Archives des étiquettes : Intel

Les nouvelles puces AMD « EPYC Rome » vont sérieusement concurrencer Intel dans les datacenters…

AMD EPYCSi il y a bien un secteur de l’informatique que domine Intel c’est celui des datacenters où ses processeurs règnent en maîtres. Il y a bien sur de la concurrence sur les puces spécialisées : ARM sur l’entrée de gamme pour certains services, Nvidia sur les puces dédiées pour l’IA, mais en gros le reste est pour Intel, AMD se contentant des miettes. Avec la nouvelle série de processeurs EPYC 7002 « Rome » d’AMD, la course est relancée pour le leadership sur les centres de données et Intel risque bien d’en faire les frais et sans doute plus rapidement que prévu.

AMD RomeSelon Hans Mosesmann, directeur général de Rosenblatt Securities et important analyste de Wall Street, les puces de Rome auront probablement « d’importantes répercussions sur le secteur et profiteront à AMD au cours des prochaines années« . Il qualifie le lancement de cette nouvelle série de processeurs  « d’événement historique qui pourrait s’avérer être l’un des plus grands tournants de l’histoire de la Silicon Valley et de l’informatique« , rien de moins ! Il compare la situation actuelle à celle de 2006 où AMD avec pris 25% du marché. Selon lui si ils sont aujourd’hui à 1% du marché des datacenters, il vont rapidement en conquérir 25%… au détriment d’Intel.

Technologiquement ces puces sont bien en avances sur celles d’Intel. Elles sont gravées à   7 nm. Elles intègrent jusqu’à 64 cœurs Zen 2 par SoC ((Zen 2 est la micro-architecture maison d’AMD), fournissent jusqu’à 23% d’instructions supplémentaires par cycle d’horloge et par cœur et disposent jusqu’à quatre fois plus de mémoire cache L3 par rapport à la génération précédente. Et tout cela bien sur avec une consommation en baisse…

AMD Perfs

Qui seront les principaux clients de ces équipements ? Lors du lancement qui s’est tenu au Palais des Beaux-Arts de San Francisco mi août, plusieurs clients ont pris la parole pour évoquer leurs projets de déploiement. Les premiers à faire état de leurs achats sont Google, Microsoft, Hewlett Packard Enterprise (HPE), Lenovo, Dell, Cray et VMware…Un peu plus tard c’était au tour d’Amazon Web Services (AWS) d’annoncer aussi l’utilisation prochaine de ces processeurs…

Sale temps pour Intel, bien sûr, qui a néanmoins (sans doute pour contrer les effets d’annonce d’AMD) annoncé le renouvellement se sa « collaboration mondiale pluriannuelle » avec Lenovo pour ses Datacenters et pour « accélérer la convergence du HPC et de l’IA« . En tout cas le géant des puces devra mettre les bouchées doubles pour ne pas voir ses parts de marchés fondre, attaqué cette fois aussi sur ce qui était sa chasse gardée.

 

Intel repousse la production de ses puces en 10 nm

Dans la course à la finesse de gravure, Intel ne fait décidément pas la course en tête. Le fondeur annonce que la production en masse des puces en 10 nanomètres n’interviendra pas avant le second trimestre 2019.

Les enjeux de la finesse de gravure sont bien sûr la réduction de l’empreinte énergétique et la rapidité.

Actuellement la société livre très majoritairement des puces en 14 nm (mise à part quelques références en faibles quantités de puces Cannon Lake en 10nm) seulement là ou la concurrence propose du 10 nm (de nombreux fondeur sur les architectures ARM) mais aussi AMD qui annonce lui la disponibilité dès l’année prochaine des gravures en 7nm !

Mais Intel accuse aussi et surtout un retard important sur son propre calendrier. Elle a repoussée à deux reprises déjà la mise à disposition de ce niveau de finesse.

Roadmap Intel

La concurrence en 2019 avec AMD risque d’être assez importante, AMD disposant actuellement de bons atouts face à Intel en particulier sur la puissance de son circuit graphique intégré, une mémoire cache supérieure (à configuration équivalente) et surtout une empreinte énergétique plus faible.

Tout dépendra pour AMD de sa capacité à intégrer ses processeurs sur les machines des grands constructeurs…

Intel dans la tourmente…

Avec la décroissance du marché des PC, les difficultés de l’allié historique qu’est Microsoft , Intel est dans la tourmente depuis plusieurs années. La mobilité et la montée en puissance des processeurs ARM explique bien sur cela, mais ce n’est pas tout. L’Internet des Objets, l’Intelligence Artificielle, le Machine Learning, la robotique, les voitures autonomes, etc sont les sujets qui retiennent toutes les attentions actuellement…

moore

Raison de plus pour que le fondeur investisse massivement (tout comme l’a fait depuis quelques temps déjà Nvidia) dans ces secteurs à coups de rachat de sociétés à défaut d’avoir inventé lui même les choses.

