Microsoft Cloud PC as a Service bientôt lancé ?

Selon des sources de Mary Jo Foley, le service de virtualisation de PC dans Azure pourrait être lancé dès le mois de juin 2021. Ce nouveau service « Cloud PC » offrirait une instance Windows et des applications dans Azure, accessible depuis un client léger. Contrairement à ce qui peut déjà être fait aujourd’hui (Windows Virtual Desktop) facturé à la consommation de services Azure, Cloud PC serait proposé à un prix fixe, par utilisateur.

Attention toutefois, la rumeur du lancement d’un tel service existe depuis plusieurs années déjà, sans concrétisation.

Microsoft Edge : un nouveau mode « Performance »

Microsoft Edge continu de progresser à marche forcée pour donner les moyens à l’entreprise de combler son retard sur le navigateur de Google. Ce terrain du navigateur Internet était pour l’entreprise de Seattle un domaine où elle avait notoirement sous investi en se reposant durant des années sur les lauriers d’Internet Explorer et ses parts de marchés insolentes. Google Chrome est passé par là et s’est taillé la part du lion. Après une tentative infructueuse de redéveloppement du navigateur à partir de zéro, Microsoft a du s’allier avec l’entreprise de Mountain View pour développer un nouveau navigateur à partir du même moteur que son rival, tout en se démarquant sur l’intégration au SI (en particulier sur l’annuaire : Active Directory pour Microsoft).

Aujourd’hui le nouvel Edge regroupe pratiquement toutes les fonctionnalités importantes disponibles sur le marché. Microsoft travaille actuellement sur une nouvelle fonctionnalité appelée « mode performance », conçue spécifiquement pour les performances, notamment lorsque vous jouez ou utilisez d’autres apps.

En 2020, Microsoft avait introduit les onglets dormants pour réduire la quantité de RAM et de CPU utilisée par le navigateur. Cette fonctionnalité ne suffit pas à améliorer les performances globales du système, car certains facteurs affectent l’utilisation de la RAM et du CPU d’Edge en particulier sous Windows 10. Microsoft Edge ajoute désormais une nouvelle option « Mode performance » dans les paramètres système du navigateur. Lorsqu’elle est activée, Edge tentera d’optimiser la vitesse globale de navigation Web, la réactivité et de réduire l’utilisation du CPU, de la RAM et de la batterie sans affecter l’expérience globale.

Par défaut, les onglets dormants sont configurés pour se mettre en veille après deux heures d’inactivité. Lorsque le mode performance est activé, Edge élimine les onglets après seulement cinq minutes d’inactivité et vous pouvez toujours réveiller un onglet dormant en cliquant simplement dessus.

Microsoft Edge détectera également l’activité des ressources lourdes en arrière-plan (comme l’audio ou la vidéo) et empêchera ces onglets de se mettre en veille. Pour rappel, le mode veille d’Edge est basé sur une technologie centrale de Chromium qui empêche les activités et les scripts en arrière-plan afin de minimiser l’utilisation des ressources tout en sauvegardant les données de navigation. Cela devrait réduire l’utilisation de la mémoire, du processeur et de la batterie dans la plupart des cas.

La fonctionnalité est actuellement disponible dans Microsoft Edge Canary 91 pour certains utilisateurs et devrait faire son chemin dans la version stable plus tard cette année.

Nous reviendrons sur ces évolutions et les potentiels gains d’Edge pour l’entreprise lors du prochain Briefing Calipia les 9,10, 14 et 15 juin prochain : toutes les information sur le site calipia.com/briefing

D’autres articles sur Edge sur le Blog Calipia :

Les composants du navigateur Microsoft Edge arrivent discretement dans Microsoft 365…

Que vous ayez choisi de standardiser sur le navigateur Chrome de Google, sur Firefox, Opera, Brave ou autre, et que vous disposez d’un abonnement Microsoft 365 Apps, vous aurez dans quelques temps des composantes du navigateur Edge tout de même installé sur vos postes ! On apprend que commence à fournir des fonctionnalités nouvelles ou

Microsoft Edge gagne du terrain face à Google Chrome

La stratégie de Microsoft avec le nouveau navigateur Edge basé sur Chromium semble être gagnante. Alors que, comme Patrick le disait lundi, le site Netmarketshare tire sa révérence pour ce qui est des analyses des parts de marché des navigateurs, il publiait sa dernière analyse : en octobre 2020, Microsoft Edge a désormais une part

