[Lettre Calipia] Microsoft Office sur les tablettes : trop tard ?

En ce mois de novembre 2013, cela fera exactement deux ans qu’auront filtrées dans la presse les premières informations indiquant l’existence d’une version de Microsoft Office sur iPad : le journal « The Daily » rapportait alors qu’une démonstration « privée » avait faite en interne chez Microsoft.

Après ce premier signe des travaux internes de l’éditeur, il aura fallu attendre le mois de septembre 2013 pour qu’enfin soit confirmé officiellement l’existence de cette très attendue version d’Office. C’est en effet lors de la dernière conférence analyste de l’éditeur que Mr Qi Lu, à la tête de la division Applications et Services de Microsoft, a levé un coin du voile sur l’avenir d’Office pour les tablettes : « Nous travaillons sur des versions nativement tactiles des principales applications d’Office. Nous allons les amener sur les devices Windows et aussi sur d’autres devices de façon à satisfaire les besoins de nos clients, d’une manière qui fasse sens économiquement pour Microsoft, selon le calendrier approprié »[1].

Deux ans, c’est une bien longue attente, pour juste avoir la confirmation que l’éditeur de Redmond s’engage officiellement dans un portage spécifique et approprié d’Office sur les Tablettes du marché (à commencer les siennes) !

Quant à la disponibilité effective de cet Office « tactile » sur les tablettes Windows, Android et les iPads, rien de plus précis qu’une disponibilité en 2014 (ça c’est de l’information utile…)

Certes, nous pouvons comprendre qu’Office et Windows représentant 60% du CA et 80% du bénéfice de Microsoft, toute nouvelle orientation stratégique majeure les concernant doit être soupesé avec soin. Mais ces deux ans d’attente, de tergiversations nous apparaissent comme une prise de risque insensée pour la pérennité même de l’éditeur !

Celui-ci ne peut ignorer que les tablettes envahissent les entreprises, tandis que le marché des PCs fixes et portables traditionnels est en décroissance constante. A chaque nouvelle tablette entrant dans une entreprise, à chaque nouveau PC non vendu, c’est l’équation Office qui se fragilise durablement pour Microsoft.

Si on doute encore de l’urgence de la situation pour l’éditeur, la dernière étude du Gartner (octobre 2013) met les points sur les « i » : progression des tablettes en entreprise de 50% en 2013, 50% en 2014 ; 59 millions de nouveaux PC vendus en moins (desktop et portables traditionnels) en 2014 par rapport à 2012, tandis 143 millions de tablettes seront vendus en plus en 2014 comparativement à 2012.

ventes tablettes

Il est impensable que Microsoft n’ait pas pris conscience de l’urgence d’une réaction, pour sauver le vaisseau Office avant qu’il ne coule.

  • Que se passe-t-il donc sur le campus de Redmond ?
  • Et quels sont désormais les risques pesant sur Office ?

Essayons d’apporter quelques réponses à ces deux questions.

Office « Gemini » : rumeurs, tergiversations et faits.

Pour tenter de décoder ce qui s’est passé depuis deux ans sur le Campus à propos de l’évolution d’Office, nous devons retracer les différentes rumeurs et faits connus.

La problématique du portage d’Office sur les tablettes a été en particulier de la responsabilité d’une équipe spécifique de la division Office (équipe appelée MOX = Modern Office Experience), qui aurait initialement travaillé sur une évolution d’Office pour Windows 8. Cette évolution devait été dotée d’une interface hybride Windows & Modern : le résultat aurait été peu satisfaisant, d’où la version Office 2013 telle que nous la connaissons, s’adaptant modérément au mode tactile.

Les travaux de l’équipe MOX ont également donné naissance à « Gemini », nom de code pour une version d’Office avant tout conçue pour le tactile, en premier lieu pour les tablettes Windows 8/RT et leur interface ModernUI.

Selon les informations recueillies par l’analyste Mary Jo Foley, « Gemini » concerne aussi le portage d’Office pour d’autres plates-formes que Windows, ce qui en fait un projet stratégique pour l’éditeur.

