Build 2021 : pléthore de nouveautés pour les développeurs

MyBuild - Your home for Microsoft Build

Microsoft a annoncé une pléthore de nouvelles fonctionnalités pour sa plateforme de cloud computing et ses services associés. Un petit résumé des points les plus marquant selon nous.

On commence par les outils de développements :

  • Visual Studio 2019 16.10 est maintenant disponible avec de nouvelles fonctionnalités IntelliSense, des outils de test et Git, et des fonctionnalités de conformité pour C++.
  • .NET 6 Preview 4 est maintenant disponible et contient de nombreuses améliorations. Les développeurs d’applications multi-plateformes peuvent maintenant utiliser l’interface utilisateur d’applications multiplateformes .NET (.NET MAUI) directement dans Visual Studio. Coté développeurs Web Microsoft annonce qu’ils pourront tirer parti des applications hybrides ASP.NET Blazor. Pour rappel, Blazor est une infrastructure permettant de créer une interface utilisateur Web interactive côté client en .net et d’utiliser C# au lieu de Javascript (et de partager plus simplement la logique entre client et serveur, comme on peut le faire en Javascript avec Nodejs par exemple).
  • Toujours côté .net Microsoft annonce la prise en charge d’Apple Silicon et de Windows Presentation Foundation (WPF) sur ARM64 (Windows ARM).
  • Microsoft propose aussi des images de conteneur plus petites (qui ont une empreinte mémoire moindre) et des API Web pouvant être utilisées pour créer des microservices plus petits donc et on imagine plus rapides.

Côté services Azure toujours pour les développeurs :

  • les services d’applications Azure sont désormais compatibles avec Azure Arc (services d’administration centralisée de services multicloud et hybrides), ce qui signifie qu’ils peuvent aussi désormais être déployés sur des clusters Kubernetess.
  • Open Service Mesh (OSM) est désormais disponible en beta (qui est pour rappel un maillage de services cloud natif gratuit et open source développé par Microsoft qui s’exécute sur Kubernetes). Ce module complémentaire permet une gestion et une sécurité plus efficaces des clusters Kubernetes compatibles avec Azure Arc.
  • Azure Kubernetes Services (AKS) sur Azure Stack HCI est maintenant disponible. Grâce à cela, le déploiement de clusters Kubernetes vers des environnements sur site est plus simple. On retrouve également sur Azure Stack HCI un nouveau mécanisme de surveillance multi-clusters.
  • Azure Security Center peut désormais afficher les résultats d’une analyse de conteneur à l’aide des actions GitHub pour une meilleure traçabilité.
  • Vous en rêviez, la version 0.4 d’Azure Bicep est dispo. Pour rappel, il s’agit d’un langage déclaratif open source pour le déploiement de ressources. On peut donc utiliser Bicep au lieu de JSON pour développer les modèles Azure Resource Manager (modèles ARM). Microsoft annonce que cette nouvelle version facilite la gestion et la validation des bases de code.
  • Deux mises à jour sur Azure IoT sont aussi disponibles. Tout d’abord, les capacités d’imbrication dans Azure IoT Edge qui permettent aux fabricants de consolider les données provenant de divers systèmes et de les transmettre en toute sécurité dans le cloud. Deuxièmement, Azure IoT Edge pour Linux sur Windows est aussi proposé en version finale, ce qui permet de tirer parti à la fois de Windows et de Linux au lieu d’opter pour l’un des deux seulement.
  • Enfin, Microsoft et Elastic ont annoncé travailler ensemble pour publier une expérience native sur Azure. L’intégration est actuellement en phase beta et permet d’utiliser les capacités de recherche et de visualisation à partir du portail Azure.

Nous reviendrons sur une partie de ces éléments lors du Briefing.

Bleu : le cloud souverain d’Orange et CAPGEMINI basé sur les services Microsoft

La nouvelle est officielle depuis ce matin, Orange et Capgemini se sont associés à Microsoft pour fournir les services de ce dernier (Microsoft 365 et Azure) dans des data centers en France, disjoints des infrastructure du géant américain et répondre ainsi aux contraintes imposées par l’état. Une nouvelle société proposera ces services : Bleu , ou Orange et Capgemini seront majoritaires).

