Archives des étiquettes : Microsoft

Lancement officiel du Surface Duo : on connait ses caractéristiques et son prix (et cela pique)…

Capture d’écran 2020-08-13 à 07.35.32Comment attendu avec même un poil d’avance sur les rumeurs, Microsoft vient de lancer officiellement son smartphone double écran sous Android, il est en précommande et sera dispo le 10 septembre aux USA (bloqué sur l’opérateur ATT).

L’appareil est visiblement assez sympathique d’aspect, le poids (250 g) les dimensions (145.2 mm (hauteur) x 186.9 mm (largeur) x 4.8 mm (épaisseur) une fois ouvert), sont assez cohérente avec un ratio de visualisation de 3×2. Coté stockage on retrouve deux options : 128 Go et 256 Go. Une belle machine donc mais… côté prix cela pique un peu !

Même ceux qui pensaient que la machine serait chère (gamme Surface oblige), n’avaient pas atteint le prix que propose Microsoft dans leurs spéculations (1000 $ était le prix max selon les plus pessimistes). Microsoft annonce son produit à 1400 $ (Hors Taxes)…

Or la bête est visiblement belle, le marketing « Surface » fonctionne à merveille, le design du site Microsoft reprend celui de l’annonce d’un nouvel iPhone (ou Xiaomi :)), mais soyons taquin, c’est un smartphone Android de milieu de gamme, ou pour être plus sympa, haut de gamme de l’année dernière…

Capture d’écran 2020-08-13 à 07.33.24Il a un processeur Snapdragon 855 (la puce phare de Qualcomm mais de… 2019), 6 Go de RAM et 128 Go de stockage. Il ne supporte pas la 5G, pas de Wifi 6, pas d’NFC, écran AMOLED avec une très bonne densité de pixels (401 ppi), mais seulement du 60 Hz (Pas 90 ou 120 comme chez les concurrents). L’appareil photo est un simple objectif de 11MP avec une ouverture de f/2.0, plus proche de l’entrée de gamme que du milieu de gamme. Amusant : il est en retrait du dernier smartphone haut de gamme produit par Microsoft, le Lumia 950 🙂 (sorti il y a cinq ans maintenant). Dommage que Microsoft n’ai pas continué dans la voie des Lumia coté capteurs (et intégration) photo..

Le problème est que sous Android, la concurrence se positionne actuellement à un autre niveau. Mais il est vrai que les caractéristiques techniques ne font pas tout et l’intégration reste un facteur clé, ce n’est pas Apple qui dirait le contraire…

Alors oui, il y a un double écran, et Microsoft citera les prix des Samsung Galaxy Fold ou Huawei Mate X qui atteignent les 2000 $, voir plus pour le Huawei, mais on parle ici d’écrans souples sans charnières, et le prix vient selon les constructeur de là. Le produit de Microsoft dispose de deux écrans séparés reliés par une charnière. On est donc bien plus proche des produits de LG par exemple qui fait cela depuis quatre générations d’appareils maintenant. Le dernier en date (que nous avions découvert au CES cette année et maintenant en vente) est le LG V60, un appareil sous Snapdragon 865 qui prend en charge la 5G, coûte 800 dollars… Et les autres caractéristiques techniques sont aussi supérieures, dont la photo par exemple : 3 capteurs présents (capteur principal grand angle 64 Mpx, f/1.8, 27mm, capteur ultra grand-angle 13 Mpx, f/1.9, 12mm, capteur Tof 0.3 Mpx, f/1.4). La différence de prix ne vient pas non plus des matériaux utilisés : Verre et aluminium côté LG…

Lire la suite

Le point de vue de Bill Gates sur l’affaire TikTok

Dans une interview à la chaine américaine Bloomberg hier soir, Bill Gates était interrogé sur le cas TikTok (nous vous en parlions en début de semaine). Le fondateur de Microsoft est revenu sur la cible principale de cette acquisition probable : en aucun cas selon lui l’audience ciblée (les plus jeunes) qui ne correspond pas au public habituel de Microsoft.

