Archives des étiquettes : Windows 11

ChromeOS toujours une source d’inspiration pour Windows 11…

Tous les observateurs avaient noté la ressemblance entre l’interface de Windows 11 et ChromeOS. le centrage des icônes de lancement, l’accès aux paramètres, les bureaux virtuels, etc. Aujourd’hui Microsoft ajoute une recherche web optionnelle au bureau de Windows 11 dans la dernière version Insider Preview du système d’exploitation (25120).

Toutes les personnes inscrites à la dernière version préliminaire de Windows 11 ne verront pas le nouveau champ de recherche, mais celles qui le voient et ne l’aiment pas peuvent désactiver la fonction en cliquant avec le bouton droit de la souris sur le bureau, en sélectionnant « Afficher plus d’options », puis en désactivant « Afficher la recherche ». Autre point marquant, cette recherche ne se fait qu’au travers du moteur Bing de Microsoft. C’est de bonne guerre.

Contrairement à la fonction de recherche (elle aussi au centre de l’écran) qui est accessible sur MacOS en tapant « Command »+ »Espace », il s’agit ici d’une recherche Web plutôt que d’une recherche système (que vous pouvez ajouter à la barre des tâches dans Windows 10 et 11). La fonction se contente alors de lancer systématiquement Edge et une recherche sur Bing… Personnellement je vois pas bien l’intérêt (or celui de Microsoft) d’une telle fonction déjà largement accessible dans le navigateur (et paramétrable sur un autre moteur de recherche que Bing :))

En tout cas c’est déjà sur la toile le début des polémiques en demandant à Microsoft que ce moteur de recherche soit paramétrable…

Windows 11 : de nouvelles fonctions d’accessibilité en approche

Microsoft a annoncé quatre nouvelles fonctionnalités d’accessibilité qui seront intégrées à la version finale de la mise à jour de Windows 11 (dont la version finale est prévue d’ici peu). Au programme une expérience « Focus » plus immersive, des sous-titres en direct pour l’ensemble du système, des outils d’accès vocal plus puissants et des voix plus naturelles pour le Narrateur.

La nouvelle fonction de Focus comprend une option permettant d’activer Ne pas déranger à partir du centre d’action. Ce nouveau paramètre Ne pas déranger donne maintenant la possibilité de classer par ordre de priorité les notifications que vous souhaitez voir s’afficher lorsqu’il est activé. Au démarrage Windows 11 activera la fonction Ne pas déranger et désactivera les badges de la barre des tâches, et lancera un minuteur pour vous rappeler de faire des pauses régulières. Cette fonction est intégrée à l’application Horloge et à Spotify.

Les sous-titres en direct sur tout le contenu audio permettra au système de transcrire automatiquement le contenu de tout clip. Chose interessante : cette fonctionnalité fonctionne sans connexion Internet, les sous-titres étant générés en local. Cette fonctionnalité est déjà disponible pour les Insiders de Windows 11.

Il sera aussi possible d’ouvrir et passer d’une application à l’autre, de naviguer sur le Web, lire et rédiger des emails en utilisant la voix plus simplement. Lorsque vous activez l’accès vocal pour la première fois, Windows 11 vous invite à télécharger un modèle vocal pour la reconnaissance vocale de l’appareil afin de vous aider à démarrer, un peu comme s’était déjà le cas dans les précédentes version. On retrouve ici les fonctions inaugurées jadis avec Cortana sous Windows 10.

Microsoft est enfin en train d’ajouter des voix naturelles pour le Narrateur afin de permettre aux personnes malvoyantes de profiter de scénarios tels que la navigation sur le Web, la lecture, la rédaction de courriers électroniques, etc.

La mise à jour Windows 11 22H2 ne se limite pas à ces nouvelles fonctionnalités d’accessibilité.
Vous pouvez lire toutes les nouvelles fonctionnalités de Windows 11 ici.

Nous reviendrons en synthèse sur l’ensemble des fonctionnalités d’accessibilité dans les systèmes Windows mais aussi Android et iOS dans une session dédiée du prochain Briefing Calipia.

Beaucoup de nouvelles fonctions de sécurité interessantes à venir dans Windows 11

Microsoft a dévoilé une série de fonctionnalités de sécurité interessantes qui seront bientôt disponibles dans Windows 11 (certaines fonctions sont déjà présentes dans les builds Insiders). Voici en résumé ces nouvelles fonctions. Nous reviendrons là dessus lors du prochain Briefing en juin.

