Archives des étiquettes : Windows 10

Préversions de Windows 10 21H2 et WINDOWS 11 pour les entreprises

Microsoft vient d’annoncer en fin de semaine dernière que les « versions préliminaires commerciales » de Windows 11 et de Windows 10 version 21H2 sont disponibles pour être testées par les organisations qui participent au programme Windows Insider pour les entreprises.

Les participants actuels au programme Windows Insider pour les entreprises se verront proposer Windows 11 automatiquement sous la forme d’une mise à jour facultative. Ils auront la possibilité de « Rester sur Windows 10 pour le moment ». S’ils restent, alors ils se verront proposer une mise à jour optionnelle vers la version 21H2 de Windows 10.

Bien entendu, cette proposition devra se faire si votre matériel accepte Windows 11, ce qui risque d’être plus compliqué à savoir… Car si les exigences sont relativement claires en particulier pour le support de TPM V2.0 et une liste de processeurs tenue à jour par Microsoft sur cette page. Les choses sont plus complexes dans la réalité car il faut également que le constructeur du PC test et mettre à jour ces drivers, Bios, etc. Et la seule méthode pour le savoir est d’aller sur les pages de support du constructeur, et l’on tombe parfois sur certaines incohérences comme nous l’avons vu de notre coté avec des processeurs non supportés dont on apprend que la mise à jour serait disponible d’après le constructeur (une bonne nouvelle dans ce cas si c’est vrai…) parfois c’est dans l’autre sens… Pas facile de savoir qui croire. Allez faire un tour sur les pages de support de Dell par exemple ici

Nouveauté pour ces versions préliminaires : Microsoft promet de fournir un support gratuit aux « petites et grandes entreprises » qui pourraient rencontrer des problèmes. Donc des bêtas supportées ?

Les entreprise utilisant WSUS ou Microsoft Endpoint Manager peuvent accéder directement aux previews commerciales de Windows 11 et Windows 10 version 21H2. Ces OS apparaîtront dans la catégorie « Windows Insider Pre-release ». Microsoft avait également annoncé en début de semaine dernière l’ajout de nouvelles fonctionnalités Pour Endpoint Manager, dont certaines aident à évaluer les mises à niveau des périphériques Windows 11. Microsoft décrit ces fonctions comme faisant « partie du service Microsoft Productivity Score ». Elle est également décrite comme un « service cloud de Microsoft Endpoint Manager ».

En ce qui concerne Windows 10, pour accéder à la version 21H2 de Windows 10, les appareils fonctionnant sous la version 2004, version 20H2, ou version 21H1 peuvent utiliser directement package d’activation pour mettre à jour vers la version 21H2. Les appareils fonctionnant avec des versions antérieures à la 2004 devront d’abord effectuer un changement complet de système d’exploitation pour recevoir la version 21H2.

Refonte de l’interface de Windows 10 en approche…

Vous le savez, Microsoft travaillerait sur une refonte visuelle de Windows 10 dont la sortie souvent repoussée, nous vous en parlions lors du dernier Briefing Calipia, et nous manquerons pas d’aborder cela lors du prochain en juin. Cette mise à jours dont le nom de code est Sun Valley, également appelée « version 21H2 » est prévue pour octobre/novembre prochain. Elle devrait introduire selon l’éditeur un « rajeunissement visuel radical de Windows », y compris une nouvelle interface pour le menu Démarrer, des améliorations significatives pour l’Explorateur, etc. Ce rajeunissement de l’interface est un point clé face aux évolutions de ChromeOS qui continue de gagner des parts de marchés de façon jugée très inquiétante pour Microsoft.

Ainsi parmi ces améliorations, Microsoft semble travailler sur un menu Démarrer flottant, qui apparaîtra visuellement séparé de la barre des tâches. Selon les nouveaux changements de code dans les versions préliminaires, le design flottant est également en préparation pour le menu de la barre des tâches. Il est même possible d’avoir aussi un avant gout de certaines fonctions comme le menu contextuel flottant de la barre de tâches qui lui aussi devient flottant en bidouillant un peu les dernières builds.La fonctionnalité est actuellement cachée derrière l’indicateur expérimental « JumpListRestyledAcrylic », qui peut être activé si vous déboguez le ShellExperienceHost.exe en utilisant Visual Studio et définissez « JumpListRestyledAcrylic » à visible.

