Briefing Calipia N°27 (nov-déc 2018)

briefingparis1

L’agenda du prochain briefing est disponible et les inscriptions sont ouvertes.

(Lille le 23 novembre, Aix le 28 novembre, Lyon le 29 novembre, Nantes le 5 décembre, Paris le 6 décembre et Strasbourg le 13 décembre)

Au programme :

  • Introduction  : Le grand bluff du travail à la cool grace aux technologies
  • Actualité :
  • Les évolutions de Windows 10
  • Les nouveautés d’Office 2019 et SharePoint 2019,
  • Les apports de Windows Server 2019 et System Center 2019,
  • Les nouveaués proposées par VMware
  • Actualités Google, Apple
  • Les nouvelles feuilles de routes de Microsoft…

 

  • Introduction à l’Edge Computing
  • Les évolutions importantes du licensing Microsoft
  • Retour sur notre mission d’étude aux USA d’octobre 2018 (IoT et IA)
  • Comment contrôler le Shadow IT ?
  • Le marché de l’administration des poste de travail en SaaS
  • Android Enterprise Program : Android devient-il aussi administrable qu’iOS en entreprise ?
  • Onedrive face à Dropbox, Box et les autres acteurs
  • Les architectures matérielles pour le Deep Learning
  • Les évolutions des clients de messagerie en entreprise au regard des nouveaux usages
  • Google et l’hybride : quelles solutions ?
  • AWS et l’hybride : quelles solutions ?
  • Comment mettre en place des Chatbots ?
  • Tout savoir sur le Dark Web

 

Informations et inscriptions : Calipia.com/briefing

Nvidia Tesla T4 : nouvelle plateforme pour l’IA

Capture d'écran 2018-09-19 09.37.29Nvidia a annoncé au début septembre sa dernière GPU, dénommée Tesla T4 (rien à voir avec la voiture :)), et destinée à doper les services d’intelligence artificielle dans les datacenters des grandes plates-formes de cloud computing du marché, Google en premier, selon Nvidia. Le Nvidia tesla T4 est doté de 2560 coeurs CUDA (Compute Unified Device Architecture), la technologie Nvidia de GPU multiprocessing et de 320 coeurs Tensor, une technologie spécifiquement conçue pour le traitement de type Deep Learning. Les T4 peuvent être regroupés pour démultiplier plus encore la puissance de traitement.

La place des GPU, et en particulier de ceux de Nvidia, dans les solutions de Deep Learning est aujourd’hui établie (versus les CPU). Avec cette nouvelle solution spécifiquement conçue pour l’IA, Nvidia revendique l’unité la plus puissante disponible à ce jour. Les applications du Deep Learning sont nombreuses, dans des domaines aussi variés que le traitement des images et de la parole, la reconnaissance du langage naturel, les recommandations personnalisées … Dans le domaine de l’image, la synthèse vidéo qui vise à générer des vidéos les plus réalistes possibles à partir d’inputs schématiques et minimalistes,  les progrès réalisés au cours des dernières années sont spectaculaires.  Regardez cette vidéo proposée par Nvidia Research et qui présente quelques exemples en la matière. Sous peu, il sera très difficile, voire impossible, d’identifier une vidéo de synthèse de la réalité !

Microsoft continue ses emplettes dans l’IA

Le géant de Redmond a annoncé qu’il achètera Lobe, une société basée à San Francisco qui travaille sur les outils de développement AI pour simplifier le processus et de le rendre plus accessible.

L’idée est d’offrir (comme le concurrent Api.ai racheté l’année dernière par Google) une expérience visuelle simple qui facilite la compréhension de la manière dont les données sont interprétées et de la manière dont les décisions sont prises tout en visualisant ceci dans une sorte de Workflow.

Cette approche doit permettre (c’est tout au moins la promesse)  à quiconque de développer et de former facilement des modèles d’IA basés sur une variété d’entrées, telles que des capteurs d’image, d’audio ou de mouvement. Les modèles formés peuvent ensuite être exportés vers CoreML ou Tensorflow et demain bien sur, on l’imagine la plate-forme  Microsoft ML.

