Archives d’Auteur : Patrick Barriere

WINDOWS 10 atteint les 900 millions d’utilisateurs actifs

MICROSOFT vient de mettre à jour le nombre d’appareils installés avec Windows 10, par le biais d’un tweet de Yusuf Mehdi, Corporate Vice President of the Modern Life, Search and Devices Group. Le chiffre communiqué à l’automne 2018 était de 700 millions. La barre symbolique du milliard d’appareils (que MICROSOFT visait initialement pour la mi 2018) s’approche donc, et pourrait être atteinte d’ici le premier trimestre 2020.

Ce total rassemble les PC, HoloLens, les Xbox et les Surface Hub, mais les PC constituent bien sûr une écrasante majorité du total.

Y.Mehdi en profite pour faire un peu de teasing sur l’évènement Surface qui aura lieu semaine prochaine à New-York.

Bientôt un bot Microsoft pour aider à planifier des meetings ?

Selon la (souvent) bien informée Mary Jo Foley, Microsoft serait proche de pouvoir proposer un bot (AI-powered :)) pour nous aider à planifier nos meetings. Il est vrai que l’organisation de réunions relève parfois du chemin de croix (et encore un chemin à parcourir plusieurs fois pour trouver le créneau qui satisfera tout le monde). Alors à l’époque de l’IA et de la montée en puissance de Microsoft Teams, la possible intervention d’un bot, comprenant le langage naturel parlé, doté de capacités pour gérer le temps et coordonner divers participants et ressources nécessaires, serait tout à fait bienvenue.

Microsoft Research s’est penché depuis 2015 sur la question du développement d’un assistant de planification de réunion. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis 2015, et en particulier Microsoft a misé gros (très gros) sur Teams, qui devient le point de passage obligé pour organiser des réunions.  A ce propos, MJ Foley note que la roadmap de Microsoft 365 mentionne une nouvelle application Calendrier pour Teams, qui pourrait être déployée à partir d’Octobre 2019. Nous verrons à ce moment, si les rumeurs de chatbot font surface pour de bon.

Capture d’écran 2019-09-19 à 16.57.37.png

Des modifications à venir sur les bénéfices de la SA

La liste des bénéfices de la Software Assurance (les avantages associés à la souscription du forfait de « maintenance logicielle » de Microsoft pour ses logiciels on premise) a fluctué depuis sa création.  Organisés selon le cycle de vie du logiciel considéré (formation, déploiement, support), les bénéfices de la SA peuvent varier selon les logiciels et les programmes au travers desquels la SA a été souscrite.

Capture d’écran 2019-09-19 à 16.30.30

Compte tenu du poids croissant de ses services en ligne (Azure, Office 365, Dynamics 365), Microsoft vient d’annoncer quelques modifications qui auront lieu entre l’été 2019 et le début 2022.

Ainsi dans l’immédiat (aout 2019), Microsoft a étendu le bénéfice Azure Hybrid Benefit, qui donc maintenant autorise un client à utiliser ses licences Windows Server et SQL Server acquises dans un programme de licences en volume (et couvertes en SA donc), sur la nouvelle offre Azure Dedicated Host (nous en avons parlé ici), qui permet d’héberger des VM dans Azure sur un matériel dédié. Azure Dedicated Host est une offre de service qui propose de réserver une configuration serveur dédiée (du matériel donc), et Azure Hybrid Benefit permet ensuite d’utiliser une licence acquise on premise pour couvrir ce serveur.

A partir du débit Octobre 2019, la mobilité des licences (pour les produits serveurs qui y ont droit, Windows Server n’en fait pas partie), est également étendue pour permettre l’utilisation de licences en volume acquise on premise sur des configurations matérielles dédiées ou mutualisées.

