Microsoft Teams va prendre en charge les sous-titres générés par des traducteurs humains

Microsoft Teams prend en charge les sous-titres en direct générés par des humains lors des réunions, qui constituent désormais une alternative aux sous-titres en direct basés sur l’IA disponibles dans l’application dont la précision n’est pas toujours au rendez-vous mais néanmoins assez bluffante. Les organisateurs de réunions peuvent désormais configurer le sous-titrage dit « CART » pendant une réunion et inviter une personne qui fournira un texte en temps réel de tout ce qui est dit pendant la réunion.
Le terme CART (Communication Access Realtime Translation), désigne un service dans lequel un professionnel certifié écoute la parole et la traduit instantanément en texte. Le sous-titrage CART peut être particulièrement utile dans les situations où il est difficile pour le logiciel de reconnaissance vocale d’identifier les terminologies spécialisées et les différents accents.

Les sous-titres en temps réel des fournisseurs CART apparaîtront directement dans la fenêtre de réunion dans Teams, tout comme les sous-titres ordinaires basés sur l’IA.
Pour activer cette fonctionnalité, les organisateurs devront d’abord se rendre sur la page des options de la réunion, activer le bouton « Fournir des sous-titres CART », puis cliquer sur le bouton Enregistrer. Ensuite, ils devront copier le lien du sous-titrage CART et l’envoyer par mail au sous-titreur CART. Une fois la fonction activée, les organisateurs peuvent cliquer sur le bouton (. . .) en haut de la fenêtre de réunion et sélectionner l’option « Activer les sous-titres en direct ». Tous les participants à la réunion verront alors les sous-titres en temps réel en bas de l’écran.

Microsoft part à l’assaut des Chromebooks

Microsoft a finalement annoncé Windows 11 SE et un Surface Laptop SE à 249 $ hier soir lors de sa conférence dédié à l’éducation aux USA et plus particulièrement le K12 (le primaire et secondaire chez nous), LE secteur phare pour les Chromebooks aux USA.

Pour ce qui est de la machine elle même, elle comprend un écran de 11,6 pouces, 4Go de RAM, 64 Go de SSD, une caméra HD 720p en façade et des haut-parleurs stéréo. Microsoft a déclaré avoir modifié certaines parties du système, y compris le code UEFI, afin de maximiser l’autonomie de la batterie et affirme que l’appareil peut fonctionner pendant 16 heures en utilisation normale avant de devoir être rechargé…

Le nouvel ordinateur portable Surface sera rejoint par d’autres appareils lancés par Acer, ASUS, Dell, Dynabook, Fujitsu, HP, JK-IP, Lenovo et Positivo. Ils seront disponibles par le biais des canaux éducatifs plus tard cette année et l’année prochaine.

Quelques précisions sur le système d’exploitation Windows 11 SE

Le système d’exploitation sera vendu dans le monde entier y compris en France donc, à l’exception de la Chine, en raison des exigences de conformité du gouvernement chinois. Bien que la société n’empêche pas les magasins de détail de vendre des appareils fonctionnant sous le système d’exploitation, elle ne s’attend pas à ce que cela devienne une tendance, compte tenu des restrictions associées en matière d’applications et de gestion. Mais aussi pour éviter la cannibalisassion des autres versions de Windows 11. Microsoft entend bien faire de ce système et les nouveaux PC des armes face aux Chromebooks de Google.

Ainsi la communication de l’éditeur est assez claire dans ce domaine :

« Le coût d’un appareil Windows 11 SE n’est pas plus élevé que celui d’un Chromebook. Toutefois, si l’on tient compte d’autres avantages, comme les fonctions de gestion, de productivité et d’accessibilité, Windows 11 SE est en fait plus abordable. Windows 11 SE comprend davantage de fonctions d’accessibilité intégrées. Sans coût supplémentaire, ce qui réduit la nécessité d’évaluer et d’acheter des solutions tierces. En outre, les écoles qui utilisent les appareils Chromebook doivent payer des abonnements et des services de gestion. Le prix par appareil de Microsoft comprend des capacités de gestion (Intune) ainsi que des versions complètes de Microsoft Office et de Minecraft : Education Edition pour le même prix que le prix de la gestion seule du Chromebook. Microsoft propose également des options d’abonnement qui peuvent rendre la gestion et la productivité encore plus abordables« .

