Nouvelle fonction bien pratique dans Google Agenda

En cette période de vacances et donc d’absence programmée du bureau, Google vient d’ajouter dans son agenda une fonction très pratique : Il est maintenant possible de définir simplement les périodes ou nous activons le fameux OOF (Out of OFfice) tout simplement en sélectionnant les dates correspondantes.

En plus de celà la mise à jour proposée assure qu’il sera possible de définir les plages de travail de façon plus granulaire : plus d’horaires fixes pour tous les jours mais  indépendamment pour chaque jour de la semaine. De plus, un message de refus automatique peut être paramétré pour les réunions en dehors des plages indiquées.

Avec ses fonctions et l’introduction de toujours plus d’IA dans les serveurs du géant de Mountain View, le calendrier peut être plus  intelligent : « En fonction de votre fuseau horaire et de vos habitudes de planification passées, Google Agenda peut maintenant déduire vos heures de travail. » hum… vaste programme, avec un couplage à la base RH de l’entreprise pour corser le tout ? 🙂

Une petite animation pour tout comprendre :

gsuite_outofoffice_v01

Google précise que cette fonction est en cour de déploiement au niveau mondial. Un peu de patience donc si elle n’est pas encore disponible sur vos comptes.

Le cloud Azure sera-t-il le nouveau Windows de Microsoft ?

Depuis l’arrivée de Satya Nadella aux commandes de Microsoft, cette société à fait du cloud une priorité en adoptant le slogan « Cloud first, Mobile first ».

Dans les faits, cela s’est traduit par d’importants investissement dans de nouveaux datacenters (on parle de milliards de dollars), l’intégration de supercalculateurs sur sa plateforme cloud Azure, la révision de son offre tarifaire, le renforcement de ses services sur sa plateforme cloud Azure, de belles avancées dans les domaines de l’Intelligences Artificielle et de l’Internet des Objets, etc.

Selon l’analyste James Cordwell, cité par CNBC, les changements organisationnels opérés par l’entreprise afin de mieux capitaliser son activité de cloud computing — dont la pièce maîtresse est Azure — devraient constituer un facteur clé de profit pour Microsoft. Pour Cordwell, « Azure a remplacé Windows comme plate-forme sous-jacente à l’offre d’entreprise de Microsoft, et nous prévoyons des revenus supérieurs à 100 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie ».

Lire la suite

Une nouvelle préversion de Windows Server 2019 (et Hyper-V Server) est disponible

Après une première préversion en Mars, Microsoft a publié le build 17692 de Windows Server 2019, qui apporte de nouveaux outils et améliorations avec notamment l’ajout de la première préversion de Microsoft Hyper-V Server et l’apparition de System Insight.

On peut noter que Microsoft offre à l’occasion de ce programme bêta des clés d’activation gratuites illimitées et utilisables avec les différentes versions de Windows Server 2019 que l’on peut télécharger en étant inscrit au programme Windows Insider.

Hyper-V Server

Assez naturellement, Microsoft propose le premier aperçu de Microsoft Hyper-V Server 2019, un produit autonome qui contient uniquement l’hyperviseur Windows, un modèle de pilote Windows Server et des composants de virtualisation.

La technologie de l’hyperviseur Windows dans Microsoft Hyper-V Server est identique à celle du rôle Hyper-V sur Windows Server. Ainsi, une grande partie du contenu disponible pour le rôle Hyper-V sur Windows Server 2016 s’applique également à Microsoft Hyper-V Server.

System Insight

System Insights est une nouvelle fonctionnalité qui fournit des capacités d’analyse prédictive locales à Windows Server. Ces capacités prédictives, chacune s’appuyant sur un modèle d’apprentissage automatique, analysent localement les données système de Windows Server, telles que les compteurs de performance et les événements, afin de mieux comprendre le fonctionnement de vos déploiements et de réduire les dépenses opérationnelles associées à la surveillance de vos instances Windows Server.

Étant donné que chacune de ces fonctionnalités s’exécute localement, toutes vos données sont collectées, conservées et analysées directement sur votre instance Windows Server, ce qui vous permet d’utiliser des fonctionnalités d’analyse prédictive sans connectivité au cloud.

