Archives des étiquettes : Microsoft

Après GitHub, Microsoft achète npm

github-npm-blog-1200x630Pour rappel Microsoft avait acheté GitHub,  en 2018 pour 7,5 milliards de dollars en actions Microsoft. A l’époque, Microsoft avait promis que GitHub resterait une plateforme ouverte et a déclaré qu’il fonctionnerait comme une entité séparée. GitHub revendique plus de 28 millions de développeurs et reste la référence du domaine.

La semaine dernière l’éditeur (par l’intermédiaire de GitHub) a annoncé acquérir la société de solutions JavaScript open source npm Inc.

Npm, est une société basée à Oakland, en Californie, fondée en 2014 qui produit un gestionnaire de paquets open source pour Node.js. Elle gère un registre npm de code source libre public à l’usage de la communauté JavaScript, ainsi qu’une application client basée sur une interface en ligne de commande npm. Npm « sert plus de 1,3 million de paquets à environ 12 millions de développeurs », selon l’entreprise.

Les conditions financières de l’accord n’ont pas été décrites. Nat Friedman, le PDG de GitHub, a promis que GitHub investirait dans le registre et la plateforme npm. L’interface en ligne de commande de npm « restera libre et open source ». Parallèlement GitHub continuera à supporter les clients qui utilisent les produits payants npm Pro, Teams et Enterprise pour l’hébergement de registres privés.

M. Friedman a également expliqué que GitHub travaillera à l’intégration des paquets npm avec les paquets GitHub. Cela facilitera la migration des paquets de npm privés vers les paquets GitHub « plus tard dans l’année », selon lui.

Isaac Z. Schlueter, le responsable de la technologie de npm a indiqué que le registre public de npm sera toujours gratuit. Il a exprimé son enthousiasme pour l’acquisition de GitHub car elle permettra de maintenir le registre npm au fil du temps :

« En étudiant les plans techniques et stratégiques de la façon dont npm s’intégrerait dans la vision de GitHub, il est devenu évident que ce n’est pas seulement une bonne option pour la communauté JavaScript, mais aussi une option bien meilleure que ce que npm, Inc. peut fournir à elle seule »

Une acquisition qui vise sans surprise à renforcer la position de Microsoft dans le monde du développement. Position stratégique qui demande à l’entreprise de rentrer dans ce monde d’outils Open Source pour les développeurs là ou son offre Visual Studio n’a que peu d’audience (mis à part l’éditeur Visual Studio Code). Il suffit de voir le nombre (pathétique) de startups utilisant la suite Microsoft dans la Silicon Valley…

 

[Humeur] Non, Honeywell ne dispose sans doute pas de « l’ordinateur quantique le plus puissant du monde »…

QuantumNous apprenions la semaine dernière que le constructeur Honeywell venait d’annoncer je site :

 « Une percée dans l’informatique quantique qui accélère la capacité des ordinateurs quantiques et permettra à la société de sortir l’ordinateur quantique le plus puissant du monde dans les trois prochains mois« .

Il y a beaucoup à dire sur cette annonce et sans doute aussi sur les attentes qu’elle peut générer. Déjà si vous travaillez dans le monde de l’IT et que le nom de la société vous dit quelque chose, c’est sans doute que vous avez quelques cheveux blancs 🙂 Honeywell c’est pour beaucoup « Honeywell-Bull » qui deviendra Bull qui sera des années plus tard racheté par Atos… Mais pas seulement. C’est une société américaine qui a plus de 100 ans (création en 1906), active à l’origine uniquement en régulation de chauffage, elle intervient aujourd’hui principalement dans le nucléaire (dans la transformation de l’uranium), l’aérospatial, l’automatisation du bâtiment (régulation, supervision technique, contrôle d’accès et sécurité), et la défense (avioniques militaires, etc). Donc à priori pas grand chose en matière d’informatique. Lorsque l’on pense Informatique Quantique on cite souvent IBM, D-Wave, Google, Microsoft mais rarement Honeywell… Mais passons, si la société a gardée une composante informatique importante, de là à pouvoir affirmer qu’ils disposeront de l’ordinateur quantique le plus puissant du monde d’ici 3 mois, il y a de quoi se poser des questions…

L’informatique quantique suscite de nombreux espoirs dans la résolution de nombreux problèmes insoluble pour l’informatique classique, une fois ce type de problèmes résolus on pourra affirmer que l’on a atteint le graal ou « la suprématie quantique », on en est sans doute encore assez loin (tout au moins pour des problèmes connus type cryptographie, science des matériaux).