5 ans après son acquisition (via celle d’EMC), Dell se sépare de VMware

Un peu plus de 5 ans après avoir annoncé son intention d’acquérir EMC, Dell vient d’officialiser la cession de VMware, la pépite embarquée dans EMC, VMware rachetant les 81% de l’entreprise que possédait Dell. Si le portefeuille produits propre à EMC avait trouvé sa place dans le cadre de Dell, il n’en était pas de même pour VMware, dont l’offre autour de la visualisation et la stratégie cloud s’adressait par nature à tous les constructeurs de serveurs. La cession n’est donc pas une surprise de ce point de vue. D’autre part, la capitalisation boursière de VMware (qui était toujours coté indépendamment) était au-dessus de celle de Dell, avec un CA presque dix fois moindre. Enfin l’endettement important de Dell, notamment du fait de l’acquisition d’EMC, a poussé Michael Dell a accepté le principe de cette séparation, qui devrait être effective à la fin de cette année et permettre à Dell de soulager un peu ses finances.

SI vous voulez en savoir plus sur l’actualité de VMware rejoignez-nous pour une session en ligne du prochain Briefing Calipia.

Voici quelques articles du Blog Calipia concernant l’actualité de VMware, en particulier avec le départ du CEO, Patrick Gelsinger, pour Intel en janvier 2021.

Pat Gelsinger, CEO de VMWare devient patron d’Intel

En plein CES 2021, Intel vient d’annoncer le départ de son CEO, Bob Swan, à partir du 15 février et son remplacement par Patrick Gelsinger l’actuel patron de VMware. Ce dernier n’est pas un inconnu pour l’entreprise de Santa Clara, chez qui il a passé 30 ans jusqu’en 2009 avant de rejoindre VMWare en 2012.

Une nouvelle génération de la solution Azure VMware en beta

En aout dernier en collaboration avec Dell Microsoft avait lancé ses VMware Solutions, permettant aux utilisateurs d’exécuter des VM natives VMware sur Azure sur huit régions. Microsoft vient d’annoncé la beta de sa solution VMware Azure de nouvelle génération, qui promet une extension et une migration des VM locales vers le cloud, à la fois rapides

Microsoft et VMware avancent ensemble sur Azure

Après plusieurs années de difficile collaboration concernant le support des solutions VMware dans Azure, il semble que les 2 acteurs (sans oublier Dell la maison mère de VMware) soient enfin parvenus à se mettre sur la même ligne. C’est en tout cas l’esprit du message posté par Scott Guthrie (Executive Vice President, Cloud and Enterprise

GAFA et Antitrust – Première étape : la Chambre des Représentants approuve le rapport préliminaire

Par 24 voix contre 17, la commission judiciaire de la Chambre des représentants (USA) a officiellement approuvé un rapport portant sur les préoccupations antitrust liées aux grandes entreprises technologiques : Google, Apple, Facebook et Amazon. Microsoft semble passer entre les mailles du filet…

Comme le rapporte Reuters, le bureau du représentant David Cicilline (Démocrate) a confirmé l’approbation dans une déclaration :

«  Ce rapport de plus de 400 pages deviendra le rapport officiel de la commission et le plan directeur d’une législation visant à maîtriser le pouvoir de marché des grandes entreprises technologiques « .

et de poursuivre :

 » Amazon, Apple, Google et Facebook détiennent chacun un pouvoir monopolistique sur des secteurs importants de notre économie. Ce moment de monopole doit prendre fin. Maintenant que la commission judiciaire a officiellement adopté nos conclusions, j’ai hâte d’élaborer une législation qui réponde aux préoccupations importantes que nous avons soulevées. « 

Cela ouvre donc officiellement la voie à un projet de loi qui sera discuté. Si ce rapport n’est pas tendre (et logiquement compte tenue de sa genèse avec Facebook et Google en particulier), il n’est pas tendre non plus avec Apple : il affirme que :  » la société a profité de la façon dont les applications sont distribuées sur les appareils iOS pour réduire la concurrence avec ses services « . Argument qui revient souvent sur la position du constructeur avec son AppStore. Ce dernier a toujours cependant adopté la même ligne de défense, basée sur le fait qu’il n’est jamais le « dominant » sur un secteur de marché (cf parts de marché des iPhones, Mac, Services Apple) :

