Archives d’Auteur : Stephane Sabbague

Microsoft améliore encore une fois son outil de formulaires Forms

Microsoft a annoncé d’importantes mises à jour qui seront apportées à Forms courant octobre avec en particulier la notion très interessante de « collections », une nouvelle fonctionnalité pour aider à organiser les enquêtes, quiz et sondages et créer des regroupements.

L’éditeur affirme que la possibilité de classer les formulaires en collections faisait partie des fonctionnalités très attendues, et elle avait été annoncée pour la première fois sur la Roadmap Microsoft 365 le mois dernier. Il sera ainsi possible de :

« Créer autant de Collections que vous le souhaitez pour stocker des quiz et des formulaires et y accéder à tout moment en ligne. Vous pouvez modifier vos fichiers dans une collection, copier une collection, partager une collection (prochainement) ou la supprimer lorsque vous avez terminé. Vous pourez également passer à une vue en liste si vous souhaitez avoir une vue verticale de toutes vos collections », selon un billet de blog du site de l’éditeur.

En plus de la disponibilité en version web, la fonctionnalité de collection de formulaires sera également prise en charge sur les appareils mobiles. Cette fonctionnalité sera également disponible pour les instances de formulaires générées par d’autres applications Microsoft 365, et bien sûr Microsoft Teams, mais aussi (et c’est moins connu) PowerPoint et Outlook. reste à voir comment ceci s’intègrera (ou pas dans les conversations attachées à des visio…). Microsoft précise néanmoins que les collections seront dans un premier temps limitées aux formulaires personnels, les formulaires de groupe devraient être pris en charge un peu plus tard.

Nous reviendrons sur ces éléments lors du prochain Briefing Calipia.

Briefing Calipia #32 : décembre 2021, de retour en présentiel

Le prochain Briefing Calipia se déroulera, normalement en présentiel au mois de décembre prochain.
Le 6 décembre à Aix, le 8 à Lyon, le 10 à Lille, le 15 à Nantes et le 17 décembre à Paris. Avec une session supplémentaire en ligne (via Teams) le 16 décembre . 

Le programme

(sessions plénières et 2 ateliers en parallèle l’après-midi)

