Archives de Catégorie: IA

Les assistants Alexa « Echo Show » pourront scanner les codes barres. De quoi acheter plus facilement sur… Amazon

13619574Si vous utilisez votre assistant Alexa Echo Show pour gérer votre liste d’achat, bonne nouvelle : il vient de devenir plus facile d’ajouter des articles ayant besoin d’être réapprovisionnés. Amazon a annoncé qu’Alexa sur les Echo Show 5 et Echo Show 8 – pourra scanner les codes barres des articles d’épicerie courants pour ajouter les produits à votre liste de courses. Cette fonction sera disponible dans un premier temps aux USA.

Cette fonction fait suite également au déploiement de « Show and Tell », qui aide les clients aveugles et malvoyants avec un Echo Show à identifier les produits courants du garde-manger (comme les conserves ou les boîtes de conserve) qui peuvent être difficiles à distinguer au toucher. Pour commencer à utiliser le lecteur de codes-barres, il suffira de dire : « Alexa, scanne ça sur ma liste de courses« . Si Alexa ne peut pas reconnaître le code-barres ou si l’article n’a pas de code-barres, une commande vocale du type « Alexa, ajoute des petits pois à ma liste » continuera bien sur à fonctionner, ouf (!).

La motivation d’Amazon est assez évidente. Selon un récent rapport d’étude de marché d’OC&C Strategy, les achats par la voix atteindront la somme astronomique de plus de 40 milliards de dollars en 2022, contre 2 milliards en 2018 aux États-Unis et au Royaume-Uni. RBC Capital Markets prévoit qu’Amazon à elle seule générera 10 à 11 milliards de dollars de ventes à partir des appareils Alexa.

Google veut plus de régulation en matière d’IA…

google-cloud-logoLe PDG de Google, Sundar Pichai, a appelé à la régulation de l’intelligence artificielle (IA) dans un article du Financial Times. Le PDG de Google explique dans cet article comment la technologie lui était bénéfique et a terminé en expliquant que, pour que les gens soient aussi enthousiastes que lui à l’égard de cette technologie, l’IA doit être « développée de manière responsable, d’une manière qui profite à tous« .

Dans l’article, il nous a aussi rappelé l’impact négatif qu’elle a eu sous la forme de technologies telles que les deepfakes. Afin de lutter contre l’utilisation abusive de cette technologie, il milite pour que celle-ci doit être réglementée et ne peut être laissée aux forces du marché pour décider de son utilisation. Il explique logiquement que pour que la réglementation fonctionne, il faut un alignement international et un accord sur les « valeurs fondamentales« . Il est toujours aussi amusant de voir ces grands groupes (Apple, Microsoft ou maintenant Google) qui sont officiellement pour plus de réglementation pour les protéger de leur démons en quelques sorte…

M. Pichai a déclaré que nous ne devons pas partir de zéro car des règles telles que le règlement général sur la protection des données de l’UE (GDPR) peuvent offrir une « base solide ». Il a ajouté que les cadres existants, comme le GDPR, offrent un bon point de départ pour certaines utilisations de l’IA comme les dispositifs médicaux, mais qu’ils devraient être étendus à des domaines tels que les véhicules autonomes par exemple. Une position qui frise tout de même largement avec de l’hypocrisie lorsque l’ont voit les moyens mise en place par ces acteurs pour contourner la GDPR en évitant que les données d’autres citoyens qu’européens ne soit hébergées en Europe…

Bien que le désir de Pichai de réglementer puisse sembler bien intentionné, il faut également être prudent lorsqu’il dit qu’une « réglementation sensée doit également adopter une approche proportionnée, en équilibrant les préjudices potentiels, en particulier dans les zones à haut risque, avec les opportunités sociales« . Il serait largement possible d’interpréter cette phrase ambiguë en « laisser nous faire de notre coté mais méfiance chez les autres…« 

Amazon veut breveter une technologie qui permettrait d’identifier les acheteurs par leurs mains

mainsNous vous parlions ici même des magasins Amazon Go et des technologies de reconnaissance (principalement faciales) utilisées dans ce cadre.

Actuellement, pour pénétrer dans un des magasins Amazon Go il faut scanner un code 2D généré par l’application AmazonGO de votre Smartphone elle même connectée à votre compte Amazon. À l’avenir, Amazon pourrait se contenter de scanner les mains des visiteurs pour les reconnaitre et se passer du code 2D. C’est en tout cas une des options que suggère le brevet déposé par Amazon auprès de l’Office américain des brevets et des marques « un système de balayage sans contact qui permettrait d’identifier les personnes non pas par leur visage mais par des caractéristiques associées à la paume de leurs mains, notamment les rides et les veines« . Ceci donne une idée sur les réflexions d’Amazon pour ses magasins physiques. Et les enjeux sont important pour la société. Amazon a ouvert 24 sites Amazon Go aux États-Unis depuis la création du premier au rez-de-chaussée du siège d’Amazon à Seattle il y a près de deux ans (nous avons eu l’occasion aussi de passer par là en octobre dernier), mais l’entreprise ne compte pas s’arrêter là et envisage une multiplication de ces derniers aux USA en bientôt en Europe.

