Archives des étiquettes : Apple

La protection de la vie privée : la menace réglementaire pour les géants du numérique

Apple était s’il on peut dire, précurseur dans ce domaine et pour cause, leur Business Model ne dépend pas de la collecte d’informations personnelles, même s’ils se montrent parfois assez laxistes dans le contrôle des applications réalisant cette tache sur leur store…

Depuis quelques semaines, c’est au tour de Facebook, Google et maintenant Amazon de se faire les champions de la protection de la vie privée. Autant le dire tout de suite, il y a pas mal de travail encore pour que cela soit crédible ! Car en dehors de ces déclarations , ils n’ont toujours pas réalisé même le plus petit des changements dans leur Business Model dépendant en très grande partie de la collecte d’informations…

Mais alors pourquoi de telles déclarations et pourquoi maintenant ? Pas plus tard que la semaine dernière c’est Amazon qui assurait que maintenant Alexa, son assistant vocal, ne conserverai plus les phrases énoncées par les utilisateurs sur simple demande… vocale. Ce qui est globalement plus pratique que d’aller sur l’application pour modifier ceci en se perdant dans les menus… Et globalement c’est une bonne nouvelle pour les personnes qui craignent qu’Alexa puisse partager par inadvertance leurs enregistrements vocaux avec d’autres personnes – comme cela s’est passé par le passé à plusieurs reprises.

La réponse à cette question se trouve, ce n’est pas une surprise, aux États Unis, ou pour être plus précis en Californie, la patrie de la technologie. En effet, l’état est en train de se doter d’une loi reprenant les grandes lignes du RGPD. Les géants de la technologie font donc face à des menaces de réglementation sur de nombreux fronts. Pour en revenir aux assistant vocaux, l’Assemblée de l’État de Californie a adopté la loi dite « anti-écoute ». Le projet de loi va maintenant être examiné par le Sénat de l’État de Californie. Les fabricants d’appareils d’écoute ambiante, tels que les enceintes intelligentes, devront systématiquement obtenir l’accord de leurs utilisateurs avant d’enregistrer leur voix et pourront demander l’effacement aussi simplement.

Lire la suite

Apple utilisera DuckDuckGo comme moteur de recherche pour Apple Maps à la place de Google

duckduckgo-appleApple et DuckDuckGo ont annoncé un partenariat destiné à fournir aux utilisateurs des fonctionnalités de recherche de localisation (en préservant donc la confidentialité des utilisateurs).

Dans le cadre de ce rapprochement, DuckDuckGo extraira les informations de localisation depuis Apple Maps et les affichera dans ses résultats de recherche. Le framework MapKit JS d’Apple sera utilisé pour alimenter ces recherches de localisation sur le moteur de recherche connu pour être plus respectueux de la vie privée. La nouvelle fonctionnalité est disponible à la fois sur les versions mobile et desktop.

Cette démarche est plus cohérente de la part d’Apple, qui fait de la confidentialité son cheval de bataille par rapport bien sur à Google. Récemment le patron d’Apple demandait au Sénat de forcer les acteurs à clarifier leur position vis à vis du traitement des données personnelles à la manière de ce qui a été fait en Europe avec la RGPD.

Réciproquement, DuckDuckGo utilisera les données cartographiques d’Apple pour les résultats de recherche affichés dans un onglet Cartes séparé.

Les représentants de DuckDuckGo a souligné une fois de plus que le moteur ne conserverait pas vos informations personnelles ni votre historique de recherche :

« Nous n’envoyons aucune information d’identification personnelle telle que l’adresse IP à Apple ou à des tiers. Pour les recherches locales, où les informations de localisation approximatives nous sont envoyées par votre navigateur, nous les rejetons immédiatement après leur utilisation. »

 

Apple : Tim Cook vante les mérites de la RGPD à Bruxelles, mais est plus amnésique sur les pratiques d’Apple en Chine :)

Capture d_écran 2018-10-25 à 08.22.37Tim Cook, le PDG D’Apple était à Bruxelles pour dire tout le bien qu’il pense de la RGPD et de la confidentialité des données au sens large. Le modèle européen devrait être selon lui  être mis en place également aux Etats Unis pour éviter des dérives d’un certains nombres d’acteurs… Suivez son regard.

Sur le fond, Tim Cook a sans aucun doute raison et les sociétés qui exploitent les données personnelles devraient sans doute respecter plus de règles comme par exemple d’indiquer clairement ceci par des messages explicites lors de la souscription à leur services, indiquer par exemple comme première phrase : « Ici les services ne se payent pas en Euros mais avec l’exploitation de vos données personnelles« , ensuite à vous de juger.

Mais Tim Cook, qui n’hésite pas à se servir de cet argument pour lutter contre Google, Facebook et autres, reste beaucoup plus silencieux sur les pratiques d’Apple en Chine. C’est ce que fait remarquer à juste titre l’ancien chef de la sécurité de Facebook Alex Stamos qui vient de quitter il y quelques mois la société.

Lire la suite

Microsoft : « Moi aussi je suis un méchant ! »

mechant GAFAMLa communication sur les « GAFA » n’est pas très positive, c’est le moins que l’on puisse dire, en France et en Europe. C’est d’ailleurs principalement sur le vieux continent que ce terme est employé.

Les Gafa désignent, vous le savez, Google, Apple, Facebook et Amazon. Les articles traitant des GAFA sont rarement élogieux et associés le plus souvent à des termes négatifs comme « Optimisation Fiscale «,  « Pillage » etc.