1 – Un nombre plus important de PC équipés de la puce Pluton

Nous vous en parlions sur le Blog, Microsoft pousse les constructeurs à mettre en oeuvre sa puce dédiée sécurité (sur le modèle de l’enclave sécurisé T2 d’Apple sur ses Mac). Logiquement de nombreuses machines devraient arriver sur le marché d’ici septembre équipé de la puce. Microsoft a mis en avant le fait que Pluton sera le seul processeur qui sera amélioré et mis à jour directement par le biais de Windows Update. Nous le savons, Pluton est un élément clé pour Microsoft dans le cadre de la migration des entreprises vers Windows 11, ainsi, l’éditeur précise s’il en était besoin que Pluton est optimisé pour Windows 11 et souligne l’investissement de Microsoft dans la stratégie de sécurité « chip to cloud ».

2 – Intégrité du code protégée par un hyperviseur

Microsoft a annoncé également que l’intégrité du code protégée par un hyperviseur (HVCI) sera également activée par défaut pour un plus grand nombre de dispositifs Windows 11. Cela permettra , nous vous en parlions sur le blog également de protéger les machines contre les pilotes infectés et malveillants. La liste de blocage des pilotes vulnérables s’appuiera sur HVCI et Windows Defender Application Control (WDAC) . Il s’agit d’une mesure d’atténuation au niveau du noyau qui sera activée par défaut.

3 – Intégration plus large de Smart App Control

Microsoft fournira également Smart App Control avec les nouveaux appareils Windows 11. Cette solution ira au-delà des protections intégrées à Edge pour couvrir toutes les applications non signées et malveillantes. Smart App Control est controlé par une IA pour s’assurer que seules les applications sûres sont autorisées à s’exécuter. Attention néanmoins seules les nouvelles machines bénéficieront de cette fonction. Pour les machines existante il faudra les réinitialisés et faire l’objet d’une installation propre pour pouvoir en bénéficier.

4 – Meilleure détection des tentatives de phishing

Microsoft annonce également une meilleure détection et prévention du phishing avec Microsoft Defender SmartScreen qui alertera les utilisateurs lorsqu’ils insèrent des informations d’identification dans une application ou un site Web malveillant. De même, Credential Guard, qui utilise des capacités de sécurité basées sur la virtualisation, sera activé par défaut dans Windows 11. La protection supplémentaire de l’autorité de sécurité locale (LSA) pour confirmer l’identité des PC Windows 11 reliés à l’entreprise sera également mise en œuvre par défaut dans le système d’exploitation à l’avenir sans que l’éditeur ne donne de date pour cette dernière fonction.

5 – Protection des données personnelles

La protection des données personnelles fait également son apparition dans Windows 11. Pour accéder aux données privilégiées, les utilisateurs devront d’abord s’authentifier via Windows Hello for Business. Ainsi, si l’appareil est volé ou égaré, il ne sera pas possible au voleur d’accéder aux données sensibles.

6 – Surveillance de la Registry

Enfin, c’est pas nouveau dans Windows 11 mais Microsoft a également rappelé l’existence de Config Lock, qui peut être utilisé pour surveiller les clés de registre et s’assurer qu’elles sont conformes à ce qui a été définie par l’informatique interne.

Déploiement de Windows 11 en entreprise : Microsoft montre l’exemple

Sans surprise, Microsoft a annoncé la semaine dernière avoir terminé avec succès le déploiement de Windows 11 en interne sans rencontrer de problèmes (le contraire n’aurait pas forcément été mise en avant on l’imagine bien :)).

Le déploiement du nouveau système d’exploitation Windows auprès de ses clients est sans doute l’une des priorités les plus importantes pour Microsoft, et alors que l’entreprise ne mettait pas trop la pression auprès de ces derniers pour passer de Windows 10 à Windows 11, il y a de grandes chances, que cela change à court terme. Mais avant cela il fallait montrer l’exemple, c’est chose faite.

La société a publié un article décrivant comment elle a géré le déploiement de Windows 11 sur 190 000 de ses appareils internes. En fait, elle affirme même que le processus de déploiement de Windows 11 a été le plus rationalisé et le plus fluide à ce jour. Fort de l’expérience acquise avec Windows 10 qui techniquement ne diffère pas beaucoup de Windows 11

Voilà le résumé qu’en fait l’éditeur :

« La priorité de Microsoft dans le déploiement de Windows 11 en interne était de fournir aux employés un accès ininterrompu à un espace de travail sûr et productif tout en leur donnant une chance d’essayer le nouveau système d’exploitation.

