Archives des étiquettes : Alexa

Les assistants Alexa « Echo Show » pourront scanner les codes barres. De quoi acheter plus facilement sur… Amazon

13619574Si vous utilisez votre assistant Alexa Echo Show pour gérer votre liste d’achat, bonne nouvelle : il vient de devenir plus facile d’ajouter des articles ayant besoin d’être réapprovisionnés. Amazon a annoncé qu’Alexa sur les Echo Show 5 et Echo Show 8 – pourra scanner les codes barres des articles d’épicerie courants pour ajouter les produits à votre liste de courses. Cette fonction sera disponible dans un premier temps aux USA.

Cette fonction fait suite également au déploiement de « Show and Tell », qui aide les clients aveugles et malvoyants avec un Echo Show à identifier les produits courants du garde-manger (comme les conserves ou les boîtes de conserve) qui peuvent être difficiles à distinguer au toucher. Pour commencer à utiliser le lecteur de codes-barres, il suffira de dire : « Alexa, scanne ça sur ma liste de courses« . Si Alexa ne peut pas reconnaître le code-barres ou si l’article n’a pas de code-barres, une commande vocale du type « Alexa, ajoute des petits pois à ma liste » continuera bien sur à fonctionner, ouf (!).

La motivation d’Amazon est assez évidente. Selon un récent rapport d’étude de marché d’OC&C Strategy, les achats par la voix atteindront la somme astronomique de plus de 40 milliards de dollars en 2022, contre 2 milliards en 2018 aux États-Unis et au Royaume-Uni. RBC Capital Markets prévoit qu’Amazon à elle seule générera 10 à 11 milliards de dollars de ventes à partir des appareils Alexa.

Souriez vous êtes écoutés…

ecoutes téléphoniquesC’est le feuilleton technologique de cet été, un par un, la plupart des acteurs ont révélé cet été qu’il nous écoutait, ou plutôt que des oreilles bien humaines étaient payées pour nous écouter dans leurs services, dans le but bien sur d’amélioré la qualité des produits.

Ce fut le cas d’Amazon avec son assistant vocal Alexa, puis Google avec son assistant qui lui aussi était assez indiscret et Apple avec Siri. C’était en juillet et ces acteurs ont annoncés immédiatement (ou presque) arrêter ces pratiques ou laisser le choix à l’utilisateurs de transmettre ses données. Un peu plus tard (première semaine d’août) ce fut au tour de Facebook, dont les indiscrétions sont une véritable marque de fabrique d’annoncer que oui, ils écoutaient aussi nos conversations Messenger et que promis juré ils allaient arrêter de ce pas…

Nous sommes mi-août et c’est au tour de Microsoft d’annoncer que oui, il arrivait à des oreilles humaines d’écouter aussi les conversations Skype dès lors qu’une traduction est réalisée et les requêtes de son assistant vocal Cortana (bon pour ce dernier c’est sans doute moins grave compte tenu du nombre d’utilisateurs 🙂 ). Mais plutôt que d’arrêter ses pratiques, l’éditeur en précise l’objet et met à jour en conséquence sa politique de confidentialité afin d’informer explicitement les utilisateurs que leurs appels au service de traduction Skype pourraient être examinés par des sous-traitants afin d’améliorer la précision du service.

La politique de confidentialité mise à jour indique que « le traitement des données à caractère personnel par la société à ces fins inclut des méthodes de traitement automatisées et manuelles (humaines)« .

La FAQ sur la confidentialité de Skype Translator a été mise à jour de la même manière comme suit : « Lorsque vous utilisez les fonctionnalités de traduction de Skype, Skype collecte et utilise votre conversation pour améliorer les produits et services Microsoft. Pour aider les technologies de traduction et de reconnaissance vocale à apprendre et à évoluer, les phrases et les transcriptions automatiques sont analysées et les corrections éventuelles introduites dans notre système, afin de créer des services plus performants. Cela peut inclure la transcription d’enregistrements audio par les employés et les fournisseurs Microsoft, sous réserve de procédures conçues pour protéger la vie privée des utilisateurs, notamment en prenant des mesures pour supprimer l’identité des données, en exigeant des accords de non-divulgation avec les fournisseurs et leurs employés et en obligeant les fournisseurs à respecter les critères élevés. normes de confidentialité définies dans le droit européen et ailleurs ».

