Archives des étiquettes : Google Assistant

L’assistant Google peut maintenant lire les pages web à haute voix sur Android

GoogleLors du CES 2020, Google a présenté en avant-première une nouvelle fonctionnalité de Google Assistant appelée « Read It« , qui lit à haute voix le texte des pages web. Cette fonction est désormais disponible pour tous les utilisateurs de smartphones Android qui utilisent Android Lollipop ou une version plus récente.  Pour utiliser cette fonction, les utilisateurs doivent ouvrir leur navigateur web sur la page qu’ils aimeraient entendre lire à haute voix. On peut alors invoquer l’assistant Google avec la commande « OK Google, lit cette page », la page entière défilera automatiquement lorsqu’elle sera lue à haute voix. Les mots prononcés sont également mis en sur-brillance au fur et à mesure.

Cette fonction permet également aux utilisateurs de modifier la vitesse de lecture et de choisir parmi plusieurs voix (comme ce que réalise déjà Microsoft avec Edge Chromium, nous vous en avions déjà parlé ici même). En plus Google traduira également le contenu dans des langues qui ne sont pas celles du lecteur s’il le souhaite. Actuellement, la fonction de traduction prend en charge 42 langues.

Les administrateurs de sites n’ont rien à faire pour que l’assistant Google puisse lire une page, mais ils ont la possibilité de désactiver cette fonction s’ils le souhaitent pour qu’elle ne puisse être utilisée.

Une petite vidéo pour expliquer le mode de fonctionnement :

 

Souriez vous êtes écoutés…

ecoutes téléphoniquesC’est le feuilleton technologique de cet été, un par un, la plupart des acteurs ont révélé cet été qu’il nous écoutait, ou plutôt que des oreilles bien humaines étaient payées pour nous écouter dans leurs services, dans le but bien sur d’amélioré la qualité des produits.

Ce fut le cas d’Amazon avec son assistant vocal Alexa, puis Google avec son assistant qui lui aussi était assez indiscret et Apple avec Siri. C’était en juillet et ces acteurs ont annoncés immédiatement (ou presque) arrêter ces pratiques ou laisser le choix à l’utilisateurs de transmettre ses données. Un peu plus tard (première semaine d’août) ce fut au tour de Facebook, dont les indiscrétions sont une véritable marque de fabrique d’annoncer que oui, ils écoutaient aussi nos conversations Messenger et que promis juré ils allaient arrêter de ce pas…

Nous sommes mi-août et c’est au tour de Microsoft d’annoncer que oui, il arrivait à des oreilles humaines d’écouter aussi les conversations Skype dès lors qu’une traduction est réalisée et les requêtes de son assistant vocal Cortana (bon pour ce dernier c’est sans doute moins grave compte tenu du nombre d’utilisateurs 🙂 ). Mais plutôt que d’arrêter ses pratiques, l’éditeur en précise l’objet et met à jour en conséquence sa politique de confidentialité afin d’informer explicitement les utilisateurs que leurs appels au service de traduction Skype pourraient être examinés par des sous-traitants afin d’améliorer la précision du service.

La politique de confidentialité mise à jour indique que « le traitement des données à caractère personnel par la société à ces fins inclut des méthodes de traitement automatisées et manuelles (humaines)« .

La FAQ sur la confidentialité de Skype Translator a été mise à jour de la même manière comme suit : « Lorsque vous utilisez les fonctionnalités de traduction de Skype, Skype collecte et utilise votre conversation pour améliorer les produits et services Microsoft. Pour aider les technologies de traduction et de reconnaissance vocale à apprendre et à évoluer, les phrases et les transcriptions automatiques sont analysées et les corrections éventuelles introduites dans notre système, afin de créer des services plus performants. Cela peut inclure la transcription d’enregistrements audio par les employés et les fournisseurs Microsoft, sous réserve de procédures conçues pour protéger la vie privée des utilisateurs, notamment en prenant des mesures pour supprimer l’identité des données, en exigeant des accords de non-divulgation avec les fournisseurs et leurs employés et en obligeant les fournisseurs à respecter les critères élevés. normes de confidentialité définies dans le droit européen et ailleurs ».

A bon entendeur… 🙂