A partir de février 2020, dans la catégorie Planning Services des bénéfices de la SA, toutes les offres cloud seront retirées, au profit du programme FastTrack, plus adapté aux spécificités du cloud. De même, les formations Azure seront retirées de la liste des bons de formation (Training Vouchers) proposée en bénéfices de la SA. A plus long terme (janvier 2022), ce seront tous les bénéfices des catégories Planning Services et Training Vouchers qui seront supprimés de la liste des bénéfices de la SA.  Si FastTrack est mis en avant concernant le « remplacement » des Planning Services, Microsoft positionne Microsoft Learn pour ce qui concerne les futurs offres de formation et de certification. Mais sur ce dernier point il faudra attendre pour en savoir plus.

Bientôt un client Linux pour Teams ?

Je sens que cette question suscite un intérêt incroyable parmi nos lecteurs ! En tout cas Microsoft serait peut-être en train de développer une version du client Teams pour Linux, pour permettre aux utilisateurs de cette plateforme de se passer de devoir garder un navigateur ouvert pour accéder à la solution.

Cette rumeur est née d’une réponse postée sur un site de forum UserVoice qui rassemble des feedbacks et demandes d’utilisateurs (actuels et potentiels) sur Microsoft Teams à destination des équipes produits chez Microsoft. Sur ce forum, la demande initiale date des débuts de Teams (novembre 2016) et n’avait pas connu de réponse. Pourtant cette demande était supporté par près de 10 000 personnes, représentant jusqu’au début du mois d’aout 2019, ou Alex (membre de l »équipe engineering de Teams chez Microsoft) a posté une réponse qui a suscité l’émoi (plus de 1200 commentaires en quelques jours) : « Nous savons que vous êtes nombreux à attendre une client Teams pour Linux, et nous sommes heureux de confirmer que nous travaillons activement dessus. Restez connecté pour plus d’information« . Pas à un mot pour le moment concernant une possible date de preview/dispo pour la solution.

La population visée est essentiellement celle des développeurs, qui seraient utilisateurs de postes Linux à plus de 50%. Le nouveau client compléterait ainsi l’offre de clients Teams pour Windows, Mac OS, iOS et Android.

Byton prêt pour la mise en production de ses premiers modèles

Capture d’écran 2019-09-10 à 18.41.01La start up chinoise, Byton, (fonds chinois et know-how allemand), dont nous vous avons parlé lors du CES 2018 et du CES 2019,  vient d’indiquer lors du salon automobile de Francfort la finalisation de sa Byton M, et sa mise en production d’ici la fin de l’année 2019 dans son usine de Nanjing. Ce modèle va concurrencer les entrées de gamme Tesla (Model 3 et anciens Model S), avec une autonomie qui devrait se situer aux alentours de 350 kms, une batterie de 72 Kwh, pour un tarif d’entrée de 45 000 dollars, et une arrivée d’abord en Chine en 2020, avant les US et l’Europe en 2021.

Le challenge semble donc avoir été relevé par l’entreprise, qui a développé « from scratch » un véhicule en 2 ans. Selon les propos de Daniel Kirchert, CEO et con fondateur de Byton, à The Verge, le modèle de production contiendra tout ce que la société présentait lors du dernier CES, en particulier le très grand écran de 48 pouces qui s’étend  devant les places avant de la voiture. Seule la reconnaissance faciale pour identifier tous ceux qui s’approchaient du véhicule ne sera pas présente dans les modèles en production.

Capture d’écran 2019-09-10 à 18.48.08.png

Microsoft introduit la V2 de son application To Do

IMG_009F6784528E-1Vous êtes surement nombreux comme moi à chercher LA solution de gestion de tâches multi-plateforme, et qui se débattent entre différentes solutions :

  • To Do de Microsoft
  • Things, de Cultured Code
  • Rappels sur Mac OS et iOS
  • Tasks de Google
  • Todoist
  • sans oublier les tâches Outlook

