Archives des étiquettes : Chrome

Google change une API utilisée par de nombreuses extensions à Chrome

Capture d’écran 2019-06-14 à 15.16.20Google a récemment décidé de changer le fonctionnement de l’API Web Request dans Chrome. Quel est le problème me diriez-vous ?

Il se trouve que cette API est utilisée par de nombreuses extensions et les modifications pourraient affecter la capacité des bloqueurs de publicité à fonctionner correctement… Et voilà une polémique de lancée, car il est vrai que l’on soupçonne souvent Google de vouloir contrarier ces bloqueurs de publicités qui logiquement attaquent un peu le gagne pain de la firme de Mountain View…

Alors sur son blog sur la sécurité Google explique pourquoi il estime que les modifications sont nécessaires à la protection des utilisateurs ce qui devrait selon lui apaiser les craintes relatives à la possibilité de neutraliser les bloqueurs de publicité dans Chrome. La société explique que la croissance explosive de la popularité des extensions a obligé l’équipe de Chrome à prendre des mesures drastiques pour réduire les abus de la part d’acteurs néfastes. Google prend également plus de temps pour revoir les extensions présenté dans le magasin application de Chrome, ce qui d’après la société aurait déjà entraîné une baisse de 89% du nombre d’installations d’extensions malveillantes depuis 2018. Mais pour aller encore plus loin, Google remplacera l’API Web Request par l’API Declarative Net Request, qui permet aux éditeurs d’extension d’avoir un contrôle précis des informations dont ils ont besoin dans le navigateur, sans recevoir d’informations sensibles ou non pertinentes pour leur fonctionnement. Donc en gros : cela n’a rien de machiavélique de la part de Google c’est uniquement pour le bien des utilisateurs et surtout pour leur sécurité !

Seulement voilà difficile d’expliquer dans ces conditions pourquoi la société maintien cette API dans la version Entreprise de Chrome (destinée il va de soit aux entreprises déployant la solution)…

La plupart des autres navigateurs basés sur Chromium comme Opera et Vivaldi ont déclaré qu’ils continueraient à prendre en charge l’ancienne API pour les extensions, malgré les modifications de Google. Aucune information coté Edge Chromium en revanche.

Microsoft l’Addon Windows Defender Application Guard pour Chrome et Firefox

Microsoft a annoncé la sortie d’une extension Windows Defender Application Guard pour Chrome et Firefox. Il réservé au Insiders (Beta testeurs) pour le moment, mais il sera bientôt disponible pour tout le monde.

Capture d’écran 2019-03-18 à 10.51.54Cela fonctionne de la même façon que l’extension intégrée d’Edge, en comparant l’URL cible à une liste de sites Web de confiance. S’il s’avère que vous naviguez vers un site non approuvé, celui-ci s’ouvrira dans le navigateur Microsoft Edge en « mode bac à sable ». Dans ce mode, vous pouvez accéder à n’importe quel site Web, qu’il soit fiable ou non, en isolation complète, donc sans possibilité de nuire à l’intégrité du système système.

Une fois l’extension installée, une page de destination de Windows Defender Application Guard s’affichera à l’ouverture de Chrome ou de Firefox. L’icône Windows Defender apparaît dans le navigateur et vous pouvez démarrer une session Application Guard en cliquant dessus et en entrant une URL.

Vous pouvez accéder à ces extensions en suivant les liens ci-dessous :

Google Chrome : des nouveautés interessantes en approche…

Google ChromeLa prochaine version de Chrome (73) devrait apporter de nombreuses nouveautés très interessantes. Ces fonctions sont disponible dans les version Beta (Canary) du navigateur.

