Archives de Catégorie: Mobilite

Le smartphone Android de Microsoft (Surface Duo) arriverait le 24 aout

Surface Duo

Lors des annonces d’octobre dernier, lors de l’évènement « Surface », Microsoft avait surpris pas mal de monde en annonçant une série d’appareils à double écran, le Surface Neo fonctionnant sous Windows et le Surface Duo fonctionnant sous Android. Le Surface Neo est retardé une fois de plus (plus de date aujourd’hui), car visiblement Microsoft a du mal à préparer spécifique Windows 10X pour cet équipement. Cependant, le Surface Duo arriverait juste  avant la fin de la date de sortie prévue initialement les « vacances 2020 ».

Selon le site, souvent très bien informé, Windows Central, le Surface Duo commencera à être expédié dans la semaine du 24 août.

Cet appareil n’est clairement pas le plus attendu des deux annonces, il reste même assez banal face aux évolutions des smartphones Android depuis un an. Si les smartphones à double écrans ne sont pas si nombreux il est vrai, ils utilisent la plupart du temps les dernières versions de processeurs. Ce ne sera pas le cas visiblement avec cette machine avec des composants maintenant considérés comme de  « moyenne gamme » : le chipset Snapdragon 855 de l’année dernière, sans 5G, 6GB de RAM, 64GB de stockage et un appareil photo à objectif unique de 11MP.

Enfin il disposera de deux écrans de 5,6 pouces, d’un format 1800×1350 dont l’usage reste à démontrer (nous avions eu l’occasion de jouer un peu avec les modèles de Samsung, Motorola et LG à double écrans sans être vraiment convaincu).

Nous attendons en revanche avec impatience la Surface Neo avec son nouveau système d’exploitation Windows 10X, que Microsoft est en tain de mettre au point. C’est un enjeux considérable pour l’entreprise face à la montée en puissance de Chrome OS et les promesses de Fushia (le prochain OS de Google promettant la fusion entre Chrome OS et Android).

 

Pour accélérer la mise au point de la Surface Duo, Microsoft rachète la startup finlandaise Movial.

Surface DuoMovial est une société finlandaise de services de conception et d’ingénierie logicielle spécialisée dans les appareils mobiles et embarqués. Selon le site Windows Central, la société fournissait des services tiers à Microsoft pour le développement du système d’exploitation Android pour son smartphone Surface Duo. On apprenait au passage la semaine dernière que le smartphone Android serait alimenté par un Snapdragon 855 SoC couplé à 6 Go de RAM et à 64 Go ou 256 Go de stockage interne.

Cette acquisition permet à Microsoft de renforcer son équipe interne responsable du  système d’exploitation Android du Surface Duo. Movial travaillerait déjà avec Microsoft sur une version prototype de ce smartphone.

Movial avait des bureaux aux États-Unis, en Roumanie et à Taïwan. Le bureau de l’entreprise à Iasi, en Roumanie, sera le quatrième centre de recherche et développement de Microsoft dans le pays (où se trouve également une partie des équipes de support technique de l’éditeur qui adresse les clients français, lequel ayant été délocalisé il y a une dizaine d’année). Microsoft intègrera également 60 employés de Movial dans sa division « Devices ».

 

Android 11 : disponibilité de la première beta pour tous

Capture d’écran 2020-06-16 à 08.50.33

Google a annoncé le 10 juin dernier la dispo de la première beta de la prochaine version d’Android, disponible pour tous les utilisateurs qui le souhaitent. En beta limitée pour les développeurs depuis février 2020, Android 11 est donc maintenant téléchargeable pour tout utilisateur de Pixel 2 ou supérieur, il suffit de se rendre sur ce site, et de s’inscrire (si vous étiez inscrit pour la beta d’Android 10 il faudra vous inscrire de nouveau).

Parmi les différentes nouveautés d’Android 11, en voici quelqu’unes (nous reviendrons de façon plus large après quelques jours de test avec la beta)  :

