Archives des étiquettes : Google

Google acquiert la plate-forme de développement d’applications sans code AppSheet

AppsheetGoogle a acquis en fin de semaine dernière AppSheet, une plateforme de développement d’applications d’entreprise sans code, pour une somme non divulguée. Selon le vice-président de Google Cloud, Amit Zavery, cette acquisition complètera la stratégie de Google visant à  » réimaginer l’espace de développement d’applications  » en  » aidant les entreprises à innover  » grâce à l’automatisation des flux de travail, la prise en charge des applications et la gestion des API. C’est aussi un moyen pour Google d’avoir plus rapidement un concurrent à Powerapps la plateforme de développement sans code de Microsoft…

AppSheet avait été créé en 2014 par deux diplômés de la prestigieuse université Cornell (Etat de New York) : Sheshadri et Brian Sabino. Elle avait levé 19,3 millions de dollars en capital-risque au cours de plusieurs tours de table. En avril 2019, elle comptait plus de 6 000 entreprises parmi ses clients, dont le groupe Husqvarna, Solvay, Tigo Guatemala, American Electric Power, M&O Partners et Boom Technology.

M. Zavery, un des patron de Google Cloud déclarait que « Grâce à cette acquisition, les clients pourront développer des applications plus riches à une échelle qui tirera parti non seulement des feuilles et des formulaires de Google qui sont déjà populaires auprès des clients, mais aussi d’autres technologies de Google telles qu’Android, Maps et Google Analytics « .

Le PDG d’AppSheet, a souligné que les services AppSheet existants ne disparaîtront pas de sitôt, mais qu’ils finiront par migrer vers Google Cloud. De plus, l’équipe AppSheet de plus de 20 personnes rejoindra Google Cloud, où elle veillera à ce que les intégrations avec les sources de données hébergées dans le Cloud comme Office 365, Salesforce, Box, Dropbox, iOS, les navigateurs Web et les bases de données hébergées dans d’autres Clouds soient développées et maintenues.

 

Comment Google est passé d’un moteur de recherche à un géant de l’IA à 800 milliards de dollars

Une étude très interessante de CBInsights (étude payante) analyse la montée en puissance de Google dans l’IA et comment la société a consacré tous ses efforts pour devenir un géant du secteur ou elle pourra concurrencer demain bon nombre d’industries en les « disruptant« …

Quelques illustrations avec l’évolution des publications réalisées par la firme de Mountain View :

publications IA

Mais aussi une infographie sur l’organisation actuelle des entités réalisant de l’IA :

Organisation Alphabet

Quand Google veut s’occuper de votre confidentialité…

googleGoogle cherche aujourd’hui à se repositionner comme le champion de la confidentialité des utilisateurs sur le Web. Alors oui, cela peut sans doute faire sourire (à juste titre), un peu comme si les géants de l’énergie voulaient nous aider à consommer moins 🙂

Dans un nouveau billet de blog, Justin Schuh, patron du navigateur Chrome, explique comment le géant de Mountain View « souhaite limiter l’accès des annonceurs à vos données » (notez la subtilité : les annonceurs, pas Google 🙂 ).

L’entreprise prévoit d’y parvenir en introduisant de nouvelles normes Web sur la manière dont les annonceurs utilisent et accèdent aux données des utilisateurs pour cibler leurs annonces avec ce que Google appelle la « Privacy Sandbox« . Les détails de son fonctionnement ne sont pas encore parfaitement définis, mais l’objectif de Google est « que les annonces restent pertinentes pour les utilisateurs, mais que les données des utilisateurs partagées soient réduites au minimum en agrégeant anonymement les informations  et en conservant beaucoup plus d’informations utilisateur uniquement en local ». Le « Comment » reste pour le moment assez flou.

Qu’est-ce qui motive Google ? Bien entendu la pression des utilisateurs et du marché en général pour plus de confidentialité. La pression possible des régulateurs américains qui demain, comme l’a fait l’Europe avec la GDPR pourrait imposer des lois contraignantes. Mais également lutter contre les bloqueurs de publicité qui limite le revenu du géant ! dont il ne se prive jamais de dénoncer les méfaits : ainsi régulièrement Google affirme que « cela réduit non seulement les revenus des éditeurs et limite leur capacité à offrir du contenu gratuit, mais peut surtout aggraver le problème de la confidentialité en ligne« … aussi pertinent qu’un tweet de Trump 🙂

Google ajoute les bureaux virtuels à Chrome OS

chromebooksLa dernière version de Chrome OS (version 77, actuellement en cours de déploiement sur les Chromebooks) ajoute des bureaux virtuels. Il sera donc possible de basculer entre quatre bureaux différents avec leurs propres dispositions d’applications. Cette nouvelle fonction existe sous Linux depuis des lustres tout comme sous MacOS lui aussi issu d’Unix. Cette fonction, très pratique pour simuler du multi écran par exemple, faisait parti des nouveautés de Windows 10.

