Archives des étiquettes : Microsoft

Identités décentralisées : Microsoft persiste et avance

Depuis 2018, Microsoft travaille sur le concept de création d’identités numériques décentralisées souvent appelées auto souveraines dont les utilisateurs restent maîtres. Cette technologie utilisant la blockchain comme mécanisme. L’idée est d’offrir à chacun une « identité propre » numérique qui stocke toutes les informations les concernant de manière privée et sécurisée, et de donner également aux propriétaires un contrôle total sur l’utilisation de leurs données. Nous avions eu l’occasion d’expliquer dans le détail ce mécanisme et ses premières application lors du dernier Briefing Calipia en juin. Nous y reviendrons lors de la sessions sur la sécurité en décembre prochain.

Les cinq principes de ce système sont :

  • Sûr, fiable et digne de confiance
  • Protection de la vie privée et contrôle par l’utilisateur
  • Inclusif, équitable et facile à utiliser
  • Administrable
  • Respect de l’environnement

Microsoft avait annoncé en avril 2021 une première beta de Microsoft Azure Active Directory Verifiable Credentials, qui établissait certaines normes sur la manière dont un système d’identité décentralisé devrait se présenter. Nous vous en parlions sur le blog. Aujourd’hui, l’entreprise va plus loin et a annoncé qu’elle donnait le coup d’envoi de la prochaine phase pour mettre en oeuvre cette fois un système d’identité numérique décentralisé à part entière. Pour ce faire, Microsoft qu’elle établira des partenariats avec la communauté des identités décentralisées afin de convenir d’un ensemble de normes soutenues par toutes les parties. Elle développera ensuite et publiera un première version d’un service d’identité numérique décentralisé qui s’appuie sur les normes convenues avec la communauté.

A la manière de ce qui se passe avec les cryptomonnaies le système de sécurité autonome ne doit pas être une porte ouvertes aux activités illégales, Microsoft compte bien mettre un en oeuvre un mécanisme pour éviter cela. Comment ? Mystère, l’éditeur s’est engagé simplement à ce que le système n’encourage pas les activités illégales et respecte toutes les lois applicables. De plus il sera construit sur des normes et des technologies non propriétaires en Open Source afin qu’il soit accessible à tous. Microsoft prévoit de partager plus de détails sur ses travaux dans ce domaine dans les semaines et les mois à venir.

La fin des mots de passe ? Une réalité maintenant pour les comptes Microsoft

Cela fait des années que Google, Microsoft annoncent que les mots de passe sont en voie de disparition et que les méthodes d’authentification alternatives comme les méthodes biométriques, les codes de vérification, les clés de sécurité type FIDO 2 et les applications Authenticator sont la voie à suivre. Nous vous avions déjà proposé il y a deux ans maintenant une session du Briefing Calipia sur ce thème et sur les alternatives FIDO2 en particulier. Nous avions vu en particulier comment intégrer des clés Yubikey (Fido2) dans l’Azure AD.

Depuis hier Microsoft a annoncé que vous n’avez plus besoin d’un mot de passe pour vous connecter à votre compte Microsoft. Vous pouvez supprimer complètement le mot de passe de votre compte Microsoft et vous connecter aux services de l’entreprise en utilisant des méthodes d’authentification alternatives telles que Windows Hello, les clés de sécurité FIDO2, les codes de vérification ou encore l’application Microsoft Authenticator (disponible sous Android et iPhone). Auparavant ces méthodes étaient possibles mais pour une seconde authentification ou encore en simple authentification mais en plus du mot de passe qui restait toujours présent (et donc source de piratage..) plus maintenant et voici comment faire pour tenter l’expérience :

Vous devez d’abord installer l’application Microsoft Authenticator puis la lier à votre compte.

  1. Rendez-vous ensuite sur le portail de gestion des comptes MS,
  2. Sélectionnez Options de sécurité > puis Sécurité avancée
  3. Sécurité supplémentaire > Compte sans mot de passe > Activer.
  4. Après avoir suivi les instructions à l’écran, vous recevrez une notification indiquant que « vous avez renforcé la sécurité de votre compte et amélioré votre expérience de connexion en supprimant votre mot de passe. »

Pas de panique, vous pouvez reconfigurer plus tard votre compte pour utiliser des mots de passe si vous le souhaitez.