Cela a été confirmé à mot feutrés par Steve Ballmer lui-même en marge de la conférence développeur de septembre dernier : « Nous travaillons sur toutes les choses à propos desquelles vous pensez que nous devrions travailler »[1]. L’art de la litote pour ne pas avoir à parler de feuille de route précise…

Plusieurs vagues « Gemini » seraient désormais prévues : une vague 1 concernant la fourniture d’une version « ModernUI » de Word, Excel, PowerPoint et OneNote. La démonstration faite juin lors de la conférence développeur de Juin (démo de PowerPoint) illustre le développement de cette vague. Quelle que soit l’ampleur de la concurrence dans le monde des tablettes, Microsoft donne toujours la priorité à Windows. Dans la même interview, Ballmer enlève toute ambiguïté à ce sujet «Windows lovers, we love it. Windows is first… ».

Une deuxième vague, à priori toujours en 2014, concernerait la disponibilité d’Office Gemini pour d’autres plates-formes, dont l’iPad.

En périphérie, des composantes moins stratégiques

Contrastant avec l’agitation – et les attentes – autour de Gemini, nous avons pu être les témoins depuis deux ans de la disponibilité progressive d’autres éléments d’Office en multi-plate-forme :

  • OneNote et Lync sur l’iPad et les devices Android ; Skype a également été porté sur Android et iOS.
  • Un Office Mobile pour iPhone, lié à Office 365, est disponible depuis Juin (également directement intégré sur les Windows Phone, bien sûr).
  • La version Web d’Office – Office Web Apps – fait son petit bonhomme de chemin, évoluant régulièrement fonctionnellement. Cette version Web supporte plusieurs types de navigateurs (notamment Chrome, Firefox et Safari), sur plusieurs facteurs de formes (PC, tablettes et Smartphones).

L’absence de « crispation » de l’éditeur sur ces différents éléments, comparativement au périmètre de Gemini, peut s’expliquer aisément :

  • Disponibilité du client Lync en multi-device : c’est une nécessité non contestable – y compris en interne chez Microsoft – qu’un produit censé apporter aux utilisateurs les modalités de communications unifiées soit disponible sur un maximum de facteur de forme. C’est aussi un vecteur de vente de licences non contestable pour les services et serveurs Lync.
  • Client Office Web Apps : même sur les environnements Windows, cette offre utilisable uniquement en mode connecté, ne fait pas vraiment d’ombre à la suite bureautique native. Quant au marché des tablettes, la concurrence se focalise sur les Apps natives.
  • Office sur les Smartphones : là encore, l’enjeu n’est pas réellement stratégique, dans la mesure où ce type de devices n’est pas le siège d’usages bureautiques très poussés ; les utilisateurs attendent avant tout de lire les documents sur leurs Smartphones, ou au mieux de faire des saisies minimes.

Les raisons probables de l’imbroglio « Gemini », et les enseignements

Finalement, comment expliquer le manque de visibilité durable autour Gemini, cette fameuse future suite bureautique native pour tablettes ?

Tout d’abord, il semble quasi certain que sous l’influence de Steve Ballmer, et des équipes Windows, les versions iPad et Android d’Office « Gemini » ne sortiront pas celles pour tablettes Windows 8/RT.

Ensuite, des raisons techniques peuvent expliquer elles aussi le délai :

  • Les applications Office traditionnelles que l’on connait, représentant un code volumineux, ont été conçues pour l’environnement Win32, et leur portage complet sur plusieurs autres OS pose certainement de nombreux problèmes.
  • D’années en années, elles ont été optimisées pour un fonctionnement clavier/souris : pour les rendre utilisable dans un contexte tactile, l’interface utilisateur doit être entièrement repensée (la version OneNote gratuite du Store Windows 8 peut donner une idée de la direction prise par les équipes MOX).
  • L’emphase Cloud de l’éditeur implique également que les nouvelles versions doivent aussi être conçues pour une intégration au modèle Office 365, avec la promesse d’une disponibilité fonctionnelle homogène lorsque l’utilisateur passe d’un device à un autre, …sans aucune dégradation liée au support des formats documentaires.

