Archives d’Auteur : Stephane Sabbague

[Humeur] Non, Honeywell ne dispose sans doute pas de « l’ordinateur quantique le plus puissant du monde »…

QuantumNous apprenions la semaine dernière que le constructeur Honeywell venait d’annoncer je site :

 « Une percée dans l’informatique quantique qui accélère la capacité des ordinateurs quantiques et permettra à la société de sortir l’ordinateur quantique le plus puissant du monde dans les trois prochains mois« .

Il y a beaucoup à dire sur cette annonce et sans doute aussi sur les attentes qu’elle peut générer. Déjà si vous travaillez dans le monde de l’IT et que le nom de la société vous dit quelque chose, c’est sans doute que vous avez quelques cheveux blancs 🙂 Honeywell c’est pour beaucoup « Honeywell-Bull » qui deviendra Bull qui sera des années plus tard racheté par Atos… Mais pas seulement. C’est une société américaine qui a plus de 100 ans (création en 1906), active à l’origine uniquement en régulation de chauffage, elle intervient aujourd’hui principalement dans le nucléaire (dans la transformation de l’uranium), l’aérospatial, l’automatisation du bâtiment (régulation, supervision technique, contrôle d’accès et sécurité), et la défense (avioniques militaires, etc). Donc à priori pas grand chose en matière d’informatique. Lorsque l’on pense Informatique Quantique on cite souvent IBM, D-Wave, Google, Microsoft mais rarement Honeywell… Mais passons, si la société a gardée une composante informatique importante, de là à pouvoir affirmer qu’ils disposeront de l’ordinateur quantique le plus puissant du monde d’ici 3 mois, il y a de quoi se poser des questions…

L’informatique quantique suscite de nombreux espoirs dans la résolution de nombreux problèmes insoluble pour l’informatique classique, une fois ce type de problèmes résolus on pourra affirmer que l’on a atteint le graal ou « la suprématie quantique », on en est sans doute encore assez loin (tout au moins pour des problèmes connus type cryptographie, science des matériaux).

Pour rappel pour les lecteurs qui ne sont pas familiarisés avec tout cela, alors que les unités de base de l’information dans l’informatique classique sont les chiffres binaires (bits) qui sont toujours dans un état de 0 ou 1, les bits quantiques (qubits), quant à eux, peuvent être dans un état de 0, 1 ou une superposition des deux. L’informatique quantique exploite les qubits pour effectuer des calculs qui seraient beaucoup plus difficiles, ou tout simplement irréalisables, pour un ordinateur classique.

Donc la promesse est claire : demain nous pourrons réaliser des calculs là ou les ordinateurs classiques sont limité par l’explosion combinatoire (comme le célèbre problème de factorisation des nombres premiers). Mais demain est très loin. L’informatique quantique est encore si jeune que les constructeurs n’en sont même pas encore au niveau du transistor de l’informatique classique. Les principaux acteurs se bousculent pour prendre la tête de ce secteur ou, du moins, pour tenter de séduire les futurs développeurs d’algorithmes quantique. Et les convaincre de développer sur leurs émulateurs dans le Cloud. Une fois cette main d’œuvre formée, il ne restera plus que le plus dur… disposer de la véritable machine ! Alors comme aucun leader n’est clairement apparu, pourquoi pas Honeywell 🙂

 

 

Bottlerocket : le nouveau système Linux d’AWS pour l’hébergement des conteneurs

BottlerocketAmazon vient de rendre disponible en beta publique Bottlerocket son nouveau système d’exploitation basé sur le noyau Linux et spécialement conçu pour faire fonctionner des conteneurs sur des machines virtuelles ou des hosts. L’éditeur annonce qu’il possède un certain nombre de caractéristiques qui peuvent faciliter l’automatisation des mises à jour du système d’exploitation, améliorer la sécurité et faciliter l’intégration et le déploiement des conteneurs :