Il a également parlé de son interrogation sur les déclarations et pratiques du locataire (au bail précaire ? NDLR 🙂 ) de la maison blanche le week end dernier qui affirmait tout et son contraire et tentait de forcer la main pour qu’une entreprise américaine achète les activités de ByteDance sur le territoire américain, avec menace de fermeture à la clé qui selon lui serait une erreur.

« C’est bien que TikTok ait créé une certaine concurrence par l’innovation. Il ne semble pas qu’empêcher l’innovation d’être disponible ait beaucoup de sens quand on veut de nouvelles choses sur le marché ». « Je ne suis certainement pas un expert. Ma fille cadette m’a beaucoup appris sur ce sujet et sur les raisons pour lesquelles elle y consacre du temps ». Bill Gates

Autre sujet abordé dans cette interview, l’audition antitrust au Congrès la semaine dernière des patrons de Google, Apple, Facebook et Amazon (les GAFA et pas les GAFAM donc). Pour Bill Gates, 

« Ces entreprises façonnent l’économie, donc l’idée que les membres du Congrès puissent parler à leurs dirigeants et essayer de comprendre ce qu’ils font en termes de médias et de concurrence, a un sens« ,

Il a également plaisanté en disant que Jeff Bezos, Tim Cook, Mark Zuckerberg et Sundar Pichai s’en étaient peut-être mieux tirés que lui il y a 22 ans, lorsqu’il subissait les les audiences antitrust de Microsoft…

« Ils ont eu de la chance d’être quatre sur la sellette – j’étais tout seul avec des personnes très hostiles assis à côté de moi !« …

…Effectivement alors même que Microsoft était beaucoup moins puissant à cette époque que chacune de ces 4 entreprises, ceci explique peut-être cela !

Windows Admin Center version 2007 est dispo

Windows-Admin-Center
Microsoft a publié la semaine dernière une nouvelle version de Windows Admin Center. La version 2007 est la première mise à jour majeure de Windows Admin Center depuis la sortie de la version 1910 lors de la conférence Microsoft Ignite l’année dernière. Cette mise à jour est arrivée un peu par surprise car la dernière mise à jour disponible pour Insiders est toujours la version 1910.2, une révision mineure donc !

Voici quelques nouvelles fonctionnalités apportées par cette nouvelle version en résumé :

  • Un nouveau workflow de déploiement de clusters basé sur une interface graphique, qui permet aux utilisateurs de créer des clusters sans avoir besoin d’une extension, y compris la prise en charge du déploiement d’un cluster qui s’étend sur deux sites, une première pour le centre d’administration Windows.
  • Des mises à jour de certains des outils de base du WAC, comme l’outil Active Directory, qui est maintenant en version 0.85.0 et qui permet des recherches plus descriptives, etc.
  • Pour les machines virtuelles, il est maintenant possible d’effectuer instantanément un clone complet d’une VM et d’exécuter sysprep sur celle-ci au préalable en une seule fois.
  • L’extension conteneurs pour Windows Admin Center a également été mise à jour récemment avec quelques améliorations.
  • Enfin, l’outil de SDN (Software Defined Network) a également été mis à jour avec une nouvelle fonctionnalité appelée Data Path Diagnostics, qui automatise la capture de paquets pour diagnostiquer les problèmes de routes dans les SDN.

9toms-gx2il

D’un point de vue graphique, Microsoft a actualisé un grand nombre d’icônes et a apporté d’autres modifications à la conception. Microsoft a ajouté également le pop-up qui demandera de temps en temps aux utilisateurs d’évaluer leur expérience avec le produit afin d’obtenir un retour sur ces modifications d’interfaces.
Microsoft a également annoncé que certains de ses partenaires ont mis à jour leurs extensions au cours des derniers mois, avec quelques corrections et améliorations visant cette dernière version du Centre d’administration Windows. Il s’agit notamment de Lenovo XClarity Integrator, de Dell EMC OpenManage Integration et de QCT Management Suite.

Pour en savoir plus et télécharger la dernière version de Windows Admin Center suivez ce lien.

TikTok : qu’irait donc faire Microsoft dans cette galère ?

trump tiktokLa fin de semaine dernière et ce week end ont été le théâtre de rumeurs sur le rachat possible par Microsoft de l’entité américaine du géant chinois ByteDance produisant l’application TikTok que Donald Trump compte bannir du territoire américain.

