Archives des étiquettes : Facebook

Facebook aurait tenté de recruter Scott Guthrie…en vain

Scott GuthrieSuites aux fuites des documents internes de Facebook de la semaine dernière (divulguées par NBC et qui comprenait plusieurs milliers de documents…), la journaliste du magazine Mashable, Karissa Bell a repéré des échanges entre dirigeants de Facebook qui montrait comment le géant des médias sociaux avait tenté de recruter Scott Guthrie en 2014 en lui faisant des propositions très alléchantes financièrement.

Scott Guthrie est en effet un personnage clé chez Microsoft, il était en 2014 le bras droit d’un certain Satya Nadella, qui deviendra plus tard le CEO de l’entreprise… M. Guthrie a rejoint Microsoft en 1997 et est devenu un des hommes clés au sein de la Division des développeurs de Microsoft, où il a poussé l’entreprise à élargir ses horizons et à intégrer davantage d’outils et de technologies libres au-delà de ses propres plateformes.

Mais en février 2014, Scott Guthrie a finalement remplacé Satya Nadella à la tête de la division Cloud and Enterprise lorsque ce dernier est devenu le CEO. Une promotion qui mettait à mal les ambitions d’embauche de Facebook… C’était sans doute une très bonne décision qu’il reste chez Microsoft avec la progression de sa division, progression saluée il y a peu de temps par le gain du contrat avec le Pentagone

 

Facebook modifie des vidéos pour bloquer la reconnaissance faciale

logo facebookFacebook se soucie de votre vie privée (si si…). Des chercheurs du laboratoire de recherche en Intelligence Artificielle de Facebook aurait mis au point un système à base de Machine Learning pour « dépersonnaliser des personnes dans les vidéos« .

Il existait déjà des startups comme D-ID par exemple ou d’autres algorithmes qui avaient réussi à faire de la dé-identification pour des images fixes, mais c’est la première technologie qui fonctionne sur des vidéos. Lors des premiers tests, la méthode a permis de contrecarrer les systèmes de reconnaissance faciale les plus modernes.

L’IA développée par Facebook propose une version légèrement déformée du visage d’une personne afin qu’il soit difficile pour la technologie de reconnaissance faciale de l’identifier. Et c’est là tout l’intérêt car un humain sera lui capable de reconnaitre la personne mais pas la machine ! Comment ? L’humain lui ne remarquera pas cette petite différence alors que la machine pensera qu’elle est suffisamment importante pour estimer que c’est une personne différente !

Facebook justifie ainsi sa démarche : « La reconnaissance faciale peut entraîner une perte de vie privée et la technologie de remplacement du visage peut être utilisée à mauvais escient pour créer des vidéos trompeuses « . Et d’ajouter « Les récents événements mondiaux concernant les progrès de la technologie de reconnaissance faciale et l’abus de cette technologie invoquent la nécessité de comprendre les méthodes qui permettent de traiter avec succès la dépersonnalisation de l’identité. Notre contribution est la seule qui convient à la vidéo, y compris la vidéo en direct, et présente une qualité qui surpasse de loin les méthodes actuelles. »

Lior Wolf, l’ingénier en charge du projet chez Facebook explique le fonctionnement : « L’approche de Facebook associe un codeur automatique contradictoire à un réseau de classificateurs« . Je sais pas si c’est plus clair, mais visiblement cela fonctionne. A voir si la société compte exploiter ceci dans ces applications : Facebook, Instagram, WhatsApp, son récent écran connecté Portal… rien n’est moins sur pour l’instant !

Facebook s’intéresse aux interfaces cérébrales et rachète CTRL-Labs

Capture d’écran 2019-09-24 à 07.51.23Afin de continuer de mettre au point ses outils de réalité augmentée Facebook a annoncé aujourd’hui l’acquisition de CTRL-Labs, une startup basée à New York qui offre des solutions permettantt de contrôler des ordinateurs en utilisant son cerveau. CNBC rapporte que la transaction est évaluée à environ 1 milliard de dollars.

Nous vous avions déjà parlé de ce type de solution avec la société Brain, que nous avions vus à deux reprises au CES et nous avions testé leurs produits.