1 – REUNIONS HYBRIDES : BONNES PRATIQUES
Les nouvelles réunions seront désormais hybrides, mixant personnes en présentiel et à distance. Mais animer une réunion hybride, ne va pas toujours de soi, nous feront lors de cette session le point sur les bonnes pratiques et les outils associés.
2 – ACTUALITE
Nous aborderons dans cette session l’actualité autour des technologies Microsoft et son écosystème. Nous traiterons en particulier des évolutions d’Office 365 et d’Azure, des évolutions de Windows. Nous aborderons l’arrivée des services Windows 365, les nouvelles versions on premise des logiciels serveurs, ainsi que Microsoft Office LTSC.
3 – SMART CITIES : OÙ EN SOMMES-NOUS ?
Le concept de ville intelligente basé sur la technologie (IOT, IA …) a récemment évolué pour intégrer le développement durable et la ville citoyenne. Cette intervention présentera un bref état des lieux du sujet.
4 – LES DERNIÈRES NOUVEAUTÉS DE TEAMS
Teams poursuit depuis plusieurs années son développement effréné. Nous présenterons les dernières annonces faites par l’éditeur pour rendre Team toujours plus intégré aux pratiques de collaboration en particulier dans le contexte de développement d’environnements de travail hybrides.
5 – METAVERS ET TRAVAIL COLLABORATIF : LA SOLUTION DE FACEBOOK
Le concept de « Metavers » contraction de Méta-Univers décrit une évolution d’Internet ou des espaces virtuels seront partagés et accessibles en réalité virtuelle. Facebook se veut avec son nouveau produit Horizon Workrooms à destination des entreprises le champion de cette nouvelle catégorie d’outils collaboratifs. Nous présenterons lors de cette session ces outils et leurs perspectives avec des démonstrations en local.
Avec la généralisation du travail à distance, les risques en matière de sécurité du système d’information se sont accrus. Quelle sont les nouvelles pratiques de protection ? Nous reviendrons lors de cette session en particulier sur deux tendances : l’approche Zero Trust et les moyens (et leurs limites) de mise en œuvre d’un monde sans mots de passe.
7 – LE MARCHÉ DE L’IOT : APPLICATIONS ET PERSPECTIVES
Les objets connectés sont au cœur des transformations de la société et de l’entreprise. Un point sera fait sur les dernières évolutions technologiques et sur les modalités de traitement des données ainsi collectées (normalisation, jumeau numérique, …).
8 – SOUVERAINETÉ NUMERIQUE ET DONNÉES
La collecte massive de données alliée à des capacités de stockage et de traitement de plus en plus performantes nécessite une vigilance accrue en termes de protection et de contrôle des usages. Cette présentation présentera une synthèse des actions (techniques et juridiques) mises en œuvre pour répondre à ce challenge
9 – FACE À TEAMS LES ALTERNATIVES DE SLACK ET GOOGLE
Le rouleau compresseur Teams a beaucoup secoué le marché des solutions collaboratives modernes. Nous évaluerons les réactions de la compétition, en regardant les exemples de Facebook et Google.
10 – BIG DATA : LES OUTILS DE VISUALISATION QLIK, TABLEAU, POWERBI …
Les solutions de visualisation de données ont énormément progressé au cours de la décennie passée, offrant aux utilisateurs plus de capacités et plus d’autonomie dans leurs analyses. Nous reviendrons sur les quelques offres clés du marché : Qlik, Tableau et Power BI.
11 – LES OUTILS DE GESTION DE TACHES EN MODE COLLABORATIF (PLANNER, TRELLO, NOTION …)
La gestion de tâches en mode collaboratif progresse avec de nouveaux outils. Tandis que Microsoft Planner progresse, tout comme Trello, de nouveaux outils se démarquent en proposant de nouvelles approches, comme le très populaire « Notion ». Nous vous proposons dans cette session un petit comparatif de ces différents outils.
12 – CONSOMMATION DE SERVICES AZURE : LES OPTIONS PROPOSÉES PAR MICROSOFT
Avec Microsoft Azure les entreprises peuvent consommer à la demande de nombreux services, par unité de service, par utilisateur, en paiement à l’avance, à terme échu … Nous ferons le point dans cette séance sur les différentes options proposées par Microsoft, en fonction des services, des clients et des contrats de licences.
13 – TOUT SAVOIR SUR WINDOWS 11
Windows 11 est disponible depuis le 4 octobre. Quelles sont les principales innovations pour les entreprises ? Quels sont les postes éligibles à cette évolution ? Faut-il envisager une migration ou converser Windows 10 ? Quelles sont les modes de déploiement ? Quelles nouvelles applications disponibles : PWA, applications Android,… ? Quel positionnement concurrentiel face à ChromeOS. Cette session se propose de répondre à l’ensemble de ses questions.
14 – LES GESTIONNAIRES DE MOTS DE PASSE POUR LES ENTREPRISES ET LES PARTICULIERS
La numérisation de nos environnements personnels et professionnels nous impose de faire appel à des solutions pour gérer nos multiples identités. Nous vous proposons dans cette session de revenir sur les principales capacités de ces solutions, telles Dashlane, 1Password, LastPass ou KeePass mais aussi les fonctions de coffre-fort des principaux navigateurs web.

Toutes les informations sur calipia.com/briefing

Mauvaise passe pour Facebook

Image du film La Scoumoune (source Imdb)

Depuis quelques mois / semaines Facebook est dans la tempête. La firme est empêtrée avec la FTC sur le début d’une enquête pour abus de position dominante, en prise avec les révélations d’une lanceuse d’alerte sur les pratique de la société sur la régulation des fakes news, victime d’une panne sans précédente des ses services hier (6h tout de même) et cerise sur le gâteau, on apprend ce matin que plus de 1,5 milliard d’enregistrements Facebook seraient en vente sur le dark web

Pour ce qui est du possible abus de position dominante, Facebook conteste depuis des semaines en disant qu’il doit lutter contre tous les autres réseaux sociaux, TikTok en tête, minimisant l’impact de ses propres services sur la vies des personnes. Amusant de voir comment la panne d’hier met à mal ces arguments. Avec près de 2 milliards de personnes touchées et parfois désemparées de ne plus avoir accès à « leur internet », la position de Facebook est donc très loin d’être minime…

Pour ce qui est de la lanceuse d’alerte, elle a finalement révélée sont identité, et le moins que l’on puisse dire c’est que les documents internes qu’elle a diffusé sont accablant pour la firme. Pour résumé on y apprend pas grand chose que l’on ne savait déjà : attiser la haine, fait vendre de l’audience, règle vieille comme le monde dans les médias, dont on mesure au passage les effets aussi chez nous sur d’autres sujets avec d’autres personnes… Mais écrit noir sur blanc dans des documents internes cela donne une portée toute différente.

