Archives d’Auteur : Stephane Sabbague

Windows 11 : de nouvelles fonctions d’accessibilité en approche

Microsoft a annoncé quatre nouvelles fonctionnalités d’accessibilité qui seront intégrées à la version finale de la mise à jour de Windows 11 (dont la version finale est prévue d’ici peu). Au programme une expérience « Focus » plus immersive, des sous-titres en direct pour l’ensemble du système, des outils d’accès vocal plus puissants et des voix plus naturelles pour le Narrateur.

La nouvelle fonction de Focus comprend une option permettant d’activer Ne pas déranger à partir du centre d’action. Ce nouveau paramètre Ne pas déranger donne maintenant la possibilité de classer par ordre de priorité les notifications que vous souhaitez voir s’afficher lorsqu’il est activé. Au démarrage Windows 11 activera la fonction Ne pas déranger et désactivera les badges de la barre des tâches, et lancera un minuteur pour vous rappeler de faire des pauses régulières. Cette fonction est intégrée à l’application Horloge et à Spotify.

Les sous-titres en direct sur tout le contenu audio permettra au système de transcrire automatiquement le contenu de tout clip. Chose interessante : cette fonctionnalité fonctionne sans connexion Internet, les sous-titres étant générés en local. Cette fonctionnalité est déjà disponible pour les Insiders de Windows 11.

Il sera aussi possible d’ouvrir et passer d’une application à l’autre, de naviguer sur le Web, lire et rédiger des emails en utilisant la voix plus simplement. Lorsque vous activez l’accès vocal pour la première fois, Windows 11 vous invite à télécharger un modèle vocal pour la reconnaissance vocale de l’appareil afin de vous aider à démarrer, un peu comme s’était déjà le cas dans les précédentes version. On retrouve ici les fonctions inaugurées jadis avec Cortana sous Windows 10.

Microsoft est enfin en train d’ajouter des voix naturelles pour le Narrateur afin de permettre aux personnes malvoyantes de profiter de scénarios tels que la navigation sur le Web, la lecture, la rédaction de courriers électroniques, etc.

La mise à jour Windows 11 22H2 ne se limite pas à ces nouvelles fonctionnalités d’accessibilité.
Vous pouvez lire toutes les nouvelles fonctionnalités de Windows 11 ici.

Nous reviendrons en synthèse sur l’ensemble des fonctionnalités d’accessibilité dans les systèmes Windows mais aussi Android et iOS dans une session dédiée du prochain Briefing Calipia.

Teams sur iPad : de nouvelles fonctions

Microsoft prévoit d’enrichir encore Teams sur iPad avec de nouvelles fonctions permettant à l’utilisateur un meilleur confort d’usage mais surtout se rapprocher de l’utilisation sur PC ou Mac.

Teams sur les dernières versions d’iPad est déjà très plaisant à utiliser en particulier grâce au support de ce qu’appelle Apple « Cadre centré » (Center Stage) : fonction qui utilise l’apprentissage automatique pour ajuster la caméra avant ultra grand-angle lorsque vous utilisez des apps vidéo telles que FaceTime, Zoom ou Teams donc. Cette fonction finalement assez méconnue sur Teams est très sympathique à l’usage dès lors que plusieurs utilisateurs sont derrière l’écran et peut dans certain cas être adapté à de petites salles de réunion ne disposant pas de matériel de Visio adapté qui accomplirait la même fonction.

Teams n’est pas le seul à supporté cette fonction, on retrouve aussi les logiciels :

  • Facetime
  • Facebook Messenger
  • FiLMiC Pro
  • Google Meet
  • Skype
  • Slack
  • Zoom
  • Webex

A tester donc si ce n’est déjà fait pour se rendre compte des possibilités offertes simplement.

Mais Microsoft proposera aussi de nouvelles fonctions. Selon la page de la feuille de route de Microsoft 365, l’entreprise travaille sur sorte de panneau multitâche pliable à droite permettant de discuter avec des personnes en marge d’une réunion en cours, offrant ainsi une expérience plus riche. Nous devrions également disposer de « L’affichage plus rapide des listes » dans ce nouveau panneau. La possibilité de chatter pendant une réunion Teams n’est pas nouvelle. Cette fonctionnalité est déjà disponible pour les utilisateurs de Teams desktop. La fenêtre de chat s’ouvre sur le côté droit de l’écran principal sur le bureau. Si la fenêtre de chat et le panneau multitâche sont très similaires, ce dernier semble promettre d’offrir plus que du chat.