  • Premièrement, contrairement à la plupart des systèmes d’exploitation actuels qui se mettent à jour paquet par paquet, les mises à jour de Bottlerocket sont appliquées en une seule étape. De plus, le système d’exploitation utilise un modèle basé sur l’image. Cela garantit que les mises à jour peuvent également être annulées dans leur intégralité, si nécessaire. On peut alors espérer des mises à jour transparentes à l’échelle d’une flotte et des taux d’erreur plus faibles.
  • Deuxièmement, Bottlerocket utilise un système de fichiers qui est principalement en lecture seule. La composante DM-verity est utilisée pour la vérification de l’intégrité au moment du démarrage. Coté sécurité de l’administration : l’accès SSH est disponible dans un conteneur d’administration séparé qui peut être activé si nécessaire.
  • Enfin, Bottlerocket dispose des outils essentiels nécessaires pour faciliter l’intégration avec les orchestrateurs de conteneurs existants. Il prend en charge Docker et les images conformes au format d’image de l’Open Container Initiative (OCI). Cerise sur le gâteau, le projet de développement de Bottlerocket est open source. Cela signifie que les développeurs peuvent contribuer directement au projet pour créer des constructions personnalisées ou faire fusionner leurs ajouts avec le projet officiel.

Hors d’éventuels forks, les builds de Bottlerocket fournies par AWS bénéficieront d’un support de trois ans sans coût supplémentaire.

Actuellement, Bottlerocket est disponible gratuitement en beta publique sous la forme d’une Amazon Machine Image (AMI) pour Amazon Elastic Cloud Compute (EC2). Si vous êtes intéressé, vous pouvez consulter le guide de configuration.

 

Amazon vend sa technologie de commerce sans caisse « Amazon Go » à d’autres commerçants

Amazon GoNous vous avions parlé de cette technologie et de sa mise en oeuvre dans ses boutiques. Amazon a dévoilé la semaine dernière une nouvelle ligne de produit : « Just Walk Out« , qui est en fait sa technologie sans caisse qu’elle se propose de vendre à d’autres détaillants. Ceci n’est pas sans rappeler ses premiers services Cloud « Merchand.com » qu’elle vendait à d’autres sociétés qui souhaitaient réaliser leur magasin en ligne au début des années 2000, technologie basée sur sa propre expérience avec Amazon.com.

Amazon a développé à l’origine cette technologie dans ses magasins Amazon Go, qui pour rappel permet aux clients de payer leurs achats en sortant tout simplement. Ces derniers ayant été « observés » durant leur visite dans le magasin par un IA.
Amazon propose un service clé en main et indique que :

L’installation peut prendre quelques semaines seulement, et peut être effectuée dans les magasins existants. Amazon offre une assistance 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

L’entreprise aurait a déjà signé « plusieurs accords » avec des détaillants, selon Reuters.
Sans surprise, et compte tenue de l’impact possible sur l’emploi dans ces magasins, « The United Food and Commercial Workers International Union » organisation syndicale des travailleurs  de l’alimentation et du commerce a critiqué l’annonce d’Amazon. Elle voit dans :

« Cette technologie dite sans caisse n’est rien d’autre qu’un cheval de Troie qui permettra à Amazon de contrôler et de monopoliser les détaillants concurrents et donnera à Jeff Bezos un accès direct aux données de leurs clients« ,

L’organisation en appelle aux régulateurs pour empêcher l’entreprise d’agir.

Apple continue de faire son marché dans les startups spécialisées en photo

La photographie est devenue, depuis plusieurs années, l’un des principaux éléments différenciateurs des smartphones. Avec une course engagée aux fonctionnalités innovantes. Selon des informations dévoilées par Bloomberg il y a quelques jours, Apple aurait récemment fait l’acquisition d’une startup britannique, « Spectral Edge », spécialisée dans l’IA et la photographie.

Alors que Google utilisait largement l’IA pour améliorer les photos de ses Pixels 3 et 4, Apple préférait (avec de très bons résultats néanmoins) insister sur la pose longue et la correction de bouger pour proposer des photos assez réussies en mode sombre. L’entreprise californienne continue néanmoins de faire des emplettes dans le domaine de l’IA pour ses prochaines machines.