 » Notre entreprise n’a pas de part de marché dominante dans aucune des catégories dans lesquelles nous faisons des affaires. Depuis ses débuts il y a 12 ans avec seulement 500 applications, nous avons construit l’App Store pour qu’il soit un endroit sûr et fiable où les utilisateurs peuvent découvrir et télécharger des applications et un moyen de soutien pour les développeurs de créer et de vendre des applications dans le monde entier… L’App Store a permis de nouveaux marchés, de nouveaux services et de nouveaux produits qui étaient inimaginables il y a une douzaine d’années, et les développeurs ont été les principaux bénéficiaires de cet écosystème… Nous travaillons sans relâche pour fournir les meilleurs produits à nos clients, avec la sécurité et la confidentialité au cœur de ceux-ci, et nous continuerons à le faire « .

Mais l’ambiguïté repose sur sa domination une fois que l’utilisateur est entré dans son écosystème : une prison dorée ?

Nous vous rappelions dans ces différents posts comment le gouvernement Biden s’entoure de personnes favorables à un bar de fer avec les GAFA :

USA : Les démocrates s’attaquent aux GAFAM en tentant de déjouer les pressions

Les démocrates pourraient présenter 10 projets de loi antitrust distincts ou plus, plutôt qu’un seul projet global, selon le président de la commission antitrust de la commission judiciaire de la Chambre des représentants. Cette segmentation aurait un objectif : rendre plus difficile les actions de Lobbying des GAFAM contre le projet de loi… En 2019,

GAFAM : Nomination d’un conseiller très hostile aupres de Biden

Pas vraiment une bonne nouvelle pour les GAFAM : Le président Biden vient de nommer comme « assistant spécial pour la technologie et la politique de concurrence » : Tim Wu, professeur de droit à l’université de Columbia connu pour son hostilité au GAFAM et ses prises de positions sur « les géants technologiques qui ont trop de

De nouveaux correctifs de sécurité pour Exchange Server, suite à un nouveau rapport de la NSA

Microsoft vient une nouvelle fois de publier une série de mises à jour de sécurité pour Exchange Server afin de s’attaquer aux vulnérabilités d’exécution de code à distance (RCE) encore récemment découvertes la l’agence de sécurité américaine (la fameuse NSA).

Souvenez-vous, le mois dernier Exchange Server avait fait la une de l’actualité de la cybersécurité lorsqu’il a été découvert qu’il était attaqué par des groupes parrainés par l’État, disons un état plutôt à l’Est.. Microsoft n’avait pas tardé à publier des mises à jour pour les versions d’Exchange encore supportées et d’autres plus vieilles et non supportées. Un bon point pour l’éditeur qui reste très vigilant sur ces menaces, qui c’est vrai ternissent aussi l’image du produit. Grâce à ses efforts, des centaines de milliers d’instances de serveurs Exchange sur site ont été protégées contre ces vulnérabilités qui ne concernaient pour rappel que les versions sur site (Exchange Online n’a pas été affecté par cet incident).

De nouvelles mises à jour sont donc disponibles depuis cette nuit, mais cette fois-ci, uniquement pour Exchange Server 2013 CU23, Exchange Server 2016 CU19 et CU20, et Exchange Server 2019 CU8 et CU9. Si vous n’êtes pas sur l’une des mises à jour cumulatives (CU), Microsoft vous recommande d’abord de passer à un environnement pris en charge, puis d’appliquer les mises à jour de sécurité. Ces mises à jour de sécurité d’avril 2021 corrigent les vulnérabilités RCE qui ont été signalées en privé à l’entreprise par la National Security Agency (NSA). Bien que l’enquête de Microsoft indique que l’exploit ne serait pas encore utilisé, elle exhorte tout de même les clients à les appliquer le plus rapidement possible.

Il est important de noter que ces dernières étant cumulatifs, les clients qui appliquent les mises à jour d’avril seront également protégés contre les vulnérabilités signalées en mars. Pas de correctifs cette fois pour Exchange Server 2010, car il n’est pas affecté par les dernières vulnérabilités. Vous pouvez en savoir plus sur les mises à jour en vous rendant sur ce lien de Microsoft.

Nous reviendrons sur l’ensemble de l’actualité concernant Exchange lors du prochain Briefing Calipia les 9,10,14 et 15 juin prochain.

