Archives des étiquettes : IE

Microsoft Edge (canal Canary) peut ouvrir des sites web dans Internet Explorer.

edge chromiumAfin de se démarquer des autres navigateurs basés sur le moteur Chromium, Microsoft avait annoncé (nous en parlions lors du dernier Briefing Calipia) la mise en oeuvre du mode IE. Le fonctionnement sera relativement simple : si vous avez un site web qui nécessite Internet Explorer et ne disposant pas de code adapté à Chromium, il ouvrira ce site dans un onglet spécifique réservé aux site IE. Il existe désormais un indicateur que vous pouvez activer dans Edge (dans sa dernière build Canary 77.0.200.0 et supérieur) pour activer l’intégration Internet Explorer.

Pour ce faire, il suffit de taper dans la barre « edge://flags » et cherchez « Enable IE Integration », dans la longue liste des paramètres, puis positionner l’indicateur sur « Activate ». Sans surprise ceci n’est pas disponible sur toutes les plateformes (Mac, ARM) car bien entendu cela utilise le composant IE qui doit être installé sur le système.

Capture d’écran 2019-06-26 à 07.44.09

Cela aura pour effet d’ajouter une option « Afficher cette page à l’aide d’Internet Explorer » à la section « Autres outils » du menu. Pour le moment, il lance uniquement Internet Explorer avec la page que vous essayez d’ouvrir, au lieu de l’inclure dans un onglet . Il semble tenter de l’ouvrir dans Edge, en affichant un message indiquant que votre version d’IE ne prend pas encore en charge le mode IE et qu’elle doit être mise à jour, mais celà devrait changer dans les semaines à venir.

 

Navigateurs en entreprise : Google en passe de gagner son pari

Cela fait des années maintenant que la plupart des entreprises se demandent par quoi elles vont bien remplacer Internet Explorer. Sans surprise compte tenu de ses parts de marchés dans le grand public, Google Chrome est un excellent candidat.

padie
Le navigateur de Google détient entre 40 et 60% des parts de marché toutes plateformes confondues selon les différents instituts (source Wikipédia). Très loin donc devant Internet Explorer et Edge situés de 4,7 à 8,5 % à eux deux.
Seulement voilà, le géant californien n’a pas forcément bonne presse en matière de vie privée. L’effort que font les entreprises pour anonymiser les navigations de leurs utilisateurs risque d’en partir. C’est pourquoi à minima elles sont nombreuses à bloquer l’authentification possible de leurs utilisateurs sur les plateformes de Google. Ces derniers perdent donc des fonctionnalités (comme bien sûr la synchronisation des favoris) mais gagnent ainsi (un peu) en confidentialité.
Mais le grand responsable de ce succès de Google est avant tout… Microsoft. L’entreprise de Redmond a laisser doucement disparaitre son navigateur, tout d’abord en s’endormant sur ses lauriers quand ce dernier trônait à 90% de parts de marchés, pour oublier de le rendre plus performant et surtout moins omnipotent et enfin l’abandonner au profit d’une solution n’existant dans un premier temps que sur un nouvel OS : Windows 10. Stratégie ô combien risquée lorsque très majoritairement les entreprises sont encore sous Windows 7.
L’absence de l’éditeur sur les périphériques mobiles (ou son arrivé trop tardive avec Edge pour iOS et Android) a achevé ses ambitions.  C’est maintenant un Chrome (qui au passage gagne lui aussi en embonpoint) qui se voit prendre la place d’Internet Explorer sans que visiblement beaucoup de considèrent réellement le successeur désigné de Microsoft : Edge.
Cette étape gagnante pour Google est elle annonciatrice d’autres victoires ? On pense en particulier aux Chromebooks demain et aux services SaaS de la firme… A suivre

Rapidité des navigateurs : Chrome en tête mais…

Compuware vient de réaliser une étude sur la rapidité des navigateurs. Rien de très original me diriez-vous ? C’est en fait la méthodologie de cette étude qui est interessante : elle ne se contente as de dérouler des scripts et des pages de test englobant toutes les difficultés les plus courantes du Javascript ou du rendu HTML. Non, elle se contente de mesurer les temps de réponses sur de vrais utilisateurs sur de vrais sites Web, la vraie vie quoi ! Ils ont ainsi analysé près de 2 milliards de requêtes sur 200 site web et ceci durant un mois.

