Archives de Catégorie: Cloud

AWS Summit à Paris : de plus en plus …

Capture d’écran 2019-04-03 à 13.56.34.png

L’étape française de l’AWS Summit s’est déroulé hier au Palais des Congrès de la Porte Maillot à Paris.  Après 6 années d’existence ce sommet a réuni plus de 6000 participants, une belle performance, à l’image de la progression d’AWS sur le marché cloud pour les entreprises. Introduit par Julien Grouès, Country Manager France pour AWS, la matinée a ensuite été lancé avec un keynote d’Adrian Cockroft, VP Cloud Architecture Strategy chez AWS, qui a présenté en 60 minutes un Tour d’horizon synthétique, très intéressant, du portfolio de services d’AWS, ponctué du témoignage de 3 clients :

  • Antoine Larmanjat CIO Euler Hermes (assurance crédit)
  • Florian Douetteau Cofondateur & CEO Dataiku (Collaborative Data Sciences)
  • Gilles Chervit à la tête de l’infra chez Gameloft (jeux en ligne)

Les domaines couverts par A.Cockroft ont bien entendu dépassé le pré carré historique d’AWS, l’hébergement de VM, pour lequel AWS revendique par rapport à Microsoft, près du double du nombre d’instances Windows Server hébergées dans le cloud public. A.Cockroft a parcouru des domaines aussi larges que la Blockchain, les architectures hybrides (au travers de l’offre VMware Cloud dans AWS), les architectures de micro services (notamment avec Kubernetes) et server less (AWS Fargate et AWS Lambda), le Machine Learning (en particulier avec AWS Sagemaker). Sur ce dernier domaine AWS revendique pour son cloud plus de 85% de tous les sensor flows fonctionnant aujourd’hui.

Bref un panorama riche et qui témoigne des ambitions insatiables d’Amazon sur ce secteur. Microsoft, Google et IBM n’ont qu’à bien se tenir.

Azure Data Box Edge est disponible

azuredataboxAnnoncé en septembre, nous en parlions également en décembre lors du dernier Briefing, Azure Data Box Edge est une appliance qui existera également en rack 1U qui peut être utilisée comme unité de calcul et de stockage avant le transfert de données vers des centres de données Azure reprenant en celà le concept AWS Snowball.

Microsoft avait également annoncé que ce périphérique offrira une capacité de 8 To et pouvant aller jusqu’à 100 To. Pour aller au delà la société proposera également (en beta actuellement) un périphérique de stockage le « Azure Data Box Heavy » pouvant atteindre une capacité de 1 Po…

Mais au delà du simple stockage et du transfert, Azure Data Box Edge prend en charge l’exécution d’applications dans des conteneurs. Il prend en charge la mise en cache locale des données fréquemment utilisées, tout en transférant automatiquement d’autres données vers le service de stockage Azure. On retrouve également les possibilité de Machine Learning en s’appuyant sur les équipement Intel Arria 10 (les nouveaux FPGA d’Intel) inclus dans la machine. Attention cependant ces fonctions ne sont disponibles qu’en beta actuellement. 

Il est possible d’obtenir Azure Data Box Edge en le commandant via le portail Azure. Les coûts d’utilisation de Azure Data Box Edge sont actuellement (prix US) de 336 $  pour 10 To par mois, uniquement en location donc sans coût initiaux.

 

Azure Stack HCI : la famille Azure Stack s’agrandit

Capture d’écran 2019-03-27 à 09.20.59.png

Le 26 mars Microsoft a annoncé Azure Stack HCI, une famille de solutions permettant de mettre en place des applications virtualisées sur une infrastructure on premise hyperconvergée, ces applications pouvant également bénéficier de services Azure en mode hybride. Avec les solutions Azure Stack HCI, Microsoft certifie des configurations matérielles hyperconvergées (stockage, processeurs, réseau) fonctionnant sur Windows Server 2019, Hyper V et s’intégrant à Azure via Windows Admin Center.

Microsoft résume ainsi les différences entre des applications fonctionnant dans Azure, Azure Stack ou Azure Stack HCI :

  • Azure : pour utiliser des services du cloud public
  • Azure Stack : pour utiliser on premise des services du cloud public
  • Azure Stack HCI : pour utiliser des applications sur des infra hyperconvergées on premise et pouvant se connecter à des services du cloud public via Windows Admin Center.