Tout comme ses principaux concurrents : Google, Amazon et Facebook, Microsoft  complète donc son offre par des acquisitions dans le domaine du développement. L’intelligence artificielle continuant à gagner en pertinence, les résultats de ces investissements devraient devenir plus visibles.

Google Home Hub : le concurrent d’Amazon Echo Show arrive (très) bientôt.

Dans le domaine des assistants avec écran, on connaissait l’Amazon Echo Show et l’Echo Spot . Le fait que Google se lance dans les assistants avec écran n’était pas un secret. On attendait plutôt le périphérique pour Noel, mais il devrait arriver plus tôt : on parle d’un lancement le 9 octobre avec les nouveaux mobiles « Pixel 3 » du géant de Mountain View.

Hasard  du calendrier, nous serons chez Google Corp à Mountain View ce 9 octobre ! Avec des clients, dans le cadre de notre mission d’étude annuelle dans la Silicon Valley. Nous aurons l’occasion de vous raconter tout cela lors du prochain Briefing Calipia !

La machine de Google intègrerait selon Android Authority, une tablette 7 pouces associée à l’assistant vocal. Selon les premières photos, ceci serait plutôt (c’est une affaire de gout) réussi. Mais surtout, on parle d’un prix assez agressif de 149 $ pour cet engin.

Microsoft Teams est disponible pour la Surface Hub

Après une version en beta en en juin dernier, Teams est maintenant disponible pour Surface Hub. Microsoft Teams remplace donc Skype dans l’usage et à la bonne idée d’intégrer les fonctionnalités de tableau blanc de l’application (fonctionnement plus riche que le Onenote proposé auparavant (en particulier pour le partage avec des PC connectés).

Autre nouveauté offerte : il sera maintenant possible de visualiser quatre flux vidéo entrants.

microsoft-teams-surface-hub

Il reste possible de faire cohabiter Skype Entreprise et Teams sur la Surface Hub. Microsoft propose trois modes adéquats configuration pour Teams :

  • Le Mode 0 : on utilisera  ce mode si votre entreprise utilise principalement Skype , mais que vous souhaitez pouvoir participer aux réunions Microsoft Teams à partir de Surface Hub.
  • Le Mode 1 – dit « hybride » : L’icone «Appels» de Microsoft Teams apparaîtra sur l’écran d’accueil et remplace la vignette Skype Entreprise par défaut. Vous verrez également le bouton «Rejoindre» d’une seule touche pour rejoindre les réunions planifiées des équipes Microsoft. En revanche les réunions Skype Entreprise planifiées lancent le client Skype Entreprise lorsque vous appuyez sur le bouton «Rejoindre». On utilisera ce mode si on effectue une transition vers Teams à partir de Skype Entreprise et / ou si votre entreprise utilise principalement Teams, mais que vous souhaitez pouvoir participer à des réunions Skype Entreprise.
  • Le Mode 2 : l’iconeTeams est affichée sur l’écran d’accueil et le menu Démarrer et cette fois toutes les fonctionnalités de Skype Entreprise sont désactivées.

L’application Teams pour Surface Hub peut être téléchargée à partir de Microsoft Store ou de Microsoft Store for Business.