Ces nouvelles fonctionnalités seront déployées pour les utilisateurs de Teams sur l’iPad ce mois-ci, comme indiqué sur la page de la feuille de route. Mais en dehors de ces changements, la société promet également une meilleure optimisation de Teams pour les utilisateurs d’iPad.

Nous reviendrons sur ces fonctions lors du prochain Briefing Calipia avec une session spéciale consacrée aux évolutions de Teams.

Nouveaux services : Microsoft propose son expertise en sécurité

Microsoft a annoncé hier un nouveau service appelé Microsoft Security Experts destiné à aider les entreprises à sécuriser leurs réseaux en combinant des technologies et des services humains. Nous reviendrons en détail sur ces services lors du prochain Briefing, mais voici un résumé de l’annonce d’hier.

Microsoft Security Experts se compose de trois nouveaux services gérés destinés à renforcer les équipes de sécurité existantes au sein des entreprises :

  • Microsoft Defender Experts for Hunting qui aidera les entreprises disposant d’équipes de sécurité existantes à  » chasser  » de manière proactive les menaces potentielles. Les experts et partenaires Microsoft utiliseront les données Microsoft Defender, les terminaux, Office 365, les applications cloud et l’identité pour détecter les menaces potentielles. Les entreprises auront la possibilité de contacter un expert en sécurité d’un simple clic et d’obtenir des recommandations spécifiques pour améliorer la sécurité. Microsoft Defender Experts for Hunting sera disponible cet été, il est possible de s’inscrire pour participer à l’avant-première.
  • Microsoft Defender Experts for XDR (extended detection and response) est un service destiné à ceux qui souhaitent étendre et renforcer leurs centres d’opérations de sécurité. Les experts Defender pour XDR fournissent une expertise humaine pour répondre aux incidents aux côtés des équipes de sécurité existantes.
  • Microsoft Security Services for Enterprise est un service dirigé par des experts pour protéger tous les environnements et plateformes en nuage. Les clients disposeront d’experts en sécurité Microsoft dédiés pour gérer l’intégration, les interactions quotidiennes, la modernisation des pratiques et les réponses aux incidents.

Microsoft n’entend pas marché directement sur les plates bandes des sociétés spécialisées en sécurité il propose donc des services qui se veulent « complémentaires à ceux proposés par ses partenaires » On imagine bien que dans un premier temps c’est plutôt les ETI qui seront visées par ce type de services, mais à notre avis seulement dans un premier temps. Microsoft mettant en avant sa légitimité dans ce domaine avec rien qu’en 2021, plus de 9,6 milliards de menaces de logiciels malveillants et plus de 35,7 millions de courriels de phishing/malveillants interceptés, plus de 900 tentatives de vol de mot de passe par force brute toutes les secondes. Difficile de nier que Microsoft dispose de vastes connaissances et d’une grande expertise en matière de cybersécurité…

Windows 11 : les nouveautés de la build 22610

Microsoft a déployé une nouvelle version de test de Windows 11 sur les canaux Des et Beta : la 22610. Revenons sur les nouvelles fonctions que cette dernière apporte.

Première chose : cette version n’active plus le partage de fichiers en SMB Version 1 pour des raison de sécurité et de fiabilité. Toutefois, l’entreprise précise que les testeurs qui ont installé SMB1 manuellement ou qui ont effectué une mise à niveau à partir d’une version préliminaire de Windows où SMB1 était installé ne verront pas SMB1 supprimé dans les dernières versions de test.

La version 22610 ajoute de nouvelles Group policies. Ces dernières peuvent être configurées localement ou via Microsoft EndPoint Manager. On retrouve ainsi les possibilités de :

  • Désactiver l’accès aux paramètres rapides
  • Désactiver le centre de notification et le calendrier
  • Désactiver tous les paramètres de la barre des tâches
  • Désactiver la recherche (dans Démarrer et la barre des tâches)
  • Masquer la vue des tâches dans la barre des tâches
  • Bloquer la personnalisation de l’option « Épinglé » dans Démarrer.
  • Masquer la mention « Recommandé » dans Démarrer
  • Désactiver les menus contextuels de Démarrer
  • Masquer « Toutes les applications » dans Démarrer

On retrouve également :

  • Une vue améliorée de l’utilisation du temps d’écran sur les applications et les appareils,
  • Une estimation de l’autonomie de la batterie qui s’affiche directement dans l’icône de la batterie dans la barre d’état système.
  • La désactivation de la fonction de barre des tâches optimisée pour les tablettes que Microsoft a commencé à déployer dans la version 22563. Fonction qui devrait néanmoins revenir « après avoir affiné l’expérience » selon Microsoft.

