Archives des étiquettes : Apple

Le nouveau PDG de Ford se méfie des GAFA (et sans doute à juste titre…)

imagesJim Farley, le nouveau PDG de Ford qui prendra ses fonctions au mois d’octobre prochain, en remplacement d’un autre Jim : Jim Hackett, faisait la semaine dernière ses premières déclarations de stratégie générale à la presse. Alors que traditionnellement la concurrence citée est General Motors, l’éternel rival, Toyota, le numéro 1 du secteur automobile en terme de vente de véhicules, pour Jim Farley, c’est des GAFA qu’il faudra se méfier :

« Nous savons que nos concurrents actuels sont Amazon, Baidu, Tesla, Apple, Toyota et d’autres« 

Pour lui, même si un géant tel qu’ Amazon n’est pas à priori sur le secteur automobile, rien de l’empocherait demain d’y entrer. Il est vrai que le changement de valeur passant du moteur à l’intégration et les batteries (comme l’a si bien démontré Tesla qui est maintenant plus gros en valorisation que Toyota et GM réunis alors qu’il vend 30 fois moins de véhicules), permet à de nouveaux entrants  qui ont des moyens de venir sur un marché autrefois réduit à des sociétés établis durant des années. Amazon – dont la valeur boursière est de 1500 milliards de dollars éclipse largement celle de Ford, qui n’est que de 26 milliards de dollars…

Mais Amazon est aussi  l’un des plus gros actionnaire du constructeur de camions électriques Rivian, qui a levé 1,3 milliard de dollars à la fin de l’année dernière. Amazon a également annoncé une commande de 100 000 véhicules électriques de Rivian, ce qui, selon CNBC, est la plus grosse commande de véhicules électriques jamais enregistrée. (Ford est également actionnaire de Rivian). En juin, Amazon avait aussi acheté la société de robotaxi électrique Zoox de la Silicon Valley pour environ 1 milliard de dollars, signalant à nouveau ses intentions dans l’espace automobile. Enfin, l’année dernière, le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, aurait exprimé son enthousiasme pour l’industrie automobile lors d’une réunion de tous les acteurs.

De plus les rumeurs font aussi état des appétits d’Apple et de Google sur le secteur automobile pour en fournir demain toute la valeur avec la conduite autonome…

Donc le patron de Ford n’a sans doute pas tord de se méfier de ces acteurs. Il faut dire qu’il a sans doute été choisi pour son background technologique. On le définit souvent comme un Geek. Né en 1962 en Argentine, il a obtenu une licence d’économie et d’informatique à l’université de Georgetown. Il a gravi les échelons chez Ford et occupe actuellement le poste de directeur de l’exploitation. Avant d’occuper ce poste, il a été président de New Businesses, Technology and Strategy, où il a contribué à l’expansion de Ford dans le domaine des véhicules connectés. Il a également l’expérience de la direction des équipes chargées de la mobilité intelligente et des véhicules autonomes.

 

Lancement officiel du Surface Duo : on connait ses caractéristiques et son prix (et cela pique)…

Capture d’écran 2020-08-13 à 07.35.32Comment attendu avec même un poil d’avance sur les rumeurs, Microsoft vient de lancer officiellement son smartphone double écran sous Android, il est en précommande et sera dispo le 10 septembre aux USA (bloqué sur l’opérateur ATT).

L’appareil est visiblement assez sympathique d’aspect, le poids (250 g) les dimensions (145.2 mm (hauteur) x 186.9 mm (largeur) x 4.8 mm (épaisseur) une fois ouvert), sont assez cohérente avec un ratio de visualisation de 3×2. Coté stockage on retrouve deux options : 128 Go et 256 Go. Une belle machine donc mais… côté prix cela pique un peu !

Même ceux qui pensaient que la machine serait chère (gamme Surface oblige), n’avaient pas atteint le prix que propose Microsoft dans leurs spéculations (1000 $ était le prix max selon les plus pessimistes). Microsoft annonce son produit à 1400 $ (Hors Taxes)…

Or la bête est visiblement belle, le marketing « Surface » fonctionne à merveille, le design du site Microsoft reprend celui de l’annonce d’un nouvel iPhone (ou Xiaomi :)), mais soyons taquin, c’est un smartphone Android de milieu de gamme, ou pour être plus sympa, haut de gamme de l’année dernière…

