Archives des étiquettes : Qualcomm

Microsoft travaillerait sur l’émulation Intel 64 bits pour la version ARM de Windows 10

surface pro xNous vous en parlions ici la semaine dernière, le gros problème de la tablette Surface Pro X est le manque d’applications native de son système, basé sur le processeur ARM Qualcomm Windows 10 ARM.

Si l’éditeur propose bien une émulation Win32 (donc 32 bits), rien n’est disponible pour le 64 bits. On apprend que l’éditeur travaillerait bel et bien sur une couche d’émulation 64 bits pour ce processeur ARM et la version de Windows qui va avec. Actuellement par exemple, si vous voulez une application qui n’est disponible que dans une version x64, comme Adobe Premiere Pro ou Photoshop Elements, vous ne pouvez l’utiliser. L’idéal bien sûr serait qu’elle soit disponible en version native…

Microsoft travaillerait à apporter l’émulation d’application x64 à Windows sur ARM. Quand ceci devrait être disponible ? Mystère, des sources indiquent que cela pourrait être dans Windows 10 21H1, ce qui signifierait que le grand public y aura accès au cours du premier semestre 2021… En espérant que Adobe, pour rester sur cet exemple aura entre temps développé ses applications en natif pour ARM !

Pour rappel, la génération actuelle de puces PC de Qualcomm est le Snapdragon 8cx, ainsi que le SQ1 de Microsoft, qui est un 8cx légèrement modifié. Ces SoCs sont construits à partir de zéro pour les PC, avec l’émulation en tête. Cependant, l’émulation d’applications 64 bits ne devrait pas être exclusive à la gamme 8cx, on devrait pouvoir utiliser des applications x64 sur toutes les générations de processeurs ARM de Windows, en remontant jusqu’au Snapdragon 835.

Reste la question des performances obtenues mais aussi de la consommation en résultant… et sur ces points, aucune information.

Nous aborderons ce sujet en introduction du prochain Briefing Calipia qui commence la semaine prochaine.

Surface Pro X : une magnifique machine en manque d’applications natives

surface pro xNous ne l’avions pas vu Chez Microsoft Corp à Seattle début octobre (pas encore arrivée), elle était hier sur le stand Microsoft à Ignite et pas de doute, la nouvelle machine Surface Pro X de Microsoft est vraiment magnifique : fine, astucieuse, avec son stylet intégré au clavier détachable, légère avec de belles finitions. Oui mais il y a un mais… les premiers tests sont tombés ici et là, (l’article de The Verge résume bien la situation) et la réalité n’est pas à la hauteur des promesses de la conférence du début octobre.

Quelques éléments :

  • Les performances ne sont pas à la hauteur : la faute aux applications 32 Bits, la couche d’émulation n’est pas si performante que le clamait Qualcomm et Microsoft, pas de quoi inquiéter Intel actuellement. L’éditeur annonçait la performance d’un Core i5 d’Intel, il y a encore du travail visiblement pour cette couche d’émulation qui ne fonctionne d’ailleurs qu’avec les applications 32 bits, ce qui n’est plus le cas des processeurs Intel depuis dix ans.
  • La promesse d’une autonomie de 20 d’heures d’usage et jusqu’à 13 heures en continu… elle aussi est mise à mal par de nombreux tests « en conditions réelles » elle ne tient en réalité que 6 heures de travail.

Alors pourquoi une telle différence entre la promesse et la réalité ? La réponse est simple : les applications natives ne sont vraiment pas nombreuses sur le Store Microsoft compilé pour cette tablette. Microsoft lui même ne donne pas l’exemple avec Office qui n’existe pas en version native actuellement… il faut se contenter de la version 32 bits… En natif les performances seraient tout autre, l’autonomie sans doute aussi (ce que mesure aussi les testeurs).

Mais alors est-ce uniquement des défauts de jeunesse ? Microsoft l’assure les applications vont arriver… Oui mais, n’était-ce pas le même discours que l’éditeur tenait avec la Surface RT (la première machine Microsoft fonctionnant avec un Windows sous ARM) ? On connait la suite : le Store est resté vide, et les usages de la tablette aussi (je donnais mon avis ici sur cette tablette à son annonce en octobre 2012 avis qui n’avait pas vraiment plu à Microsoft à l’époque, qui clamait que « les applications vont arriver par centaine »….).

Je peux sans aucun doute me tromper mais qu’est-ce qui ferait que les développeurs se précipiterait sur le Store Windows ARM pour y mettre leurs applications ? Alors même que le Store Windows reste assez calme pour les applications Windows « Intel » ?. L’émulation intégrée à la machine n’est-elle pas elle même paradoxalement un aveu de faiblesse pour l’éditeur qui peine depuis des années à convaincre les développeurs à remplir son Store ? Les promesses de l’éditeur : «  C’est rapide à recompiler, nous avons des outils, des programmes de migrations, etc.. » n’y ont rien fait… Alors dire qu’aujourd’hui tout va changer ? Honnêtement je n’y crois pas trop.