Les solutions commercialisées par la Bleu ciblent en premier lieu les organisations publiques gérant des données sensibles. On retrouve ainsi sans surprise les OIV (Opérateurs d’Importance Vitale) et les OSE (Opérateurs de Services Essentiels) L’état français, la fonction public, les services liés à la santé, et bien sur les collectivité locales. Mêmes si tout ces acteurs n’ont pas attendu « Bleu » pour investir dans les technologies Cloud de Microsoft à l’image de très nombreuses collectivité locales, des OIV tels quels SNCF, Eurotunnel, des organismes sociaux comme la CNAV, CNAM, ou des opérateurs publics tel que La Poste par exemple…

Les trois partenaires affirment que les autorités américaines ne pourront pas accéder aux données stockées par Bleu et que toutes les données seront hébergées dans des data centers situés en France, séparés des data centers de Microsoft. Condition nécessaire (mais dans les fait pas suffisante). On apprend que L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) a validé le dispositif.

« L’ambition est de pouvoir bénéficier des meilleures technologies opérées par des acteurs de confiance exclusivement soumis au droit européen, sans concessions en termes de sécurité », 

Guillaume Poupard, responsable de l’Anssi.  

Le dispositif proposé ressemble assez fortement à ce qu’a fait Google avec OVH il y a quelques mois. La nouvelle société Bleu espère ainsi recevoir le nouveau label gouvernemental « Cloud de Confiance ». Pour se faire, les services proposés devront répondre aux exigences du référentiel « SecNumCloud » qui pour l’instant n’a été attribué qu’à Oodrive, 3DS Outscale et OVH. 

Alors un succès en prévision ou ce partenariat rejoindra les fiascos des Clouds à la Française de 2015 (Cloudwatt, Numergy,…) ? Tout dépendra de l’incitation de l’état mais aussi des surcouts que l’opérateur Bleu voudra bien appliquer aux services Microsoft… S’il est clair que tout le monde est pour un cloud souverain, pas à n’importe quel prix, et si comme en Allemagne le montage induit un surcout de plus de 30% aux services proposés en natif, cela risque de poser problème…

Les « profondes » améliorations d’Outlook enfin finalisées

Télécharger Outlook gratuitement pour Windows/iOS/Android/macOS

Fin 2019, Microsoft avait annoncé qu’elle mettrait à jour Outlook pour Windows avec un grand nombre d’améliorations au niveau de son moteur, mais jusqu’à présent, celles-ci n’étaient disponibles qu’en beta. Aujourd’hui, Microsoft a annoncé que ces améliorations sont sorties de la phase de prévisualisation et sont disponibles de manière générale.

Ces mises à jour tournent principalement autour des calendriers partagés, avec en tête une synchronisation plus fluide et plus fiable, une modification plus rapide d’un événement et d’autres modifications du comportement par défaut. Microsoft affirme que les améliorations améliorent « considérablement » la latence de synchronisation et la fiabilité des calendriers partagés et délégués dans Outlook pour Windows. Il est amusant de noter que ces améliorations de performance sont disponibles depuis un certain temps déjà sur d’autres clients Outlook ! Comme ceux pour Mac et sur mobile iOS et Android. La version pour Windows ne fait que rattraper ce retard, une fois de plus les équipes Office ne semblait pas faire de Windows une priorité… Les temps ont changés.

Lors de la Build qui se termine aujourd’hui, Microsoft a présenté ces mises à jour comme le plus grand changement apporté à Outlook pour Windows depuis sa première version en 1997 et affirme avoir recueilli les commentaires et corrigé les bogues signalés par des dizaines de milliers d’utilisateurs au cours des deux dernières années avant de sortir de Beta. Cette mise à jour ne change rien visuellement mais les améliorations de performance seront bien visibles pour les délégués et les autres utilisateurs de calendriers partagés dans Outlook pour Windows par exemple. À partir d’aujourd’hui, les améliorations de performance sont activées pour 10% des clients utilisant Outlook pour Windows dans la version 2103 du canal actuel (mise à jour de mars 2021), et les améliorations seront déployées pour tous les utilisateurs de manière échelonnée pendant le reste de l’année.

