Archives de Catégorie: Humour

[Humeur] Amazon ou pourquoi investir dans du support alors que vos clients peuvent faire votre boulot ?

Un petit billet d’humeur ce matin après ce message reçu du géant de la vente en ligne. Amazon en quête de plus de rentabilité (voir ces derniers résultats qui ont déçu le marché une fois de plus sur le plan des bénéfices), n’hésite pas à faire feu de tout bois pour parvenir à augmenter ses marges. On le voit dans le conflit qui l’oppose à Hachette mais aussi à Disney outre atlantique.

Alors pourquoi investir dans des équipes pour répondre aux demandes de support, alors que les clients peuvent le faire entre eux ! Si l’on connaissait déjà la pratique (parfois abusive) des forums fournisseurs pour faire faire le boulot de support à leurs clients avec une valorisation « honorifique » de ses derniers (type MVP par exemple :)), Amazon va encore plus loin en suggérant directement à ces derniers de répondre aux questions !

Support AmazonEt sur le fond du sujet en question : le multilingue sur les tablettes Windows 8, c’est vrai qu’il y a de quoi générer du support. Après que nous ayons acheté des tablettes (ici Dell 8 pouces) Windows 8 chez Amazon (les délais étaient trop important chez Dell – alors que d’après nos indiscrétions, cela ne se vend pas comme des petits pains…), il s’est avéré que ces modèles étaient importés visiblement d’Allemagne et configurés logiquement dans ce cas en allemand. Jusque là rien de très embêtant me direz-vous car la tablette Windows demande au démarrage de choisir une lanque (comme n’importe qu’elle tablette Android ou iPad) ?  Il suffit de savoir que  » französisch » veut dire français et le tour est joué ! Enfin presque, puisque sur cette tablette Windows 8 cela ne lui fait ni chaud ni froid, les paramètres restent en allemand sans aucune explication…

Un petit tour sur le site Technet de Microsoft nous en donne la réponse : il faut bien sùr installer le pack de langue Français en le téléchargeant et en allant dans le panneau de configuration (l’ancien bien sur, pas celui de l’interface Modern UI), après 3 reboot, 20 minutes plus tard, et Google Traduction (ou Bing pour rester chez l’éditeur !) Allemand-Français à coté de nous et c’est fait, simple non ? 

Alors je me risque à deux éléments pour expliquer la complexité de la manip (tout au moins pour un utilisateur « normal » en tout cas non informaticien) :

  • Microsoft découvre le multilingue, les équipes de développement ayant en charge le multilingue depuis plus de 25 ans chez l’éditeur sont toutes parties à un stage de longue durée de « Poney-Piscine » (la rumeur indique que depuis le temps, ils sont devenus experts, se préparant à la possible introduction de cette discipline aux prochains jeux olympiques ) ?
  • Aucune personne n’a eu le temps de regarder comment se configure un iPad ou une tablette Android et les concepteurs pensent de bonne fois que cette manip est vraiment la plus simple ?

Bon autant dire qu’il y a encore un peu de boulot pour en faire un produit « grand public » 🙂

Bon voilà c’était un petit billet d’humeur à la fois sur Amazon et Microsoft, vous pouvez retourner à votre bronzage (ou sous votre parapluie :))

Apple et le casse-tête de l’iWatch

Nous nous faisons régulièrement écho ici des principales rumeurs et informations concernant la feuille de route Apple : le « serpent de mer » iWatch en fait ainsi parti.

Il faut dire qu’à l’aune des succès pour le moins mitigés des Samsung Gear, bracelets Jawbone et Fitbit, etc. ce type de produit soulève de nombreuses questions : de quelles fonctions faut-il le doter pour qu’il ait une certaine valeur ajoutée ? Quid de l’intégration technique, de l’autonomie, du design ?

