Archives de Catégorie: Cloud

Salesforce Marketing Cloud va migrer sur Microsoft Azure

Microsoft et Salesforce ont annoncé par un communiqué commun signé de Marc Benioff (CEO de Salesforce) et Satya Nadella (CEO de Microsoft) une extension de leurs collaborations passées (ici, , ou).

Cette dernière annonce porte sur 2 volets essentiels :

  • Tout d’abord, le choix d’Azure par Salesforce d’Azure pour héberger sa plateforme Salesforce Marketing Cloud,
  • Ensuite, le développement par Salesforce d’une intégration de ses offres Ventes et Services dans Microsoft Team, permettant ainsi de rechercher, voir et partager des enregistrements Salesforce directement depuis Teams. Cette fonctionnalité sera disponible en fin 2020.

Ces annonces font écho aux annonces précédentes mentionnées plus haut, ainsi qu’à celles que Salesforce avaient faites avec AWS et Google Cloud Platform en 2016 et 2017 respectivement, ainsi que la collaboration entre Salesforce et Slack.

Jusqu’à présent, la plateforme Salesforce Marketing Cloud fonctionnait dans les datacenters propres de Salesforce. Après la victoire sur AWS dans le cadre du projet JEDI, le choix d’Azure pour Salesforce Marketing est un nouveau signe positif pour la plateforme Microsoft, en particulier vis à vis du concurrent (et leader sur le marché) AWS.

Mirantis achète Docker Enterprise

La société Mirantis, spécialisée dans les solutions Kubernetes on premise, vient d’annoncer avoir acquis Docker Enterprise, son personnel et sa technologie, laissant une coquille quasi vide pour Docker. Cette acquisition a été rendue publique le 13 novembre, sans tambour ni trompette. Docker a décidément eu une journée mouvementée ce 13 novembre, annonçant aussi avoir levé 35 millions de dollars supplémentaires et changer (pour la troisième fois en 6 mois !) de CEO, Scott Johnston remplaçant Rob Bearden, lui-même ayant remplacé Steve Singh en mai dernier. Bref, la star des années 2015 est en pleine transformation radicale. Après avoir surfé sur le concept de contenairisation, l’arrivée de Google, et le succès de Kubernetes, a provoqué de fortes tensions sur Docker. Le marché entreprises reste une force de Docker (étrange d’ailleurs dans ce contexte que Docker se sépare ainsi de son activité entreprise), le rachat par Mirantis va créer un acteur de 800 collaborateurs environ (450 issus de Mirantis et 300 de Docker Enterprise), avec un mixte de technos (Kubernetes et Docker), dont Mirantis espère bien en faire un acteur de poids face à des VMware ou IBM Red Hat.

Mega contrat du Pentagone perdu : Amazon accuse Trump…

Trump AWSAmazon serait-il mauvais perdant ? Alors que l’entreprise de Jeff Bezos a perdu contre Microsoft ce mega contrat de 10 Milliards de $, l’entreprise ne compte pas en rester là si l’on en croit le Federal Times daté d’hier soir (petit matin pour nous).

le patron d’AWS a déclaré lors d’une réunion interne que l’entreprise allait « protester contre cette décision et pousser le gouvernement à faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé« . Dans le viseur les propos de Trump sur l’entreprise et Bezos en particulier. D’après Amazon, M. Trump, qui critique publiquement et fréquemment le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, serait intervenu pour mettre fin au processus d’appel d’offres. Un nouveau livre consacré à l’ancien secrétaire à la défense, remercier ensuite par Trump affirme que Trump aurait dit à James Mattis de « baiser Amazon » sur le contrat…

Est-ce possible de la part de Trump ? : Joker ! Mais disons que le style de communication est parfaitement en ligne avec le personnage… En 2017, le même Trump avait affirmé que les accords entre Amazon et les services postaux avaient rendu l’USPS « plus bête et plus pauvre« . Un rapport très instructif de la société Axios datant de 2018 a qualifié Trump « d’obsédé » par l’entreprise et Bezos en particulier.

La suite sera sans doute devant les tribunaux. Mais Amazon a également des choses à perdre d’un bras de fer avec le gouvernement américain. L’entreprise aurait à l’heure actuelle des contrats à hauteur de 2 Milliards de $ par an avec des services fédéraux tels que la CIA, la NSA etc...

Nokia – Microsoft : retour vers le futur ?

Microsoft et Nokia ont annoncé le 5 novembre dernier un partenariat stratégique qui ….. Non vous ne rêvez pas, mais nous ne sommes pas revenus 6 ans en arrière (septembre 2013) lors de l’annonce du rachat fameux (fumeux dirons certains !) de Nokia par Microsoft. Les temps ont changé, la société Nokia 2019 n’est plus du tout celle de 2013, et Microsoft a rangé aux fonds des oubliettes ses intentions de s’imposer sur le marché des smartphones, en tout cas avec un OS de son crû.

L’accord annoncé maintenant compte capitaliser sur les services cloud de Microsoft, son expertise IA, Machine Learning et IoT, et les services Nokia dans le domaine des équipements de réseaux de communication. Dans ce cadre, des industriels des télécom pourront construire des offres de services pour les entreprises à partir de technos Microsoft/Nokia. Selon le communiqué de Nokia, BT est le premier fournisseur de ce type.

