Archives des étiquettes : Huawei

[Humeur] Huawei n’est-il pas un allié objectif de Donald Trump ?

C’est sans doute ce que l’on pourrait se dire suite à la présentation de leur nouvelle tablette : la MatePad Pro qui a indéniablement le look de l’iPad Pro.

matepad pro

Après le Matebook qui ressemblait au Macbook, le constructeur chinois continue sans vergogne à copier le constructeur américain Apple. Et finalement cela apporte de l’eau au moulin de Donald Trump dans son combat contre le pillage de propriété intellectuelle de la Chine. Difficile même pour ses opposants les plus farouches de le contredire là dessus.

La prochaine campagne américaine risque bien de se jouer aussi sur le terrain technologique. Trump mettra en avant sa protection des entreprises technologiques américaines (même si tous les leaders de ces entreprises se sont largement opposés à ce président) alors qu’en face Elisabeth Warren proposera de démanteler les GAFA. Même si cette dernière est sans doute une des rares politiques à avoir bien compris les enjeux et les dangers des GAFA, son positionnement risque d’être assez mal compris de l’électorat américains face au discours simpliste du locataire actuel de la Maison Blanche…

« Rêve-Rouge » : l’OS mobile de Huawei arriverait en octobre

Capture d’écran 2019-06-14 à 16.05.52« HongMeng » dont la traduction littérale serait donc « Rêve Rouge » (tout un programme…) serait le nom du fort d’Android que Huawei prépare depuis des années au cas où l’entreprise n’aurait plus accès à l’Android de Google. Le pire cauchemar de Huawei est visiblement devenu réalité le mois dernier avec la décision du gouvernement américain de placé l’équipementier placé sur une liste noire interdisant l’exportation de technologies américaines et donc du système de Google. La firme de Mountain View à donc logiquement écarté Huawei de son programme (y compris bien sur de son programme Android Entreprise où elle figurait en bonne place).

Reuters rapporte que Huawei a déposé des demandes d’enregistrement de marques pour Hongmeng OS dans neuf pays européens au plus, ainsi qu’un appel similaire au Pérou, indiquant que l’OS, s’il est révélé (visiblement en octobre), sera connu du Hongmeng OS. Les dépôts de marques ont tous été effectués de mi-mai à la fin du mois de mai, juste après l’instauration par les États-Unis de leurs nouvelles règles interdisant aux entreprises américaines de traiter avec le fabricant de téléphones.

La société a également commencé à tenter d’attirer les développeurs dans son propre magasin d’applications, AppGallery, pour fournir une bibliothèque d’applications substantielle pour son système d’exploitation avant de le révéler au public. Sauf surprise, les leaders du logiciels (américains) devraient bouder cette boutique, donc pas d’applications de Microsoft, Facebook, ou encore bien sûr Google…

Parallèlement à ceci, Huawei distribuerait cet OS à ses compétiteurs Chinois, qui eux aussi pourraient faire l’objet de problèmes avec les USA. Ainsi Xiaomi, Oppo par exemple serait en train de tester le système de Huawei.

L’affaire est des plus sérieuse pour le constructeur qui a déjà dû interrompre certaines des lignes de production de ses smartphones et du développement de ses ordinateurs portables (plus de Windows de Microsoft non plus !), la société a donc dû reporter indéfiniment le lancement de son plus récent ordinateur portable MateBook. Les projets de Huawei de devenir le plus grand fabricant de téléphones intelligents au monde d’ici la fin de l’année, ce qui était presque acquis au début de 2019, ont également été affectés, car la société réévalue la faisabilité de son objectif à la lumière de la situation actuelle. Avec un effet de bord sur toute l’industrie : le prix des mémoires repart à la baisse ! Du fait bien sûr de ces prévisions de ventes en bernes chez cet acteur de poids.

Google aux ordres de Donald Trump : plus de licence Android pour Huawei

On apprend cette nuit que le géant de la recherche et surtout fournisseur d’Android, prendrait en quelque sorte part à la guerre que mène le gouvernement américain au constructeur chinois Huawei. Mais a-t-il le choix ?