Alors que jusqu’à présent, nous n’avions vu le design de Windows 10 Sun Valley que dans des maquettes. Aujourd’hui, nous avons un premier aperçu du code réel dans les versions préliminaires, avec visiblement une généralisation de ces menus flottants. Les menus flottants sont quelque chose que nous avions déjà vu dans les versions préliminaires de Windows 10X mais aussi déjà actif dans d’autres systèmes d’exploitation comme macOS.

Selon des indiscressions, Microsoft devrait organiser un événement « What’s new for Windows » en mai. Cet événement spécial pourrait également être une session plénière de la conférence Build 2021, qui débutera la dernière semaine de mai. Cette mise à jour sera finalisée en mai et commencera à être déployée auprès des consommateurs en octobre ou novembre. Au dernière nouvelles, avant le lancement de Sun Valley, Windows 10 devrait néanmoins recevoir la mise à jour 21H1 « Spring 2021″… Nous en saurons sans aucun doute beaucoup plus fin mai lors de la Build. Juste à temps pour tout synthétiser pour le Briefing de Juin !

Derniers articles du Blog sur Windows 10

Préversions de Windows 10 21H2 et WINDOWS 11 pour les entreprises

Microsoft vient d’annoncer en fin de semaine dernière que les « versions préliminaires commerciales » de Windows 11 et de Windows 10 version 21H2 sont disponibles pour être testées par les organisations qui participent au programme Windows Insider pour les entreprises. Les participants actuels au programme Windows Insider pour les entreprises se verront proposer Windows 11 automatiquement

Des fonctions cloud et tunneling dans Microsoft Endpoint Manager 2103

Des nouveautés interessantes et assez attendues sont offertes dans EndPoint Manager en version 2103 disponible ce mois. Il sera ainsi possible de déployer des machines Windows 10 en utilisant le mode de déploiement « Windows 10 in Cloud Config ». C’est pour rappel selon Microsoft « un moyen d’effectuer des déploiements de Windows 10 en utilisant ses paramètres

Microsoft : le « project Reunion » est enfin disponible mais en version très limité

Nous vous en parlions sur le blog Calipia en mai 2020, lors de la Build de l’année dernière, Microsoft avait annoncé le Projet « Reunion », projet devant permettre de réunir la Universal Windows Platform (UWP) et les applications Win32 en découplant les API du système d’exploitation lui-même et en les rendant disponibles pour être utilisées ensemble

Des fonctions cloud et tunneling dans Microsoft Endpoint Manager 2103

Des nouveautés interessantes et assez attendues sont offertes dans EndPoint Manager en version 2103 disponible ce mois. Il sera ainsi possible de déployer des machines Windows 10 en utilisant le mode de déploiement « Windows 10 in Cloud Config ». C’est pour rappel selon Microsoft « un moyen d’effectuer des déploiements de Windows 10 en utilisant ses paramètres recommandés simplifiés », mais surtout accessible depuis tous les lieux, chose importante aujourd’hui !

Mas attention cette configuration ne convient pas à toutes les entreprises, et pas en particulier les plus grandes qui disposent de beaucoup de personalisation du système. Cette fonction est conçu pour les organisations qui fournissent le même ensemble d’applications à tous les utilisateurs finaux, sans ajouter de personnalisations et sans avoir de dépendances sur site. Autre points : les machines doivent être reliés à un domaine Azure Active Directory et la gestion des appareils doit se faire fait par le biais de Microsoft Intune (la solution de gestion des appareils mobiles incluse dans les abonnements à Microsoft Endpoint Manager). Donc en résumé, une fonction interessante pour de petites organisation qui on choisi d’appuyer largement leur gestion de machines et utilisateurs dans Cloud avec les services de Microsoft… De plus, nous avons alors besoin d’abonnements à Microsoft Intune, Azure Active Directory Premium P1, Microsoft Teams, OneDrive for Business et au moins l’édition Pro de Windows 10 pour mettre en oeuvre ces fonctions. Amusant de voir dans la liste de Microsoft l’usage de Teams !