Cette technologie n’est pas si nouvelle que cela. Le New York Post avait rapporté en septembre qu’Amazon testait une technologie qui permettrait aux clients de Whole Foods (magasins principalement bio qui sont la propriété depuis 3 ans d’Amazon) de scanner leur main pour payer à la caisse plutôt que de glisser une carte.

Mais une nouvelle méthode potentielle d’identification des personnes à l’aide de la biométrie soulèvera probablement aussi des questions pour une entreprise qui fait déjà face à un examen plus minutieux des problèmes de protection de la vie privée liés à son assistant vocal (Alexa)…

Nomadplay : une application qui met l’IA au service de la musique (et des musiciens)

Nomadplay, une application qui met l’Intelligence Artificielle au service d’un objectif bien sympa ! Cette application créée en 2019 par la société française Digital Music Solutions, propose de mettre la pratique musicale à la portée de tous, néophytes ou professionnels. Comment ? En permettant de choisir une oeuvre au sein d’un catalogue riche, allant de la musique symphonique à la musique de chambre, pour les pianistes, les violonistes, guitaristes ou autres instruments à vent et à cordes, et de pouvoir jouer ensuite un instrument particulier au sein de cette oeuvre. Concrètement vous pouvez choisir de jouer le premier violon au sein d’un orchestre symphonique interprétant le fameux Boléro de Ravel, ou le violoncelle dans un quatuor à cordes de Debussy.

Pour ce faire, la société a développé une technologie basée sur de l’IA pour isoler un instrument spécifique au sein d’un enregistrement, et permettre ensuite de « retirer » cet instrument de l’enregistrement pour laisser l’utilisateur s’emparer de la partition et la jouer en s’immergeant au sein des autres instruments. Pour cela la partition de l’instrument sélectionné s’affiche dans l’application, le tempo peut être modifié.

Pas nécessaire d’être un virtuose pour utiliser l’application qui propose aussi des morceaux plus tournés vers les débutants.

Le modèle économique est basé sur l’acquisition par l’utilisateur d’une oeuvre donnée, les prix variant ainsi de 19,99 € pour le Boléro de Ravel et la vingtaine d’instruments identifiés, à 2,99€ pour des oeuvres avec 2 instruments. Une fois cette acquisition faite, il est possible d’utiliser le morceau sans limite de temps. La société propose aussi une souscription  à 9,99€/mois (offre de lancement valable jusqu’au 30/04/2020) qui donne un accès illimité au catalogue.

#CES2020 Locomotion : une approche innovante dans l’univers du transport routier

locomotionAu CES 2020 l’entreprise Locomotion qui se définit comme la première plateforme technologique de transport routier au monde à combiner la conduite autonome  pilotée par de  l’IA avec « l’augmentation » des conducteurs. S’inscrit en une rupture avec la concurrence qui proposerait du tout autonome mais avec une voie de commercialisation plus lointaine… Ici on parle de garder les conducteurs mais en les « augmentant » via de l’IA. Tout un programme.

Concrètement les choses sont loin d’être stupides car la démarche consiste en quelques sorte d’asservir des véhicules à la manière des wagon d’un train de marchandise en se servant des conducteurs. L’entreprise propose des exemples pour mieux comprendre le fonctionnement :

  1. Imaginez que 2 camions partent avec deux conducteurs à bord de chacun.
  2. En dehors de la ville, un camion assume le rôle principal tandis que l’autre suit le premier.
  3. Avec le conducteur principal « augmenté » par la plateforme technologique de Locomation, le camion suiveur engage une autonomie complète (il est asservi) afin que le conducteur puisse se reposer.
  4. Périodiquement, le camion de tête échange avec le camion suiveur pour alterner les périodes de repos des conducteurs.

C’est pas bête du tout quand on voit que sur la route beaucoup de camions roulent souvent en « couple ».

Sans surprise, la société promet une meilleure sécurité en diminuant les principales causes d’accident : la fatigue des conducteurs.

#CES2020 Un système de visioconférence pour améliorer la collaboration

kandaomeetingLes sociétés KanDao Technology Co.,Ltd et InFocus Corporation ont présenté au CES leur solution Kandao Meeting 360 qui a reçu un Innovation Award.

honoreeIl s’agit d’une caméra de vidéoconférence intelligente à 360° basée sur de l’IA qui identifie les postures des différents participants pour (dixit la société) améliorer l’efficacité de la collaboration à distance. Une petite vidéo explicative de la solution :

La solution est equipée de 2 objectifs fisheye, de 8 microphones omnidirectionnels et de 2 haut-parleurs full-duplex, Kandao Meeting peut capturer tous les participants à une résolution de 8K avec un son clair tout en localisant et en suivant dynamiquement les intervenants actifs par reconnaissance AI pour rendre la visioconférence plus réaliste.

