Archives de Catégorie: Cloud

Départ de Diane Green, CEO de Google Cloud Platform

Capture d’écran 2018-11-17 à 12.03.49.pngLe départ de Diane Green, la patronne de GCP a été annoncé vendredi dernier via un post sur un blog interne de Google. Diane Green a pris ce job fin 2015 endossant ainsi la lourde responsabilité de mener la nouvelle stratégie de conquête de Google sur le cloud d’entreprise et de rattraper le retard pris en la matière par Google sur AWS et Microsoft. L’ancienne dirigeante et co fondatrice de VMware disposait de nombreuses qualités pour cela : tout d’abord sa connaissance intime du monde de l’entreprise, mais aussi son passé d’ingénieur, de créatrice d’entreprise.

Lire la suite

Microsoft certifié hébergeur de données de santé

Cette nouvelle était attendue depuis des années (on en parlait déjà comme imminent en 2016…) , c’est maintenant officiel depuis avant hier : Microsoft est le premier fournisseur de cloud Public à être fournisseur de données de santé en France. Aucun doute sur le fait qu’il ne sera pas le dernier, on devrait sans surprise voir les autres acteurs majeur apparaitre en particulier AWS dans un futur très proche.

Capture d_écran 2018-11-08 à 09.21.41

« Nous sommes très heureux d’être le premier acteur majeur du Cloud public à obtenir la certification d’Hébergeur de données de santé en France » s’est félicité logiquement Bernard Ourghanlian, (le CTO de Microsoft France). « Elle valide le très haut niveau de sécurité et de protection que nous sommes en mesure de proposer à l’ensemble des acteurs de la Santé depuis nos data centers français. Ces derniers vont ainsi pouvoir s’appuyer sur le Cloud Microsoft pour déployer les applications et les services de santé de demain dans le respect de la réglementation en vigueur en matière de protection des données et de respect de la vie privée. » 

La certification Hébergeur de données de Santé qui a été modifiée fin mai 2018 offre  : 

  • Tous les éléments de sécurité pour développer une relation transparente entre les patients, les professionnels de santé et le partenaire Cloud en charge d’héberger les données .
  • La possibilité de mettre en production des architectures qui étaient jusqu’alors uniquement des POC voir des expérimentations limitées par définition.
  • La possibilité d’accéder à de l’Intelligence Artificielle dans le Cloud
  • des fonctions simplifiées de partage d’informations entre médecins de ville, spécialistes hospitaliers et personnels médico-sociaux intervenant auprès du même patient. 

Cette certification est donnée pour une durée de trois ans, par l’organisme certificateur et chaque année, un audit de surveillance est effectué.

Partenariat Microsoft et SWIFT : les transferts de paiements dans Azure

Microsoft a annoncé la semaine dernière lors de la conférence Sibos 2018 qui avait lieu à Sydney, un nouveau partenariat avec SWIFT (le fournisseur mondial de services de messagerie financière), avec le déploiement de ses services de messagerie dans le Cloud sur Azure. L’objectif affiché de cette association est « de permettre des opérations plus rapides et plus sûres pour les institutions financières et les fournisseurs de technologies qui dépendent de SWIFT« .

Capture d_écran 2018-10-23 à 18.32.50

Microsoft met sans surprise en avant ce partenariat afin de renforcer la crédibilité d’Azure de plus généralement de son Cloud pour les établissements bancaires, secteur dans lequel les acteurs sont encore assez frileux. Pour rappel plus de 11 000 institutions financières dans le monde utilisent SWIFT pour envoyer des messages de paiement via un réseau sécurisé.

Comme POC, le service de trésorerie de Microsoft sera le premier à utiliser le système. Ce service gère des actifs de plus de 150 milliards de dollars et gère plus de 400 milliards de dollars de paiements basés sur SWIFT chaque année. Techniquement, l’instruction transmise par Microsoft Treasury via SAP sur Azure sera validée à l’aide de Machine Learning avant d’être transmise à SWIFT dans le cloud. SWIFT authentifiera ensuite les instructions de connexion avant de les transmettre à la banque appropriée, qui transmettra ensuite une confirmation à Microsoft.

N26 : une banque dans les nuages !

Capture d_écran 2018-10-26 à 10.43.48La transformation digitale  est une thématique qui occupe (voire obsède) toutes les directions générales aujourd’hui. La question est d’autant plus ressentie de manière urgente, que sur certains secteurs de nouveaux venus font leur entrée au travers, non pas d’une transformation d’un business existant, mais en introduisant une disruption, en changeant les règles. Bon exemple de disruption, celle apportée par la banque allemande N26. Lancée il y a 4 ans, la banque, pur player du web compte aujourd’hui 1,5 millions de clients. Cette banque nouvelle génération rassemble aujourd’hui plus d’informaticiens que de banquiers de métiers, et offre à ses clients une expérience digitale complète, très souple, et surtout très économique. Les services N26 sont (pour le moment) plutôt simples (carte bancaire, compte courant). Lire la suite

Cloud hybride : to be or not to be ?