Le vice-président de AR / VR de Facebook, Andrew Bosworth, a confirmé l’acquisition dans un message, soulignant que la technologie CTRL-labs ouvrait de «nouvelles possibilités créatives». L’objectif étant de constituer une extension naturelle du mouvement. Dès juin dernier Facebook fournissait des éléments sur les usages de ce type de technologies dans un article très instructif : « Imagining a new interface: Hands-free communication without saying a word »

Capture d’écran 2019-09-24 à 07.49.29L’objet proposé se présente sous forme d’un bracelet qui permet aux utilisateurs de contrôler leurs appareils de la façon suivante :

  1. Votre cerveau envoie des signaux électriques aux muscles de votre main, leur demandant de se déplacer de manière spécifique, par exemple en cliquant sur une souris ou en appuyant sur un bouton.
  2. Le bracelet décodera ces signaux et les traduira en un signal numérique transmis à votre ordinateur, qui passera à l’action. Il enregistre ainsi votre intention pour pour réaliser une tache en utilisant un mouvement imperceptible pour le faire.

Une approche totalement différente donc de ce que propose Brain qui enregistre directement les ondes cérébrales avec un casque. C’est bien plus discret dans le cas de CTRL-Labs !

CTRL-labs a été fondée en 2015 et a récemment obtenu un financement de 28 millions de dollars d’investisseurs (dont Amazon). La société a été fondée par Thomas Reardon et Patrick Kaifosh, le premier ayant passé neuf ans chez Microsoft.

En juillet dernier, Facebook  a fourni une mise à jour de sa technologie «de communication mains libres sans dire un mot». Les recherches suggèrent cependant que ce type de technologie est encore à des années de la disponibilité commerciale.

Gabe Aul quitte Microsoft pour Facebook

Gabe Aul, ce nom ne vous dit peut-être rien, mais si vous utilisez des versions « Insiders » de Windows, vous en avez sans aucun doute entendu parlé : c’était le patron entre autre de ce programme jusqu’en 2016, programme assez novateur pour Microsoft et d’autres acteurs du secteur.

Capture d’écran 2019-06-26 à 08.20.01Gabe Aul a annoncé sur Twitter qu’il quittait Microsoft et travaillerait maintenant pour Facebook après 27 ans passé chez Microsoft à Redmond. Après avoir passé le flambeau à Dona Sarkar en 2016 sur le programme Insiders, Aul est resté jusqu’à ce jour chez Microsoft en tant que vice-président de la gestion des programmes au sein de l’équipe Windows Engineering Systems.

Il devient maintenant un des nombreux vice-président de Facebook, sans plus de détail sur ses réelles attributions.

Un autre employé de Microsoft a quitté le mois dernier Microsoft pour Facebook dans les équipes Windows 10 : Clint Rutkas, qui était chef de produit technique principal de l’équipe de développement Windows, il devient désormais un défenseur des droits des développeurs dans le cadre de l’initiative de logiciels open source de Facebook.  Ce n’est pas non plus le premier à rejoindre Facebook, ainsi en Europe les responsable de l’activités Facebook Workplace sont tous des anciens de Microsoft 🙂

La protection de la vie privée : la menace réglementaire pour les géants du numérique

Apple était s’il on peut dire, précurseur dans ce domaine et pour cause, leur Business Model ne dépend pas de la collecte d’informations personnelles, même s’ils se montrent parfois assez laxistes dans le contrôle des applications réalisant cette tache sur leur store…

Depuis quelques semaines, c’est au tour de Facebook, Google et maintenant Amazon de se faire les champions de la protection de la vie privée. Autant le dire tout de suite, il y a pas mal de travail encore pour que cela soit crédible ! Car en dehors de ces déclarations , ils n’ont toujours pas réalisé même le plus petit des changements dans leur Business Model dépendant en très grande partie de la collecte d’informations…

Mais alors pourquoi de telles déclarations et pourquoi maintenant ? Pas plus tard que la semaine dernière c’est Amazon qui assurait que maintenant Alexa, son assistant vocal, ne conserverai plus les phrases énoncées par les utilisateurs sur simple demande… vocale. Ce qui est globalement plus pratique que d’aller sur l’application pour modifier ceci en se perdant dans les menus… Et globalement c’est une bonne nouvelle pour les personnes qui craignent qu’Alexa puisse partager par inadvertance leurs enregistrements vocaux avec d’autres personnes – comme cela s’est passé par le passé à plusieurs reprises.

