Du nouveau dans la famille Windows

Cet article est issu du numéro 143 de la Lettre Calipia, mai 2017 (abonnement gratuit sur demande : calipia.com/lalettre)

Le 2 mai dernier lors de l’évènement MicrosoftEdU à New York, Microsoft a levé le voile sur une nouvelle édition de Windows 10 : Windows 10 S. Malgré le contexte de cette annonce (un salon dédié au secteur de l’éducation), Windows 10 S est une offre qui sera accessible à tous, mais dans un premier temps, sa cible naturelle est bien ce secteur et cette nouvelle offre est proposée pour lutter face aux Chromebooks. En complément, Microsoft a également annoncé la disponibilité prochaine d’un nouveau membre de la famille Surface : Surface Laptop, qui vient donc rejoindre les Surface Pro, Book, Studio et Hub.

Nous allons examiner ces récentes annonces, pour voir ce qui les différencie des solutions existantes, et quelles sont les réponses qu’elles apportent.

Windows 10 S : une édition centrée sur le Windows Store

lettre143_2

Depuis plusieurs mois, la rumeur mentionnait l’arrivée d’un « Windows Cloud », une édition allégée de Windows pour contrer la montée en puissance de systèmes d’exploitation moins gourmands (et moins couteux) comme Android et Chrome OS. L’association du mot cloud à Windows pouvant être trompeuse (en laissant penser qu’il s’agissait d’une version de Windows qui s’exécuterait dans le cloud), Microsoft a opté pour un nom, certes moins parlant, mais qui s’inscrit dans la nomenclature de son système d’exploitation.

Conformément à ce qui était évoqué depuis plusieurs mois, Windows 10 S est une édition de Windows dont la caractéristique majeure est de ne supporter que les applications provenant du Windows Store, c’est-à-dire celles développées directement avec l’interface moderne (les applications UWP – Universal Windows Platform) mais aussi les applications Win32 « portées » avec sa technologie Desktop Bridge (connue précédemment sous le nom Centennial) sur cette plateforme UWP. La motivation essentielle de cette limitation est d’assurer plus de garantie et de stabilité pour les applications qui tourneront sous Windows 10 S, car elles auront au préalable été qualifiées, à la manière, par exemple, de ce qui se fait sur l’AppStore pour les applications iOS pour l’iPad. Cette limitation au store Windows rappelle bien sûr Windows RT, qui ne supportait pas non plus les applications natives, pour une raison de processeur à l’époque (Windows RT ne fonctionnait que sur des plateformes matérielles à base ARM). L’échec de cette stratégie ARM avec l’abandon de RT il y a 2 ans ne devrait pas rejaillir trop fortement sur Windows 10 S. En effet, si la question de la quantité et de la qualité des applications disponibles sur le store Windows reste encore d’actualité (par rapport à ses 2 principaux concurrents : Google et Apple), Windows 10 S fonctionne sur plateforme Intel et peut donc compter sur une plateforme applicative plus large si les éditeurs investissent via Desktop Bridge pour adapter leurs applications…

Edge : navigateur par défaut

Autre spécificité de Windows 10 S, le navigateur Edge qui est le seul possible par défaut.  Même si l’installation de navigateur tierce est possible (Opera est ainsi disponible sur le store Windows), Edge sera le seul dans lequel s’ouvriront les liens hypertextes. Si cette pratique de la part de Microsoft peut surprendre, après les nombreuses années pendant lesquelles Microsoft s’est retrouvé sous la surveillance de la justice américaine concernant son navigateur Internet Explorer, mais le monde de 2017 n’est plus celui de 2000, la mobilité et ses champions, Apple & Google, ayant totalement transformé le paysage, et Microsoft n’est plus « l’horrible monopoliste » qu’il était alors accusé d’être.

Le tableau ci-dessous (source Microsoft) précise les différences fonctionnelles entre les versions S, Pro et Home de Windows 10 :

lettre143_3

Globalement, des fonctionnalités plus riches que Windows Home pour ce qui est de la sécurité et de l’administrabilité. L’impossibilité de joindre un domaine AD local (possible via Azure AD) et nous l’avons dit, l’impossibilité d’exécuter des applications Windows Classique sont les principales différences avec la version Pro.

