[Briefing Calipia] Peut-on encore se passer de Google ?

YouTube, Gmail, Hangouts, Chrome, Android, le projet Loon, la rachat de Waze, Google Now, la prise de participation de Google dans la compagnie de taxis Uber, Google +, Google Glass, etc.

Il se passe rarement un mois sans que nous n’apprenions l’apparition de nouveaux projets de la part de Google. Au premier abord, difficile de trouver la logique globale à tout ces efforts de la firme Californienne.

Et pourtant, tout s’éclaire lorsqu’on analyse la stratégie globale de l’entreprise : une logique admirablement maîtrisée, long terme, préside en fait à chacune de ces initiatives.

Comprendre Google commence en fait par l’examen de son business model : en 2012, 94.1% de son chiffre d’affaire provient de la publicité (sur 50 milliard $ de CA). L’année 2013 se présente bien également pour eux, puisque la part de son chiffre d’affaire sur les 3 premiers trimestres, lié à la publicité, représente plus de 92% de son CA.

Or la marge de progression de l’entreprise est encore impressionnante, puisque le marché de la publicité Online, sur laquelle elle est active, ne représente que 18% du marché globale de la publicité.

marché publicité

 

 

Pour accroître ses résultats, tous les efforts actuels de Google se concentrent autours de deux axes stratégiques :

  1. « Servir » plus de publicités en attaquant le marché « Offline », en le faisant muter vers l’Online : un exemple ici est le rôle de YouTube, une arme redoutable pour transformer le marché télévisuel.
  2. Mieux connaitre les individus, pour améliorer la pertinence et l’efficacité des publicités : cela passe par un suivi des individus tout au long de leur journée, dans leur voiture, leur entreprise, leur loisirs, etc. Ici, une des clés de réussite est la corrélation des informations captées par les différents services de Google. On remarquera alors que la nécessité de cette corrélation montre une place très « tactique » de l’offre entreprise dans le dessein global de Google.

Lors du Briefing actuel, nous analysons cette stratégie, les moyens mis en oeuvre, en posant au final une question de fond : peut-on encore se passer de Google ? Il est clair en tout cas que répondre par l’affirmative devient progressivement, et inéluctablement, de plus en plus difficile, alors même que notre identité numérique est directement dans la balance…

Il reste quelques places pour les sessions à venir de Strasbourg, Nantes, Paris et Lille : n’hésitez plus à vous vous inscrire, et venir échanger avec nous et les participants sur ce sujet.

No comments yet... Be the first to leave a reply!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s