Vous vous en doutez, nous reviendrons sur ces évolutions lors du prochain Briefing Calipia qui commence dans 15 jours maintenant.

Amazon serait prêt d’acquérir le studio Metro Goldwyn Mayer (MGM)

source : MGM.com

Amazon est avec Apple un des 2 GAFAM qui propose du contenu (musiques, films, séries…) à ses clients. Dans ce contexte, Amazon serait selon une news publiée par le Wall Street Journal lundi 24 mai, en phase finale de discussion pour acquérir MGM, une légende d’Hollywood, pour une somme estimée à 9 milliards de dollars. MGM garantirait au service Amazon Prime Video l’accès à une immense bibliothèque de contenus, dont certains blockbusters tels Rocky ou James Bond et des séries à succès comme la Servante Ecarlate ou Fargo. Une large partie du contenu plus ancien de MGM (années 40/50) a déjà fait l’objet de ventes séparées.

Amazon se lance de manière importante dans le production de contenu audiovisuel, mais aussi l diffusion de contenu sportif (voir par exemple un certain nombre de matchs de Roland Garros qui seront diffusés de manière exclusive sur Prime Video).

Cette rumeur de rachat fait suite à une précédente en 2018, cette fois-ci avec Apple, et qui avait valu au CEO de MGM de l’époque de prendre la porte.

Si toutefois ce rachat se confirmait, les autorités antitrust américaines et européennes y regarderaient certainement de plus près …

Qualcomm annonce son Snapdragon 7c Gen 2 destiné à Windows ARM et aux Chromebooks

Qualcomm annonce enfin son 7C Genération 2, destiné aux PC Windows et Chromebooks « toujours connectés », la nouvelle puce apporterait des performances améliorées, même si Qualcomm se garde bien de les définir précisément. D’autres parlent de performances comparables à un i5 d’Intel. Ce n’est donc pas de ce côté qu’il faudra trouver de l’originalité mais plutôt :

  • Des capacités pouvant améliorer le traitement des images et du son
  • Une connectivité 4G intégrée
  • Une intégration d’IA
  • De nouvelles fonction de sécurité (sans plus de précision…)
  • Une autonomie accrue (la société annonce un facteur deux par rapport à Intel)

L’entreprise Californienne précise que cette puce est destinée aux ordinateurs d’entrée de gamme (secteur de l’éducation, usages réduits en entreprise) en gros là où le prix est essentiel. Donc engrosser des PC pouvant être proposé sous les 500 $.

Côté Entreprises spécifiquement, Lenovo devrait selon Qualcomm lancer de nouveaux appareils équipés de cette puce abordable « plus tard cette année ». Ce n’est peut-être pas trop surprenant car Lenovo vient de participer à une table ronde avec Qualcomm sur l’avenir du PC, ce qui en fait un partenaire clé dans l’adoption de l’ARM.

Rappelez-vous que le Snapdragon 7c original avait été annoncé en décembre 2019, mais n’a pas été commercialisé avant l’été 2020. Le premier appareil, équipé du Snapdragon 7c Gen 2, est attendu cette fois cet été selon Qualcomm sans indication du constructeur.

Outre le nouveau Snapdragon 7c Gen 2, Qualcomm a également annoncé un nouveau kit de développement Snapdragon pour Windows et une application Zoom optimisée pour ARM pour les appels vidéo, tous deux prévus pour cet été.

On regrette que cette annonce ne soit pas mise en perspective des processeurs d’Apple qui surclassent ce segment, une feuille de route de la riposte de Qualcomm serait interessante (comme l’entreprise le fait habituellement, sur le segment des smartphones). Nous reviendrons sur ce nouveau terrain de jeux que son les processeurs pour les PC de demain et la formidable ouverture offerte après les déboires d’Intel, lors du prochain Briefing Calipia, Il reste des places, rejoignez-nous, si ce n’est déjà fait !

