Archives de Catégorie: IoT

#CES2020 – Le pavé du futur ?

La société britannique Valerann, spécialisée dans les systèmes de collecte de données à but d’optimiser et contrôler le trafic routier. Pour cela Valerann propose un framework « Smart Road System », dont l’un des éléments essentiels pour capturer l’information est un pavé d’un nouveau genre, un pavé connecté bien sûr (photo ci dessus) ! Présenté lors de ce CES, cet appareil a gagné le CES 2020 Best of Innovation Award. A l’inverse d’autres solutions basées sur des caméras ou des radars embarqués dans les véhicules, les capteurs sont installés dans la chaussée, de part et d’autre des voies de circulation et permettent de rassembler des informations sur les véhicules en circulation. Plus de problèmes dûs à des caméras recouvertes de couches de boue et qui perdent ainsi leur capacité d’action. L’inconvénient est bien entendu de nécessiter d’équiper le réseau routier pour être opérationnel.

#CES2020 Une ceinture intelligente qui prévient des chutes

La société coréenne WELT a remporté un Innovation Award pour une évolution de sa ceinture connectée qui maintenant prévient des chutes en plus des autres indicateurs qu’elle se propose de surveiller.

Ainsi la WELT Smart Belt Pro ajoute la fonction de  » prévention  » des chutes à un ensemble de fonctions comprenant la mesure de la taille, la mesure du temps d’assise, la surveillance de la suralimentation et le comptage des pas. Bien que divers produits (y compris l’Apple Watch), aient offert une fonction de  » détection  » des chutes, ils étaient limités en ce sens qu’ils ne pouvaient détecter une chute qu’après qu’elle se soit produite…

ceintures Smart BeltLa WELT Smart Belt Pro, utilise les signaux fournis par le capteur situé au centre du corps pour détecter ce qu’un appareil porté au poignet ne peut pas faire.
La société explique que les chutes sont détectées à l’avance et évitées en analysant les irrégularités du schéma de marche de l’utilisateur.
En évaluant régulièrement le risque de chute et en anticipant les chutes qui pourraient survenir dans l’avenir, cette fonction de prévention des chutes serait dont une première mondiale qui intéresse sans surprise le corps médical pour le suivit des personnes âgées.

Extérieurement cette ceinture ressemble… à un ceinture ! Et donc surtout pas à un équipement médical, une bonne chose pour son acceptabilité.

Le tout est bien entendu controlé via une application.

Belt

 

#CES2020 – Aerbetic : un wearable pour surveiller le diabète de type 1

La startup américaine Aerbetic (originaire d’Alabama et pas de Californie !) est un de heureux « Honoree » du programme CES 2020 Innovation Award, avec un produit destiné à la surveillance des patients atteints de diabète de type 1 (source Doctissimo : aussi appelé diabète sucré, le moins fréquent des diabètes. Il est lié à un manque d’insuline ou à un défaut d’action de cette hormone. Le traitement associe régime alimentaire et insuline).

La solution Aerbetic est basée sur un petit appareil qui intègre des nano-capteurs de gaz utilisant l’haleine expirée pour identifier l’état diabétique et remonter des alertes dans l’application mobile associée ou via des informations affichées sur l’appareil et des alertes baltiques (légères vibrations). De même, les alertes générées peuvent être transmises ne parallèle à une personne de confiance qui sera ainsi alertée de la survenue d’un épisode de diabète. Cette solution s’inspire des chiens utilisés depuis près de 20 ans pour aider les patients à anticiper la survenue d’épisode de diabète.

L’intérêt de cette solution est double, d’une part totalement non invasive pour le patient, et d’autre part son cout relativement faible par rapport aux autres outils utilisés.

Windows 10X : le futur OS IoT de Microsoft ?

windows 10xNous vous parlions de Windows 10X qui équipera les machines Surface Neo de Microsoft l’année prochaine… Selon une offre d’emploi sur LinkedIn (repéré par Windows Latest), Microsoft recherche un ingénieur pour l’aider à construire son nouvel OS IoT, qui sera basé sur Windows 10X.

L’annonce le dit clairement :

« Vous allez construire la prochaine génération de système d’exploitation IoT basé sur Windows 10X. »

Il est plus néanmoins plus probable qu’au lieu de Windows 10X, l’entreprise parle de Windows Core OS, qui est le type de système d’exploitation derrière Windows 10X, donc en gros le système sans l’interface Windows…

Il y a urgence à ce que l’éditeur face à Google et Amazon dispose enfin d’un OS dédié à l’IoT face à l’échec de « Windows 10 for IoT » qui n’a pas été retenu par l’éditeur lui même pour ses propres développements d’object connectés !