Faites une petite recherche sur Google (!) et regardez les premiers liens proposés. Le premier est la définition suivant Wikipédia, mais pour les autres ont trouve :

  • Pourquoi les état-unis doivent réguler les GAFA (lesechos.fr)
  • Rien n’arrête les GFA (Slate.fr)
  • Démantelons les Gafa (l’Express)
  • Faut-il avoir peur des GAFA(FranceTV.fr)
  • Oubliez les GAFA(Capital.fr)
  • Etc.

Dans un tel contexte, même si elle n’en est pas à l’origine du terme, pourquoi une entreprise comme Microsoft (en France) s’acharne à parler dans ces communications de « GAFAM » ? Pourquoi veut-elle ajouter systématiquement son « M »  lorsque l’on parle des GAFA ?

C’est un peu comme si elle disait : «  Moi aussi je suis un méchant » ! « Rappelez-vous comme j’étais méchant il y a pas si longtemps quand j’étais en position dominante sur Windows, Internet Explorer, etc.« .  Cela pourrait paraître comme un peu risible ou carrément pathétique.

Mais surtout pourquoi vouloir associer son image – qu’elle a fait tant d’efforts pour améliorer – à cet acronyme si négatif ?

Bien sûr, c’est sans aucun doute liée à l’admiration que les GAFA génèrent, plus forte que leur détestation, dans la population française. Une fascination pour ces entreprises qui, en très peu de temps, ont conquis et changé le monde grâce à leurs innovations. Seule Apple, mais moribonde, existait au début des années 2000. Donc pour Microsoft, associer son nom à ces entreprises est clairement une source de fierté.

Mais le message est aussi et surtout à mon avis, destiné aux employés, de plus en plus attirés par la concurrence des Amazon, Google ou autre Facebook (il suffit de faire un tour sur Linkedin pour voir la transhumance des Microsoftees).

Ce serait un peu pour les dirigeants de Microsoft France comme le message de Panzani dans ses publicités du siècle dernier « Chéri revient j’ai les mêmes à la maison » !

Alors pourquoi tant que l’on y est, ne pas ajouter aussi un O pour Oracle et un I pour IBM ! Et parlons de (fait) GAFAMOI 🙂

Apple passe la barre des 1 000 milliards USD de capitalisation boursière

Apple logoComme l’annonce Reuter, Apple vient tout simplement de rentrer dans l’histoire en devenant la première entreprise technologique dont la valeur en bourse dépasse le seuil symbolique des mille milliards de dollars, prouvant s’il en était besoin que cette société est une valeur sûre du marché, mais aussi et surtout, une machine à cash hors du commun.

Cette somme astronomique représente près de la moitié des richesses annuelles produites par la France et illustre le changement de dimension économique engendré par la révolution numérique.

Apple Capitalisation

Au cours du second trimestre de 2018, Apple a donc fait mieux que les autres « GAFAM » ou leurs équivalents asiatiques, en fait beaucoup mieux que ces poids lourds que sont Alphabet (884 milliards USD), Amazon (876 milliards USD) ou Microsoft (847 milliards USD).

Pour rappel, et le rapport de cause à effet est évident, Apple a récemment annoncé ses résultats financiers pour le troisième trimestre de son année fiscale 2018 qui s’est achevée le 30 juillet. Elle a indiqué avoir réalisé un chiffre d’affaires trimestriel de 53,3 milliards USD, ce qui représente une augmentation de 17 % par rapport à la même période un an plus tôt, alors que les analystes de Wall Street tablaient sur une croissance annuelle de 15 % de son chiffre d’affaires.

Apple Q3 2018

Avec 41,3 millions d’iPhone écoulés au cours du dernier trimestre, le smartphone continue de représenter la majorité des revenus d’Apple. À elle seule, la famille de produits iPhone a rapporté 29,906 milliards USD sur les 53,3 milliards USD de revenus, signant au passage une augmentation de 20 % par rapport au même trimestre de l’année précédente.

Google Cloud Plateform est très sécurisé. La preuve : Apple l’utilise :)

C’est dans le Guide sur la sécurité d’iOS qui vient d’être mis à jour par Apple sur son site que CNBC à découvert ce qui n’était qu’un bruit : Apple utilise maintenant les services de Google pour ses services iCloud (en plus de ses propres serveurs, ceux d’Amazon et ceux de Microsoft. Ceci dit, la mise à jour du document en, question qui dans sa précédente version parlait d’Amazon et Azure, parle maintenant plus que d’Amazon et Google… Exit Azure ?

google-cloud-logoApple a confirmé l’information en précisant que Google n’avait aucun accès à ces informations car l’ensemble était bien entendu chiffré…

 

iOS 11 devrait démocratiser l’usage de la réalité augmentée

Dans une interview hier, Tim Cook, le patron d’Apple vantait les mérites de la réalité augmentée désormais accessible avec iOS 11.

Jusqu’alors très sceptique sur la réalité augmentée lorsqu’elle nécessitait de porter des lunettes ou un casque sur la tête d’une part, mais aussi sur la fluidité des solutions proposées, les applications à l’image de celle d’Ikea (Ikea Place – disponible pour l’instant que sur le Store US) risquent bien de changer la donne…

table ARNous n’avons pas résisté à mettre une nouvelle chaise dans le bureau, et une nouvelle petite table / coffre !

Une petite présentation des possibilités :

 

« Entrées précédentes