Pour une liste complète des correctifs, mises à jour et problèmes connus de la Build 22610, consultez le billet de blog de Microsoft.

le gouvernement chinois ordonne l’abandon de Windows au profit de Linux.

Régulièrement les différents gouvernements de la planète demandent l’utilisation de logiciels libres et Linux en particulier pour lutter contre la mainmise des entreprises américaines telles que Microsoft en particulier. C’est arrivé en France à de nombreuses reprises, et dans pas mal de pays dans le monde… sans trop d’effet en pratique sur les ventes de Microsoft dans ces pays. C’est parfois même le contraire qui s’est produit : en anticipant une interdiction formelle qui n’arrivait finalement pas, les administrations s’étant empressées de commander chez Microsoft…

Cette fois, cependant, le raisonnement est un peu différent. Selon Bloomberg, Pékin a ordonné aux services gouvernementaux et aux entreprises soutenues par l’État de remplacer les PC de marque étrangère et les systèmes d’exploitation associés par des solutions de rechange pouvant être entretenues dans le pays. Et en Chine, les décisions gouvernementales ont tendance à être plus suivies que chez nous, c’est le « privilège » des dictatures… Il suffit de voir l’application de la stratégie Zéro Covid à Shanghai pour s’en convaincre.

La Chine s’apprête ainsi à remplacer près de 50 millions de PC dans les seules agences du gouvernement.Ceci ne sera évidemment pas achevé d’un seul coup, mais qu’il est prévu de l’échelonner sur une période de deux ans.

Au delà du remplacement de Windows par Linux, concernant le matériel, de nombreux fabricants de PC, dont Dell et HP, ne manqueront pas d’être affectés. En revanche, le fabricant local Lenovo ainsi que d’autres fournisseurs de logiciels et de matériel, tels que Kingsoft Corp et Inspur Electronic Information Industry Co., ont vu le cours de leurs actions augmenter en bourse. Ce n’est pas tout à fait une nouveauté, le gouvernement chinois encourageant l’utilisation de matériel et de logiciels locaux depuis une bonne partie de la dernière décennie. Il aurait également engagé une société chargée de contrôler et de surveiller les fournisseurs locaux dans le développement de composants sensibles allant des semi-conducteurs au cloud.

Pas d’injonction en revanche sur les composants de PC « difficiles à remplacer », tels que les CPU et les GPU développés par des entreprises occidentales en attendant des alternatives locales (nous en parlerons en introduction du prochain Briefing).

Nouvelle application Outlook en approche…

Le nouveau client de messagerie Outlook de Microsoft est en approche. Il devrait être présenté officiellement dans quelques jours, lors de la conférence « Build » de Microsoft. Cela fait déjà quelques années que Microsoft travaille sur l’unification de ses clients Outlook entre PC, Mac et Web. Cette version devrait combler le retard pris entre le client PC et le client Mac. Ce dernier nous donnant un avant gout de ce que sera ce futur client unifié. Certains utilisateurs ont été en mesure de télécharger la nouvelle application, comme l’a repéré Windows Central.

Sans surprise ce client PC ressemble donc au client Mac actuel qui ressemble lui même au client Web. Donc au programme une application beaucoup plus légère et plus simple que les versions précédentes d’Outlook pour Windows et beaucoup plus puissante que l’application Mail intégrée dans Windows qu’elle est également destinée à remplacer à terme. L’application est également entièrement hébergée en ligne, Microsoft continuant à déplacer ses services vers le Web plutôt que de les exécuter exclusivement en tant qu’applications natives. Ce qui est cohérent avec les engagements assez clairs de Microsoft en faveur des PWA (Progressive Web Apps).

Pour utiliser l’application Outlook classique sur mon PC et la nouvelle application « épurée » sur mon Mac qui préfigure donc cette nouvelle application Outlook pour Windows, autant le dire tout de suite la transition risque de ne pas être si simple pour nombreux utilisateurs d’Outlook sont habitués à la façon dont l’application fonctionne depuis longtemps, et cette expérience plus épurée, sera ressentie comme un énorme changement avec pas mal de fonctions absentes de l’interface comme le simple compteur de mails dans sa boite aux lettres par exemple ! Cela signifie que, au moins pendant un certain temps, Microsoft continuera probablement à mettre plusieurs versions d’Outlook à la disposition des utilisateurs. Mais la voie à suivre est claire : à l’avenir, il n’y aura qu’un seul Outlook. Très proche de la version Web ou Mac actuelle.

