Archives des étiquettes : Windows 365

Windows 365 avec Citrix HDX en option

Microsoft et Citrix ont annoncé leur intention de proposer les technologies HDX (High-definition User Experience) de Citrix en option aux utilisateurs de l’offre hébergée de Windows (Windows 365 Desktop-as-a-Service).

Microsoft et Citrix ont officiellement annoncé mercredi l’intégration des fonctions HDX. Cette offre devrait être disponible « plus tard dans l’année », et Citrix a publié une page d’inscription pour que les personnes intéressées reçoivent des informations. Reste à définir aussi l’épineuse question des coûts associés même si Microsoft promet dans sa communication je cite : un « rationalisation des licences d’utilisation Citrix avec l’option Citrix HDX à venir ». D’un point de vue technique Microsoft indique aussi qu’il sera possible d’effectuer une « transition transparente vers les clients Citrix via Microsoft Endpoint Manager et windows365.microsoft.com ».

Pour rappel, HDX est la suite de technologies de Citrix, construite sur le protocole de remoting ICA (Independent Computing Architecture), qui prend en charge les expériences haute définition pour les utilisateurs de bureaux virtuels, y compris la prise en charge des applications graphiques 3D, HDX est le composant central des offres d’applications et de bureaux virtuels de Citrix, notamment Citrix Workspace. Cette technologie réduit selon l’éditeur la consommation de bande passante, tout en augmentant la densité d’utilisateurs sur les serveurs d’hébergement. Elle est dotée d’une compression adaptative pour les affichages multimédias. La déduplication du trafic réseau est utilisée pour réduire la bande passante pour les médias en continu.

De son coté Citrix énonce les bénéfices suivant liés au couplage de sa technologie HDX apportera à Windows 365 :

  • Technologie graphique haut de gamme;
  • Prise en charge d’une gamme plus large de périphériques et d’appareils d’extrémité.
  • Sécurité et contrôles de politique avancés.
  • Intégrations d’identité tierces.

Nous reviendrons sur ceci est plus généralement sur les offres Windows 365 lors du prochain Briefing Calipia (il reste des places, inscrivez-vous !)

Travail hybride : Microsoft ajoute des fonctions très interessantes à Windows 365

Comme prévu, Microsoft présentait hier son évènement Windows focalisé sur les évolutions du système pour l’adapter à la nouvelle règle du travail en mode hybride. En août de l’année dernière, Microsoft avait présenté Windows 365, sa version de Windows fonctionnant dans le cloud avec des points positifs mais aussi de sérieuses limitations pour les grandes entreprises en particulier. Aujourd’hui, lors de sa présentation sur l’avenir du travail hybride, la société a présenté un certain nombre d’améliorations à Windows 365. Centrées sur les moyens de faciliter la connexion à Windows 365 et son fonctionnement de pair avec une version locale de Windows.

En tentant de résumer ceci voici les 4 fonctions principales que l’éditeur a proposé hier. Elles semblent sur le papier au moins très interessantes, à voir ensuite si elles seront réellement adaptées à un usage réel en entreprise ou l’on adresse beaucoup d’applications métiers, pas toujours « webisées » et « Moderne »…

On trouve ainsi :

  • Une nouvelle application Windows 365 accessible depuis un Windows local
  • Windows 365 Boot,
  • Windows 365 Switch,
  • et Windows 365 offline.

L’application Windows 365

Microsoft a présenté une nouvelle application Windows 365 permettra aux utilisateurs de commencer l’expérience du PC en nuage simplement en ouvrant une application dans Windows, et de pouvoir adapter les paramètres, le profil et le style de travail à partir de l’application.

Windows 365 Boot

Scénario adapté au personnes ne disposant pas systématiquement d’un poste de travail (les « travailleurs de première ligne » comme l’on dit), permettant aux utilisateurs d’être en mesure de se connecter de manière transparente à leurs PC dans le cloud, via une machine dédiée sous Windows. Windows 365 Boot permet de désigner un PC Windows 365 comme une expérience Windows primaire, et d’être en mesure de se connecter directement à cette version. Semblable, apparemment, à un dual boot…

Windows 365 Switch

Pour les utilisateurs qui ont besoin d’utiliser à la fois une machine Windows locale et une instance de Windows 365 dans le cloud, Windows 365 Switch agira de manière similaire à ce que fait Task Switcher aujourd’hui, permettant aux utilisateurs de passer du bureau local au bureau du cloud PC en utilisant des commandes clavier familières ou des gestes de clic ou de glissement de souris. Pas bête ! Une fonction interessant pour les personnes travaillant au support ou encore les développeurs.