Ce même Trump demandait à ByteDanse de vendre ses activités américaines à un américain pour pouvoir continuer de faire fonctionner l’application sur le territoire US. C’est alors que l’agence Bloomberg révélait que l’entreprise chinoise était en pourparler avec Microsoft ! Pour simplifier le tout, vendredi soir dans l’avion Air Force One, Trump déclarait à des journalistes que finalement cette revente ne serait pas une bonne idée (la constance n’est pas toujours un des points fort de Trump…)

Mais revenons sur ceci, en se posant la question : « qu’irait donc faire Microsoft dans cette galère ? »

Tout d’abord le fait que des bruits indiquent que Microsoft regarde telle ou telle entreprise ne signifie pas qu’elle va réellement en prendre le contrôle (Microsoft « regardait » Google en 2002, SalesForce, Slack,… et il ne s’est pas passé grand chose). Il y a plus souvent des bruits qui indique un rachat que des rachat effectifs. Mais il est vrai que la société opère aussi quelques rachats surprenants… et désastreux, comme se fut le cas par exemple avec Nokia. Alors tout est possible !

Mais à quoi servirait cette opération « il faut sauver le soldat TikTok aux USA »  pour Microsoft ?

  1. Première hypothèse (sans doute la moins crédible) : trouver une solution pour satisfaire l’administration américaine. Après les déclaration vendredi soir de Trump (que l’on pensait favorable à cette initiative) on peut en douter, à moins que l’entreprise de Redmond fut aussi surprise du changement de position du locataire de la Maison Blanche (ce qui reste probable) ?
  2. Seconde hypothèse (un poil plus crédible à mon avis) : trouver un accord avec les chinois de ByteDance pour que leur application ne soit pas inaccessible aux USA. Microsoft opère en Chine et collabore avec le gouvernement chinois, y compris pour ces applications Cloud. Pour preuve, les applications Office 365 fonctionnent là bas alors que les suites de Google et Gmail sont bloquées. Alors dans cette hypothèse se serait un service rendu en quelque sorte.
  3. Troisième hypothèse (sans doute la plus crédible) : ajouter des fonctions à son offre xBox/xCloud (offre de services de jeux grand public) qui touche la même population que TikTok. Ceci est assez crédible car les précédentes solutions de Microsoft pour attirer ces personnes (Mixer étant la dernière en date) n’ont pas été un réel succès, alors pourquoi pas tenter d’attirer avec TikTok, mais dans ce cas le problème de l’intégration au reste de l’offre reste entier.

Dans tous les cas cela rappelle un peu le comportement de l’état chinois qui impose encore largement à tout groupe étranger de collaborer avec un acteur local pour opérer sur son territoire…

Le smartphone Android de Microsoft (Surface Duo) arriverait le 24 aout

Surface Duo

Lors des annonces d’octobre dernier, lors de l’évènement « Surface », Microsoft avait surpris pas mal de monde en annonçant une série d’appareils à double écran, le Surface Neo fonctionnant sous Windows et le Surface Duo fonctionnant sous Android. Le Surface Neo est retardé une fois de plus (plus de date aujourd’hui), car visiblement Microsoft a du mal à préparer spécifique Windows 10X pour cet équipement. Cependant, le Surface Duo arriverait juste  avant la fin de la date de sortie prévue initialement les « vacances 2020 ».

Selon le site, souvent très bien informé, Windows Central, le Surface Duo commencera à être expédié dans la semaine du 24 août.

Cet appareil n’est clairement pas le plus attendu des deux annonces, il reste même assez banal face aux évolutions des smartphones Android depuis un an. Si les smartphones à double écrans ne sont pas si nombreux il est vrai, ils utilisent la plupart du temps les dernières versions de processeurs. Ce ne sera pas le cas visiblement avec cette machine avec des composants maintenant considérés comme de  « moyenne gamme » : le chipset Snapdragon 855 de l’année dernière, sans 5G, 6GB de RAM, 64GB de stockage et un appareil photo à objectif unique de 11MP.

