WWDC Apple : évolution des MacBook Air et bureautique dans le cloud

A l’occasion du keynote de la WWDC à San Francisco, Apple a donc procédé à un flot d’annonces.

Parmi celles-ci, une nouvelle génération de MacBook Air, les ultra portables de la marque à la pomme, et le lancement d’une nouvelle version d’iWork, la suite bureautique, destinée au cloud et intitulée iWork for iCloud.

iwork for icloud betaiWork for iCloud est une nouvelle version de la suite bureautique d’Apple, constituée de Pages (traitement de texte), Numbers (tableur) et Keynote (logiciel de présentation). Avec cette nouveauté, les 3 composantes ne vont plus s’installer et s’exécuter sur le poste de travail mais dans le cloud d’Apple : iCloud. Les 3 applications seront accessibles au travers d’un navigateur (Safari bien sûr, mais aussi Chrome ou Internet Explorer), en se connectant sur le portail iCloud.com (copie d’écran ci contre).
Avec cette nouvelle offre, Apple entre en compétition dans le champ de la bureautique en ligne, ou Microsoft (Office 365 et Office Web Apps) et Google (Google Docs et Google Apps) s’affrontent dejà avec énergie. L’intérêt du cloud est évident pour Apple, qui dispose ainsi d’une solution multiplateforme. C’est d’ailleurs sous Windows 8 qu’une partie de la démonstration faite hier par Apple a été réalisée. La solution ne sera disponible que plus tard en 2013, mais ce qui a été présenté hier va certainement susciter de l’intérêt.

La nouvelle génération de MacBook Air (la 6 ème depuis la sortie du MBA en juillet 2008) , annoncée hier soir et disponible macbookairdans la foulée sur l’Apple Store n’apporte certes rien de révolutionnaire, mais elle va renforcer un peu plus les positions prises par Apple sur ce secteur des ultra portables haut de gamme. Ces nouveaux postes de travail n’offrent pas grand changement extérieur, mais c’est sous le capot que les choses évoluent, avec en particulier :

  • un processeur bicoeur d’Intel Core i5 ou i7 1,3 GHz (basé sur le dernier né du constructeur de Santa Clara : le processeur Haswell), qui vont permettre à Apple d’afficher des autonomies exceptionnelles pour ses machines (9 à 12h),
  • disque SSD, avec 128 Go au minimum, extensible à 512 Go.

Sinon, les limites du MBA restent les mêmes que celles de la version précédente : pas de possibilité d’extension une fois la machine connue, connectivité un peu réduite (pas de port Ethernet, de lecteur de DVD  intégré ni de FireWire). Tout ceci est connectable bien entendu à un MBA, mais moyennant l’acquisition d’adaptateur supplémentaire payant.

En attendant les évolutions du reste de la gamme de portables d’Apple (Macbook Pro et Retina), il sera intéressant de voir si ces nouveaux MBA vont permettre à Apple de tirer son épingle du jeu dans un marché des PC plutôt mal en point.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.