Archives de Catégorie: Cloud

Nokia – Microsoft : retour vers le futur ?

Microsoft et Nokia ont annoncé le 5 novembre dernier un partenariat stratégique qui ….. Non vous ne rêvez pas, mais nous ne sommes pas revenus 6 ans en arrière (septembre 2013) lors de l’annonce du rachat fameux (fumeux dirons certains !) de Nokia par Microsoft. Les temps ont changé, la société Nokia 2019 n’est plus du tout celle de 2013, et Microsoft a rangé aux fonds des oubliettes ses intentions de s’imposer sur le marché des smartphones, en tout cas avec un OS de son crû.

L’accord annoncé maintenant compte capitaliser sur les services cloud de Microsoft, son expertise IA, Machine Learning et IoT, et les services Nokia dans le domaine des équipements de réseaux de communication. Dans ce cadre, des industriels des télécom pourront construire des offres de services pour les entreprises à partir de technos Microsoft/Nokia. Selon le communiqué de Nokia, BT est le premier fournisseur de ce type.

En tout cas, si quelqu’un voit trainer Stephen Elop, (VP Microsoft tristement célèbre, qui avait préparé le rachat côté Microsoft avant de passer aux manettes de Nokia pour réaliser la vente à Microsoft de la division téléphonie du constructeur finlandais), aux alentours de Redmond, touchant au passage et des 2 côtés quelques malheureux millions de dollars pour les bons services rendus…) faites nous signe 🙂

Multi Clouds : Microsoft annonce Azure Arc for Mixed Workloads

Pour ceux qui doutaient encore que Microsoft en 2019 a beaucoup changé au cours des 5 dernières années, voici une annonce de plus faite à Ignite qui illustre ce changement.

Microsoft Azure Arc for Mixed Workload est une solution qui doit permettre de gérer des environnements multi cloud, mais aussi on permise et Edge. Le multi cloud intègre Azure, AWS et GCP.

Julia White, Corporate Vice President, Microsoft Azure, a ainsi présenté ce nouvel ensemble de technologies pour permettre d’utiliser des services Azure sur des architectures multi cloud, on premise ou Edge. Microsoft propose déjà des solutions pour permettre à des services Azure de s’exécuter on premise, via Azure Stack. Avec Azure Arc, ces possibilités vont donc dorénavant s’ouvrir aux autres grandes plateformes clouds publics du marché.

Pour ceux qui seraient intéressés, une preview gratuite est proposée, avec un formulaire d’inscription ici.

Si vous souhaitez en savoir plus sous toutes les nouveautés présentées à Ignite, rejoignez-nous lors d’une session du prochain Briefing Calipia.

Les suites du JEDI deal

Une victoire à 10 milliards de dollars, çà ne s’efface pas d’un coup. Microsoft en la personne de Toni Townes-Whitley, Président, US Regulated Industries, Microsoft, s’est exprimée pour la première fois suite à l’annonce par le DoD de son choix vendredi dernier, et s’est félicitée de ce choix, exprimant la fierté de Microsoft d’être ainsi le partenaire de référence pour la stratégie cloud du Ministère de La Défense.

Si certains salariés du monde techno, chez Microsoft, Google, AWS, se sont alarmés au cours des 18 derniers mois, de la collaboration de leurs entreprises avec le DoD, des agences gouvernementales ou des entreprises du secteur de la défense, la direction de l’entreprise de Redmond reste pour le moment sur le cap décrit par Brad Smith, le Président de Microsoft, récemment : « les gouvernements ont été élus, pas les entreprises« . Donc ce n’est pas à une entreprise privée de décider si oui ou non elle va répondre aux demandes des organisations publiques. Les électeurs ont tranché.

La victoire de Microsoft n’aura pas d’impact immédiat sur les résultats de l’entreprise, mais ainsi que le note le journal Bloomberg, elle s’inscrit déjà dans les évolutions de l’action Microsoft, en particulier si l’on compare les pourcentages d’évolution avec celle d’Amazon (graphique ci dessous).Capture d’écran 2019-10-28 à 18.37.49.png

Par ailleurs, si le poids des chiffres à court terme n’apparaît pas, comme nous l’indiquions ici, la décision du DoD reste malgré tout une magnifique référence qui va peser son poids pour un certain nombre d’autres projets de choix cloud, tout d’abord au sein des autres ministères et agences aux US, mais également des entreprises américaines.

Enfin, tout ceci dépendra aussi certainement de la conduite d’Amazon vis à vis de cette décision. L’entreprise s’est déclarée surprise de la victoire de Microsoft, considérant être le leader incontesté du cloud Computing. Dans une société judiciarisée à outrance parfois, un recours à la justice pour contester la décision, surtout compte-tenu de la prise de position ouverte de D.Trump contre Amazon, reste toujours envisageable.

Alphabet : résultats Q3 2019 en dessous des attentes

Alphabet (maison mère de Google) a publié ses résultats pour le troisième trimestre 2019 (juillet à septembre), avec un résultat net en baisse par rapport au même trimestre l’an dernier :

Le chiffre d’affaire global présente quant à lui une croissance de près de 22%, ce qui comparée à la performance de Microsoft, reste tout à fait positif pour Google.

Avec un montant de 28 954 M$, la publicité représente encore près de 84% du CA de la société de Mountain View, en baisse constante depuis plusieurs années, mais relativement faible.