IoT : du nouveau chez Microsoft

Capture d’écran 2019-10-28 à 16.56.43.png

Nous nous une sommes faits l’écho à plusieurs reprises dans ce blog (ici, ici ou dernièrement là), l’IoT est un domaine stratégique pour Microsoft qui investit à tous les niveaux dans cette course (infra, sécurité, objets, ..).

Dans cette ligne, Sam George, le Corporate Vice President d’Azure IoT chez Microsoft a présenté dans un post de blog toutes une série d’annonces IoT :

  • 11  nouveaux templates d’applications orientés sur des secteurs tels que  la distribution, la santé, le gouvernement et l’énergie.
  • Azure Sphere : l’OS basé sur Linux pour des applis IoT, annoncé en 2018 sera disponible en février 2020.
  • Tarification : une remise à plat début 2020 pour rendre le schéma de prix prédictible en fonction de la montée en charge.
  • IoT Edge : Prise en charge de l’IoT Edge, y compris la gestion des périphériques et le déploiement des modules IoT Edge.
  • Support Multitenancy : Prise en charge de la multilocation pour créer et gérer une application unique avec plusieurs locataires, chacun ayant ses propres données, dispositifs, utilisateurs et rôles isolés.
  • Un nouveau partenariat avec AccuWeather apporte les données météorologiques à Azure Maps, l’outil de Microsoft pour construire des cartes et des données géospatiales dans des appareils et applications (ex : applis de routage, de geo marketing ou de logistique dépendant de données météo).
  • Azure Time Series Insights, l’outil d’analyse IoT de Microsoft, est doté de plusieurs nouvelles fonctionnalités, notamment de nouveaux moyens de stocker et d’accéder aux données et la possibilité d’évoluer plus rapidement dans une grande entreprise.

IoT sera certainement un sujet chaud pour la prochaine conférence Ignite, qui se déroulera début novembre à Orlando, voilà donc de quoi alimenter le buzz d’ici là.

 

Microsoft annonce SQL Server IoT 2019

Capture d’écran 2019-10-16 à 09.09.13En mai dernier, nous vous en parlions, Microsoft a publié le système d’exploitation pour robot. Au cours du même mois, il a également introduit l’IoT Plug and Play. Plus récemment, une collaboration entre Azure IoT et IoT Messaging a été dévoilée pour simplifier l’utilisation de la localisation et de l’intelligence spatiale.

Lors du CEATEC Japon mardi dernier, Ian LeGrow, directeur des systèmes d’exploitation chez Microsoft, a détaillé les plans de l’entreprise concernant l’environnement Windows for IoT. Essentiellement, LeGrow a dévoilé de nouvelles offres dont une nouvelle solution de Smart Tower, Windows ML contener et un nouveau produit : SQL Server IoT 2019.

SQL Server IoT 2019, sera « l’équivalent binaire de SQL Server 2019« . Il sera distribué sous licence par l’intermédiaire du canal OEM et sera associé à Windows Server IoT 2019 pour offrir une plate-forme de base de données centrée sur l’analyse des données critiques. Bien que la date exacte de sa sortie n’ait pas été précisée, il sera encore disponible à certains constructeurs avant la fin de l’année. Un élément de plus dans la compétition que Microsoft a engagé avec Amazon en particulier qui dispose d’une offre équivalent depuis plus de 2 ans.

Azure Security Center for IoT est disponible

Azure Security Center for IoT est la solution proposée par Microsoft pour prévenir l’exploitation de failles de sécurité dans les déploiements d’objets connectés. Pour rappel, Security Center est, comme son nom l’indique, le système de gestion de la sécurité de l’infrastructure de l’entreprise, qu’il soit sur site, sur Azure ou via un autre fournisseur de cloud. Cette surveillance multiplateforme est également facilitée par des partenariats d’interopérabilité tels que celui annoncé par Microsoft avec Oracle au début de l’été.

Comme nous l’expliquions lors du dernier Briefing Calipia en juin dernier, Security Center for IoT exploite les informations de «plus de 6 000 milliards de signaux que Microsoft collecte chaque jour» et classe les différents risques identifiés en fonction de leur importance. Il peut également identifier d’éventuelles erreurs de configuration, voire des paramètres non sécurisés.