Coté stratégie, il semble également que le campus ait été le contexte d’âpres discussions : passer du concept d’une version purement Windows, hybride ModernUI/Windows classique,  à l’idée d’une suite cross-plate-forme, n’a pas dû se faire simplement : les dogmes ont la vie dure, et le combat entre les divisions Windows et Office ne date pas d’hier !

La conclusion des débats, et une indication des difficultés encore à résoudre, nous ont été donné par Kurt DelBene, le président Office, lors du dernier TechForum de juin : « Je pense assurément que la transition des applications au nouvel environnement, l’environnement Windows RT, va nous permettre de repenser les applications et nous l’avantage de l’existence toujours vraie des applications de bureau traditionnelles »[2]. Il a rajouté : « Quelle expérience utilisateur donner aux applications Modern, sachant que l’on disposera toujours des applications complètes pour le poste de travail ? ».

Merci Mr DelBene, le paysage s’éclaircie enfin :

  • La suite Office traditionnelle, complète, continuera d’évoluer pour les environnements de bureau Windows caractérisés par un interfaçage utilisateur clavier/souris.
  • En parallèle, une version Gemini sera en premier lieu créée pour l’interface Modern, Windows RT étant la première cible.
  • Courant 2014, Gemini sera ensuite décliné pour l’iPad, et les tablettes Android.

Reste à connaitre le périmètre fonctionnel de ces versions tactiles de Word, Excel et PowerPoint : compte tenu du fait que les versions complètes traditionnelles continueront d’exister, quel sous-ensemble fonctionnel Microsoft va-t-il choisir ?

Gemini à l’horizon 2014 : trop tard ?

2014, c’est pour ainsi demain.

Mais mois après mois, des millions d’utilisateurs de tablettes « s’habituent » à l’absence de Microsoft Office, et des éditeurs de logiciels concurrents s’engouffrent dans le vide laissé par l’éditeur de Redmond.

Selon IDC, les tablettes Windows RT ne représentent que 0,5% de part de marché mi-2013. 62,6% des tablettes livrées au 2ème trimestre 2013 tournaient sous Android, et 32,4% pour l’iPad. Les ventes mondiales explosent depuis 2010 : de 19,4 millions d’unités vendues en 2010, nous sommes passés à 128,3 millions en 2012, et 230 millions en 2013.

…sans Microsoft Office.

Même en partant du principe qu’Office Gemini arrive courant 2014, des risques très important pèsent d’ores et déjà sur lui :

Les 213 millions de possesseurs de tablettes se sont « arrangés »  pour pallier l’absence de leur suite traditionnelle : indépendamment des efforts de Google et Apple, les alternatives à Office, supportant les formats bureautiques Microsoft, existent et murissent de mois en mois :

  1. ThinkFree Mobile ou Office Suite sont disponible sur Google Play depuis un certain temps
  2. Sur iPad ou Android, Documents to Go de Dataviz rencontre un succès certain.
  3. Etc.

Et par ailleurs, les concurrents principaux de Microsoft dans le monde des Tablettes, à savoir Google et Apple ont d’ores et déjà sapé le modèle business de l’éditeur de Redmond :

  1. Apple livre iWork gratuitement sur sa Tablette depuis l’arrivée d’iOS7 : Pages, Numbers et Keynotes supportent les formats documentaires Microsoft, s’intègrent merveilleusement bien à iOS. Et tout comme Microsoft, Apple se paye le luxe de jouer la carte d’une synergie avec une suite bureautique Web : iWord for iCloud.
  2. Google ayant racheté QuickOffice, l’a rendu gratuit non seulement sous Android, mais également sous iOS, à condition bien sur d’utiliser le Google comme stockage !

Comment Microsoft pourra-t-il trouver sa place dans un tel paysage, et comment pourra-t-il se différentier pour être attractif ?

Il est évident que pour être compétitif, Microsoft devra s’intégrer dans ce paysage marqué par une quasi-gratuité des Apps, et la nécessité d’une couverture fonctionnelle simple adaptée au monde tactile.