Cerise sur le gâteau ce matin donc où l’on apprend, selon un rapport de Privacy Affairs, qu’un pirate vendrait les informations privées de plus de 1,5 milliard d’utilisateurs de Facebook. Les données auraient été volées lors d’un piratage plus tôt dans l’année (elles n’ont rien à voir avec la panne dont Facebook a souffert hier). La personne qui prétend détenir les données a déclaré que les enregistrements ont été extraits de Facebook cette année et que 100 % des enregistrements contiennent une adresse électronique et un numéro de téléphone. L’utilisateur en question a reçu plusieurs demandes d’échantillons de la part d’autres personnes sur le site web et donne 100 enregistrements à ceux qui demandent à voir les données. Certaines des personnes qui ont commenté le fil de discussion ont exprimé des doutes quant à cette offre, mais l’auteur du message initial a déclaré qu’il soumettrait une évaluation une fois que quelqu’un aurait acheté les données. A voir, si cela se confirme. Mais ce n’est pas la première fois (et sans doute pas la dernière) que Facebook « perd » des données des utilisateurs. Raison de plus d’être prudent avec ce que nous y diffusons…

La majorité des PC ne sont pas éligibles à Windows 11…Et après ?

A la veille du lancement officiel de Windows 11, une étude intéressante menée récemment sur environ 30 millions d’appareils provenant de 60 000 organisations fait apparaitre que la majorité des PC ne peuvent pas être mis à niveau vers Windows 11 car ils ne répondent pas aux critères de configuration requise. L’enquête a été menée par Lansweeper et le rapport publié s’intitule « Windows 11 Readiness Audit » (le résumé est accessible en suivant le lien).

La faute à qui ?

Selon Microsoft, pas de doute : c’est les exigences en matière de sécurité. Mais pas seulement en réalité, le processeur est souvent à la source des problèmes. Windows 11 a mis en place des mesures de sécurité très strictes qui nécessitent TPM 2.0, Secure Boot mais aussi un processeur officiellement pris en charge par Microsoft. Et sur ce dernier point des incohérences peuvent apparaitre, avec des processeurs plus anciens supportés mais pas des processeurs relativement récents (< 4 ans). Là où les choses sont encore plus complexe, c’est que rien n’interdit apparemment à un constructeur d’ajouter le support de tel ou tel processeur non présent dans la liste officielle de Microsoft…

En fait, même les machines virtuelles ne sont plus épargnées par des critères aussi stricts et les fournisseurs de système de virtualisation travaillent tous sur des pilotes de contournement. Sans surprise donc, Microsoft a déclaré qu’il s’agit d’un élément essentiel car la sécurité est primordiale dans son nouveau système d’exploitation.

Si la plupart de ces PC remplissent la condition des 4 Go de RAM (ouf !), la majorité (55,6 %) n’ont pas de processeur figurant dans la liste officielle de Microsoft. Et un cinquième des PC (19,26%) ont également échoué à la vérification du TPM 2.0. Les données montrent qu’environ 20% des stations de travail physiques et environ 5% des serveurs physiques échouent sur le support de TPM 2.0.

Windows 11 update minimum system requirements
Image Lansweeper

Toutes les machines ne passeront pas Windows 11, et après ? Si l’on en croit le relativement faible bruit médiatique autour de Windows 11, bon nombre d’organisations resteront sans soucis sour Windows 10 qui continuera d’évoluer. Windows 11 étant largement perçu (en particulier outre atlantique) comme une mise à jour faite pour les nouveaux PC et surtout pour lutter contre la montée en charge des Chromebooks, dont Microsoft reprend avec cette version les codes de l’interface.

Nous reviendrons sur ces différents éléments lors du prochain Briefing Calipia en décembre.

Des nouveautés pour Microsoft Planner

thumbnail image 2 captioned Image description: A screenshot of a Planner board that shows the ellipses (three dots) in the upper right corner of a task and a drop-down with the words Move task highlighted
Image Microsoft

Vous connaissez Planner, le concurrent de Trello dont Microsoft a largement repris les codes. L’entreprise Microsoft a annoncé d’importantes mises à jour pour d’une part permettre aux utilisateurs de trouver facilement leurs plans et de mieux organiser les tâches. On retrouve ainsi, de nouvelles fonctionnalités de plans recommandés et de déplacement des tâches.