La réponse à cette question se trouve, ce n’est pas une surprise, aux États Unis, ou pour être plus précis en Californie, la patrie de la technologie. En effet, l’état est en train de se doter d’une loi reprenant les grandes lignes du RGPD. Les géants de la technologie font donc face à des menaces de réglementation sur de nombreux fronts. Pour en revenir aux assistant vocaux, l’Assemblée de l’État de Californie a adopté la loi dite « anti-écoute ». Le projet de loi va maintenant être examiné par le Sénat de l’État de Californie. Les fabricants d’appareils d’écoute ambiante, tels que les enceintes intelligentes, devront systématiquement obtenir l’accord de leurs utilisateurs avant d’enregistrer leur voix et pourront demander l’effacement aussi simplement.

Lire la suite

Facebook à toujours autant de difficultés avec les « fake news »…

Une étude intitulée « Fakewatch » publiée par le mouvement Avaaz, qui surveille la liberté électorale et la désinformation, a révélé qu’ils avaient identifié 500 pages de groupes liées à des organisations d’extrême droite et anti-UE propageant une désinformation massive. Ils ont immédiatement partagés ces résultats avec Facebook et ceci a entraîné une fermeture des pages juste avant que les électeurs ne se rendent aux urnes.

Capture d’écran 2019-05-28 à 11.16.37Le problème c’est le temps pendant lequel ces pages sont restées visibles : ces 500 pages et groupes ont été suivis par 32 millions de personnes et ont eu plus de 67 millions d’«interactions» (commentaires, likes, partages) durant le trois derniers mois. Facebook dit qu’il s’attaque à de tels contenus, mais c’est souvent Avaaz qui rapporte les faits et les  incitent à l’action. En France, Avaaz a découvert dans un autre rapport que Facebook avait généré plus de 105 millions de vues sur de fausses informations sur le mouvement des Gillets jaunes.

A la décharge de Facebook, ces groupes ne sont pas si facile à identifier car souvent ils ont été conçus il y a plusieurs années sous de faux sujets et sont ensuite réactivés soudainement pour aider les contenus extrémistes à se diffuser. Mais Avaaz pense que la Facebook pourrait et devrait faire plus. Ils pointent du doigt que le changement de nom de page (interdit par les règles de Facebook) devrait être détecté automatiquement et que plutôt que de simplement forcer ces groupes à supprimer leurs faux contenus, Facebook devrait montrer les informations corrigées ou vérifiées à tous ceux qui ont vu le contenu malveillant d’origine.

Mais, la statistique la plus surprenante vient de Facebook elle-même. Dans son dernier rapport sur les normes communautaires, la société a révélé avoir supprimé 2,19 milliards de faux comptes au cours des trois premiers mois de 2019. Cela représente une le double par rapport au trois derniers mois de 2018 ! Au total c’est près de 3,4 milliards de faux comptes sur six mois à comparer aux 2,37 milliards d’utilisateurs actifs par mois…

Les utilisateurs de Facebook sur Android peuvent maintenant supprimer la collecte masquée de leur localisation…

logo facebookIl était temps. Si l’option est déjà dispo depuis longtemps sur iOS, l’application vient d’être mise à jour sur Android pour enfin supprimer cette collecte masquée alors même que l’application n’était pas utilisée…

L’affaire n’est pas nouvelle : début 2018, la pratique de collecte des données de localisation de Facebook violait déja les lois sur la protection de la vie privée en Allemagne en particulier, sans que le géant de Menlo Park ne réagisse. C’est maintenant le cas et à l’instar de ce qui avait été fait à la demande d’Apple cette fois il y a plus d’un an, Les utilisateurs d’Android peuvent contrôler la collecte de données de localisation de Facebook en arrière-plan (qui reste bien sur par défaut active…).

« Entrées précédentes