Archives des étiquettes : Windows 10

Alexa s’intégrera mieux dans Windows 10

alexa windows 10Microsoft n’a pas réussi à imposer Cortana dans Windows 10. En mai dernier Cortana devenait une application distincte du Store en s’éloignant ainsi l’expérience globale de recherche intégrée dans le système d’exploitation. Dans les fait les déploiements en entreprise de masters Windows 10 supprimaient souvent Cortana en modifiant des clés de registre.

Microsoft envisage d’apporter certaines modifications du comportement des assistants vocaux afin de leur permettre d’être invoqué par un mot dès l’écran de logon. C ‘est bien sûr une option qui est testée actuellement pour Alexa d’Amazon. Ceci sera visiblement actif dans la mise à jour  19H2, qui devrait arriver à la rentrée.

Contrairement aux mises à jour d’automne précédentes, celle-ci sera beaucoup plus petite et contiendra moins de nouvelles fonctionnalités et de modifications.

Windows To Go : c’est fini !

C’est dans l’indifférence générale que Microsoft met fin à Windows To Go. Cette excellente idée imaginée par Microsoft il y a 8 ans (avec Windows 8), pourtant assez visionnaire sur les usages entreprise (peut-être même un peu trop) n’a visiblement pas convaincu…

Capture d’écran 2019-06-26 à 08.06.22

Pour rappel, Windows To Go permettait aux organisations de configurer des images de Windows gérées par l’IT sur des clés USB. Ces clés (bootables) pouvait ensuite être utilisées par des utilisateurs sur leur propres poste de travail et disposant ainsi d’une machine de l’entreprise. Celà fonctionnait sur tout type de poste disposant d’un processeur Intel (donc y compris un Mac ou une machine Linux).

Le dernier système d’exploitation client Windows prenant en charge le produit Windows To Go sera Windows 10 version 1903 (la «mise à jour de mai 2019»). Windows To Go est considéré comme « obsolète » pour cette version de Windows 10, ce qui signifie que Microsoft a mis un terme à ses efforts de développement.

Microsoft donne quelques explications sur cet abandon : « WTG ne prend pas en charge les mises à jour de fonctionnalités. Par conséquent, cela ne vous permet pas de rester à jour. De plus, WTG nécessite un type spécifique de lecteur USB que de nombreux OEM ne prennent plus en charge. ».

Dans les faits Microsoft n’a rien fait pour mettre à jour son système pour les nouvelles spécification USB, ce qui aurait été tout à fait possible. La véritable raison est donc le manque de succès du dispositif… Il faut dire que Microsoft l’avait limité aux éditions Entreprise et Éducation de Windows 10 (avec Software Assurance donc). De quoi en limiter l’usage dès le début ! Dommage car le succès aurait peut-être été au rendez-vous lorsque l’on voit la tendance actuelle de limiter l’immobilisation des postes pour certains utilisateurs ou prestataires…

Chromebooks : le projet « Campfire » visiblement abandonné

HP ChromebookAlors que les Chromebooks gagnent de plus en plus de parts de marchés y compris en entreprise (nous y reviendrons dans le détail lors du prochain Briefing Calipia qui commence dans 3 semaines : raison de plus pour ne plus tarder à vous y inscrire 🙂 ), Google semble abandonner son projet d’exécution de Windows 10 sur ces machines.

Nous vous parlions de ce projet en aout dernier. Selon les rapports, la fonctionnalité dont le nom de code était « Campfire » aurait été nommée « Alt OS » et nécessiterait jusqu’à 40 Go de stockage pour permettre le double démarrage. C’est donc beaucoup, mais ce n’est sans doute pas la raison de l’abandon possible : dans les derniers builds de Chrome OS et à propos des Chromebooks il est clairement indiqué maintenant par Google que l’installation de Windows 10 est fortement déconseillée.

