Microsoft dépasse pour la première fois les 150 000 employés… Et tout va bien coté embauches pour les autres aussi !

fouleA l’occasion de la présentation de ses résultats trimestriels Microsoft a indiqué que son effectif mondial était de 151 163 personnes au 31 décembre. Cela représente une augmentation de 7 000 personnes, soit près de 5 %, par rapport aux 144 106 personnes d’il y a six mois.

Près de 90 000 employés de Microsoft, soit près de 60 % de son effectif total, travaillent aux États-Unis. Et 53 973 personnes – 35 % de l’effectif de Microsoft – sont basées dans la seule région de Seattle, principalement sur le campus du siège social de la société.

Mais Microsoft a dépassé la barre des 150 000 personnes principalement en recrutant en dehors du siège social. Les nouvelles embauches ont été réparties à peu près à parts égales entre les bureaux nationaux et internationaux.

Coté concurrents :

  • Facebook a terminé l’année avec un effectif mondial de 44 942 personnes, soit un bond de 26 % par rapport à l’année précédente.
  • L’effectif d’Amazon a atteint 798 000 personnes à la fin de l’année, soit une augmentation de 23 % par rapport à l’année précédente, alors que le géant continue de renforcer sa division expédition et logistique.
  • Google a terminé le dernier trimestre avec 114 096 personnes dans le monde, soit une augmentation annuelle de près de 21 %.

Le SDK pour Surface Duo est aussi disponible pour macOS et Linux.

Surface DuoNous vous en parlions, Microsoft avait rendu disponible en janvier un SDK pour encourager les développeurs à concevoir des applications pour les matériels à double écrans. le SDK est maintenant disponible pour macOS et Linux.

Les exigences ne devraient pas être différentes de celles du SDK sous Windows. Vous devez avoir installé la dernière version d’Android Studio, puis vous pouvez exécuter le SDK et l’émulateur au-dessus.

La semaine dernière, Microsoft a également annoncé que le SDK et l’émulateur Surface Neo/Windows 10X seront disponibles le 11 février. Mais même si Microsoft fabrique à vendu disponible  Visual Studio Code pour ces systèmes d’exploitation, le développement de Windows se fait généralement sur Windows… donc point de versions Mac ou Linux à l’horizon 🙂

Microsoft veut avant tout séduire les développeurs internes aux entreprises

developpeursEn réponse à une question de Keith Weiss, analyste financier de Morgan Stanley, lors de la dernière conférence Analyste de Microsoft, le PDG de Microsoft, Satya Nadella est revenu sur les actions réalisées par Microsoft à destination développeurs depuis l’acquisition majeure de GitHub en 2018.

Satya Nadella a insister sur la stratégie et le  fonctionnement cohérent entre Visual Studio, Azure DevOps et GitHub, faisant de l’offre Microsoft une approche unique pour tous les types de développements. Alors que la plupart des discours de Microsoft mettent l’accent sur Azure en général ou l’intelligence artificielle. Le patron de Microsoft  aime à souligner qu’il y a plus d’ingénieurs/développeurs de logiciels dans le secteur non technologique qu’il n’y en a dans le secteur technologique lui-même et qu’il convient aussi de leur fournir les meilleurs outils possibles et ceci quelque soit les plateformes utilisées.

« Nous ne nous concentrons pas seulement sur Azure. Pour les développeurs qui utilisent notre chaîne d’outils, ils peuvent cibler n’importe quel Cloud, n’importe quel périphérique« , a déclaré Nadella. « Nous voulons rester fidèles à cette philosophie de l’open source, GitHub, et utiliser les meilleurs outils« . Cerise sur le gâteau, le même Satya Nadella a aussi assuré que les outils de développement sont aussi pour Microsoft une source de revenus importante à forte marge… Nous voila rassuré 🙂

Aux Etats Unis, il y a débat sur les recettes issues des enchères de la 5G

5GChez nous pas vraiment de débats pour savoir à quoi seront consacrées les recettes des ventes aux enchères des bandes de fréquences de la 5G. Ces dernières serviront à tenter un équilibre budgétaire ou tout au moins réduire le déficit. Alors que le déficit américain frôle les 1000 milliards de $ (4,6 % du PIB en 2019), il y a outre atlantique débat sur le fléchage de ces ressources. Plusieurs sénateurs américains souhaitent que les recettes d’une prochaine vente aux enchères du spectre soient consacrées à la réduction de la fracture numérique entre zones urbaines et rurales.

La sénatrice de l »état de Washington,  Mme Cantwell a présenté cette semaine un projet de loi qui garantirait qu’une partie des recettes d’une vente aux enchères publique d’ondes serait investie dans le déploiement du haut débit en milieu rural et dans les réseaux de secours (le fameux 911) de nouvelle génération.

Actuellement la bande C (celle ciblée dans cette nouvelles enchère) est utilisée par des sociétés de satellites pour diffuser des programmes vidéo et radio. La FCC prévoit une vente aux enchères publique de la bande C en février afin de rendre le spectre disponible pour la prochaine vague de technologie 5G. Les sociétés de satellites ont déclaré vouloir une « juste compensation » pour libérer le spectre, selon un rapport du New York Times.

« Nous avons besoin d’argent pour le haut débit rural et non de cadeaux pour les sociétés de satellites étrangères« , a déclaré M. Cantwell dans un communiqué. Bonne nouvelle pour son adoption, ce projet de loi est bipartisan.

