant, seule l’achat d’un abonnement annuel Office 365 sera possible avec une réduction de 30% sur le prix public. C’est donc sans surprise beaucoup moins interessant qu’auparavant…

Dit autrement : les licences perpétuelles qui étaient proposées : Office Professional Plus 2019 et Office Home and Business 2019 ne sont donc plus disponibles. Vous ne pourrez désormais acheter qu’un abonnement à Office 365 Personnel ou Office 365 Home avec la réduction de 30%.

Des nouveautés intéressantes à venir dans l’activation d’Office (sur Office 365)

Activation OfficeQuelques nouveautés interessantes sont en train d’être déployées dans toutes les souscriptions Office 365, celles-ci concernent l’installation et surtout l’activation d’Office. Ainsi, si les utilisateurs continueront logiquement à se connecter pour activer Office sur leurs nouveaux périphériques, si un mode dit de connexion unique est activée, Office récupèrera automatiquement les informations d’identification et s’activera.

Dans le cadre d’un abonnement, les utilisateurs peuvent toujours installer et activer les applications Office 365 sur un maximum de 5 PC ou Mac, de 5 tablettes et de 5 smartphones. Auparavant, les utilisateurs qui atteignaient cette limite étaient invités à désactiver une installation existante avant d’activer Office sur un nouveau périphérique. Il fallait pour cela se connecter sur son compte Web, visualiser les déférents périphériques (avec souvent un nom de machine par très explicite comme dans le cas de machine virtuelles par exemple) et les désactiver (en commentant parfois des erreurs. Avec cette nouveauté, Office déconnectera automatiquement l’utilisateur du périphérique le moins récemment utilisé. Petite nouveauté mais assez pratique pour ceux qui jonglent avec les machines de test par exemple (comme nous !).

Un brevet dit « d’intelligence hybride » pour améliorer la collaboration, proposé par Microsoft

Brevet MSMicrosoft vient breveter une approche dite hybride pour gestion des notes en ligne. Le mécanisme détaillé vise à faire de la collaboration sur le contenu un processus beaucoup plus simple et plus intuitif combinant une sorte d’intelligence de la prise de notes collaboratives… Tout un programme.

Microsoft a déclaré que « bien qu’il existe des applications permettant la création de contenu collaboratif, telles que Microsoft Word et Google Docs, le traitement des notes prises en ligne peut devenir un processus complexe et fastidieux, voir contre productif« … Pas très sympathique pour OneNote tout cela 🙂

L’entreprise a breveté un mécanisme de renseignement dit hybride qui via un Bot traiterait les demandes inscrites dans les notes. Le système décrit permettrait non seulement d’insérer des réponses , mais également de diriger des traitements vers d’autres agents spécifiques via des termes de déclenchement tels que « @: demande », ou des expressions plus courantes telles que « recherche », « vérifie ceci « , etc.

En outre, les personnes à qui il a été spécifiquement demandé de répondre pourront également transmettre la question à d’autres personnes, à condition qu’elles ne puissent pas y répondre. Le mécanisme implique intrinsèquement un éventail de collaboration beaucoup plus large, car seul le contenu pertinent est affiché à la personne contactée.

De nombreux autres moyens de communication et d’édition sont donnés en détail dans la documentation de brevet, sans que ceci soit d’ailleurs parfaitement explicite de mon point de vue (ce qui laisse à penser que l’éditeur à déjà des idées assez précises sur la mise en oeuvre de ces technologies dans ces produits !). Nous auront l’occasion de revenir sur ces éléments lors de notre prochaine mission d’étude chez Microsoft à Seattle en octobre prochain.

« Teams n’est pas une menace pour Slack »…

Alors que Microsoft avait annoncé il y a 3 semaines que  Teams, son service de communication destiné aux entreprises, atteignait 13 millions d’utilisateurs actifs quotidiens (devançant ainsi son concurrent Slack, qui compte environ 10 millions d’utilisateurs actifs quotidiens), le PDG de Slack Stewart Butterfield, ne pense pas que ceci soit une menace pour la croissance de son entreprise.

SlackSelon les propos enregistrés par la chaine américaine CNBC lors de la conférence Fortune Brainstorm Tech à Aspen, dans le Colorado, Stewart  Butterfield a déclaré en répondant à une question sur Teams que « si elle repose sur une distribution plus large, je ne pense pas que ce soit vraiment une menace« . Ceci fait référence à la distribution massive que fait Microsoft de Teams  puisque il fait partie d’Office 365, qui compte 180 millions d’utilisateurs actifs par mois, donc autant de clients potentiels pour Teams…

Le PDG de Slack estime qu’une plus petite entreprise peut prendre l’avantage sur les grande si ses produits sont mieux conçus. Il donnait aussi quelques exemples comme  Google+, qui n’a jamais été bien accueilli malgré la forte pression exercée par le géant de la recherche. Il enfonçait le clou en déclarant que « si la concurrence reposait sur la qualité de l’expérience utilisateur, et c’est là que tous les efforts sont déployés, ce serait probablement plus intimidant pour nous« …

Pour rappel Teams est né du refus de Slack de se vendre à Microsoft (pour 8 Milliards de dollars) il y a 4 ans…

L’avenir nous dira qui a raison… pour tenter d’éclaircir cela, nous nous rendons en octobre prochain au siège de Slack à San-Francisco en compagnie de clients (comme tous les ans à la même époque) après un passage à Seattle chez Microsoft en début de semaine, le thème de cette mission d’étude étant l’Environnement Utilisateur.

 

« Entrées précédentes