Dans Windows Server 2019, System Insights introduit un ensemble de fonctionnalités axées sur la prévision de capacité, prédisant l’utilisation future pour le calcul, la mise en réseau et le stockage.

Vous pouvez gérer System Insights via une extension Windows Admin Center ou directement via PowerShell.

system-insights

Lire la suite

D’importantes refontes pour Office 365

Microsoft a annoncé dans un billet de blog de Jared Spataro (Corporate Vice President for Office and Windows Marketing), plusieurs éléments importants concernant son offre Office 365 (et Office.com).

Tout d’abord une migration d’Office 365 vers une mystérieuse « nouvelle plateforme technologique » qui semble t’il va avoir des conséquences spectaculaires sur les performances d’utilisation de la suite bureautique en mode Web.

Mais les évolutions les plus notables portent sur l’interface.

Un ruban simplifié

Plus simple, le nouveau ruban n’est pas sans rappeler celui déjà utilisé dans des applications telles que OneNote. Le grand ruban à trois rangées va céder sa place à une barre d’outils à onglets à une seule rangée.

O365 ruban

Si Word sur le Web a été la première application à obtenir la nouvelle interface le 13 juin, en juillet, les versions par abonnement d’Outlook pour Windows l’obtiendront également. Microsoft déploiera ensuite le ruban sur Word, Excel et PowerPoint, mais les utilisateurs auront le choix de revenir à l’ancien ruban s’ils préfèrent le style actuel.

Lire la suite

Qui a dit que les GAFA n’avaient pas d’humour ?

Lors d’une visite en Europe la semaine dernière le patron d’Apple a affirmé, en ne laissant pas apparaitre le moindre rictus qu’ « Apple n’était pas venue en Irlande pour les avantages fiscaux ». tim_cook_apple
Le moins que l’on puisse dire, est qu’il a beaucoup d’humour. Ceci dit ce n’est pas le seul, mais l’affirmer avec une telle assurance est vraiment digne d’un grand artiste.
A moins que la vérité soit ailleurs : «Apple, a tout simplement décider d’investir dans ce pays pour la proximité des pubs, la sympathie des Irlandais, et bien sùr le climat vivifiant propice à la créativité ». Ce n’est que plus tard lors de la déclaration annuelle de l’impôt sur les sociétés que Tim Cook (qui était le Directeur Financier d’Apple au moment des décisions d’investissement dans le pays) s’est aperçu que la fiscalité était bigrement avantageuse, rien de prémédité bien entendu, simple coup de bol 🙂
Il va de soit que la décision de ne pas poursuivre les investissements d’1 Milliard de € dans le pays pour la construction d’un Datacenter n’a rien à voir avec l’amende infligée à Apple de 13 Milliards…
Plus c’est gros plus celà passe… ou pas.

Pour IDC et Gartner la transformation du datacenter booste la vente de serveurs

Le marché global des serveurs a continué de se renforcer avec un troisième trimestre consécutif de croissance à deux chiffres, générant plus de revenus que tout autre premier trimestre. Cette demande record de serveurs est motivée par un cycle d’actualisation des entreprises, une forte demande des fournisseurs de services cloud, une utilisation accrue des serveurs comme éléments de base de l’infrastructure logicielle, une demande étendue pour les nouveaux processeurs tels que la plateforme Intel Purely, des déploiements croissants de charges de travail nouvelle génération. Les prix de vente moyens (PVM) ont augmenté au cours du trimestre en raison de configurations plus riches et de l’augmentation des coûts des composants. L’augmentation des PVM a également contribué à la croissance des revenus.

Pour Gartner, au premier trimestre 2018, les ventes mondiales de serveurs ont atteint 16,7 milliards de dollars. Soit une progression de 33,4% par rapport à la même période l’an dernier. À lui seul, le marché des serveurs x86 a progressé de 35,7% en valeur. Et de 17,5% en volume sur le trimestre. Du côté des fabricants, Dell EMC a augmenté de 51,4% ses ventes. Ainsi, il domine le secteur avec une part de marché serveurs de 21,5% à 3,6 Md$. HPE est second. Le groupe détient 19,9% du marché (3,3 Md$) avec des ventes en hausse de 10,4%.