Autre nouveauté interessante, l’usage de Microsoft Tunnel (en beta). Pour rappel, Microsoft Tunnel avait été présenté pour la première fois en tant que beta publique lors de la conférence Ignite de Microsoft en septembre. Il est utilisé pour connecter des appareils mobiles aux ressources réseau d’une entreprise. Il prend en charge les réseaux privés virtuels, le tunnelage fractionné et l’utilisation du service de conformité d’accès conditionnel de Microsoft. La version de service 2103 de Microsoft Endpoint Manager fournit désormais de nouvelles « mesures de performance et de santé » pour les utilisateurs de Microsoft Tunnel via le « Heath Check Tab ». Il affiche « les quatre principaux contrôles de santé – CPU, mémoire, latence et votre certificat TLS « , explique le communiqué. Microsoft indique que l’on peut dès maintenant utiliser ces fonctions (assez stables) alors que le service lui même est encore en beta.

Des avancées aussi côté intégration des machines Apple dans l’entreprise. Ainsi pour les machines fonctionnant avec le processeur Maison d’Apple (le M1) Microsoft Endpoint Manager déploiera les applications Microsoft 365 en tant que versions dites « universelles », terme utilisé par Apple pour désigner les logiciels fonctionnant sur processeur et sur les processeurs Intel. Microsoft a également étendu le nombre d’appareils iOS ou macOS par jeton d’inscription. L’ancienne limite était de 60 000 appareils maximum par jeton. Elle est désormais de 200 000 appareils maximum par jeton. De quoi faciliter le déploiement d’Apple dans de très grandes organisations…

Microsoft : le « project Reunion » est enfin disponible mais en version très limité

projectreunion

Nous vous en parlions sur le blog Calipia en mai 2020, lors de la Build de l’année dernière, Microsoft avait annoncé le Projet « Reunion », projet devant permettre de réunir la Universal Windows Platform (UWP) et les applications Win32 en découplant les API du système d’exploitation lui-même et en les rendant disponibles pour être utilisées ensemble sans avoir besoin de la dernière version de Windows 10. Un moyen crucial pour l’entreprise d’étoffer le catalogue des applications Windows « moderne ». Aujourd’hui, la version initiale du projet est disponible en version 0.5.

Cette version initiale vient avec quelques limitations, mais elle a déjà un travail de base important effectué. Elle prend en charge WinUI 3, WebView 2 et .NET 5, de sorte que vous pouvez déjà créer des applications de bureau avec toutes ces technologies avec une prise en charge de la version de Windows remontant jusqu’à la version 1809 de Windows 10. Avec Project Reunion, vous avez accès aux fonctionnalités Win32 ainsi qu’aux « technologies et fonctionnalités modernes de Windows », qui sont généralement conçues autour de l’UWP.

Mais attention c’est ici une version assez limitée pour ne pas dire plus :

  • Vous ne pouvez pas encore construire des applications autonomes, donc non encapsulé dans le Runtime du « Project Reunion », cette prise en charge indiquée dans les plans de l’éditeur est pour plus tard cette année sans qu’aucune date ne soit connue actuellement.
  • Vous ne pouvez également créer que des applications de bureau traditionnelles, et non des applications UWP.
  • Il n’y a pas de support pour les applications multifenêtres – alors même que ces fonctionnalités soient officiellement disponibles dans la version 0.5 actuelle. Microsoft a limité intentionnellement les fonctionnalités dans cette version dites « stable » et à donc supprimer les moyens d’utiliser les fonctions encore trop instables.

Microsoft a également mis en avant un certain nombre de partenariats qui permettront d’intégrer Project Reunion à d’autres plateformes. L’un d’entre eux est la plate-forme Uno, qui permet aux développeurs de porter des applications basées sur WinUI sur plusieurs plates-formes, notamment WebAssembly, Android et iOS.

Pour commencer à utiliser Project Reunion, vous aurez besoin de Visual Studio 16.10 Preview ou d’une version plus récente, et de l’extension Project Reunion 0.5. Vous pouvez suivre ces étapes pour configurer tout cela.