Nous reviendrons sur tout ceci lors du Briefing Calipia à partir du 1er juin. Rejoignez-nous !

Windows 11 22H2 disponible ce mois-ci ?

Sun Valley 2, le nom de code de la version 22H2 sera vous le savez sans doute la seule mise à jour majeure de Windows 11 de cette année, depuis que Microsoft est passé à une cadence annuelle, mettant fin aux versions semestrielles H1 et H2 auxquelles nous étions habitués avec Windows 10. La mise à jour officielle Windows 11 22H2 pourrait être accompagnée de pas mal de nouvelles fonctionnalités, nous y reviendrons lors du prochain Briefing Calipia (n’hésitez pas à vous inscrire dès maintenant !), notamment la possibilité de créer des dossiers d’applications dans le menu Démarrer, un gestionnaire de tâches amélioré et visiblement très coloré, l’intégration des réglages de focalisation dans le centre de notifications, un explorateur de fichiers à onglets, et surtout pas mal de corrections de bugs.

S’il on en croit plusieurs sources la 22H2 pourrait être RTM ce mois-ci. De plus Microsoft prévient depuis des semaines que le canal Dev commencera bientôt à diffuser les builds de Sun Valley 3, qui est la prochaine version de Windows 11 qui sortira elle en 2023.

On remarque que désormais, alors que les forces commerciales de Microsoft restaient assez discrètes sur Windows 11 pour les entreprises, préférant consolidé les bases et les abonnements, elles commencent maintenant à mettre un peu plus l’accent sur cette version en incitant les clients à la migration Windows 10 vers Windows 11…

Microsoft Purview détectera si une personne veut quitter l’entreprise ou le harcèlement sexuel dans Teams et les mails…

Vous connaissez sans doute l’offre Microsoft Purview (anciennement Azure Purview) : la solution de gouvernance des données que l’on peut utiliser pour s’assurer que toute communication interne ou externe respecte leurs normes de conformité et les réglementations. Elle est étroitement intégrée aux services Microsoft 365, tels que Teams, Yammer, Outlook, etc. Essentiellement, les entreprises peuvent définir des politiques pour effectuer une analyse automatisée des communications afin de gérer le risque d’initié et de détecter les messages inappropriés. Si un élément de communication correspond à une politique configurée, il est transmis à un réviseur désigné pour une enquête plus approfondie. Sans surprise la solution utilise les services d’IA d’Azure.

Microsoft bien d’ajouter un certain nombre de fonctions actuellement en cours de développement :

  • Intention de quitter l’entreprise : Détecte les messages qui expriment explicitement l’intention de quitter l’entreprise, ce qui peut-être un signal précoce de danger de vol de données lors du départ.
  • Harcèlement sexuel : Détecte les cas explicites de harcèlement sexuel tels qu’ils peuvent être décrits dans les politiques et le code de conduite de l’entreprise, comme les avances sexuelles, les commentaires sexuels et (je cite) les demandes de faveurs sexuelles. Reste à définir la sensibilité de l’outil. Une transposition directe des pratiques américaines risque d’être délicate de ce coté de l’atlantique…
  • Sabotage : Détecte les messages qui mentionnent explicitement des actes visant à détruire, endommager délibérément les actifs ou les biens de l’entreprise.
  • Corruption : Détecte les messages qui contiennent des termes relatifs à l’échange de cadeaux en échange de services, ce qui peut constituer une violation de la politique de l’entreprise.
  • Blanchiment d’argent : Détecte les signes de blanchiment d’argent ou d’engagement dans des actes visant à dissimuler ou à déguiser l’origine ou la destination des produits.
  • Manipulation d’Actions : Détecte les signes de manipulation d’Actions, tels que les recommandations d’achat, de vente ou de détention d’actions dans le but de manipuler le prix des actions.
  • Divulgation d’informations non autorisée : Détecte le partage d’informations dont le contenu est explicitement désigné comme confidentiel ou interne à certains rôles ou individus dans une organisation.

Toutes ces fonctions seront disponibles pour toutes les entreprises qui utilisent Microsoft Purview. Ils passeront au stade de beta en juin et devraient devenir disponibles en septembre.