Capture d’écran 2020-08-13 à 07.33.24Il a un processeur Snapdragon 855 (la puce phare de Qualcomm mais de… 2019), 6 Go de RAM et 128 Go de stockage. Il ne supporte pas la 5G, pas de Wifi 6, pas d’NFC, écran AMOLED avec une très bonne densité de pixels (401 ppi), mais seulement du 60 Hz (Pas 90 ou 120 comme chez les concurrents). L’appareil photo est un simple objectif de 11MP avec une ouverture de f/2.0, plus proche de l’entrée de gamme que du milieu de gamme. Amusant : il est en retrait du dernier smartphone haut de gamme produit par Microsoft, le Lumia 950 🙂 (sorti il y a cinq ans maintenant). Dommage que Microsoft n’ai pas continué dans la voie des Lumia coté capteurs (et intégration) photo..

Le problème est que sous Android, la concurrence se positionne actuellement à un autre niveau. Mais il est vrai que les caractéristiques techniques ne font pas tout et l’intégration reste un facteur clé, ce n’est pas Apple qui dirait le contraire…

Alors oui, il y a un double écran, et Microsoft citera les prix des Samsung Galaxy Fold ou Huawei Mate X qui atteignent les 2000 $, voir plus pour le Huawei, mais on parle ici d’écrans souples sans charnières, et le prix vient selon les constructeur de là. Le produit de Microsoft dispose de deux écrans séparés reliés par une charnière. On est donc bien plus proche des produits de LG par exemple qui fait cela depuis quatre générations d’appareils maintenant. Le dernier en date (que nous avions découvert au CES cette année et maintenant en vente) est le LG V60, un appareil sous Snapdragon 865 qui prend en charge la 5G, coûte 800 dollars… Et les autres caractéristiques techniques sont aussi supérieures, dont la photo par exemple : 3 capteurs présents (capteur principal grand angle 64 Mpx, f/1.8, 27mm, capteur ultra grand-angle 13 Mpx, f/1.9, 12mm, capteur Tof 0.3 Mpx, f/1.4). La différence de prix ne vient pas non plus des matériaux utilisés : Verre et aluminium côté LG…

Lire la suite

Intel une fois de plus dans la tourmente…

IntelDécidément les choses ne se passent pas bien pour Intel. La semaine dernière, alors que le fondeur présentait ses résultats (au demeurant meilleurs qu’attendus), il annonçait en même temps (sans doute histoire de tempérer l’effet) que finalement il n’atteindrait pas la finesse de gravure de 7nm avant 2022 (vs 2021). Cela à fait l’effet d’une bombe et l’action a perdu 16% en séance. Une première pour la société de Santa Clara de toute son existence.

Intel était déjà en retard sur le marché et avait déjà décalé ses plannings devant les difficultés de mise au point de ce niveau de finesse. Il grave encore pour moitié en 14 nm et connait des problèmes sur ses puces 10mn. Chez TSMC, le graveur qui travaille pour le concurrent AMD ou encore pour les puces Apple, ils gravent depuis 1 an déjà en 7nm… Une éternité à l’échelle de la technologie. En 2022, TSMC annonce pouvoir graver en 3nm (et en 5 nm dès l’année prochaine)…

Après l’annonce d’Apple de se passer des services d’Intel pour les processeurs de ses Mac, qui si elle n’avait que peu d’incidence sur les ventes car les Mac ne représentent que 8% du marché, les difficultés techniques rencontrées depuis des mois inquiètent les investisseurs. Cette annonce est la goutte d’eau supplémentaire.

La finesse de gravure d’une puce est un élément importante pour plusieurs choses, car la concentration en nombre de transistors sur une puce permet d’une part de diminuer la puissance nécessaire, de produire plus sur une même surface, mais permet aussi de fournir au intégrateurs des composants plus petits leur permettant d’améliorer le design et me poids de leurs machines, élément clé dans la course à la mobilité pour le segment des ultra-portables (le seul réellement profitable).

La loi sur la protection de la vie privée s’applique en Californie depuis le 1er juillet

1200px-Flag_of_California.svgLa Californie a commencé le 1er juillet à appliquer sa loi sur la protection des données numériques, six mois après son entrée en vigueur. Elle a été décrite comme la loi sur la protection de la vie privée la plus stricte des États-Unis, ayant été en partie modelée sur la loi de référence européenne, notre fameuse RGPD.

