Archives des étiquettes : Chrome

Navigateurs en entreprise : Google en passe de gagner son pari

Cela fait des années maintenant que la plupart des entreprises se demandent par quoi elles vont bien remplacer Internet Explorer. Sans surprise compte tenu de ses parts de marchés dans le grand public, Google Chrome est un excellent candidat.

padie
Le navigateur de Google détient entre 40 et 60% des parts de marché toutes plateformes confondues selon les différents instituts (source Wikipédia). Très loin donc devant Internet Explorer et Edge situés de 4,7 à 8,5 % à eux deux.
Seulement voilà, le géant californien n’a pas forcément bonne presse en matière de vie privée. L’effort que font les entreprises pour anonymiser les navigations de leurs utilisateurs risque d’en partir. C’est pourquoi à minima elles sont nombreuses à bloquer l’authentification possible de leurs utilisateurs sur les plateformes de Google. Ces derniers perdent donc des fonctionnalités (comme bien sûr la synchronisation des favoris) mais gagnent ainsi (un peu) en confidentialité.
Mais le grand responsable de ce succès de Google est avant tout… Microsoft. L’entreprise de Redmond a laisser doucement disparaitre son navigateur, tout d’abord en s’endormant sur ses lauriers quand ce dernier trônait à 90% de parts de marchés, pour oublier de le rendre plus performant et surtout moins omnipotent et enfin l’abandonner au profit d’une solution n’existant dans un premier temps que sur un nouvel OS : Windows 10. Stratégie ô combien risquée lorsque très majoritairement les entreprises sont encore sous Windows 7.
L’absence de l’éditeur sur les périphériques mobiles (ou son arrivé trop tardive avec Edge pour iOS et Android) a achevé ses ambitions.  C’est maintenant un Chrome (qui au passage gagne lui aussi en embonpoint) qui se voit prendre la place d’Internet Explorer sans que visiblement beaucoup de considèrent réellement le successeur désigné de Microsoft : Edge.
Cette étape gagnante pour Google est elle annonciatrice d’autres victoires ? On pense en particulier aux Chromebooks demain et aux services SaaS de la firme… A suivre

[La Lettre Calipia] Les mises à jours en continu : inéluctable ?

(Article issu de La Lettre Calipia N°126. Abonnement gratuit sur demande : calipia.com/lettre.html)

Avec l’arrivée chez Microsoft de Windows 10 et surtout le changement dans le mode   de diffusion des nouvelles versions du système d’exploitation, la question des mises à jour en continu est un des sujets brulants de la rentrée pour bon nombre de directions informatiques.

Se posent alors les questions suivantes :

  • Comment gérer au mieux les mises à jour en continu ?
  • Cette tendance de fond est-elle inéluctable ou peut-on l’éviter ?
  • Comment continuer de valider les mises à jour de systèmes d’exploitation et d’applicatifs avant que l’éditeur ne les imposent directement aux utilisateurs ?
  • Si l’éditeur nous offre une mise à jour en différée par rapport à sa mise à disposition pour le grand public, aura-t-on assez de temps pour valider sa compatibilité applicative avec l’ensemble du socle logiciel présent sur les postes de travail ?
  • Quels seront les changements que nous devront opérer en interne pour qualifier beaucoup plus rapidement une nouvelle version du système de base ?
  • Alors que les entreprises attendent parfois plus de 12 ans pour changer de version de Windows (passage de  Windows XP au déploiement de Windows 7 par exemple) et même si l’éditeur nous promet de moindres difficultés, est-on prêt pour faire évoluer nos systèmes au fil de l’eau ?
  • Les éditeurs et Microsoft en tête, ne seront-ils pas être obligés de faire machine arrière ?

Lire la suite

Google Chromebox for Meetings : une offre de conférence en ligne pour les salles de réunion

Google étoffe son offre entreprise de conférences en ligne – Hangout – par une solution dédiée aux salles de réunion.

« Google Chromebox for Meetings » est composé d’une Chromebox proposée par Asus (d’autres constructeurs semblent prévus à l’avenir), embarquant Hangout et les Google Apps, une caméra HD Logitech, un micro et une télécommande.

Google met en avant la simplicité de mise oeuvre de sa solution, et son coût réduit : 999 dollars et une licence de 250 dollar par an, sachant que la première année est gratuite.

chromebox

Cette offre vient habilement renforcer Hangout comme solution d’entreprise, et se veut une épine dans le pied des solutions de conférences de Cisco et Microsoft.

Il est clair en tout cas que ce type de solution, tout comme les différentes solutions proposées par Microsoft sur le même segment, vont contribuer à faire descendre les prix des « salles de conférence », historiquement très élevés.

Pour rappel, Microsoft propose de son coté les « Lync Room Systems » (en partenariat avec Smart et Crestron), ou encore les différents équipements pour salles de réunions, testés pour Lync, à tous les prix, en partenariat avec  Polycom etLogitech.

[Lettre Calipia] Peut-on encore se passer de Google ?

Ya bo Google

La question, j’en conviens, est un peu provocante.