Après Apple, Microsoft, Amazon, voici la première boutique Google

source : Google

On a beau être les champions du numérique et du cloud, le contact avec des clients, en vrai, dans un magasin physique, reste/devient un point de passage obligé. Dernier en date, Google, qui vient d’annoncer l’ouverture de sa première boutique à New York, pour l’été 2021. On devrait retrouver dans ces magasins les différents produits matériels de Google, et la liste commence à être longue (les Pixel – smartphones, Pixelbooks, oreillettes …), les produits Nest (thermostats, sonnette, smart display, routeurs wifi, caméras connectées …), produits Fitbit, ChromeCast …). On aura aussi la possibilité de prendre rendez-vous avec des techniciens de support Google.

Bref, rien de révolutionnaire et qui n’existerait pas chez les concurrents qui se sont déjà lancés dans l’aventure des boutiques physiques. Apple tout d’abord, dont le succès continu de ses Apple Stores n’a cessé de conforter l’entreprise dans son choix de déployer ce réseau de boutiques dans le monde (plus de 500 boutiques, dans pus de 25 pays). Microsoft qui l’a suivi, ouvrant des boutiques à 2 pas des Apple Stores, avec un look très emprunté à Apple, a pourtant eu moins de chance, et a annoncé en juin 2020 la fermeture de l’ensemble de ses enseignes. Amazon a aussi choisi d’ouvrir des magasins physiques, au travers de différentes enseignes (Whole Foods Markets, Amazon Go, Amazon Fresh, Amazon Books …), a rencontré quelques difficultés en 2020, avec 3 trimestres sur 4 en décroissance, alors que la vente en ligne de l’enseigne explosait.

N’est pas Apple qui veut donc. Ce qui explique aussi le temps de réflexion pris par Google pour annoncer l’ouverture de son magasin de NYC, et l’absence d’un plan de déploiement au-delà de celui-ci.

On Zoom : une réponse à Teams Event ?

On Zoom (aussi connu sous le nom de Zoom Events) n’est pas encore disponible, mais il le sera bientôt, tout au moins à priori dès la rentrée. L’éditeur vient d’annoncer son produit qui devrait offrir :

« une plate-forme tout-en-un qui vous donne les outils nécessaires pour créer des expériences virtuelles attrayantes que les participants vont adorer ».

Au de la d’une application pour des classes virtuelles, l’idée pour l’entreprise est de répondre aux besoins de grands évènements en ligne pouvant durer plus d’une journée en reproduisant une expérience complète : de l’achat des billets à l’animation. C’est aussi une réponse à l’annonce côté grand public de Facebook Events et côté entreprises à celle de Teams Events et ses nouveaux modes de fonctionnement (nous reviendrons là dessus lors du prochain Briefing Calipia en juin)

On Zoom permettra ainsi la vente de billets et l’inscription aux événements, le tout personnalisable par ceux qui créent les rassemblements comme s’ils louaient un lieu réel et des places potentiellement limitées. La nouvelle plateforme offrira également aux utilisateurs un centre où ils pourront dresser la liste des événements à venir afin d’informer les gens de la date et de l’heure du prochain événement. Et les événements seront partagés dans un répertoire public afin que, tout comme un véritable événement, les passants puissent en découvrir le contenu, un peu comme lorsque l’on passe devant un cinéma en regardant les affiches. On devrait aussi avoir la possibilité de présenter des « aperçus vidéo d’événements »,un peu comme si l’on passait la tête dans la porte d’un événement pour avoir une idée de ce qui se passe. Pas bête du tout.