Capture d’écran 2019-05-20 à 07.39.18.pngLa semaine dernière, Donald Trump, a déclaré l’urgence nationale empêchant les pays étrangers d’importer de futures importations en provenance des États-Unis sans l’approbation du gouvernement fédéral. Huawei a été ajouté à la « Liste des entités » du ministère américain du Commerce, qui interdisait essentiellement à la société chinoise d’acheter des composants et des matériaux à des sociétés américaines sans l’approbation du gouvernement américain. Selon Reuters, Google aurait « suspendu avec Huawei des transactions nécessitant le transfert de produits matériels et logiciels, à l’exception de ceux couverts par des licences open source ».

Google abandonnerai donc la prise en charge de tous les futurs smartphones Huawei hors de Chine, mais surtout les services tels que Google Play Store et Gmail. De plus, Huawei ne recevra plus les mises à jour Android à compter de maintenant. Une arme atomique, aura un impact majeur sur Huawei. Même si l’entreprise dispose, bien sûr toujours accès au code Open Source d’Android, le blocage du Google Play risque d’être très problématique pour vendre des téléphones dans le monde entier. Les concepteurs d’alternatives à Android connaissent cette menaces dès lors que le fournisseur devient un peu trop puissant…

En mars, un représentant de la société avait révélé que Huawei avait un système de backup au cas où les choses se dérouleraient mal avec les USA. La société a conçu ses propres systèmes d’exploitation, à utiliser uniquement dans des situations d’urgence,  telles que l’impossibilité d’obtenir une licence pour Android ou Windows… Mais ceci posera tout de même le problème d’accès aux services de Google.

La situation de Google obéissant à l’administration américaine, peut-être assez amusante lorsque l’on sait que les reproches fait à Huawei sont justement que cette société serait aux ordres de son gouvernement…

 

Huawei : de sérieuses vulnérabilités pourraient être exploitées…

Capture d’écran 2019-03-28 à 17.46.00Selon le Financial Times qui cite un rapport  du Huawei Cyber ​​Security Evaluation Centre (HCSEC), une organisation créée par le Centre de cybersécurité national du Royaume-Uni afin d’évaluer les risques que pose l’utilisation des équipements de Huawei dans des infrastructures nationales critiques et les réseaux 5G en particulier, le constructeur chinois aurait de sérieux problèmes avec des vulnérabilités persistantes.

Le rapport note que « Si un attaquant connaît ces vulnérabilités et dispose d’un accès suffisant pour les exploiter, il peut affecter le fonctionnement du réseau » et même « accéder au trafic utilisateur ou à la reconfiguration des éléments du réseau« 

Le rapport du HCSEC n’indique pas avoir trouvé des preuves directes d’espionnage soutenu par la Chine mais critique la «compétence en matière de cybersécurité» de Huawei, qui pourrait être une cible facile en cas d’attaque : « le HCSEC a détecté de graves vulnérabilités dans les produits Huawei examinés. Plusieurs centaines de vulnérabilités et problèmes ont été signalés aux opérateurs britanniques pour éclairer leur gestion des risques et leur résolution en 2018. Certaines vulnérabilités identifiées dans des versions antérieurs des produits continuent d’exister. ”. Le rapport complet est accessible ici.

Ce rapport alimente aussi une fois de plus les suspicions sur le constructeur chinois alors que les États-Unis sont sur le point d’interdire l’utilisation des équipements de Huawei dans ses prochains réseaux 5G et feraient pression sur leurs alliés pour qu’ils fassent de même. L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont déjà interdit ou bloqué l’utilisation de l’équipement, et le Canada devrait également faire de même dans les semaines qui viennent…

Vous êtes plutôt iPhone ou Huawei ?

Meng Wanzhou, la CFO de Huawei elle a choisi : c’est iPhone, iPad et Mac… La totale. Alors qu’elle a été arrêtée au Canada, à la demande des autorités américaines, Meng Wanzhou qui est aussi la fille du patron et fondateur de Huawei, a remis lors de sa détention son ordinateur, sa tablette et son smartphone comme il est de coutume dans de tels cas.

huawei-meng-wanzhouLa fiche d’arrestation précise ainsi le matériel de la dirigeante : que de l’Apple ! Un comble 🙂 Pourquoi ne pas avoir un Matebook copie quasi conforme du Macbook, un mediaPad, ou encore un magnifique P30 ? Peut-être préfère t-elle les originaux ? à moins qu’elle aussi tienne à son intimité en ayant peur de la surveillance chinoise 🙂

