Archives des étiquettes : Google

Navigateurs en entreprise : Google en passe de gagner son pari

Cela fait des années maintenant que la plupart des entreprises se demandent par quoi elles vont bien remplacer Internet Explorer. Sans surprise compte tenu de ses parts de marchés dans le grand public, Google Chrome est un excellent candidat.

padie
Le navigateur de Google détient entre 40 et 60% des parts de marché toutes plateformes confondues selon les différents instituts (source Wikipédia). Très loin donc devant Internet Explorer et Edge situés de 4,7 à 8,5 % à eux deux.
Seulement voilà, le géant californien n’a pas forcément bonne presse en matière de vie privée. L’effort que font les entreprises pour anonymiser les navigations de leurs utilisateurs risque d’en partir. C’est pourquoi à minima elles sont nombreuses à bloquer l’authentification possible de leurs utilisateurs sur les plateformes de Google. Ces derniers perdent donc des fonctionnalités (comme bien sûr la synchronisation des favoris) mais gagnent ainsi (un peu) en confidentialité.
Mais le grand responsable de ce succès de Google est avant tout… Microsoft. L’entreprise de Redmond a laisser doucement disparaitre son navigateur, tout d’abord en s’endormant sur ses lauriers quand ce dernier trônait à 90% de parts de marchés, pour oublier de le rendre plus performant et surtout moins omnipotent et enfin l’abandonner au profit d’une solution n’existant dans un premier temps que sur un nouvel OS : Windows 10. Stratégie ô combien risquée lorsque très majoritairement les entreprises sont encore sous Windows 7.
L’absence de l’éditeur sur les périphériques mobiles (ou son arrivé trop tardive avec Edge pour iOS et Android) a achevé ses ambitions.  C’est maintenant un Chrome (qui au passage gagne lui aussi en embonpoint) qui se voit prendre la place d’Internet Explorer sans que visiblement beaucoup de considèrent réellement le successeur désigné de Microsoft : Edge.
Cette étape gagnante pour Google est elle annonciatrice d’autres victoires ? On pense en particulier aux Chromebooks demain et aux services SaaS de la firme… A suivre

Google dope G Suite à l’IA pour tenter de rattraper Microsoft

A l’occasion de sa conférence Google Cloud Next qui s’est tenue du 24 au 26 juillet à San Francisco, le Google a détaillé comment il comptait infuser de l’IA dans sa suite bureautique professionnelle, mais aussi renforcer la sécurité et permettre une gestion régionale des données.

Le but étant clairement de se positionner auprès des entreprises comme une offre attractive face à Office 365. Pour rappel il y a aujourd’hui quatre millions d’organisations qui utilisent G Suite, soit un million de plus qu’il y a un an, et bien que les deux ne sont pas vraiment comparables, Office 365 rassemble actuellement 135 millions d’utilisateurs payants mensuels.

Voici un résumé des annonces qui sont plus largement décrites dans un billet de blog de Google.

Les utilisateurs Gmail auront accès à l’outil Smart Compose dans les prochaines semaines. Google l’avait déjà annoncé lors de la conférence Google I/O en mai. Cette brique d’IA se nourrit du comportement de l’utilisateur pour faire ensuite des propositions de phrases ou d’adresses email souvent utilisées. Du machine learning est également ajouté à Docs, en version bêta, pour la correction grammaticale.

GSuite Smart-compose

Smart Reply est dans la même veine. Intégré dans le client de messagerie Inbox by Gmail depuis 2015, il l’est aussi à Google Allo et le sera prochainement à Hangouts Chat. Le système est fondé sur deux réseaux neuronaux artificiels pour analyser les messages les plus urgents et formuler, dans chaque cas, trois propositions : trois réponses rapides ou trois accroches.

GSuite smart-reply

Lire la suite

Nouvelle fonction bien pratique dans Google Agenda

En cette période de vacances et donc d’absence programmée du bureau, Google vient d’ajouter dans son agenda une fonction très pratique : Il est maintenant possible de définir simplement les périodes ou nous activons le fameux OOF (Out of OFfice) tout simplement en sélectionnant les dates correspondantes.

En plus de celà la mise à jour proposée assure qu’il sera possible de définir les plages de travail de façon plus granulaire : plus d’horaires fixes pour tous les jours mais  indépendamment pour chaque jour de la semaine. De plus, un message de refus automatique peut être paramétré pour les réunions en dehors des plages indiquées.

Avec ses fonctions et l’introduction de toujours plus d’IA dans les serveurs du géant de Mountain View, le calendrier peut être plus  intelligent : « En fonction de votre fuseau horaire et de vos habitudes de planification passées, Google Agenda peut maintenant déduire vos heures de travail. » hum… vaste programme, avec un couplage à la base RH de l’entreprise pour corser le tout ? 🙂

Une petite animation pour tout comprendre :

gsuite_outofoffice_v01

Google précise que cette fonction est en cour de déploiement au niveau mondial. Un peu de patience donc si elle n’est pas encore disponible sur vos comptes.

