Archives de Catégorie: Cloud

Zoom remercie AWS pour avoir soutenu sa croissance : un bel exemple des bénéfices du Cloud…

Eric ZoomEric Yuan, le PDG de Zoom, a félicité Amazon Web Services, partenaire de longue date, et Andy Jassy, son PDG, pour avoir aidé l’entreprise à répondre à la demande. Un bel exemple de l’intérêt du Cloud dans cette période où la montée en charge de Zoom a été très soutenue. Quel système d’information interne aurait en effet pu soutenir un tel accroissement d’utilisateurs (Multiplié par plus de 10 sur 1 mois !) ?. Les bénéfices ont été importants pour la Decacorn californienne.

« Comme notre demande augmentait et que nous avions une visibilité limitée sur la croissance, AWS a pu répondre rapidement en fournissant la majorité des nouveaux serveurs dont nous avions besoin, en ajoutant parfois plusieurs milliers par jour pendant plusieurs jours d’affilée« , a déclaré M. Yuan dans des remarques préparées à la suite du rapport sur les résultats

Zoom a dépassé les attentes pour ses bénéfices du premier trimestre. Le chiffre d’affaires s’est élevé à 328 millions de dollars, soit une hausse de 169 % par rapport à l’année précédente, avec un bénéfice par action de 0,20 dollar. Les analystes prévoyaient un chiffre d’affaires de 202 millions de dollars et un bénéfice par action de 0,09 dollar.

Resultats Zoom Q1

L’action Zoom a légèrement augmenté en dehors des heures de bourse. Les actions ont grimpé de plus de 200 % depuis le début de la pandémie, car de plus en plus de personnes comptent sur les logiciels de l’entreprise pour travailler et garder le contact visuel. Zoom n’indique pas le nombre mensuel d’utilisateurs actifs, mais CNBC a indiqué que son application mobile comptait 173 millions d’utilisateurs actifs par mois, contre 14 millions en mars.

Microsoft annonce un super calculateur

Lors de sa conférence développeurs Build (qui s’est tenue en ligne la semaine dernière), Microsoft a présenté un supercalculateur, positionné (selon Microsoft) dans le top 5 mondial des configurations de ce type. Destiné aux travaux dans le domaine de l’intelligence artificielle, conçu avec le spécialiste du domaine OpenAI, et pour son usage exclusif, ce supercalculateur est doté de caractéristiques impressionnantes, avec plus de 285 000 coeurs de CPU, 10 000 GPU et 400 gigabits par seconde en termes de connectivité pour chaque GPU. Cette méga configuration est (bien entendu) hébergée dans Azure.

Une telle puissance à disposition devrait permettre de pouvoir s’attaquer à des questions encore plus ambitieuses en termes de Deep Learning, autorisant ainsi de travailler sur des modèles capables de s’entrainer sur des très grandes quantités de données non étiquetées.

Microsoft a noué dans les derniers mois de nombreuses collaborations avec la société OpenAI, structure à but non lucratif basée à San Francisco et qui veut promouvoir une IA au service de tous.

Microsoft investit encore pour préparer l’arrivée de la 5G

Capture d’écran 2020-05-15 à 07.54.10

Pour la seconde fois en moins de 2 mois, Microsoft vient d’acquérir une société spécialisée dans les solutions de communications. Après l’annonce de l’acquisition de Affirmed Networks fin avril, c’est au tour de Metaswitch de passer dans le giron de Microsoft.  La société britannique créée en 1981, est spécialisée dans les solutions de réseau virtuel à destination des opérateurs et présente de nombreuses références au niveau mondial, parmi lesquelles de nombreux français : Free, SFR, Bouygues Telecom.

Pour Microsoft la convergence du cloud et des réseaux de communication conjuguée avec l’arrivée prochaine de la 5G offrent une opportunité pour positionner Azure comme infrastructure de référence. Dans ce but, l’intégration des technologies et des expertises d’Affirmed Networks et Metaswitch constitue donc un accélérateur pour doter Azure des services adaptés.

Microsoft 365 : modification des noms des channels de mise à jour

Si vous êtes un peu perdu entre les insider channel, monthly channel targeted et autre semi-annual channel, voici un petit rappel par Microsoft en forme de changement de noms pour les différentes modalités d’accès aux mises à jour des services de la famille Microsoft 365.