Microsoft a indiqué que cette fonctionnalité n’est disponible pour l’instant que pour les comptes grand public, mais que c’est en cours pour offrir la même chose aux comptes d’entreprise utilisant Azure Active Directory (AAD). Sans surprise, des configurations d’administration permettant d’activer ce comportement seront également disponibles pour un changement à grande échelle.

Chromebooks : plus de prise en charge des applications Office Android

Un gravier Microsoft dans la chaussure de Google ? Microsoft a confirmé qu’elle cessera de prendre en charge sa suite d’applications Android Office sur Chrome OS à partir du 18 septembre. C’est de bonne guerre dans la lutte de la société vis à vis de son concurrent Google, là ou les Chromebooks gagnent de plus en plus de points y compris dans les entreprises, principalement aux USA.

Attention on parle bien ici des versions Android des apps sur Chrome OS, ces mêmes applications fonctionneront bien évidemment sur les Smartphones Android. Les utilisateurs de Chrome OS, seront désormais redirigés vers l’utilisation des versions web des apps telles qu’Outlook, word, Excel etc. L’idée pour Microsoft est aussi de limiter l’usage de suite qui ne disposent pas forcément d’abonnement Office 365, la société limitait pour cela l’usage de la version gratuite en fonction de la taille des écrans. Pour bénéficier de capacités supplémentaires sur des tailles d’écran non mobiles, comme sur l’iPad Pro et autres il faut donc un abonnement. Le changement pour Chrome OS, cependant, s’applique à tous les utilisateurs, sans restriction (il est vrai que la taille des écrans de ces derniers est pratiquement toujours supérieure à 10 pouces).

Voici la déclaration complète officielle de Microsoft :

« Dans le but de fournir l’expérience la plus optimisée possible aux clients de Chrome OS/Chromebook, les applications Microsoft (Office et Outlook) seront transférées vers des expériences Web (Office.com et Outlook.com) le 18 septembre 2021. Cette transition permet aux clients de Chrome OS/Chromebook d’accéder à des fonctionnalités supplémentaires et premium. Les clients devront se connecter avec leur compte Microsoft personnel ou le compte associé à leur abonnement Microsoft 365. »

Alors oui il est bien possible d’utiliser les applications Web sur Chrome OS, mais les versions web des applications ne sont pas toujours aussi riches en fonctionnalités que les offres natives d’Android. L’inconvénient le plus important est l’absence de prise en charge hors ligne… Si les PWA d’Office et d’Outlook peuvent être installées en tant qu’applications, certaines fonctions, comme la création d’un nouveau document, redirigent les utilisateurs vers le navigateur et donc d’être en ligne…

ÉVÈNEMENT Microsoft le 22 septembre

Microsoft a annoncé officiellement un évènement presse le 22 septembre. Au programme Windows 11 bien sûr dont la date de lancement sera le 5 octobre mais aussi les nouveautés hardware avec Surface. Si l’on attend une mise à jour des processeurs à minima. La nouveauté la plus importante pourrait être une nouvelle version de Surface Duo, le smartphone Android double écran de l’éditeur.

Nous avions dit tout le bien (ou pas) que nous pensions de la version 1 et pourquoi se serait selon nous un flop commercial… La version 2 si l’on en croit les rumeur devrait corriger le tir avec au menu de nouveaux capteurs photos (dont un téléobjectif et un grand angle), mais aussi la 5G et surtout la dernière version du processeur phare de Qualcomm le 888. La précédente version s’appuyait sur un processeur moyen gamme (le 855 et 6 Go de RAM) ce qui était assez surprenant à ce niveau tarifaire (lancement à 1400 €), pas étonnant que le prix soit descendu au US à la moitié quelques mois après… Sans toutefois suffire pour connaitre le succès.

