Android Q : les promesses du Mode Desktop

A l’instar de ce qu’avait proposé Microsoft avec Windows mobile, ou encore ce que propose Samsung avec DeX, Google proposera en natif le « Mode Desktop » dans la prochaine version d’Android (aucune application n’exploite encore ce mode Dana slang Beta 3 installée dans nos Google Pixel).

Ce mode permet d’afficher sur un écran externe un « poste de travail Android » pour lequel la souris et le clavier sont opérationnels. Cela confirme les projets de Google d’étendre Android aux ordinateurs de bureau et aux écrans. La société demande déjà aux développeurs de commencer à porter leurs applications dans les résolutions respectives. Étant donné la nature d’Android et l’un de ses principaux arguments de vente, le mode bureau est également très personnalisable. En fait, un développeur a déjà créé un programme de lancement personnalisé qui ajoute des fonctionnalités très intéressantes :

Le lanceur en est encore à ses débuts, mais le développeur derrière le projet, Daniel Blandford, indique que Google fournit la plupart des API et des services nécessaires à la création d’un lanceur personnalisé pour le mode bureau d’Android Q. Ce lanceur personnalisé dispose de toutes les fonctionnalités de base, telles que les fenêtres de forme libre, les contrôles de volume et autres boîtes de dialogue système. Les prises en charge de la souris et du clavier sont également présentes. Se sera donc aux applications de prendre en charge ce mode. Il n’y a pas d’information actuellement pour savoir si Google proposera en natif sa propre application gérant ce mode (pour fournir un simple navigateur Chrome au besoin…

Nous reviendrons sur ces fonctions et leurs usages possibles, lors du Briefing Calipia qui commence demain à Aix en Provence, nous serons jeudi à Lyon (les deux sont complets). Il reste encore des places pour Paris, Nantes, Lille et Strasbourg. Toutes les informations ici : calipia.com/briefing

Google : une enquête antitrust à venir ?

Capture d’écran 2019-06-01 à 17.54.37Après les déboires en Europe, Selon le Wall Street Journal daté de vendredi dernier, Google devrait bientôt faire face à une enquête antitrust du département américain de la Justice concernant ses activités de recherche et potentiellement d’autres aspects non dévoilé par le quotidien. Le ministère de la Justice aurait consacré ces dernières semaines à la préparation de l’enquête, qui pourrait constituer une vaste étude pour les violations des lois antitrust sur l’ensemble de ses activités.

La FTC (Federal Trade Commission ) s’en remettrait au DOJ, à la suite du procès intenté contre la société par la FTC en 2011 concernant le placement de cookies non sollicités dans le navigateur Safari d’Apple. Cette affaire s’était à l’époque conclue par une condamnation à 22,5 millions de dollars, ce qui malgré la somme ridicule pour Google avait été à l’époque le plus important jugement de ce genre jamais remporté par la FTC devant les tribunaux. Selon la WSJ, la FTC a poursuivi son enquête jusqu’en 2013 mais cette fois pour violation de la législation antitrust. Cette dernière avait alors classé l’affaire sans engager de poursuites contre le géant de la recherche. On est très loin dur montant des trois amendes antitrust imposées à Google par l’Union européenne, qui s’élève désormais à 8,2 milliards d’euros….

Avec les élections qui arrivent aux USA, Google risque de devenir une cible prioritaire pour les politiciens et les régulateurs cherchant à contrôler la Silicon Valley,  c’est en particulier le cas de la sénatrice Elizabeth Warren (Candidate Démocrate)…

Surface Pro 7 : des nouveautés à venir ?

La machine à rumeurs sur les prochaines tablettes Surface Pro de Microsoft commence à produire quelques éléments.

Un nouveau brevet Microsoft (repéré par le site allemand Windows United) présente une nouvelle fonctionnalité clavier détachable qui lorsqu’il sera replié devrait se coller (via des aimants) au dos de la tablette, ce qui est assez malin, même si ceci existe néanmoins sur l’iPad depuis l’iPad Pro de l’année dernière mais jamais à priori sur un PC.