Enfin il disposera de deux écrans de 5,6 pouces, d’un format 1800×1350 dont l’usage reste à démontrer (nous avions eu l’occasion de jouer un peu avec les modèles de Samsung, Motorola et LG à double écrans sans être vraiment convaincu).

Nous attendons en revanche avec impatience la Surface Neo avec son nouveau système d’exploitation Windows 10X, que Microsoft est en tain de mettre au point. C’est un enjeux considérable pour l’entreprise face à la montée en puissance de Chrome OS et les promesses de Fushia (le prochain OS de Google promettant la fusion entre Chrome OS et Android).

 

Microsoft teste les piles à hydrogène pour alimenter ses datacenters

Au début juillet, Microsoft avait annoncé de nouvelles initiatives de développement durable, dont le plus grand investissement jamais réalisé par la société dans les énergies renouvelables. En janvier, Microsoft s’était engagé à devenir négatif en carbone d’ici 2030 et à éliminer d’ici 2050 plus de carbone que ce que la société a mis dans l’atmosphère depuis son lancement.

Aujourd’hui elle s’attaque aux systèmes de backup énergétique des centres de données : de gigantesques générateur diesel (nous avions eu l’occasion de les voir à l’occasion de la visite du centre de données de Redmond à deux pas du campus Microsoft il y a quelques années). Bien que Microsoft utilise des générateurs diesel comme alimentation de secours pour ses centres de données en moyenne moins d’une fois par an, et seulement donc lorsque le réseau électrique est défaillant, Microsoft investit dans la technologie de l’hydrogène dans le cadre de son effort pour devenir négatif en carbone et éliminer sa dépendance au carburant diesel d’ici 2030.

hydrogène

Pour la première fois, Microsoft a réussi à alimenter une rangée de serveurs de centres de données en utilisant des piles à hydrogène pendant 48 heures (piles issues de la société Power Innovation). Microsoft a réalisé son expérience dans un centre de données près de Salt Lake City, dans l’Utah. Le coût estimé de la production de piles à combustible à hydrogène a chuté de 75 % depuis 2018, selon Microsoft. Si la tendance se poursuit, l’entreprise prévoit que les piles à hydrogène seront compétitives en termes de prix par rapport aux générateurs diesel.

Power innovations

Le générateur utilisé pour ce test

Les écologistes américains, qui avaient accueillis très favorablement les engagements de l’éditeurs au zéro carbone dès 2030 font remarquer que Microsoft demeure un fournisseur très important des sociétés pétrolières et gazières dans le monde (avec Amazon) et que la société devrait aller plus loin en s’écartant de ce type de clients… pas si simple.

La startup française iObeya prévoit de s’installer à Seattle

iobeya seattleVous connaissez sans doute la startup iObeya, oeuvrant dans le domaine du collaboratif. Elle fournit un logiciel de management visuel et de collaboration pour les grandes organisations ayant des équipes distribuées, services qui ont connu une augmentation de 400% de la demande depuis le début de la pandémie, selon la société. Ces fonctions sont conçus pour les équipes d’ingénierie, de fabrication et de recherche et développement qui utilisent les méthodes Lean et Agile. Parmi les clients d’iObeya figurent Airbus, Volvo, Philips, Cartier et d’autres.

Cette société est souvent primée et citée dans ce domaine avec ses 3 autres concurrents français eux aussi : Klaxoon, Yellow et Beekast.

Le projet de l’entreprise s’inscrit dans le cadre d’un développement plus large des technologies de communication et de collaboration sur le lieu de travail. l’Entreprise a annoncé un cycle de financement de 17 millions de dollars dirigé par Red River West pour financer l’expansion. Dans ce cadre elle compte s’installer dans la région de Seattle ou plus exactement à Bellevue ou Kirkland pour être plus près de ses partenaires commerciaux : Microsoft (avec Teams) et Amazon (avec Chime). Tout en gardant bien sur ses activité en région parisienne (Massy dans l’Essonne).

