Cash Investigation sur Microsoft

cash_investigationUn petit commentaire (et coup de gueule en fait) sur le dernier numéro de Cash investigation hier soir sur France 2…

Autant le dire tout de suite, j’ai trouvé l’émission d’hier soir terriblement racoleuse. Si j’apprécie habituellement Elise Lucet pour sa pugnacité, son coté bulldog, l’émission d’hier soir sur Microsoft en particulier, sous couvert de révélations sur les défauts de l’état dans sa gestion des contrats avec les entreprises, était de mon point de vue très décevante. Des éléments uniquement à charge certes, un traitement très racoleur du sujet (c’est un peu la marque de fabrique de cette émission), mais surtout rien de neuf ! Qu’avons nous appris ?

  • Que le ministère de la défense utilise largement des produits Microsoft, comme toute entreprise française, ou toute organisation publique française, tout comme d’autres produits d’autres fournisseurs informatique : Oracle, IBM, etc (au passage quasiment tous américains…).
  • Que le contrat est important (on parle ici de 40 millions d’euros par an), c’est à dire à peut près autant, voir moins que les fournisseurs cités plus haut 🙂
  • Que ceci aurait été moins cher d’utiliser Linux et Open Office : le même discours tenu depuis 15 ans qui on le sait, n’est pas si simple et ne porte que sur le cout d’acquisition et pas le cout d’usage, de maintenance, etc. Si c’était si évident, on se demande pourquoi en 15 ans, Open Office ne dépasse toujours pas les 2% de parts de marchés…
  • Que Windows et Internet Explorer contiennent des failles de sécurité importantes, en laissant entendre que c’est le seul : c’est oublier un peu vite que Linux & co sont truffés de failles largement révélées par les organismes indépendants tel que Secunia ou autre. On remarquera au passage que les journalistes de Cash Investigation sont plus malins, ils utilisent des produits Apple (mac, iPad & co) dont on sait qu’ils sont dépourvus de failles de sécurité… il suffit de voir les correctifs (et tant mieux) régulier d’Apple pour s’en convaincre 🙂 . La partie prise de contrôle d’un poste de travail sous Windows 7 par un professeur « expert ancien des services secrets » était sans doute la plus divertissante, émotion garantie… de quoi alimenter tous les partisans de la théorie du complot. Ce dernier doit former de sacrés « experts » pour nos entreprises demain…
  • Que Microsoft utilise l’Irlande comme paradis fiscal depuis plus de 15 ans. Comme 100% des boites technologiques ou presque (ce qui n’excuse personne au passage) mais en gros rien de neuf.
  • etc.

Finalement, lorsque l’on connait un peu un sujet, on trouve cette émission beaucoup moins pertinente… de quoi relativiser aussi l’objectivité des autres sujets traités par l’équipe de Cash Investigation, dommage…

Publicités

À propos de Stephane Sabbague

Stéphane Sabbague est Président et co-fondateur du cabinet d'études Calipia. Au travers des activités de Calipia, Il anime de nombreuses formations et conférences. Ingénieur de formation, Stéphane a débuté sa carrière chez IBM France, il a occupé ensuite chez Microsoft, durant 11 ans, différents postes ventes et marketing, dont les dernières années celui de Directeur de la division Marketing Produit.

7 Réponses vers “Cash Investigation sur Microsoft”

  1. Oui , mais bon , tous gens un tant sois peu sérieux connaissent les faiblesses des produits Microsoft . Cela est de notoriété public chez … les geeks . Nous avons tous au moins une station de travail qui turbine sous Debian ou un de ces dérivés , nous sommes instruit sur le chiffrement et le backup .
    Pas du tout le grand public et il faut des emissions comme Cash pour « impressionné  » le lambda qui crois qu ‘ Internet ce résume à Facebook .

  2. De mon point de vue, on était ici plus proche de « Voici » que d' »Envoyé spécial » 🙂

  3. Comme le mentionne Stephane, l’équipe de CashInvestigation devrait revoir son équipement informatique et laisser tomber les iPhone, iPad et Mac qu’ils utilisent et donc achètent, contribuant ainsi directement à la fuite vers des paradis fiscaux de chiffre d’affaire qui ne fera pas l’objet d’une imposition française équitable.

  4. Nous ne sommes pas dupe sur ce reportage, car nous connaissons ce dossier. Imaginez le recul que nous devons avoir sur tous les dossiers où nous sommes néophytes. N’oublions pas que le but de certains journalistes est de trouver un titre racoleur pour faires des hits ou des téléspectateurs… Elise, cet acharnement à charge ne convainc que toi.

  5. « Finalement, lorsque l’on connait un peu un sujet, on trouve cette émission beaucoup moins pertinente…  » : Quand on lit un article ou l’on regarde un reportage sur un sujet que l’on connaît, dans 90% des cas on s’aperçoit qu’il est truffé d’approximation, contre vérité ou raccourcis. Il existe de très bon reportage, mais souvent pas les plus efficaces en terme d’audience. Ne jamais oublier qu’un journaliste raconte une histoire. Il n’est pas là pour faire de la formation…

    • Tout à fait. C’est aussi la différence entre des magazines comme « Voici » et les autres 🙂 Ce n’est néanmoins pas le même traitement de l’information… Dans la presse spécialisé (comme la presse informatique par exemple) sur le long terme les lecteurs perçoivent in fine la différenre et la pérennité du journal s’en ressent 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s