La loi a été adoptée le 1er janvier, mais l’État a donné aux entreprises six mois pour se mettre en conformité. Pour rappel nous avions 2 ans en Europe pour le faire. Donc beaucoup moins de temps ici. Mais il est vrai que les entreprises californiennes avait déjà travailler sur le sujet justement pour leur mise en conformité avec la GDPR…

Malgré les appels de l’industrie et des géants de la tech (Facebook et Google en tête) pour que l’État attende en raison de la pandémie de coronavirus, le procureur général de l’état, Xavier Becerra n’a pas cédé…Elle donne aux consommateurs de l’État – et à beaucoup d’autres en dehors de la Californie – la possibilité de demander aux entreprises de leur indiquer les données personnelles qu’elles détiennent sur chaque personne et de demander aux entreprises de cesser de vendre leurs données personnelles à des tiers annonceurs ou autres. Un casse-tête pour certaines sociétés comme Facebook, pris une nième fois encore, la semaine dernière avec la main dans le pot de confiture…

Que se passera-t-il si les sociétés ne respectent pas la loi ? À partir de cette semaine, le bureau du procureur peut commencer à envoyer des avertissements aux entreprises qui pourraient être en infraction avec la loi et leur donner 30 jours pour régler les problèmes avant de faire face à d’éventuelles amendes ou poursuites. Un petit délais de grâce.

Pas question au passage pour ces sociétés de menacer de quitter l’état pour s’installer au Delaware per exemple (Paradis fiscal interne aux États Unis, sorte de Luxembourg, d’Irlande et de Pays bas réunis pour les Entreprises), là où est installé leurs sièges sociaux (comme c’est le cas de Facebook ou Alphabet la maison mère de Google), le législateur ayant prévu ce cas de figure en protégeant comme avec la GDPR les citoyens avant tout.

Cette loi est limité à la Californie, même si d’autres états, majoritairement Démocrates sont en train de mettre en oeuvre leur loi de protection de la vie privée également, là encore sur le modèle de l’Europe (pour une fois que c’est dans ce sens …). Des entreprises comme Apple en particulier qui a fait de la vie privée son cheval de bataille (face à un Google…) et d’autres géants comme Microsoft (qui ne tire pas non plus de gros revenus de la publicité) continuent de réclamer une loi fédérale unique sur la protection de la vie privée afin de faciliter la mise en conformité. Là encore sur le modèle européen !

Clés FIDO2 : les comptes Google peuvent maintenant être sécurisés sous iOS

Cles FIDO2Nous avions abordé lors du dernier Briefing Calipia la sécurisation sans mot de passe FIDO2 et les clés associées. Pour rappel, cette technologie très prometteuse permet de s’affranchir (enfin) des mots de passes et de ne plus stocker ces derniers sur des serveurs souvent compromis.

Google annonce que ses comptes peuvent enfin profiter de la prise en charge intégrée des clés de sécurité physique sur iOS. Elle permet aux utilisateurs d’utiliser leurs clés de sécurité USB-C, NFC ou Lightning pour un niveau de sécurité supplémentaire lorsqu’ils se connectent à un compte Google ou utilisent le programme de protection avancée de Google. Si toutes les clés FIDO2 semblent être supportées, on pense bien entendu aux excellentes clés Yubico qui couplent usb-c et Lightning (en attendant le modèle usb-c-NFC qui serait retardé du fait de la crise sanitaire).

Google offrait auparavant une prise en charge plus limitée des options de clés de sécurité sur iOS, comme sa clé de sécurité Titan (donc le nouveau modèle est fabriqué par Yubico), qui ne fonctionnait que via Bluetooth et devait être utilisée conjointement avec l’application Smart Lock de Google. Mais Apple a ajouté une prise en charge plus large des clés de sécurité physique en décembre avec la sortie d’iOS 13.3, ajoutant une prise en charge native des clés de sécurité USB-C, NFC et Lightning conformes à la norme FIDO2. C’est logiquement sur cette mise à jour que Google s’appuie, le nouveau système ne nécessitera pas l’utilisation de l’application Smart Lock de Google, car le support est directement intégré à iOS.

Cette prise en charge sur les comptes Google et le programme de protection avancée est disponible dès aujourd’hui.

 

GAFAM : des résultats T1 2020 en fête, sauf là ou le digital rencontre le réel !

En ce mois d’avril, les entreprises viennent de publier leurs résultats pour l’activité du 1er janvier au 31 mars 2020, soit le premier trimestre marqué par l’arrivée officielle de la pandémie dans le monde occidental, avec son confinement XXL.