Je profite de cette petite news pour signaler que de des concurrents en environnement complet Microsoft existent, en particulier les solutions proposées par la société française Kickle. Nous avions eu l’occasion de les présenter lors du Briefing Calipia. La solution Kickle est à la fois plus riche fonctionnellement que la Surface Hub, plus modulaire, et… mois chère 🙂

Microsoft propose aux entreprises une offre complète de service de gestion de poste de travail

Capture d'écran 2018-09-18 08.40.58Le 17 septembre 2018 Microsoft vient d’annoncer un nouveau service : Microsoft Managed Desktop (MMD), qui vise à fournir aux entreprises un service complet de gestion de postes de travail Windows 10, de la fourniture d’appareils pré configurés, mises à jour et administration, moyennant une souscription mensuelle par utilisateur. Les postes de travail fournis intégreront Microsoft 365, la suite comprenant Windows 10 Entreprise,  Office 365 et Enterprise Mobility & Security. Dans un premier temps, seuls des ordinateurs Surface seront proposés, mais la liste de fournisseurs devrait rapidement s’allonger pour intégrer du matériel HP, Dell …

Le service va d’abord être mis en place aux US et en Grande Bretagne. Il sera étendu dans la première moitié de 2019 au Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Puis vers d’autres pays (liste non précisée pour le moment) pendant la seconde moitié de 2019.

MMD marque un nouveau pas dans la transformation de Microsoft, qui se positionne ainsi clairement sur le marché du service autour de ses technologies, et pas seulement dans un but de les promouvoir auprès d’early adopters ou de grands clients qui demandaient un engagement de Microsoft sur leurs projets (ce que porte les services Microsoft, le Consulting en particulier, depuis plus de 20 ans). Avec MMD, Microsoft devient un acteur opérationnel, rôle qui jusqu’à présent était réservé aux partenaires. Dans son communiqué, Bill Karagounis, General Manager for Microsoft, s’attache néanmoins à mentionner les partenaires, Dell, HP, DXC, HCL, Computacenter, et Accenture/Avanade pour aider à développer sa nouvelle offre.

Après Azure, Office 365, Microsoft continue donc à développer son évolution vers les services, et pousse ici ses offres stratégiques Windows 10 et Microsoft 365.

Quand le monde du digital s’intéresse au monde de la presse

Après le rachat du Washington Post en 2013 par Jeff Bezos le CEO d’Amazon (pour 250 millions de dollars), c’est au tour d’un autre patron charismatique du monde digital de se payer une icône du monde de la presse.

Marc Benioff

Marc Benioff, CEO de Salesforce serait en passe d’acquérir (pour la somme de 190 millions de dollars) avec son épouse Lynne, le très emblématique magazine Time. Cet achat est très clairement personnel et n’engage à aucun titre Salesforce. Il reste pas moins que l’attrait exercé par les médias sur les patrons du digital interpelle. Le numérique a fait exploser le monde de la presse classique, modifiant profondément la chaine de valeur ajoutée, entre plateformes, diffuseurs et éditeurs.  Les plateformes, GAFA en tête, ont tiré partie de cette transformation (quand ils n’en sont pas directement à l’origine) pour s’assurer l’accès à des contenus aux meilleures conditions. L’hécatombe qui s’en est suivi dans la presse « classique » permet à certains de s’offrir des titres de référence, souvent plus que centenaires, à des prix bas. Avec des fortunes respectives estimées à 6,7 et 100 milliards de dollars, Marc Benioff et Jeff Bezos n’ont pas eu besoin de mobiliser des parts importantes de leurs patrimoines pour financer leurs acquisitions.

Pourquoi la presse et des titres aussi emblématiques, ce qui suscite des inquiétudes sur la liberté éditoriale que vont conserver les rédactions ? Jeff Bezons et Marc Benioff sont tous 2 des hommes de pouvoir et en tant que tel un média peut être perçu comme un outil au service de leurs empires. Même si tous 2 ont indiqué lors des annonces de leurs achats, vouloir laisser toute liberté aux équipes en place. Pour autant, dans le contexte américain actuel, avec un Trump qui dénigre les médias classiques, et encore plus ceux estampillés de référence, l’achat du Washington Post et du Time par des hommes qui se sont exprimés dans les mois passés contre l’administration Trump, représente aussi un moyen de soutenir une presse de qualité et de s’assurer de disposer dans les débats des années à venir d’une part de voix significative, dépassant leurs seules statures de businessmen (déjà bien dimensionnées :)).

« Entrées précédentes