IBM annonce se retirer du marché des services de reconnaissance faciale

Capture d’écran 2020-06-09 à 07.28.51Arvind Krishna, le nouveau CEO de Big Blue (depuis la transition de Ginny Rometty en avril 2020), a adressé hier, 8 juin 2020, une lettre à certains représentants du Congrès américain précisant la position de l’entreprise sur un projet de transformation de la justice et de la police aux USA. Ce projet s’inscrit dans le cadre des divers réactions au meurtre de G.Floyd à Minneapolis le 25 mai dernier.

Citant en introduction les propos de Thomas Watson (président historique d’IBM) en 1953, Arvind Krishna rappelle que  « La politique de cette organisation (NDLR : IBM) consiste à embaucher des personnes qui ont la personnalité, le talent et les antécédents nécessaires pour occuper un poste donné, sans distinction de race, de couleur ou de croyance ». 

Au-delà de déclarations sur les principes généraux telles que celle-ci, A.Krishna annonce qu’IBM ne commercialisera plus de services de reconnaissance faciale, et que plus généralement « IBM s’oppose fermement et ne tolérera pas l’utilisation de toute technologie, y compris la technologie de reconnaissance faciale proposée par d’autres fournisseurs, pour la surveillance de masse, le profilage racial, les violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales, ou tout autre objectif qui ne serait pas conforme à nos valeurs et à nos principes de confiance et de transparence« .

En tant qu’ancien Senior Vice President de l’entité Cloud & Cognitive Software et patron d’IBM Research, A.Krishna a contribué au développement du portefeuille de services d’IBM dans le domaine de l’IA et connaît bien les enjeux associés à ces technologies. Tous les grands acteurs du digital (AWS, Google, Microsoft, Facebook pour ne citer qu’eux) proposent aujourd’hui des services plus ou moins packagés de reconnaissance faciale. Mais ces technologies suscitent de nombreuses critiques depuis plusieurs mois déjà (nous en parlions ici, ou encore là). AWS, particulièrement avancé en la matière, s’est d’ailleurs heurté assez vite à des contestations, aussi bien en internes qu’externes, sur ses solutions vendues à différents services de police aux USA.  Mais en février 2019, seulement 2% des actionnaires de l’entreprise Amazon s’étaient prononcés pour l’abandon de la commercialisation de telles solutions.  Pour le moment, en dehors de certains états totalitaires (la Chine ou la Russie) qui ne s’encombrent pas de l’avis de leur population, les services de reconnaissance faciale sont encore considérés avec beaucoup de suspicion par les citoyens des démocraties occidentales. Et la part de CA généré faible (et çà aussi A.Krishna le sait…).

2 Commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.