L’information parvient en ce moment par mail aux clients souscripteurs de services Microsoft 365 et donne la correspondance entre les noms précédemment associés aux différentes modalités de mise à jour, et leurs nouveaux noms. Ces derniers ont le mérite d’un peu plus de clarté : beta channel au lieu d’insider ou semi-annual enterprise chanel au lieu de semi-annual channel (targeted) … Attention toutefois ces nouveaux s’appliqueront à partir du 9 juin prochain pour les nouveaux tenants uniquement.

Microsoft en profite aussi pour introduire un nouveau mode nommé « Monthly Enterprise Channel » destiné aux entreprises souhaitant adopter le rythme d’update mensuel, mais en disposant d’un ensemble de mises à jour plus « sûres », donc concrètement toutes les mises à jour du (nouveau) « current channel » ne seront pas présentes dans le Monthly Enterprise Channel.

 

Une nouvelle génération de la solution Azure VMware en beta

azure vmwareEn aout dernier en collaboration avec Dell Microsoft avait lancé ses VMware Solutions, permettant aux utilisateurs d’exécuter des VM natives VMware sur Azure sur huit régions. Microsoft vient d’annoncé la beta de sa solution VMware Azure de nouvelle génération, qui promet une extension et une migration des VM locales vers le cloud, à la fois rapides et économiques. Approuvé par VMware, le sera exploité et soutenu directement par Microsoft.

 « VMware et Microsoft ont un partenariat de longue date et un héritage commun en matière de soutien à nos clients. Aujourd’hui plus que jamais, il est important que nous nous réunissions et que nous les aidions à créer une stabilité et une efficacité pour leurs entreprises. La nouvelle solution Azure VMware donne aux clients la possibilité d’utiliser la même base VMware en Azure que celle qu’ils utilisent dans leurs centres de données privés. Elle fournit un modèle d’exploitation cohérent qui peut accroître l’agilité et la résilience de l’entreprise, réduire les coûts et permettre une expérience de développement native pour tous les types d’applications« .Sanjay Poonen, PDG de VMware

vmware-cloudLe service sera VMware Cloud Verified, garantissant que toutes les fonctionnalités de VMware seront fournies . Les outils VMware pourront être utilisés pour le processus de migration vers le cloud. Il s’agit notamment de vSphere, HCX, NSX-T et vSAN, avec l’option supplémentaire de HCX Enterprise qui aide au processus de migration en direct en masse.

Par ailleurs, l’extension d’Azure Hybrid Benefit à VMware Solution apportera également aux utilisateurs une valeur ajoutée supplémentaire à leurs investissements dans les licences sur site de Windows Server et SQL Server. En plus des avantages tarifaires, ces utilisateurs pourront également bénéficier de trois ans de mises à jour de sécurité étendues gratuites pour les versions 2008 de Windows Server et de SQL Server. Enfin, des instances réservées avec des options d’un et de trois ans sur des hôtes dédiés seront également disponibles. De quoi énerver un peu plus les concurrents : Amazon et Google en tête !

Actuellement, la nouvelle génération de la solution VMware Azure est disponible en avant-première dans les régions Azure des États-Unis et de l’Europe de l’Ouest.

De nouvelles « mini-suites » dans la famille Microsoft 365

La famille Microsoft 365 continue de s’agrandir, avec l’annonce de la disponibilité commerciale de 3 mini suites :

  • Microsoft 365 E5 Information Protection & Governance
  • Microsoft 365 E5 eDiscovery & Audit
  • Microsoft 365 E5 Insider Risk Management

Ces 3 mini suites combinées constituent la nouvelle version de l’offre Microsoft 365 E5 Compliance, qui fait elle-même partie du plan Microsoft 365 E5. C’est donc une histoire de poupée russe :).

D’un point de vue fonctionnelle, ces 3 mini suites comprennent :

  • Information Protection & Governance : automatisation de l’étiquetage des informations (sensibilité), DLP étendue (chat Teams), analyse et contrôle du Shadow IT (via la CASB – Cloud Access Security Broker – Microsoft Cloud App Security), support des solutions BYK et HYOK
  • Insider Risk Management : gestion des risques tels la fuite de données sensibles, la fraude, le délit d’initiés ou les diverses violations de réglementation, par des collaborateurs ou des sous traitants. Les solutions mises en oeuvre vont des barrières éthiques (Information Barriers) au Customer lockbox en passant par l’analyse des informations sur tous les supports (fichiers, chats, audiio, vidéo….) et la gestion des accès privilégiés.
  • eDiscovery & Audit : au travers des services fournis, collecte et analyse en temps réel des diiférents supports de communication et de collaboration pour identifier l’ensemble des informations permettant de répondre rapidement (et à moindre cout) à touts demande d’enquetes (loi, réglementation ou règles internes de l’entreprise).