Une pratique logique pour Google qui ne l’est pas rappelons le pour Apple qui met en oeuvre les technologies « Boot Camp » avec tous les drivers pour pouvoir installer Windows 10 sur un Mac…

Windows 10 : la 1903 en approche…

Windows 10La version 1903 de Windows 10 dite « mise à jour du 10 mai 2019 », sera disponible en tant que « preview » pour les Insider cette semaine. Les utilisateurs d’entreprise pourront logiquement commencer leurs déploiements ciblés à la fin du mois de mai, ce qui marquera le début de la période de maintenance de 18 mois de Windows 10 version 1903 dans le canal semi-annuel.

Cette mise à jour offre des fonctionnalités qui seront bienvenue pour les entreprises et largement demandées par tous. Après le dernier fiasco de la la mise à jour 1809, Microsoft à visiblement compris la leçon :

  • Ainsi, tous les utilisateurs de Windows 10, y compris les utilisateurs de l’édition Home pourront suspendre une mise à jour pendant 35 jours maximum (une pause peut être demandée pour 7 jours et renouvelée cinq fois de suite).
  • Les utilisateurs des versions 1803 et ultérieures auront l’option «Télécharger et installer maintenant» dans le système à partir de la fin du mois de mai. Si l’utilisateur ne désire pas faire la mise à jour l’option « Vérifier les mises à jour » sera toujours présente dans le système , mais uniquement pour obtenir des mises à jour mensuelles de sécurité et de corrections de bugs.

Microsoft promet de coordonner les mises à jour Windows et les mises à jour et le Microsoft Store afin de minimiser les perturbations des utilisateurs en les installant lorsque les ordinateurs sont inactifs. La fonctionnalité « heures actives » dans Windows 10, qui permet aux utilisateurs de déclarer quand ils ne souhaitent pas obtenir de mise à jour, aura une nouvelle option permettant d’ajuster automatiquement ces heures en fonction de leurs habitudes d’usages.

Fort de l’expérience de la 1809, Microsoft envisage de publier un nouveau « tableau de bord d’intégrité »  à la fin du mois qui montrera « des informations en temps quasi réel sur l’état actuel du déploiement  et sur les problèmes connus (ouverts et résolus) liés aux mises à jour mensuelles et de fonctionnalités« 

Cette version arrive donc bien plus tôt, ce qui correspond au fait que Microsoft prévoit de conserver plus longtemps le nouveau système d’exploitation en preview pour obtenir plus de retours avant la généralisation.

Nous reviendrons dans le détail sur tous ces éléments lors du prochain Briefing Calipia, en zoomant sur les options prises par les entreprises françaises dans le déploiement de Windows 10.

Microsoft teste le mirroring d’Android sous Windows 10

Microsoft avait annoncé en octobre dernier travailler avec son application « téléphone » sur la possibilité de recopier en direct l’écran d’un téléphone Android sur un PC Windows 10. Fonction que réalise Google avec Chrome OS ou encore Apple en standard pour entre iPhone et Mac. Selon les informations de MSPoweruser, la fonctionnalité est sur le point d’être prête pour les « insiders » (les personnes inscrites aux préversions de Windows 10).

your-phoneVous avez besoin pour cela de plusieurs choses :

  • D’un ordinateur prenant en charge le mode BTLE (Bluetooth Low Enegy)
  • D’un téléphone de la série Galaxy S8 ou Galaxy S9 exécutant Android 7.0 ou une version ultérieure. D’autres appareils seront ajoutés dans les prochaines semaines.

Il faudra néanmoins attendre un peu  si l’on en croit les informations publiées pour que celà soit disponible sous Windows 10 en version finale. Celà ne sera sans doute pas pret pour la toute prochaine version prévue (1903)…

Actuellement pour rappel l’application Téléphone ne vous permet d’envoyer et de recevoir des SMS qu’à partir d’un téléphone Android. Elle vous permet également d’afficher les deux dernières images de la galerie de votre téléphone.