Google trouve son inspiration ailleurs :)

Google a annoncé hier soir de nombreux nouveaux matériels répondant en écho à des produits concurrents  :

  • Smartphones Pixel 2 et Pixel 2 XL (fabriqués par LG en attendant le fruit de leur rachat de la division mobile d’HTC). Ils sont plutôt réussi, disposent visiblement d’excellent capteur photo (le meilleur score au DxO Mark), de très beaux écran OLED… mais ne seront pas vendus en France (EU, UK, Espagne, Italie, etc. mais pas la France !). Pourquoi faire l’impasse sur notre pays ? Mystère. C’est dommage car le principal intérêt de ces machines vient du fait qu’elles évoluent automatiquement dans les dernières versions d’Android sans attendre une hypothétique mise à jour d’un constructeur Samsung, LG, Sony et autre… Les prix sont de 650 et 850 $.
    pixel2
  • Un nouveau portable Pixel avec stylet : le Pixelbook, sous ChromeOS aux allures de Surface Book : rien de bien neuf sur les fonctions, mais assurément du bel ouvrage également. mais là encore n’y comptez pas en France. Pourquoi là encore faire l’impasse sur le territoire national ? Sans doute lié au fait que ChromeOS reste anecdotique dans notre pays, là ou il cartonne aux US (principalement dans l’éducation). Cette belle machine sera vendue 1000 $.
    Capture d_écran 2017-10-05 à 06.31.57
  • Deux nouvelles enceintes Google Home, une entrée de gamme à moins de 50 $ : une réponse à l’Echo Dot d’Amazon et une haut de gamme en réponse au future HomePod d’Apple à 400 $ C’est sans doute les seuls produits qui seront vendus à coup sur en France !
    home
  • Un nouveau casque de réalité virtuelle, le Daydream 2 doté d’un champ de vision plus important. Nouveauté interessante pour ce type de machine : il bénéficiera  gratuitement à un catalogue de films iMax.
    dreamview

Mais aussi des plus originaux :

  • Le Google Clip qui est un appareil photo se portant sur sa chemise ou sa veste et qui décide lui-même du bon moment pour prendre une photo. On retrouve clairement l’inspiration du géant de Mountain View dans le produit de la société Narrative vu au CES en 2015. Il sera vendu 250 $ d’ici la fin d’année aux USA (pas vendu en France lui non plus)
    clip
  • Enfin le meilleur pour la fin : les Pixel Buds qui sont des écouteurs sans fil capables de traduire une quarantaine de langages avec un léger décalage de l’ordre de quelques secondes ! Là nous sommes bien dans Star Trek (et de nombreux films de science fiction) avec les traducteurs portables ! Il sera vendu 250 $ à partir de novembre aux USA (pas de date pour la France). C’est sans doute le produit le plus innovant de cette conférence de presse, une chose à ramener en tout cas des USA, à défaut d’aller de faire un voyage temporel 🙂
    buds

Nous reviendrons bien entendu sur ces nouveautés comparées lors du prochain Briefing Calipia dont l’agenda est disponible depuis hier : calipia.com/briefing

 

Les applications Android tourneront sur les nouveaux Chromebooks

Cela pourrait changer un peu la donne sur le marché du poste de travail en entreprise, marché ou les Chromebooks de Google sont largement absent pour ne pas dire totalement. C’est maintenant officiel : les prochains Chromebooks pourront exécuter les applications Android, de quoi d’une part élargir le catalogue de ces machines qui marquent des points aux US (en particulier sur le marché de l’éducation) mais dont l’usage est marginal chez nous.

HP ChromebookLes utilisateurs de Chromebooks auront ainsi accès enfin à un fonctionnement Offline et pourquoi pas à Microsoft Office avec la version Office pour Android de l’éditeur de Redmond !

Aller, dans quelques temps le géant de Mountain View pourrait aussi remplacer les 40 000 Macbook de son siège social… Cela apporterait un peu de crédit aux Chromebooks pour un usage dans les entreprises non ? 🙂

Google lance un concurrent à Surface Hub

Le succès de Surface Hub fait des envieux. Google vine d’annoncer un concurrent au produit de Microsoft : « Jamboard », il reprend en gros les caractéristiques de Surface Hub pour un prix de 6000 € (vs 8000 €) pour une version 55 pouces (en 4K chez Google alors que seul la version 84 pouces l’est chez Microsoft).

Sans surprise, ce dernier s’adresse aux entreprises disposant de tout l’écosystème Google (à la manière de Surface Hub qui nécessite l’écosystème de Microsoft voir des comptes Office 365 dans l’idéal).

Google Play sur Chrome OS

A défaut de faire fusionner ses OS mobiles et poste de travail (Android et Chrome OS), Google devrait proposer l’exécution des applications Android sur ses Chromebooks et donc offrir le Play Store sur la plateforme Chrome OS.

Play Store Chrome OSCe n’est pas idiot pour d’une part permettre à la plateforme poste de travail de bénéficier de l’immense Logithèque Android mais aussi permettre d’étendre les capacités hors connexion des Chromebooks. Effet de bord nous aurons donc du coup une version de Microsoft Office qui serait disponible sur Chrome OS 🙂

Reste à voir la qualité et l’usage de telles applications : il faut que la résolution soit bonne (identique au Chromebook concerné) mais également que ce dernier soit tactile (il een existe beaucoup), la souris étant souvent mal gérée.

A suivre en tout cas dans les mois à venir…

(source Arstechnica)

« Entrées précédentes