Ces mini suites arrivent sur le marché en même temps que Microsoft réorganise son portefeuille de solutions Microsoft 365, l’enrichit de nouvelles fonctionnalités et en même temps proposent une granularité plus fine à ses solutions pour permettre à chaque entreprise de sélectionner le package fonctionnel de services adapté à ses besoins. L’effet financier de la suite (ie dès 3 composants, le prix du bundle est plus attractif) fera le reste. Ou pas !

 

Des nouveautés intéressantes pour OneDrive

onedrivePas mal de nouveautés en cours pour OneDrive qui sont en cours de déploiement ce mois. De quoi combler le retard sur Dropbox pour certaines fonctions, voir de prendre de l’avance pour d’autres.

Voici un petit résumé de ces nouvelles fonctions :

Tout d’abord, la fonction d’étiquettes de sensibilité qui permet aux administrateurs de créer des étiquettes indiquant la criticité des fichiers en fonction des informations contenues dans les documents. La fonction d’étiquettes de sensibilité est apportée par le cadre de protection des informations de Microsoft (MIP) et permet aux utilisateurs de définir des classifications pour les fichiers Office en utilisant des marques visuelles ou par le biais d’autres politiques de protection.

PowerPointFileWithSensitivityLabelConfidentialApplied

Vous trouverez en suivant ce lien toutes les explications sur cette fonction et comment la mettre en oeuvre (pour les administrateurs). Sans surprise, ces fonctions sont aussi disponible avec SharePoint online.

La fonctionnalité suivante est la possibilité de visualiser, de restaurer ou de supprimer les versions précédentes d’un fichier directement sur le bureau via le navigateur de fichiers (PC ou Mac). Les utilisateurs peuvent désormais cliquer directement sur un fichier avec le bouton droit de la souris et afficher une liste des versions précédentes, puis restaurer les versions requises. Il s’agit d’un ajout très pratique qui permet aux utilisateurs de gagner du temps lorsqu’ils recherchent des versions antérieures d’un document.

Enfin, on a maintenant la possibilité de supprimer des fichiers qui sont soit ouverts sur un autre onglet, soit par un autre utilisateur. L’entreprise affirme avoir reçu des commentaires selon lesquels des utilisateurs ne pouvaient pas supprimer des fichiers parce qu’ils avaient été laissés ouverts par un autre utilisateur et oubliés, ce qui avait pour effet de verrouiller le document. Cette fonction permet désormais au propriétaire du fichier de passer outre ce verrouillage et de supprimer le fichier, quel que soit l’endroit où il a été laissé ouvert.

 

Dropbox fait des bénéfices pour la première fois depuis son introduction en bourse

dropbox entrepriseAu cours de son premier trimestre, Dropbox a rapporté 455 millions de dollars, soit une augmentation de 18 % par rapport à la même période l’année dernière. Le dernier trimestre a été la première fois bénéficiaire depuis son entrée en bourse en 2018. en 2018, elle était évaluée à 10 milliards de dollars (une Decacorn donc), mais elle avait un déficit d’un milliard de dollars à l’époque…

Depuis la mi-mars, les tests de l’offre commerciale de Dropbox ont augmenté de 40 %, et ceux des plans individuels ont augmenté de plus de 25 %. La corrélation avec l’épidémie et surtout le confinement sont clairs : Dropbox a enregistré une hausse des inscriptions à Basic dans les pays fortement touchés par COVID-19, notamment l’Italie, la France, l’Allemagne et l’Espagne.

« Nos clients se tournent vers Dropbox pour les aider dans cette transition vers le travail à distance. Nous avons certainement vu des volumes d’essais records, nous avons vu une augmentation des achats directs et une augmentation de l’engagement« .
Selon Drew Houston PDG de l’entreprise.

Alors que des entreprises comme Airbnb, Lyft et Uber licencient des milliers de personnes, Dropbox a ralenti son rythme d’embauche mais continue.  Actuellement il y aurait 14,6 millions d’utilisateurs payants (nous en faisons parti chez Calipia, malgré notre abonnement à OneDrive dans le cadre d’Office 365). C’est une augmentation par rapport aux 13,2 millions d’utilisateurs à la même époque l’année dernière et aux 11 millions de mars 2018.