La mesure ne s’arrêtait pas à l’affichage complet de la page mais également dès lors que l’affichage partiel était déjà visible et utilisable, donnant ici à l’utilisateur la perception que le site web avait répondu.

Si sans grande surprise Chrome arrive en tête en mesure globale de rapidité, la perception lors d’un affichage partiel est très bonne pour Firefox dans ces dernières versions. En revanche pas de surprise concernant Safari et Internet Explorer, qui même dans leurs dernières versions sont à la traine.

La guerre des navigateurs aura bien lieu

Avec un Internet Explorer à 95 % de parts de marchés et après avoir vaincu Netscape, Microsoft s’était paisiblement endormi (sur ces lauriers) depuis 2001. Il avait laissé le champs libre au Renard (ou Panda roux pour les puristes). Ce dernier à mangé paisiblement lui aussi quelques parts de marché, tout doucement sans faire trop de bruit. Il a commencé par quelques « Geek » appréciant les Addons, d’autres l' »ouverture », et puis la communautés des développeurs pour un mélange des deux.

Les aficionados ont grandi si bien que le géant de Redmond s’est un peu reveillé IE7, IE8 en offrant un « service minimum », rien à voir avec les opérations de guerre des années 98 à 2001.

Et puis un nouveau larron est arrivé, puissant, redoutable et filant à la vitesse de l’éclair. Laissant sur place nos deux compères occupés à s’observer leurs nombrils. Google Chrome, passant en trois ans à la dizième version de son navigateur a sans doute changé la donne.

Microsoft réagit (enfin) avec un Internet Explorer 9 se voulant à la pointe des standards et offrant un très bon support d’HTML 5 mais aussi Firefox qui après 15 jours de la sortie de sa nouvelle version (4) annonce déjà la sortie d’une version 5 pour le mois de juin ! Google a, une fois de plus imposé son rythme à la planète Internet.

La guerre est bien déclarée. Une guerre à trois cette fois, avec qui sait peut-être des alliances imprévues ?

Au programme des nouveautés de la version 5 de Firefox :

  • Gestion des identités multiples autorisant plusieurs connexions avec différents profils sur Facebook par exemple… ou sur les portails Microsoft 🙂
  • Prévisualisation des documents bureautiques (Word, Excel, Powerpoint ?)
  • Un bouton « Share », très en vogue actuellement pour partager une page voir la lire plus tard.
  • etc…

Android : Google ferme la porte derriere lui :)

Décidément les licences « libres » ce n’est pas simple à gérer même pour Google…

Avec Android, le géant de Mountain View risque de se prendre les pieds dans le tapis juridique de la GPL. Ou c’est plutôt pour éviter ceci que ce dernier aurait développé un script permettant de supprimer toutes les références dans les sources aux véritables auteurs du noyau d’Android (Linux) et remplaçant ces derniers par « no copyritable information ». Plus de 700 fichiers de code source seraient concernés…

Pas très cool, sur le principe, mais les enjeux sont d’importance pour Google. En effet, Google ne peut laisser Android sous Licence GPL (v2) afin que chaque partenaire de Google puisse developper sa propre couche sans être obligé de reverser cette dernière à la communauté (ce qui voudrait dire aussi à ses concurrents !), et celà concerne tout l’écosystème de Google, des fabricants de téléphones aux développeurs applicatifs ! Android a donc été mis sous licence « Apache » évitant ainsi le principe de propagation de la GPL. Là où le bât blesse, c’est bien sûr qu’en théorie, on ne passe pas si simplement de GPL à Apache, il ne suffit pas de supprimer des références dans les fichiers sources (même discrètement !).

Une épine de plus dans le soulier de Google, qui doit déjà faire face à la procédure judiciaire d’Oracle pour  violation du code Java, les protestations du clan MPEG-4 pour violation de brevet avec WebM, et ses récents déboires avec la CNIL en France (de moindre enjeux il est vrai). Que va-t-il se passer en juin si le champion d’Internet lance en plus ses systèmes sous Chrome OS en faisant du copier-coller des méthodes Android ?

Pas facile d’assumer le rôle de leader, le statut du gentil à l’assaut des Microsoft, IBM and co. était sans doute plus confortable  🙂

Le premier site Web a 20 ans !