Hybrid Work : le futur du monde du travail

Source : Microsoft

Microsoft vient de rendre public l’édition 2021 de son rapport Work Trend Index, intitulé « The next great disruption is hybrid work – Are we ready ? »

Réalisé entre le 21 et le 25 janvier 2021 auprès d’une population de plus de 30 000 personnes, dans 131 pays, et d’une compilation de données provenant de LinkedIn et Microsoft 365, ce rapport publié au printemps de chaque année, analyse l’évolution des modes de travail et de collaboration en entreprise.

L’édition 2021 est bien entendu très marquée par la COVID-19 et les transformations impulsées dans nos modes de travail. Au-delà de l’analyse de 2020, la rapport se projette pour savoir si ces transformations seront permanentes, et quelles évolutions supplémentaires attendre.

Comme l’indique le titre du rapport, la prochaine disruption sera celle du travail hybride, c’est à dire « un modèle mixte où certains employés retournent sur le lieu de travail et d’autres continuent à travailler à domicile ».

Microsoft, Work Trend Index 2021, page 2

Parmi les 7 grandes tendances relevées par l’édition 2021 et qui sont détaillées, on notera celles-ci :

  1. le travail flexible est là pour durer
  2. les dirigeants des entreprises sont déconnectés des employés et ont besoin d’être réveillés
  3. la productivité élevée masque une main-d’oeuvre épuisée
  4. le rétrécissement des réseaux met en péril l’innovation

Comme le montre le graphique ci-dessous, le confinement a introduit des nouvelles modalités de travail à distance, qui ne font que se renforcer de moi:s en mois.

Source : Microsoft Work Trend Index 2021, page 9

Bien que produit par Microsoft, ce rapport attire néanmoins l’attention sur les dangers d’un système de travail à distance et utilisant le mail ou les outils de collaboration d’équipes (Teams par exemple), notant les risques d’appauvrissement des réseaux de communication, le travail en silo des équipes dans ce monde digital ou les risques qui pèsent sur les personnes de la génération Z (les 18-25 ans) qui souffrent plus que les autres catégories au travail.
La seconde partie du rapport envisage diverses solutions à apporter pour accompagner cette transformation de fond du travail hybride, en termes d’organisation du travail, des relations entre pairs, des nouveaux modes de management …

Un document intéressant qui donne un peu de perspective dans cet environnement en mouvement accéléré et dont il est parfois difficile de faire sens.

Si cette thématique vous intéresse, venez nous rejoindre pour une session en ligne du prochain Briefing Calipia.

Nouveaux matériels Microsoft : Surface Laptop 4 et… casques et Webcam avec des commandes Teams pour les entreprises

Microsoft a comme prévu annoncé les nouveaux modèles de Surface Laptop hier, présenté comme le « portable le plus puissant » de la société.

L’appareil conserve une grande partie du look et du design traditionnel du Surface Laptop, avec des performances et une autonomie améliorées. Les utilisateurs ont la possibilité de choisir entre un processeur AMD ou Intel. Il existe un modèle de 13,5 pouces et un modèle de 15 pouces. La version AMD sera proposée à partir de 1129 euros et le modèle Intel à partir de 1449 euros. Le Surface Laptop 4 est disponible en précommande dès aujourd’hui en France, pour une livraison à partir du 27 avril.

La surprise de l’annonce Microsoft venait de différents modèles de casques et d’une Webcam présentés comme adaptés à Teams.

surfaceheadphones02
Le bouton Teams sur le casque Microsoft

Tout d’abord une nouvelle version pour le Surface Headphone : Le Surface Headphones 2+ Business. Cette dernière version des écouteurs supra-auriculaires de Microsoft comporte des commandes sur l’oreille pour Microsoft Teams. Son prix de vente est de 279 €. Microsoft propose également deux nouveaux casques – un casque Modern Wireless Headset (pas encore de prix) et un casque Modern USB Headset (prix US de 49,99 $) – avec des boutons similaires pour Microsoft Teams, ainsi qu’un nouveau haut-parleur USB-C à (prix US aussi 99,99 $). Enfin, il y a aussi la nouvelle webcam « Modern » Full HD avec un bouton Teams (prix US à 69,99 $). De quoi jeter quelques pierres dans les jardin de Jabra, Plantronics, Logitech et autres « partenaires » avec des produits ciblés sur les entreprises…