 

Des nouveautés interessantes pour Windows Virtual Desktop

WVDMicrosoft avait sorti fin septembre 2019 la première version de Windows Virtual Desktop. Cette offre permettait la virtualisation de Windows 10 lui même avec la prise en charge du bureau et des applications RDS de Windows Server. Avec l’augmentation du nombre d’utilisateurs travaillant à distance au cours des deux derniers mois, due à la pandémie du COVID-19, la demande d’usage de Windows Virtual Desktop a été encore plus importante que ce que Microsoft espérait ou leprévoyait. Il y a trois semaines, l’entreprise déclarait que l’utilisation du WVD avait triplé. Il y aurait actuellement six fois plus d’utilisateurs que Microsoft ne l’avait prévu à la fin de 2020.

L’entreprise met donc les bouchées doubles pour poursuivre le développement de son produit qui a de forte change de devenir un incontournable de l’offre Cloud de l’éditeur. Trois fonctionnalités importantes devraient arriver en mai 2020 (toutes listées sur la roadmap Microsoft 365 ). Ces fonctionnalités ont été testées auprès d’un groupe de clients restreints en avant-première et seront directement disponibles dans les semaines à venir.

  1. Microsoft améliore l’expérience de gestion eu WVD en permettant son déploiement directement et plus simplement via le portail Azure. Cela permettra aux utilisateurs de créer des pools d’hébergement, de gérer les applications et les bureaux et d’assigner les utilisateurs depuis le portail.
  2. Priorité donné à Teams oblige (on ne connait pas un groupe qui échappe à ceci :)) : la société promet un meilleur support de son produit phare sous WVD avec en particulier la redirection audio/vidéo pour les appels vidéo et vidéo conférence.
  3. Microsoft ajoutera également le choix de localisation à des fins de conformité et de souveraineté. Les métadonnées de service peuvent être distribuées à travers les États-Unis et l’Europe, pour commencer et d’autres régions « à venir ».

A la fin de l’année dernière Microsoft parlait d’une autre fonctionnalité pour WVD, connue sous le nom de MSIX App Attach, qui reste encore en beta sans plus d’information aujourd’hui. App Attach permet de stocker des applications à l’extérieur d’une machine virtuelle afin que chaque application puisse s’y connecter à la demande donc en gros, ne pas surcharger le poste virtuel mais utiliser l’application uniquement  lorsque les utilisateurs en ont besoin. Il s’agirait d’une évolution importante par rapport au désormais traditionnel streaming d’applications et un élément clé de la stratégie de l’éditeur visant à séparer les données des utilisateurs, les applications et le système d’exploitation sous-jacent… On attend de voir ceci on l’espère avant la rentrée en production pour tout le monde.

Les dépenses liées au cloud ont atteint 31 milliards de dollars au premier trimestre 2020 (un record)

Canalys Q12020Selon la dernière étude de Canalys les dépenses liées au cloud computing ont augmenté de 34,5 % sur une année glissante au dernier trimestre (1er trimestre 2020) par rapport donc aux 23,1 milliards de dollars pour la période correspondante de l’année dernière. Les chiffres du premier trimestre 2019 étaient eux-même en augmentation de 39,3 % par rapport à l’année précédente donc les dépenses globales en dollars continuent d’augmenter très fortement même si le taux de croissance ralentit.

Canalys attribue une partie de cette croissance des dépenses en services d’infrastructure dans le cloud du fait du passage soudain au télétravail avec l’épidémie du COVID-19. Il est clair que les utilisateurs et les entreprises ont été nombreux à se tourner vers les services basés sur le cloud. Netflix a doublé ses prévisions de nouveaux clients au cours du dernier trimestre, tandis que Microsoft a annoncé qu’elle avait augmenté de 70 % sa base d’utilisateurs actifs quotidiens pour Teams, qui atteint désormais 75 millions. La plateforme de vidéoconférence Zoom, quant à elle, a vu sa base d’utilisateurs passer de 10 millions en décembre à plus de 200 millions en mars, et enfin Google Meet a dépassé les 100 millions d’utilisateurs actifs par jour – avec 3 millions de nouveaux utilisateurs par jour.

Mais si l’utilisation du cloud a augmenté,  les grands projets d’entreprise tels que les migrations SAP, les déploiements de cloud hybrides et les « autres projets de transformation » ont été mis en veilleuse. Cette approche prudente des nouvelles dépenses pourrait contrer une partie de la croissance observée dans le cloud. Ceci traduit aussi assez bien les derniers résultats trimestriels de Microsoft, excellents et surtout coté Azure (augmentation de 59 % des recettes d’Azure au dernier trimestre) et Office 365, sans surprise. Amazon n’était pas en reste : le leader mondial  a franchi pour la première fois la barre des 10 milliards de dollars, soit une augmentation de 33 % par rapport à l’année précédente.

« Entrées précédentes Derniers articles »