Parmi ces nouveautés on découvre :

  • Un mode sombre disponible : ce mode est particulièrement « à la mode » depuis les annonces de Microsoft sous Windows 10 en octobre mais aussi depuis Mac OS Mojave un peu plus tôt dans l’année en aout.
  • Un mode d’exécution « Never-Slow Mode » permettant de privilégier l’exécution pour un onglet particulier.
  • La prise en charge des touches matérielles du clavier pour le controle du son intégré aux vidéos. C’est clairement un atout pour Chrome, cela facilite grandement le contrôle de la lecture audio / vidéo. Par exemple, si vous utilisez le Web pour diffuser de la musique via un service de diffusion en continu ou via YouTube en arrière-plan, vous pourrez utiliser les touches lecture / pause du clavier pour contrôler la lecture sans avoir à rechercher les onglets concernés.
  • L’incrustation vidéo en image dans l’image ouverte aux application PWA (Progressive Web Apps) chères à Microsoft. Alors que Chrome 70 offrait déjà la possibilité d’installer des PWA sur Windows 10, ce qui pour rappel, permettait par exemple, la prise en charge des icônes du menu Démarrer, les notifications natives via le Centre de maintenance, etc. Cependant, les PWA qui utilisaient la vidéo pouvaient basculer vers une image dans l’image uniquement par l’intermédiaire d’une action de l’utilisateur. Avec l’incrustation automatique dans l’image, les éléments vidéo de l’application peuvent entrer et quitter l’état de l’incrustation automatiquement en fonction de la mise au point. Un exemple d’usage serait les applications de vidéoconférence qui basculent la vidéo en image incrustée lorsqu’un utilisateur navigue entre différentes applications Web ou différents onglets du navigateur.

Chrome 73 a été mis hier en bêta. La sortie sur le canal stable devrait donc se faire dans quelques semaines.

 

Vous pouvez maintenant vous inscrire pour tester le nouveau Edge de Microsoft

better-for-everyoneVous savez, Microsoft a pris la décision de supprimer le son moteur EdgeHTML dans son navigateur Edge, adoptant à la place le moteur open source Chromium. Cette décision est sans aucun doute salutaire pour l’avenir de ce navigateur nettement distancé par celui de Google y compris dans les entreprises. Bonne nouvelle également, il devrait même prendre en charge (au moins certaines) extensions Chrome « , selon un communiqué de l’équipe de développement.

Et si tout le monde n’est pas satisfait des changements à venir dans le navigateur, une personne de Microsoft reprochant même à Google de l’avoir saboté, ce que la société a nié (le contraire aurait été étonnant), nous pensons de notre coté que cette décision est sans doute la meilleur. Mais surtout elle permet à Microsoft de renouer avec le multi-plateforme qui est la règle dans cette industrie depuis quelques années et au coeur de la stratégie (depuis Satya Nadella) de l’entreprise.

Si vous êtes intéressé pour tester ces nouvelles fonctions dans Edge (et sur d’autres plateformes que Windows 10 : Window7, Mac, …) vous pouvez vous inscrire en suivant ce lien. Le site Web ne précise pas en revanche quand le programme va démarrer.

Microsoft cherche déjà un successeur à son navigateur Edge…

endofedgeCe n’est un secret pour personne, le navigateur Web de Microsoft  introduit avec Windows 10 n’est pas un succès. C’est le moins que l’on puisse dire lorsque l’on voit avec quelle vitesse les entreprises passent d’Internet Explorer à Chrome comme navigateur par défaut… Dans le grand public les chiffres sont encore plus important. Microsoft n’a pas, avec le moteur de rendu EdgeHTML pu rivaliser avec Webkit, moteur conçu par Apple et repris par Google. De plus le manque d’extensions d’Edge, son absence sur les anciennes version de Windows, ou sur mac ont fait le reste.

Windows Central affirme dans un nouveau que Microsoft travaillerait sur un autre navigateur Web, basé cette fois sur le projet open-source Chromium. C’est à dire le même moteur que le navigateur Chrome de Google…Le nom de code du projet est Anaheim.

Microsoft en aurait donc terminé avec EdgeHTML ?  Difficile de savoir si l’entreprise est en train de supprimer purement et simplement Edge ou si elle remplace simplement le moteur de ce dernier… Microsoft a récemment soumis au projet Chromium (Open source) l’ajout de la prise en charge de Windows 10 sur ARM… Un autre signe dans le même sens.

Cela modifierait également les règles applicables aux applications soumises au Microsoft Store. Pour le moment, pour soumettre un navigateur à la boutique, EdgeHTML doit être sous le capot (tout comme la soumission d’un navigateur sur iOS qui doit contenir le moteur de Safari Webkit). Si la société change le moteur de rendu sur Edge Google pourrait soumettre Chrome à la boutique s’il le souhaite.

