Archives des étiquettes : openoffice

Apache OpenOffice 4.0 disponible

La fondation Apache, qui préside à la destinée d’OpenOffice.org depuis 2011, vient de publier la version 4.0 de la suite bureautique libre.logo Ooo4

Cette version fait suite à une version 3.4 sortie en mai 2012, et avait fêté 50 millions de téléchargements il y a deux mois. Une des nouveautés majeures de la version 4.0 est l’apparition d’une barre latérale facilitant l’accès au nombre toujours plus important de fonctionnalités; Cette nouveauté provient des développements effectués par IBM pour sa suite Symphony.

Soulignons qu’IBM est aujourd’hui contributeur principal d’Apache OpenOffice : la dynamique du reste de la communauté est assez faible, comme l’avait noté il y a peu de temps un bloggeur influent, Steven J.Vaughan-Nichols.

Intéressant également de noter l’appellation 4.0, faisant contre-point à LibreOffice 4.0 sortie récemment, et dont le dynamisme de la communauté est tout autre. Au delà du numéro, les deux suites bureautiques commencent d’ailleurs à diverger de façon très significative.

Alors que du côté Apache l’interface se dote d’une sidebar, côté LibreOffice la version 4.0 est en rupture avec l’héritage de la branche 3.3.x (dixit Charles Schultz, co-fondateur), avec une API entièrement refondue (la plus grande refonte depuis…OpenOffice 1.x), une nouvelle interface basée sur GtkBuilder, et une double-licence licence LGPL 3.0 et MPL 2.0 sur Mac OS et Windows.

A noter que le choix par LibreOffice d’une licence MPL 2.0 permet à la communauté d’inclure des développement sous licence Apache, donc par exemple les améliorations développées dans la version 4.0 d’Apache OpenOffice :-).

La ville de Fribourg met fin à l’usage d’OpenOffice

En 2007, la ville de Fribourg avait défrayé la chronique en abandonnant Microsoft Office au profit d’OpenOffice. Pour le monde OpenSource, le fait qu’une ville de 220 000 habitants fasse ce choix représentait une référence importante pour convaincre d’autres organisations.

A l’époque, l’objectif de la collectivité était d’une part de se tourner vers les logiciels libres, et d’autre part de favoriser les standards bureautiques « ouverts », en l’occurrence ODF.

Or le 20 novembre, le conseil municipal de la ville a décidé à 25 votes contre 20 d’abandonner OpenOffice et de confirmer son remplacement par d’Office 2010.

les raisons invoquées sont :

  • Des difficultés récurrentes dans la conversion ODF/OpenXML : dans la mesure ou la majorité des échanges documentaires avec l’extérieur s’effectuent avec le format OpenXML, on imagine en particulier les problèmes liés à un choix interne ODF.
  • Fonctionnellement, la ville pointe le niveau trop faible de Calc et d’Impress face aux outils de Microsoft (Writer s’en sort mieux)
  • Coté coûts, la ville relève que si elle a gagné 800 000 en coût d’acquisition, elle a dû dépenser 730 000 euros en coût d’installation; plus grave, elle estime avoir eu une perte d’efficacité proche de 2,5 millions d’euros !

Le monde du libre est bien évidemment en ébullition suite à cette annonce.

 

Un prototype de Cloud Apache OpenOffice & Apache « bashing »

Lors de l’ApacheCon Europe, qui s’est déroulée dernièrement en Allemagne, une session a particulièrement marqué les esprits : « Cloud Apache OpenOffice based on HTML 5.0 » (nous en parlions dans un précédent post).

Même si le code est encore à l’état de prototype, le projet était suffisamment avancé pour pouvoir faire une démonstration au participants de la conférence.

Autres points marquants de cette conférence, et pour reprendre les mots employés sur le blog Apache,  le « Bashing » de la suite bureautique lors de plusieurs sessions, par les speakers eux-mêmes (pour la bonne cause, note le rapporteur) :

  • « Impress… doesn’t » note avec humour Andre Fischer en parlant de la nécessité de re-concevoir le moteur du logiciel de présentation
  • Des dépendances de codes « outdated », rendant le code d’Apache OpenOffice inutilement complexe et facile à casser, note Pedro Giffuni

Bref, de belles séances d’autocritiques, qui font écho aux propos de Michael Meeks il y a quelque temps : car de son coté, la communauté LibreOffice n’a en effet pas attendu pour commencer à refondre le code de sa suite, ce qui n’est manifestement pas le cas d’Apache OpenOffice !