Pour rappel pour les lecteurs qui ne sont pas familiarisés avec tout cela, alors que les unités de base de l’information dans l’informatique classique sont les chiffres binaires (bits) qui sont toujours dans un état de 0 ou 1, les bits quantiques (qubits), quant à eux, peuvent être dans un état de 0, 1 ou une superposition des deux. L’informatique quantique exploite les qubits pour effectuer des calculs qui seraient beaucoup plus difficiles, ou tout simplement irréalisables, pour un ordinateur classique.

Donc la promesse est claire : demain nous pourrons réaliser des calculs là ou les ordinateurs classiques sont limité par l’explosion combinatoire (comme le célèbre problème de factorisation des nombres premiers). Mais demain est très loin. L’informatique quantique est encore si jeune que les constructeurs n’en sont même pas encore au niveau du transistor de l’informatique classique. Les principaux acteurs se bousculent pour prendre la tête de ce secteur ou, du moins, pour tenter de séduire les futurs développeurs d’algorithmes quantique. Et les convaincre de développer sur leurs émulateurs dans le Cloud. Une fois cette main d’œuvre formée, il ne restera plus que le plus dur… disposer de la véritable machine ! Alors comme aucun leader n’est clairement apparu, pourquoi pas Honeywell 🙂

 

 

Briefing Calipia #30 – juin 2020 : les dates et les sujets

La 30 ème édition du Briefing Calipia se déroulera :

Le 5 juin à Nantes, le 16 juin à Lyon,le 17 juin à Aix-en-Provence, le 24 juin à Lille et le 26 juin à Paris.

Vous pouvez vous inscrire dès maintenant sur le site : calipia.com/briefing.

Voici le programme complet de cette édition :

1 – QUEL FUTUR POUR LES OS (OPERATING SYSTEMS) ?
Fort des réflexions actuelles des stratèges de Microsoft, Google, Apple et en partant de l’existant (Windows, iOS et Android), nous évoquerons dans cette session les grandes tendances d’évolutions des systèmes d’exploitation et leurs implications dans les environnements utilisateurs.
2 – ACTUALITE
Nous aborderons dans cette session l’actualité autour des technologies Microsoft et son écosystème. Nous traiterons en particulier des évolutions d’Office 365 et d’Azure, des évolutions de Windows. Nous aborderons les solutions pour gérer la fin de Windows 7 et Windows Server 2008. Mais aussi les nouveautés en matière de mobilité qui seront annoncées en mai et début juin (futures versions d’Android, iOS 14), etc.
3 – START-UPS, INCUBATEURS : QUELS APPORTS POUR LES ENTREPRISES ?
Dans le cadre de leur transformation digitale les entreprises s’appuient souvent sur des startups regroupées au sein d’incubateurs internalisés ou non. Cette intervention apportera un regard sur les différentes approches et retours d’expériences.
4 – TELETRAVAIL : USAGES ET SOLUTIONS
Après les évènements marquants des 12 derniers mois (grève des transports en commun et coronavirus), quels sont les usages de télétravail qui se sont développés et avec quelles solutions.
5 – L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : QUELLE REGULATION ?
L’Intelligence artificielle est qualifiée de GPT « General Purpose Technology » susceptible de s’insérer dans tous les secteurs de l’économie (Santé, Défense, Éducation, …). Dans ce cadre une régulation s’avère nécessaire pour en maîtriser les usages ; un état des lieux sur les actions en ce sens sera développé lors de cette intervention.
6 – IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU DIGITAL EN ENTREPRISE : ENTRE DÉBAUCHE ET SOBRIÉTÉ 9 – LINKEDIN : 4 ANS APRÈS LE RACHAT PAR MICROSOFT, OÙ EN EST L’INTÉGRATION DANS L’OFFRE MICROSOFT
L’utilisation du numérique en général et en particulier en entreprise est de plus en plus soumis à des critiques sur sa prise en compte des contraintes environnementales. Comment trouver la juste mesure ? Que nous dise les dernières études disponibles ? 4 ans ont passé depuis l’annonce du rachat de LinkedIn par Microsoft pour 26 milliards de dollars. Où en est l’intégration des solutions LinkedIn dans le portefeuille de Microsoft ?
7 – RANSOMWARE : COMMENT S’EN PRÉMUNIR ?