Revenus serveur juin 2018 Gartner

Pour IDC les chiffres et classements sont différents, mais le constat global est identique avec un chiffre d’affaires des fournisseurs sur le marché mondial des serveurs qui a augmenté de 38,6% sur un an et est passé à 18,8 milliards de dollars au premier trimestre de 2018. Les ventes mondiales de serveurs ont augmenté de 20,7% sur un an pour atteindre 2,7 millions d’unités au 1T18.

Lire la suite

Un point sur l’achat de GitHub par Microsoft

GitHubMicrosoft a annoncé le 4 juin son intention d’acquérir GitHub, le plus grand référentiel de code open-source sur le web, qui héberge déjà 85 millions de référentiels de code et 28 millions de développeurs avec d’énormes entreprises comme Apple, Amazon et Google qui opèrent sur GitHub, Microsoft étant l’organisation la plus active sur le site avec plus d’un millier de ses employés qui y hébergent du code et de la documentation, concernant des projets versés à la communauté tels que PowerShell, Visual Studio Code ou le moteur JavaScript d’Edge.

Pour diriger la structure, l’actuel CEO, Chris Wanstrath, laissera sa place à Nat Friedman arrivé chez Microsoft en 2016 à la faveur du rachat de Xamarin, sa société à l’origine d’outils de développement d’applications mobiles.

Microsoft a de grands projets pour GitHub MarketPlace. Friedman a déclaré que Microsoft prévoit de tirer parti du marché pour rendre tous les outils et services de développement de Microsoft (dont la plupart sont des logiciels libres) accessibles à tous dans la communauté des développeurs.

Pourquoi ce rachat ? 

GitHub est une entreprise privée qui tire son argent des clients d’entreprise, avec à la fois un service pour les référentiels privés hébergés sur le cloud et une version sur site de la pile logicielle GitHub. Pour générer des profits, l’entreprise a besoin de plus de clients professionnels et doit les acquérir à moindre coût. Or il se trouve que sa situation financière devenait précaire.

Et contrairement à une levée de fonds ou à une introduction en bourse, une vente à une autre société modifie quelque peu les paramètres : elle peut rendre le chemin vers la rentabilité beaucoup plus court. Une infusion de trésorerie n’offre aucun accès direct à ces clients d’entreprise dont GitHub a besoin. Vendre à Microsoft (ou Amazon, ou Google) ouvre l’accès à la portée existante de ces entreprises sur les marchés de l’entreprise. GitHub ne serait plus seul responsable de la construction de ses canaux de vente : il pourra tirer parti de ceux que possède déjà son nouveau propriétaire. Cette plus grande portée peut augmenter les revenus beaucoup plus rapidement qu’une simple injection de capital ne le pourrait jamais.

Evidemment ce raisonnement n’a pas fait sauter de joie les purs et durs de la communauté du logiciel libre, qui ont pour la plupart basculé sur Gitlab, mais hémorragie semble assez limitée et largement compensée par de nouveaux contributeurs rassurés par les engagements d’indépendance formulés par Satya Nadella et par un avenir plus serein de la plateforme du fait de ce rachat.

Ce point a évidemment été traité par Stéphane Sabbague lors du dernier Briefing Calipia

 

Visual Studio Code 1.24 est disponible

Visual Studio CodeConformément à ses engagements, l’équipe de Visual Studio Code (l’éditeur de code open source et multi plateforme de Microsoft) vient de publier une nouvelle mise à jour mensuelle : la version 1.24, qui apporte des améliorations décrites sur le blog de l’équipe de développement, telles que la détection des variables inutilisées dans vos fichiers TypeScript et JavaScript, la possibilité de déplacer rapidement des classes et fonctions dans leurs propres fichiers, grâce à un nouveau refactoring, la mise à jour automatique des chemins d’importation en JavaScript et TypeScript lorsqu’un fichier est déplacé ou renommé, la possibilité de dupliquer l’espace de travail dans une nouvelle fenêtre, etc.