Et enfin Windows 365 offline

Pour finir la fonction qui a mon avis sera la plus spectaculaire tout au moins techniquement. Pour certains scénarios d’utilisation où la connectivité Internet n’est pas toujours possible, Windows 365 Offline permettra aux utilisateurs de continuer à travailler même lorsqu’ils sont déconnectés, puis de synchroniser automatiquement leur travail sur Windows 365 une fois la connectivité rétablie. Un OneDrive du PC en quelque sorte.

Interessant. A voir néanmoins les véritables scénarios d’usages : à qui s’adresse réellement cette fonction : à des utilisateurs sans PC ? A des utilisateurs nécessitant des capacités et postes multiples ? Aura-t-on la possibilité d’emprunter pour mettre en oeuvre ces usages de PC « en libre service » ? les scénarios restent à déterminer…

Nous reviendrons en tout cas sur ces fonctions et le reste des ces annonces lors du prochain Briefing !

Bientôt des VM dans les offres Cloud PC de Microsoft

Microsoft a indiqué hier que l’entreprise apporterait le support de la virtualisation imbriquée aux PC cloud Windows 365. Dans un premier temps, cette prise en charge concernera Linux et la version préliminaire de Windows Subsystem for Android (WSA). En gros, cela signifie qu’il sera possible d’exécuter Hyper-V à l’intérieur d’une machine virtuelle Hyper-V Windows 365.

Windows 365 permet de base de diffuser en continu des programmes Windows hébergés dans Azure. Il s’agit d’une version complète de Windows disposant des applications et des données personnalisés. Impeccable pour répondre y compris à des situation de télétravail non planifié comme nous l’avions vécue lors des différents confinements en particulier, mais pas seulement, cela évite aussi d’acquérir des machines pour l’ensemble des utilisateurs sédentaires ou non.

Sans surprise, les prix des configurations proposées vont de 20 € à 180 € par mois en fonction de la puissance et du stockage souhaité jusqu’à 8 CPUs virtuels, 32 Go de RAM et 512 Go de stockage. Une belle configuration qui ravira en particulier les développeurs, qui sont particulièrement ciblés à mon avis avec ceci mais aussi avec l’utilisation proposées de machines virtuelles et qui souhaitent virtualiser un autre système d’exploitation à des fins de test et/ou de développement multiplateforme.

Microsoft précise que cette fonction ne sera activée que pour « certains types de licence« , ce qui pourrait être le niveau Windows 365 Enterprise ? Mais cela n’est pas dit clairement actuellement. Cette fonctionnalité devrait être présentée en avant-première le mois prochain. La disponibilité générale étant prévue pour décembre 2022.

Windows 11 disponible en beta pour Windows 365 et Azure Virtual Desktop

Microsoft vient d’annoncer la disponibilité (en beta) de Windows 11 dans Windows 365 et Azure Virtual Desktop. Attention : La prise en charge de l’aperçu de Windows 11 ne concerne que Windows 365 Enterprise. Le support de Windows 11 pour Windows 365 Business sera bientôt disponible.

Pourquoi en beta ? Visiblement les équipes Azure ont du retard pour la prise en charge de la seconde génération de machines virtuelles supportant la sécurité imposée par Windows 11. En effet les VM doivent supporter « Trusted Launch », et ce dernier est toujours en beta. Donc pas de support officiel de Windows 11 en pratique.

Trusted Launch est essentiellement le nom donné par Microsoft à diverses protections de sécurité, telles que Secure Boot, le module Trusted Platform virtuel et la sécurité basée sur la virtualisation, pour les machines virtuelles Azure Génération 2. Ces protections contre les logiciels malveillants dits bootkit et rootkit sont analogues aux mesures de sécurité disponibles dans les PC Windows 11 et les PC Windows 10 Secured-core.

Si vous désirez tester ceci, vous pouvez installer une image préconfigurée obtenue à partir du portail Microsoft Endpoint Manager Admin Center ou la personnaliser, à condition qu’il s’agisse d’une image Gen 2. Il est également possible d’effectuer une mise à niveau vers Windows 11 avec ce service.