L’introduction d’un nouveau système d’exploitation, en particulier au sein d’une main-d’œuvre distribuée, a naturellement suscité des questions sur les temps d’arrêt des appareils et la compatibilité des applications. Cependant, avec des pratiques établies et des solutions évoluées, les obstacles historiques sont devenus tout simplement du passé. Le déploiement de Windows 11 chez Microsoft a été le plus rationnel à ce jour, permettant aux employés de bénéficier du dernier système d’exploitation en un temps record« .

Microsoft affirme que tout cela a été possible grâce à sa « Microsoft Digital Employee Experience », similaire à la façon dont les mises à jour des fonctionnalités de Windows 10 ont été déployées. Grosso modo, le déploiement s’est déroulé suivant le schéma suivant :

Vous trouverez tous les détails dans l’article ici.

Ceci peut-il être aussi facilement transposé à d’autres entreprises ? Si l’on en croit Microsoft, bien sûr ! Mais la réalité reste d’être plus mitigée, car le gros problème reste la compatibilité matérielle de Windows 11 et les pré-requis en matière de processeurs en particulier… Nous aurons l’occasion de revenir sur cela lors du prochain Briefing en juin.

Évènement Microsoft autour de Windows et la collaboration le 5 avril…

Microsoft vient d’annoncer un évènement virtuel le 5 avril sous la houlette de Panos Panay, vice-président exécutif et Chief Product Officer. Au programme Windows et les outils de collaborations. Et devinez quoi : l’accent sera mis sur les bénéfices en situation de travail « hybride », le mot magique sera donc là ouf !

Microsoft présentera sans aucun doute les dernières évolutions de Windows 11 que l’éditeur aborde maintenant, je cite comme : « le système d’exploitation pour le travail et l’apprentissage en mode hybride ». Alors « hybride » pourquoi ? et bien cela fonctionne sur des PC portables, donc bien adapté au usages « hybrides », on peut utiliser Teams,…hum… je serais curieux de voir en quoi c’est plus adapté que Windows 10 au travail « hybride », mais bon… tout est hybride alors pourquoi pas 🙂

Plus sérieusement et en dehors de ces considérations marketing, l’éditeur devrait en profiter pour faire le point sur les évolutions en matière de sécurité d’une part avec le nouveau Defender, mais aussi sur les nouveautés apportées en matière de collaboration autour du nouvel Outlook (nom de code Monarch) qui est déjà dispo sous Mac depuis plus de six mois et qui devrait arriver sous peu sous Windows.

Cette nouvelle version est assez réussie en terme d’interface qui est plus épurée et beaucoup plus lisible à mon avis, alors oui, il y a pas mal de petits oublis parfois assez gênants comme l’impossibilité de créer des listes de diffusion dans les contacts (obligé de passer par l’interface web) ou encore, autre exemples : plus de compteurs de messages dans la boite de réception… Mais globalement cette interface est plutôt très sympa.

Etant donné que c’est un évènement Entreprise, Microsoft abordera peut-être les dernières évolutions en matière de Cloud PC, qui pour le coup répond bien à la promesse de travail hybride…

Réactions contre le remplaçant de Movie Maker…

Nous vous en parlions en fin de semaine dernière, Microsoft avait promis un remplaçant pour Movie Maker avec Clipchamp, société et produit que l’éditeur avec acheté en fin d’année dernière. Ce produit devant être intégré tel quel dans Windows 11 (ce que l’on trouve dans les previews du système).

Revenons en arrière pour comprendre ce qui a mis en émoi la toile ce week end à ce sujet (à relativiser je pense avec les évènements actuels ô combien plus important, mais bon)

Windows Movie Maker est l’une des applications Windows historique que Microsoft avait mis avec ses systèmes d’exploitation pour répondre aux besoins basiques de création vidéo. Malheureusement, en 2017, Microsoft a mis fin à Windows Movie Maker au profit de l’application Microsoft Photos intégrant la prise en charge de la vidéo. Le problème c’est que cet outil, n’est pas vraiment à la hauteur de son prédécesseur, avec une interface confuse et des fonctions boiteuses, pour ne pas dire plus… Alors la nouvelle d’un remplaçant dans Windows 11 avec Clipchamp avait attiré des commentaires positifs.