Google a repris ici les gestes de MacOS (avec Mission Control), en glissant depuis le pavé tactile vers le haut on affiche toutes les fenêtres en mode « Vue d’ensemble », Pour créer un nouveau bureau virtuel, Google s’inspire cette fois de Windows 10 avec un bouton dans le coin droit intitulé «Nouveau bureau» (il est en haut chez Google et en bas chez Microsoft…), ceci créer un nouvel espace dans lequel on peut faire glisser des fenêtres. Comme sur mac, on peut utiliser quatre doigts pour basculer entre les bureaux virtuel.

Google ne met pas en avant pas cette fonctionnalité sur son blog ChromeOS, mais met plutôt l’accent sur d’autres choses comme les «clics automatiques», une fonctionnalité d’accessibilité qui permet de déclencher un clic de souris en plaçant le pointeur de la souris sur un objet spécifique… On retrouve également dans les fonctions mises en avant : une meilleur gestion des comptes Google pour Chrome OS et la suppression du support de Flash.

 

Une vidéo humoristique plutôt réussie de promo pour les Chromebooks :)

Capture d’écran 2019-08-14 à 19.48.24.pngEn ce jour férié, voici un petit post sur une petite vidéo de promotion des Chromebooks plutôt réussie et pleine d’humour. L’acteur principal (et le seul en fait) est Bill Nye, célèbre pour ses convictions sur changement climatique. Il explique qu’il faut changer nos habitudes et en premier passer du PC au Chromebook et qu’il ne faut pas avoir peur ! Le parallèle est osé mais très drôle.

La parodie de Windows et ses correctifs avec la voiture (à 1’45) est assez réussie 🙂

Bill Nye est un ancien ingénieur de Boeing (A Seattle) et animateur d’une émission pour enfants dans les années 1990, il intervient donc dans une série de vidéos de Google pour les Chromebook (sur YouTube, évidemment) intitulée «The Science of Switching». Avec pour objectif de changer nos pratiques… pour passer d’un PC à un Chromebook bien sûr…

 

Assistants vocaux : Amazon Alexa toujours en tête des usages dans un marché qui commence à émerger

Les assistants vocaux font souvent la une de la presse pour les problèmes de confidentialité. Les craintes sont réelles, mais les usages progressent néanmoins à commencer par la plateforme d’Amazon qui continue de faire la course en tête.

la technologie vocale et le marché en général ont beaucoup évolué. Il y a deux ans, il y avait déjà 15 000 «compétences» Alexa ou différentes applications et capacités vocales Alexa. Aujourd’hui, il y en a plus de 90 000... Et Amazon a ajouté encore plus de capacités à Alexa, en affrontant principalement Google alors que Microsoft a quasiment jeté l’éponge (en tout cas coté grand public), que Siri peine à devenir pertinent et que les autres n’ont pas la taille critique. Le succès d’Amazon repose sur le modèle partenaire de son assistant vocal avec la très large diffusion de son SDK. Alexa a ainsi été intégrée à 150 périphériques différents fabriqués par des tiers. Le nombre total d’appareils Alexa vendus vient de passer selon l’éditeur à plus de 100 millions…

Le marché devrait atteindre  31 milliards de dollars d’ici 2025 selon Amazon, on comprend mieux pourquoi les entreprises telles que Google investissent massivement pour combler leur retard (très réel encore au États Unis).

Paul Bernard AmazonIl y 3 ans Amazon avait lancé son programme « Alexa Accelerator » destiné aux jeunes entreprises qui teste des modèles et des business autour des technologies vocales. « Au démarrage, Amazon ne savait pas vraiment quel type de startups il attirerait lorsque la société a lancé son accélérateur en 2017 » a déclaré Paul Bernard, directeur du développement mondial d’Amazon Alexa et d’Alexa Fund, la branche de capital-risque d’Amazon (avec un budget de 200 millions de dollars destinée aux startups). C’est aujourd’hui un succès qui permet à la technologies d’être utilisée dans très nombreux scénarios.

Les utilisateurs d’iPhone de plus en plus tentés par Android

Apple fait de la fidélité de ses utilisateurs un élément clé de sa politique. Si vous êtes entré dans l’univers de la pomme, vous avez de bonnes chances d’y rester et de lorgner sur les prochains modèles… A plus de 90% les utilisateurs d’iPhone souhaitaient donc pour leur prochain smartphone… un iPhone.

En 2019 selon une étude BankMySell qui mène ce type d’étude depuis près de 10 ans, la fidélité des utilisateurs Apple est tombé au plus bas puisque seulement 73% de ces derniers envisagent de rester avec un iPhone. Ce nombre encore élevé est néanmoins au plus bas depuis 9 ans…

fidelite iphone

Tout ceci dans un contexte de baisse des ventes des iPhones (-17% au dernier trimestre). Les progrès que font Google avec Android et surtout les efforts réalisés depuis deux ans pour offrir une expérience plus cohérente n’y sont pas pour rien. On comprend aussi pourquoi Apple axe sa communication sur le respect de la vie privée, domaine où Google, à du mal à s’aligner (business model oblige).

 

« Entrées précédentes