En tout cas, si quelqu’un voit trainer Stephen Elop, (VP Microsoft tristement célèbre, qui avait préparé le rachat côté Microsoft avant de passer aux manettes de Nokia pour réaliser la vente à Microsoft de la division téléphonie du constructeur finlandais), aux alentours de Redmond, touchant au passage et des 2 côtés quelques malheureux millions de dollars pour les bons services rendus…) faites nous signe 🙂

Multi Clouds : Microsoft annonce Azure Arc for Mixed Workloads

Pour ceux qui doutaient encore que Microsoft en 2019 a beaucoup changé au cours des 5 dernières années, voici une annonce de plus faite à Ignite qui illustre ce changement.

Microsoft Azure Arc for Mixed Workload est une solution qui doit permettre de gérer des environnements multi cloud, mais aussi on permise et Edge. Le multi cloud intègre Azure, AWS et GCP.

Julia White, Corporate Vice President, Microsoft Azure, a ainsi présenté ce nouvel ensemble de technologies pour permettre d’utiliser des services Azure sur des architectures multi cloud, on premise ou Edge. Microsoft propose déjà des solutions pour permettre à des services Azure de s’exécuter on premise, via Azure Stack. Avec Azure Arc, ces possibilités vont donc dorénavant s’ouvrir aux autres grandes plateformes clouds publics du marché.

Pour ceux qui seraient intéressés, une preview gratuite est proposée, avec un formulaire d’inscription ici.

Si vous souhaitez en savoir plus sous toutes les nouveautés présentées à Ignite, rejoignez-nous lors d’une session du prochain Briefing Calipia.

Les suites du JEDI deal

Une victoire à 10 milliards de dollars, çà ne s’efface pas d’un coup. Microsoft en la personne de Toni Townes-Whitley, Président, US Regulated Industries, Microsoft, s’est exprimée pour la première fois suite à l’annonce par le DoD de son choix vendredi dernier, et s’est félicitée de ce choix, exprimant la fierté de Microsoft d’être ainsi le partenaire de référence pour la stratégie cloud du Ministère de La Défense.

Si certains salariés du monde techno, chez Microsoft, Google, AWS, se sont alarmés au cours des 18 derniers mois, de la collaboration de leurs entreprises avec le DoD, des agences gouvernementales ou des entreprises du secteur de la défense, la direction de l’entreprise de Redmond reste pour le moment sur le cap décrit par Brad Smith, le Président de Microsoft, récemment : « les gouvernements ont été élus, pas les entreprises« . Donc ce n’est pas à une entreprise privée de décider si oui ou non elle va répondre aux demandes des organisations publiques. Les électeurs ont tranché.

La victoire de Microsoft n’aura pas d’impact immédiat sur les résultats de l’entreprise, mais ainsi que le note le journal Bloomberg, elle s’inscrit déjà dans les évolutions de l’action Microsoft, en particulier si l’on compare les pourcentages d’évolution avec celle d’Amazon (graphique ci dessous).Capture d’écran 2019-10-28 à 18.37.49.png

Par ailleurs, si le poids des chiffres à court terme n’apparaît pas, comme nous l’indiquions ici, la décision du DoD reste malgré tout une magnifique référence qui va peser son poids pour un certain nombre d’autres projets de choix cloud, tout d’abord au sein des autres ministères et agences aux US, mais également des entreprises américaines.

Enfin, tout ceci dépendra aussi certainement de la conduite d’Amazon vis à vis de cette décision. L’entreprise s’est déclarée surprise de la victoire de Microsoft, considérant être le leader incontesté du cloud Computing. Dans une société judiciarisée à outrance parfois, un recours à la justice pour contester la décision, surtout compte-tenu de la prise de position ouverte de D.Trump contre Amazon, reste toujours envisageable.

Alphabet : résultats Q3 2019 en dessous des attentes

Alphabet (maison mère de Google) a publié ses résultats pour le troisième trimestre 2019 (juillet à septembre), avec un résultat net en baisse par rapport au même trimestre l’an dernier :

Le chiffre d’affaire global présente quant à lui une croissance de près de 22%, ce qui comparée à la performance de Microsoft, reste tout à fait positif pour Google.

Avec un montant de 28 954 M$, la publicité représente encore près de 84% du CA de la société de Mountain View, en baisse constante depuis plusieurs années, mais relativement faible.

Pour Ruth Porad, CFO d’Alphabet, ces chiffres (belle progression de CA et creux dans les résultats nets) sont dûs aux investissements réalisés par l’entreprise pour attirer de nouveaux talents (près de 20 000 recrutements nets en 1 an !) et pour développer l’infrastructure cloud de Google, infra au centre de la proposition de valeur de Google Cloud Platform (GCP) pour attirer les entreprise. Bref, rien que de très normal pour Google qui cherche depuis plusieurs années maintenant et sous la conduite plus récente de Thomas Kurian, patron de GCP depuis un peu moins d’un an aujourd’hui, à rattraper les 2 compétiteurs en tête sur le marché des services cloud aux entreprises : AWS et Microsoft.

Si la détermination de Google, sa capacité à maintenir des stratégies, même si celles-ci sont parfois longues à être couronnées de succès, ne sont pas en doute, le chemin a parcourir pour arriver à hauteur d’AWS et Microsoft reste encore semé d’embûches pour la société de Mountain View. D’autant de la récente attribution du deal du siècle (projet JEDI du Ministère de La Défense américain) à Microsoft en fin de semaine dernière, va certainement renforcer les positions de Microsoft sur ce marché des services cloud aux entreprises.

« Entrées précédentes Derniers articles »