La découverte du produit a néanmoins été un concert de mécontentement pour les utilisateurs. Pour rappel cette application (avant et après son rachat par Microsoft) compte plus de 17 millions d’utilisateurs enregistrés, et de nombreuses entreprises et sociétés utilisent Clipchamp pour leurs besoins en matière d’édition vidéo. Clipchamp est une application web qui peut utiliser l’accélération matérielle en local pour le traitement et le rendu des vidéos. Elle est aussi disponible en tant que programme autonome sur Windows, Chromebook et iOS et plutôt bien notée.

Mais alors où est le problème ?

Et bien le prix, oui le prix. Car fini à priori le produit complet et intégré (je dis pas gratuit, car on comprend bien que cela ne serait le cas que pour Windows 11 qui lui a été acquis en OEM le plus souvent). Bien que Clipchamp soit une application gratuite, vous devez souscrire à un abonnement mensuel pour bénéficier de toutes ses fonctionnalités. On aurait pu imaginer que Microsoft aurait pu rendre Clipchamp gratuite pour les utilisateurs de Windows 11.

Une application stockée sous Windows 11 qui nécessite un abonnement séparé ressemble à s’y méprendre aux logiciels d’essais ou Crapware qui pullulent sur les PC achetés dans le grand public et qui en général sont une trappe à la performance du poste, quand ils ne sont pas tout simplement un vrai calvaire à désinstaller… Dommage effectivement que Microsoft tombe dans ce jeu.

Osons croire que la messe n’est pas dite et que l’éditeur sera plus avisé en offrant ce soft. D’autant plus que les versions intégrées et beaucoup plus complètes existent sur Mac et vendu avec sans surcoût…

Windows 11 : Movie Maker revient :)

L’année dernière Microsoft rachetait la société et le produit Clipchamp. Maintenant l’éditeur prévoit d’intégrer cette application directement dans Windows 11. Cette application est une sorte de Movie Maker, en mieux.

L’application permet donc le montages des vidéos, leurs découpages, et l’enregistrement vidéo de l’écran. On retrouve sans surprise des lignes de temps avec différentes pistes pour réaliser tout ceci à la manière des principaux outils du marché. Comme pour ses concurrents Microsoft proposera des modèles et une bibliothèque de filtres, de transitions, de médias libres de droits et des styles pour permettre aux gens de créer des vidéos avec un support audio multipiste.

Originalité : Microsoft a intégré un générateur de synthèse vocale alimenté par Azure pour permettre aux créateurs d’utiliser des voix off en 70 langues.

L’application sera préinstallée sur l’ensemble des machines Windows 11, une solution intégrée et gratuite enfin de retour sur Window après Movie Maker. de quoi aussi rivaliser avec Apple qui propose ses outils en standard sur tous les macs.

Windows 11 : part de marché à 16% ?

L’utilisation de Windows 11 est sans surprise en constante augmentation, selon le dernier rapport d’AdDuplex pour le mois de janvier 2022, qui voit le nouvel OS revendiquer une part de marché de 16,1%. Windows 11 n’avait qu’une part de marché de 8,6 % le mois précédent. Pas de grosses surprises ici, mal quasi totalité des PC vendus dans le grand public depuis octobre le sont avec Windows 11 préinstallés. Dans le grand public aussi les mises à jours vont aussi bon train. Aucune information en revanche sur les évolutions spécifiques dans les entreprises…

Au cours de la même période, Windows 21H2 a également triplé sa part de marché en passant de 3,7 % en novembre à 12,1 % ce mois-ci. Les données d’AdDuplex sont basées sur environ 60 000 PC Windows 10 et 11 étudiés qui exécutent les publicités d’AdDuplex, d’où possiblement un biais grand public encore plus élevé (les entreprises mettant en oeuvre plus souvent des bloqueurs de pub que les individus, difficile donc d’extrapoler pour ces dernières de véritables mouvement.

En début de semaine, Microsoft a annoncé que l’offre de mise à niveau gratuite vers Windows 11est proposée de façon générale sur tous les marchés et que Microsoft est actuellement en avance sur son plan de déploiement initial :

« Depuis le lancement de Windows 11 en octobre, nous avons constaté une forte demande et une préférence pour Windows 11, les gens acceptant l’offre de mise à niveau vers Windows 11 deux fois plus vite que pour Windows 10« .