 

Dell Mobile Connect permettra de partager des fichiers et de visualiser votre écran d’iOS sous Windows 10

Dell Mobile ConnectDell poursuit le développement de son application Mobile Connect, qui permet permet par exemple d’envoyer et recevoir des SMS depuis votre PC, et passer et recevoir des appels mais ceci uniquement avec un smartphone Android. C’est aussi ce que propose l’application My Phone de Microsoft sous Windows 10 pour un certain nombre de smartphone Android là encore. En revanche, si vous disposez d’un iPhone, rien n’est possible sous Windows. Pour rappel, ces fonctions sont natives sur un Mac ou iPad mais avec … un iPhone. Et c’est franchement bien pratique.

Dell a annoncé des améliorations à venir pour son application au printemps, vous n’aurez plus besoin d’un téléphone Android pour mettre votre écran en miroir ou transférer des fichiers sans fil. Cela devrait fonctionner également avec les iPhones.

Ce qui n’est pas super clair, c’est comment Dell va s’y prendre, car personne d’autre n’a été capable de le faire jusqu’à présent. Dell a confirmé qu’il n’utilisera pas AirDrop ou AirPlay pour cela, mais sa propre technologie sans doute à base de reverse ingenering sur les technologies Apple. Il existe déjà des outils comme AirMirror qui permet de faire des choses de ce type entre matériel Apple et Ecran sans Apple TV ou encore l’inverse avec un PC Windows. Mais le support de ce type de produit est parfois assez problématique et dépend de la version d’iOS utilisée. Nous avons hâte de tester la solution de Dell en la matière.

 

Le service Google Kubernetes ajoute la prise en charge des conteneurs Windows

conteneursGoogle prévoit désormais la prise en charge de l’orchestration Kubernetes pour les conteneurs Windows Server hébergés sur la plateforme Google Cloud (GCP).

Le support est assuré par le moteur Google Kubernetes (GKE). La version 1.16.4 de GKE, actuellement au stade de la version bêta, peut en fait faire fonctionner les conteneurs Windows et Linux « côte à côte dans le même cluster« , a indiqué l’annonce de Google. Coogle précise avec cette annonce qu’ils ont ajouté des fonctionnalités telles que « la possibilité d’apporter leurs propres licences Windows Server (BYOL), des affichages virtuels et des services gérés pour SQL Server et Active Directory« .

Google fait la promotion de diverses options de support de GKE, dont les mises à jour automatiques des nœuds et l’utilisation d’une fonction de clusters régionaux, qui ajoute la prise en charge de Kubernetes dans « les nœuds de plusieurs zones dans la même région« . Il est également possible d’utiliser des comptes de services gérés de groupe pour la gestion automatique des mots de passe, qui fait partie du service géré du GCP pour Active Directory. Google offre également un accès aux clusters privés via son service Virtual Private Cloud.

Pour rappel,  Microsoft propose également son service Azure Kubernetes, qui prend en charge les conteneurs Windows et Linux. Amazon Web Services propose lui aussi  son service Kubernetes, qui prend également en charge les conteneurs Linux et Windows.

Critiqué sur son optimisation fiscale aux USA , Amazon donne quelques chiffres…

AmazonAlors que lors des débats des primaires démocrates les sénateurs Bernie Sanders et Elizabeth Warren, citent très souvent Amazon comme un exemple de société qui ne paye pas ses impôts aux USA, l’entreprise a donné des détails sur les taxes américaines qu’elle s’acquitte pour 2019 dans des documents financiers publics et un billet de blog la semaine dernière, affirmant que ses dépenses d’impôt fédéral sur le revenu pour l’année s’élevaient à plus d’un milliard de dollars…

On comprend que ces révélations semblent destinées à contrecarrer les affirmations des politiciens et des chercheurs selon lesquelles Amazon ne paie pas d’impôt sur le revenu. Cependant, l’impôt fédéral sur le revenu ne représente qu’une petite fraction des bénéfices de la société, soit environ 6 % des 14,5 milliards de dollars de revenus d’exploitation qu’Amazon a déclarés dans son rapport financier de fin d’année. L’entreprise bénéficie également de facilités de paiement (!) : Les lois fiscales fédérales lui permettent de retarder le paiement de la facture. Selon les déclarations réglementaires, Amazon paiera 162 millions de dollars d’impôts fédéraux sur le revenu pour 2019 maintenant, et 900 millions de dollars supplémentaires étalés sur le reste de l’année.

Les justifications de l’entreprise ont un air de déjà vu (en particulier chez nous) : « Comme la plupart des gouvernements qui tentent d’encourager les investissements économiques des entreprises, le Congrès américain a rédigé un code fiscal qui encourage le type de création d’emplois, d’investissement en capital, de développement technologique et d’actionnariat salarié qu’Amazon fait parce que ce sont des moteurs essentiels d’une économie prospère« , déclare la société dans un post. « Nous respectons toutes les lois fiscales applicables au niveau fédéral et au niveau des États, et nos impôts aux États-Unis sont le reflet de nos investissements continus, de la rémunération de nos employés et des règles fiscales en vigueur« .

Même aux États Unis cela fait un peu réagir… A quand une taxe GAFA (une vraie)  là bas aussi ?

« Entrées précédentes