Cette offre complète l’offre déjà bien établie pour l’IoT de l’éditeur, nous vous avions proposé un panorama complet de cette dernière lors du Briefing Calipia de décembre 2018, faisant suite à notre mission d’étude d’octobre dernier sur ce sujet. On retrouve ainsi dans cette offre des technologies telles qu’Azure Sphère, Azure IoT Central ou encore la plateforme IoT Edge. L’éditeur met donc le turbo pour finaliser son offre face à AWS.

Vous pouvez en savoir plus sur Azure Security Center sur le portail Azure.

IoT : l’université de Princeton met à disposition un inspecteur

L’université de Princeton met à disposition un inspecteur d’objets. IoT Inspector, c’est son nom pour permet de surveiller vos objets IoT sur votre réseau. Princeton IoT Inspector fait partie d’un projet de recherche qui a pour but d’aider les consommateurs à en savoir plus sur leurs dispositifs IoT et aux chercheurs de collecter des données anonymes sur les réseaux IoT.

Le principe est une collecte anonyme des données vers les serveurs de Princeton qui ensuite vous fournissent des analyses de vos objets.  L’outil utilise  l’ARP-spoofing sur votre réseau pour intercepter le trafic. Il supprime les informations personnelles puis
télécharge les données sur un serveur de l’Université de Princeton pour effectuer l’analyse et présenter le résultat via le navigateur Web.

Le programme fonctionne actuellement que sur MacOS et est accessible ici (macOS High Sierra ou Mojave) et nécessite Firefox ou Google Chrome (ou tout navigateur basé sur Chrome tel que demain Edge :)) mais en revanche il ne fonctionne pas sur Safari !
Les version Linux et Windows sont également prévues, vous pouvez vous inscrire ici si vous souhaitez être averti lorsque la version Linux ou Windows sera prête (dans les prochaines semaines selon le site).

Enfin les sources sont ici : https://github.com/noise-lab/iot-inspector-client/tree/master/v2-src

IoT : Microsoft rachète Express Logic


Capture d’écran 2019-04-23 à 14.23.36Express Logic est une société fondée en 1996 connue pour sa plate-forme X-Ware. Il s’agit d’une famille de produits qui englobe un éventail de solutions telles que :

  • ThreadX : le système d’exploitation en temps réel (RTOS)
  • FileX pour la gestion des fichiers intégrés
  • GUIX pour la mise en oeuvre des interfaces utilisateur intégrées
  • NetX pour les connexions (dont le mode Edge
  • USBX pour les connexions en USB (type PnP).

De quoi répondre à la stratégie du leader AWS, dont nous détaillerons la plateforme vis à vis de l’offre de Microsoft lors du prochain Briefing Calipia début juin.

La plate-forme d’Express Logic sera donc complémentaire à des éléments tels que IoT Hub, et devrait offrir un complément à  Azure Sphere, puce annoncée en mai 2018 et en beta depuis septembre dernier. Nous vous en avions parlé lors d’une présentation dédiée lors du Briefing Calipia de décembre 2018.

Microsoft précise que leur objectif est « de proposer le RTOS ThreadX d’Express Logic en option pour répondre aux exigences de traitement en temps réel sur un périphérique Azure Sphere et d’autoriser les périphériques alimentés par ThreadX à se connecter aux périphériques Azure IoT Edge« .

Express Logic serait un des leader du secteur, avec 6,2 milliards de déploiements annoncés de ThreadX. Cet investissement s’inscrit logiquement donc dans les 5 milliards de dollars que Microsoft prévoit de faire entre 2018 et 2022.

Il n’y a pas que Edge qui passe à Chromium… Tesla aussi

Tesla-browserUne chose est sure, le navigateur intégré dans le tableau de bord de la Tesla n’est pas un modèle de puissance, alors même que le système embarqué est plutôt assez véloce. La compatibilité avec les sites web est aussi très perfectible… Preuve de sa faiblesse, seul 30% des clients de Tesla utiliseraient le navigateur, alors même que sur une tablette 17 pouces le confort d’usage pourrait-être interessant !

Elon Musk, a annoncé la semaine dernière que finalement ils allaient changer de moteur pour le navigateur intégré et passer à Chromium !  Un de plus ! Le mouvement qui se passe actuellement autour du moteur open source (mais controlé par Google) est une lame de fond qui touche donc aussi les (gros ici) IoT…

Amusant de voir que même si la compatibilité W3C de Chromium n’est pas exemplaire, peu importe, c’est désormais LE standard incontournable du Web. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? 🙂

« Entrées précédentes Derniers articles »