J’ai installé toutes ces applis (et d’autres encore :)), mais continue à regarder les nouveautés. L’annonce de la V2 de To Do Microsoft a remis les projecteurs sur cette appli qui traine une sorte de boulet depuis sa création, car elle est apparue comme le résultat du rachat par Microsoft en 2015 la société 6Wunderkinder, éditeur de Wunderlist, une appli de gestion de tâches qui avait une bonne audience. Et le problème de To Do c’est que depuis 2015 Microsoft ne s’est pas beaucoup investi dans son développement, tout en annonçant la fin à venir de Wunderlist, ce qui a fâché une communauté d’utilisateurs très vocale. La dispute n’est toujours pas terminée, en témoigne la récente proposition de Christian Reber, le fondateur de Wunderlist, qui demande à Microsoft de lui revendre Wunderlist…

En tout cas, la V2 de To Do se dote de quelques améliorations qui la rapproche de Wunderlist, et marque encore un peu plus la fin à venir de cette dernière.

Le choix de la solution idéale n’est pas simple, mais To Do V2 a quelques avantages à faire valoir :

  • sa portabilité : versus un Notes d’Apple par exemple, l’application To Do est disponible sur iOS, Android, Windows et Mac OS
  • son intégration avec le reste de la plateforme Microsoft, notamment Planner et Outlook. Ainsi les mails marqués d’un indicateur apparaissent dans la liste Message Marqués de To Do, ce qui pour un fana des indicateurs Outlook comme moi est un vrai plus.
  • sa gratuité, en particulier face à une appli comme Things.

Enfin, on peut être assuré que pour cette appli Microsoft ne sera pas tenté de privilégier sa propre plateforme mobile :).

Les annonces Apple du 10/09/2019

annonces apple sept 19

Ci dessus, en quelques mots et chiffres clés, le résumé des annonces Apple d’hier soir …

Apple a sorti une nouvelle fois le grand jeu pour présenter ses nouveautés du cru 2019, dont la nouvelle version de son produit phare, l’iPhone 11. Et une nouvelle fois les attentes ont été déçues :(. Apple a beau émailler son discours de mots tels que « innovation », « ‘amazing », « pro », ou de chiffres sur les trillions de transistors, les milliers de « nits » ou les milliards d’opérations par seconde, le Steve Jobs Theater de Cupertino a beau réagir par des salves d’applaudissement et des cris à chacun de ces mots, les produits présentés ne sont que de légères évolutions des versions antérieures.  Qu’il s’agisse de l’AppleWatch, qui n’a de nouveau que l’éclairage permanent de l’écran (Apple a enfin réussi à mettre une batterie permettant ceci), ou la famille iPhone (11 ou Pro, successeurs des XR et XS), dont la grande nouveauté est le troisième appareil photo sur les modèles Pro, les avancées restent maigres.

Pourtant des attentes existaient, pas forcément révolutionnaires d’ailleurs, comme le remplacement du port Lightning par un USB C, le support du stylet sur les iPhones (grand écran et stylet auraient permis de se passer de l’iPad ?), ou la recharge inversée. Bilan, rien ! C’est malheureusement devenu une habitude pour Apple ces dernières années, qui a vu en même temps s’éroder ses positions sur le marché et dont l’image d’innovateur a disparu, au profit de celle de gestionnaire de ses marges, toujours très confortables.  Autre chose qui ne change pas dans le paysage, le niveau de prix des produits de la marque à la pomme, toujours exorbitant. Le nouvel iPhone 11 Pro Max se vendra de 1259 à 1659 €, le petit modèle s’échangeant quant à lui entre 1159 et 1559 €.  C’est vrai que quand on a, comme Apple, réussi à construire une écosystème très riche, avec un niveau d’intégration très poussé entre iPhone, iPad, Mac, Apple TV, AppleWatch, et tous les services associés (Apple Music, iCloud, iMessages, AirDrop, AirPlay…), et dont il devient très difficile de s’extraire quand on les a adopté, la tentation est grande pour l’éditeur de compter sur l’attachement de ses clients à cet écosystème (certains diront enfermement) pour maintenir des marges très élevées et n’apporter des innovations qu’au compte-goutte.

Bref, déçu, déçu ….

« Entrées précédentes Derniers articles »