Mais alors à qui s’adresse cette machine ? C’est bien là le problème, tant que des applications natives exploitant les performances de cette machine ne seront pas là, cela va sans doute être très délicat pour l’éditeur de convaincre beaucoup de monde à dépenser près de 1500 € pour cette machine (prix de la configuration 8Go de ram et 256 Go de SSD) par rapport à un Ultra Portable (et pourquoi pas la très belle Surface Laptop 3…).

Globalement je pense aussi que cette machine est peut-être arrivée trop tôt et qu’elle constitue avant tout plus une démonstration technologique. L’éditeur le sais et je serais très étonné que Microsoft ai donné des objectifs très ambitieux à ses commerciaux 🙂

Nous reviendrons sur tout ceci lors du prochain Briefing Calipia avec une session sur le futur du poste de travail en entreprise.

Le kit de développement « Vision AI » de Microsoft est disponible

Il y a plus d’un an, lors de la conférence développeurs Build à Seattle en 2018, Microsoft avait annoncé un partenariat avec Qualcomm afin de développer un kit de développement pour les applications AI de vision par ordinateur en utilisant bien sur les services cognitifs d’Azure. Ce kit de développement est disponible et construit sur la plate-forme Vision Intelligence de Qualcomm, conçue pour exécuter les modèles d’intelligence artificielle localement et s’intégrer aux plates-formes de cloud Azure ML et Azure IoT Edge de Microsoft.

Vision AI AzureLe kit de développement Vision AI (qui est fabriqué par eInfochips) est désormais  disponible auprès du distributeur Arrow Electronics au prix de 249 $. Le kit de développement contient du code et des exemples à utiliser via Visual Studio avec des modules Python, les configurations de déploiement Azure IoT prédéfinies et une extension du Kit de développement Vision AI pour Visual Studio (disponible également sur Github). Le kit est fournis de base avec module reconnaissant déjà par défaut  183 objets différents, bien entendu ce nombre augmentera avec l’application que vous pouvez développer…

Anne Yang, la chef de projet en charge de cet équipement chez Microsoft, donne quelques exemples d’usages :

  • Vérifier par exemple que chaque personne sur un chantier de construction porte bien son casque, par exemple.
  • Détecter si des articles sont en rupture de stock sur une étagère de magasin.
  • etc.

Concrètement, ce matériel tourne sous une distribution spécifique de Linux : « Yocto Linux » , il est doté d’un Qualcomm Snapdragon 603, associé à 4 Go de mémoire et à 64 Go de stockage intégré. Le capteur photo est de 8 mégapixels et est capable d’enregistrer en 4K, il est équipé aussi de quatre microphones pour la capture audio et les commandes vocales.

Le moteur SNPE (Snapdragon Neural Processing Engine) de la plate-forme Vision Intelligence 300 de Qualcomm permet l’exécution sur la machine des services Azure conteneurisés , faisant du kit ce équipement la première plate-forme «entièrement prise en charge de bout en bout par Azure« , selon à Yang.

Mais si l’on veut être complet sur le sujet, on peut aussi voir ce kit comme une réponse de Microsoft au Kit DeepLens d’Amazon qui lui fonctionne, sans surprise , avec les services AI de vision d’AWS. Côté Google, il ont récemment mis au point la carte Coral Dev, un kit matériel répondant aux mêmes besoins et livré avec une caméra USB.

Qualcomm présente son Snapdragon 8cx, qui concurrence Intel sous Windows

Capture d’écran 2019-05-28 à 11.36.26Nous vous en parlions déjà il y a six mois, Qualcomm avait présenté son Snapdragon 8cx. Processeur conçu pour concurrencer un Intel Core i5. Ce nouveau processeur contenant huit cœurs Kryo 495 et un processeur graphique Adreno 680 est certifié par Microsoft pour exécuter Windows 10 Entreprise.

Lors du Computex 2019 qui se déroule actuellement Qualcomm a publié de nouvelles vidéos montrant les performances de machines construites autour de cette plateforme (dont le nouveau Lenovo annoncé hier). Les résultats sont assez interessant sur différents scénarios d’usages comparés à des machines Core I5 :

  • Multitâche :  2’28 » versus 2’57 sur la machine Intel
  • Navigation Web : 17’23 » versus 20’10 » sur la machine Intel
  • Sur les 5 autres scénarios, les deux machines font jeux égal (Utilisation d’Excel, compression de fichiers, utilisation d’Outlook, utilisation de Paint 3D et utilisation de Photoshop)

Et tout cela avec une autonomie supérieure de la machine (+70 % en moyenne !).

Il est vrai que ceci est réalisé en comparaison avec des processeurs Intel qui ne sont pas de la dernière génération et sur des scénarios on l’imagine sans doute un peu biaisés comme de coutume :), mais tout de même, cela renforce un peu la crédibilité de l’offre de  Qualcomm…

Lenovo a donc annoncé hier le premier ordinateur Snapdragon 8cx, mais attention celui-ci utilise la plate-forme Snapdragon 8cx 5G, qui ne sera pas disponible avant 2020. Nous devrions néanmoins voir les premiers ordinateurs équipés du Snapdragon 8cx standard (sans connectivité 5G) d’ici la fin de l’année.