Archives de Catégorie: OS

Linux fait jeu égal avec Windows Server sur les machines virtuelles Azure

LinuxSi Microsoft pour faire concurrence à Amazon Web Services n’a décidé qu’en 2012 de faire évoluer sa plateforme Azure en intégrant la dimension IaaS, se fut en proposant des machines virtuelles pré configurées sous Windows Server mais aussi des distributions Linux.

Concernant le choix du système d’exploitation hébergé par ces VM, il était de 30% sous Linux en 2015, 40% en 2017 et semble être de 50% actuellement. Scott Guthrie, vice-président exécutif du cloud de Microsoft a en effet déclaré récemment : »Il s’agit désormais de la moitié, mais cela varie d’un jour à l’autre car nombre de ces workloads sont élastiques, mais parfois un peu plus de la moitié des machines virtuelles Azure sont des Linux. »

Ce qui est assez normal du fait de la différence de coût des abonnements proposés, malgré l’initiative Azure Hybrid Benefit permettant de réutiliser sur Azure des licences acquises, et la richesse des offres Open Source proposées. Avec de plus les aspects de complexité de mise en œuvre et de support qui sont largement amoindris car pris en compte dans l’abonnement.

Pour faire simple, Linux (pour les serveurs) est l’OS en passe d’être le plus utilisé en mode Cloud, et l’avenir de Windows Server ne repose plus que sur les choix des entreprises pour leurs solutions « on-premise ».

En fait le Cloud a en 10 ans totalement bouleversé les modèles économiques de l’industrie de l’IT en passant de modèles d’acquisition de produits ou de licences à des modèles abonnements liés à la consommation de ressources physiques ou logicielles.

Pour être un acteur majeur du Cloud, Microsoft a donc dû changer complètement de stratégie et non plus vendre ses produits mais proposer les technologies demandées par ses clients. Que ce soit celles d’éditeurs concurrents (Oracle par exemple) ou celles issues de la communauté Open Source (Linux, PHP, Cosmo DB,  Kubernetes, etc.). Ce qui l’a conduit à devenir un acteur important du monde de l’Open Source, avec notamment l’acquisition de la forge GitHub à laquelle contribuent plus de 20 000 employés Microsoft et qui héberge 200 projets proposés par l’éditeur. Mais aussi de porter certain de ces produits phares sur Linux, comme récemment SQL Server…

Et si les choix opérés par les entreprises dans le Cloud public se disséminaient dans les datacenters privés, la stratégie de Cloud hybride de Microsoft pourraient avoir des conséquences inattendues…

Windows Admin Center 1809 est disponible

Windows Server logoMicrosoft a annoncé la disponibilité générale de la nouvelle interface graphique permettant de gérer les infrastructure Windows Server : Windows Admin Center en version 1809 (dont le nom de code était « Honolulu ». Conjointement à cette publication, Microsoft propose aussi le Software Development Kit (SDK) pour étendre les capacités de l’interface.

Pour rappel, Windows Admin Center permet de gérer tous les rôles des infrastructures Windows Server (File Server, Hyper-V, Storage Replica, Cluster, etc.) ainsi que de s’interconnecter à des services Azure, regroupant ainsi dans une seule interface l’ensemble des consoles d’administration précédemment disponibles (Event Viewer, Device Manager, Disk Management, Task Manager, Server Manager, etc.).

Windows Server Admin Center

Windows Admin Center 1809, qui supporte Windows Server 2019, évolue à un rythme mensuel depuis le mois d’avril, la version 1809 représentant une version stabilisée, conformément à la stratégie d’évolution en continu mise en place par Microsoft.

L’ensemble des nouvelles fonctionnalités, qui portent principalement sur le dépannage de serveurs et clusters de serveurs, sur la configuration et sur les taches de maintenance, est détaillé sur le billet de blog de l’annonce.