L’entreprise britannique Spectral Edge, Fondée en 2011, a développé une technologie basée sur la capture d’une photo infrarouge – qui est ensuite fusionnée avec une photo « classique » grâce a du machine learning avec pour objectif d’améliorer la restitution des détails et des couleurs des photos. Une fonction que nous verrons peut-être apparaître sur un prochain iPhone…

IBM choisi Slack comme outil de communication interne pour ses 350 000 collaborateurs

slackAlors que la guerre est déclarée entre Microsoft Teams et Slack, cette dernière aurait récemment gagnée une bataille avec le choix d’IBM pour tous ses collaborateurs.

Selon un rapport de Business Insider  IBM a choisi Slack comme plateforme pour la communication interne entre ses employés, ajoutant ainsi un nombre impressionnant de 350 000 utilisateurs à la base de clients de Slack. Cela fait également d’IBM le plus gros client de Slack. IBM utilise en fait Slack depuis 2014, mais ce n’est que maintenant qu’elle a officiellement adopté le service, et elle va généraliser cette utilisation vers la plateforme.

Bien sûr, il est peu probable que Microsoft reste les bras croisés lorsque Slack gagnera de nouveaux clients, la machine Office 365 fonctionnant à plein régime, de belles références devraient arriver coté Redmond !

La solution d’impression dans le Cloud de Microsoft est en beta privée

up2Microsoft a annoncé Universal Print, service dans le Cloud destiné à éliminer le besoin de serveurs d’impression sur site, et même la nécessité d’installer des pilotes d’imprimante sur votre PC.

En résumé, il prend la fonctionnalité d’impression de Windows Server et la déplace sur Azure. Les administrateurs peuvent visualiser toutes les imprimantes Universal Print via un tableau de bord sur Azure et ils peuvent gérer les imprimantes en conséquence. Du point de vue de l’utilisateur, le changement est transparent.

Microsoft affirme que vous obtiendrez un meilleure expérience possible avec une imprimante qui prendra en charge nativement l’Universal Print (aucune imprimante actuellement car le service est en beta, mais Microsoft travaillerait déjà avec certains constructeurs dont Canon). En attendant, vous devrez utiliser une application proxy Universal Print, qui connectera vos imprimantes actuelles.

Pour pouvoir accéder à la beta privée d’ Universal Print, vous devez utiliser Windows 10 Enterprise ou Windows 10 Education, en  version 1903 ou  ultérieure. Vous devez également avoir annuaire sur Azure AD.

Briefing Calipia #30 – juin 2020 : les dates et les sujets

La 30 ème édition du Briefing Calipia se déroulera :

Le 5 juin à Nantes, le 16 juin à Lyon,le 17 juin à Aix-en-Provence, le 24 juin à Lille et le 26 juin à Paris.

Vous pouvez vous inscrire dès maintenant sur le site : calipia.com/briefing.

Voici le programme complet de cette édition :