1558891516_surface_pro_7

La nouvelle tablette qui devrait logiquement arrivée dans le seconde parte de l’année devrait (enfin) inclure un port USB de type C et sans doute les nouveaux processeurs Intel Ice Lake gravés en 10 nm.

Certaines rumeurs vont plus loin que ce modifications assez prévisibles en affirmant que cette version 7 sera la première refonte majeure du produit depuis la Surface Pro 3.

A suivre…

 

Qualcomm présente son Snapdragon 8cx, qui concurrence Intel sous Windows

Capture d’écran 2019-05-28 à 11.36.26Nous vous en parlions déjà il y a six mois, Qualcomm avait présenté son Snapdragon 8cx. Processeur conçu pour concurrencer un Intel Core i5. Ce nouveau processeur contenant huit cœurs Kryo 495 et un processeur graphique Adreno 680 est certifié par Microsoft pour exécuter Windows 10 Entreprise.

Lors du Computex 2019 qui se déroule actuellement Qualcomm a publié de nouvelles vidéos montrant les performances de machines construites autour de cette plateforme (dont le nouveau Lenovo annoncé hier). Les résultats sont assez interessant sur différents scénarios d’usages comparés à des machines Core I5 :

  • Multitâche :  2’28 » versus 2’57 sur la machine Intel
  • Navigation Web : 17’23 » versus 20’10 » sur la machine Intel
  • Sur les 5 autres scénarios, les deux machines font jeux égal (Utilisation d’Excel, compression de fichiers, utilisation d’Outlook, utilisation de Paint 3D et utilisation de Photoshop)

Et tout cela avec une autonomie supérieure de la machine (+70 % en moyenne !).

Il est vrai que ceci est réalisé en comparaison avec des processeurs Intel qui ne sont pas de la dernière génération et sur des scénarios on l’imagine sans doute un peu biaisés comme de coutume :), mais tout de même, cela renforce un peu la crédibilité de l’offre de  Qualcomm…

Lenovo a donc annoncé hier le premier ordinateur Snapdragon 8cx, mais attention celui-ci utilise la plate-forme Snapdragon 8cx 5G, qui ne sera pas disponible avant 2020. Nous devrions néanmoins voir les premiers ordinateurs équipés du Snapdragon 8cx standard (sans connectivité 5G) d’ici la fin de l’année.

Nvidia EGX : une nouvelle plateforme AI pour l’Edge Computing

Nvidia a annoncé hier, en ouverture du COMPTUTEX à Taiwan, la plateforme EGX.

D’un point de vue matériel, EGX peut supporter des modules de petites tailles (Nvidia Jetson Nano) capable d’embarquer de l’intelligence dans des scénarios IoT (par exemple de reconnaissance d’images) pour une puissance de calcul de 1/2 TOPS (trillion operation per second), et jusqu’à des configurations de serveurs dopés avec des GPU Nvidia T4 qui peuvent monter jusqu’à des puissances de calcul de 10 000 Tops et des applications consommatrices en temps réel.

Du point de vue logiciel, Nvidia EGX est basé sur Nvidia Edge Stack, qui a pour le coup été optimisé sur Red Hat Openshift (plateforme d’orchestration de containers Kubernetes).

Les applications développées sur Nvidia EGX peuvent également fonctionner sur les couches de services Nvidia proposées chez AWS ou Microsoft Azure, et vice versa.

Parmi les constructeurs qui ont annoncés leur support à Nvidia EGX, on retrouve les principaux acteurs du marché : DELL, HPE, Lenovo, Fujitsu, Cisco, ASUS, ACER …. mais aussi des industriels qui vont intégrer cette technologie au sein de leurs processus logistiques (BMW, Foxconn, GE Healthcare …).