Et nous pointons là du doigt une réelle difficulté auquel doit faire face  l’éditeur, qui ne peut plus se distinguer ni par l’attractivité du prix, ni par le support de ces formats bureautiques :

  • Il lui reste certes la possibilité de se différentier en proposant une suite fonctionnellement plus complète que ces concurrents. Or sur les tablettes, les utilisateurs plébiscitent avant tout les Apps fonctionnellement ciblées, à l’ergonomie simple. Si on considère les déclarations des responsables Microsoft, il est clair que l’éditeur est conscient de ces enjeux et sait que cette possibilité est semée d’embûches….
  • Quant à espérer que tout le monde attend loyalement le « vrai » Microsoft Office pour l’adopter durablement sur sa tablette Android ou son iPad, là encore le réveil risque d’être difficile : en effet, dans le monde des tablettes et des Smartphones, les utilisateurs ont pris l’habitude de « consommer » des Apps peu couteuses, et n’hésitent pas à les abandonner pour passer à une alternative similaire, dès lors qu’elle leur est conseillée par leur entourage professionnel ou privé. …et ce basculement des usages est d’autant plus simple que les Apps sont simples et ergonomiques J

Mais arrêtons là ces pensées négatives ; il est certain que les deux ans de réflexion autours de Gemini auront permis à Microsoft de trouver l’idée géniale qui lui permettra d’écarter durablement les vents mauvais menaçant le vaisseau Office !

Eric Mijonnet – Directeur Associé

Pour discuter avec nous et approfondir ces sujets, inscrivez-vous vite au prochain Briefing Calipia : www.calipia.com/briefing


[1] « We’re working away on all the things you think we should be working away on” Steve Ballmer – Conférence analyst de Septembre 2013.

[2]I think certainly the transition of the applications to the new environment, the WinRT environment, will allow us to rethink the applications and we have the benefit of the desktop applications still being present,” “What is the experience for (modern Office apps) when I know I’ve got the full applications on the desktop as well?” – Kurt DelBene


[1] « We are working on touch-first versions of our core apps on Office. We will bring these to Windows devices and also to other devices in ways that meet our customers’ needs and value, and in ways that make sense economically for Microsoft and in the proper time frame. » – Qi Lu – VP lead division Applications et Services – conférence développeurs

 

2 Réponses to “[Lettre Calipia] Microsoft Office sur les tablettes : trop tard ?”

  1. Personnellement, je n’ai jamais compris l’attente d’un Office (lourd) sur les tablettes notamment Androïd. Pour moi la tablette permet juste de « consommer » du Web, dans le Cloud, y compris de l’Office 365 ou de l’Office virtualisé via un accès Web Citrix, pourquoi pas. Mais de là à l’installer un Office « lourd » en local, c’est déplacé et le device ne répond pas forcément au besoin. Cela rappelle un peu ceux qui voulaient monter des tourelles de croiseur sur les premiers avions en bois. Le « vecteur » était différent, son usage également (l’agilité, la projection, non la puissance de feu brute). Pour prendre des notes, y a plein d’applis, pour un Office lourd et complet en local, il restera les PC station, ultrabooks, … ou le Cloud.

    • Les usages sur les tablettes changent très vite: pour l’avoir vérifié à l’occasion de plusieurs études sur les usages réels des tablettes dans plusieurs grandes organisations françaises, les utilisateurs en entreprise ne considèrent plus ce type de devices comme de simples périphériques de consultation.
      au contraire, les usages des outils de productivité se développent (cf article). il faut remarquer que leur ergonomie est très particulière : Microsoft l’a maintenant bien compris, au travers de Gemini qui devrait être assez différent de la version « Bureau », en terme d’ergonomie.
      Pour se convaincre qu’l ne faut pas sous-estimer les niveaux d’usage sur tablette, regardez l’arrivée d’iMovie sur iPad. faire du montage vidéo sur Tablette est tout à fait possible, or on aurait pu croire il y a peu de temps que c’était le scénario typique nécessitant une station de montage dédiée, haut de gamme
      !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s