Le Store Microsoft contenait quelques applications de minage de crypto-monnaies…

store windows 10Alors que le Store Microsoft semblait un des plus réputé en matière de sécurité, l’éditeur validant scrupuleusement toutes les applications (il faut dire aussi qu’il y a moins de travail à faire que sur le store Google ou Apple :)). Un nouveau rapport de la société Symantec affirme que la boutique Microsoft hébergeait plusieurs applications – potentiellement téléchargées par des milliers de personnes – exploitant des crypto-monnaies réalisant en sous tache du minage…

Dans un article de blog, Symantec a expliqué en détail comment elle avait trouvé au moins huit applications gratuites (maintenant supprimées par Microsoft) dans la boutique qui utilisait les ressources du processeur pour exploiter les crypto-monnaies sans l’autorisation de l’utilisateur. Ces applications fonctionnaient en arrière-plan et touchaient également les utilisateurs de Windows 10 S.

Bien que ces applications aient été créées sous trois noms de développeurs différents, l’inspection de leurs codes respectifs indique qu’elles pouvaient être créées par la même personne ou le même groupe de personnes.

Toutes les applications malveillantes en question étaient des applications Web encapsulées (PWA), qui ont commencé à envahir la boutique Microsoft en avril 2018. On se souvient de l’ouverture à ce type d’application par le géant de Redmond pour gonfler son magasin de nouveautés. Le rapport indique que ces applications minières ont été lancées dans la boutique entre avril et décembre 2018 et qu’elles ont collectivement totalisé plus de 1 900 avis. Cependant, le nombre de critiques et de téléchargements légitimes n’est pas précisé pour le moment, car ces chiffres peuvent être gonflés artificiellement pour améliorer la visibilité.

Le modèle des PWA est directement en cause dans ces problèmes. Une bibliothèque Javascript de Google (GTM) permet aux développeurs d’injecter du JavaScript de manière dynamique dans leurs applications. Cette technique peut alors être utilisé pour dissimuler des comportements malveillants ou risqués…

Windows 10 : bientôt le support des fichiers RAW en natif

Si vous vous intéressez à la photographie, vous savez ce qu’est un fichier RAW. Pour les autres, sachez que le format RAW, où plutôt les formats RAW, sont les formats natifs de votre appareil photo avant la transformation de la photo en Jpeg / png / heif et donc sa compression et son interprétation/ codage par l’algorithme de l’appareil photo (souvent très bon il est vrai). Maintenant dès lors que vous souhaitez « déboucher » une image trop sombre, recalibrer la balance de Blanc par exemple, le travail sur le fichier RAW avec des outils tel que Adobe Lightroom, Capture One, DXO Photolab etc est nécessaire.

C’est LA fonction principale dont on a besoin en tant que photographe (pro ou amateur) : pouvoir développer ses fichiers RAW dans un logiciel. On utilise souvent le terme « développer », par analogie avec ce que l’on faisait avec de l’argentique. Il s’agit ici d’ajuster quelques curseurs : balance des blancs, contraste, luminosité, saturation,  couleurs, netteté etc pour sublimer sur image. Autant de chose que l’on ne fait pas très bien sur un jpeg car une partie de l’information a déjà été perdu lors de sa conversion par l’appareil. Travailler en RAW c’est donc en gros travailler en « natif ». Contrainte importante néanmoins, il y a presque autant de formats RAW que de type d’appareils photos !

le format RAW est donc très prisés par les photographes experts, de par l’absence de compression et de traitement des images générées par le capteur. Si sur un Mac (sous macOS) on peut nativement ouvrir et d’exploiter les métadonnées de ces fichiers depuis plusieurs années (et Apple met régulièrement à jour les différents formats RAW supportés en fonction des différents appareils photo) , cette possibilité est (malheureusement) manquante sur Windows. La visionneuse « traditionnelle » (historiquement présente sous Windows 7) et l’application Photos (qui utilise la bibliothèque logicielle Windows Imaging Components) ne gèrent que les formats « standards » comme le JPEG, le PNG, le BMP, le GIF, etc.

Mais cela devrait rapidement changer : une nouvelle version destinée aux Insider, la Build 18323, a été dévoilée par Microsoft dans un récent post de blog.

Lire la suite

« Entrées précédentes