Archives des étiquettes : SQL Server

Google annonce Cloud SQL for Microsoft SQL Server

Capture d’écran 2019-04-11 à 07.31.38Lors des sessions d’hier De sa conférence Next19 Google a annoncé la disponibilité prochaine de sa technologie PaaS pour offrir les fonctions de MIcrosoft SQL Server dans son Cloud. Ce qui permettra ainsi de basculer des applications et des données présentes dans les bases Microsoft directement dans GCP. La gestion des données sera ainsi logiquement faite par Google. Un moyen de migrer plus rapidement selon les intervenants Dominic Preuss et Tobias Ternstrom : « Passer au cloud ne signifie pas nécessairement tout recommencer de zéro, nous nous engageons à donner à nos clients plusieurs choix« .

Le service de base de données proposé doit gérer de manière autonome les sauvegardes, la réplication, les correctifs, les mises à jour, etc. Il préservera les applications et les données existantes selon le fournisseur et donnera l’accès aux services GCP tels que BigQuery pour l’analyse et aux services d’IA de Google.

Google renforce également sont offre Cloud Bigtable, son service de base de données grand volume NoSQL (on parle de la taille d’un pétaoctet). Pour rappel cette offre est comparable à DynamoDB d’Amazon, Azure DocumentDB de Microsoft, IBM Cloudant, entre autres, qui représentent une part importante et croissante du marché global des systèmes de gestion de base de données. Selon un rapport publié par Allied Market Research, les services NoSQL généreront un chiffre d’affaires de 4,2 milliards de dollars d’ici 2020, et les analystes de Forrester tablent sur une croissance du secteur de 25% entre 2015 et 2021.

Une préversion pour SQL Server 2019

SQL Server LogoSQL Server, le moteur de base de données historique de Microsoft existe depuis 1989, et même si la stratégie de l’éditeur s’oriente clairement sur le Cloud et les services de données et d’analyse proposés sur sa plateforme Azure, il reste un certain nombre d’entreprises qui gèrent elles-mêmes leurs données, dans leurs propres datacenters.

Donc l’offre « on premise » de gestion et analyse de données de Microsoft continue à évoluer, avec la première version de test de SQL 2019.

SQL Server 2019 peut être utilisé pour divers projets de données allant du traitement transactionnel en ligne (OLTP) au Data Warehousing en passant par la Business Intelligence (BI), sans oublier une application à l’IA ainsi qu’à l’analyse avancée.

Grâce à une refonte complète du moteur de stockage de la base de données phare et de sa technologie PolyBase, SQL Server cherche à devenir une véritable plateforme Big Data, notamment par l’intégration de HDFS (Hadoop Distributed Filing System) et Apache Spark. SQL Server pourra désormais utiliser HDFS pour le stockage et va exploiter éventuellement Spark pour l’ingénierie des données et les tâches d’apprentissage automatique. Il faut noter qu’il pourra lui-même fonctionner avec une architecture distribuée.

SQL Server 2019

L’intégration de Spark et du système de fichiers distribués Hadoop (HDFS) va permettre aux utilisateurs d’intégrer, de stocker et d’analyser de grandes quantités de données. Microsoft a également inclus de nouveaux connecteurs permettant d’interroger d’autres bases de données telles que Oracle, Teradata et MongoDB directement à partir de SQL Server.

SQL Server va continuer également de fonctionner dans son architecture SMP conventionnelle et les améliorations apportées à PolyBase sont elles aussi disponibles. Ces améliorations incluent la possibilité de se connecter à Oracle, Teradata, MongoDB, aux sources de données ODBC génériques et même à d’autres instances SQL Server, en plus du support continu du stockage Azure et des clusters Hadoop Cloudera et Hortonworks.

Enfin SQL Server 2019 apporte des fonctionnalités améliorées aux fonctionnalités de traitement de graphes introduites dans SQL Server 2017. Il ajoute également la prise en charge de l’exécution in-place du code Java, en utilisant la même infrastructure qui permet au code R et Python de s’exécuter dans la base de données et faciliter le composant Machine Learning Services du produit, qui s’exécutera désormais sur des instances SQL Server Linux ainsi que sur celles exécutées sous Windows.

Microsoft leader en 2015 dans les bases de données opérationnelles

Gartner a publié son Magic Quadrant 2015 pour les bases de données opérationnelles (Operational Database Management Systems). Microsoft a été identifié avec SQL Server dans les leaders du secteur devant Amazon, Oracle, SAP, ou IBM.