Mais le fondeur est depuis quelques jours dans la tourmente avec une faille qui touche tous les processeurs x86 (PC et serveurs donc…) vieille de 10 ans ! Intel ne peut bien entendu pas faire un rappel de produit (tous les processeurs de moins de 10 ans…) donc préconise des modifications logicielles au niveau des systèmes d’exploitations, qui au passage auront des impact sur les performances.

Ajouter à cela un possible délit d’initié de son PDG Brian Krzanich, qui aurait vendu la plus grosse partie de ses actions fin novembre (alors que cette faille était connue de la société)…

Peut-être des points qui seront abordés lors de la conférence de presse d’Intel lundi prochain au CES animée par Brian Krzanich. Nous y seront.

#Intel : évolution de sa plateforme mobile annoncée

Plus d’une année après le lancement de la plateforme destinée principalement aux tablettes mobiles : « Cherry Trail », le fondeur vient d’annoncer lors de l’Intel Developers Forum 2016 à Shenzen, la prochaine génération « Apollo Lake ».

Intel_Developer_Forum_2016

Cette nouvelle génération sera gravée en 14 nm et supportera jusqu’à 4 cœurs. Les principales améliorations concerneront sans surprise  la consommation qui devrait afficher une baisse significative (pas plus de précision là-dessus). La configuration type, dite de référence pour le fondeur sera un portable/convertible/tablette de 11,6 pouces, Full HD avec 4G de RAM, 32 Go de stockage eMMC et un connecteur USB-C. Une pièce de plus dans la reconquête des périphériques mobiles pour le géant face à ARM.

La disponibilité est prévue dans la seconde partie de l’année.

Windows 10 : de bonnes petites tablettes pour contrer Android

Nous le savions, Intel est en passe de réussir son pari de contrer ARM sur les tablettes. Après avoir raté la vague de la mobilité le fondeur s’est réinventé, refait ses gammes de produits pour arriver aujourd’hui à équiper une très forte proportion des tablettes sous Android : chapeau l’artiste, un beau retournement de situation !

Nous avions eu l’occasion, lors d’un voyage d’étude que nous organisions en compagnie de clients de grandes entreprises françaises, de découvrir la stratégie mobilité d’Intel il y a bientôt 5 ans. Nous avons le plaisir de constater que l’industriel a tenue sa parole et a bien déroulé la stratégie décrite à l’époque avec il est vrai un peu de scepticisme de chacun, de quoi rassurer à l’avenir.

Bonne nouvelle pour Microsoft et Windows 10, cette fois sur le front des tablettes à faible coût, les nouvelles sont prometteuses à l’image de ce que le constructeur Chinois Chuwi propose pour environ 100 $ sur place :

  • Une tablette 8 pouces Windows 10 et Android (en Dual Boot)
  • Un écran IPS 1980 x 1200 de très bonne qualité
  • Un processeur Intel Z3736 64 bits  cadencé à 2,16GHz avec 2 Go de Ram
  • Un stockage de 32 Go extensible par carte Micro SD
  • Un poids de moins de 310 gr et une épaisseur de seulement 8mm
  • Une autonomie mesurée d’environ 5h

Le tout donnant une très bonne réactivité de Windows 10 avec Office 2016 (à condition toutefois de ne pas lancer 10 applications en même temps :))

hi8

A ce propos :
Nous vous proposons, lors du prochain Briefing Calipia d’obtenir les supports des présentations sur cette tablette (quantité limité, en remplacement de la clé USB) moyennant un complément de 90 € HT (avec la possibilité de facturer ce dernier séparément)
 

Agenda et inscriptions ici : calipia.com/briefing

 

ARM : des résultats en forte hausse

ARM-poweredLa société anglaise ARM a publié la semaine dernière ses derniers résultats trimestriels. Ils sont très bons,  cela malgré le tassement des ventes de Smartphones et de tablettes d’une part et la plus forte pression d’Intel sur les tablettes. La société a enregistré une hausse de 22% de son chiffre d’affaire proche du milliard de Livres Sterling. Coté bénéfices la société est toujours très très rentable avec plus 400 millions de bénéfices !

L’explosion de l’Internet des Objets permet à la société d’être très optimiste, les ventes licences de ses composants ARMv8 se portent très bien, le « gâteau » ne cesse de grossir !

#CES2016 un must : la Keynote #Intel

conf IntelVous avez peut-être déjà tout lu sur la conférence d’ouverture d’Intel avant hier soir ici, j’y reviens néanmoins un peu car elle donne bien le ton de cette édition basée sur les objets connectés.

  1. Sur le forme : du grand art et près de deux heures de spectacle très rythmé avec interaction du public gràce à de très ingénieux bracelets connectés distribués à chacun permettant de réagir à un pilotage global par des couleurs.
    Techniquement celà utilise la puce Curie d’Intel, c’est connecté en BT Low Energy et vue comme un periphérique Midi entrée/sortie. Donc en gros : vos gestes sont des notes et les couleurs produites des haut parleurs déclenché par le controleur central. Après le show le bracelet peut-etre utilisé avec GarageBand par exemple sur iPhone ou iPad (toutes les précisions sur le site de Pixmob ou celui d’Intel).
    Coté spectacle, rajoutez des acrobaties (avec des personnes bardées de capteurs Curie bien sur), des Drones, des musiciens, des écrans à 360 ° etc… très sympa.
  2. Sur le fond : Curie, Curie et encore Curie : la stratégie d’Intel est claire : il faut prendre place sur le marché de l’IoT, et ne pas laisser le champ libre à ARM. Couplé à la puissance de calcul des nouveaux processeurs ICore et nous avons une solution très séduisante pour l’IoT. Des annonces également, comme un Drone complètement autonome qui sera disponible mi 2016 pour 2000 $ qui suivra non seulement les personnes pour les filmer mais évitera bien sur les obstacles (une belle démo bluffante en live).