Une petite galerie photo des différents appareils :

Pour surfer sur la tendance actuelle : Microsoft présente ses nouveaux produits comme « construits pour permettre des environnements de travail hybrides inclusifs« , en gros adaptés au télétravail, tiens donc quelle surprise 🙂

Nous reviendrons sur ces annonces et le mode de fonctionnement de ces appareils lors du prochain Briefing Calipia les 9, 10, 14 et 15 juin prochain. Tous les renseignements sur le site Calipia.com/briefing

Nouvelles capacités pour Microsoft Approbations dans Teams

source : Microsof

Introduite en janvier 2021, l’application Approbations pour Teams permet de valider des workflows directement depuis Teams. Microsoft a présenté hier quelques nouveautés la concernant, qui devraient être disponibles d’ici la fin du mois d’avril.

Avec ces nouveautés il sera possible :

  • d’associer une signature électronique à une validation dans Approbations, choisie parmi plusieurs partenaires fournisseurs de solution de eSignature, tels Adobe Sign ou DocuSign.
  • de définir des modèles d’approbations, intégrant toutes les infos spécifiques nécessaires et qui pourront ensuite être utilisés tels que, ou modifiés.
  • d’attacher des fichiers à une demande d’approbations, ou des liens vers OneDrive, SharePoint ou même des stockage externes à Microsoft 365 (cette fonctionnalité est déjà disponible).
  • d’approuver ou rejeter une demande directement depuis le fil de conversation d’un channel
source : Microsoft

Azure Space se déploie … sur terre

Nous en parlions ici, l’espace intéresse également Microsoft, qui n’affiche certes pas (pour le moment) de stratégie pour déployer ses propres réseaux de satellites, mais est pour autant bien décidé à accompagner les déploiements massifs à venir. Azure Space est donc l’initiative introduite en octobre 2020 pour fédérer l’ensemble des actions de Microsoft autour du spatial, et dans le cadre de cette initiative l’entreprise avait mentionné la création de stations terrestres Azure Orbital. La semaine dernière Microsoft a précisé ces efforts en la matière, indiquant l’ouverture de la première station terrestre Azure Orbital dans son Datacenter de Quincy (état de Washington).

source : Microsoft

Avec Azure Orbital, Microsoft souhaite créer un marché de « Ground Station as a Service », offrant une infrastructure dédiée à l’exploitation des données issues de l’espace et capables d’être analysées par la technologie Azure (IA, Machine Learning …). Les champs d’usages sont vastes, de la météo à l’agriculture, en passant par l’océanographie, mais aussi La Défense et la surveillance/espionnage.

Microsoft sur le point d’acquerir Nuance Communications pour 16 milliards de $ [MAJ : C’est FAIT POUR 20 Milliards !]

Nuance Communications est un spécialiste de la reconnaissance vocale et la synthèse depuis plus de 20 ans. Pas vraiment une Startup mais bel et bien un incontournable du secteur. Le système de reconnaissance vocale de Nuance, appelé Dragon, est au cœur de ses offres d’intelligence artificielle destinées à divers secteurs, notamment les soins de santé, les services juridiques, les forces de l’ordre, l’éducation et les services financiers.

Les géants du secteur font largement appel à ses services : Apple pour Siri en est un exemple, mais aussi Microsoft qui s’est associé à Nuance Communications en 2019 pour développer des systèmes de détection ambiante et d’IA conversationnelle qui permettraient d’automatiser les tâches administratives liées aux soins de santé et la documentation clinique, pendant que les médecins concentrent toute leur attention sur les soins aux patients.

Bloomberg rapporte que Microsoft pourrait annoncer un accord avec Nuance dès cette semaine. Les discussions ne sont pas encore définitives entre les deux sociétés et Nuance pourrait être valorisée à environ 56 dollars par action si les négociations actuelles se poursuivent. Cela signifie que l’accord pourrait valoir 16 milliards de dollars, note Bloomberg.

[MAJ à 14h : C’est fait pour 20 Milliards de $]

La discussion que Microsoft aurait engagée avec Nuance est un pas de plus dans les investissements massif en IA que réalise la société de Redmond. Si ce rachat se confirme, il s’agira de la deuxième plus grande acquisition de l’entreprise à ce jour, juste après l’achat de LinkedIn pour 24 milliards de dollars en 2016.

« Entrées précédentes