Avec les sanctions contre la Russie, un danger de balkanisation de l’Internet ?

Les sanctions contre la Russie se multiplient sur Internet, et les géants du numérique ne sont pas (pour une fois) les derniers à prendre des actions. Ce qui tranche habituellement avec leurs pratiques plutôt conciliantes avec les dictatures en places au nom du « Business » bien entendu… pour s’en convaincre, il suffit de voir leurs pratiques passées en Russie mais actuelles en Chine, donnant très largement accès à leurs Cloud au pouvoir en place dans ces pays.

Mais aujourd’hui ces géants ont pris positions pour une fermeture de leur services (où de leurs nouvelles ventes, comme c’est le cas pour Microsoft par exemple, qui craint, on l’imagine l’arme russe de la légalisation piratage…). Aujourd’hui, les sanctions numériques contre la Russie sont actives, coupant le pays de la fourniture de matériel, de logiciels et de services. Le pays serait à deux mois de manquer de stockage dans le Cloud… Mais si la pression exercée sur Vladimir Poutine est bienvenue, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) prévient que si la situation perdure, elle pourrait déboucher sur une balkanisation à terme d’Internet.

Aujourd’hui, ces sanctions jouent paradoxalement le jeu de Poutine, qui bloque l’accès à un certain nombre de sites pour maintenir ses citoyens dans l’ignorance de la réalité de la guerre. Ainsi le gouvernement russe à bloqué Facebook, Instagram, Twitter allant même jusqu’à déclaré que Meta la maison mère de Facebook et Insta était une « organisation extrémiste ». Mais c’est vrai que Poutine sait mieux que personne que ces réseaux sociaux sont capables de forger des convictions, l’élection de Donald Trump avec le support de la russie en est une belle démonstration.

Pour continuer d’utiliser ces services, le peuple russe, en tout cas une partie de ce dernier, utilise des VPN permettant de contrer la censure, pour combien de temps encore ? Mystère. L’usage de ces derniers pouvant être limité par l’état comme c’est le cas actuellement en Chine.

Ces actions combinées font craindre, pour le MIT, la balkanisation d’Internet, dans lequel, au lieu de l’internet mondial unique que nous connaissons aujourd’hui, nous aurions un certain nombre de réseaux nationaux ou régionaux qui ne se parlent pas et qui utilisent peut-être même des technologies incompatibles. Mécanisme amplifié demain avec des Metavers incompatibles dont on nous dit qu’ils seront l’avenir d’Internet. Et c’est déjà le cas pour la Chine et l’Iran par exemple : si ils utilisent toujours la même technologie Internet que les États-Unis et l’Europe, ils n’ont accès qu’à certains de ses services. Si ces pays mettent en place des organes de gouvernance rivaux et un réseau rival, seul l’accord mutuel de toutes les grandes nations du monde pourrait le reconstruire. L’ère du monde connecté serait alors révolue…

Alors jusqu’où aller en terme de blocage des accès sans jouer le jeu de Poutine ? Pas simple.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.