Après plusieurs attaques largement médiatisées, nous reviendrons sur le mode de fonctionnement des Ransomware, l’état des menaces bien réelles et surtout des moyens de les détecter et de les prévenir.

10 – QUEL FUTUR POUR YAMMER ?

Après son acquisition par Microsoft en 2012, Yammer a assisté à la montée en puissance de Teams, comme LA solution de référence pour la collaboration d’entreprise. Microsoft continue malgré tout d’investir dans Yammer, mais pour quel futur ?

8 – ADMINISTRATION DE MACHINES VIRTUELLES : L’OFFRE MICROSOFT

Nous ferons un point sur les outils mise en œuvre par Microsoft pour la gestion des machines virtuelles : Windows Admin Center et Hyper-V Manager en comparant les avantages et inconvénients de chacun.

11 – LES USAGES DE WHATSAPP EN ENTREPRISE : COMMENT S’EN PRÉMUNIR

L’application Whatsapp (facebook) est parfois (souvent ?) utilisée pour des communications entre collaborateurs, en mode Shadow IT. Quels sont les dangers de cette utilisation et quelles sont les alternatives à promouvoir ?

12 –ADMINISTRATION DES DONNÉES D’ENTREPRISE
Avec la transformation Digitale, l’entreprise doit faire face à un déluge de données qu’il convient de maîtriser, exploiter et préserver. Cette intervention a pour but de faire un état des lieux des outils, méthodes et réglementations autour de la gestion de ces données.
13 – PLATEFORMES « LOW CODE » : L’EXEMPLE MICROSOFT POWER PLATFORM
Microsoft propose avec la Power Platform des solutions de développement « low code » (ou no code), sur la promesse de permettre à des utilisateurs « lambda » de développer rapidement des applications. Quels en sont les usages et les limites ?
14 – LA DOMOTIQUE ET SES STANDARDS
En matière de domotique, les choses sont souvent bien trop compliquées pour l’utilisateur. Nous reviendrons sur les protocoles utilisés, les standards en jeu mais aussi les promesses de l’alliance Zigbee à laquelle adhère des sociétés en forte concurrence telles qu’Apple, Amazon et Google.

Renseignements et inscriptions sur le site : calipia.com/briefing.

Intégration des offres IoT de Cisco et Microsoft

Les 2 acteurs ont annoncé l’intégration de leurs offres respectives dans le domaine de l’IoT. Ainsi l’offre Edge Intelligence de Cisco, annoncée en janvier dernier, pourra se connecter au service Azure IoT Hub de Microsoft. Cisco Edge Intelligence est utilisée pour extraire et transformer les données afin de les utiliser avec différents services basés sur le cloud. Cisco pré-intégre sa solution à diverses plateformes IoT pour faciliter le partage des données.

Le service Microsoft Azure IoT Hub, lancé il y a quatre ans, est quant à lui utilisé pour la messagerie entre les applications et les dispositifs IoT. Il prend en charge les multiples protocoles utilisés par les dispositifs IoT.

Le service de provisioning d’Azure Iot Hub offre un provisioning zero touch pour les appareils IoT. Il valide les appareils, les enregistre auprès d’un hub IoT et ajoute un cryptage AES 256 bits pour les données au repos.

Les passerelles IoT de Cisco sont maintenant pré-intégrées pour fonctionner avec les solutions Azure basées sur le cloud, selon Vikas Butaney, vice-président de la gestion des produits IoT de Cisco, cité dans le communiqué commun.

Cette annonce s’insère dans les stratégies fortes développées par les 2 acteurs dans ce monde IoT. Leurs positions respectives, bien que concurrentes sur certains aspects (les devices IoT), laissent un champ de collaboration autour du cloud, essentiel pour Microsoft avec Azure, alors que Cisco s’arrête à cette limite. Nous avons pu mesurer à plusieurs reprises les ambitions de Microsoft dans ce domaine très porteur (voir exemple ici). Au travers de cette intégration, Microsoft compte bien voir s’accroitre la consommation de ses différents services Azure, tels que Microsoft Analytics et autre Machine Learning, afin de développer la valeur ajoutée des données collectées/générées par toutes les architectures IoT.