Une SmartWatch pour lire ses emails ? recevoir des appels téléphoniques ? visualiser des notifications d’appels, d’applications, etc ? bof…iWatch-santé

Notre expérience des bracelets dotés de fonctions podomètres, dépenses caloriques, etc montrent bien que ce n’est pas avec ce genre de fonctions que peuvent se justifier les SmartWatchs. D’une part il est plus agréable de consulter l’affichage des informations, des historiques sur l’écran du SmartPhone lui-même (tout ces devices sont d’ailleurs proposés avec des applications sur Smartphone), et d’autre part la captation des informations peut être faite par les SmartPhones eux-mêmes (cf. le processeur M7 de l’iPhone 5S), sans devoir s’encombrer d’un bracelet encombrant à l’autonomie limitée, moins performant qu’une montre classique pour une fonction de base : donner l’heure 🙂

Malgré ces doutes et ces difficultés, Apple semble bien nous préparer une SmartWatch pour 2014 ; basée sur quelle idée géniale ?

…confier à l’iWatch la « responsabilité » de capter des données sur la santé du porteur ! logique, quand on pense que contrairement à l’iPhone, une montre est portée à même la peau, donc plus à même de capter des données de notre métabolisme : rythme cardiaque, tension, température, mais aussi taux de glycémie, etc.

Selon le site 9to5Mac, ces avancées sur la santé seraient même au coeur d’iOS8, présenté à la conférence développeur Apple du printemps 2014. Une application « Healtbook » serait installée par défaut pour stocker nos informations de santé.

La collecte des données serait faite par le processeur M7 ou son successeur M8 (dans l’iPhone 6 ?), et par les capteurs de l’iWatch. Le recrutement par Apple de spécialistes de la santé (Michael O’Reilly, directeur médical d’une société spécialisée dans la techno médicale, et Jay Blahnik mentor de Nike et spécialiste fitness ), tout comme la rencontre le mois dernier de la FDA par Jeff Williams et Bud Tribble d’Apple sont autant de signes dans ce sens.

Coté autonomie de l’iWatch, Apple réflechirait également à des scénarios de recharge sans fil, via le solaire ou l’énergie cinétique (les mouvements de l’utilisateur).

Bref, une belle perspective pour les geeks et les personnes soucieuses de leurs santé !

…de quoi également créer une belle génération d’hypocondriaques : « Arrêtez de manger cette tarte au citron, car votre taux de glycémie vient de dépasser la normale ; et les sucreries ne sont d’aucune utilité pour diminuer votre stress et votre tension artérielle ;vous devez marcher encore 6500 pas aujourd’hui pour vous assurer de bonnes constantes métaboliques »

bonne journée 🙂

Successeur de Steve Ballmer : la semaine décisive ?

Les tergiversations et le suspens autour de la succession de Steve Ballmer sont très certainement sur le point de se terminer.

Différents sources d’informations internes à Microsoft  font état de la prochaine nomination de Satya Nadellaà la tête de Microsoft, probablement cette semaine.
Microsoft

Mr Nadella est actuellement le VP de la branche Cloud et Entreprise. Il était auparavant en charge de la branche Server & Tools.

Son parcours est très différent de celui de Steve Ballmer : il s’agit en effet d’un ingénieur, et non pas d’un commercial. Indien d’origine (né en 1967 – Hyderabad), Nadella a d’abord étudié à l’université de Mangalore, avant de décrocher aux USA un master en informatique doublé d’un master en gestion d’entreprise. Il rentre chez Microsoft en 1992 après un passage chez Sun Microsystems.

Un ingénieur jeune (47 ans) et talentueux à la tête de Microsoft : voilà qui est de bonne augure pour l’entreprise, qui a tant besoin de retrouver une stratégie cohérente et volontariste !

Si les investisseurs réagissent négativement à sa nomination – car ce n’est pas un financier – nous aurons la confirmation que c’est une réelle bonne nouvelle 🙂

Google champion du monde 2012 …. du taux d’imposition !