Cette fois c’est donc un 888 avec visiblement 8 Go de RAM, on imagine sous Android 12. Les premières fuites de performance donne d’excellents résultats : le test Geekbench, montre que le Surface Duo 2 obtient un score de 1 091 pour un seul cœur et de 3 517 pour plusieurs cœurs. Pour référence, le Samsung Galaxy S21+ 5G a des scores de 972 et 3052. Bon c’est vrai qu’il sortirait au mieux 9 mois après le Samsung…

Est-ce que cela suffira à faire de cette machine un succès, là encore tout dépend aussi de son positionnement tarifaire… Réponse dans quelques jours.

« Amazing » : Windows 11 est arrivé :)

Pour ceux qui sont pressés et ne peuvent attendre l’annonce officielle du 24 juin, quelques informations sur Windows 11… la nuit dernière la build de Windows 11 a fuité des serveurs Microsoft : une iso c’est donc retrouvée sur le net. Nous avons cédé à la tentation et nous l’avons installée…

Alors que retenir de cette première expérience en résumé ?

Autant le dire toute de suite à ceux qui promettait une expérience je cite « inoubliable » ou « Amazing » comme on dit outre Atlantique : disons que c’est un peu… sur-vendu 🙂

Nouvelle interface d’installation

Alors que l’interface d’installation est toujours la même depuis Windows 7, Microsoft a complètement remanié ceci ici. La configuration de Windows 11 comprend les mêmes étapes que Windows 10, mais avec de jolis coins ronds sur un fond blanc cassé. A un moment j’ai cru qu’il allait m’installer MacOS 🙂 en tout cas l’inspiration est claire !

Le bureau de ce qui devait être Windows 10X

Si vous aviez suivi de près le développement de Windows 10X avant sa disparition prématurée vous connaissez déjà le bureau de Windows 11 donc l’inspiration vient ici clairement de Chrome OS. Lorsque Microsoft avait annoncé abandonner Windows 10X, l’entreprise avait déclaré qu’elle prévoyait d’apporter des éléments de Windows 10X à Windows 10 : c’est le cas. Les changements les plus notables sur le bureau sont la barre des tâches en bas et le menu démarrer. La barre des tâches a maintenant des icônes d’applications ouvertes au milieu au lieu d’être alignées à gauche. Il en va de même pour le menu de démarrage et la recherche, car tous deux occupent désormais la partie centrale de l’écran au lieu de s’ouvrir à gauche de l’affichage.

Pas de changement en tout cas pour l’instant sur les applications intégrées : Mail et Calendrier, Calculatrice, Photos et Microsoft Store ont le même design que sur Windows 10. Il en va de même pour les paramètres de Windows. Pour ce qui est du gestionnaire de fichiers, il a le même aspect que sur Windows 10, mais les icônes des dossiers ont été mises à jour pour suivre ce qui était prévu avec la mise à jour 21H2 « Sun Valley ». Microsoft a également mis à jour les icônes du Centre d’action, qui sont désormais arrondies et plus sympa. Mais pas de quoi fouetter un chat comme dit mon collègue Patrick (moi je suis farouchement contre fouetter les chats, que les choses soient claires).

Des Wigdets sur le bureau

Les widgets qui étaient présent sur le menu démarré de Windows 10 ouvrent maintenant une section dédiée avec une icône dédiée également. Actuellement, la section ouvre une version du widget News and Interests qui était apparue dans Windows 10 cette année.

De nouveaux sons et animations

Nouveaux sons de démarrage et de notification pour Windows 11 et il y a aussi de nouvelles animations d’ouverture et de fermeture pour les applications. Ceci dit ces nouvelles animations avaient été introduites dans les Builds Insider de Windows 10.