#CES2020 Un kit autonome pour vérifier sa vision et son évolution

973a6896-dcb3-4d60-97e5-7b70e69a2f2f
La société EyeQue vient de présenter un kit de surveillance de la vision pour tester bien sûr sa vision, mais aussi tester la performance de vos lunettes / lentilles de contacts et suivre les changements dans le temps. La technologie brevetée rend les tests oculaires disponibles plus largement sans passer par un rendez-vous chez l’ophtalmologiste… Et ceci grâce à la technologie embarquée faisant appel à de l’IA (une tendance très forte cette année au CES). Ce kit vient d’obtenir un Innovation Award. cerise sur le gâteau le fabricant promet des prix très abordables pour son kit.

Le produit EyeQue Insight Plus™ mesure l’acuité visuelle (capacité de voir de 20/20 à 20/400). Ce test peut être effectué en portant des lunettes ou des lentilles de contact pour savoir s’il est temps de mettre à jour votre prescription. Les tests supplémentaires comprennent la sensibilité aux contrastes et le daltonisme. Chaque test dure environ une minute. Il est doté d’une application iOS/Android assez simple d’emploi qui prend en charge les comptes familiaux pour gérer plusieurs utilisateurs à partir d’un seul compte et facilite le changement de profil entre les tests et les personnes qui les passent. Les accessoires comprennent un support de tête réglable et une télécommande compatible Bluetooth. Il est également possible sur l’application de garder des historiques et de télécharger des rapports personnalisés pour transmettre au médecin.

La précédente version du système est vendue sur Amazon aux USA (69$), cette version utilisera sans aucun doute le même canal de diffusion.

#CES2020 Des nouveautés chez Google

Google est très présent sur ce salon en particulier via les nombreux partenariats d’intégration des ses solutions, dont son assistant personnel. Mais la société de Mountain View est également visible au travers de différentes annonces rendues publiques depuis le début de la semaines dont voici un résumé :

  • Premier point et non des moindres, vous pourrez demander à votre assistant d’oublier ce qu’il vient d’entendre. Il arrive parfois (souvent ?) que l’assistant Google se réveille sans que nous ayons invoqué la formuel magique Dis Google, parce qu’il a cru entendre cette formule prononcée. Généralement nous nous en apercevons quand ce même assistant dit « désolé je n’ai pas pu trouver … ». Dans cette situation, il sera bientôt possible de dire « Dis Google ce n’est pas pour toi » afin que le système efface les informations enregistrées.
  • Lecture de pages web (on avait l’impression que cela existait déjà, mais non !) : il suffira pour cela d’ouvrir une page web depuis un navigateur Google ou un téléphone Android et de dire « Dis Google, lis moi çà ». La lecture pourra être réalisée dans une autre langue que celle de la la page elle-même
  • Actions planifiées avec Google Assistant : il sera bientôt possible de dire « Google ferme les volets à 20h », pour que cette action soit réalisée plus tard
  • Les sticky notes sur les assistants Google Home (Google N’est par exemple), vous pourrez ainsi laisser un post it numérique pour indiquer à votre conjoint de ne pas oublier d’aller chercher de sortir votre pizza préférée du congélateur ce soir. Le post it apparaitra sur l’écran de votre appareil, plus besoin de laisser trainer des post it papier sur la porte du frigo 🙂
  • Dans le même esprit, il sera possible de faire affcher sur l’écran de son appareil Google, une liste de numéros de téléphone « d’urgence », qui seront ainsi visibles en permanence

#CES2020 Intel présente Mobileye 8 Connect

mobileye connect 8En 2017 Intel rachetait pour la bagatelle de 15 Milliards de $ la société Israélienne Mobileye, leader de la technologie des véhicules autonomes. Aujourd’hui toutes les activités de conduite autonome du fondeur se sont liées avec Mobileye, tant ce secteur est important face à la concurrence, et celle de Nvidia en particulier qui dispose de sa propre solution maison.

honoreeIntel a profité du CES pour présenter son Mobileye 8 Connect, qui vient de recevoir un Innovation Award. Le produit est largement mise en avant sur le stand Intel.

La solution est alimenté par le dernier processeur de Mobileye – EyeQ®4 et une caméra améliorée avec un champ de vision plus large – le système  derrière le pare-brise et protège les conducteurs et les usagers via les dernières évolution de sa technologie d’évitement de collision, fournissant un gain chiffré en secondes qui est critique pour éviter une collision. Mobileye 8 Connect™ peut également être installé en seconde monte dans presque tous les véhicules selon le constructeur.

Mobileye 8 Connect™ offre également un système de gestion de flotte basé sur la localisation du véhicule (FMS), éliminant le coût supplémentaire et le temps d’installation associé à du matériel supplémentaire dans le véhicule. Le constructeur indique également que compte tenue du nombre prévisible de véhicules équipés il pourra fournir des données routières et de trafic en temps réel. Les urbanistes et les développeurs de la ville pourront accéder à des cartes en ligne affichant les  » points chauds  » des accidents en fonction des données d’alerte, ce qui leur permettra d’apporter des améliorations à l’infrastructure de la ville. Les exemples de données comprennent, entre autres, les feux de circulation et les panneaux de signalisation, l’infrastructure routière, les services publics, le marquage des routes, les zones de construction, etc. Tout ceci à la manière d’un Waze beaucoup plus ouvert d’après les discussions avec les représentant de la marque.

« Entrées précédentes Derniers articles »