Ya bo GoogleD’autant plus qu’elle semble sous-entendre un côté sombre à l’entreprise de Mountain View, qui nous conduirait à vouloir prendre de la distance. Hm hm, suspens…

Partons d’un constat : Google nous propose des services d’une très grande pertinence, à l’instar de son moteur de recherche, doublés d’une très grande richesse, à l’instar de YouTube. Ces services sont gratuits, tout comme son navigateur Chrome (pour ne citer que lui) ; Gmail, les Apps, Google +, Android, toute une galaxie de solutions et de produits nous est proposée à coût nul, ou minime (40€ par an par utilisateur pour l’offre entreprise).

Considérant l’adage que lorsque vous ne voyez pas le prix d’un service, c’est que c’est vous le produit vendu, il peut être intéressant de s’intéresser de très près à la stratégie de Google, afin de répondre en conscience : dois-je me passer des services de Google ? …et en trame : puis-je encore m’en passer ?!

Dans cet article, je vous propose de décortiquer cette stratégie globale de Google, qui comme vous allez le voir, est d’une justesse et d’une logique … imparable.

Ne vous êtes-vous jamais posé la question de la logique sous-tendue par des initiatives aussi dissemblables au premier abord que le Search, le projet de ballons atmosphériques Loon, l’investissement dans la compagnie de taxi Uber ?

Toutes ces initiatives participent en fait à un dessein stratégique d’une grande clarté, que nous allons maintenant évoquer.

A l’arrivée, c’est à vous qu’appartiendra la réponse à la question soulevée 🙂

Lire la suite

Google Chrome : le navigateur qui devient de plus en plus un OS…

menuCe n’est pas une surprise, Google qui veut faire de son navigateur vedette une véritable alternative au système d’exploitation et à Windows en particulier, marque des points (tout au moins technologiques). Dernière initiative en date : alors que Chrome fête ses 5 petites années, la firme de Mountain View propose le lancement d’applications fonctionnant hors connexion d’un part et disposant de leur propre lanceur autonome ! De quoi énerver un peu plus Microsoft…

L’accès à ces applications se fait tout naturellement depuis le Chrome Store du navigateur qui dispose d’une nouvelle rubrique pour l’occasion  » les applications poste de travail ».

chrome

L’initiative de Google tant une fois de plus à renforcer son offre Google Apps et à terme bien sur ses Chromebooks comme véritables alternatives à Windows…

Le calendrier de Google n’est pas toujours celui des entreprises…

Décidément, Google ne vit pas avec la même échelle temporelle que les entreprises. Ce dernier annonce par l’intermédiaire de son blog hier soir que ses applications Google Apps ne supporterons plus Internet Explorer 8… dès le 15 novembre, après l’arrêt du support des anciennes versions de navigateurs Chrome, Firefox et Safari.

Vous êtes sur XP ? Et bien changez de navigateur : prenez Chrome pour XP et retirez IE8 : c’est tout simplement la solution donnée par l’éditeur ! De quoi se priver de bons nombres de clients entreprises sous XP, en particulier en France ! La majorité des grandes entreprises en fait… On imagine bien le peu d’influence de la filliale française coté entreprise sur cette décision…

L’évolution « en continue » affichée  par le géant de la recherche n’est pas toujours simple à gérer pour les utilisateurs professionnels. Mais c’est aussi le multi-plateforme de la solution Google qui, du coup, voit son champs d’action beaucoup plus limité…

Google pris la main dans le pot de confiture :)

C’est officiel : Google  a été contraint (et a  accepté ) de payer une amende de 22,5 millions de dollars -une broutille- afin d’arreter  l’enquête de la FTC (Federal Trade Commission) relative au contournement de la protection du navigateur Safari d’Apple . Le géant de l’internet avait été pris en flagrant délit en procédant systématiquement à l’installation de cookies publicitaires.

Si l’affaire à fait grand bruit en début d’été aux Etats Unis, dont le mensonge est un crime de la plus haute importance, ce n’est guère une surprise pour de nombreux observateurs. Google, et il ne s’en cache pas, tire la plus grande partie de ses revenus de la publicité et donc du ciblage particulièrement pertinent des utilisateurs qu’il va exposer aux panneaux de publicité (plus de 97% de son CA et encore plus de ses bénéfices). Dans ces conditions l’anonymat est pour la Firme de Mountain View la plus grande menace sur l’essentiel de son business.

C’est comme ceci qu’il peut financer des tas d’outils « gratuits » dont bien sur Android et Chrome. L’utilisateur ne paye pas ces programmes avec des euros mais avec ses données personnelles qui sont ainsi à la disposition de Google, lequel se chargeant de revendre leur exploitation aux annonceurs.  C’est du donnant-donnant. Alors face à ceci ce n’est pas une petite option du navigateur qui doit lui mettre des batons dans les roues !

Concernant les entreprises les choses sont plus délicates, et même si les engagement de Google sont loin d’être clairs sur ce segment (quel Business Plan ?), le géant de la recherche marche sur des oeufs sur le thème du respect de la vie privée, alternant propos rassurants et contradictoires (tout au moins en France).

On comprend mieux aussi pourquoi Microsoft, en réponse à Google  (nous en avons eu la confirmation en début de semaine) positionne par défaut dans le navigateur de Windows 8 (IE 10) à « actif » le paramètre DoNotTrack empéchant tout pistage de l’utilisateur… quitte à diminuer lui aussi des revenus issus de sa propre régie publicitaire (avec il est vrai un impact très minime sur le business global de l’éditeur). Est-il besoin de le rappeler Google est très hostile à ce paramètre qu’il refuse d’intégrer à son navigateur Chrome

« Entrées précédentes