Les plans recommandés sont une nouvelle fonctionnalité proposée dans Planner. Ainsi les utilisateurs verront désormais une nouvelle section « Recommandés » qui devrait les aider à trouver les plans les plus pertinents pour eux. Cette section est accessible dans le volet de gauche et dans le hub de Planner, et elle contiendra les nouveaux plans dont les tâches non ouvertes sont attribuées à cet utilisateur spécifique.

Microsoft Planner permet déjà aux utilisateurs de déplacer des tâches entre les plans d’un même groupe Microsoft 365, mais cette version donne la possibilité de déplacer rapidement des tâches vers le plan de leur choix dans un groupe différent. La fonctionnalité est accessible en cliquant sur le menu à trois points sur une tâche et en sélectionnant l’option « Déplacer la tâche« . Une fois cela fait, choisissez le plan spécifique dans le menu déroulant, puis cliquez sur le bouton « Déplacer« . Toutefois, les utilisateurs ne peuvent pas déplacer certains champs (comme les commentaires) vers un plan d’un groupe différent, et les informations sur les étiquettes seront perdues d’un plan à l’autre.

Microsoft à encore pas mal de boulot pour rendre Planner plus performant comme il est vrai :

  • Permettre d’empêcher les utilisateurs de supprimer des tableaux, des éléments et des dossiers
  • Permettre la récupération des dossiers et les tâches supprimés
  • Permettre la visualisation de l’activité des utilisateurs dans un flux d’activité (pour savoir qui modifie le contenu d’un tableau)

Attention ces deux fonctionnalités ne sont prises en charge que dans Planner pour le Web, mais Microsoft indique que la fonctionnalité de déplacement des tâches sera aussi bientôt disponible dans l’application Tâches de Teams.

Mise à jour importante de Microsoft Whiteboard, axée sur la collaboration

Vous connaissez sans doute Microsoft Whiteboard, en juin dernier , avait annoncé une refonte de son application pour répondre aux besoins des environnements hybrides, et aujourd’hui, il a révélé une autre série de mises à jour qui continueront d’enrichir Whiteboard pour la mise en oeuvre de réunions hybrides dans les mois à venir.

Certaines fonctionnalités assez nouvelles annoncées par Microsoft dans Whiteboard sont déjà disponibles :

  • La nouvelle interface utilisateur plus moderne et rapide qui avait été annoncée en juin,
  • Des dizaines de modèles,
  • Les notes autocollantes et les « grilles de notes »,
  • Les réactions intégrées
  • Mais aussi : la possibilité d’insérer, de repositionner et d’aligner des images et des formes, de nouveaux outils d’encrage, des flèches d’encre et des lignes droites, de l’encre intelligente, des raccourcis d’encre, des signaux d’encre tactiles (qui fonctionneront avec le nouveau Surface Slim Pen 2), et le formatage des arrière-plans…

De nouvelles fonctionnalités sont aussi prévues pour le mois prochain, à la fois pour les versions iOS et Windows afin d’unifier le code sur toutes les plateformes, un bon point pour l’éditeur à l’image de ce qui est déjà fait sur Office et bien sur Teams. Même si il reste encore des différences entre ces versions et les versions Web et Android. Ainsi par exemple si l’application Whiteboard sur Windows et iOS prend déjà en charge les comptes Microsoft grand public, la fonctionnalité sera également disponible sur Android et sur le Web dans les semaines à venir.

Parmi les mises à jours très interessantes prévues pour le mois prochain nous aurons la possibilité d’insérer des documents tels que des fichiers PowerPoint dans Whiteboard et de les annoter à la volée de manière collaborative. Très pratique effectivement et nous voyons déjà pas mal d’usages.

Annotation de fichiers Powerpoint…

Enfin, une série de nouvelles fonctionnalités seront disponibles plus tard d’ici la fin de l’année :

  • La mise en oeuvre de curseurs collaboratifs (comme dans Word en modifications synchrones),
  • Des nouvelles commandes de partage,
  • Des pointeurs laser
  • Des fonctions de recherche sur Office.com intégrées.