Une fois Windows 11 installé, j’ai reçu deux nouvelles mises à jour de Microsoft. La première était une mise à jour générique pour Windows Defender mais la seconde était une mise à jour cumulative KB5004034 pour Windows 10 « Version Next ». Petit détail aussi, il m’a été possible d’activer cette copie de Windows 11 avec une clé Windows 10 Pro 🙂

Ne reste plus qu’a attendre le 24 pour découvrir les fonctions plus « enfouies » du système et surtout en savoir plus sur ses déclinaisons en terme de support processeurs (peut-etre des surprises ?), parce que pour l’instant on reste clairement sur notre faim…

Une petite série de copie d’écran de cette nouvelle version installée sur mon poste en VM :

Hybride : le mot magique…

Il y a des mots comme cela qui marquent leur période. Il y a quelque temps tout était « connecté », même les brosses à dents 🙂 Aujourd’hui tout est « hybride »… Alors oui, il y a bien du marketing là dessous. Toute l’industrie y va de sa solution Hydride, que d’autres peuvent appeler le « En même temps » 🙂

Pour ne pas échapper à ceci, Microsoft présentera jeudi prochain son événement sur le futur du travail « hybride ».

Le terme « travail hybride » est un mot à la mode donc ici utilisé par Microsoft pour signaler le changement des flux de travail dans le monde après la pandémie qui a obligé les employés à travailler à distance. Bien que la page de l’événement présente une image d’utilisateurs sur un appel Teams en mode « Together », elle ne fournit pas plus d’informations. L’entreprise devrait proposée sa vision sur l’avenir des salles de réunions. Interessant.

Il ne serait pas surprenant de voir des annonces de fonctionnalités pour des offres telles que Teams et OneDrive, apportant des améliorations axées sur la collaboration et la productivité à Microsoft 365. La société pourrait également parler des améliorations à Outlook. Rendez-vous jeudi prochain à 15h (heure française) sur cette page pour suivre cela.

Le protocole QUIC de Google enfin validé par l’IETF

Cela fait depuis 2013 que Google travaille sur l’accélération d’Internet via le protocole QUIC (Quick UDP Internet Connections). Google avait présenté QUIC pour la première fois en juin 2013 sous la forme d’un module complémentaire expérimental pour Chrome, et en a rapidement fait la principale méthode de transport des données entre des applications comme Chrome et les serveurs de Google. Nous vous en parlions lors du dernier Briefing Calipia en décembre 2020. Un peu plus tard en 2016, l’entreprise avait soumis QUIC à l’IETF pour examen.

5 ans plus tard, le protocole devient une norme officielle de l’Internet validée par l’IETF, enfin. La technologie de transmission de données plus rapide est suffisamment bien établie maintenant pour être utilisée à grande échelle. L’usage de ce protocole entre Chrome et les serveurs de Google donnait un avantage en terme de rapidité au navigateur de Google dès lors qu’il se connectait aux serveurs maison. Cela ne devrait plus être le cas maintenant. Microsoft ayant annoncé aussi le support de cette technologie.

Concrètement, cette technologie remplace effectivement le TCP (Transmission Control Protocol), qui gère la manière dont les données sont placées dans des paquets adressés, acheminés et renvoyés vers des informations utilisables. QUIC utilise cette fois le protocole UDP (User Datagram Protocol), plus rapide, tout en offrant une récupération plus rapide. Il permet également des connexions cryptées plus rapides et une meilleure gestion des commutateurs de réseau. En d’autres termes, vos visites de sites web sécurisés, vos chats audiovisuels et votre navigation mobile devraient bénéficier des plus grandes améliorations.

Ceci dit, reste à savoir si QUIC sera largement adopté ou non. S’il s’agit désormais d’une norme que tout le monde peut utiliser, il n’y a peut-être pas d’empressement à abandonner le protocole TCP, qui est disponible depuis 1974. QUIC pourrait se répandre progressivement parmi les entreprises et les services qui pourraient bénéficier de la vitesse supplémentaire, mais une transition globale pourrait ne pas se produire avant longtemps, voire pas du tout.

Bleu : le cloud souverain d’Orange et CAPGEMINI basé sur les services Microsoft

La nouvelle est officielle depuis ce matin, Orange et Capgemini se sont associés à Microsoft pour fournir les services de ce dernier (Microsoft 365 et Azure) dans des data centers en France, disjoints des infrastructure du géant américain et répondre ainsi aux contraintes imposées par l’état. Une nouvelle société proposera ces services : Bleu , ou Orange et Capgemini seront majoritaires).