L’expérience utilisateur de Windows 11 utilisant Azure Virtual Desktop est censée être identique à celle d’un PC local. Mais pour bénéficier de certains effets graphiques de Windows 11, tels que les coins arrondis, il faudra sélectionner le support GPU adéquat dans les images utilisées selon l’éditeur sans que ce dernier ne précise que GPU exact à sélectionner…

Au vu de ces restrictions il est sans doute urgent d’attendre plus d’informations, l’annonce des équipes Azure à sans doute été un peu précipité (on imagine les pressions internes…). Nous reviendrons en tous cas sur ces annonces, le mode de fonctionnement de Windows 365 et ses limitations lors du prochain Briefing Calipia en décembre.

Windows 365 / Cloud PC officiellement annoncé

Nous vous en parlions il y a quelques jours, Microsoft a officiellement dévoilé son tout nouveau service de virtualisation le 14 juillet avec le lancement de Windows 365. Ce nouveau service, construit sur Azure Virtual Desktop, permettra aux utilisateurs de transférer leur bureau, leurs applications, leurs outils, leurs données et leurs paramètres Windows 10 ou Windows 11 sur leurs appareils personnels et professionnels, que cela soit un PC, un Mac, un iPad, les appareils Linux et Android, via une application native Remote Desktop ou un simple navigateur Web. Objectif : fournir un service complet intégrant le cas échéant une offre Office 365.

Microsoft prévoit de rendre Windows 365 disponible à partir du 2 août et d’annoncer à peu près au même moment une tarification par utilisateur et par mois pour le service. Des indiscrétions provenant directement de Microsoft parlent d’un coût de 31$ / mois et par utilisateur donc pour une machine de 4g de RAM, 128G de disque, et 2 CPU virtuels. Mais il y aura plusieurs prix et plans disponibles en fonction des quantités de mémoires et puissance de traitement. Contrairement à ce qui se passe avec Azure Virtual Desktop (le service anciennement connu sous le nom de Windows Virtual Desktop), Windows 365/Cloud PC sera disponible moyennant un tarif d’abonnement fixe et non un tarif en constante évolution basé sur la consommation de services en nuage, ce qui rendait l’offre Microsoft très compliquée dans les faits.

Microsoft a publié une liste de machines recommandées en fonction des usages :

cloudpcsizes.jpg

L’un des principaux objectifs de Microsoft avec Windows 365/Cloud PC est de simplifier l’expérience de la mise en place, de la maintenance et de la gestion de Windows. Il y aura deux options pour les entreprises avec le service une fois qu’il sera disponible :

  • Pour les petites entreprises sans support informatique, une option en libre-service, avec de nombreux paramètres appliqués automatiquement en leur nom
  • Pour les entreprises qui utilisent Microsoft Endpoint Manager, les administrateurs pourront approvisionner et gérer les PC dans le Cloud comme ils le font aujourd’hui pour les PC physiques.

Dans tous les cas les administrateurs seront en mesure d’adapter la puissance de traitement et de surveiller les performances des PC pour leurs utilisateurs. Le service comprendra des analyses intégrées permettant de mesurer les temps de réponse du réseau. Le tableau de bord Endpoint Analytics montrera également les PC qui ne fonctionnent pas correctement, fera des recommandations et gérera les mises à niveau. Il y aura également un nouveau service Watchdog pour exécuter des diagnostics en permanence et fournir des alertes lorsque les contrôles de diagnostic échouent.

Important : Windows 365/Cloud PC ne prendra pas seulement en charge les applications Microsoft ; le service permettra également aux utilisateurs de se connecter à distance à toute application pouvant fonctionner sous Windows 10 ou 11. Les développeurs de logiciels n’auront pas à apporter de changements ou de modifications à leurs applications pour qu’elles puissent fonctionner virtuellement avec Windows 365/Cloud PC. Et comme les applications s’exécutent virtuellement, les utilisateurs auront accès à des applications plus gourmandes comme les logiciels de montage vidéo ou les programmes de conception graphique, quel que soit l’appareil qu’ils utilisent, une technologie au point maintenant avec les différentes plateformes de jeux en streaming !