Rendez-vous ce matin avec Intel pour en savoir un peu plus sur tout celà et prendre la main sur les nouvelles machines PC et tablettes 🙂

N1 : la tablette de Nokia qui nargue Microsoft

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’on ne s’attendait pas à ce que Nokia (Pas celui des Smartphones qui a été racheté par plus de 7 Milliards d’Euros par Microsoft) ne se lance dans le marché des tablettes ! Sorte de pied de nez à son ancien PDG Sephen Elop (reparti depuis à la tête du hardware chez Microsoft à défaut du poste de CEO qu’il convoitait chez l’éditeur !), la tablette sera sur Android 5.0 ! Tablette dont les mauvaises langues internes affirment que sans l’apport financier de Microsoft, elle n’aurait pu voir le jour !

Nokia N1Et visiblement Nokia fait fort avec cette tablette (qui devrait être disponible en février 2015), on se retrouve bel et bien avec du haut de gamme, sur le même segment que l’iPad mini retina (format 7,9 pouces 4×3 comme chez Apple, résolution de 2048 x 1536 pixels) pour 249 $. Avec coté motorisation un processeur Intel Atom Z3580, 4 coeurs à 2.3 GHz. Une puce qu’Intel a construit en partenariat avec Imagination Technologies avec un chipset vidéo PowerVR G6430.

A quand maintenant un téléphone Android ? Sans doute pas avant 2016 (date à laquelle le finlandais pourrait de nouveau construire ce type de machines d’après les accords de ventes passés avec Microsoft). 🙂

Nouvelle alliance autour des objets connectés

Intel, Samsung, Dell, mais aussi Broadcomm, Atmel et Wind River, viennent d’annoncer la création d’un consortium pour l’intégration et la communication des objets connectés : L’Open Interconnect. L’objectif est ici de permettre à des objets connectés de communiquer facilement entre eux quelque soit le système d’exploitation qu’ils utilisent (Android, iOS, Tizen bien sur, Windows ou autres).

Cette alliance proposera un framework Open Source que devront respecter les fabricants.

Open Internconnect

Cette alliance répond à l’initiative lancée par Microsoft, la Linux Fondation, LG, Sharp et Panasonic visant à faire la même chose autour du projet AllSeen. Une solution également Open Source.

Le combat s’organise donc pour se partager l’énorme gâteau qui devrait représenter plus de 200 milliards d’objets d’ici 2020.

Chromebooks : Intel résolument aux cotés de Google

Google et Intel ont organisé hier une conférence de presse dédiée aux Chromebooks, pour montrer au marché leur – désormais – fort partenariat.

Face au succès grandissant des Chromebooks, le fondeur veut manifestement éviter de se faire distancer par ARM ; certes, certains Chromebook actuels sont motorisés par des processeurs Intel, mais il s’agit de processeurs Celeron de 3ème génération ne permettant pas une autonomie satisfaisante (autour de 4h).

L’annonce concerne donc l’arrivée de Chromebooks basés soit sur des Core i3 Haswell, soit sur des Celeron Bay Trail-M, ces derniers visant plutôt les 11 heures d’autonomie, pour des capacités bien plus élevées que celles de la précédente génération.

Acer, Asus, Dell, HP, Lenovo, LG et Toshiba prévoient de fournir des équipements dans les prochains mois : au final, il faut s’attendre à une vingtaine de modèles de Chromebook d’ici la fin de l’année, contre 4 en septembre dernier (sur architecture Intel).

Alors que les précédentes générations de Chromebook étaient de format laptop, les nouveaux équipements seront beaucoup plus variés, avec même des transformables ; au rang des capacités, nous avons parlé des 11 heures d’autonomie permises par l’architecture Bay Trail, mais il faut aussi noter l’absence de ventilateur, le support du tactile sur certaines machines, ainsi que du Wifi ac.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Microsoft ne reste pas les mains croisées face à ces annonces, comme le montre la prochaine annonce de presse autour de Surface, et la très récente baisse de prix des surface ou de la tablette Dell.

Google a aussi profité de la conférence de presse pour indiquer que Chrome OS supportera d’ici peu la lecture hors connexion des vidéos, à commencer pour les contenus venant de Google Play.

Nous dédierons une session spécifique à ce sujet lors du prochain Briefing Calipia : attention, les dates approchent !

Nous approfondissons également le sujet lors d’une prochaine formation, consacrée aux architectures techniques et fonctionnelles du poste de travail en 2014.

« Entrées précédentes Derniers articles »