Un article intéressant de Reuters nous éclaire sur les résultats financiers de Google en 2012, et les taux d’imposition associés…Google_schmidt

Commençons par l’Angleterre : malgré la pression des parlementaires anglais l’année dernière, la filiale anglaise de Google n’a payé en 2012 que 35 millions £ de taxes (55 millions $), pour un revenu de 4,9 milliards de dollars, soit un ratio de 1,1% : chapeau l’artiste !

Google UK explique ce taux par le fait que le revenu n’est pas généré par ses employés anglais : l’Angleterre – tout le monde le sait – ne joue que le rôle d’un fournisseur de services marketing à l’entité commerciale qu’est Google Ireland, échappant ainsi pratiquement à toute imposition.

Le patron Europe du Nord de Google s’était fait d’ailleurs étrillé en mai dernier par le groupe parlementaire « Public Accounts Committee », après la mise en évidence par Reuters que la filiale anglaise emploie en pratique un grand nombre de commerciaux.

Quant à la pauvre filiale irlandaise de Google, qui consolide donc les revenus européens (et la majorité des revenus hors US), elle a le malheur de devoir payer à une entité aux Bermudes des redevances importantes sur l’usage de la propriété intellectuelle Google : Google Ireland ne fait donc pratiquement pas de bénéfices non plus.

Au final, on sait que le climat doux et chaud des Bermudes est incompatible avec une taxation des revenus d’entreprise, ce qui permet à Google, hors US, d’avoir un taux d’imposition limité à 2,6% sur leur 8,1 milliards $ de recettes en 2012.

Et Eric Schmidt de s’expliquer avec aplomb : « les tentatives visant à forcer les entreprises à payer plus d’impôts pourraient entraver l’innovation ! »

Comme le disait Maître Folace (Francis Blanche) dans les « Tontons flingueurs » : « c’est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases » !

Une nouvelle montre SmartWatch : une vraie bombe !

Capture d’écran 2013-10-02 à 10.29.39Le site américain TechCrunch publie en effet une news qui va intéresser tous ceux qui se passionnent comme nous pour les smartwatches. Après Samsung et sa Galaxy Gear (un quasi bide …) voici venir LA montre qu’il faudra avoir à son poignet : la CESIUM 133 proposée par Batsys une petite startup hawaïenne, spécialisée dans les montres pour surfers. La Cesium 133, comme son nom l’indique, est une montre atomique  (il n’y a pas d’erreur, vous avez bien lu atomique, et pas automatique :)) qui embarque un chip de Symmetricon (SA.45s CASC –  chip Scale Atomic clock) intégrant une horloge atomique. Ce circuit est aux montres atomiques, ce que le SoC est aux ordinateurs, il intègre les différents éléments constituant une horloge atomique : du cesium, un laser, un filtre microonde…Avec un tel  « moteur » finies les montres qui avancent ou retardent, puisque la précision proposée est de 1 seconde tous les 1000 ans…. Bon c’est vrai que sur la photo du prototype, le look laisse à désirer, et le risque d’arthrose du bras qui doit supporter le poids de l’engin est important 🙂

Windows 8.1 RTM : finalement à la disposition des développeurs et clients VL !

Lorsque nous avions rapporté l’arrivée de la RTM de Windows 8.1 le 27 août, nous nous étions étonné que Microsoft fasse le choix de ne pas distribuer cette version aux développeurs, aux partenaires, et aux clients disposant de contrats de licence en volume.Windows 81 RTM

Ce choix de l’éditeur a généré une vague de tensions chez les partenaires et développeurs de l’éditeur; comme nous le disions fin août, que ceux-ci ne puissent pas avoir accès – comme auparavant – au code pour se former, voire finaliser le développement de leurs propres applications afin d’être près à accompagner le lancement réel de Windows 8.1 semblait incompréhensible !

Microsoft vient donc de faire machine arrière, en annonçant hier que finalement, la version RTM de Windows 8.1 serait disponible aux abonnés MSDN et TechNet, ainsi qu’aux clients disposant de contrats de licences en volume.