Facebook à toujours autant de difficultés avec les « fake news »…

Une étude intitulée « Fakewatch » publiée par le mouvement Avaaz, qui surveille la liberté électorale et la désinformation, a révélé qu’ils avaient identifié 500 pages de groupes liées à des organisations d’extrême droite et anti-UE propageant une désinformation massive. Ils ont immédiatement partagés ces résultats avec Facebook et ceci a entraîné une fermeture des pages juste avant que les électeurs ne se rendent aux urnes.

Capture d’écran 2019-05-28 à 11.16.37Le problème c’est le temps pendant lequel ces pages sont restées visibles : ces 500 pages et groupes ont été suivis par 32 millions de personnes et ont eu plus de 67 millions d’«interactions» (commentaires, likes, partages) durant le trois derniers mois. Facebook dit qu’il s’attaque à de tels contenus, mais c’est souvent Avaaz qui rapporte les faits et les  incitent à l’action. En France, Avaaz a découvert dans un autre rapport que Facebook avait généré plus de 105 millions de vues sur de fausses informations sur le mouvement des Gillets jaunes.

A la décharge de Facebook, ces groupes ne sont pas si facile à identifier car souvent ils ont été conçus il y a plusieurs années sous de faux sujets et sont ensuite réactivés soudainement pour aider les contenus extrémistes à se diffuser. Mais Avaaz pense que la Facebook pourrait et devrait faire plus. Ils pointent du doigt que le changement de nom de page (interdit par les règles de Facebook) devrait être détecté automatiquement et que plutôt que de simplement forcer ces groupes à supprimer leurs faux contenus, Facebook devrait montrer les informations corrigées ou vérifiées à tous ceux qui ont vu le contenu malveillant d’origine.

Mais, la statistique la plus surprenante vient de Facebook elle-même. Dans son dernier rapport sur les normes communautaires, la société a révélé avoir supprimé 2,19 milliards de faux comptes au cours des trois premiers mois de 2019. Cela représente une le double par rapport au trois derniers mois de 2018 ! Au total c’est près de 3,4 milliards de faux comptes sur six mois à comparer aux 2,37 milliards d’utilisateurs actifs par mois…

Des nouveautés pour Onedrive

onedriveToujours à l’occasion de la conférence SharePoint. Microsoft annonce des nouveautés interessantes pour Onedrive.

OneDrive prendra désormais en charge la synchronisation différentielle pour tous les fichiers plutôt que strictement des fichiers Office, ce qui, accélérera la synchronisation et réduira l’utilisation du réseau. A tester pour voir si ces nouvelles fonctions comble le deficit de performances de ce service par rapport à Dropbox qui exploite ceci depuis sa création.

Autre nouveauté, le survol des fichiers permet de visualiser des informations telles que les stratégies de prévention des pertes de données, d’accéder à une nouvelle fonctionnalité «enregistrer pour plus tard» qui permet aux utilisateurs de marquer les fichiers sur lesquels ils ont l’intention de revenir prochainement.

OneDrive sur le Web permet désormais aux clients de prévisualiser plus de 320 types de fichiers, y compris des images à 360 degrés et des fichiers AutoCAD DWG. Les collaborateurs peuvent désormais modifier n’importe lequel de ces types de fichiers avec des notes, grâce à la nouvelle prise en charge des commentaires sur les fichiers non-Office.

Autre nouveauté dans Outlook cette fois, les utilisateurs peuvent désormais désigner des dossiers partagés et inviter des personnes à y ajouter des fichiers. Tous les utilisateurs peuvent télécharger des fichiers dans un dossier et ne voir que leurs fichiers. La personne ayant décidé de cette collecte de fichiers reçoit des notifications lorsque de nouveaux fichiers sont ajoutés. Ainsi, les fichiers peuvent être collectés tout en empêchant les utilisateurs de consulter les fichiers des autres utilisateurs.  C’est là aussi une fonction qui existait exactement de la même manière dans Dropbox entreprise depuis 2017.

 

« Entrées précédentes Derniers articles »