  • la mise en place d’un point focal qui consolidera toutes les conversations de différentes applis de messagerie vers un espace dédié, dans la section des notifications. Il sera possible de marquer les conversations importantes, de manière à les voir apparaitre sur l’écran de veille et être notifié des mises à jour même en mode ne pas déranger. Cette espace nommé Conversations est accessible depuis les notifications.
  • Bulles, une nouvelle fonctionnalité qui permet d’engager des conversations importantes sans avoir à passer de sa tâche actuelle à l’application de messagerie.
  • Avec Gboard, le système d’assistance à la saisie au clavier, qui propose de façon automatique et « intelligente » du texte et des emojis. Avec Gboard sous Android 11, l’intelligence permettant cette saisie dynamique reste sur l’appareil, et donc comme le dit Google « cela fonctionne sans que Google ne voit jamais ce que vous tapez ».
  • l’arrivée (longtemps attendue) d’un enregistreur d’écran natif. Jusqu’à maintenant il est nécessaire de passer par une appli tierce pour enregistrer son écran. Il suffit maintenant d’ajouter l’Enregistrement d’écran dans la zone de lancement rapide, puis de choisir d’enregistrer (ou pas) les contenus audios  (accessibles via le micro du smartphone) et les points d’écran touchés. L’arrêt de l’enregistrement se fait depuis la zone de notifications.
  • Android 11 introduit un écran accessible avec un appui long sur le bouton Power, qui offre un affichage des cartes bancaires enregistrées sous Google Pay, les tickets ou cartes d’embarquement , et une série de boutons pour contrôler un environnement domotique (compatible Google Home …).

Capture d’écran 2020-06-16 à 12.32.33

Nouveaux processeurs Intel « Lakefield » pour PC double écran pliables… ou pas

surface NeoAlors que les rumeurs sur le possible passage d’Apple aux processeurs ARM pour ses Macs prennent de l’ampleur (on parle d’une annonce le 22 juin lors de l’ouverture de la conférence développeurs), que la concurrence aux processeurs iCore s’organise avec  Qualcomm, choisi par Microsoft pour sa version Windows ARM, Intel est une fois de plus dans la tourmente. Ajoutons à cela que le fondeur ne parvient pas à égaler la finesse de gravure des ses concurrents (source d’économie énergétique sur les processeurs), il se doit de réagir. Avec l’annonce de ses processeurs nouveaux Lakefield, il tente de le faire, mais le succès est loin d’être garanti à mon avis…

Nous connaissons les processeurs Lakefield d’Intel depuis un certain temps en réalité. Plusieurs produits utilisant ces nouvelles puces ont déjà été annoncés, tels que le Surface Neo de Microsoft, le ThinkPad X1 Fold de Lenovo , que nous vous présentions lors d’un test rapide au dernier CES, et une nouvelle variante très récente du Galaxy Book S de Samsung (qui au passage avait délaissé Windows ARM pour l’occasion).

Lakefield est en concurrence directe avec les processeurs Snapdragon de Qualcomm, qui utilisent de petits et de gros cœurs pour gérer la puissance.  Intel affirme que la puissance en veille peut être aussi faible que 2,5mW, soit une réduction de 91% par rapport à ses processeurs actuels de la série Y, ceux dédiés aux ultra portables et donc moins puissant. Il y a cinq cœurs au total, et ils ne sont pas Hyperthreaded. Dont un coeur plus puissant que les 4 autres.

Les puces sont également plus petites, ce qui, selon Intel, les rend idéales pour les PC à double écran et pliables. La surface du boîtier est 56% plus petite et la taille de la carte est 47% plus petite que celle d’un Core i7-8500Y.  Les nouveaux processeurs sont disponibles dans les variantes Core i5 et Core i3, en particulier le Core i5-L16G7 et le Core i3-L13G4. Oui, le « G » indique qu’ils incluent le Gen11 pour des performances graphiques 1,7x supérieures à celles de l’UHD du Core i7-8500Y. Cette augmentation des performances graphiques devrait compenser le fait que ces puces ne sont pas très puissantes, avec un TDP de 7W et des vitesses d’horloge de 0,8GHz et 1,4GHz dans le Core i3 et le Core i5, respectivement.

Mais alors qu’Intel introduit ces processeurs pour les appareils à double écran dont la Surface Neo de Microsoft devrait-être le vaisseau amiral, cette dernière est retardée…De plus, Microsoft est en train de réorienter son système d’exploitation Windows 10X, qui était à l’origine destiné aux PC à double écran, vers les PC à écran unique…

Les PWA au démarrage : bientôt possible avec Google Chrome et Edge

pwaLe développement des PWA (Progressive Web App) s’affirme comme une tendance de fond. Nous en avions parlé lors du dernier Briefing Calipia en décembre dernier. Le mois dernier, Google, fortement engagé comme Microsoft sur ce sujet, a remplacé certaines des applications Android du Play Store (pour les utilisateurs de Chrome OS) par leurs équivalents PWA .

Google vient de lancé une nouvelle mise à jour pour les utilisateurs de Chrome Canary (la beta du navigateur) qui permet de lancer les PWA au démarrage de Windows. C’est aussi le cas de Microsoft avec le canal Canary d’Edge.

Si vous utilisez Google Chrome Canary, vous pouvez suivre les étapes ci-dessous pour activer la fonction :

  1. Lancez Google Chrome Canary et tapez « chrome://flags » dans la barre d’adresse.
  2. Tapez « Desktop PWAs run on OS login » dans la barre de recherche.
  3. Cliquez sur le menu déroulant et sélectionnez « Activé ».
  4. Relancez le navigateur web.