Microsoft confirme sa nouvelle stratégie de gestion en mode Cloud de devices Windows 10 avec Microsoft Managed Desktop

Windows 10 LogoMicrosoft, dans un billet sur le blog Microsoft 365 écrit par Bill Karagounis (General Manager), a confirmé les rumeurs apparues en juillet et concernant un nouveau service pour les périphériques d’entreprise Windows 10 permettant d’avoir une prise en charge de leur gestion en mode SaaS tout au long de leur cycle de vie. Cette offre, basée sur un abonnement mensuel est baptisée Microsoft Managed Desktop (MMD), et regroupe de la vente en ligne de matériel, du provisionning pour l’aspect configuration initiale, des processus et outils de gestion des postes.

MMD

Concrètement une entreprise pourra via MMD acquérir un matériel informatique Windows 10 proposé dans le cadre du service. A la réception du matériel l’utilisateur entre ses informations d’identification (qui ont été provisionnées lors de l’inscription) et le nouvel ordinateur se voit au démarrage automatiquement configuré avec les stratégies de sécurité et de gestion prédéfinies et les applications requises de l’entreprise. Ces matériels seront ensuite pris en charge par Microsoft pour les mises à jour, applications de correctifs etc.

L’offre MMD intégrera de plus une souscription à Microsoft 365 Enterprise (la combinaison de Windows 10 Enterprise, Office 365 et Enterprise Mobility + Security), donc l’ensemble de la suite de licence des offres poste de travail, son administration, sa sécurisation et la gestion d’identités. Sont aussi intégrés des éléments de Windows Analytics pour la supervision en mode Cloud

Microsoft s’engage également pour un cycle de mise à jour de trois ans et le remplacement le lendemain des appareils inclus, ainsi que pour la sécurité, la surveillance, ou le support de bureau 24 X 7 dans le cadre de l’offre MMD.

Le coût de ce service variera en fonction de l’utilisateur, en fonction de la taille du client, du type d’appareil, etc.) et sera probablement proposé lui aussi sous forme de plans (E3-E5).

Concernant les matériels pris en charges, les premiers appareils éligibles seront assez logiquement des ordinateurs de la gamme Surface, mais il est prévu d’ouvrir ce service à d’autres fournisseurs. Dans le même esprit, si Microsoft vendra initialement Microsoft vendra directement le service MMD, il est envisagé de travailler avec des partenaires revendeurs / intégrateurs.

MMD devrait être disponible début 2019 aux USA / Canada /Australie / Nouvelle-Zélande, avec une extension mi 2019 à « plusieurs autres zones géographiques ».

En conclusion ce programme est une assez intelligente façon pour Microsoft de mettre en avant son offre Microsoft 365 dés les premières phases de réflexion des entreprises concernant l’acquisition d’un nouveau poste de travail. Le tout en repackageant des technologies par ailleurs disponibles.

Disponibilité de la mise à jour 1810, Windows 10 d’octobre 2018

windows 1810

Nous l‘évoquions dans ce blog en juillet dernier, c’est maintenant officiel,  Microsoft a annoncé le 2 octobre dernier la disponibilité de la dernière mise à jour fonctionnelle de Windows 10, officiellement nommée Mise à jour Windows 10 Octobre 2018, connue également sous le numéro 1809 (pour les amateurs, le nom du projet de cette mise à jour était Redstone 5). Voilà pour l’état civil. Concernant son déploiement, cette mise à jour sera proposée de manière progressive et automatique via Windows Update à partir du 9 octobre prochain. Microsoft indique utiliser du machine Learning (l’IA se niche partout aujourd’hui :)) pour sélectionner les appareils les plus aptes à recevoir la mise à jour en premier, et recommande donc de laisser faire le processus de mise à dispo automatique. Néanmoins pour tous ceux qui ne pourraient pas patienter, il est toujours possible, via une vérification manuelle des mises à jour sur leur PC d’accéder à celle ci. Bien entendu, au niveau des entreprises, cette mise à jour sera déployée selon les règles et avec les outils de l’entreprise.