Enfin, Microsoft reconstruit actuellement Whiteboard sur OneDrive for Business afin qu’il s’intègre mieux à Microsoft 365 . L’entreprise précise en outre que le stockage OneDrive for Business deviendra la solution par défaut pour les nouveaux tableaux blancs au « début de 2022 ». Les organisations utilisant OneDrive for Business pourront également récupérer les tableaux blancs supprimés dans la corbeille.

L’éditeur compte visiblement mettre le paquet sur Whiteboard, quitte à marcher un peu sur les platebandes d’outils proposés sur Teams par ses « partenaires ». Ce qui n’est pas en soit une surprise… Alors certes ces outils partenaires sont plus complets et vont plus loin, mais combien de personnes se satisferont au final de la proposition Microsoft… bien intégrée et sans surcout …

Le futur du café arrive, depuis Seattle et il sera technologique…

image Atomo

Vous êtes amateur de café ? Pour vous cette boisson est trop addictive ? Vous trouvez que le business du café exploite beaucoup trop la nature ? Rassurez la startup de Seattle Atomo se propose de « hacker le grain de café« . Elle à pour cela lancé un projet Kickstarter en février 2019. Aujourd’hui le projet à vu le jour, et l’entreprise propose son produit.

Le « futur du café » est devenu une réalité pour les quelque 1 000 personnes qui ont acheté de l’infusion froide d’Atomo Coffee, le fabricant de Seattle propose ainsi un mélange moléculaire plus durable qui n’utilise pas un seul grains de café. Faut-il s’en réjouir ? A vous de voir 🙂

La nouvelle n’est pas passé inaperçue, outre atlantique, car ceci se déroule dans la ville de Seattle, berceau du géant Starbuck, père du vrai café pour les américains (qui tranchait avec l’espèce de boisson réchauffée toute la journée qui portait le même nom…). La société Atomo, a créer son usine à seulement 6 pâtés de maisons du siège de Starbucks.

Image Atomo

« Ça ressemble à du café, ça sent le café mais il n’y a pas de café« 

Atomo fait du café, en retirant le grain du processus de fabrication et en le remplaçant par une concoction moléculaire dérivée d’ingrédients de déchets végétaux naturellement durables et recyclés que l’on retrouve sur l’étiquette de la boisson :

« Café Atomo infusé (eau, extraits de graines de dattes, racine de chicorée, peau de raisin) inuline, arômes naturels, caféine« .

Les boîtes de 25 cl de « cold brew moléculaire » seront disponibles en deux saveurs – Classic et Ultra Smooth – et délivrent 84 mg de caféine comme toute tasse normale. Les deux ont un goût distinct de café, mais l’Ultra Smooth enlève un peu de l’amertume habituelle.

Le café d’Atomo est végétalien et sans gluten et affiche ses références en matière de développement durable sur le côté de la boîte : 94 % d’eau et 93 % d’émissions de carbone en moins que le café conventionnel, et 98 % d’ingrédients recyclés. L’origine et la mission de la startup consistent à trouver un moyen de reproduire le goût du café sans reproduire le processus destructeur pour l’environnement de la culture du café.

« C’est vraiment une nécessité pour la planète de trouver un autre moyen de satisfaire la demande de café et quelque chose de plus durable. C’est fou de penser que nous avons commencé ce voyage il y a trois ans dans un garage, et nous voilà avec une usine, produisant réellement du café et le mettant dans les mains des consommateurs. » Déclare le fondateur.

Donc après la viande sans viande (voir la startup Impossible Food) du café sans café. Tout est possible…et tout est business 🙂 Atomo a levé 11,5 millions de dollars à ce jour et emploie actuellement 25 personnes.

Bientôt un nouveau campus géant pour Google à New York

Image Google

Hier, Google a officiellement annoncé son intention d’acheter le magnifique St. Johns Terminal à New York pour y construire son plus grand bureau en dehors de la Californie, le campus « Hudson Square ». La Silicon Valley dont les prix ont explosé ces dernières années rendent compétitif des lieux prestigieux comme New York, encore que… L’entreprise californienne devrait débourser 2,1 Milliards de $ pour cet achat, un record.

L’immeuble est déjà loué en parte par Google au 550 Washington Street aura une superficie de 158 000 M2 ! Il servira de siège new-yorkais aux équipes de vente et de partenariat de la Global Business Organization de Google. La transaction devrait être conclue au cours du premier trimestre 2022.