Panos Panay, Chief Hardware Officer de Microsoft.

Selon Microsoft et la télémétrie :

« les scores de qualité et la satisfaction des produits les plus élevés de toutes les versions de Windows que nous ayons jamais livrées« 

Windows 11 devrait recevoir sa première grande mise à jour le mois prochain, la société prévoyant de déployer des applications Android, des améliorations de la barre des tâches, ainsi qu’une application NotePad redessinée et une nouvelle application Media Player.

le sous-système Linux de Windows 11 migre dans le Windows Store

Microsoft n’a pas mis à jour son sous-système Linux. Il s’agit plutôt de la même version du WSL (Windows Subsystem for Linux) que de nombreux développeurs connaissent déjà, mais Microsoft a simplement changé l’endroit où il est installé et mis à jour.

Sous Windows 10, le WSL devait être installé comme un composant optionnel de Windows. Maintenant il sera dissocié des mises à jour de Windows, tout comme Paint, Notepad et certaines autres applications de base, déjà présente dans le Store.

Pour utiliser WSL dans le Microsoft Store sous Windows 11, vous devez exécuter Windows 11, version 22000 ou supérieure, et activer le composant optionnel Virtual Machine Platform. Microsoft affirme que vous obtiendrez désormais les fonctionnalités WSL plus rapidement, sans avoir à vous soucier de changer de version de Windows ou à passer par le processus de téléchargement des versions préliminaires de Windows Insider.

Cette mise à jour comprend également de toutes petites nouveautés comme un nouveau processus facilitant le montage des fichiers VHD, une nouvelle fonction d’aide pour l’indicateur de progression, et la mise à jour du noyau Linux en 5.10.60.1. Tous les détails sur ces fonctions sont accessibles ici.

La majorité des PC ne sont pas éligibles à Windows 11…Et après ?

A la veille du lancement officiel de Windows 11, une étude intéressante menée récemment sur environ 30 millions d’appareils provenant de 60 000 organisations fait apparaitre que la majorité des PC ne peuvent pas être mis à niveau vers Windows 11 car ils ne répondent pas aux critères de configuration requise. L’enquête a été menée par Lansweeper et le rapport publié s’intitule « Windows 11 Readiness Audit » (le résumé est accessible en suivant le lien).

La faute à qui ?

Selon Microsoft, pas de doute : c’est les exigences en matière de sécurité. Mais pas seulement en réalité, le processeur est souvent à la source des problèmes. Windows 11 a mis en place des mesures de sécurité très strictes qui nécessitent TPM 2.0, Secure Boot mais aussi un processeur officiellement pris en charge par Microsoft. Et sur ce dernier point des incohérences peuvent apparaitre, avec des processeurs plus anciens supportés mais pas des processeurs relativement récents (< 4 ans). Là où les choses sont encore plus complexe, c’est que rien n’interdit apparemment à un constructeur d’ajouter le support de tel ou tel processeur non présent dans la liste officielle de Microsoft…

En fait, même les machines virtuelles ne sont plus épargnées par des critères aussi stricts et les fournisseurs de système de virtualisation travaillent tous sur des pilotes de contournement. Sans surprise donc, Microsoft a déclaré qu’il s’agit d’un élément essentiel car la sécurité est primordiale dans son nouveau système d’exploitation.

Si la plupart de ces PC remplissent la condition des 4 Go de RAM (ouf !), la majorité (55,6 %) n’ont pas de processeur figurant dans la liste officielle de Microsoft. Et un cinquième des PC (19,26%) ont également échoué à la vérification du TPM 2.0. Les données montrent qu’environ 20% des stations de travail physiques et environ 5% des serveurs physiques échouent sur le support de TPM 2.0.

Windows 11 update minimum system requirements
Image Lansweeper

Toutes les machines ne passeront pas Windows 11, et après ? Si l’on en croit le relativement faible bruit médiatique autour de Windows 11, bon nombre d’organisations resteront sans soucis sour Windows 10 qui continuera d’évoluer. Windows 11 étant largement perçu (en particulier outre atlantique) comme une mise à jour faite pour les nouveaux PC et surtout pour lutter contre la montée en charge des Chromebooks, dont Microsoft reprend avec cette version les codes de l’interface.

Nous reviendrons sur ces différents éléments lors du prochain Briefing Calipia en décembre.

« Entrées précédentes