La release 1809 s’inscrit dans le processus de mise à jour semi annuel de Windows 10. Et comme l’indique Microsoft ici, cette mise à jour de septembre, comme toutes les prochaines à suivre, seront supportées pour une durée de 30 mois à partir de leur disponibilité (soit à partir du 2 octobre 2018 pour la 1809).

Parmi les principales nouveautés apportées par cette nouvelle release, outre ce que nous évoquions en juillet dernier, on peut citer :

  • l’application Votre Téléphone (My Phone), qui offre la possibilité d’envoyer et de recevoir des SMS depuis son PC, accéder depuis le PC aux photos stockées sur le téléphone,
  • un niveau de « continuité » entre PC et smartphone, permettant d’ouvrir sur son PC une page web ouverte sur le smartphone,
  • la possibilité depuis son smartphone d’accéder à la timeline du PC. Initialement introduite lors de la dernière mise à jour fonctionnelle (avril 2018 ou 1803), la fonction Chronologie (Timeline) permet de visualiser sous forme d’une ligne de temps l’ensemble des activités réalisées au cours des jours passés. Avec la 1809, Microsoft étend cette possibilité aux smartphones, qui pourront donc visualiser les timelines des PC
  • un nouvel outil Capture et Croquis (Snip & Sketch), qui permet de capturer, annoter et partager une image. A terme, celui-ci remplacera l’outil Capture d’écran.

Concernant l’application Votre Téléphone, la disponibilité varie entre Android et iOS, avec une priorité donnée à Android.

 

Windows Server Essentiel c’est (bientôt) terminé

Vous vous souvenez de Windows Small Business Server, ce concentré de composantes serveur à destination des petites entreprises de 25 postes de travail (parfois 50 en fonction des éditions). Le produit comprenait un serveur de messagerie (Exchange), des services collaboratifs (Sharepoint), des services d’accès distants, de partage de fichiers, d’imprimantes et même de Fax à une époque. Avec des procédures associés pour faciliter la mise en oeuvre et le déploiement. Le succès ne fut pas immédiat (de nombreux bugs de configuration) mais petit à petit le produit s’était imposé dans les petites structures, de quoi renforcer la présence de Microsoft dans ces sociétés. SBS (Small Business Server) était souvent leur premier équipement de serveur.

windows-server-essentialsAvec le Cloud, Office 365 en particulier, on le savait depuis des années le produit avait logiquement du plomb dans l’aile. C’est maintenant certain, Microsoft a annoncé que la version Windows Server 2019 Essentials serait la dernière édition de ce type à prendre en charge les petites entreprises de 25 utilisateurs et moins (ou 50 appareils). La société conseille logiquement aux petites entreprises d’utiliser Microsoft 365, qui offre Office 365, Windows 10 et Enterprise Mobility + Security.

Les clients qui utilisent actuellement Windows Server 2016 Essentials seront pris en charge en fonction du calendrier de maintenance à long terme (LTSC). Cela s’appliquera également aux mises à jour de l’édition 2019.

Windows Server 2019 Essentials offrira globalement  les mêmes fonctionnalités que l’édition 2016, avec bien sûr la nouvelle composante Windows Server 2019 Standard, les Storage Migration Services, System Insights entre autres choses. Notez que le rôle « Essentials Experience » a été supprimé et c’est là aussi logiquement le centre d’administration Windows qui le remplace.

Que se soit dans les petites entreprises, comme dans les réseaux d’agence des plus grandes la composante Serveur de proximité disparait de plus en plus, de simple serveur de cache elle est tout bonnement supprimée au profit du Cloud.

Microsoft proposera des mises à jour payantes pour Windows 7 après 2020

Windows 7Microsoft vient d’annoncer plusieurs choses concernant le support de Windows :

  • Windows 10 Enterprise et Education bénéficient désormais d’un support de 30 mois sur la version courante
  • La société a également déclaré que les utilisateurs de Windows 7 pourront obtenir des mises à jour de sécurité payantes après la fin de leur vie en 2020.
  • Le support étendu de Windows 8.1 se terminera en 2023 (ce qui était déjà prévu).