Quinze partenaires hardware participent à cette initiative, et proposent des solutions validées HCI :

Capture d’écran 2019-03-27 à 09.58.05.png

Microsoft Teams fête ses 2 ans

Capture d’écran 2019-03-21 à 17.44.06.pngGros flot d’annonces de Microsoft pour fêter dignement cet anniversaire, présentées le 19 mars dernier. Parmi les différents points mentionnés par Lori Wright, General Manager de Microsoft 365, dans un billet de blog :

  • la personnalisation des fonds vidéos pour les réunions à distance en video, afin de permettre de réaliser des appels vidéos sans se soucier de ce qui se situe derrière soi 🙂
  • Une nouvelle version de l’app Microsoft Whiteboard qui a donné lieu à une démo assez bluffante, dans laquelle un participant à une réunion Team écrit sur un tableau blanc passif et ce qu’il inscrit sur son tableau est repris automatiquement sur l’app Whiteboard et donc accessible à tous les participants distants.  Cette nouvelle app est pour le moment disponible en preview pour Windows 10, iOS et Android. Pour Surface Hub il faudra attendre encore un peu.
  • la génération automatique et l’affichage de sous titres lors des réunions videos Teams.
  • l’introduction du DLP (Data Loss Prevention) pour les chats et les conversations, pour détecter et protéger
  • les « secure private channel » qui permettent de définir ce que tels ou tels utilisateurs voient dans le contenu exposé dans un channel Teams.

Certaines des fonctions présentées sont en GA dès à présent, et pour d’autres il faudra attendre « plus tard cette année » pour en disposer.

Nous reviendrons sur ces différents éléments lors du prochain Briefing Calipia 28 où nous évoquerons Teams et les solutions concurrentes sur le marché, et nous ferons également un zoom sur les solutions de visioconférence.

Lancement du service Azure Backup pour des VM SQL Server sur Azure

Capture d’écran 2019-03-20 à 08.20.39.png

Microsoft vient de rendre disponible (GA) un nouveau service permettant de sauvegarder dans Azure des serveurs SQL Server qui fonctionnent eux-mêmes dans des VM hébergées dans Azure. Ce nouveau service s’adressera en priorité aux entreprises qui migrent des VM SQL Server vers Azure et veulent disposer de capacités de backup en mode souscription.

Au delà du mode souscription, quelques points mis en avant par Microsoft concernant ce nouveau service :

  • possibilité de planifier ces backups toutes les 15 minutes, offrant ainsi des points de reprise rapprochés en cas de problème
  • la possibilité de mettre en place une rétention des données de longue durée
  • la fonction Auto-protect quoi permet de prendre en charge automatiquement toute nouvelle instance de base de données ajoutée dynamiquement
  • des données de backup encryptées « au repos ».

Ce service est facturé mensuellement sur la base d’un prix selon la taille de l’instance sauvegardée, plus le cout de stockage : Capture d’écran 2019-03-20 à 08.40.06.png

Des options supplémentaires sont offertes selon le type de redondance du stockage attendu. Plus d’info ici sur le pricing de ce nouveau service.

Ouverture des 2 premiers data centers de Microsoft en Afrique

Capture d’écran 2019-03-08 à 08.52.18.pngQuand on parle des data centers des grandes plateformes internet, le continent africain était jusqu’à présent aux abonnés absents. Les choses changent, puisque depuis le 6 mars 2019, Microsoft a ouvert 2 data centers en Afrique du Sud, à Cape Town et Johannesburg. Ces centres hébergeront l’ensemble d l’offre cloud de Microsoft (Azure, Office 365, et Dynamics 365), mais dans un premier temps seuls Azure est offert, Office 365 devrait arriver au cours du 3ème trimestre 2019, et Dynamics au cours du 4ème. Pour consulter les services Azure disponibles sur cette région : https://azure.microsoft.com/fr-fr/global-infrastructure/southafrica/.

AWS a de son côté annoncé l’ouverture d’un centre dans la région de Cape Town pour la première moitié de 2020.

Google lance .dev un nouveau domaine de premier niveau sur Internet

Google va donc lancer un nouveau domaine disponible sur internet, destiné aux développeurs, qui portera donc l’extension .dev

Si vous voulez en savoir plus sur les règles qui régissent les noms de domaines sur internet vous pouvez lire cet article de Wikipedia.

Cette nouvelle extension est formellement un « domaine de premier niveau » (ou Top Level Domain – TLD). Dans cette catégorie on trouve les extensions nationales (.fr par ex), génériques (.com par ex). La nouvelle extension entre dans la seconde catégorie et sera ouverte à tout ce qui touche au développement. Pour illustrer les usages de ce nouveau domaine, Google annonce aussi quelques sites web associés, comme accessibility.dev ou GitHub.dev. L’extension .dev sera accessible au travers des registrars le 28 février, et imposera l’usage de https.

« Entrées précédentes Derniers articles »