A bon entendeur… 🙂

 

Assistants vocaux : Amazon Alexa toujours en tête des usages dans un marché qui commence à émerger

Les assistants vocaux font souvent la une de la presse pour les problèmes de confidentialité. Les craintes sont réelles, mais les usages progressent néanmoins à commencer par la plateforme d’Amazon qui continue de faire la course en tête.

la technologie vocale et le marché en général ont beaucoup évolué. Il y a deux ans, il y avait déjà 15 000 «compétences» Alexa ou différentes applications et capacités vocales Alexa. Aujourd’hui, il y en a plus de 90 000... Et Amazon a ajouté encore plus de capacités à Alexa, en affrontant principalement Google alors que Microsoft a quasiment jeté l’éponge (en tout cas coté grand public), que Siri peine à devenir pertinent et que les autres n’ont pas la taille critique. Le succès d’Amazon repose sur le modèle partenaire de son assistant vocal avec la très large diffusion de son SDK. Alexa a ainsi été intégrée à 150 périphériques différents fabriqués par des tiers. Le nombre total d’appareils Alexa vendus vient de passer selon l’éditeur à plus de 100 millions…

Le marché devrait atteindre  31 milliards de dollars d’ici 2025 selon Amazon, on comprend mieux pourquoi les entreprises telles que Google investissent massivement pour combler leur retard (très réel encore au États Unis).

Paul Bernard AmazonIl y 3 ans Amazon avait lancé son programme « Alexa Accelerator » destiné aux jeunes entreprises qui teste des modèles et des business autour des technologies vocales. « Au démarrage, Amazon ne savait pas vraiment quel type de startups il attirerait lorsque la société a lancé son accélérateur en 2017 » a déclaré Paul Bernard, directeur du développement mondial d’Amazon Alexa et d’Alexa Fund, la branche de capital-risque d’Amazon (avec un budget de 200 millions de dollars destinée aux startups). C’est aujourd’hui un succès qui permet à la technologies d’être utilisée dans très nombreux scénarios.

Alexa s’intégrera mieux dans Windows 10

alexa windows 10Microsoft n’a pas réussi à imposer Cortana dans Windows 10. En mai dernier Cortana devenait une application distincte du Store en s’éloignant ainsi l’expérience globale de recherche intégrée dans le système d’exploitation. Dans les fait les déploiements en entreprise de masters Windows 10 supprimaient souvent Cortana en modifiant des clés de registre.

Microsoft envisage d’apporter certaines modifications du comportement des assistants vocaux afin de leur permettre d’être invoqué par un mot dès l’écran de logon. C ‘est bien sûr une option qui est testée actuellement pour Alexa d’Amazon. Ceci sera visiblement actif dans la mise à jour  19H2, qui devrait arriver à la rentrée.

Contrairement aux mises à jour d’automne précédentes, celle-ci sera beaucoup plus petite et contiendra moins de nouvelles fonctionnalités et de modifications.

Bientôt un corps pour Alexa ?

lhomme-bicentenaireDans une intervention à la conférence EmTech Digital AI de la MIT Technology Review à San Francisco, Rohit Prasad, le responsable scientifique de la division Alexa du géant Amazon a déclaré que : « Le seul moyen de rendre les assistants intelligents vraiment intelligents est de le regarder dans les yeux et de le laisser explorer le monde.« , et que pour que celà soit une réalité, « il faut aussi que l’assistant dispose d’un corps » !

Le scientifique pense aussi que donner aux assistants intelligents des caméras et des corps physiques leur permettraient de collecter plus de données sur le monde qui les entoure et aiderait à construire ce qui peut s’appeler pour nous du «sens commun», ce qui permettrait d’exécuter des tâches complexes nécessitant un contexte visuel.

Cette théorie autour du mélange de neurobiologie, de robotique et intelligence artificielle est souvent appelée cognition incarnée par les spécialistes.

Ces remarque alimentent les rumeurs d’un robot Alexa mobile qu’un rapport de Bloomberg  l’année dernière évoquait. Ce robot pourrait suivre les utilisateurs dans la maison (voir ailleurs) pour se faire « sa propre expérience de la vie »… un scénario proche du roman d’Isaac Asimov (et le film avec Robin Williams) « L’homme bicentenaire » !

Quel avenir pour Cortana ?

cortanaIl suffisait d’écouter les conférences de presse et de se balader sur les stands du CES la semaine dernière si l’ombre d’un doute subsistait : Cortana, l’assistant vocal de Microsoft a sans doute un avenir assez sombre…

Comment lutter en effet face à Amazon avec Alexa, présent dans quasiment toutes les solutions proposées dès lors qu’elles mettent en oeuvre des solutions de commandes vocales ou encore Google qui était présent sur de nombreux stands avec des personnes en bonnets blanc inscrits « Hey Google » pour rappeler que telle ou telle solutions fonctionne aussi avec l’assistant vocal du géant de Mountain View.