Cela devrait activer la fonction . Vous pouvez l’essayer en allant sur un site web qui supporte les PWA et en cliquant sur l’option « Installer » dans la barre d’adresse. Dans la boîte de dialogue d’installation de l’application, cochez l’option « Démarrer l’application lorsque vous vous connectez à votre ordinateur » et cliquez sur « Installer« . Cela installera l’application et la lancera la prochaine fois que vous allumerez votre PC.

Disponibilité des applis StopCovid

Capture d’écran 2020-06-03 à 14.37.05Depuis hier, les 2 applications StopCovid pour iOS et Android sont donc disponibles sur les stores de Google et d’Apple, après moult atermoiements et de vifs échanges. StopCovid a reçu le feu vert des députés, des sénateurs et de la CNIL, bref de toutes les autorités nécessaires pour pouvoir se déployer sur nos smartphones.

Développée  sous la houlette du Secrétariat d’Etat chargé du Numérique, par un consortium mené par l’INRIA (Institut National de la Recherche en Informatique et Automatique) et comprenant divers acteurs du monde privé (Orange, Dassault Systèmes, Lunabee Studio, Withings, Cap Gemini), StopCovid vise à stopper les chaines de contamination du virus. Pour cela, quand 2 smartphones équipés de l’appli (activée) sont entrés en contact à 1 mètre et au moins 15 minutes, chacun va enregistrer l’autre dans son historique de contacts. Si l’un des 2 est diagnostiqué positif, tous les utilisateurs de StopCovid qu’il a croisé dans les 14 jours précédents seront avertis (de manière anonyme) et invités à prendre des précautions et contacter un médecin.

Si le choix du bluetooth par rapport au GPS pour effectuer ce suivi a reçu un accueil positif de toutes les parties, l’application a néanmoins suscité (et ce n’est pas fini) beaucoup de passion, et pour des raisons d’ordres variés :

  • le principe même d’une application retraçant le parcours d’individus est, pour certains, rédhibitoire.
  • le principe de centralisation choisi pour l’application française par rapport à une approche décentralisée (supportée par l’initiative commune Apple-Google d’une API de suivi de contacts). Si les autorités françaises ont mis en avant la souveraineté nationale et les risques sensément accrus de failles avec la solution d’Apple-Google, la concentration des informations vers un point central soulève elle aussi des questions quant à la sécurité.
  • les risques de rupture de confidentialité de la chaine d’information. En effet qu’il s’agisse des solutions centralisées ou décentralisées, diverses moyens techniques sont mis en avant par les promoteurs pour justifier la supériorité de leurs solutions en la matière..
  • le manque de retour d’expérience positive sur ce type d’appli mobile de suivi de contacts, centralisée ou décentralisée. D’une part parce que le volontariat pour l’installation, puis l’activation et enfin pour son maintien en fonctionnement limite fortement le taux global d’usage effectif.

Ces mêmes motivations d’indépendance du pays vis à vis d’une techno ou d’un fournisseur, ont rendu (à ce stade) impossible la création d’une solution européenne. Et donc un touriste étranger se rendant en France (on espère malgré tout qu’il y en aura !!) ne pourra pas utiliser son appli nationale pendant son séjour en France, sauf à croiser ses compatriotes équipés.

Il faudra donc attendre les retours d’Apple et Google en termes de nombres d’installation des applis réalisés ainsi que ceux des autorités françaises sur l’efficacité réelle de la solution, notamment en termes de nombre de diagnostiques positifs remontés via l’appli et le nombre de personnes contacts informées.

Il est maintenant possible de mettre le thème de l’entreprise sur les applications mobiles SharePoint

m365-admin-tenant-theme-conceptualLes administrateurs Office 365 pourront désormais personnaliser le thème des applications SharePoint de l’organisation via le centre d’administration. Ceci pour les version  iOS et Android de l’application. Les options de personnalisation comprennent en particulier le logo de la société et les couleurs.

Voici la liste des aspects qui peuvent être configurés :

  • Image du logo : Logo du format SVG (les images téléchargées dans un autre format ne s’afficheront pas dans l’application)
  • Nav Bar Color : C’est la couleur de fond qui apparaît dans l’arrière-plan de la barre de navigation pour les 3 onglets. (Veuillez noter que les sites sur PC ne seront pas affectés par cette couleur de la barre de navigation).
  • Couleur du texte et des icônes : Cette section affecte la couleur du texte et des icônes de la barre de navigation
  • Couleur d’accentuation : cette entrée affectera les boutons, les liens et les autres éléments définis sur l’application pour la marque.