Au-delà de ces différences, Windows 10 S s’inscrit dans la ligne Windows 10, et supporte (supportera) comme ses petits frères, Pro et Famille, les éléments caractéristiques de la famille Windows 10, telles que Hello, Ink ou Cortana.

Windows 10 S sera disponible au travers du canal OEM (préinstallé sur de nouvelles machines), et son coût pour les constructeurs devraient être proche de 0, et est disponible depuis le lancement (2 mai) sur des configurations de PC commençant à partir de 189 USD.

Surface Laptop

lettre143_4

En même temps que Windows 10 S, Microsoft a présenté un nouveau venu dans la famille Surface : Surface Laptop (image ci-contre). Ce PC pré équipé de Windows 10 S est de facture très classique, avec un écran tactile, un clavier (non détachable), une tuyauterie à base Intel (Core i5 et Core i7), pour une autonomie affichée par Microsoft de 14,5 heures. Si le design est soigné (coque alu, finesse et poids mouche), cette machine ressemble à ce que l’on trouve sur le marché depuis plusieurs années. Pas vraiment d’innovation en termes de connectique non plus, pas d’USB-C, et en termes de prix le positionnement est assez haut, avec une configuration d’entrée de gamme (Intel Core i5, 4 GO de Ram et 128 GO de SS) pour 999 USD, et 2 199 USD pour un Core i7, 16 GO de RAM et 512 GO de SSD. Les machines sont en pré commande sur le store Microsoft US (voir ici). Un peu étonnant donc, si l’on considère la cadre dans lequel ces nouvelles machines ont été annoncé : le salon MicrosoftEDU, destiné au monde de l’éducation où la concurrence est féroce pour Windows, avec un parc Chromebook qui s’étend d’année en année, tout particulièrement aux USA. Avec le Surface Laptop ne va pas faire beaucoup d’ombre aux nombreux Chromebooks d’entrée de gamme qui pullulent sur le secteur de l’éducation outre-Atlantique (le K12 américain : du primaire au secondaire). Ainsi, selon une étude Futuresource Consulting, si la part de marché de Windows dans le marché K12 au niveau mondial reste stable aux environs de 60%, aux USA celle-ci s’établit largement en dessous (22%), de façon certes stable, mais largement en dessous des parts de marché Chrome OS qui sont passées de 50 à 58% de 2015 à 2016.

lettre143_5

En termes de positionnement prix, il faut noter que ces Surface Laptop se situent tout à fait dans la zone de prix de Chromebook haut de gamme comme la Google Chromebook lettre143_6Pixel (image ci-contre), dont on attend le successeur sans doute lors de la prochaine conférence Google I/O, et dont le prix était de 1 299 USD pour une configuration avec Intel Core i7, 16 GO de RAM et 64 GO de SSD seulement.

 

D’un point de vue disponibilité les Surface Laptop à base de Core i5 devraient être disponibles le 15 juin, mais il faudra attendre la mi-août pour mettre la main sur des configurations i7.

Compte tenu de ce positionnement prix haut de gamme, les Surface Laptop vont aussi s’adresser à des marchés en dehors de l’éducation, et à des utilisateurs prêts à payer pour ces configurations (proches des DELL XPS 13 de nouvelles générations). Microsoft laisse à d’autres constructeurs le soin de fournir des configurations matérielles Windows 10 S d’entrée de gamme.

A noter que si, pour ces utilisateurs, Windows 10 S posaient des limites trop importantes, Microsoft offre une option de mise à jour vers l’édition Pro pour la somme de 49 USD (mise à jour payante donc, sauf si la licence Windows 10 S a été obtenue au travers du canal de vente éducation, pour lequel la mise à jour sera alors gratuite).

Venez nous rejoindre au prochain Briefing Calipia, du 6 au 22 juin 2017, pour en savoir plus sur Windows 10 et ses différentes éditions.

Publicités

À propos de Patrick Barriere

Directeur associé et co-fondateur du cabinet d'études Calipia. Il a occupé durant 10 années chez Microsoft différents postes dont ceux de Directeur d'Agence Grands Comptes en charge du secteur Public puis de l'industrie et de la distribution, Directeur des Opérations de la division PME/PMI. Ancien Ingénieur d'Affaires chez IBM, Patrick a débuté sa carrière comme développeur logiciel chez Jeumont-Schneider puis chef de projet chez GSI après avoir obtenu son diplôme d'Ingénieur ESIEE (1980).

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s