Il est impératif pour Microsoft d’étoffer le plus rapidement possible son catalogue applicatif Windows dit « Modern », il en va de la crédibilité et de l’adhérence à son OS Windows face aux concurrents de plus en plus menaçant tels que ChromeOS et les alternatives mobiles bien entendu : iOS et Android. Ne pas oublier aussi la plateforme Apple avec ses processeurs maison qui risque bien de changer les cartes dans les années à venir compte tenue des rapports prix / performance. Il serait bête que six mois après le lancement de la plateforme M1, cette dernière dispose de plus d’applications natives que celles sous UWP qui existe depuis… 2012 (introduite avec Windows 8).. et nous en sommes pas loin ! A moins que la « Windows+Office Company » ne devienne plus rapidement encore la « Teams + Azure Company »…

Windows 10X encore une fois repoussé, la feuille de route de Windows devient assez floue

Windows 10X doit être le renouveau de Windows 10 et permettre à Microsoft de lutter plus efficacement face aux Chromebooks de Google qui gagnent jour après jour des parts de marché. Souvenez-vous, il a d’abord été annoncé en octobre 2019 comme un OS pour les appareils à double écran, sortant même quelques émulateurs que vous pouvez toujours télécharger. Le dernier de ces émulateurs a été publié il y a une an maintenant en mars 2020. En mai 2020, changement de stratégie, non seulement il a été retardé, mais il a été réorienté vers les PC d’entrée de gamme à écran unique (et donc en frontal des Chromebooks de Google…

Windows 10X devait être finalisé à un moment donné ce printemps, pour des machines devant sortir dans la seconde moitié de cette année. Mais plus de communication là dessus depuis 3 mois. La dernière fois que quelqu’un a entendu parler de ce sujet de la part de Microsoft, Windows 10X allait encore supporter nativement les applications Win32, mais nous savons par des fuites que ce ne serait plus le cas.

En octobre 2019, alors que Microsoft présentait sa tablette Windows à double écran Surface Neo qui devait sortir fin 2020 sous justement ce fameux Windows 10X. Nous sommes en mars 2021, toute trace de Surface Neo a été effacée du site Web de l’entreprise, et apparemment, il ne sera pas disponible avant 2022…

Entre temps Microsoft à sorti y compris en France sa Surface Duo, son téléphone Android à double écran, dont les spécifications technique en rapport au prix proposé font qu’après un bide aux USA, il s’oriente à coup sur également sur un bide en Europe, pas si difficile à prévoir à un tel prix.

Mais alors que ce passe-il aussi côté Windows 10 « canal historique » ?

Le problème est que chaque retard de Windows 10X, a jusqu’à présent, aussi sérieusement affecté le développement de Windows 10. L’automne dernier, Windows 10 a reçu une mise à jour mineure (normal suivant les cadences que prévoit Microsoft) , mais Windows 10X repoussé au printemps, Windows 10 reçoit donc une autre mise à jour mineure pour 21H1… et finalement c’est maintenant la version 21H2 de Windows 10 qui est censée être une mise à jour majeure, apportant avec elle de grands changements d’interface (commune à Windows 10X) qui ont pour nom de code Sun Valley. Pas simple de s’y retrouver. Avec un nouveau retard de Windows 10X la mise à jour majeure de Windows 10, pourrait être repoussé encore d’un an et n’intervenir qu’au printemps 2022.

Pendant ce temps ChromeOS progresse, MacOS également, profitant de l’engouement autour des nouveaux processeurs Apple M1. Et dans un contexte ou les adhérences applicatives à Windows sont de plus en plus faibles…

Une nouvelle puce de sécurité chez Microsoft

Microsoft vient, hier soir, d’annoncer Pluton, sa nouvelle puce de sécurité pour les PC sous Windows 10. Elle est destinée à assurer l’intégration matérielle et logicielle telle que celle sui existe déjà sous Azure Sphere mais également dans la Xbox One.

L’idée est donc est donc d’intégrer cela sur la carte mère des nouveaux PC. Actuellement cette fonction est assurée par le Trusted Platform Module (TPM), qui est en réalité séparé de l’unité centrale. Le problème avec cette méthode est que, bien que le TPM soit efficace, les attaquants peuvent cibler le canal entre le TPM et l’unité centrale. C’est le maillon faible… Microsoft compte donc proposer ici une solution plus intégrée à la manière de ce que propose déjà par exemple Apple sur ces nouveaux Mac.

Microsoft a déclaré qu’il travaillait avec Intel, AMD et Qualcomm sur ce point. AMD de son coté a affirmé qu’il sera le premier à mettre en oeuvre cette technologie qui risque bien de devenir la norme. a dit qu’elle sera la première à l’utiliser. C’est vrai qu’AMD à déjà travaillé sur des choses similaires sur l’Xbox One.

Logiquement Pluton travaillera conjointement avec BitLocker et System Guard. Garantissant ainsi le fait qu’un logiciel malveillant ne puisse ainsi limiter le fonctionnement de ces deux composantes. On sait qu’il s’agit d’une technique habituelle pour ces derniers.