Capture d_écran 2018-10-30 à 15.02.29A cette question shakespearienne que se pose de nombreuses entreprises aujourd’hui, John M.Clark, architecte chez Microsoft Enterprises Services, répond de façon pour le moins tranchée 🙂 au travers d’un billet sur les blogs Technet. Notons que ce billet représente un point de vue, mais pas la position officielle de Microsoft en la matière.

En effet, pour J.Clark, la notion de multi cloud (au sens multi fournisseurs bien entendu) n’apportera de la valeur qu’aux organisations les plus grosses, capables de mettre en jeu un effet de levier important pour leurs consommations cloud (J.Clark mentionne en fait Netflix à titre d’exemple) et disposant des capacités à maitriser la complexité ajoutée par le caractère multi cloud. L’argumentaire développé repose sur des points qui rappelleront aux plus anciens les discussions des années 80, entre approches best of breed et approches intégrées (ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier), tels que les couts d’intégration, les couts de formation, les couts de gestion multi plateforme …

Lire la suite

Google part à l’assaut d’Active Directory

Si il y a une composante essentielle qui est présente dans quasiment toutes les entreprises c’est bien Active Directory. Depuis 18 ans cette composant a su envahir nos environnements et créée une adhérence aux composantes Microsoft. Pour tous les concurrents ils doivent impérativement proposer des passerelles, des intégrations diverses et variées sous peine de ne pas pouvoir pénétrer les entreprises. C’est le cas actuellement de G Suite par exemple chez Google mais aussi de Slack, Facebook Workplace, Dropbox, etc.

cloud-identity_2x

Aujourd’hui, avec l’annonce récente de Cloud Identity For Customers, et sa prochaine utilisation du protocole LDAP pour la synchronisation, Google va proposer une alternative crédible à l’AD.

Google investit énormément dans son service d’identité dans le cloud. Ils prévoient que d’ici 2021, plus de 50% des entreprises adopteront une stratégie «tout cloud», raison de plus pour. eux pour se débarrasser de la patte Microsoft…

Techniquement il sera possible pour les entreprises qui utilisent G-Suite pour la messagerie électronique de disposer d’un seul système de répertoire unifié sans serveur sur site. Cette fonctionnalité éliminerait la raison pour laquelle les entreprises ou les établissements scolaire ont un serveur Active Directory sur site (beaucoup d’établissements scolaires utilisent Suite). Lorsque les employés obtiennent de nouveaux appareils, on leur demandera leur identifiant LDAP / G-Suite, point final. Ils obtiendront ensuite le paramétrage (issu par exemple du MDM dans le cadre de mobiles) et les applications appropriés.

Un sacré challenge en tout cas pour Google pour tenter de supprimer les adhérences Microsoft dans les entreprises et dérouler sa stratégie ! Nous n’en sommes pas là encore (la technologie est en Alpha) et le besoin de mettre en oeuvre de l’hybride est impérieux pour Google. Nous reviendrons sur ceci lors d’une session dédie sur l’Hybride et Google Cloud lors du prochain Briefing Calipia.

 

Achat record de Red Hat par IBM

IBM Red HatAnnonce surprise ce dimanche : IBM rachète redhat pour un montant record de 34 milliards de dollars. Il s’agit de la plus grosse acquisition d’une entreprise logicielle, le record précédent étant détenu par LinkedIn lors de son rachat par Microsoft pour la somme de 26,2 milliards de dollars.

L’information a été jugé suffisamment importante pour que les médias généralistes en fassent leurs titres ce matin (Le Monde, France Info …). Le motif de ce rachat relayé par ces médias ? IBM veut devenir le leader du cloud hybride ! S’il suffisait de se payer Red Hat pour atteindre cet objectif, on pourrait applaudir la décision d’IBM. Mais si s’offrir l’éditeur de la distribution Linux de référence pour les entreprises permettra à IBM de se payer (très cher) des parts de marchés Linux, cela ne devrait pas être suffisant pour transformer la société en un leader du cloud hybride. D’ailleurs, le cloud hybride à 10 ans c’est quoi ?  A la vitesse où le marché et les techno évoluent on peut se poser la question.

Enfin, il doit y avoir quelques développeurs Linux « historiques », fervents croyants des messages universels portés par l’Open Source, qui vont avoir du mal à digérer le principe de ce rachat, et surtout le montant faramineux de celui-ci. Eux avaient contribué aux développements des souches Linux de façon « bénévole ». Alors après le rachat de Github (autre star de l’Open Source) par Microsoft, voir les fruits, mêmes indirects ou lointains, de leur activité revendus pour 34 milliards doit leur sembler plutôt amère.

« Entrées précédentes