Microsoft ne recommande pas Windows 11 SE pour un usage personnel et encore moins professionnel, mais précise aussi que si vous le souhaitez, vous pouvez acheter un appareil Windows 11 SE, supprimer complètement toutes vos données et le système d’exploitation, et installer proprement une autre licence de Windows 11. Cependant, si vous suivez cette voie, vous ne pourrez pas revenir à Windows 11 SE. De plus, il n’y a aucun moyen de réaliser une simple mise à jour, il faut tout réinstaller proprement. Nous reviendrons sur tout ceci lors d’une session dédiée à Windows 11 lors du prochain Briefing Calipia.

Mais quelles sont les différences avec le Windows 11 traditionnel ?

Source Microsoft

Comme on peut le voir ci-dessus, Windows 11 SE ne peut pas installer toutes sortes d’applications. Il ne dispose pas du Microsoft Store, et seules les six catégories d’applications suivantes peuvent être installées par le biais de Win32 et de la plateforme universelle Windows (UWP) activée par les administrateurs informatiques :

  • Applications de filtrage de contenu
  • Solutions pour passer des tests
  • Applications d’accessibilité
  • Applications de communication efficace en classe
  • Applications essentielles de diagnostic, de gestion, de connectivité et d’assistance.
  • Navigateurs

Côté administration des postes :

  • Windows 11 SE requiert nécessairement Intune for Education.
  • Les administrateurs peuvent également tirer parti de Windows Autopilot pour approvisionner les appareils avec Windows 11 SE.
  • Et petite pique au géant de Mountain View : la console de gestion de Chrome ne peut pas être utilisée pour l’administration des périphériques Windows 11 SE 🙂
  • Windows 11 SE n’a pas de fichier image, vous ne pouvez donc pas l’installer ou le basculer sur des machines qui ne sont pas sous Windows 11 SE. L’authentification via Azure Active Directory (AAD) et Microsoft Account (MSA) est disponible d’emblée, et Windows 11 SE ne prend pas en charge l’authentification sur site.

Pour finir, une petite vidéo de présentation des nouveaux Surface SE :

NVIDIA s’intéresse aussi au Metaverse

Jensen Huang (CEO Nvidia) – source Nvidia

Jensen Huang, le patron et fondateur de NVIDA a profité de son keynote lors de la conférence GTC (8 au 11 novembre 2021) pour annoncer que son entreprise aussi s’intéressait de près au concept de Metaverse. Après Facebook et Microsoft, NVIDIA de façon fort logique vient donc de présenter ses plans pour innover autour de ce concept. L’entreprise qui s’est développé autour des GPU pour le monde des jeux, mais aussi du développement de véritables plateformes dédiées à l’Intelligence Artificielle, du cloud à l’edge en passant par les véhicules autonomes, est ainsi tout à fait légitime pour contribuer à façonner ce futur de l’Internet.

Jensen Huang a donc présenté les perspectives pour cette évolution qui devrait impacter l’ensemble de l’offre de NVIDIA. Il a également mis en avant un effort de développement entamé par l’entreprise de Santa Clara pour mettre en place un jumeau numérique (digital twin) de la Terre, dénommé Earth 2, destiné avant tout à permettre de lutter contre le réchauffement climatique. Cette notion de jumeau numérique est au coeur du concept de Metaverse, car elle permet de créer des univers numériques au sein desquels nous pourrons demain évoluer, en lien avec le monde réel.

Si le Metaverse vous passionne, venez nous rejoindre lors d’une session de notre prochain Briefing Calipia (en présentiel et en ligne) pour en savoir plus sur les stratégies des acteurs.

Context IQ : plus d’intelligence pour les applis Office

source : Microsoft

Lors d’Ignite la semaine dernière, Microsoft a présenté Context IQ qui rassemble des capacités IA accessibles au travers des différentes applications Office (Outlook, Word, Teams…), en s’appuyant sur des fonctions de Cortana et du Graph Microsoft. La première composante de l’offre Microsoft qui profitera de ContextIQ sera Microsoft Editor utilisé à la base pour corriger les fôtes d’orthographe, de grammaire et de syntaxe lors d’une édition (document, mail …). Avec Context IQ, Microsoft Editor permettra d’aller plus loin, par exemple :

  • en suggérant des fichiers à ajouter à une communication ou des personnes à mentionner/ajouter en destinataire, en fonction du contexte de celle-ci (sujet, contenu du message, personnes destinataires, documents édités récemment …)
  • en proposant des créneaux de réunion, lorsque dans le message en cours de rédaction on mentionne une proposition de rencontre, selon les créneaux disponibles des uns et des autres.
  • en proposant des données issues de modules Dynamics 365 lorsque le nom d’un prospect, d’un client apparaitra dans le texte de la communication.