Une refonte de l’interface pour Windows 10 dans un an…

Selon un rapport du bien informé Zac Bowden de Windows Central, l’interface de Windows 10 devrait pas mal évoluer au deuxième semestre 2021. Le projet aurait pour code Sun Valley avec au programme une refonte importante du menu démarrer, de la barre de tâches, l’explorateur de fichiers, des applications natives.

La première idée qui vient en tête est de se dire que cette nouvelle interface pourrait-être la même que celle du nouveau système d’exploitation de Microsoft : Windows 10X, qui se fait de plus en plus attendre et qui repoussé en permanence. Mais ce n’est à notre avis aussi peut-être pas le cas. Microsoft avait payé cher la confusion d’OS avec Windows 8 et Windows 8 RT pour les utilisateurs qui s’attendait logiquement aux mêmes applications et au même fonctionnement. On connait le résultat et la désillusion qui s’en est suivie. Cette fois Microsoft pourrait mettre en oeuvre une interface différente.

Cette nouvelle version d’interface apparaitrait dans la mise à jour 21H2 (nom de code Cobalt) et comme d’habitude de petits changements devraient arriver dans les mois qui viennent pour les Insiders, histoire de tester les nouveaux concepts.

Alors que de nombreuses autres plates-formes du marché ont été entièrement repensées ou modernisées au cours des cinq dernières années, et bien que Windows 10 ait subi des itérations de conception mineures avec l’introduction de Fluent Design, nous n’avons pas assisté à une refonte significative de son interface utilisateur. Ce serait l’objectif de cette mise à jour. Sans surprise ce projet serait mené par l’équipe Windows Devices and Experiences, dirigée par le Panos Panay, qui a pris en charge cette division en février dernier. Microsoft a annoncé en mai que la société « réinvestirait » dans Windows 10 à l’horizon 2021,  » Sun Valley » serait le résultat de ce réinvestissement.

Nous aborderons ce sujet en introduction du prochain Briefing Calipia. Cette introduction fera le point sur les évolutions des OS chez Microsoft mais pas seulement avec en particulier les approche de Google et la refonte annoncée avec Fushia OS qui se veut une évolution de Chrome OS mais aussi d’Android. Nous aborderons aussi bien entendu les évolutions prévues avec Windows 10X.

Le Codec AV1 sera supporté en natif dans Windows 10

Ce Codec ne vous dit peut-être pas grand chose, un petit rappel… En 2015, de nombreuses entreprises, dont Microsoft, Google, Netflix, Amzon, Cisco, Intel et Mozilla, ont uni leurs forces pour former l' »Alliance for Open Media » (AOM) dans le but de créer des formats et des technologies de médias ouvertes. En 2018, le consortium a lancé le format de codage vidéo AV1, que Netflix a également commencé à utiliser dans son application mobile Android au début de l’année 2020.

Microsoft a annoncé qu’avec la prochaine génération de matériel , il commencera également à prendre en charge le format AV1 sur les machines Windows 10. Une bonne nouvelle pour garantir une meilleures lisibilité des compatibilité avec les différents composants (processeurs, cartes vidéo) et applications. Une fois intégré dans l’OS on peut imaginer que les choses seront plus simple à gérer.

Le codec AV1 offre une compression 50 % plus performante que le H.264 et 20 % plus performante que le célèbre VP9. Pour rappel le VP9 avait été développé par Google en 2012, sans redevance associée à son usage (et maintenant intégré en standard à Chrome, Firefox et Opera : intégré à la balise vidéo d’HTML5). Microsoft précise également dans sa communication que puisque l’AV1 est accéléré via le matériel plutôt que d’être dépendant du logiciel, il réduit également l’utilisation de la batterie sur les appareils mobiles. Ce qui est toujours appréciable dans la course à l’autonomie des ultra-portables.

Si le sujet vous intéresse et que vous désirez en savoir plus sur AV1 rendez-vous sur cette page.

Une fonction dans Windows 10 pour augmenter l’usage de Skype ?