Alors que le travail « hybride » est au coeur des réflexions de toutes les entreprises au travers le monde, Google explique que « se réunir en personne pour collaborer et construire une communauté restera une partie importante de son avenir. ».

Magnifique batiment en tout cas qui disposera de nombreux espaces ouverts en plein air et un accès au front de mer.

Microsoft remet à disposition l’application PC Health Check pour vérifier la compatibilité Windows 11 d’un PC

 

Lancement de l’application sur mon Dell XPS 13 (4 ans)

Nous n’y croyons plus, elle est revenue ! Il y a trois mois, Microsoft avait proposé une mise à jour de l’application PC Health Check pour vérifier la compatibilité d’un PC avec Windows 11, elle avait ensuite été retirée en raison de résultats variables et incorrects pour ne pas dire plus. Aujourd’hui, Microsoft a republié discrètement l’application (sans même le mentionner sur ces pages / blogs).

Elle peut à nouveau être téléchargée sur la page officielle de Microsoft. Attention néanmoins, pour la télécharger, vous devez être connecté à un compte Microsoft enregistré en tant que Windows Insider. Lorsque vous exécutez l’application, vous pouvez maintenant obtenir une vue détaillée de ce qui est conforme ou non.

Microsoft a tenté de clarifier les spécifications matérielles minimales pour Windows 11 un certain nombre de fois depuis l’annonce en Juin, mais le moins que l’on puisse dire c’est que les informations étaient imprécises et parfois largement contradictoire. Bonne nouvelle, l’entreprise a ajouté quelques CPU Intel de septième génération depuis fin du mois d’août, mais cela reste limité. On trouve ainsi les Xeon W Series et le Core 7820HQ (utilisé par Microsoft dans la Surface Studio…). Pas de chance pour mon PC (Dell XPS 13 de 4 ans) qui ne fait pas parti de la liste… A voir ce qui va se passer après le 5 octobre si ce dernier va rebasculer (comme l’a annoncé Microsoft pour les système non supportés) sous Windows 10… En tout cas actuellement, il reçoit bien les mises à jour et fonctionne très bien.

Si vous avez encore besoin de vérifier si votre appareil est éligible à Windows 11, vous pouvez récupérer l’application PC Health Check ici, mais comme mentionné précédemment, vous devrez être connecté à un identifiant Microsoft et être enregistré en tant que Windows Insider.

Windows 11 virtualisé sur un Mac M1 : c’est possible et voilà comment

Bon autant le dire tout de suite, c’est possible, cela fonctionne plutôt bien pour découvrir le système, mais cela ne va pas servir à grand chose sachant que pratiquement toutes des applications utilisables sous windows ici fonctionnent nativement sous Mac et sous M1... Mais la manip est très simple à faire et les performances obtenues sont excellentes.

En préambule, on parle ici d’une version ARM de Windows 11 et pas de la version Intel qui elle refusera d’être virtualisée sur un Mac équipé d’un processeur Apple M1. C’est aussi pour cela que je dis que cela ne servira pas à grand chose compte tenue de la logitheque pour le moins limitée sous Windows ARM. Alors oui, on peut faire de l’émulation Win32 (ou Win64) sous Windows ARM, mais dans ce cas avec la couche de virtualisation en plus cela risque bien de donner des performances…catastrophiques.

Voici donc comment mettre en oeuvre ceci :

  1. Installez si ce n’est déjà fait, la solution de virtualisation Parallels sur votre Mac, La solution support la virtualisation de systèmes ARM, dont Linux mais aussi Windows ARM (Il est possible d’utiliser la version de test).
  2. Télécharger une ISO de Windows 11 ARM. Pour ce faire rendez-vous sur le site Windows Insider, connectez-vous avec voter compte Microsoft (créez en un spécialement pour éventuellement). La version de Windows 11 se nomme Windows Client ARM64 Insider Preview.
  3. Une fois le téléchargement terminé (10 Go quand même) lancez Parallels et choisissez la création d’une nouvelle VM Windows en pointant sur l’ISO (Allouez au min 3 Go de mémoire, vous pouvez prendre 4 Coeurs par exemple).
  4. Dans le paramétrage en bas choisissez bien l’émulation de la puce TPM (« enabled TPM Chip »)
  5. Lancez l’installation, et voilà !
« Entrées précédentes Derniers articles »