Les premières capacités dans Editor devraient apparaitre dans le courant de l’année 2022. Il va donc falloir patienter un peu…

Microsoft Loop, mais encore ?

Lors de sa conférence Ignite, Microsoft a annoncé Microsoft Loop, revenons en quelques lignes sur cette technologie.

Loop n’est autre que certaines composantes du framework Fluid présenté pour la première fois en 2019, nous vous en parlions sur le blog et lors du Briefing Calipia qui suivait. Ce Framework fournit aux utilisateurs ce que Microsoft décrit comme des  » unités de productivité  » qui peuvent être partagées et travaillées indépendamment d’une application mère. Concept qui rappelle pour les plus anciens d’entre nous « Windows Cairo » (qui devait être le successeur objet de Windows dans les années 1990 !) voire tout simplement le concept même de programmation des objets dits OLE de Microsoft… On retrouvera également ces concept dans l’interface des machines NEXT de la même époque avant le rachat par Apple. Effectivement cela ne nous rajeuni pas vraiment ! Plus récemment ou trouve ceci aussi dans Google Workspace et ses évolutions mais surtout dans le formidable outil Notion, dont Microsoft Loop reprend pas mal d’élément de l’interface, nous y reviendrons.

Microsoft donne cet exemple d’utilisation :

« Au lieu de coller une liste de tâches statique dans un message électronique ou un chat Teams, vous pourriez plutôt créer un composant qui existe indépendamment de toute application Microsoft 365 que vous pourriez utiliser pour le créer, puis collaborer et travailler sur l’élément en temps réel ».

Si actuellement certaines applications Microsoft 365, comme Lists et Planner, vous permettent de joindre des fichiers ou des liens, Microsoft Loop, promet d’offrir beaucoup plus de souplesse lorsqu’il s’agit de collaborer et de partager différents types de contenu dans les applications Microsoft 365. Lancé en tant qu’application autonome en 2022, les utilisateurs pourront créer du contenu, dans un choix de différents formats, en utilisant les composants fournis ou des composants tiers.

Mais alors comment Loop se positionne t’il face à Notion ?

Notion, a connu un grand succès au cours des dernières années en tant que lieu où des équipes peuvent créer différents types de contenu sur un seul canevas. Et c’est quelque chose que Microsoft n’a pas été en mesure de fournir, du moins jusqu’à présent. Notion est à la fois un outil de prise de note, de gestion de projet, de publication web, de collaboration, de base de donnée, de gestion de tâches, etc. Nous détaillerons ceci lors du prochain Briefing lors d’une session dédiée et son positionnement face à Loop, Planner, List etc.

Face à un OneNote en perte de vitesse, et dont l’avenir est sérieusement questionnable lorsque l’on regarde la feuille de route, ou plutôt l’absence de feuille de route de Microsoft ! Exemple que nous faisions autrefois avec OneNote, avec Loop, une nouvelle fonctionnalité de « notes de réunion » sera intégrée à Outlook et devrait permettre aux utilisateurs de partager des notes de réunion dans les invitations du calendrier, il sera possible pour les plateformes de réunion de collaborer, par exemple sur l’ordre du jour de la réunion, avant le début de la réunion et une fois la réunion terminée.

Lire la suite

Nouveau service Azure OpenAI

Microsoft continue de creuser le sillon tracé il y a 2 ans du partenariat avec OpenAI, en annonçant lors du keynote de S.Nadella à Ignite, la disponibilité en preview du service Azure OpenAI. OpenAI est une structure créée en 2015 par un groupe d’investisseurs (dont Elon Musk) à but non lucratif à l’origine, pour travailler sur le développement d’une « IA sûre et au service des humains » (concept cher à Musk).

Au travers du service Azure OpenAI les clients pourront accéder via les API OpenAI au puissant modèle GPT3 de traitement du langage naturel développé par l’entreprise, tout en bénéficiant des services complémentaires disponibles sur Azure (sécurité, scalabilité, conformité, protection des données …).

Ce nouveau service renforce les liens entre les 2 organisations, Microsoft Azure constituant déjà la plateforme cloud d’OpenAI. Par ailleurs, Microsoft a annoncé en septembre 2021 l’utilisation de Codex, la nouvelle solution développée par OpenAI pour supporter le service GitHub Copilot. Codex permet de traduire du langage naturel en code informatique.

Un autre résultat de ce partenariat est le développement sur Azure d’un super calculateur dédié à l’IA, utilisé pour entrainer les modèles GPT3.