Une autre alternative serait que Microsoft garde tel quel son navigateur Edge et fournisse un 3 ème navigateur avec Windows 10 en plus d’Edet et n’oublions pas Internet Explorer (présent principalement pour le mode de compatibilité)… Nous verrons probablement ce navigateur basé sur Chromium dans la prochaine mise à jour de la fonctionnalité de Windows 10.

Navigateurs en entreprise : Google en passe de gagner son pari

Cela fait des années maintenant que la plupart des entreprises se demandent par quoi elles vont bien remplacer Internet Explorer. Sans surprise compte tenu de ses parts de marchés dans le grand public, Google Chrome est un excellent candidat.

padie
Le navigateur de Google détient entre 40 et 60% des parts de marché toutes plateformes confondues selon les différents instituts (source Wikipédia). Très loin donc devant Internet Explorer et Edge situés de 4,7 à 8,5 % à eux deux.
Seulement voilà, le géant californien n’a pas forcément bonne presse en matière de vie privée. L’effort que font les entreprises pour anonymiser les navigations de leurs utilisateurs risque d’en partir. C’est pourquoi à minima elles sont nombreuses à bloquer l’authentification possible de leurs utilisateurs sur les plateformes de Google. Ces derniers perdent donc des fonctionnalités (comme bien sûr la synchronisation des favoris) mais gagnent ainsi (un peu) en confidentialité.
Mais le grand responsable de ce succès de Google est avant tout… Microsoft. L’entreprise de Redmond a laisser doucement disparaitre son navigateur, tout d’abord en s’endormant sur ses lauriers quand ce dernier trônait à 90% de parts de marchés, pour oublier de le rendre plus performant et surtout moins omnipotent et enfin l’abandonner au profit d’une solution n’existant dans un premier temps que sur un nouvel OS : Windows 10. Stratégie ô combien risquée lorsque très majoritairement les entreprises sont encore sous Windows 7.
L’absence de l’éditeur sur les périphériques mobiles (ou son arrivé trop tardive avec Edge pour iOS et Android) a achevé ses ambitions.  C’est maintenant un Chrome (qui au passage gagne lui aussi en embonpoint) qui se voit prendre la place d’Internet Explorer sans que visiblement beaucoup de considèrent réellement le successeur désigné de Microsoft : Edge.
Cette étape gagnante pour Google est elle annonciatrice d’autres victoires ? On pense en particulier aux Chromebooks demain et aux services SaaS de la firme… A suivre

[La Lettre Calipia] Les mises à jours en continu : inéluctable ?

(Article issu de La Lettre Calipia N°126. Abonnement gratuit sur demande : calipia.com/lettre.html)

Avec l’arrivée chez Microsoft de Windows 10 et surtout le changement dans le mode   de diffusion des nouvelles versions du système d’exploitation, la question des mises à jour en continu est un des sujets brulants de la rentrée pour bon nombre de directions informatiques.

Se posent alors les questions suivantes :

  • Comment gérer au mieux les mises à jour en continu ?
  • Cette tendance de fond est-elle inéluctable ou peut-on l’éviter ?
  • Comment continuer de valider les mises à jour de systèmes d’exploitation et d’applicatifs avant que l’éditeur ne les imposent directement aux utilisateurs ?
  • Si l’éditeur nous offre une mise à jour en différée par rapport à sa mise à disposition pour le grand public, aura-t-on assez de temps pour valider sa compatibilité applicative avec l’ensemble du socle logiciel présent sur les postes de travail ?
  • Quels seront les changements que nous devront opérer en interne pour qualifier beaucoup plus rapidement une nouvelle version du système de base ?
  • Alors que les entreprises attendent parfois plus de 12 ans pour changer de version de Windows (passage de  Windows XP au déploiement de Windows 7 par exemple) et même si l’éditeur nous promet de moindres difficultés, est-on prêt pour faire évoluer nos systèmes au fil de l’eau ?
  • Les éditeurs et Microsoft en tête, ne seront-ils pas être obligés de faire machine arrière ?

Lire la suite

« Entrées précédentes