Microsoft a souligné dans la description que Purview est conçu dans le respect de la vie privée, de sorte que les noms d’utilisateur sont anonymisés par défaut, que le contrôle d’accès basé sur les rôles (RBAC) est intégré au logiciel et que les « réviseurs » qui examineront plus en détail les correspondances de politiques doivent être explicitement autorisés et désignés comme tels par les administrateurs. Reste à voir néanmoins l’accueil réservé dans les entreprises de ce côté de l’atlantique…

Nous reviendrons sur ces fonctions lors du prochain Briefing où une session est réservée aux nouveautés de Teams. N’hésitez pas à vous inscrire dès maintenant.

Microsoft Defender pour Office 365 ajoute une protection pour les comptes plus sensibles

Microsoft a annoncé mercredi dernier la disponibilité de la version commerciale de la « protection différenciée des comptes prioritaires » dans Microsoft Defender pour les utilisateurs d’Office 365. Fonction qui permet aux administration de marquer les comptes de messagerie sensibles dans l’entreprise. Comme par exemple pour des cadres, des dirigeants, ou d’autres utilisateurs ayant accès à des informations sensibles.

Ces comptes marqués bénéficieraient d’une meilleure protection contre les menaces grâce aux processus d’apprentissage automatique de Microsoft associés au service Microsoft Defender for Office 365. Microsoft précise : qu’ en se concentrant sur ces ensembles d’utilisateurs spécifiques et sur les attaques qui les ciblent, ils ont pu améliorer les modèles d’apprentissage automatique pour offrir un niveau de protection plus élevé. Ils ont aussi été en mesure d’ajuster d’autres aspects des fonctions de protection, comme la façon dont les messages sont traités dans les « bacs à sables ». Microsoft active par défaut la fonction de compte prioritaire pour les abonnés concernés. Bien que les administrateurs puissent la désactiver.

Il est alors possible de voir les statistiques sur les comptes prioritaires en les filtrant dans la vue Threat Explorer de Microsoft Defender for Office 365. Interessant également : les étiquettes de comptes prioritaires fonctionnent également avec le processus de mise en quarantaine des e-mails, ce qui permet de voir « les e-mails malveillants qui ciblent ces comptes critiques ». Les attaques signalées par le biais d’une « nouvelle expérience unifiée des soumissions » sont « explicitement marquées et filtrées » pour les équipes de sécurité. Il est également possible de simuler des attaques sur des utilisateurs en fonction des étiquettes de comptes prioritaires pour tester l’ensemble ! Enfin, Microsoft a indiqué qu’il est également possible de créer des politiques d’alerte personnalisées dans Microsoft Defender pour Office 365.

Attention néanmoins, cette fonction n’est disponible que pour les abonnés à Microsoft Defender for Office 365 possédant des comptes Plan 2. La disponibilité inclut bien sûr également les comptes « Office 365 E5, Microsoft 365 E5, ou Microsoft 365 E5 Security ».

Nous reviendrons sur ces annonces lors du prochain Briefing Calipia avec une session dédiée sur les fonctions de sécurités offertes par Microsoft.

Microsoft sur le front russe…

Microsoft a révélé qu’elle a pris le contrôle de sept domaines contrôlés par une entité de piratage liée à la Russie et connue sous le nom de Strontium. Selon l’entreprise, les domaines étaient utilisés dans des cyberattaques contre des institutions ukrainiennes telles que des organisations de médias, ainsi que des institutions gouvernementales et des groupes de réflexion aux États-Unis et dans l’Union européenne impliqués dans la politique étrangère.

Les domaines ont été saisis après que Microsoft a obtenu une ordonnance du tribunal le 6 avril. L’entreprise s’attaque depuis longtemps à ce groupe « Strontium » et a déjà mis en place un processus lui permettant d’obtenir rapidement des ordonnances judiciaires pour prendre des mesures contre les activités du groupe. Ayant pris le contrôle des domaines, Microsoft les a redirigés vers un espace web qu’il gère pour informer les victimes des attaques.

« Cette action fait partie d’un investissement continu , commencé en 2016, pour prendre des mesures juridiques et techniques afin de saisir les infrastructures utilisées par Strontium. Nous avons établi un processus juridique qui nous permet d’obtenir des décisions de justice rapides pour ce travail. Avant cette semaine, nous avions pris des mesures par le biais de ce processus à 15 reprises pour saisir le contrôle de plus de 100 domaines contrôlés par Strontium. »

Tom Burt, Corporate Vice President of Customer Security & Trust chez Microsoft

Si l’on peut se réjouir que Microsoft ait pu s’attaquer à la dernière attaque de Strontium, l’entreprise a reconnu qu’il ne s’agit que d’une petite partie de la cyberguerre en Ukraine…

« Entrées précédentes Derniers articles »