Gartner SGBD

 

Pour rappel Microsoft est aussi reconnu par Gartner comme faisant partie des leaders dans les secteurs de la Business Intelligence and Analytics et du Data Warehouse.

Oracle – Microsoft : l’alliance de la carpe et du lapin ?

oracle msQui l’eût crû ? Oracle et Microsoft ont annoncé lundi une alliance autour  des solutions Oracle sur Hyper V et sur la plateforme Microsoft Azure (voir ici le communiqué de presse de Microsoft et là le communiqué d’Oracle). La plupart des logiciels Oracle étaient déjà supportés sur Windows Server, l’accord annoncé étend donc ceci à la plateforme de virtualisation de Microsoft et à sa plateforme cloud Azure.  Cette annonce a été réalisée par Steve Ballmer et Satya Nadella, President de la division Server & Tools de Microsoft (respectivement à gauche et à droite sur l’image ci contre) et Mark Hurd, President d’Oracle (au milieu). Larry Elison ne figurait pas au générique. Une alliance pourquoi pas, mais pour le moment, restons éloigné 🙂

Concrètement, il sera possible d’installer les logiciels Oracle sur ces environnements Microsoft, d’être supporté. De même Java sera officiellement supporté sur ces environnements Microsoft, grâce à la licence et au support d’Oracle.

Oracle a longtemps considéré le cloud computing comme un épiphénomène, et ne s’est donc véritablement intéressé à la question qu’assez tardivement, accusant du même coup un retard sur ses concurrents. Avec ce partenariat, Oracle tente de s’inscrire dans la mouvance cloud, à la mode Microsoft. Larry Elison a d’ailleurs aussi indiqué la volonté de nouer des partenariats avec d’autres acteurs tels Salesforce.com.

Quant à Microsoft, ses ambitions PaaS et IaaS avec Azure nécessitent de s’ouvrir sur d’autres solutions que les siennes, et Oracle est en matière de solutions d’entreprise un acteur de choix.

Alors, carpe et lapin peut être, mais c’est aussi un moyen de lutter contre un troisième larron très actif dans le domaine cloud et data : Amazon Web Services, qui avec sa toute dernière solution (Amazon Redshift, offre de datawarehouse dans le cloud), tente de tirer partie de son avance importante dans les domaines Paas et Iaas pour doubler la concurrence sur les data.

SQL 2012 : d’importantes modifications de licensing

[10/03/13 : voir ici le livre blanc sur le licensing SQL Server 2012]

Après l’annonce du lancement pour le 7 mars prochain (nous nous en sommes fait l’écho dans ce blog), nous revenons dans ce billet sur les modifications des modes de licences de SQL Server. Et le début 2012 semble pour Microsoft être une période particulièrement chaude pour de telles modifications, après celles annoncées pour la famille System Center.

Vous pourrez retrouver la présentation par Microsoft de ces évolutions de mode de licences pour SQL Server 2012, en suivant ce lien.

En résumé, avec e nouveau millésime de son SGBD, Microsoft propose une simplification des différentes éditions offertes aux entreprises, et l’introduction d’un nouveau mode de licences, basé sur les coeurs et plus les processeurs, pour certaines de ces éditions. Enfin, une augmentation du prix des licences d’accès clients est également au menu. Bref, potentiellement quelques soubresauts à prévoir du côté de ceux qui pourraient voir leurs factures augmenter dans ce passage vers la version 2012. Lire la suite

SQL Server 2012 : la tête dans les nuages !

Denali, nom de code de la prochaine version de SQL Server, n’a plus lieu d’être. Cette prochaine version, attendue à l’horizon du second semestre 2012, s’appellera SQL Server 2012. Jusque là, pas vraiment de surprise.

Cette annonce a été faite dans le cadre du PASS Summit 2011 qui s’est tenu récemment à Seattle, évènement consacré à SQL Server et aux solutions Microsoft de BI (Business Intelligence). Face à l’explosion actuelle du volume de données (pas près de ralentir, si l’on en croit les analystes, tels qu’IDC qui prévoit une multiplication par 44 d’ici 2020), Microsoft réaffirme sa volonté d’être un des tous premiers acteurs sur le marché de la gestion des données, dans l’entreprise, mais aussi dans le cloud. Parmi les principales annonces faites au PASS Summit, voici un court résumé des nouveautés qui illustrent cette volonté : Lire la suite

« Entrées précédentes