Les résultats des GAFAM sont à ce titre intéressants pour essayer de mesurer le début de l’impact de cette mega crise sur l’activité digitale, et le moins que l’on puisse dire au vu des chiffres annoncés c’est que pour l’instant le monde digital reste peu touché par le COVID. Sauf là où leur activité rencontre le monde réel, en particulier dans la distribution : fermetures des Apple Stores et renchérissement du coût de production des services (aménagement ou fermeture de centres logistiques, accroissement des coûts de livraison …) du commerce électronique pour Amazon.

Microsoft

La fermeture des magasins Microsoft n’a pas pesé lourd sur les résultats de la société (pas vraiment une surprise quand on voit la faible fréquentation de ces lieux :(), et les activités cloud continuent leur déploiement (voire même profitent du développement du télétravail) :

  • +62% en $ sur Azure (vs le même trimestre un an avant) : certes une croissance en ralentissement régulier depuis plusieurs trimestres (73% il y a un an), mais qui reste malgré tout solide, d’autant que le volume de business brut est élevé
  • +27% en $ pour les souscriptions Office 365 en entreprise
  • 37,2 millions de souscriptions Office 365 sur le marché grand public
  • +18% en $ pour Windows OEM

Sans compter l’accroissement d’usages de ses services de communication/collaboration pour les entreprises Teams et de la renaissance de Skype, dont les usages sont gratuits (plan Office 365 E1 pour 6 mois).

Google

AU travers de quelques chiffres clés, illustration de la bonne santé de l’activité de Google :

  • CA issu de la publicité de 33,76 milliards de dollars sur la période, ce qui représente 82% du CA global et une croissance de 10,3%. Une croissance certes inférieure aux attentes, mais moins qu’anticipé par les analystes financiers
  • des revenues Google Cloud qui passent de 1,825 b$ à 2,777 b$
Amazon

Concernant Amazon, ses résultats sont toujours marqués par la contribution exceptionnelle d’AWS à la profitabilité du groupe (un peu plus de 3 milliards de résultats pour AWS et 2,5 au niveau global pour Amazon), alors que l’activité pèse moins de 15% du CA global.

La croissance d’AWS reste solide à +33%, même si comme Microsoft, ce chiffre diminue régulièrement depuis plusieurs trimestres (il était à +40% il y a un an). Comme Microsoft, le développement du télétravail reste aussi un accélérateur.

Apple

Les ventes d’Apple ont souffert du ralentissement mondial et de la fermeture de ses enseignes au niveau mondial et Apple affiche même une décroissance de son revenu net :

  • vente d’iPhones en recul à 28,96 milliards de dollars (vs 31,05 un an avant)
  • vente de Mac en recul à 5,35 milliards de $ (vs 5,5)
  • vente d’iPad en recul à 4,37 milliards de $ (vs 4,87)
  • ventes de services en croissance à 13,25 milliards de dollars (vs 11,5)
  • vente d’accessoires et de wearables en croissance à 6,28 milliards de$ (vs 5,13)
Facebook

La publicité constitue la quasi totalité du CA de Facebook (l’activité hors publicité pèse 1,6% du tout). Comme pour Google, le ralentissement a moins été marqué qu’envisagé, et Facebook a communiqué sur uns stabilisation de la baisse en avril.

Apple continue de faire son marché dans les startups spécialisées en photo

La photographie est devenue, depuis plusieurs années, l’un des principaux éléments différenciateurs des smartphones. Avec une course engagée aux fonctionnalités innovantes. Selon des informations dévoilées par Bloomberg il y a quelques jours, Apple aurait récemment fait l’acquisition d’une startup britannique, « Spectral Edge », spécialisée dans l’IA et la photographie.

Alors que Google utilisait largement l’IA pour améliorer les photos de ses Pixels 3 et 4, Apple préférait (avec de très bons résultats néanmoins) insister sur la pose longue et la correction de bouger pour proposer des photos assez réussies en mode sombre. L’entreprise californienne continue néanmoins de faire des emplettes dans le domaine de l’IA pour ses prochaines machines.