Ca bouge du coté d’Apache OpenOffice

Le 18 octobre, IBM annonçait via le blog d’Ed Brill que l’Apache Software Foundation avait promu Apache OpenOffice du rang de « Apache Incubator »  à « Top-Level Project ».

Rappelons qu’OpenOffice était devenu officiellement un projet Apache depuis juin 2011. La conséquence de la promotion d’OpenOffice devrait être un démarrage réel au niveau communautaire, sachant que pour l’instant IBM reste le contributeur numéro 1, avec pour objectif de faire jouer la synergie technologique entre Apache OpenOffice et IBM Symphony.

Un autre effet de cette promotion est de commencer la travail pour porter la suite bureautique dans le cloud (et faire ainsi le pendant de LOL – LibreOffice Online): lors de la prochaine ApacheCon Europe du 5 au 8 nivembre prochain, deux Exec d’IBM Chine et d’IBM Symphony vont présenter une vision d’OpenOffice pour le Cloud (« Cloud Apache OpenOffice based on HTML5 »).

Cette version Cloud devrait supporter des standards tels que CMIS, Opensocial et OData, de manière à s’intégrer dans des solutions de réseaux sociaux. les prochaines versions d’OpenOffice sont dorénavant prévues pour respectivement Q1 et Q4 2013.

Comparatif LibreOffice / Apache OpenOffice

Depuis que la communauté OpenOffice s’est scindée en deux branches distinctes, il pouvait sembler difficile de se faire une idée objective de l’évolution respective des deux suites : LibreOffice, et Apache OpenOffice.

Une réponse nous vient de Michael Meeks, qui est contributeur LibreOffice. Etant lui-même « immergé » dans le sujet, son avis ne peut pas être pris à la légère : sur son blog, il se livre à un comparatif intéressant et très argumenté des avancées respectives des deux suites.

Plus précisément, son analyse porte sur Apache OpenOffice 3.4 et LibreOffice 3.5.3 : du fait d’un gel de 22 mois dans le développement d’OpenOffice depuis sa version 3.3, LibreOffice est de l’avis de Michael très en avance fonctionnellement. Il s’étonne dans le même temps de la loyauté des utilisateurs à la marque OpenOffice, loyauté qui s’exprime par de nombreux téléchargement de la « vieille » version OOo 3.3 encore aujourd’hui ; « ..this increasingly old and creaky release » comme la qualifie le développeur !

La perspective que les deux projets puisse à nouveau fusionner semble s’éloigner à grande vitesse ! Une interrogation intéressante du développeur porte sur la contribution d’IBM à Apache OpenOffice, qui avait promis en début d’année de fournir à la communauté les développements effectués pour Lotus Symphony : le passage aux actes se fait attendre.

Interopérabilité documentaire entre Office et LibreOffice/Apache OpenOffice

Aujourd’hui encore s’affrontent deux formats documentaires XML : d’un côté OpenXML implémenté par Microsoft dans sa suite Office et de l’autre coté le format OpenDocument supporté en natif notamment par les suites bureautiques de l’écosystème « OpenOffice » : LibreOffice, Apache OpenOffice et Symphony.

La reconnaissance par l’ISO de ces formats ne règle pas un problème de fond, rencontré par les organisations ayant choisi de basculer vers les suites bureautiques Open Source : l’interopérabilité des formats documentaires, par les biais des filtres d’importation/exportation.

Cette interopérabilité étant aujourd’hui encore très perfectible, elle justifie parfois à elle seule l’abandon des choix bureautiques OpenSource : le canton de Soleure en Suisse, ou la ville britannique de Bristol ont ainsi rebasculé sur Office.

Conscient de ce problème, un groupe de travail de l’Open Source Business Alliance, appuyé par plusieurs villes allemandes et suisses, ont démarré un chantier visant à améliorer la qualité  du filtre OpenXML d’OpenOffice et LibreOffice.