Les solutions commercialisées par la Bleu ciblent en premier lieu les organisations publiques gérant des données sensibles. On retrouve ainsi sans surprise les OIV (Opérateurs d’Importance Vitale) et les OSE (Opérateurs de Services Essentiels) L’état français, la fonction public, les services liés à la santé, et bien sur les collectivité locales. Mêmes si tout ces acteurs n’ont pas attendu « Bleu » pour investir dans les technologies Cloud de Microsoft à l’image de très nombreuses collectivité locales, des OIV tels quels SNCF, Eurotunnel, des organismes sociaux comme la CNAV, CNAM, ou des opérateurs publics tel que La Poste par exemple…

Les trois partenaires affirment que les autorités américaines ne pourront pas accéder aux données stockées par Bleu et que toutes les données seront hébergées dans des data centers situés en France, séparés des data centers de Microsoft. Condition nécessaire (mais dans les fait pas suffisante). On apprend que L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) a validé le dispositif.

« L’ambition est de pouvoir bénéficier des meilleures technologies opérées par des acteurs de confiance exclusivement soumis au droit européen, sans concessions en termes de sécurité », 

Guillaume Poupard, responsable de l’Anssi.  

Le dispositif proposé ressemble assez fortement à ce qu’a fait Google avec OVH il y a quelques mois. La nouvelle société Bleu espère ainsi recevoir le nouveau label gouvernemental « Cloud de Confiance ». Pour se faire, les services proposés devront répondre aux exigences du référentiel « SecNumCloud » qui pour l’instant n’a été attribué qu’à Oodrive, 3DS Outscale et OVH. 

Alors un succès en prévision ou ce partenariat rejoindra les fiascos des Clouds à la Française de 2015 (Cloudwatt, Numergy,…) ? Tout dépendra de l’incitation de l’état mais aussi des surcouts que l’opérateur Bleu voudra bien appliquer aux services Microsoft… S’il est clair que tout le monde est pour un cloud souverain, pas à n’importe quel prix, et si comme en Allemagne le montage induit un surcout de plus de 30% aux services proposés en natif, cela risque de poser problème…

Microsoft abandonne officiellement Windows 10X

Nous vous en parlions en début de mois, c’est maintenant officiel Microsoft abandonne Windows 10X qui se voulait être le concurrent de Chrome OS. Décidément il est bien difficile pour le géant de Redmond de créer un nouvel OS…

Microsoft n’a pas fait cette annonce on s’en doute avec le même éclat que le lancement il y a bientôt 2 ans, il s’est contenté d’un billet de blog sur le déploiement de la mise à jour des fonctionnalités de Windows 10 21H1 – qu’il a publié au début de la keynote Google I/O hier soir… Alors même que Google annonçait les progrès de Chrome OS !

« Après une année d’exploration et de conversations avec les clients, nous avons réalisé que la technologie de Windows 10X pouvait être utile de plus de façons et servir plus de clients que nous ne l’avions imaginé au départ. Nous avons conclu que la technologie 10X ne devait pas être confinée à un sous-ensemble de clients. « Au lieu de mettre sur le marché un produit appelé Windows 10X en 2021, comme nous l’avions initialement prévu, nous tirons parti des enseignements de notre voyage jusqu’à présent et nous accélérons l’intégration de la technologie 10X fondamentale dans d’autres parties de Windows et produits de l’entreprise. En fait, une partie de cette technologie se reflète déjà au cœur de Windows dans les versions préliminaires de Windows Insider, par exemple la nouvelle technologie de conteneur d’applications que nous intégrons dans des produits comme Microsoft Defender Application Guard, une expérience de frappe vocale améliorée et un clavier tactile modernisé avec une taille de touche, des sons, des couleurs et des animations optimisés. »

Officiellement donc : intégration aux prochaines fonctions de Windows 10. Mais quelles intégrations alors que les objectifs étaient justement de faire un OS beaucoup plus léger ?