La solution d’Apple (Siri) rencontre aussi des difficultés, preuve en est, les ventes de leur HomePod qui n’ont jamais décollé. Samsung fait avec Bixby de la résistance en intégrant son assistant vocal sur tous ses appareils du réfrigérateur à la télévision (pour rappel cet assistant n’est toujours pas disponible en français, un programme beta vient juste d’être lancé fin décembre avec des retours pour le moins mitigés). Et je ne parle pas d’autres solutions dont la diffusion risque d’être plus confidentielle comme l’assistant vocal d’Orange Djingo. Dans ce contexte, comment un acteur comme Microsoft ne disposant plus d’offre matérielle grand public peut faire sa place sur ce marché ?

Lire la suite

Mise à jour importante d’Alexa à venir

Home-Amazon-Hero-1Amazon commence à déployer aux USA (dans quelques semaines en Europe et en France en particulier) une mise à jour majeure de ses appareils compatibles Alexa. Les utilisateurs d’Alexa pourront accéder à de nouvelles fonctionnalités, notamment des routines et des rappels basés sur la localisation, des améliorations de la minuterie, des notifications d’applications, une assistance par courrier électronique, etc. Ces fonctionnalités avaient été annoncées pour la première fois fin septembre.

La localisation permettra de créer des routines et des rappels qui se déclenchent en fonction de votre localisation. Par exemple, vous pourrez dire: «Alexa, rappelle-moi de nourrir le chat quand je rentrerai à la maison.» Ensuite, quand vous arriverez chez vous, votre périphérique Alexa vous rappellera ceci (fonction de l’emplacement de votre smartphone).

Une autre possibilité est, par exemple, «Alexa, rappelle-moi d’imprimer le rapport lorsque je serait au bureau.» Dans ce cas, si vous n’avez pas d’appareil compatible Alexa dans votre bureau, l’application Alexa sur votre téléphone vous enverra vous une notification push avec le rappel.

Il sera également possible d’ajouter des «actions d’attente» aux routines. Cela signifie que votre routine du «bonjour» peut immédiatement allumer les lumières, mais aussi attendre quelques minutes avant de lire les nouvelles ou déclencher la musique…

Les routines pourront également s’intégrer aux notifications push et aux annonces. Par exemple, votre routine «dîner» pourrait envoyer une notification à tous le monde indiquant que le dîner est prêt… et qui sait faire naitre des vocations pour venir mettre la table 🙂

Dernier point, Alexa ajoute le support du mail . Avec cela, vous pourrez demander à votre appareil Alexa de lire vos derniers e-mails en disant simplement «Alexa, consulter mes e-mails» ou « Alexa, ai-je des emails de Patrick Barrière ?« .

Toutes ces nouvelles fonctionnalités sont donc en cours de déploiement aux États-Unis, ainsi que le support annoncé un peu plus tôt d’Apple Music.

Le Google Home équipé d’un écran : sans doute pour Noël

Google AssistantSelon un rapport de Nikkei Asia Review, certains fournisseurs taïwanais auraient été priés par Google de préparer la sortie d’un Google Home avec écran (nous en parlions lors du dernier CES) à temps pour les fêtes de Noël. L’objectif étant de concurrence pour les fêtes l’appareil Amazon Echo Show (pour rappel l’Echo Dot, lui aussi avec écran mais plus petit est dispo en France depuis fin juillet, nous l’avons testé). Cet appareil complétera la gamme Google avec les produits Google Home, Google Home Mini et Google Home Max.

Selon une source citée par Nikkei:
« Google vise à expédier quelque 3 millions d’unités pour le premier lot du nouveau modèle de haut-parleur intelligent avec un écran. C’est un plan agressif.  »

À titre de comparaison, Amazon Écho Show sorti l’été dernier a été vendu à seulement 315 000 unités en 2017, selon Canalys.

En 2017, 35 millions de haut-parleurs intelligents ont été livrés dans le monde, Amazon représentant 63% des ventes et Google contrôlant 32%. Au cours des mois de janvier à mars 2018, Google a repris le contrôle de 36% des 9 millions d’unités livrées au cours de la période, alors qu’Amazon n’a atteint que 28%. Ceci dit la vente des produits de Google s’est fait à grand coup de promotion, quand l’appareil (le Google Home mini) n’était pas offert ou à 10 € pour tout achat à la Fnac par exemple…

Selon les sources, le haut-parleur équipé d’un écran sera assemblé par Pegatron, un des assembleurs de l’iPhone et rival de Foxconn (Foxconn qui serait en train de construire le prochain téléphone Pixel qui pourrait sortir en octobre).