Nous reviendrons lors des sessions du prochain Briefing Calipia 32 sur ces différents points. N’hésitez pas à venir nous y rejoindre.

source : MicrosoftBrie

Power Apps accessible en paiement à l’usage

La famille Power Apps est un composant essentiel de l’offre Microsoft pour les entreprises, qui permet de développer en mode Low Code/No Code des applications métiers personnalisées, sans (trop !) de connaissances de développement. Microsoft investit lourdement sur cette composantes depuis plusieurs années, avec quelque succès puisqu’en août 2021, Gartner a classé Microsoft dans le quadrant des Leaders de son « Magic Quadrant for Enterprise Low-Code Application Platforms ».

Pour permettre d’en développer l’usage au sein des entreprises, Microsoft a entamé une stratégie de baisse de prix des services associés, diminuant au cours des dernières semaines les tarifs jusqu’à 50%. Profitant d’Ignite, Microsoft vient également d’introduire une nouvelle modalité, de paiement à l’usage (Pay As You Go) pour les Power Apps. Les clients auront désormais la possibilité d’acheter le plan Power Apps par application avec une souscription Azure, en plus des plans existants de souscription Power Apps par utilisateur et par application déjà disponibles. Cette nouvelle modalité devrait d’une part contribuer à simplifier le licensing pas toujours simple des Power Apps, et d’autre part rendre moins onéreuse la mise en oeuvre de solutions construites avec ces éléments.

Sécurité : beaucoup d’annonces de Microsoft à Ignite 2021

Lors de sa conférence Ignite 2021 qui a commencé mardi soir pour nous européens, Microsoft a annoncé par mal de nouveautés (ou de confirmations autour de la sécurité). En particulier la société a annoncé des améliorations importantes à la suite Defender for Cloud, qui protègera désormais de manière native les environnements multi-clouds Azure et Amazon Web Services (AWS).

Microsoft serait selon lui le seul fournisseur de cloud computing à offrir un hub centralisé pour surveiller et gérer les configurations multicloud, après avoir supprimé les dépendances avec AWS Security Hub. Les configurations AWS peuvent désormais être évaluées, des recommandations sont proposées et une vue globale de votre état de sécurité est désormais fournie. Il prend également en charge Elastic Kubernetes Service (EKS) d’Amazon et s’intègre à Azure Purview. Il existait toutefois des offres tierces réalisant la même chose, mais pas intégrées nativement…

Autres annonces concernant également la sécurité :

  • Microsoft Defender for Endpoint offre désormais une couverture de gestion des vulnérabilités pour les appareils Android et iOS.
  • Une nouvelle offre pour Microsoft Defender for Endpoint : le plan P1, qui offre des capacités de gestion de la sécurité des points de terminaison à un prix inférieur et peut être acheté de manière autonome. Il couvre Windows, macOS, Android et iOS, et est disponible dès maintenant pour les clients Microsoft 365 E3.
  • Disponibilité de Microsoft Defender for IoT peut maintenant être utilisé pour sécuriser les appareils IoT de l’entreprise. Il offre une intégration avec Sentinel, Defender et d’autres outils tiers.
  • Les VM confidentielles construites sur Intel SGX sont maintenant en beta, tandis que le lancement de Trusted pour toutes les VM Azure Generation 2 avec Secure boot et vTPMs est maintenant disponible.
  • Azure Active Directory (AAD) Identity Governance arrive en beta il sera ainsi possible de gérer les applications critiques pour l’entreprise sur sur site ou dans des clouas privés.

Enfin parmi les annonces importantes, Endpoint Manager a reçu quelques mises à jour en beta pour améliorer son étendue multiplateforme. Cela inclut la gestion PC Linux, la possibilité de déployer et de gérer des applications macOS non packagées avec Intune, des améliorations dans la gestion de la sécurité Office pour Windows. On retrouvera également la fonction Connected Cache fonctionnant de pair avec Windows Update, pour mettre dynamiquement en cache les mises à jour, les pilotes et les applications Microsoft sur les serveurs Configuration Manager.

Nous reviendrons sur toutes ces annonces lors d’une session spéciale sur la sécurité lors du prochain Briefing, rejoignez-nous.

Teams, Viva, Mesh, Loop : la boucle est bouclée ?

Microsoft a démarré hier son évènement Ignite de fin 2021, encore en ligne, avec le keynote de Satya Nadella qui a planté le décor pour les 3 jours à venir. Les sessions proposées lors de cette conférence couvrent bien sûr un périmètre très large, celui de l’offre Microsoft, de Windows à Dynamics 365, de l’IA à l’AR/VR, de la sécurité à la collaboration. Nous reviendrons dans les jours à venir sur les nouveautés présentées pendant cette conférence Ignite.