Pour rappel, le support étendu de Windows 7 se termine le 14 janvier 2020. Avec ce programme les entreprises pourront ainsi obtenir des mises à jour de sécurité étendues jusqu’en janvier 2023. Selon Microsoft, ces mises à jour seront vendues par périphérique, avec une augmentation de prix chaque année (sans plus de précisions sur les tarifs).

Ceci ne concerne que les achats en licences en volume (uniquement disponible pourWindows 7 Professionnel et Windows 7 Enterprise). Microsoft a annoncé une réduction pour toutes les entreprises disposant de Windows sous Software Assurance.

Microsoft a également annoncé des modifications du support Office 365 ProPlus. Il a annoncé en février qu’à partir de 2020, Office 365 ne fonctionnera plus sur Windows 8.1 et les systèmes antérieurs.

Certaines éditions de Windows 10 seront supportées plus longtemps (mais rien n’est simple)

Windows 10 Logo.PNGComme vous le savez probablement, deux fois par an (au printemps et à l’automne) Microsoft propose une nouvelle itération stabilisée de son système d’exploitation Windows 10, qualifiée de « feature release ». La prochaine sera disponible en octobre et comme toutes les « features release » devait avoir une durée de support de 18 mois.

Cette stratégie consistant à forcer les entreprises à adopter une stratégie d’évolution en continu de leurs postes de travail, a certes une certaine cohérence puisqu’elle permet de garantir une certaine prédictibilité du code utilisé, ce qui limite les risques liés à l’application des correctifs et donc augmente la sécurité et la stabilité des ordinateurs concernés. C’est la notion de « Modern Desktop » que l’on retrouve dans toute communication Microsoft, mais elle pose un certain nombre de problèmes pour les entreprises dont les procédures et outils ne sont pas forcément adaptés à un rythme aussi rapide de mises à jour. Et ce, même si Microsoft fait évoluer ses outils de déploiement et plus globalement d’administration, pour s’adapter à ce nouveau paradigme, avec la notion de « Modern IT » (que nous avons analysé lors d’une présentation du Briefing Calipia de janvier).

Donc pour faire simple les entreprises jugent le rythme des mises à jour majeures de Windows 10 trop rapide, et hésitent à franchir le pas et migrer leur parc sous Windows 7, même avec la fin programmée du support de cet OS en janvier 2019.

Face à ce problème Microsoft a annoncé une année supplémentaire de support pour les « features update » de Windows 10.

Mais dans le détail les choses se compliquent un peu puisque ce passage de 18 à 30 mois de support ne concerne que les éditions Entreprise et Education, avec quelques subtilités :  

  • Toutes les versions actuellement supportées sont éligibles à cette extension de support (versions 1607, 1703, 1709, and 1803).
  • Dans le futur, seules les « feature updates » proposées à l’automne (dont la prochaine – version 1809) seront supportées 30 mois, les versions mises à disposition au printemps restant sur un support de 18 mois.

Windows 10 - evolutions support.PNG

En gros pourquoi faire simple lorsque l’on peut faire compliqué. D’autant qu’il aurait été assez logique de ne pas exclure de cette extension de support l’édition Windows 10 Professionnel utilisée par de nombreuses PME/PMI, et que garder une synchronisation du support avec Office 365 Pro Plus n’aurait pas été aberrant…

Mais cette évolution va tout de même dans le bon sens pour éviter des situations ou Microsoft étendait au coup par coup le support aux utilisateurs de Windows 10 Entreprise et Education, comme en 2017 avec l’ajout de six mois de support supplémentaire (de 18 à 24 mois) pour Windows 10 1511 ou en février 2018 avec la décision de faire de même pour Windows 10 1607, 1703 et 1709.

Derniers articles »