De plus, tout comme un événement réel dans le monde physique, les fonctions de chat textuel de Zoom Events permettront aux gens de rester dans les parages après ou même avant le début de l’événement et de bavarder pour passer le temps. Fonction qui manque cruellement dans les applications en général lorsque l’on met en oeuvre une « salle d’attente », salle qui dans les fait est plutôt un cabinet d’attente personnel : pas moyen de discuter avec les autres personnes qui patientent…

Là ou le l’éditeur en revanche a été très discret sur ses annonces, c’est la tarification de tout ceci ! Y compris de savoir si Zoom ne prévoit pas de se rémunérer sur le prix d’un billet, comme peuvent le faire des plateforme d’inscription type Weezevent par exemple…

Autre question : comment Microsoft prévoit-il de réagir face à ces annonces ? Nous vous en parlions, Teams n’hésite pas maintenant à promouvoir des usages personnels (histoire de casser aussi l’image uniquement de produit d’entreprise qui colle à l’offre)…

Chiffrement des conversations vocales : Teams rattrape (enfin et bientôt) son retard

On attendait une date de disponibilité pour la fonction de chiffrement des communications vocales de bout en bout après l’annonce qu’avait faite sur le sujet Microsoft en mars dernier lors de l’évènement Ignite. Cela devrait être déployé dès juillet. Actuellement, que les choses soient claires, tous les types de communication entre les utilisateurs de Microsoft

Teams : bientôt possible de créer son propre « Together Mode »

Vous connaissez sans doute le mode Together de Teams, cette fonction qui vous permet de placer un groupe de personnes dans une scène virtuelle, telle qu’un amphi, une salle de classe ou un café. C’est un moyen sympa de personnaliser l’expérience d’une réunion et cela rend sans doute les choses un peu plus naturelles. Bientôt,

Microsoft Whiteboard : des nouveautés dans le domaine de l’éducation et une meilleure intégration à Teams

Microsoft a annoncé hier l’arrivée d’une série de fonctionnalités dans son application Whiteboard, destinées à l’éducation à l’occasion d’annonces touchant ce secteur telles que de nouveaux services dans Forms, les applications Office, etc. Aucune information en revanche pour ce qui concerne leur adaptation dans les version entreprises de Teams. Logiquement cela devrait arriver, mais quand,

Teams : bientôt possible de créer son propre « Together Mode »

Microsoft Teams añade salas virtuales que colocan a todos los integrantes  de la videollamada uno al lado de otro

Vous connaissez sans doute le mode Together de Teams, cette fonction qui vous permet de placer un groupe de personnes dans une scène virtuelle, telle qu’un amphi, une salle de classe ou un café. C’est un moyen sympa de personnaliser l’expérience d’une réunion et cela rend sans doute les choses un peu plus naturelles.

Bientôt, Teams permettra aux utilisateurs de créer des scènes personnalisées pour le mode Together. C’est ce que révèle le site OnMSFT.

Pour ce faire, il faudra se rendre sur le portail développeurs de Microsoft Teams. Alors pourquoi ne par reproduire les salles réelles de votre entreprise ? Ou le canapé du salon pour une réunion familiale 🙂

Bon, vous vous en doutez, nous en parlerons aussi lors du prochain Briefing Calipia lors de la session spéciale sur les nouveautés de Teams.

Microsoft abandonne officiellement Windows 10X

Nous vous en parlions en début de mois, c’est maintenant officiel Microsoft abandonne Windows 10X qui se voulait être le concurrent de Chrome OS. Décidément il est bien difficile pour le géant de Redmond de créer un nouvel OS…

Microsoft n’a pas fait cette annonce on s’en doute avec le même éclat que le lancement il y a bientôt 2 ans, il s’est contenté d’un billet de blog sur le déploiement de la mise à jour des fonctionnalités de Windows 10 21H1 – qu’il a publié au début de la keynote Google I/O hier soir… Alors même que Google annonçait les progrès de Chrome OS !