La Surface Duo de Microsoft pourrait arriver dès cet été

Microsoft avait créé la surprise en octobre 2019 en annonçant un smartphone double écran sous Android : le Surface Duo. Problème, le modèle n’arriverait pas avant fin 2020 d’après l’annonce… Entre temps, les smartphones double écran ne seront plus très originaux, on retrouve des modèles chez Huawei, Samsung, LG, etc.

Selon un nouveau rapport de Zac Bowden de Windows Central, il s’avère que le Surface Duo pourrait en fait être livré beaucoup plus tôt, dès cet été, en fait. Sa disponibilité pourrait être annoncée lors de la manifestation de printemps de Microsoft sur le matériel informatique, où nous attendons que la firme de Redmond annonce également le Surface Book 3 et le Surface Go 2.

Ce changement n’affecte pas le Surface Neo, qui dépend elle de son nouveau système d’exploitation basé sur Windows Core dont le bêtas publiques ne sont pas encore disponibles.

Selon Zac, le Surface Duo sera livré avec un Snapdragon 855, 6 Go de RAM et 64 Go de stockage dans le modèle de base, et il y aura d’autres configurations de RAM et de stockage. Il n’y aura pas de support 5G, donc avec l’ajout du chipset de l’année dernière, il est déjà en deçà des smartphones phares actuels. Aucune information non plus sur l’appareil photo du smartphone et l’on sait que cette information est importante pour ce type de matériel !

Microsoft va lancer son application antivirus sur iOS et Android cette année

defender iosIl y a presque qu’un an, Microsoft avait lancé en beta son logiciel antivirus Defender pour Mac, la société se prépare maintenant à proposer l’application sur iOS et Android. Sur iOS, les fonctionnalités offertes devraient se concentrer sur de la protection contre le phishing principalement.

Microsoft a annoncé qu’il partagera plus de détails sur Defender Advanced Threat Protection pour iOS et Android cette semaine lors de la conférence RSA.

Alors que la version Mac offre une protection antivirus et des analyses complètes de la machine, Les versions mobiles – en particulier sur iOS – qui arriveront dans le courant de l’année ne devraient pas offrir la même chose en raison des limitations d’Apple pour avec les applications qui descendent trop bas dans les couches Système..

Les clients mobiles Defender de Microsoft seront probablement très différents des versions de bureau, d’autant plus que la plateforme iOS d’Apple ne permet pas aux applications de rechercher des logiciels malveillants sur un iPhone ou un iPad. Il existe cependant une variété d’applications antivirus pour Android. Microsoft se joindra à ce marché en pleine croissance pour empêcher la présence de logiciels malveillants dans les applications Android qui sont chargées sur les appareils.

Microsoft n’a pas communiqué la date de sortie des versions iOS et Android, mais nous pourrions en entendre davantage cette semaine lors de l’annonce de la conférence RSA.

Microsoft dépasse pour la première fois les 150 000 employés… Et tout va bien coté embauches pour les autres aussi !

fouleA l’occasion de la présentation de ses résultats trimestriels Microsoft a indiqué que son effectif mondial était de 151 163 personnes au 31 décembre. Cela représente une augmentation de 7 000 personnes, soit près de 5 %, par rapport aux 144 106 personnes d’il y a six mois.

Près de 90 000 employés de Microsoft, soit près de 60 % de son effectif total, travaillent aux États-Unis. Et 53 973 personnes – 35 % de l’effectif de Microsoft – sont basées dans la seule région de Seattle, principalement sur le campus du siège social de la société.

Mais Microsoft a dépassé la barre des 150 000 personnes principalement en recrutant en dehors du siège social. Les nouvelles embauches ont été réparties à peu près à parts égales entre les bureaux nationaux et internationaux.

Coté concurrents :

  • Facebook a terminé l’année avec un effectif mondial de 44 942 personnes, soit un bond de 26 % par rapport à l’année précédente.
  • L’effectif d’Amazon a atteint 798 000 personnes à la fin de l’année, soit une augmentation de 23 % par rapport à l’année précédente, alors que le géant continue de renforcer sa division expédition et logistique.
  • Google a terminé le dernier trimestre avec 114 096 personnes dans le monde, soit une augmentation annuelle de près de 21 %.
« Entrées précédentes