 

Mobiles : les constructeurs chinois font une entrée en force sur le marché européen

Canalys, vient de publier son analyse trimestrielle de vente des Smartphones en Europe. La percée des constructeurs chinois est impressionnantes : +56 % pour Huawei et +62% pour Xiaomi. Dans le même temps Apple baisse de 5% et Samsung d’1% mais surtout -18% pour HMD Global (ex Nokia)

La position de second d’Apple est clairement menacée. Autre tendance assez claire (que l’on a dejà vu là ou ces constructeurs sont arrivés) les autres petits fournisseurs Android souffrent encore plus.

canalys2019

Conférence de presse Huawei Honor View 20

Le lancement mondial du nouveau smartphone Honor View 20 était organisé en France ce soir salle Pleyel à Paris. Le choix de faire cette conférence a tout juste plus d’une semaine du CES à Paris n’est pas très surprenant si l’on considère les relations entre la Chine et les États Unis.

La salle Pleyel était pleine de journalistes et d’analystes venus du monde entier malgré la neige qui tombe sur Paris et qui comme à l’accoutumée désorganise les transports…

Le président de la branche smartphone du constructeur Georges Zhao animait ce lancement.

Le constructeur revendique la 1ère Place sur le marché chinois, la cinquième place en France et en UK, la quatrième en Allemagne. Pas un mot en revanche sur le positionnement outre atlantique… on imagine que les positions sont moins flatteuses.

Le Honor View 20 met bien sur l’accent sur l’appareil photo avant présent sous forme d’un trou directement dans l’écran. Nous avions eu l’occasion de jouer un peu avec ce modèle au CES et c’est effectivement quelque chose d’assez intéressant.

Le design du téléphone a été confié au styliste italien Moschino. Le patron de l’entreprise est donc venu sur scène expliquer ses choix. Sans surprise l’influence d’Apple et de l’organisation de ses conférences a largement inspiré Huawei ce soir 😀

Côté technologie, magnifique appareil photo de 48 Megapixels il s’agit d’un capteur Sony IMX586. Couple à un processeur D’IA. Il est vrai que les démonstrations sont impressionnantes. Les comparaisons sur scène étaient bien entendues faites avec un iPhone XS.. et sans surprise, devinez quoi… les photos du Honor View 20 étaient meilleures… sans convaincre la salle toutefois qui est restée très circonspecte.

Les exemples pris sur les photos de nuit sont en revanche à mon avis beaucoup plus convaincantes. Sans toutefois atteindre celle de Google avec ses derniers Pixels.

Les démonstrations faites du capteur 3D étaient assez sympathiques avec la démonstration dans des jeux comme la encore nous l’avions vu au CES. Reste à voir l’écosystème application qui en tirera parti. Apple avec son ARKit en V2 fait déjà le boulot.

Application amusante du capteur 3D qui permet de se faire une idée du volume, couplé à de la reconnaissance de choses : un compteur automatique de calories ici montré avec une orange. Bon autant le dire tout de suite, la fiabilité de ce type de chose est assez questionnable dès lors que vous photographiez un plat cuisiné !

Ont aussi été mise en avant les capacités du processeur, et la possibilité de jouer à Fornite en 60i/s… les spécialistes apprécieront.

Les fonctions de reconnaissance faciales ont aussi été mise en avant avec les possibilités de reconnaître des visages directement depuis les vidéos (pas sûr que cet argument en France où l’on est attaché à juste titre à la vie privée soit pertinent lorsqu’il est mis en avant pas une société chinoise…).

Enfin le prix : il est sans surprise très attractif : 569€ pour 128 g de stockage.

One more thing : une montre associée au smartphone est proposée avec 7 jours d’autonomie 😀 pour 179 €

Et enfin des clones d’Airpods à 99€ .

Le tout dispo dès demain.

#CES2019 de nouveaux mobiles très réussi chez Huawei

En pleine guerre commerciale avec les USA, Huawei en profite pour annoncer de nouveaux mobiles plus originaux. En effet, alors que la totalité des constructeurs on repris l’encoche pour la caméra initiée par Apple en 2017 avec son iPhone X, Huawei innove en ajoutant à son mobile « Nova 4 » simplement un « espace rond » (un trou donc !) à l’écran pour la caméra frontale.