Ce ne sera pas le premier appareil à écran à être équipé de Google Assistant, comme nous l’évoquions lors du dernier Briefing Calipia, Lenovo a récemment lancé un Lenovo Smart Display 8 pouces et 10 pouces vendu respectivement 199 $ et 249 $. Les appareils avec écran ont l’avantage supplémentaire de pouvoir vous montrer les informations et vous permettre de faire un choix en cliquant sur l’écran, plutôt que d’énoncer vocalement une interminable liste d’options.

Amazon et Microsoft livrent une préversion de la collaboration Alexa-Cortana

Alexa-cortanaL’année dernière, Microsoft et Amazon ont annoncé travailler ensemble afin de permettre à leurs assistants numériques Cortana et Alexa de communiquer entre eux. Après une démonstration du concept lors de la conférence développeurs Microsoft Build, une première préversion est maintenant disponible pour illustrer la collaboration entre les enceintes connectées Echo (Alexa) et les ordinateurs Windows 10 (Cortana).

Pour le moment, cette intégration croisée ne concerne que les États-Unis et devra permettre à Alexa de tirer parti d’un large parc des machines Windows 10 capable de communiquer (à condition d’avoir un bon microphone) ou des enceintes Invoke D’Harman Kardon qui utilisent Cortana. En même temps, Cortana aura accès aux appareils qui utilisent Alexa incluant Echo, l’enceinte connectée la plus populaire aux États-Unis.

Chacun des assistants numériques apporte des fonctionnalités qui lui sont propres. Cortana, plus orientée business, peut consulter et rédiger des courriels, créer des rappels basés sur la localisation, ou consulter LinkedIn pour vous donner des informations sur les gens que vous allez rencontrer lors de votre prochaine réunion. Alexa de son côté peut s’appuyer sur ses 40 000 skills (contre 250 pour Cortana) ou applications vocales conçues pour de très nombreux cas d’utilisations.

[Test] On a essayé l’Amazon Echo Spot

Capture d_écran 2018-08-06 à 17.25.38Pour faire suite à la session sur les assistants numériques et leurs opportunités d’’usages en entreprise que nous avions exposé lors du dernier Briefing Calipia en juin dernier, voici un petit retour d’expérience « à chaud » sur le périphérique Amazon Echo Spot.
Pour rappel Amazon Echo Spot est la version avec écran (rond) de l’assistant vocal Echo. Sorti en France fin juillet, il dispose de toutes les fonctions des autres périphériques Echo avec en plus la possibilité d’afficher les résultats des requêtes vocales, la météo, des vidéos et de la visiophonie (type FaceTime, Hangout ou Skype).
Au premier abord l’appareil ressemble à un radio réveil, l’écran de veille étant une horloge, la ressemblance est d’autant plus frappante 🙂
Ce périphérique et vendu 129 € (moitié prix lors du lancement).
Cet appareil est avant tout un sur-ensemble de l’Echo Dot, nous allons voir ici que les éléments différentiateurs, sachant que tout ce que fait un Echo Dot, l’Echo Spot le fait (avec un son meilleur au passage…).

La configuration

Autant le dire tout de suite la configuration de la bête est enfantine, pas besoin de l’application Alexa sur son mobile (comme c’est le cas pour les autres périphériques Echo) tout se fait via l’écran (tactile au passage). Cette configuration est d’ailleurs minimale, car il suffit en gros de choisir un wifi et donner les identifiants de son compte Amazon pour que cela soit opérationnel. Un bon point donc. En moins de 5 minutes, l’appareil fonctionne (reboot et mises à jours appliquées).
Au bout de ces 5 minutes, la machine propose alternativement une horloge, les conditions météo (réglées depuis l’application sur le smartphone, pas de localisation sur la machine) et des suggestions de questions à poser à « Alexa ».

Les skills

Pas de surprise en revanche pour l’installation de skills, l’application sera nécessaire, il n’y a pas la possibilité de balayer le store depuis l’écran de l’Echo Spot pour les installer, c’est dommage. On regrette aussi. Que peu de skills tirent vraiment parti de l’écran en dehors de ceux proposé nativement par Amazon et quelques uns comme celui de France Info par exemple qui diffuse la vidéo du dernier journal ou encore certains site comme Marmiton qui affiche la recette (bien plus pratique pour revenir en arrière que la seule interface vocale).

Lire la suite

« Entrées précédentes