Des spécifications, publiées sous licence Apache 2.0 ont ainsi été soumises pour avis et commentaires au groupe Office Interoperability de l’Open Source Business Alliance.

La publication -en allemand- a eu si peu d’écho que la soumission a du être refaite, en anglais jusqu’à fin février…

Une initiative à suivre en tout cas !

 

Oracle donne OpenOffice à la fondation Apache : le coup de pied de l’âne ?

Nous nous demandions depuis plusieurs mois quel avenir Oracle réservait à OpenOffice, suite à la scission opérée après l’été dernier avec la Document Fondation : le suspense est désormais terminé, puisque Larry Ellison vient d’annoncer qu’Oracle confiait OpenOffice à la fondation Apache.

Officiellement, tout le monde applaudit :

  • IBM, qui « accueille positivement le versement du code OpenOffice à la fondation Apache ».
  • La Document Foundation, à l’origine du fork d’OpenOffice appelé LibreOffice, se félicite en premier lieu de cette ouverture, et confirme son intention de collaborer avec la fondation Apache.

Les dessous de l’affaire sont vraisemblablement moins « bisounours » qu’il n’y paraît (cf. article de la lettre Calipia n°71 du mois d’octobre 2010 – OpenOffice est-il mort ?). Il semble en premier lieu qu’IBM ait fait pression auprès d’Oracle pour que la cession soit faite à la Fondation Apache. Plusieurs raisons pour l’expliquer :

  • La licence Apache permet d’envisager plus simplement l’intégration du code à une offre commerciale telle que Symphony (le fork OpenOffice d’IBM, actuellement basé sur le code d’OpenOffice 3.x) ; beaucoup plus facilement que la licence GPL v3 choisie pour LibreOffice.
  • La communauté LibreOffice n’a pas attendu IBM pour prendre le leadership sur la feuille de route de la suite : le chemin pris ne correspond donc pas forcément à ce que souhaite IBM pour une ré-exploitation dans Symphony (cf. par exemple les changements effectués dans LibreOffice 3.4 http://fr.libreoffice.org/telecharger/nouvelles-fonctions-de-la-version-3-4/).

C’est donc en quelque sorte un coup de pied de l’âne qui est fait à LibreOffice par Oracle : le marché se retrouve en effet avec deux évolutions – divergentes à notre avis – d’Open Office, ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour la suite libre, dans la mesure où de nouvelles questions se posent, pouvant gêner l’adoption de ces suites : Qui de LibreOffice ou OpenOffice/Symphony est-il le plus pérenne ? Quelle interopérabilité entre les différentes suites à terme ? Quel avenir pour les différentes communautés, et comment peuvent-elles réellement travailler en synergie sur deux projets dont les motivations sont divergentes ? etc.

OpenOffice de nouveau libre ?

Si l’on en croit l’annonce publiée par Oracle (voir les communiqués de presse sur le site d’Oracle EMEA), la société de Redwood Shores aurait décidé de transformer (rendre ?) OpenOffice en projet communautaire, et donc d’abandonner toute velléité de driver cette solution, voire même de faire un peu d’argent avec. Exit la version commerciale d’OpenOffice envisagée par Oracle. Dans le même communiqué, Oracle indique que, par contre, ses choix concernant Linux et MySQL restent inchangés.

Cette annonce constitue clairement un revirement de la part d’Oracle, qui avait affronté un vent de révolte suite à sa prise de contrôle d’OpenOffice, et provoqué la création d’une nouvelle structure (The Document Foundation) chargée de développer une solution alternative (LibreOffice). Les raisons de ce revirement restent encore inconnues, mais il y a fort à parier qu’Oracle a pu évaluer dans les derniers mois l’intérêt stratégique de disposer d’un produit comme OpenOffice, certes bien établi, mais à l’intérieur d’une coquille vide, une grande partie de la communauté ayant préféré rejoindre LibreOffice.

Certains points restent encore à éclaircir, en particulier justement celui de la propriété intellectuelle de la marque OpenOffice qui sera cruciale pour mesurer jusqu’où Oracle est prêt à redonner sa liberté à OpenOffice.