Mais parmi les sujets de premier plan abordé hier, ceux liés aux exigences du nouvel environnement de travail hybride. Microsoft a présenté un flot de nouveautés autour de cette thématique :

  • Microsoft Mesh pour Teams : Mesh, la plateforme Metaverse de VR/AR de Microsoft présentée lors de l’édition précédente d’Ignite en mars 2021, se voit dotée d’une application dédiée pour Teams afin de permettre des meetings en VR. Deux représentants d’Accenture ont parlé de la mise en oeuvre de cette solution dans leur entreprise, évoquant les 60 000 casques de VR acquis par Accenture (des Oculus Quest 2), pour accélérer le processus d’onboarding des nouveaux embauchés (plus de 100 000 par an). Avec Mesh pour Teams Microsoft répond de façon frontale et massive à Facebook Horizon Workrooms.
source : Microsoft
  • Microsoft Loop : une nouvelle application présentée comme « la prochaine grande avancée de Microsoft 365, après Teams qui a transformé la collaboration et la productivité« . Microsoft Loop est bâtie sur le framework Fluid, présenté en 2019 pour faciliter la collaboration, la création de contenus, le co authoring, de manière modulaire et flexible. L’application Loop est en fait un assemblage de composants accessibles indépendamment, pouvant être intégrés à d’autres applications (Outlook, Teams, OneNote…). Les premiers composants Loop seront disponibles dans les mois à venir, l’application Loop viendra ultérieurement. Avec Loop Microsoft vient chasser sur les terres de la solution Notion, et propose des espaces de collaboration constitués d’assemblage de composants, qui sont mis à jour en temps réel en fonction des activités des membres des équipes qui collaborent.
  • Microsoft Teams reste la brique esssentielle de ce nouvel environnement de travail hybride et Microsoft à présenté de nombreuses nouveautés lors de cette première journée d’Ignite (qui viennent donc s’ajouter à celles introduites les semaines précédentes). Parmi celles-ci notons (en plus de Mesh pour Teams et des composantes Loop pour Teams), la possibilité d’affecter des rôles aux participants de réunions, de voir l’ordre dans lequel les mains se sont levées, l’introduction d’une salle virtuelle réservée aux organisateurs et présentateurs d’une réunions Teams pour leur permettre de se rencontrer, d’échanger … avant la réunion, de manière « privée ».
  • Microsoft Viva : la plateforme d’expérience employé est maintenant disponible, avec ses 4 composantes (Connections, Learning, Insights et Topics), en attendant l’intégration de la solution issue du rachat d’Ally.io

Bref, de nombreuses et intéressantes annonces, sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir lors du prochain Briefing Calipia en décembre 2021. N’hésitez pas à nous y rejoindre 🙂

Le portail de gestion des machines Surface est disponible dans Endpoint Manager

Bonne nouvelle si votre entreprise est équipée de machine Microsoft Surface et que vous utiliser la solution Endpoint Manager, Microsoft a ajouté un nouveau portail de gestion des Surface au sein du produit Microsoft Endpoint Manager. Ce nouveau portail fournit des informations sur tous les appareils Microsoft Surface pris en charge, qu’il s’agisse d’appareils Surface deux-en-un, d’ordinateurs portables ou même d’appareils de conférence Surface Hub de Microsoft. Le portail de gestion Surface est disponible pour les abonnés à Microsoft Endpoint Manager. Autre précisions qui va sans doute de soit : les appareils Surface doivent être inscrits via Microsoft Intune, pour que le nouveau portail fonctionne.

Le portail de gestion Surface fournit affiche les informations suivantes :

  • Actions requises
  • Périphériques Surface inactifs
  • Statut de conformité de la politique des périphériques
  • Limites de stockage basses sur les appareils
  • les garanties Surface qui arrivent à expiration.
  • Il est aussi possible pour les administrateurs de créer des tickets d’assistance matérielle pour les appareils Surface directement dans le portail de gestion Surface.

Le portail comprend également un nouveau hub d’information ainsi que le précise l’équipe Surface :

« Grâce à la fonction d’actualités du portail de gestion Surface, les clients peuvent désormais se tenir au courant des dernières mises à jour de l’équipe d’ingénieurs Surface, élaborées uniquement pour le public informatique de l’entreprise« ,

« Entrées précédentes Derniers articles »