Google et la vie privée… qui a dit « privé » ?

privacyVsGoogleGoogle a la culture du secret pour ses projets les plus important. Impossible de connaitre par exemple le lieu et le nombre de ces Datacenters, mais aussi ses procédés et méthodes de numérisation des documents, ce qui était encore rappelé hier soir dans l’excellent dossier d’Arte sur les bibliothèques numériques de Google : « le livre selon Google » (à voir en rediffusion sur le site d’Arte pendant 7 jours). Mais les secrets que gardent jalousement Google sont nos données personnelles, notre « Vie privée » qui l’est de moins en moins pour eux…

Pas plus tard qu’hier les CNIL de différents pays européens s’en sont une nouvelle fois inquiétées après de nombreuses mises en garde. Ainsi  la CNIL a annoncé hier avoir engagé une « action répressive concertée » avec cinq autres de ses homologues contre Google. Le G29, groupe européen des autorités de protection, avait dénoncé lui aussi depuis plusieurs mois les nouvelles règles de confidentialité du géant de l’Internet. Il y a un an Google avait fusionné les 70 règles de confidentialité et mentions légales de ses différents services en deux documents. La CNIL avait adressé un questionnaire à l’entreprise sur le thème du  manque de contrôle de l’utilisateur sur ses propres données mais ainsi plus généralement du  manque d’informations sur les méthodes de Google.  A critiques et demandes, reprisent par le G29, le géant de Muntain View, n’avait répondu que très partiellement, éludant les questions essentielles touchant au contrôle de l’utilisateur sur ces données (y compris dans le cadre d’un contrat « entreprise » payant).

Face à ces actions et gesticulations, pas de quoi inquiéter le géant dans l’immédiat : l’amende infligée par la CNIL ne peut pas dépasser 300 000 €, montant ridicule pour la firme qui doit réaliser en France plus d’un milliard de chiffre d’affaire (pas le CA déclaré par Google France, mais le CA réalisé en France…). La seule sanction que le Géant craint est la sanction « médiatique » ou celle d’états qui demain jugeront que Google n’a pas l’autorité nécessaire pour conserver autant d’informations sur leurs citoyens… (même si ces derniers sont consentant en acceptant les clauses de confidentialité de Gmail, Google +, etc..)

Les choses bougent un peu aussi aux US puisque l’on apprenait aussi hier la demission de la directrice de « la vie privée » de Google, Alma Whitten, après dix ans de présence dans l’entreprise. Amusant, au passage ce titre de « directrice de la vie privée » :  une chose que tout le monde doit respecter, est pour Google une « direction dans l’entreprise »‘, à moins que celà ne soit en fait simplement la direction de leur plus précieux « produit »: « notre vie privée » 🙂

Publicités

À propos de Stephane Sabbague

Stéphane Sabbague est Président et co-fondateur du cabinet d'études Calipia. Au travers des activités de Calipia, Il anime de nombreuses formations et conférences. Ingénieur de formation, Stéphane a débuté sa carrière chez IBM France, il a occupé ensuite chez Microsoft, durant 11 ans, différents postes ventes et marketing, dont les dernières années celui de Directeur de la division Marketing Produit.

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s