« Après une année d’exploration et de conversations avec les clients, nous avons réalisé que la technologie de Windows 10X pouvait être utile de plus de façons et servir plus de clients que nous ne l’avions imaginé au départ. Nous avons conclu que la technologie 10X ne devait pas être confinée à un sous-ensemble de clients. « Au lieu de mettre sur le marché un produit appelé Windows 10X en 2021, comme nous l’avions initialement prévu, nous tirons parti des enseignements de notre voyage jusqu’à présent et nous accélérons l’intégration de la technologie 10X fondamentale dans d’autres parties de Windows et produits de l’entreprise. En fait, une partie de cette technologie se reflète déjà au cœur de Windows dans les versions préliminaires de Windows Insider, par exemple la nouvelle technologie de conteneur d’applications que nous intégrons dans des produits comme Microsoft Defender Application Guard, une expérience de frappe vocale améliorée et un clavier tactile modernisé avec une taille de touche, des sons, des couleurs et des animations optimisés. »

Officiellement donc : intégration aux prochaines fonctions de Windows 10. Mais quelles intégrations alors que les objectifs étaient justement de faire un OS beaucoup plus léger ?

Dans le même ordre d’idée mais cette fois, concernant la version Windows ARM, on apprenait que Adobe proposerait enfin sous peu Photoshop pour Windows ARM. Cette bonne nouvelle (même si elle intervient 6 mois après la disponibilité de la version MacOS ARM pourtant lancée elle même qu’ il y a 7 mois) cache en réalité un malaise : la version ne sera pas aussi complète que la version traditionnelle Windows ou Mac (y compris Mac ARM…) car des fonctions seraient trop compliquées à porter et pour cette version, Adobe recommanderai 16 Go de mémoire pour fonctionner correctement… Un portage qui risque bien de ne pas rester dans les mémoires et témoigne sans doute de l’engagement d’Adobe sur cette version de Windows et le succès escompté.

Nous reviendrons sur ces éléments (et bien d’autres) lors du prochain Briefing Calipia les 9,10,14 et 15 juin au choix, rejoignez nous !

Qualcomm annonce son Snapdragon 7c Gen 2 destiné à Windows ARM et aux Chromebooks

Qualcomm annonce enfin son 7C Genération 2, destiné aux PC Windows et Chromebooks « toujours connectés », la nouvelle puce apporterait des performances améliorées, même si Qualcomm se garde bien de les définir précisément. D’autres parlent de performances comparables à un i5 d’Intel. Ce n’est donc pas de ce côté qu’il faudra trouver de l’originalité mais plutôt

ARM : Pourquoi Apple va réussir là où Microsoft a échoué ?

Toute la presse informatique parle depuis 10 jours des nouvelles machines d’Apple avec leur processeur ARM maison (Apple M1) et de l’abandon par le géant de Cupertino des processeurs Intel.  Nous avons commandé et commencé à tester ces premières machines que nous venons de recevoir, comme nous l’avions fait à l’époque avec les machines de

Une refonte de l’interface pour Windows 10 dans un an…

Selon un rapport du bien informé Zac Bowden de Windows Central, l’interface de Windows 10 devrait pas mal évoluer au deuxième semestre 2021. Le projet aurait pour code Sun Valley avec au programme une refonte importante du menu démarrer, de la barre de tâches, l’explorateur de fichiers, des applications natives. La première idée qui vient

Microsoft rend disponible (GA) les fonctions grand public de Teams

source : Microsoft

vec la pandémie et les confinements qui ont suivi, Microsoft a proposé en 2020 des fonctions en preview destinées à un usage grand public de Teams. Hier Microsoft vient d’annoncer la disponibilité générale de ces fonctionnalités.

Parmi celles-ci :

  • le mode Ensemble, qui positionne les vidéos des participants sur un fond commun, au lieu de la classique galerie de vignettes
  • l’usage de Gif et d’émojis pour réagir en live dans les conversations
  • la possibilité pour ceux qui ne disposent pas de Teams de pouvoir recevoir et répondre aux conversations, via des SMS
  • la possibilité de créer des listes de ToDO à partir de conversations, et d’assigner des tâches parmi les participants
  • l’usage de Forms pour proposer des sondages rapides.

Ces fonctions sont déjà disponibles pour les utilisateurs de Teams en environnement personnel, mais leurs usages sont donc élargis à tous.

« Entrées précédentes Derniers articles »