Dans le même ordre d’idée mais cette fois, concernant la version Windows ARM, on apprenait que Adobe proposerait enfin sous peu Photoshop pour Windows ARM. Cette bonne nouvelle (même si elle intervient 6 mois après la disponibilité de la version MacOS ARM pourtant lancée elle même qu’ il y a 7 mois) cache en réalité un malaise : la version ne sera pas aussi complète que la version traditionnelle Windows ou Mac (y compris Mac ARM…) car des fonctions seraient trop compliquées à porter et pour cette version, Adobe recommanderai 16 Go de mémoire pour fonctionner correctement… Un portage qui risque bien de ne pas rester dans les mémoires et témoigne sans doute de l’engagement d’Adobe sur cette version de Windows et le succès escompté.

Nous reviendrons sur ces éléments (et bien d’autres) lors du prochain Briefing Calipia les 9,10,14 et 15 juin au choix, rejoignez nous !

Qualcomm annonce son Snapdragon 7c Gen 2 destiné à Windows ARM et aux Chromebooks

Qualcomm annonce enfin son 7C Genération 2, destiné aux PC Windows et Chromebooks « toujours connectés », la nouvelle puce apporterait des performances améliorées, même si Qualcomm se garde bien de les définir précisément. D’autres parlent de performances comparables à un i5 d’Intel. Ce n’est donc pas de ce côté qu’il faudra trouver de l’originalité mais plutôt

ARM : Pourquoi Apple va réussir là où Microsoft a échoué ?

Toute la presse informatique parle depuis 10 jours des nouvelles machines d’Apple avec leur processeur ARM maison (Apple M1) et de l’abandon par le géant de Cupertino des processeurs Intel.  Nous avons commandé et commencé à tester ces premières machines que nous venons de recevoir, comme nous l’avions fait à l’époque avec les machines de

Une refonte de l’interface pour Windows 10 dans un an…

Selon un rapport du bien informé Zac Bowden de Windows Central, l’interface de Windows 10 devrait pas mal évoluer au deuxième semestre 2021. Le projet aurait pour code Sun Valley avec au programme une refonte importante du menu démarrer, de la barre de tâches, l’explorateur de fichiers, des applications natives. La première idée qui vient

Microsoft sur le point d’acquerir Nuance Communications pour 16 milliards de $ [MAJ : C’est FAIT POUR 20 Milliards !]

Nuance Communications est un spécialiste de la reconnaissance vocale et la synthèse depuis plus de 20 ans. Pas vraiment une Startup mais bel et bien un incontournable du secteur. Le système de reconnaissance vocale de Nuance, appelé Dragon, est au cœur de ses offres d’intelligence artificielle destinées à divers secteurs, notamment les soins de santé, les services juridiques, les forces de l’ordre, l’éducation et les services financiers.

Les géants du secteur font largement appel à ses services : Apple pour Siri en est un exemple, mais aussi Microsoft qui s’est associé à Nuance Communications en 2019 pour développer des systèmes de détection ambiante et d’IA conversationnelle qui permettraient d’automatiser les tâches administratives liées aux soins de santé et la documentation clinique, pendant que les médecins concentrent toute leur attention sur les soins aux patients.

Bloomberg rapporte que Microsoft pourrait annoncer un accord avec Nuance dès cette semaine. Les discussions ne sont pas encore définitives entre les deux sociétés et Nuance pourrait être valorisée à environ 56 dollars par action si les négociations actuelles se poursuivent. Cela signifie que l’accord pourrait valoir 16 milliards de dollars, note Bloomberg.

[MAJ à 14h : C’est fait pour 20 Milliards de $]

La discussion que Microsoft aurait engagée avec Nuance est un pas de plus dans les investissements massif en IA que réalise la société de Redmond. Si ce rachat se confirme, il s’agira de la deuxième plus grande acquisition de l’entreprise à ce jour, juste après l’achat de LinkedIn pour 24 milliards de dollars en 2016.

« Entrées précédentes