Huaweil Nova 4L’appareil photo à l’avant dispose d’une résolution de 25 mégapixels ! Un record. À l’arrière, une triple caméra avec un capteur principal de 48 MP (mais il existe également une variante avec un nombre de pixels inférieur à 20 MP), un grand angle de 16 MP et un capteur de profondeur de 2 MP pour les portraits. On retrouve également un écran Full HD + (2310 x 1080) de 6 pouces, 8 Go de RAM, 128 Go de stockage interne, une batterie à 3 750 mAh et un jeu de puces ARM Kirin 970. C’est le même processeur que sur le Huawei P20 Pro (il a donc 1 an). Ce téléphone à moins de 500 $ n’est en revanche pas disponible en dehors de la chine dans un premier temps.

Ce smartphone avec un « trou » risque bien d’être le premier d’une longue lignée, chez Huawei (le Honor View 20 devrait lui aussi en bénéficier) mais aussi chez Samsung avec le Galaxy A8 ou le S10.

Huawei propose une « protection d’entreprise intelligente » avec un pare-feu basé sur de l’IA

Capture d_écran 2018-10-19 à 11.01.32Huawei a annoncé le lancement de la série USG6000E, un pare-feu basé sur l’IA visant à protéger les entreprises. La société affirme que le produit est le premier pare-feu basé sur de l’IA et qu’il détecte les menaces et collabore avec le cloud pour fournir une «protection intelligente».

La série USG6000E est avant tout destinée aux réseaux de petites et moyennes entreprises pour la prévention « des menaces légères » selon l’entreprise. Mais que sont donc ces « menaces légères » ? Aucune idée, pas plus de précision ni dans le communiqué de presse si sur le site de Huawei. Se serait en tout cas le premier pare-feu qui avec une hauteur de 1 U offre un débit de 100 Gbit / s pour le traitement des paquets IP.

Alors que Huawei a souffert et doit faire face aux critique et embargo des américains en particulier pour leurs équipement fédéraux (le gouvernement américain a adopté une loi interdisant aux agences gouvernementales d’utiliser les produits Huawei pour des raisons de sécurité). Et tandis que l’Australie a empêché le constructeur chinois de vendre sa technologie 5G dans le pays en invoquant des problèmes de sécurité. La mise sur le marché d’un tel produit, directement lié à la sécurité ne sera sans doute pas aisé pour l’entreprise… Reste toujours la question du prix qui pourra sans doute faire penché la balance par rapport à ses concurrents…

Une solution Huawei pour Azure Stack

Capture d_écran 2018-10-19 à 11.43.12Lors de Huawei Connect 2018, Microsoft et Huawei ont annoncé un partenariat afin de fournir la solution «100% flash» pour Azure Stack. L’objectif étant selon les deux entreprise d’accélérer la mise en oeuvre de services de cloud hybride, tout en améliorant l’accès aux données.

Pour rappel, Azure Stack est une extension du cloud public Microsoft Azure (y compris au passage pour son mode de facturation) qui permet aux clients de déployer les services de cloud Azure sur leurs propres centres de données (en interne donc), ce qui aide à résoudre les problèmes de sécurité mais aussi de latence. Azure Stack est aussi pour Microsoft un moyen de faire passer ses client dans le Cloud Public Azure en douceur tout en se démarquant de ses principaux concurrents : AWS et Google.

Le matériel  auquel Huawei fait référence est le Huawei FusionServer 2288H V5, qui peut être étendu pour inclure 24 disques SSD Huawei ES3000 V5 en interface NVMe bien entendu pour obtenir de tel niveau de performance. Les performances d’E / S et la bande passante en lecture-écriture sont, sans surprise, nettement supérieures à celles des configurations hybrides HDD et HDD-SSD : les disques ayant une vitesse de lecture de 3,5 Go / s et une vitesse d’écriture de 3,2 Go / s…

Une solution qui est une concurrence directe avec celles de PureStorage que nous avions rencontré à Mountain View le 8 octobre dernier (mais ces dernières étaient disponibles en complément de tous les systèmes existant).

L’offre est également fournie avec Huawei eSight, une solution de gestion des des serveurs qui permet de diagnostiquer et d’analyser avec le l’IA, les défaillances du CPU, de la mémoire et des cartes PCIe.

« Entrées précédentes