L’entreprise britannique Spectral Edge, Fondée en 2011, a développé une technologie basée sur la capture d’une photo infrarouge – qui est ensuite fusionnée avec une photo « classique » grâce a du machine learning avec pour objectif d’améliorer la restitution des détails et des couleurs des photos. Une fonction que nous verrons peut-être apparaître sur un prochain iPhone…

Assistants vocaux : Amazon Alexa toujours en tête des usages dans un marché qui commence à émerger

Les assistants vocaux font souvent la une de la presse pour les problèmes de confidentialité. Les craintes sont réelles, mais les usages progressent néanmoins à commencer par la plateforme d’Amazon qui continue de faire la course en tête.

la technologie vocale et le marché en général ont beaucoup évolué. Il y a deux ans, il y avait déjà 15 000 «compétences» Alexa ou différentes applications et capacités vocales Alexa. Aujourd’hui, il y en a plus de 90 000... Et Amazon a ajouté encore plus de capacités à Alexa, en affrontant principalement Google alors que Microsoft a quasiment jeté l’éponge (en tout cas coté grand public), que Siri peine à devenir pertinent et que les autres n’ont pas la taille critique. Le succès d’Amazon repose sur le modèle partenaire de son assistant vocal avec la très large diffusion de son SDK. Alexa a ainsi été intégrée à 150 périphériques différents fabriqués par des tiers. Le nombre total d’appareils Alexa vendus vient de passer selon l’éditeur à plus de 100 millions…

Le marché devrait atteindre  31 milliards de dollars d’ici 2025 selon Amazon, on comprend mieux pourquoi les entreprises telles que Google investissent massivement pour combler leur retard (très réel encore au États Unis).

Paul Bernard AmazonIl y 3 ans Amazon avait lancé son programme « Alexa Accelerator » destiné aux jeunes entreprises qui teste des modèles et des business autour des technologies vocales. « Au démarrage, Amazon ne savait pas vraiment quel type de startups il attirerait lorsque la société a lancé son accélérateur en 2017 » a déclaré Paul Bernard, directeur du développement mondial d’Amazon Alexa et d’Alexa Fund, la branche de capital-risque d’Amazon (avec un budget de 200 millions de dollars destinée aux startups). C’est aujourd’hui un succès qui permet à la technologies d’être utilisée dans très nombreux scénarios.

Les utilisateurs d’iPhone de plus en plus tentés par Android

Apple fait de la fidélité de ses utilisateurs un élément clé de sa politique. Si vous êtes entré dans l’univers de la pomme, vous avez de bonnes chances d’y rester et de lorgner sur les prochains modèles… A plus de 90% les utilisateurs d’iPhone souhaitaient donc pour leur prochain smartphone… un iPhone.

En 2019 selon une étude BankMySell qui mène ce type d’étude depuis près de 10 ans, la fidélité des utilisateurs Apple est tombé au plus bas puisque seulement 73% de ces derniers envisagent de rester avec un iPhone. Ce nombre encore élevé est néanmoins au plus bas depuis 9 ans…

fidelite iphone

Tout ceci dans un contexte de baisse des ventes des iPhones (-17% au dernier trimestre). Les progrès que font Google avec Android et surtout les efforts réalisés depuis deux ans pour offrir une expérience plus cohérente n’y sont pas pour rien. On comprend aussi pourquoi Apple axe sa communication sur le respect de la vie privée, domaine où Google, à du mal à s’aligner (business model oblige).

 

Départ de Jony Ive, une icône d’Apple

Capture d’écran 2019-06-28 à 07.54.49.png

Jony Ive le très emblématique Chief Design Officer de la marque à la pomme quitte donc le giron de la société qu’il a contribué à relancer pour créer sa propre société de design, dont Apple sera un client (si l’on en croit les déclarations de Tim Cook à l’annonce de ce départ).
Sir Jony quitte Apple à 52 ans, après plus de 20 ans de service et un rôle de tout premier plan dans la construction de l’image de marque d’Apple,  qu’il s’agisse de ses produits, de ses magasins, des ses bureaux … Son nom est associé à de nombreux produits, de l’iMac à l’iPhone, en passant par l’iPad, et il est souvent associé à Steve Jobs pour ses capacités créatives très en phase avec les principes du co fondateur d’Apple.

J.Ive avait déjà pris un peu de recul sur les aspects les plus opérationnels en 2015 (juste pour quelques mois avant de revenir au premier plan), mais cette dernière annonce a un caractère plus définitif. Elle s’inscrit aussi dans un contexte de possible pivot du business d’Apple vers les services, au détriment des produits matériels.

 

« Entrées précédentes