L’éditeur a donc su écouter son écosystème, ce qui est une bonne chose ; il reste néanmoins que le choix initial de non-distribution de la RTM était pour le moins étrange voire incompréhensible.

Espérons que le futur capitaine de la barque Microsoft sache apprendre à son équipage comment tenir un cap un peu plus rectiligne 🙂

Windows 8.1 : quand RTM ne signifie plus « terminé »

Microsoft a donc annoncé le 27 août que Windows 8.1 était « RTM » (Release To Manufacturing). Dans un communiqué, l’éditeur précise que » Seulement 10 mois après la sortie de Windows 8, cette étape clé illustre l’accélération du cycle de développement de Microsoft et de l’optimisation continue de l’expérience consommateur « .Windows 81 RTM

Le premier réflexe est de se dire : « ça y est, le développement de Windows 8.1 est terminé, Microsoft va commencer sa diffusion ».

Eh bien non, ce qui était vrai jusqu’à présent dans l’univers Microsoft ne l’est plus, nous entrons désormais avec Windows 8.1 dans une nouvelle ère de « contexte flou » en terme de finalisation/disponibilité de code, qui se traduit déjà par un mécontentement des développeurs sur les blogs du site MSDN et les blogs Windows.

Quelques explications :

Depuis la nuit des temps Microsoftienne, l’étape RTM signifiait qu’une build précise du produit était considérée comme finale ; le code ainsi finalisé était pressé sur des CD/DVD appelés Golden Master, ceux-ci étant alors envoyés aux fabricants de PCs dans le cas de Windows; cette même RTM était aussi fournie à des clients/partenaires clés ayant participé aux bêta tests du produit (RDP = Rapid Deployment Program), aux développeurs via MSDN, et aux clients disposant de contrats de licences en volume.

La RTM marquait une réelle finalisation du code, considéré par Microsoft et ses bêta-testeur comme « bon pour le service ». La General Availability du produit (« GA ») suivait ensuite, date à partir de laquelle tout client pouvait effectivement acheter un PC équipé du nouveau Windows, ou télécharger/acheter le nouveau produit chez un distributeur.

Avec Windows 8.1 (le virage avait été entamé avec Windows 8), Microsoft casse complètement cette logique :

  • La build RTM est fournie uniquement aux fabricants de PC (Manufacturers); ceux-ci recevront régulièrement des fixes d’ici le 18 octobre, l’explication de Microsoft étant que l’éditeur veut se donner le temps de « optimize the overall [Windows 8.1] experience for customers » et « put the finishing touches on Windows 8.1 to ensure a quality experience at general availability on October 18th ».
  • Les développeurs, les partenaires ne pourront disposer de Windows 8.1 que le 17 octobre via MSDN, soit une journée seulement avant la General Availability.

Comme nous le disions en introduction, cette attitude génère une vague de tensions chez les partenaires et développeurs de l’éditeur; Que ceux-ci ne puissent pas avoir accès – comme auparavant – au code pour se former, voire finaliser le développement de leurs propres applications afin d’être près à accompagner le lancement réel de Windows 8.1 semble incompréhensible.

…D’autant plus que Microsoft ne peut pas se targuer d’être dans une position confortable après le succès pour le moins mitigé de Windows 8, en terme de déploiement et de « richesse » de l’App Store, face aux écosystème Android ou Apple (iOS)

Quitte à appeler cette version RTM de Windows 8.1 « beta majeure » ou « Release Candidate » comme c’était le cas avec nombre de produits dans le passé, une diffusion dans le channel aurait semble-t-il été utile pour que ce même channel puisse accompagner le lancement de l’OS.

Bref, espérons que le successeur de Steve Ballmer portera attention à ce type de problème, que certains observateurs apparentent à un manque de lucidité marché.

« Entrées précédentes Derniers articles »