Dans la dernière version de Windows 10 (Insider Preview Build 20221) publiée cette semaine, Microsoft a introduit une nouvelle fonction de création à la volée de vidéoconférence sous Windows 10. Cette nouvelle fonctionnalité – Meet Now – se présente sous la forme d’une icône dans la barre des tâches . Elle permet de démarrer rapidement une réunion ou de rejoindre une réunion programmée à laquelle vous avez été invité. Cette intégration est assurée par la version grand public de Skype. Objectif pour Microsoft, redonner de l’attrait à son produit an perte de vitesse face à Messenger / Zoom et… Teams dans une certaine mesure. La communication de l’éditeur tout azimut sur Teams éclipsant largement Skype grand public, alors même que ce dernier annonce l’arrêt à terme de Skype Entreprise. Autant dire que la communication de l’éditeur est tout sauf limpide vis à vis de Skype aux oreilles de nombreux clients…

Cette fonction « Meet Now » n’est pas nouvelle en soi. Elle est arrivée sur Skype au début de l’année pour améliorer l’expérience de visioconférence, mais n’était accessible que dans le programme Skype. Aujourd’hui Microsoft offre un accès direct beaucoup plus simple.

L’idée de cette fonction est de permettre aux utilisateurs de Windows 10 de se connecter avec n’importe qui et de créer facilement un espace de collaboration en deux clics seulement. C’est gratuit, et aucune inscription ou téléchargement n’est nécessaire. Les participants peuvent ensuite facilement rejoindre les réunions, qu’ils aient un compte Skype ou non, et cela depuis n’importe quel appareil – mobile ou poste de travail traditionnel.

Pour lancer un appel vidéo, il suffit de cliquer sur l’icône « Meet Now » dans la barre d’état système, puis de cliquer/taper sur « Create a meeting » (Créer une réunion dans la version française). Meet Now ouvrira alors une fenêtre du navigateur pour lancer la réunion. Vous pouvez modifier le nom de la réunion et partager le lien de la réunion avec d’autres personnes. Une fois que vous êtes prêt, allumez votre micro et/ou votre caméra selon vos préférences, et cliquez/appuyez sur le bouton Start Meeting, et c’est tout 🙂

Si quelqu’un vous a envoyé un lien de réunion, il vous suffit de cliquer sur l’icône « Meet Now », puis de cliquer sur « Join a meeting ». Il suffit de coller le lien communiqué dans la fenêtre du navigateur , de cliquer sur « Participer » et c’est parti. Attention : seuls Microsoft Edge et Google Chrome sont officiellement pris en charge à l’heure actuelle.

Alors si cette fonction est bien présente dans les futures versions de Windows 10, reste à savoir si elle pourrait être « branchée » sur d’autres outils de visio, et bien sûr pourquoi pas Teams ! Nous tacherons d’obtenir l’information et nous aurons l’occasion d’en reparler lors du prochain Briefing Calipia en décembre avec un point complet sur Teams et ses évolutions.

Les service Microsoft Universal Print, basé sur le cloud, est dispo en beta publique

Nous vous en parlions, alors qu’elle était en beta privée,  la solution d’impression de Microsoft basée sur le Cloud est maintenant accessible à tous.

Alors que les impressions sont un service qui est encore largement géré en local, avec souvent une complexité importante, la solution proposée par Microsoft propose de gérer tout ceci dans le cloud, plus simplement (c’est en tout cas l’objectif). En gros le service proposé reprend la fonctionnalité d’impression de Windows Server et la fait passer par Azure. Les administrateurs peuvent visualiser sur un tableau de bord toutes les imprimantes enregistrées par le service, et bien évidemment, ils peuvent utiliser ce tableau de bord pour les gérer.

Universal Print

Il est évident qu’aucune imprimante ne prend en charge cette fonctionnalité en natif pour l’instant, vous devrez donc utiliser une application proxy d’impression universelle. Au départ, Microsoft avait dit qu’il travaillait avec Canon sur ce sujet, mais cette fois-ci, il a juste dit qu’il travaillait avec les fabricants d’imprimantes, on peut donc supposer qu’il y a plus de partenaires concernés mais que rien n’est encore figé actuellement.

Du point de vue de l’utilisateur final, rien ne change. Ils peuvent continuer à imprimer comme ils l’ont toujours fait. Cela devrait être un peu plus facile pour l’informatique, tout comme la migration vers le cloud a tendance à l’être, car il y a moins de matériel à gérer. Vous devrez utiliser à minima la version 1903 de Windows 10 Enterprise ou Education, et vous aurez besoin sans surprise d’une infrastructure Azure AD.

 

« Entrées précédentes