Bien qu’iObeya envisage de louer un espace physique à terme, l’équipe de Seattle travaillera principalement à domicile au début. iObeya prévoit d’avoir des employés au bureau fin 2020 ou début 2021. L’équipe à distance de Seattle commencera à travailler dès que possible.

iObeya prévoit d’embaucher 20 employés cette année et 50 dans les prochaines années, principalement dans des fonctions de vente et de marketing. Elle fait partie de la centaine d’entreprises qui se sont installées à Seattle pour exploiter le réservoir de talents de la région, alors même que le télétravail et les réductions d’effectifs dans certaines entreprises soulèvent des questions sur de tels mouvements… et le rapprochement physique avec ses partenaires clés.

Peggy Johnson quitte Microsoft et devient CEO de Magic Leap

Magic LeapMagic Leap, la startup très active dans le domaine de la réalité augmentée avait vue en mai son CEO et fondateur annoncer qu’il allait quitter l’entreprise. Il sera donc remplacé par Peggy Johnson. Qui quitte également Seattle pour la Floride. Le siège social de la société étant à « La Plantation » en Floride donc.

Peggy JohnsonPeggy Johnson avait rejoint Microsoft en 2014 en tant que vice-présidente exécutive du développement commercial. Elle avait passé  24 ans chez Qualcomm et était membre du conseil d’administration de BlackRock, la très puissante société de gestion d’actifs (le plus important gestionnaire d’actifs au monde, avec près de 6 960 milliards de dollars…).

Elle reprend le contrôle de Magic Leap après que cette dernière ai annoncé un plan de licenciement et devoir se concentrer uniquement sur les clients professionnels. Une stratégie identique donc à son principal concurrent en la matière à savoir Hololens de… Microsoft.

« Nous avons parcouru un long chemin, depuis le démarrage dans mon garage jusqu’à la création d’un nouveau support et la redéfinition de l’avenir de l’informatique »,

a déclaré M. Abovitz le fondateur de l’entreprise qui est donc sur le départ (après on s’en doute une pression « amicale » des fond d’investissements

« Maintenant, sous la direction de Peggy, qui apporte avec elle au Magic Leap trois décennies d’expérience dans l’identification et l’exécution de partenariats stratégiques au plus haut niveau des entreprises, le Magic Leap peut faire un autre pas de géant dans notre parcours ».

La loi sur la protection de la vie privée s’applique en Californie depuis le 1er juillet

1200px-Flag_of_California.svgLa Californie a commencé le 1er juillet à appliquer sa loi sur la protection des données numériques, six mois après son entrée en vigueur. Elle a été décrite comme la loi sur la protection de la vie privée la plus stricte des États-Unis, ayant été en partie modelée sur la loi de référence européenne, notre fameuse RGPD.

La loi a été adoptée le 1er janvier, mais l’État a donné aux entreprises six mois pour se mettre en conformité. Pour rappel nous avions 2 ans en Europe pour le faire. Donc beaucoup moins de temps ici. Mais il est vrai que les entreprises californiennes avait déjà travailler sur le sujet justement pour leur mise en conformité avec la GDPR…

Malgré les appels de l’industrie et des géants de la tech (Facebook et Google en tête) pour que l’État attende en raison de la pandémie de coronavirus, le procureur général de l’état, Xavier Becerra n’a pas cédé…Elle donne aux consommateurs de l’État – et à beaucoup d’autres en dehors de la Californie – la possibilité de demander aux entreprises de leur indiquer les données personnelles qu’elles détiennent sur chaque personne et de demander aux entreprises de cesser de vendre leurs données personnelles à des tiers annonceurs ou autres. Un casse-tête pour certaines sociétés comme Facebook, pris une nième fois encore, la semaine dernière avec la main dans le pot de confiture…

Que se passera-t-il si les sociétés ne respectent pas la loi ? À partir de cette semaine, le bureau du procureur peut commencer à envoyer des avertissements aux entreprises qui pourraient être en infraction avec la loi et leur donner 30 jours pour régler les problèmes avant de faire face à d’éventuelles amendes ou poursuites. Un petit délais de grâce.