Il est à noter que l’application doit être mise à jour à la dernière version pour que les thèmes puissent apparaître. Les administrateurs peuvent consulter la documentation sur cette page. Vous pouvez vous rendre sur le Play Store ou sur l’App Store pour télécharger les applications ou vérifier les mises à jour.

Dell Mobile Connect permet maintenant de transférer des fichiers d’iPhone vers Windows 10

Dell Mobile ConnectNous vous avions déjà parlé de ce programme réalisé par Dell. Au CES cette année, Dell avait présenté de nouvelles fonctionnalités d’intégration iOS qui viennent s’ajouter à son service Mobile Connect. Aujourd’hui, ces fonctionnalités arrivent dans la version 3.0 de l’application.

Il y a trois nouvelles fonctionnalités clés, qui étaient toutes possibles avec Android mais qui sont maintenant compatibles avec iOS :

  1. Mise en miroir de l’écran
  2. Transfert de fichiers
  3. Il n’est plus nécessaire d’avoir l’application ouverte pour envoyer un SMS

Dell Mobile Connect est depuis longtemps l’une des rares options permettant d’envoyer et de recevoir des messages texte depuis un PC, si vous avez un iPhone (Android est beaucoup plus ouvert). Même l’application Your Phone de Microsoft ne fonctionne qu’avec Android.

La mise en miroir d’écran et le transfert de fichiers avec un iPhone nécessitent normalement un Mac, utilisant respectivement AirPlay et AirDrop. Dell a déclaré qu’il n’utilisait pas les technologies propriétaires d’Apple pour cela mais son propre développement sans plus de précisions…

Dell Mobile Connect est officiellement disponible sur tout PC Dell récent (acheté après janvier 2018), il est aussi disponible  sur le Microsoft Store en suivant ce lien.

L’assistant Google peut maintenant lire les pages web à haute voix sur Android

GoogleLors du CES 2020, Google a présenté en avant-première une nouvelle fonctionnalité de Google Assistant appelée « Read It« , qui lit à haute voix le texte des pages web. Cette fonction est désormais disponible pour tous les utilisateurs de smartphones Android qui utilisent Android Lollipop ou une version plus récente.  Pour utiliser cette fonction, les utilisateurs doivent ouvrir leur navigateur web sur la page qu’ils aimeraient entendre lire à haute voix. On peut alors invoquer l’assistant Google avec la commande « OK Google, lit cette page », la page entière défilera automatiquement lorsqu’elle sera lue à haute voix. Les mots prononcés sont également mis en sur-brillance au fur et à mesure.

Cette fonction permet également aux utilisateurs de modifier la vitesse de lecture et de choisir parmi plusieurs voix (comme ce que réalise déjà Microsoft avec Edge Chromium, nous vous en avions déjà parlé ici même). En plus Google traduira également le contenu dans des langues qui ne sont pas celles du lecteur s’il le souhaite. Actuellement, la fonction de traduction prend en charge 42 langues.

Les administrateurs de sites n’ont rien à faire pour que l’assistant Google puisse lire une page, mais ils ont la possibilité de désactiver cette fonction s’ils le souhaitent pour qu’elle ne puisse être utilisée.

Une petite vidéo pour expliquer le mode de fonctionnement :

 

Microsoft ajoute l’application OFFICE à iOS et Android

Microsoft avait précédemment mis à disposition Word, Excel, Powerpoint dans les magasins application d’Apple et Google, mais depuis la semaine dernière Microsoft a introduit l’appli Office, qui contient ces 3 solutions. La nouvelle appli Office est gratuite, comme ses 3 composantes, mais son usage complet est accessible uniquement pour les possesseurs d’une souscription Office 365 (voir ici la liste des fonctions accessibles uniquement si souscription Office 365, sur Office Information / extra features on your iPad and iPhone with Office 365).

Quel intérêt par rapport aux 3 applis indépendantes ?  Microsoft propose une liste « d’actions » parmi lesquelles :

  • pour extraire du texte depuis des images (pas de texte manuscrit) , ou convertir en tableau Excel un tableau contenu dans une image.
  • signer un PDF
  • scanner des docs ou enregistrer une image, en PDF
  • convertir n’importe quel document Office en PDF

Par ailleurs Microsoft prévoit d’introduire de nouvelles fonctions dans Office dans les mois à venir (dictée vocale avec Word, la vue de tables Excel sous forme de cartes ou encore un mode plan pour Powerpoint.

La nouvelle appli devrait remplacer les applis unitaires (pour le moment, toutes restent en place), et pour les amateurs, le nouvelle appli Office est un PWA (Progressive Web App).

« Entrées précédentes