1 – QUEL FUTUR POUR LES OS (OPERATING SYSTEMS) ?
Fort des réflexions actuelles des stratèges de Microsoft, Google, Apple et en partant de l’existant (Windows, iOS et Android), nous évoquerons dans cette session les grandes tendances d’évolutions des systèmes d’exploitation et leurs implications dans les environnements utilisateurs.
2 – ACTUALITE
Nous aborderons dans cette session l’actualité autour des technologies Microsoft et son écosystème. Nous traiterons en particulier des évolutions d’Office 365 et d’Azure, des évolutions de Windows. Nous aborderons les solutions pour gérer la fin de Windows 7 et Windows Server 2008. Mais aussi les nouveautés en matière de mobilité qui seront annoncées en mai et début juin (futures versions d’Android, iOS 14), etc.
3 – START-UPS, INCUBATEURS : QUELS APPORTS POUR LES ENTREPRISES ?
Dans le cadre de leur transformation digitale les entreprises s’appuient souvent sur des startups regroupées au sein d’incubateurs internalisés ou non. Cette intervention apportera un regard sur les différentes approches et retours d’expériences.
4 – TELETRAVAIL : USAGES ET SOLUTIONS
Après les évènements marquants des 12 derniers mois (grève des transports en commun et coronavirus), quels sont les usages de télétravail qui se sont développés et avec quelles solutions.
5 – L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : QUELLE REGULATION ?
L’Intelligence artificielle est qualifiée de GPT « General Purpose Technology » susceptible de s’insérer dans tous les secteurs de l’économie (Santé, Défense, Éducation, …). Dans ce cadre une régulation s’avère nécessaire pour en maîtriser les usages ; un état des lieux sur les actions en ce sens sera développé lors de cette intervention.
6 – IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU DIGITAL EN ENTREPRISE : ENTRE DÉBAUCHE ET SOBRIÉTÉ 9 – LINKEDIN : 4 ANS APRÈS LE RACHAT PAR MICROSOFT, OÙ EN EST L’INTÉGRATION DANS L’OFFRE MICROSOFT
L’utilisation du numérique en général et en particulier en entreprise est de plus en plus soumis à des critiques sur sa prise en compte des contraintes environnementales. Comment trouver la juste mesure ? Que nous dise les dernières études disponibles ? 4 ans ont passé depuis l’annonce du rachat de LinkedIn par Microsoft pour 26 milliards de dollars. Où en est l’intégration des solutions LinkedIn dans le portefeuille de Microsoft ?
7 – RANSOMWARE : COMMENT S’EN PRÉMUNIR ?

Après plusieurs attaques largement médiatisées, nous reviendrons sur le mode de fonctionnement des Ransomware, l’état des menaces bien réelles et surtout des moyens de les détecter et de les prévenir.

10 – QUEL FUTUR POUR YAMMER ?

Après son acquisition par Microsoft en 2012, Yammer a assisté à la montée en puissance de Teams, comme LA solution de référence pour la collaboration d’entreprise. Microsoft continue malgré tout d’investir dans Yammer, mais pour quel futur ?

8 – ADMINISTRATION DE MACHINES VIRTUELLES : L’OFFRE MICROSOFT

Nous ferons un point sur les outils mise en œuvre par Microsoft pour la gestion des machines virtuelles : Windows Admin Center et Hyper-V Manager en comparant les avantages et inconvénients de chacun.

11 – LES USAGES DE WHATSAPP EN ENTREPRISE : COMMENT S’EN PRÉMUNIR

L’application Whatsapp (facebook) est parfois (souvent ?) utilisée pour des communications entre collaborateurs, en mode Shadow IT. Quels sont les dangers de cette utilisation et quelles sont les alternatives à promouvoir ?

12 –ADMINISTRATION DES DONNÉES D’ENTREPRISE
Avec la transformation Digitale, l’entreprise doit faire face à un déluge de données qu’il convient de maîtriser, exploiter et préserver. Cette intervention a pour but de faire un état des lieux des outils, méthodes et réglementations autour de la gestion de ces données.
13 – PLATEFORMES « LOW CODE » : L’EXEMPLE MICROSOFT POWER PLATFORM
Microsoft propose avec la Power Platform des solutions de développement « low code » (ou no code), sur la promesse de permettre à des utilisateurs « lambda » de développer rapidement des applications. Quels en sont les usages et les limites ?
14 – LA DOMOTIQUE ET SES STANDARDS
En matière de domotique, les choses sont souvent bien trop compliquées pour l’utilisateur. Nous reviendrons sur les protocoles utilisés, les standards en jeu mais aussi les promesses de l’alliance Zigbee à laquelle adhère des sociétés en forte concurrence telles qu’Apple, Amazon et Google.

Renseignements et inscriptions sur le site : calipia.com/briefing.

« Entrées précédentes Derniers articles »