Microsoft Intune force l’utilisation de TLS 1.2

IntuneMicrosoft a publié un message dans le centre de messages Office 365 pour signaler qu’à partir du 31 octobre 2018, Microsoft Intune ne supportera plus que TLS 1.2 afin de fournir le meilleur niveau de chiffrement. A partir de cette date, TLS 1.0 et TLS 1.1 ne sera plus supporté. Ainsi toutes les combinaisons client/serveur et navigateur/serveur doivent utiliser TLS 1.2 pour assurer une connexion sans problème Intune.

Notez que ce changement a un impact sur l’utilisateur final car certains périphériques ─ qui ne sont plus pris en charge par Intune mais qui reçoivent toujours des stratégies via Intune ─ ne peuvent pas utiliser la version 1.2 de TLS. Cela inclut les appareils tels que ceux qui utilisent Android 4.3 et inférieur.

Pour rappel TLS (Transport Layer Security) est le successeur du protocole  SSL (Secure Sockets Layer), ayant pour objet de sécuriser un canal de communication : authentification unilatérale ou mutuelle, confidentialité, intégrité et non-rejeu des données échangées de bout en bout. Et activer TLS 1.2 est depuis des années une recommandation forte de l’ANSSI —Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information … en attendant la mise en oeuvre rapide de TLS 1.3.

Forte progression du marché des appliances de sécurité, portée par les UTM

Palo Alto UTMLe marché des appliances de sécurité a fortement progressé au premier trimestre 2018, tant sur le plan de la valeur que sur celui des volumes, selon IDC, comme le signale le site Distributique.com. En trois mois, le nombre d’équipements commercialisés s’est apprécié de 18,9% à 838 000 unités par rapport à la même période en 2017. Ces livraisons ont généré un chiffre d’affaires en progression de 14,3% à 3,3 Md$.

Les UTM se sont avérés être le principal moteur de la hausse globale du secteur. Les facturations issues de leur négoce ont enregistré une hausse de 16,1% à 2,1 Md$. Elles représentent, de fait, 53% de la valeur totale du marché. Avec des ventes en hausse de 17,5%, les pare-feu ont néanmoins décroché la palme de la croissance. Bien plus légère, la progression des facturations engendrées par les livraisons d’appliances de gestion de contenu a été limitée à 7,5%. Un résultat néanmoins plus satisfaisant que ceux des ventes de systèmes de détection d’intrusions et de VPN qui ont respectivement reculé de 13% et de 3%

Pour rappel dans le secteur de la sécurité informatique, l’UTM (Unified Threat Management), ou gestion unifiée des menaces, est une solution de sécurité tout-en-un, généralement une appliance de sécurité unique, qui fournit plusieurs fonctions de sécurité en un seul point du réseau. Une appliance UTM réunit le plus souvent des fonctions telles que logiciel antivirus, logiciel anti-espions, protection antispam, pare-feu réseau, prévention et détection des intrusions, filtrage des contenus et prévention des fuites. Certains produits proposent également des services de type acheminement à distance, conversion d’adresses réseau et prise en charge des réseaux privés virtuels (VPN). L’intérêt de cette solution est sa simplicité : plutôt que de recourir à des fournisseurs ou appliances dédiés à chaque tâche de sécurité, les organisations peuvent regrouper toutes ces fonctions autour d’un seul et même fournisseur. L’administration est ainsi réduite à un seul segment ou à une seule équipe informatique utilisant une console centralisée.

Cette progression d’offres globales de protection contre les menaces, pilotée par Cisco, Palo Alto Networks, CheckPoint, Fortinet et Symantec (seul acteur en décroissance), montre l’importance croissante des préoccupations des entreprises en ce qui concerne la sécurité.

UTM

Crédit Fabrice Alessi, Distributique / LMI

Avec un bémol tout de même concernant des investissements adaptés à la protection du périmètre des entreprises alors que celui-ci est de plus en plus flou du fait de la mobilité, de nécessaires ouvertures ou de la variété des périphériques utilisés, et du fait que les attaques un peu avancées telles que les APT (Advanced Persistent Threat) utilisent des techniques qui contournent assez facilement ces systèmes de sécurité.