Pas question au passage pour ces sociétés de menacer de quitter l’état pour s’installer au Delaware per exemple (Paradis fiscal interne aux États Unis, sorte de Luxembourg, d’Irlande et de Pays bas réunis pour les Entreprises), là où est installé leurs sièges sociaux (comme c’est le cas de Facebook ou Alphabet la maison mère de Google), le législateur ayant prévu ce cas de figure en protégeant comme avec la GDPR les citoyens avant tout.

Cette loi est limité à la Californie, même si d’autres états, majoritairement Démocrates sont en train de mettre en oeuvre leur loi de protection de la vie privée également, là encore sur le modèle de l’Europe (pour une fois que c’est dans ce sens …). Des entreprises comme Apple en particulier qui a fait de la vie privée son cheval de bataille (face à un Google…) et d’autres géants comme Microsoft (qui ne tire pas non plus de gros revenus de la publicité) continuent de réclamer une loi fédérale unique sur la protection de la vie privée afin de faciliter la mise en conformité. Là encore sur le modèle européen !

Passage d’Intel à ARM : Apple peut-elle réussir là où Microsoft a échoué ?

Image002Nous sommes nombreux à savoir suivi avec intérêt la keynote d’ouverture de la conférence développeur d’Apple Lundi soir. Beaucoup d’annonces sur iOS14, iPadOS, MacOS, mais l’essentiel était sans doute le passage programmé d’Intel à ARM (sur une puce Apple maison : Apple Silicon). Les rumeurs avaient vu juste, après un passage de Motorola 68000 puis au PowerPC d’IBM et quelques années plus tard à Intel, la pomme entame du prochain virage avec le passage à ses puces maisons, sous architecture ARM.

Mais une question se pose : Apple peut-elle réussir là où Microsoft a échoué il y a 10 ans avec Windows ARM et où il est sans doute encore en train d’échouer, comme nous l’avions anticipé pour ces deux évènements avec Windows RT et aujourd’hui avec la Surface Pro X et le développement de son système avec Qualcomm (voir l’état des ventes de ces matériels pour s’en convaincre) ?

Les éléments qui entraineraient Apple sur le même chemin que Microsoft :

  • La dépendance aux « petites » applications natives qui ne seront pas portées sur la nouvelle puce : tous les développeurs ne porteront pas leur applications sur la nouvelle puce, soit pas manque de ressources, soit parce que leur application n’évolue plus alors même qu’elle reste utilisée. Dans ce cas, comment imaginer le financement d’une nouvelle application et le portage associé ? On le sait dans le cas d’un changement d’architecture (et parfois simplement de version), le diable se cache souvent dans les détails : des petites applications « bloquées » sur ancienne version mais très utilisées, des drivers qui manquent pour du « vieux » matériel, etc.
  • Une couche d’émulation peu performante. C’est un grand classique promis par les constructeurs / éditeurs : « les applications que vous ne pourrez pas trouver en natif fonctionneront en émulation sur le nouveau processeur ». On connait cela chez Microsoft avec Windows ARM, et même chez de nombreux constructeurs de machine Unix à l’époque qui promettaient une émulation de Windows sans faille… On connait la suite ! La réalité est donc souvent tout autre : la couche d’émulation ou de virtualisation consomme des ressources qui à minima ralentisse l’application quand celle ci daigne fonctionner. Les ressources consommées baissent aussi considérablement l’autonomie de la machine, comme c’est le cas par exemple des applications Win32 sur les machines Surface Pro X de Microsoft par exemple…
  • Des performances qui ne seraient finalement pas au rendez-vous pour des problèmes hardware où de conception des puces ou de leur écosystème hardware associé.

 

Mais Apple dispose aussi d’atouts importants face aux écueils qu’a rencontré Microsoft :

  • Les processeurs de l’entreprise ne sont pas nouveaux et elle en maitrise les éléments depuis longtemps pour les avoir elle même conçus. En effet on parle ici des processeurs qu’elle a conçue pour ses iPhones et iPads, elle en maitrise le fonctionnement et en connait les limites. Ce n’est pas le cas de Microsoft qui reposait à chaque fois sur des compétences majoritairement externes. Et sans avoir les liaisons (parfois dangereuses) qu’elle entretenait avec Intel.

Lire la suite

« Entrées précédentes Derniers articles »