Ce fut en 1991 que le premier site Web (celui du CERN :  Info.cern.ch) a été mis en ligne. La formidable aventure pouvait commencer. Le « WWW » a été inventé deux ans plus tôt par Tim Berners-Lee (patron du W3C – photo ci-contre). C’est en 1993 que le code source du World Wide Web est devenu libre de droit et tomba dans le domaine public donnant naissance à bon nombre d’implémentations dont Apache (et IIS chez Microsoft). En 1994, c’est un navigateur « privé » (et payant !) : Netscape Navigator qui arrive sur le marché détrônant le célèbre mais incomplet « Mosaic ». La suite on la connaît : arrivée de Microsoft qui, une fois n’est pas coutume, n’avait pas vu la révolution en marche et a dû très rapidement réorienter ses activités Online « privées » (Microsoft Network ou MS Network qui donnera naissance à MSN), vers les protocoles du WEB…

Naissance d’IIS et surtout Internet Explorer qui ouvrira la porte à la gratuité des moyens d’accès… Le début d’un des plus grands tournants de l’industrie informatique.

Microsoft : HTML5 pousse Silverlight vers la porte ?

Alors que la PDC (Conférence développeurs de Microsoft) 2010 vient de se clôturer à Redmond, c’est sans doute HTML5 qui aura  a été le plus à l’honneur. Steve Ballmer, lors de la conférence d’ouverture, a plusieurs fois souligné l’importance de cette technologie comme moteur d’innovation pour réunir matériels, services et logiciels (http://bit.ly/akeK7Q) .

Pas mal de démonstrations de lecture vidéo HD, d’interfaces de sites et d’applications utilisant HTML5 ont été produites tout au long de la conférence. Alors que le Program Manager d’IE9 : “Commencez à tirer parti d’l’HTML5 et de l’accélération matérielle sur Windows. Faites en sorte que votre site ressemble davantage à une application lorsque les utilisateurs arrivent dessus depuis Windows 7. Il y a beaucoup d’excitation autour d’HTML5.

Pendant ce temps, Bob Muglia (VP developpement) expliquait à ZDNet que le rôle de Silverlight a évolué chez Microsoft, au profit d’HTML5, pour expliquer la faible importance de Silverlight dans les différentes sessions de cette PDC. Maintenant, Silverlight servait d’abord de plate-forme de développement pour les applications Windows Phone 7. Si la technologie est assez utilisée en intranet et pour les médias (M6 Replay, Roland Garos, …) le faible taux de pénétration sur le marché de la publicité risque bien de sonner le glas pour la généralisation de cette technologie.

Préparer votre site pour IE 9 !

Nous ne reviendrons pas ici sur les différentes améliorations avancées par Microsoft pour nous présenter cette première bêta d’Internet Explorer 9. Il était temps !

Mais Microsoft propose avec cette nouvelle version des fonctions très intéressantes d’intégration à Windows 7 qui couplé avec la nouvelle interface minimaliste d’IE9 permet de donner un avant goût de véritables applications Web « pure ». Rajoutez à celà un support de HTML 5 Offline Cache et nous nous retrouvons presque avec une application « riche » classique.

Il est ainsi possible dans cette version de prévoir des raccourcis rapides sur des liens de pages web venant s’inclure dans les « Tâches » de l’application. Il est ainsi possible d’épingler un site web et d’accèder directement aux liens publiés sous forme de tâches. Nous avons exploité ceci sur le site Calipia.com, le résultat se trouve ci-dessous.

Il nous a suffit pour cela de rajouter sur la page par défaut un descriptif des tâches comme ci-dessous :

<meta name="application-name" content="Site Calipia.com" />
<meta name="msapplication-tooltip" content="research | training | events | consulting" />
<meta name="msapplication-task" content="name=Le Briefing;action-uri=http://calipia.com/briefing.asp;icon-uri=http://www.calipia.com/images/training.ico" />
<meta name="msapplication-task" content="name=La Lettre;action-uri=http://calipia.com/lalettre.asp;icon-uri=http://www.calipia.com/images/news.ico" />
<meta name="msapplication-task" content="name=La Synthese;action-uri=http://calipia.com/lasynthese.asp;icon-uri=http://www.calipia.com/images/news.ico" />
<meta name="msapplication-task" content="name=Formations;action-uri=http://calipia.com/training.asp;icon-uri=http://www.calipia.com/images/training.ico" />
<meta name="msapplication-task" content="name=Le Blog;action-uri=http://blog.calipia.com;icon-uri=http://www.calipia.com/images/spy.ico" />

Un premier pas vers une intégration d’application RIA HTML 5  🙂 …