Pour Ruth Porad, CFO d’Alphabet, ces chiffres (belle progression de CA et creux dans les résultats nets) sont dûs aux investissements réalisés par l’entreprise pour attirer de nouveaux talents (près de 20 000 recrutements nets en 1 an !) et pour développer l’infrastructure cloud de Google, infra au centre de la proposition de valeur de Google Cloud Platform (GCP) pour attirer les entreprise. Bref, rien que de très normal pour Google qui cherche depuis plusieurs années maintenant et sous la conduite plus récente de Thomas Kurian, patron de GCP depuis un peu moins d’un an aujourd’hui, à rattraper les 2 compétiteurs en tête sur le marché des services cloud aux entreprises : AWS et Microsoft.

Si la détermination de Google, sa capacité à maintenir des stratégies, même si celles-ci sont parfois longues à être couronnées de succès, ne sont pas en doute, le chemin a parcourir pour arriver à hauteur d’AWS et Microsoft reste encore semé d’embûches pour la société de Mountain View. D’autant de la récente attribution du deal du siècle (projet JEDI du Ministère de La Défense américain) à Microsoft en fin de semaine dernière, va certainement renforcer les positions de Microsoft sur ce marché des services cloud aux entreprises.

Microsoft a remporté le mega contrat Cloud de 10 milliards de dollars du Pentagone…

Difficile de passer à côté de la nouvelle ce samedi matin : Microsoft remporte ce mega contrat de 10 Milliards de $… le plus gros de toute l’histoire de l’informatique. Nous vous en parlions avant l’été. Annoncé après la clôture de Wall Street, l’action Microsoft gagnait 4% sur le marché prévisionnel.

amazon DODC’était prévisible après le retrait de Google (sur pression de ses employés), l’écartement d’IBM et d’Oracle. Et, nous vous en parlions cet été, les déboires d’Amazon et ses possibles pressions politiques… Le processus de passation de marchés était donc depuis longtemps enlisé dans des allégations de conflits d’intérêts, attirant même l’attention de Donald Trump, qui s’en est pris publiquement à Amazon et à son fondateur Jeff Bezos. En août, Trump avait déclaré dans son style habituel qu’ils allaient (son administration) examiner cela de près…

Bonne nouvelle pour Microsoft sur le marché américain. Quoi de mieux comme référence ? Mais peut-être pas une si bonne nouvelle pour le reste du monde et les clients se plaignant déjà d’une forte liaison de la société avec les organisations gouvernementales américaines… Il n’y a pas de meetings avec des sociétés publiques française ou la question ne revient pas sur le tapis : « Que fait Microsoft avec le gouvernement américain, comment collaborent-ils avec la NSA…« . Microsoft fait de nombreux efforts pédagogiques pour expliquer sa position. Pas sûr qu’avec ce contrat la suspicion ne s’en retrouve pas renforcée assez paradoxalement…

 

Blockchain et coquilles Saint-Jacques

Capture d’écran 2019-10-21 à 10.04.07.pngIBM s’intéresse à la Blockchain et développe des solutions dans ce domaine, nous en avons souvent fait part dans ce blog (ici ou par exemple).  Dernier exemple en date, le partenariat présenté avec l’entreprise Raw Seafoods, basée dans le Massachusetts. L’objectif de cet accord, identique à celui signé par IBM avec Walmart, est d’améliorer la traçabilité des aliments, ici les fameux coquillages pêchés par les bateaux de Raw Seafoods.

Ainsi dès aujourd’hui certains bateaux pêcheurs de coquilles Saint Jacques vont partager les données issues de leur activité, permettant aux autres acteurs de la chaine de commercialisation d’y accéder. Ces données seront enrichies lors du débarquement au port et aux différentes étapes du processus aboutissant à la mise sur un étal des produits.  Les gains attendus selon IBM devraient permettre de faire passer de plusieurs jours à quelques secondes l’accès aux informations de traçabilité d’un ensemble de coquillages.

Réservé pour le moment à des usages BtoB, la plateforme pourrait s’ouvrir aux consommateurs, puisque Raw Seafoods envisage de développer une application pour cela.

 

Microsoft rachète Mover pour accélérer la migration vers Office 365 et Onedrive en particulier.

Mover.pngIl y a des sociétés dont on apprend l’existence lors de leur rachat. C’est le cas de la société Mover qui vient d’être racheté par Microsoft. Mover, est une startup permettant la migration du stockage dans différents Cloud. La société est basée à Edmonton, au Canada. L’objectif de ce rachat est bel et bien d’accélérer la migration de fichiers Microsoft 365. La société existe depuis 2012 et compte aujourd’hui 70 employés et assure la migration de plus d’une douzaine de fournisseurs de services cloud vers OneDrive et SharePoint.

Microsoft explique dans un article de blog. « Aujourd’hui, nous offrons plusieurs options pour prendre en charge les migrations de fichiers dans le Cloud, y compris FastTrack et ds offres de partenaires Microsoft, ainsi que l’outil de migration SharePoint pour la migration du contenu des sites SharePoint sur site et des partages de fichiers vers Microsoft 365. Mover améliorera ces offres avec des outils éprouvés et plus d’options de libre-service au fil du temps. »

Il s’agit de la 12e acquisition de Microsoft en 2019. l’entreprise a dépensé 9,1 milliards de dollars pour 20 acquisitions au cours de son exercice 2019, qui s’est terminé le 30 juin, dont une grosse partie vient du rachat de GitHub de 7,5 milliards.

« Entrées précédentes Derniers articles »