Ma French Bank lancée avant l’été

Capture d_écran 2018-11-13 à 13.47.49

Ma French Bank, la nouvelle banque 100% numérique par la Banque Postale, « sera disponible sur Internet au printemps 2019, puis avec une commercialisation grandeur nature au travers de 2000 bureaux de poste d’ici l’été prochain » … C’est ce que vient d’annoncer Remy Weber, patron de la Banque Postale dans un entretien aux Echos paru le 11 novembre dernier. 

Outre les services bancaires de base, Ma French Bank offrira, pour se différencier des concurrents dans un marché de plus en plus encombré, du crédit à la consommation et du crowdfunding (via la plateforme KissKissBankBank rachetée en juin 2017). Pour la Banque Postale l’enjeu est important, puisqu’ainsi comme le note l’entretien aux Echos, l’entreprise a perdu 100 000 clients en 2017 et que 2018 ne devrait pas s’annoncer un bon cru. R.Weber indique que la Banque Postale a 2 fois plus de clients âgés de plus de 75 ans que les autres banques classiques, et donc attirer des jeunes devient vital. Après plusieurs reports de lancement, le premier semestre 2019 apparait comme le top de départ officiel. Pour accélérer son démarrage, l’entreprise a choisi de miser sur des souches logicielles déjà disponibles (auprès d’une banque polonaise mBank) et de ne pas développer une solution from scratch

Concernant les propos de R.Weber, il est pour le moins étonnant de lier le lancement « grandeur nature » d’une offre numérique au réseau des bureaux de poste,
mais l’entreprise souhaite capitaliser sur ce qu’elle perçoit comme un différentiateur par rapport à ses concurrents. Le maillage très fin des bureaux de poste sur le territoire constitue certainement un facteur de différences par rapport aux derniers entrés sur ce marché de la banque en ligne (N26, Revolut …), mais pas vraiment par rapport aux autres acteurs bancaires classiques qui se sont eux aussi essayés à la banque en ligne, avec plus ou moins de succès (BNPP avec Hello Bank, puis le rachat de Mon Compte Nickel, BPCE et son projet défunt Fidor …). Et différence ne signifie pas forcément succès.

En terme de pénétration du marché, R.Weber indique vouloir atteindre 1 millions de clients en 5 ans. Ce qui peut sembler relativement modeste, quand on s’appelle la Banque Postale (avec plus de 10 millions de clients actifs), et si l’on regarde la performance d’un concurrent comme N26, qui revendique 1,5 millions de clients après 4 ans, et un démarrage à partir de rien. Ma Frenck Bank est un des outils de la Banque Postale pour s’adapter à la transformation numérique, et l’entreprise prévoir d’y consacrer une partie de l’enveloppe d’investissement réservée à cette transformation. A suivre pour savoir si le pari sera payant.

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.